Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Émergences de nouvelles centralités commerciales à Rabat (Maroc). Sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales*

Tarik Harroud
p. 130-131

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de M. Refass & J.-P. Frey, soutenue le 19 avril 2 (...)

1À l’instar des grandes villes du monde arabe, Rabat a connu durant les deux dernières décennies l’arrivée de nouvelles formes de concentrations commerciales qui ont entraîné de profondes restructurations spatiales et socioculturelles. À partir d’une démarche analytique et empirique portant sur un échantillon diversifié de centres commerciaux, la recherche a mis en lumière quelques-unes de ces restructurations en rapport avec les lieux traditionnels de la centralité à Rabat : au plan spatial, il s’agit de la conquête de marges urbaines, de la consolidation de nouveaux « rubans » commerciaux, de la polarisation des flux de circulation motorisés quotidiens et occasionnels, etc. ; au plan commercial, on peut évoquer l’apparition de nouvelles concentrations commerciales et ludiques ; au plan social, on observe le déploiement de nouvelles pratiques sociales, tandis que, aux plans culturel et symbolique, se font jour de nouveaux modes de consommation et d’identification à la ville. Bref, les investigations qualitatives (observations réitérées et entretiens approfondis) et quantitatives (enquêtes exploratoires) ont confirmé que ces espaces sont loin d’être de simples lieux d’achat et de consommation, mais de véritables lieux d’animation urbaine dans lesquels se déploient des formes de sociabilité et d’urbanité inédites à l’échelle de la ville (de Rabat).

2Trois registres se référant au triptyque d’Henri Lefebvre (espace conçu, espace vécu, espace perçu) ont servi de prismes analytiques pour élucider ces dynamiques tant sur le plan spatial (fabrication et mise en scène) que social (usages sociaux) et symbolique (représentations mentales). Ce triptyque a montré toutefois le décalage considérable qui existe entre la conception marchande et factice des centres commerciaux par leurs promoteurs et l’usage social et symbolique que font les usagers de ces espaces marchands. Une disjonction paradoxale s’observe surtout entre les pratiques sociales très intenses de ces équipements (espace vécu) et les représentations moins prégnantes (espace perçu) qui leur sont associées en comparaison avec les lieux traditionnels de centralité. Le poids du centre-ville dans le corpus des représentations collectives et l’imaginaire social justifie l’incapacité d’un bon nombre d’usagers interrogés à leur associer des images et des significations fortes. Toutefois, de toutes les personnes observées et interrogées, seuls les jeunes (et, exceptionnellement, quelques « moins jeunes ») en font un usage social à la fois intense et conforme aux images fortes qu’ils leur associent. Détachés des critères classiques mobilisés par leurs aînés pour l’appréciation des centralités traditionnelles (l’identité, l’histoire, la mémoire, la monumentalité, le politique, etc.), ces groupes (qui sont pour l’essentiel des groupes d’âge) se réfèrent à des registres particuliers de justification, parmi lesquels les plus déterminants sont l’importance que revêt pour eux la consommation, les loisirs, la sécurité, la présence de produits « de marque », révélant ainsi comment se réalise l’émergence de nouvelles formes d’identification urbaine.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de M. Refass & J.-P. Frey, soutenue le 19 avril 2013 à Rabat, Université Mohamed V-Agdal de Rabat, Faculté des Lettres et Sciences humaines, UFR Architecture et Urbanisation des territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tarik Harroud, « Émergences de nouvelles centralités commerciales à Rabat (Maroc). Sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 130-131.

Référence électronique

Tarik Harroud, « Émergences de nouvelles centralités commerciales à Rabat (Maroc). Sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/565 ; DOI : 10.4000/emam.565

Haut de page

Auteur

Tarik Harroud

Architecte & Géographe, Maître-assistant à l'Institut national d'architecture et d'urbanisme (INAU), Rabat (Maroc)

harroud.t@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page