Navigation – Plan du site

Adrar et l’urbanisme ou la sédentarisation erratique des oasis du Touat*

Jean-Pierre Frey
p. 7-45

Résumés

L’espace urbain oasien présente ce paradoxe qu’il participe d’une sédentarisation radicale tout en évitant de se calquer sur les traces de l’implantation antérieure des populations. Les ancrages au sol des constructions seront d’autant plus durables qu’ils auront été conçus de façon abstraite et déterritorialisée. L’ordre urbanistique technocratique impose des réseaux de voirie ne tenant plus compte de l’ordre réticulaire d’une irrigation jadis essentielle des ksour. L’alignement des rues s’émancipe progressivement des cheminements vernaculaires. La diffusion de l’automobile et le développement du trafic routier menacent dès lors directement la fragile mécanique des fluides qui a présidé des siècles durant à la vivacité d’une culture vivrière autarcique. Un individualisme de plus en plus marqué participe d’une désaffiliation généralisée dans laquelle les savoir-faire de l’irrigation s’évaporent. La forme urbaine se disperse au gré des occupations abusives des terrains contribuant à la prolifération inconsidérée d’un tissu lâche et de trop faible densité. Cette modernisation architecturale et urbanistique de l’espace oasien conçue pour faciliter la circulation des marchandises participe de la déterritorialisation radicale des activités et esquisse la figure nouvelle de villes hors sol dans les paysages désertiques d’un urbanisme qu'on pourra dire off shore.

Haut de page

Texte intégral

  • * Ce texte est tiré d’une communication effectuée au Colloque international organisé par l’IREMAM « L (...)
  • 1 O. Pliez, Villes du Sahara, urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, 2003.

1L’urbanisation des oasis sahariennes de l’Algérie et de la Libye1 évolue à une telle vitesse depuis une vingtaine d’années que leur facture urbaine de départ — remarquable à plus d’un titre — s’efface inexorablement au profit d’un mode d’urbanisation dont cet article tentera de dessiner les grands traits. C’est à l’apparition d’un urbanisme typiquement saharien né de la fragile articulation entre une morphologie étroitement liée à la topographie et une structure nouvelle s’imposant de l’extérieur selon un schématisme fonctionnel porteur d’une modernité résolument exogène à laquelle nous assistons. Soulignons d’emblée qu’il convient de se défier de toute généralisation ou extrapolation abusives tant la rigueur du climat, la fragilité des ressources et la vulnérabilité des tissus urbains et sociaux aux technologies modernes de transport et de communication composent avec des héritages aussi multiples que variés selon les sites. Nous ne nous attacherons donc à rendre compte que de ce que nous avons eu l’occasion d’observer dans le Touat, et plus particulièrement à Adrar, à l’occasion d’une mission à laquelle nous avons participé. Nous entendons donc tout d’abord tirer quelque enseignement de ce que nous avons pu observer sur place tout en apportant une contribution plus générale à une réflexion sur ce que nous serions tentés de qualifier de « type urbanistique » en considérant hâtivement qu’il se passe sensiblement la même chose dans les autres oasis du Sud algérien.

  • 2 J.-P. Frey, « Généalogie du mot “Urbanisme” », Urbanisme, n° 304, 1999, pp. 63-71.

2Parler d’urbanisme2 suppose pour le moins de rendre compte de tracés et d’une planification témoignant d’une véritable volonté politique d’organiser un territoire, ses populations et leurs activités selon une vue d’ensemble. Disons simplement que, sans confondre cette discipline des lieux et des procédures avec un ordre géométrique et institutionnel, l’apparition d’un urbanisme saharien coïncide avec une entreprise coloniale qui commence au début du XXe siècle avec les premières incursions de colonnes militaires françaises vers un Sud désertique à découvrir et à conquérir. Les postes et les campements militaires qui jalonnent les pistes menant au Soudan d’alors sont ainsi devenus les noyaux d’une urbanisation effrénée faisant figure de marche forcée depuis l’indépendance de l’Algérie. La farouche volonté de l’administration de mettre en valeur cette sorte de Far South par une sédentarisation systématique et résolument urbaine des diverses populations composant une société encore largement agropastorale a condamné les planificateurs à composer, quand ils n’en ont pas nié les principales caractéristiques, avec un espace dont nous montrerons qu’il est par nature erratique, mouvant et multiforme.

  • 3 L’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, ma (...)
  • 4 Cdt J. Godard, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, 1954.
  • 5 R. Capot-Rey, « L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien », Travaux de l’Institut de Recherches (...)
  • 6 René Maunier (1887-1951) fut professeur de législation et d’économie coloniale à la Faculté de Droi (...)
  • 7 M. Mercier, La civilisation urbaine au Mzab, étude de sociologie africaine, 1922 et La civilisation (...)

3La première réflexion de type universitaire, à défaut de relever d’une approche strictement scientifique, d’un urbanisme saharien est due à l’un des premiers diplômés de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger3, le dénommé Jean Godard, et ce n’est sans doute pas un hasard s’il était commandant de son état4. Dans le commentaire qu’il fait sur l’ouvrage de cet auteur publié à la suite du mémoire soutenu à l’issue de ses études à l’université, Robert Capot-Rey note que la rapide croissance des villes des oasis « n’a pas été dirigée et rares sont les points où un souci d’urbanisme a présidé à l’extension des villes ; les chefs d’annexes se sont bornés à aménager le site avec les moyens du bord. […] Devenue un centre administratif ou industriel, l’oasis n’en demeure pas moins une ville d’un genre particulier, moitié ksar, moitié jardins. On est curieux de savoir quelle place réserve à ceux-ci le plan d’urbanisme »5. Bonne question en effet, qui reste cruellement toujours posée à l’heure actuelle. Dans le cas qui nous intéresse, nous sommes loin de l’exemple des villes du M’Zab dont Marcel Mercier qui, après en avoir exploré les particularités morphologiques sur la recommandation judicieuse de René Maunier6 dans un ouvrage qui fait toujours autorité sur la question, soulignait que : « à l’heure actuelle, nos villes mzabites, avec leurs rues soigneusement distribuées, leurs maisons à gouttière et à fosses d’aisance, leurs mosquées centrales, leurs marchés ou lieux d’échange toujours repoussés à la périphérie, leur organisation municipale, leur police, respirent au contraire un air d’urbanisme très poussé »7. Antithèse, en quelque sorte de la plupart des ksour oasiens du Sahara, le M’Zab a légitimement toujours fait figure d’exception aussi bien sur les plans architecturaux et urbanistiques, qu’économiques, sociaux et peut-être surtout religieux. Nous oserons dire que l’état de cette pentapole et la lumière du M’Zab ont clairement porté ombrage aux autres types de villes de ce vaste désert.

