Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pouvoir municipal et production de la ville coloniale. Constantine 1854-1903 de Badia Belabed-Sahraoui

Bernard Pagand
p. 135-136
Référence(s) :

2011, Sarrebruck (Allemagne), Éditions universitaires européennes, 365 pages

Texte intégral

1La ville et/ou la médina de Constantine ont été l’objet de nombreux travaux, thèses, mémoires, articles en ce qui concerne les questions urbaines et architecturales. Le présent ouvrage, qui correspond à la publication d’une Thèse de doctorat d’État algérien, s’inscrit dans cette vaste production, sur laquelle un point rapide est effectué, avec une orientation historique appuyée sur un large et fécond recours aux archives historiques de la ville de Constantine (registres des délibérations du Conseil municipal) qui en assure l’originalité.

2Madame B. Belabed-Sahraoui, qui a bien entendu entrepris et réalisé ce travail dans une démarche de chercheure, ne néglige pas non plus sa fonction d’enseignante et montre combien la recherche historique en urbanisme et architecture est nécessaire à l’enseignement de l’architecture, mais aussi comment, en Algérie, elle achoppe sur des préjugés, voire des contestations, dès que la période correspondant à la situation coloniale est abordée ; il s’agit ainsi dans ce travail, qui y parvient en partie, de réduire les schématisations en cours et de démystifier certains concepts hâtivement élaborés.

3Cette histoire de la production urbaine à Constantine sur le site ancien du « Rocher », est abordée principalement à partir et au travers du filtre de la municipalité, du pouvoir municipal, lequel, par définition, en est le vecteur principal, puisque décisionnel, et régulateur du jeu des autres acteurs. Dans la « Colonie », la situation est complexe, mais le choix de la période correspond effectivement à celle qui va de l’établissement affermi de l’administration civile au moment particulier du déclassement des zones de fortification. Cette édification fait écho à l’implantation et au développement colonial « provincial », c’est-à-dire un moment où les « Algériens » (colons) entendent prendre leur destin en main, du tracé des rues de la ville à l’exploitation de la province, et où toute mission exploratoire est encouragée voire subventionnée par le chef-lieu. Elle est aussi la construction d’une représentation tant au regard de la métropole que face à la population d’origine locale.

4La fabrication de la ville est associée à des temps forts qui scandent cette cinquantaine d’années en cinq phases : la mise au point des outils puis, après la visite de l‘empereur Napoléon III, les décisions majeures concernant les grands travaux ; vient ensuite le temps des grands équipements publics et d’un plan global d’alignement et de nivellement, qui précède une période de repli et de difficultés — survenant pourtant après un retour à l’élection du maire (à moins que ce ne soit à cause de ce retour à l’élection ?) —, avant que l’œuvre municipale ne soit finalement couronnée de succès, c’est du moins ce que suggère la visite inaugurale du nouveau Constantine (Coudiat Aty) par le président de la République Émile Loubet. L’on sait qu’il faudra attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que l’« élément indigène » bénéficie de réponses adaptées à ses besoins, et la Thèse confirme bien l’idée de domination et d’exclusion.

5En surplomb de ces temporalités, les projets phares ou les plus significatifs, pour des raisons diverses, sont suivis au plus près des délibérations du Conseil municipal, ce qui permet une plongée dans la matière complexe de la structuration de l’espace urbain : l’assise des quartiers, les limites de la ville, les grands équipements de déplacement structurants, la voirie et les espaces publics, et dans celle de l’édification architecturale, de la conception des projets à leur livraison en passant par toutes les circonvolutions des jeux d’acteurs — dont ceux, cruciaux, des entrepreneurs et des investisseurs, les « capitalistes » de l’époque. La ville, recomposée (médina) ou nouvelle, est en effet à la fois un projet économique (y compris pour la municipalité) et un projet d’embellissement.

6Mais cette ville, loin de s’édifier selon une vision prospective clairement définie, s’est faite, bien davantage, à partir d’actions complémentaires parfois, antagonistes d’autres fois, régulées par le thème majeur du XIXe siècle, celui de la salubrité et de l’hygiène. Ces actions n’ont pas permis de clarifier l’espace urbain de façon définitive, puisque le pivot de la ville que représente un centre urbain, le centre-ville, n’a pu trouver place en cette période et même ultérieurement.

7L’ouvrage est facile à lire et la typographie agréable. Le plan très détaillé permet au chercheur de suivre une thématique, l’histoire d’un lieu, etc., de manière simplifiée ; les tableaux et les annexes synthétisent les temps longs de façon explicite ; mais bien des cartes ou documents et plans issus des archives auraient mérité, de la part de l’éditeur, une reprise graphique ou un meilleur traitement, ceci reste d’autant plus dommageable pour la qualité de l’ouvrage qu’il s’agit d’une Thèse d’architecture et d’urbanisme ! Et que penser de la couverture qui présente une photographie de ce qui est (sauf erreur de notre part) l’une des cités des Cinque Terre, un parc national situé en Lombardie, à proximité de La Spezia ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Pagand, « Pouvoir municipal et production de la ville coloniale. Constantine 1854-1903 de Badia Belabed-Sahraoui », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 135-136.

Référence électronique

Bernard Pagand, « Pouvoir municipal et production de la ville coloniale. Constantine 1854-1903 de Badia Belabed-Sahraoui », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://emam.revues.org/573 ; DOI : 10.4000/emam.573

Haut de page

Auteur

Bernard Pagand

Maître de conférences en Architecture à l'INSA-Strasbourg, France

bernard.pagand@insa-strasbourg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page