Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat (Maroc). Systèmes d’action et stratégies d’acteurs*

Hicham Mouloudi
p. 129-130

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de T. Agoumy & P. Signoles, soutenue le 18 avril (...)

1La présente thèse prend comme objet d’étude deux grands projets d’aménagement : celui de la Corniche de Rabat d’une part, celui de l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, d’autre part. Ces projets s’inscrivent dans ce que l’on appelle le waterfront development. En effet, dans la compétitivité territoriale qui se généralise à toutes les échelles spatiales (nationale, méditerranéenne, internationale), les fronts d’eau deviennent des éléments centraux des politiques urbaines grâce à la plus-value incontestable qu’ils peuvent apporter aux territoires où ils se situent. Ils constituent, au Maroc, depuis le début des années 2000, un élément clé du discours sur la ville, en même temps que, dès qu’ils commencent à se concrétiser, ils en marquent emblématiquement ses paysages.

2Notre objectif consiste à comprendre pourquoi et comment les acteurs responsables du devenir et du développement de la ville de Rabat ont réintroduit la vallée du Bou Regreg et le littoral atlantique qui frange le périmètre municipal dans leurs politiques d’aménagement, pourquoi ils les ont institués comme des enjeux urbains de première importance, alors que, jusqu’à présent, la ville avait systématiquement tourné le dos aussi bien à la mer qu'au fleuve. Quelles logiques d’acteurs prévalent-elles dans les modalités de conception et de mise en œuvre de ces projets ? Dans quelle mesure ces « mégaprojets », très médiatisés, financés en partie par des capitaux étrangers et très influencés par des modèles urbanistiques, architecturaux, de marketing, de montages technico-financiers, largement inspirés de l’Occident et/ou des pays du Golfe, contribuent-ils à conserver ou au contraire à bouleverser les règles du jeu de la fabrication urbaine locale ?

3Nous partons de l’hypothèse générale selon laquelle les projets des fronts d’eau de Rabat et de Salé marquent une rupture fondamentale avec le passé. Ils inaugurent en effet une nouvelle phase caractérisée par l’émergence d’un « urbanisme de projet », dont les modalités de conception et de réalisation diffèrent sensiblement de ceux de l’urbanisme « réglementaire ». L’une des principales expressions de cette différence réside dans la multitude de dérogations aux règles établies en matière d’urbanisme et d’expropriation pour cause d’utilité publique.

4Pour cerner les tenants et les aboutissants de ces projets et, par là-même, confirmer notre hypothèse, nous avons procédé à un croisement d’une approche de l’action sur la ville « par le haut » et d’une approche de celle-ci « par le bas ». Cette double entrée a inévitablement des conséquences sur les plans théorique et méthodologique. Elle explique, entre autres, l’hétérogénéité des sources que nous avons utilisées ; elle justifie notre recours à des analyses quantitatives et qualitatives et elle légitime notre positionnement par rapport à des cadres théoriques variés (Crozier et Friedberg, Boltanski et Thévenot, Erving Goffman, etc.).

5Après un rappel des nouveaux paradigmes de l’aménagement urbain dans ce contexte internationalisé, nous avons présenté les principales caractéristiques du système d’acteurs constitué pour la réalisation de ces grands projets d’aménagement. La première rupture significative introduite par rapport aux modes « classiques » de la planification urbaine consiste en l’appel systématique qui a été lancé, pour la réalisation de ces projets, aux investisseurs étrangers, particulièrement ceux en provenance des pays du Golfe (Émirats Arabes Unis), et en la préférence qui a été donnée au montage de partenariats multiformes.

6La deuxième modification forte que l’on peut observer réside dans la création de sociétés d’aménagement ad hoc. Il s’agit, pour ce qui concerne notre recherche, de la société SABR-Aménagement, dont la suite a été prise par l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg (AAVB), laquelle a donné naissance à plusieurs filiales constituées en sociétés dédiées à certaines composantes des projets (marina, tramway, Bab Al Bahr). Parmi ces établissements, l’AAVB se distingue par l’accumulation de ses prérogatives (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, etc.) et par le fait qu’elle bénéficie, à l’un ou l’autre de ces titres, d’avantages exceptionnels tant en matière de financement que de moyens pour procéder à des acquisitions foncières ou pour agir en dérogation avec la loi sur l’Urbanisme.

7Sur les plans urbanistique et architectural, la volonté de faire des fronts d’eau de Rabat une vitrine métropolitaine de la capitale a conduit les responsables au plus haut niveau, qui sont les véritables initiateurs de ces projets, à en confier la réalisation à des « stars » de l’architecture et de l’urbanisme de renommée internationale (Bernard Reichen, Norman Foster, Zaha Hadid, etc.), c’est-à-dire des hommes et des femmes de l’art dont le nom seul sert de caution scientifique, de passeport de qualité esthétique, de vecteur médiatique.

8Les projets que nous avons étudiés marquent une rupture dans un autre domaine, celui de la communication extérieure. Un effort exceptionnel a en effet été consenti en matière de marketing, qui devient dès lors une de leurs composantes essentielles.

9Dans cette nouvelle manière de la fabrique urbaine, l’État demeure bien l’acteur majeur de l’aménagement et de la gestion de la ville, au détriment des élus, associations et citoyens ordinaires, lesquels ne disposent que de peu de moyens pour prendre connaissance des projets, en mesurer les enjeux et peser sur des décisions qui engagent le devenir de l’agglomération métropolitaine. La conséquence de ce rapport de forces inégal est l’émergence de plusieurs conflits d’aménagement. Ces conflits ont conduit tous ceux qui étaient affectés (effectivement ou potentiellement) par l’aménagement de la vallée du Bou Regreg ou par le projet de construction de la station des eaux usées sur la Corniche à utiliser une grande variété de moyens (sit-in, pétition, lobbying dans la presse, la radio ou la télévision, etc.) pour faire pression sur les décideurs. Ceci a contraint les maîtres d’ouvrage à accepter plusieurs solutions de compromis.

10Par ailleurs, la manière dont s’est déroulée la consultation des habitants, à l’occasion de l’enquête publique sur le projet de Plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg, et celle des élus, dans le cadre des sessions des conseils communaux spécifiquement consacrées à l’examen des projets d’aménagement, marque une autre rupture, très nette, par rapport aux modes de faire antérieurs. Ces arènes institutionnelles ont ainsi été l’occasion de constater que des formes d’expression plutôt radicales, parfois même provocatrices, étaient désormais tolérées, qu’elles aient trait à des sujets particuliers, spécifiques, ou à des problèmes de portée générale.

11Même si ces réflexions conclusives sont très liées à l’analyse du processus de production des deux projets étudiés, nous avons montré, in fine, qu’elles renvoient à des problématiques plus générales, à savoir : la question de la démocratie représentative et participative ; celle de la confrontation des légitimités ; et celle, enfin, des conflits — et de leur éventuelle régulation — entre intérêts particuliers et intérêt général.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de T. Agoumy & P. Signoles, soutenue le 18 avril 2013 à Rabat, Université Mohamed V-Agdal de Rabat, Faculté des Lettres et Sciences humaines, UFR Architecture et Urbanisation des territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hicham Mouloudi, « Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat (Maroc). Systèmes d’action et stratégies d’acteurs », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 129-130.

Référence électronique

Hicham Mouloudi, « Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat (Maroc). Systèmes d’action et stratégies d’acteurs », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/568 ; DOI : 10.4000/emam.568

Haut de page

Auteur

Hicham Mouloudi

Architecte en chef à la Direction de l'Architecture du ministère de l'Habitat, Rabat, Maroc

mouloudihicham2004@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page