  • 8 J.-C. Humbert, L’œuvre du colonel Carbillet au Sahara, 1827-1940 : le saharien, l’urbaniste, le dip (...)

4On a récemment rendu un légitime hommage à l’œuvre du colonel Carbillet à Ouargla8 où, malheureusement, les embryons de tracés urbains et le parti esthétique d’une architecture qu’on a bien voulu dire soudanaise sont désormais de l’ordre de l’archéologie tant l’urbanisation explosive récente a désintégré le noyau initial de ce qui est devenu une agglomération à proprement parler. Pour le reste, et à l’exception de Timimoun dont le charme et la couleur locale résistent étrangement à l’œuvre destructrice d’un modernisation incontrôlée, et peut-être aussi d’El-Oued, qui continue à arborer imperturbablement ses coupoles comme un signe distinctif irréductible à l’horizon de ses dunes, les paysages plutôt rugueux et plus ou moins chaotiques des regs peuvent d’autant moins prétendre à une esthétique architecturale et urbanistique originale que le bulldozer de la préfabrication homogénéisante est passé par là. Les visées normatives, pourtant jamais atteintes, d’une planification prétendument socialisante s’emploient en effet consciencieusement à laminer des disparités et à gommer des différences qui survivent cependant vaille que vaille.

Incertitudes et mouvances des territoires désertiques

Un espace rétif aux délimitations

5Longtemps indifférent au temps pour le voir s’écouler au rythme du pas mesuré des dromadaires, mais étroitement dépendant d’une eau qui affleure plutôt qu’elle ne jaillit ou ne s’abat dans des caprices ravageurs, l’espace oasien s’étale plus laborieusement que paresseusement au creux d’un relief qui dicte sa loi. Sa morphologie détermine, en effet, sinon les implantations des populations, du moins les traces de leurs passages plus ou moins furtifs selon que l’on a affaire à des éleveurs nomades ou à des agriculteurs attelés à une toujours fragile sédentarisation.

6Toute urbanisation durable, comme du reste les architectures campées dans la terre et dans la pierre, tiennent plus des traces de pas qui se maintiennent en se superposant régulièrement au fil du temps que d’un tracé rigide. Contrairement à l’apparente stabilité du relief, les assauts du vent et les caresses d’une eau à fleur de peau sont toujours susceptibles de modifier, non pas la nature du sol, mais les subtils dessins de ses linéaments sédimentaires. L’urbanisation est en somme comme ces pistes que l’envahissement par le sable des ergs fait disparaître ou ne fait qu’apparaître en pointillé, ou que la platitude monotone des regs démultiplie au point d’égarer le voyageur solitaire. Seuls les pas alignés des caravanes le long d’itinéraires ponctués de points d’eau, les canaux d’irrigation s’écoulant vers les cuvettes que forment les sebkhas et l’apparition arbitraire des stations services, leurs citernes et leurs bidons le long d’improbables itinéraires aux raccourcis toujours espérés, mais jamais d’emblée acquis malgré la fuite toute tendu vers la ligne droite, dessinent la structure essentielle des implantations.

  • 9 N. Marouf, Lecture de l’espace oasien, 1980, p. 18.
  • 10 É.-F. Gautier, La conquête du Sahara, essai de psychologie politique, 1923 et Le Sahara, 1928.

7Le Touat, véritable archipel oasien de quelque 425 000 km2, compte environ 350 000 habitants, dont près de 70 % dans les ksour, c’est-à-dire dans environ 294 noyaux anciens des agglomérations, le reste étant constitué de constructions récentes prenant place dans zones nouvellement bâties et supposées faire l’objet d’une planification, autrement dit, apparues sur ce territoire à partir du début du XXe siècle. Comme nous le rappelle Nadir Marouf, le mot Touat n’est que le pluriel déformé et quelque peu arabisé du mot zénète tit, qui signifie « source »9. Lesdites sources ne sont cependant pas clairement discernables dans ce paysage désertique au point de constituer d’emblée des sortes de balises dans cet océan mi-pierreux, mi-sablonneux. Émile-Félix Gautier avait judicieusement noté le fait que le Sahara est un territoire dont l’image s’est construite plus récemment et plus progressivement que les autres, toujours un peu comme s’il se dérobait constamment au regard de l’explorateur ou du conquérant qui s’y déplace sans avoir forcément dans la tête son image mentale globale ou sous la main une cartographie fiable au point de véritablement guider sa navigation10. L’image du Touat comme aire géographique supposée ne fait pas qu’être assujettie, dans sa constitution historique, à une sorte de film mal monté où les trop rares images photographiques ou cartographiques ne sont pas toujours raccord et où la synchronisation avec les récits littéraires laisse toujours à désirer. Les changements de décor et la composition des acteurs sur une telle scène font que l’on n’est jamais assuré de la précision et de la pertinence des informations disponibles ou de la description des lieux, tant évoluent rapidement les configurations de l’habitat.

  • 11 Lt-col. Daumas, Le Sahara algérien, études géographiques, statistiques et historiques sur la région (...)
  • 12 Lt-col. de Colomb, « Notice sur les oasis du Sahara et les routes qui y conduisent », Revue algérie (...)
  • 13 Ibidem, p. 45.
  • 14 En vertu de la loi du 24 décembre 1902 et des décrets du 30 décembre 1903 et du 4 août 1905. Cf. ca (...)

8Parmi les premiers sans doute à s’attacher à donner une description précise et attentive à une organisation topologique des lieux, le général Daumas en 184511 identifie six villages à l’est et dix à l’ouest de l’axe approximatif Nord-Sud de la « circonscription de Touat » qu’il découvre à l’ouest du Gourara, d’où il arrive en descendant de Timimoun. Avec une centaine de maisons, Sba en est présenté comme le chef-lieu, siège d’une djema’ permettant de définir une sorte d’entité fiscale et politique. Les oasis de « Timmi, Touat, Bouda ou Temandit », pourtant au cœur de la partie Nord-Ouest du Touat, apparaissent en somme, dans cette perception du territoire, à la limite Sud du ksar le plus septentrional alors connu des troupes françaises. Cette vision pour le moins orientée des conquérants venus du Nord sera assez rapidement rectifiée. Le lieutenant-colonel de Colomb, par ailleurs le premier à dresser une carte de la région, décrira en effet le Touat comme « […] le foyer où doivent se réunir tous les rayons commerciaux se dirigeant vers le Soudan, qui partent des côtes de la Méditerranée et de l’océan, depuis Tunis jusqu’à Rebat et même Mogador »12. Ce « foyer » dispose d’un centre : « Timmi est le carrefour du Touat ; c’est là que se réunissent toutes les routes du nord, de l’est et de l’ouest qui vont du Touat et à Tidikelt et de là dans le Soudan vers Tembektou ou vers Haoussa. […] Adgrar est la capitale du district et la résidence de son chef actuel, El-Hadj-Mohammed-Ould-El-Hadj-El-Hassein […] »13. Somme toute, de confins Sud du désert connu chez Daumas, le Touat devient le grand carrefour des échanges Est-Ouest et Nord-Sud des grandes pistes caravanières de ce qui deviendra en 1902 les « Territoires du Sud »14.

  • 15 C. Sabatier, Touat, Gourara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire, 1891

9Dans cette région, qu’il dit être comprise entre le Sud Algérien et le Tanezrouft (le fameux et terrifiant désert des déserts), Camille Sabatier évalue la population du Touat à environ 100 000 habitants en 189115. Fait plus notoire : la plupart des géographes du tournant du XXe siècle s’accordent sur le fait que cette région n’existe pas en tant que telle, faute de délimitation précise.

« Il est assez difficile de donner une définition exacte de ce qu’on appelle Touât. Géographiquement, ce pays n’existe pas. […] Le Touat n’est pas davantage une région ethnographique : on voit vivre côte à côte presque toutes les races qui peuplent l’Afrique du Nord. Ce n’est, enfin, même pas un État politique : les oasis qui le composent n’ont en commun ni l’autorité qui les commande ni l’intérêt qui les fait agir. »
H. Schirmer, « Le Touat », Annales de Géographie, 1892, p. 404.

10Sans véritable unité politique ou sociale clairement discernable et flottant en quelque sorte dans un no man’s land au milieu de nulle part, ce carrefour ne constituerait donc pas une entité physique, cela d’autant plus que les frontières sont encore loin d’être arrêtées — au demeurant selon une géométrie particulièrement sommaire — entre les divers pays de la région, notamment entre le Maroc et l’Algérie.

« “Géographiquement, le Touat se trouve en dehors du Maroc. La position qu’il occupe en fait une annexe de l’Algérie” [G. Rohlfs, Mein erste Aufsensthalt in Marokko, Brême, 1869, p. 182]. Ce jugement d’un voyageur qui n’est pas suspect de partialité à notre égard, M. Gérard Rohlfs, peut servir de conclusion à cette étude. »
H. Schirmer, « Le Touat », Annales de Géographie, 1892, p. 413.

  • 16 H.-M.-P. de la Martinière et N. Lacroix, Documents pour servir l’étude du Nord-ouest africain, 1897 (...)
  • 17 Ibidem, tome 3, p. 126.
  • 18 Ibid., tome 3, p. 127.
  • 19 Ibid., tome 3, p. 213.

11La compilation de textes effectuée par le Service des Affaires indigènes du Gouvernement général de l’Algérie en 189716 reprend avec conviction ce jugement de Schirmer et s’appuie également sur les textes de Rohlfs pour dessiner les grands traits de ce territoire. Elle mentionne les 11 districts suivants que l’on retrouve aussi bien sur les cartes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle que sur le terrain actuellement : Bouda, Timmi, Bou Faddi, Tamentit, Tasfaout-Fenourin, Tamest, Zaouiet Kounta, Inzegmir, Sali, Reggane et El-Kseïbat17. Les auteurs précisent qu’« […] il ne faut pas envisager le Touat comme une succession d’oasis se rattachant les unes aux autres, mais bien, comme une série d’oasis […] séparées souvent entre elles par de grands espaces désertiques »18. Autrement dit, ce serait bien à ce que nous avons appelé un archipel oasien que nous aurions affaire, et l’on peut dès lors comprendre que l’une ou l’autre des localités qui le composent ait pu, sinon dominer les autres, du moins avoir plus de poids démographique, économique ou politique que les autres à un moment donné d’une histoire passablement longue. Plus sans doute que Sba, dont l’importance relève d’une sorte d’illusion d’optique de Daumas — et de son intérêt vraisemblable pour les poudrières qu’elle accueillait lors de son arrivée —, c’est l’ensemble oasien du Timmi qui semble avoir toujours eu la suprématie sur le Touat, à cause de la convergence des pistes qu’elle représente. En revanche, il apparaît clairement que la montée en puissance de la ville d’Adrar doit beaucoup à l’arrivée de l’armée et des autorités françaises en général. Fin XIXe, « […] le centre le plus important de tout le Touat serait, au dire du même voyageur [G. Rohlfs], Tamentit, ville de 6 000 âmes à ce qu’il prétend, qui possède une casbah. […] Citons encore, comme localité importante, Adr’ar (du Timmi) qui malgré sa déchéance n’en est pas moins encore un marché important »19.

12En somme, les premiers observateurs en restent à la surface des choses. Et s’ils comprennent bien que l’implantation des populations, de l’habitat et des cultures doit beaucoup à l’eau, c’est d’abord aux grands traits du relief qu’ils confient l’explication de la localisation des agglomérations, à la conjonction en quelque sorte des pistes caravanières et de marchés occupés en permanence par des sédentaires, qui savent tirer du sol l’eau comme source de vie et de culture. La description que fait le capitaine Augérias du Sahara occidental pour le compte de la Société de Géographie en 1919 est à ce titre symptomatique de cette lecture proprement géographique de cette aire.

« En arrivant dans la région du Bouda, l’oued recevait sur sa gauche une énorme masse d’eau : toutes les eaux du lac Gourara qui collectait lui-même une multitude d’oueds venant soit de l’Atlas (oueds Salah, Rarbi, Seggueur, Namous), soit du plateau de Tadmaït (innombrables oueds collectés par le Meguiden). […] percée de Zaglou, dans le moyen Touat. C’est là que les eaux crevaient pour la dernière fois la falaise du Touat, déjà si malmenée depuis la région du Timmi. Toute cette zone aurait encore besoin d’être étudiée, notamment la ligne des sebkhas qui ne m’ont pas paru avoir actuellement de communication les unes avec les autres. […] Le Sahara occidental est complètement vide d’habitants. On peut circuler pendant des mois sans y rencontrer un être humain. Mais si aucune tribu n’y nomadise, des bandes de pillards traversent ce désert et il n’est peut-être pas sans intérêt d’indiquer ici leurs grandes lignes de parcours. »
Capitaine M. Augérias, Le Sahara occidental, 1919, p. 10 et 29.

13Globalement donc, le Touat est une entité territoriale à géométrie variable non seulement en fonction de l’évolution des lectures qui en ont été faites, mais aussi parce que la configuration de cet archipel oasien a beaucoup fluctué au cours de l’histoire. Nous n’en reprendrons pas ici les avatars faits traditionnellement de conquêtes, conversions, rezzou et destructions. Ce sera plutôt la désertification et la désertion qui nous intéresseront, car ils constituent une sorte de surdétermination de l’évolution de la morphologie urbaine et sociale des agglomérations, et d’Adrar en particulier.

Les sables mouvants de la localisation des ksour

14Ce que É.-F. Gautier qualifiera de « rue des palmiers » doit donc son implantation sommaire à la topographie et à la géomorphologie de cette zone.

« Les oasis et les sebkhas jalonnent la ligne-limite des terrains crétacés et primaires, au Gourara et au Touat ; ce jalonnement est méticuleux à cent mètres près ; ce ne peut pas être une coïncidence fortuite ; il faut admettre une relative relation de cause à effet ; cette limite géologique est un lieu d’habitation humaine parce que, comme beaucoup de pareilles, elle est une ligne de sources, suivant laquelle affleure la nappe souterraine. »
É.-F. Gautier, Missions au Sahara par E.-F. Gautier et R. Chudeau, tome 1 : Le Sahara algérien, 1908, p. 242.

  • 20 É.-F. Gautier, « Le Sahara oranais », Annales de Géographie, 1903, pp. 250-251.
  • 21 H. Schrimer, « Le Touat », Annales de Géographie, 1892, p. 409.

15Les explorateurs émerveillés vont, chemin faisant, découvrir cette technique importée de Perse, en tout cas d’Orient, et « consistant à capter une source à flan de coteau », finira par dire Gautier20 pour simplifier la présentation du système de canalisations souterraines, invisibles artères liquides21 dont le sous-sol du Touat est truffé, et qui seul permet de comprendre l’organisation des cultures et de l’habitat.

Figure 1. Villages désertés et structures anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien).

Figure 1. Villages désertés et structures anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien).

Source : J.-C. Échallier, 1972, Carte 2.

  • 22 L’orthographe de ce mot a été très fluctuante, notamment pour le pluriel. Schirmer en 1892, reprena (...)
  • 23 Cap. Herbaut, « Les foggaras du Touat », Bulletin de la Société de Géographie, 1934, pp. 562-563.
  • 24 G. Grandguillaume, « Régime économique et structure du pouvoir : le système des foggaras du Touat » (...)
  • 25 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, pp. 63-110.
  • 26 I. Kobori, Case Studies of Foggara oases in the algerian Sahara and Syria, 1982.

16Une foggara22, pour le dire vite, « consiste à récupérer, au moyen de canaux souterrains, sortes de drains, l’eau d’une nappe aquifère située à une profondeur variable, et à amener l’eau ainsi récupérée à se déverser à hauteur convenable dans des rigoles d’irrigation ou séguias. L’adoption de ce procédé est donc limitée par des conditions de terrain et de niveau. Le terrain à irriguer devra se trouver en dessous de la nappe aquifère ; c’est ce qui explique pourquoi la plupart des oasis à foggaras sont adossées à la falaise terminale d’un plateau »23. Le même auteur mentionne l’existence dans les années 1930 de près de 2 500 km de galeries s’étendant du Bouda au Reggane, c’est-à-dire sur un territoire correspondant à l’ensemble du Touat, et qu’il ne s’en construit plus de neuves faute de main-d’œuvre et de capitaux. Les galeries forées, qui peuvent atteindre chacune 6 à 8 km de long, sont en général toujours présentes, mais souffrent de plus en plus d’un ensablement ou d’effondrements, qui correspondent aux deux principaux modes de détérioration. Le système est au demeurant principalement menacé aussi bien par l’avance d’une urbanisation qui n’en tient pas suffisamment compte que par les changements induits par une organisation sociale globale tablant sur d’autres ressources. Un article du quotidien El Watan du dimanche 24 juin 2001 mentionnait que 720 foggaras sur les 909 que compte le Touat représentaient 1417 km de galeries encore actives qu’il fallait faire l’effort de sauver. Les descriptions les plus récentes et les plus fines, notamment parce qu’elles s’appuient sur des relevés et une iconographie soignée, sont dues à G. Grandguillaume24, pour ce qui est du système social valable pour l’ensemble du Touat, et à J. Vallet25 dans le cas particulier de la ville de Tamentit, notamment à partir d’une photo-interprétation du site. Nous renvoyons le lecteur à ces textes qui, outre des plans permettant de bien comprendre ce système somme toute assez complexe, comportent lexiques et glossaires des termes techniques. Mentionnons également des réflexions plus récentes dans une publication japonaise26.

  • 27 P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale », Archives de l’Institut Pasteur d’Algérie, (...)
  • 28 J.-C. Échallier, Essai sur l’habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, 1968 et Villages d (...)
  • 29 N. Marouf, Lecture de l’espace oasien, 1980, 281 p.

17Le texte de Devors27 comporte des données intéressantes par certaines précisions et leur actualisation sur la longueur des galeries et leur débit. Enfin, les travaux de Jean-Claude Échallier28, comme du reste la synthèse offerte par Nadir Marouf29, présentent l’avantage d’aborder les questions en termes plus architecturaux et urbanistiques que les auteurs, plutôt préoccupés de géographie, qui les ont précédés sur ce type de terrain. Pour ce qui nous concerne, il importe de souligner les points suivants.

18C’est la topographie, même faiblement accentuée dans cette région du Sahara si on la compare au Hoggar ou au Tibesti, qui dicte l’implantation des ksour et de leurs palmeraies. Aligné sur le flan ouest du plateau du Tademaït et le long de l’oued Messaoud bordé d’une série de sebkhas, l’archipel oasien du Touat égraine ses implantations sur près de 150 km selon une succession de localités allant d’El-Mansour dans l’oasis du Bouda au nord légèrement ouest jusqu’à Reggane au sud, où il s’arrête brutalement pour céder la place au Tanezrouft.

  • 30 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, pp. 63-110.

19La distribution traditionnelle de l’eau par le système des foggaras oriente les galeries et réseaux des contreforts du plateau à l’est vers le replat du cours des oueds et des sebkhas perpendiculairement à la chaîne des agglomérations. Les ksour se succèdent avec de nombreuses interruptions, non pas directement au pied de la falaise terminale du plateau mais le long de la crête des escarpements de grés qui domine une plaine d’érosion taillée dans le continental intercalaire constitué de crétacé inférieur et recouverte d’une mince couverture de sable, de cailloux roulés et de débris de croûte30.

20Les pistes reliant les ksour, selon la ligne NW-SE de ce qui correspond sans doute à une faille, suivent donc cette ligne de crête en coupant chacune des foggaras, en général, dans leur partie souterraine, mais ce n’est pas systématique. Retenons que, en règle générale, les routes qui se sont substituées aux pistes longent cette crête du côté du plateau, la majeure partie des ksour étant accessibles à partir de cet axe principal nord-sud par une desserte en peigne orientée de la même façon NE-SW que les lignes des regards [jaba el hassi] des foggaras.

21L’habitat est donc situé en léger contrebas de la crête de la faille et juste au-dessus des palmeraies et des jardins qui s’étendent des maisons débordant des ksour dans leur partie basse jusqu’aux cuvettes salées et incultes des sebkhas amorçant une zone résolument désertique. L’urbanisation récente a tendance à se structurer le long des axes routiers plutôt que selon la logique à la fois topographique et réticulaire de la distribution de l’eau par le système des foggaras. Elle se développe, depuis l’arrivée des premiers représentants de l’administration coloniale française — et sans discontinuité sensible depuis l’indépendance autre que celle de l’accélération effrénée du processus de colonisation par les populations et les institutions du nord du pays —, sur le replat, au demeurant suffisamment large, s’étendant des contreforts du plateau à la crête où s’amorce la descente vers les palmeraies.

Figure 2. Le tracé des foggaras aux alentours d’Adrar.

Figure 2. Le tracé des foggaras aux alentours d’Adrar.

Source : J.-C. Échallier, 1972.

22Nous avons pris la fâcheuse habitude de ne considérer la métamorphose des agglomérations qu’en fonction d’un facteur ayant pris le pas sur les autres : les extensions périurbaines modifiant les configurations d’ensemble, toujours de façon dissymétrique par rapport à un supposé radioconcentrisme dominant. C’est laisser dans l’ombre non seulement la subreptice transformation des tissus anciens et leur constante requalification par rapport à un système synergique global. C’est aussi faire l’impasse sur la désuétude, l’abandon et la désertification de certains secteurs. Les friches industrielles, comme du reste les terres agricoles gagnées par l’urbanisation, nous apparaissent depuis le XIXe siècle comme des assiettes foncières toutes trouvées et comme des terrains aussi bien supposés injustement vierges pour une avancée aussi inconsidérée d’un front bâti qu’étant tout naturellement destinés à de nouvelles colonies de peuplement. La mise à profit — pour ne pas dire mise à sac — du sol et la rentabilisation des investissements immobiliers ne sont pas telles ici que nous puissions négliger un phénomène particulièrement original : l’abandon pur et simple de l’habitat et de terres devenues incultes. Ces lieux délaissés font résolument partie du paysage saharien.

Ruines et désertion : une forme originale de mobilité résidentielle

  • 31 R. Mimouni, Le Fleuve détourné (roman), Paris, Robert Laffont, 1982, 218 p.

23La mise en péril de l’implantation des populations relève traditionnellement de deux phénomènes principaux : le rabattement de la nappe phréatique et un ensablement qui doit sans doute un peu plus ses raisons à une désorganisation sociale que le premier phénomène. Nous oserons en rajouter un troisième qui nous convainc résolument de la responsabilité humaine dans ces faits d’ordre écologique : l’incurie, l’incompétence et la désinvolture coupable d’une bureaucratie et d’une technocratie plus portée à la violence symbolique sur le territoire et les populations au nom des promesses d’un progrès — au demeurant rarement tenu — qu’à une gestion précautionneuse et intelligente de l’environnement31. Les investissements massifs souvent nécessaires à des travaux d’infrastructure d’envergure dans des zones considérées parfois injustement comme déshéritées font souvent des ravages à long terme. Et, quand on s’en rend compte, il est trop tard. Les deux premiers phénomènes permettent d’expliquer la géométrie variable de l’implantation proprement géographique des activités agricoles et de l’habitat. Le troisième oriente l’urbanisation vers une déterritorialisation qui caractérise la modernité en général, mais dont l’image idéale typique nous est donnée ici par les cultures hors sol et un mode d’arrosage qui échappe aux règles traditionnelles de l’irrigation en zone désertique.

24L’effacement des cultures et des populations qui migrent vers de nouveaux sites tient d’une sorte de palimpseste naturel opéré par le vent et la pluie mais surtout à une extrême fragilité naturelle, et nous laisserons à Jean-Claude Échallier le soin de nous décrire les deux types de réduction du débit des foggaras qu’il ne faut pas confondre, même s’ils se soldent par une désertion similaire des sites de départ.

« Le premier est dû au rabattement plus ou moins rapide de la nappe phréatique qui alimente la foggara. Le remède consiste à recreuser la foggara. Ce faisant, on abaisse le niveau du débouché et les jardins situés plus haut périssent. Dans ce cas, la palmeraie glisse peu à peu vers l’aval en suivant l’abaissement de réseau primaire d’irrigation. Dans le second cas, il y a réduction du débit par ensablement ou toute autre cause provenant du manque d’entretien. Ce désordre a une origine strictement humaine qui fait que cet entretien devient impossible : absence de sécurité, manque de main-d’œuvre servile, etc. Dans ce cas ce sont les jardins situés à l’aval qui périssent car le peu d’eau qui reste est insuffisant pour parvenir jusqu’à eux. Très souvent d’ailleurs il semble que les jardins ne soient plus entretenus avec autant de soins et que ceux qui sont situés à l’amont périssent également mais par ensablement direct en ce qui les concerne. »
J.-C. Échallier, Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara, 1972, p. 105.

25On peut ainsi opposer le caractère étrangement ruiniforme de l’habitat ancien aux détériorations récentes dues, notamment, à une importation incontrôlée de matériaux, modèles et techniques de construction ou d’exploitation des ressources du sous-sol qui ruinent — à proprement parler — une partie des efforts consentis pour mettre en valeur la région.

26Les premiers explorateurs occidentaux de ces oasis ont été frappés par le caractère ruiniforme des ksour au point que le lieutenant Niéger a consacré un chapitre entier à cette question.

« Ruines. — Le Touat est couvert de ruines (ksour ou casbahs). Cette abondance de constructions abandonnées pourraient faire penser à une prospérité des jours passés. Il n’en est rien. Le Touat, loin de diminuer en habitants et palmeraies, croît tous les jours. […] Il existe au Touat un principe général et toujours mis en pratique, le principe du moindre effort ; un ksar tombe-t-il en ruine, les indigènes pour s’éviter la peine du déblaiement, l’abandonnent et en construisent un à côté. “Les terres non cultivées sont vastes et n’appartiennent qu’à Dieu”. »
Lieutenant Niéger, « Le Touat », Bulletin [du Comité de] l’Afrique française, année 1904, p. 174.

27Bien qu’il ait noté que la propriété de l’eau était absolument indépendante de celle des terrains de culture — ce qui eût pu ouvrir la voie à une réflexion d’ordre sociologique sur les disparités sociales et les éventuels conflits et contradictions entre les groupes sociaux en présence et leurs intérêts respectifs — c’est à un principe du moindre effort caractérisant l’attitude de l’ensemble de la population indigène que cet auteur confie l’explication de cet état de choses. Il faut reconnaître que la question est délicate et que, compte tenu de la rigueur du climat, nous aurions mauvaise grâce à reprocher auxdits indigènes de ne pas avoir eu le courage d’entreprendre ou de ne pas avoir consenti les efforts nécessaires à la survie des foggaras, qui auraient peut-être pu être sauvées de l’ensablement, et dont beaucoup sont mortes depuis. A.-G.-P. Martin, que l’on peut considérer comme le premier théoricien de cette région, note l’existence des ruines, comme du reste de « terres incultes » non closes et non irriguées à proximité des palmeraies (et nommées bour en arabe), sans pour autant invoquer un quelconque renoncement ou une propension congénitale au moindre effort de la part des habitants, au demeurant condamnés à reconstruire un autre ksar, voire à ouvrir des nouvelles zones de cultures en fonction du déplacement de leurs habitations.

« Ajoutons encore que le pays est couvert de ruines, la plupart banales ; on peut dire que, dans presque toutes les oasis, la masse des constructions en ruines et désertes est une, deux, trois fois plus importante que celle des constructions habitées. »
A.-G.-P. Martin, À la frontière du Maroc, les oasis sahariennes, 1908, p. 9.

28Capot-Rey, dont les travaux font toujours autorité sur les problèmes des oasis en général, devait pour sa part élargir cette question des ruines à la désertion largement répandue qui frappe l’ensemble des activités, des lieux et des populations.

« Un grand nombre de jardins ne sont pas cultivés ; les carrés vides ont pris la consistance de la terre battue ; les palmiers, bas et étouffés par les rejets, ne forment plus qu’une brousse épineuse. […] les séguias les plus éloignées du puits sont effacées et les carrés périphériques demeurent en friche […] les murs de clôture s’écroulent, et quand par hasard il sont relevés, les parties refaites font tache à côté des anciennes : tantôt c’est la régularité de leur appareil en toub qui laisse à désirer, tantôt le couronnement en boules de terre séchée ou en djerid qui fait défaut ; partout se lit la désaffection du ksourien pour son jardin.

Le désenchantement augmente quand on circule à l’intérieur du ksar. On découvre alors l’envers du décor : des tas de ruines ou des quartiers entiers inhabités. […] depuis que le Sahara est pacifié, on observe partout la même tendance des sédentaires à abandonner l’ancien habitat aggloméré pour s’établir sur des emplacements plus spacieux, plus rapprochés de la palmeraie, parfois dans le jardin lui-même.

À côté des maisons dont le propriétaire n’a fait que changer de coquille, il en est dont les occupants sont partis et n’ont pas été remplacés, ou bien sont morts sans héritiers ; d’autres se sont écroulées à la suite d’une pluie et n’ont pas été reconstruites faute de moyens : une partie des ruines au moins attestent un appauvrissement réel et un dépeuplement. »
R. Capot-Rey, Problèmes des oasis algériennes, 1944, pp. 5-6.

  • 32 R. Capot-Rey, Géographie de la circulation sur les continents, 1946 ; P. Cornet, Sahara terre de de (...)

29Désertification et abandon d’un habitat réduit rapidement à l’état de ruine ne riment cependant pas avec désertion32 puisque l’on a largement affaire à des formes de migration et de mobilité qui tiennent plus d’une sorte de nomadisme oasien récurrent ou constant sur la longue durée que d’un exode définitif. Tous les analystes depuis le démarrage des études sahariennes engagées au sein de l’Université d’Alger dans le cadre de l’IRS (Institut de recherches sahariennes) sont convaincus du fait que rien n’est jamais figé une fois pour toutes, et rien non plus n’est facilement maîtrisable dans la localisation précise des populations du désert.

« Ainsi, l’histoire des oasis à foggaras comme celle des oasis à balanciers est celle d’un lent déplacement : une partie de l’oasis est abandonnée, tandis qu’une autre en accroissement remplace les jardins perdus. Tantôt c’est le rabattement de la nappe qui oblige à abandonner des jardins qu’il n’est plus possible d’irriguer, tantôt c’est le sable qui les submerge ; dans la plupart des cas, rabattement et ensablement agissent de concert, parfois à un tel degré qu’il est devenu préférable d’abandonner les lieux et de s’installer au loin. »
J. Bisson, Le Gourara, étude de géographie humaine, 1957, p. 87.

  • 33 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, p. 68.

30Au fil du temps, les auteurs se convainquent progressivement du fait que les contraintes du milieu naturel sont telles qu’il est quelque peu illusoire d’imaginer pouvoir y échapper. Il s’agit bel et bien de composer aussi bien avec l’adversité climatique qu’avec la fragilité des installations, le travail fourni ne pouvant être mis en cause dans une évolution inexorable due à l’avancée du désert. En revanche, la supputée paresse des indigènes va progressivement céder le pas à l’incrimination de ceux qui en font trop, et surtout à tort et à travers avec la gestion des ressources. Il y a d’abord, comme le note Vallet, le fait que « presque partout l’exploitation par foggaras a conduit à un rabattement (baisse de niveau) des nappes »33. Les ksouriens ont beau faire : remonter le point de sortie de la foggara vers l’amont en réduisant la longueur de la partie drainante tout en augmentant celle de la seguia ; prolonger les foggaras existantes pour chercher plus d’eau en amont au point même de creuser plusieurs têtes convergentes ; descendre palmeraies et jardins au plus près de la sebkha en faisant démarrer de nouvelles galeries à plus basse altitude ou en prolongeant les seguias au risque d’en épuiser le débit, le tarissement de la source fait reculer les cultures au point de les mettre en péril.

  • 34 P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale », Archives de l’Institut Pasteur d’Algérie, (...)
  • 35 Littéralement « grande séguia », canal couvert courant à fleur de sol et franchissant les dépressio (...)
  • 36 Peigne répartiteur d’eau situé à un élargissement de la séguia kébir et permettant de partager avec (...)
  • 37 Comptable. Celui qui tient le livre de compte des habba ou parts d’eau.
  • 38 Mesureur et répartiteur d’eau à partir d’un système de mesure constitué d’une plaque de cuivre ou d (...)

31Les solutions les plus récentes peuvent consister à foncer des puits pour pomper l’eau de la nappe à environ 6 à 7 mètres de profondeur directement à la verticale des jardins comme ça se faisait déjà à Adrar34 au début du XXe siècle. On descend depuis peu bien plus profond en s’attaquant à l’eau fossilisée puisée à plus de 1000 mètres — et donc en remplaçant la force gravitationnelle par un pompage mécanique motorisé — pour distribuer l’eau soit directement par arrosage, soit en alimentant les séguias existantes, en général à partir de la séguia kébir35 ou du kesré36. On peut aussi, et c’est la solution la plus urbaine, déployer à partir de châteaux d’eau l’eau ainsi puisée aussi bien vers toute la palmeraie et les jardins que vers les quartiers d’habitation grâce à des réseaux de canalisations qui doublent en quelque sorte les précédentes. Cette dernière solution tend progressivement à se substituer aux foggaras plutôt qu’elle ne les soulage d’une partie de leur rôle. Elle n’a guère comme résultat à plus long terme que de désorganiser le système traditionnel en faisant disparaître les savoir-faire et de priver les cultivateurs des compétences de l’hassab37 ou du kiel el ma38 au profit de toujours aventureux ingénieurs agronomes.

32Le réseau souterrain des foggaras est également menacé par l’ouverture des voies de circulation aux automobiles et par leur multiplication avec l’avancée de l’urbanisation. Il l’est aussi par leur surplomb par un nombre croissant de constructions, pour ne rien dire des puits perdus, eaux usées et infrastructures diverses réalisées en général dans l’ignorance ou le mépris de ce fragile monde souterrain des oasis, c’est-à-dire en dépit du bon sens. Mais la menace vient initialement du fait que les routes qui descendent vers le Tanezrouft ne peuvent que couper les lignes de foggaras dès lors qu’elles longent le chapelet de ksour sur les seuls terrains offrant peu de dénivellations et se prêtant à un tracé rectiligne. Réduire la longueur des voies de desserte en peigne vers chaque localité et éviter sebkhas et palmeraies ne laisse en somme que peu de latitude, autre paradoxe des zones désertiques.

33Un dernier phénomène naturel changeant la nature et la forme du paysage mérite d’être signalé, même s’il est plutôt rare. Il s’agit du déplacement des dunes mentionné en ces termes par É.-F. Gautier :

« À Zaouiet Reggane la crête des dunes est aujourd’hui à l’ouest de la palmeraie, les indigènes se souviennent d’un temps où elle était à l’est ; la ligne en marche des dunes a progressivement traversé toute la palmeraie ; comme une énorme vague. »
É.-F. Gautier, Missions au Sahara par E.-F. Gautier et R. Chudeau, 1908, p. 255.

34Nous avons pu observer ce phénomène dans l’oasis du Bouda en 2003, les vagues venant du Nord-Est étant en passe, malgré les tentatives de fixation du sable par des lignes végétales, de passer sur les villages avant d’atteindre les palmeraies en aval, au demeurant déjà organisées en deux zones distinctes pour avoir été coupées par des dunes en progression de plus longue date.

L’amorce d’une métamorphose irréversible de l’espace urbain oasien

Quand la route fait le type urbain

35Il sera moins question ici de la véritable origine d’un espace durablement matérialisé que de la logique d’une morphogenèse qui se dessine en changeant progressivement de nature. Nous pourrions parler de carrefour, mais le terme est souvent employé dans le sens métaphorique de la rencontre des populations et reste donc sans forme précise. À l’inverse, dans le sens plus restrictif d’intersection de voies, cet élément de composition de la forme urbaine ne peut que se multiplier en devenant un élément banal du maillage viaire de l’espace urbain. Sur cet aspect de la naissance d’une agglomération et de sa localisation précise, le puits, la source ou l’arrivée d’eau — même en supposant qu’ils puissent faire l’objet d’une vénération particulière — ne constituent apparemment pas l’embryon d’un espace urbain et le noyau d’un véritable tissu. Il y a bien, comme, par exemple, dans le cas de Bidon V, le démarrage d’un espace habité et bâti que nous appellerions volontiers « de station-service ». La halte sur le bord de la route et le point d’approvisionnement, en l’occurrence en carburant pour les véhicules, constitue bien un point de passage obligé orientant les itinéraires. C’est un peu le rôle joué par un puits isolé pour les caravanes. Mais un tel point ne peut être à l’origine d’un éventuel espace urbain que si la topographie et les grands axes de circulation en font un véritable lieu de rencontre ou une intersection d’importance, une étape sur un itinéraire pour ne pas dire une place forte que l’on cherche à tenir, à maintenir et à entretenir.

36Comme nous l’avons vu, Adrar va supplanter Tamentit en vertu de sa localisation à l’intersection de l’un des grands axes nord-sud de la traversée saharienne et de la piste diagonale tracée entre le Grand erg occidental et le Grand erg oriental et passant, au nord du plateau du Tademaït, par le Gourara et les oasis de Timimoun et d’El Goléa.

« De ce district [du Reggane] partent 5 grandes routes de caravanes ; la première, directe sur Tombouctou, par El Mabrouk ; la deuxième conduit dans le Tidikelt et de là à Radamès et Rat ; la troisième au Tidikelt et dans le Ahaggar, l’Air et le Soudan ; la quatrième va à Acabli et de là à Tombouctou par In-Ziza ; la cinquième va à Toadeini, mais elle est peu suivie. »
G.V., « Le Touat, le Gourara et le Tidikelt, étude géographique », Bulletin de la Société de Géographie d’Alger, 1900, p. 268.

  • 39 Cf. notamment la carte p. 11 ou la carte hors texte dans L. Lehuraux, Sur les pistes du désert, 192 (...)
  • 40 H.-P. Eydoux, L’Exploration du Sahara, 1938, pp. 203-204.
  • 41 G. Gradis, À la recherche du Grand-Axe, Contribution aux études transsahariennes, 1924 ; H. de Kéri (...)
  • 42 R. Capot-Rey, Problèmes des oasis algériennes, 1944, p. 35.

37La cartographie est, ici, souvent plus éloquente que les descriptions littéraires. Il faut bien reconnaître que quel qu’ait pu être le nombre effectif de pistes convergeant vers ce site, un tracé domine tous les autres : celui de l’axe permettant de relier la Méditerranée (Oran) à la boucle du Niger (Bourem et à l’ouest, la mythique Tombouctou ; à l’est, Gao) en passant par Colomb-Béchar, Béni-Abbès et Reggane. C’est ce que Lehuraux appelle « la pénétration saharienne par Oran »39 ou « route capitaine Cortier », comme le rappelle Eydoux40, et que l’on qualifiera aussi, à la suite de Gaston Gradis, de « Grand axe »41. Ce que Capot-Rey reconnaît être un raccourci par rapport aux routes suivies par les anciennes caravanes permet en effet de couper par le Tanezrouft, que l’on franchit à proprement parler en ligne droite42. La délicate topographie du Touat, comme du reste les configurations toujours originales et changeantes des relations entre les ksour, les palmeraies et les jardins se développant au gré des lignes de foggaras, vont cependant poser la question des tracés urbains dans des termes plus subtils que le caractère géographiquement rectiligne de cette route ne le laisse imaginer. Au demeurant, de la même façon que la rue s’émancipe de la route par une urbanisation et une architecturation particulières, la route s’est frayée un chemin souvent très différent de celui des pistes caravanières.

« Ainsi le Tanezrouft, malgré sa platitude, était en général contourné par les caravanes à cause du manque d’eau ; la piste la plus fréquentée, en quittant le Touat, suivait le pied de la falaise de l’Ahnet et de la montagne d’In Zine, riche en sources, pour aborder à son extrémité septentrionale l’Adrar des Ifogas. Au contraire, le macadam naturel a tenté les automobilistes : où la piste chamelière dessinait un arc, l’automobile prend la corde et coupe au plus court, d’Ouallen à Tessalit. Le nouvel itinéraire, reconnu par le lieutenant Estienne en décembre 1923, comme la route la plus courte de l’Algérie au Niger, est devenu celui de la Compagnie transsaharienne ; la seule halte, sur un parcours de 400 km est Bidon V, dont le nom pittoresque, malencontreusement rayé de la carte, indiquait assez bien à quelle source s’abreuvent ceux qui y font escale. »
R. Capot-Rey, Géographie de la circulation sur les continents, 1946, p. 171.

38Si la route rectifie les pistes, la rue, elle, canalise les cheminements en les démultipliant au gré d’une ouverture de voies qui doit sa logique à l’implantation des équipements et à la construction d’un paysage urbain où les architectures publiques font figure de monuments. C’est ce que nous allons voir maintenant avec les premiers tracés et alignements des implantations militaires initiales de la colonisation française dans cette région.

Figure 3. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1955].

Figure 3. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1955].

Source : Carte dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860.

  • 43 Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuilles N.G.-31-XIII (Reggane, mai (...)

39Les cartes les plus sommaires de la région, comme celle produite par Devors en 1947, ne représentent que les axes proprement routiers. Adrar apparaît ainsi à l’intersection de la transsaharienne de Colomb-Béchar à Gao et de la piste qui, au-delà de Tililane, mène à Timimoun. Il y a donc trois accès à la ville et nous pouvons noter dès maintenant que la route principale désormais goudronnée qui permet de contourner la piste desservant les oasis en peigne par l’Est en mettant à profit le replat du plateau apparaît dès la fin des années 1920. Ce que les services géographiques de l’armée dénommeront la « piste automobile d’Adrar à Reggane »43 contourne donc non seulement Tamentit, mais passe résolument en plein désert, à l’écart de tous les ksour. Le tracé à la fois plus rectiligne et échappant à toute construction est du même ordre que celui mentionné ci-dessus par Capot-Rey pour la traversée du Tanesrouft. Nous ne sommes pas sûr que cette route soit à l’heure actuelle la plus fréquentée, ni même qu’elle soit entretenue correctement, dans la mesure où l’ancienne piste des oasis a repris tous ses droits avec l’augmentation d’un trafic automobile desservant prioritairement les populations et les localités de la région. Les cartes les plus anciennes et les plus précises sont celles des expéditions militaires ayant plus le souci de repérer les principales pistes, les ksour et les terres cultivées dans les palmeraies que de statuer d’emblée sur une rectification générale de l’organisation réticulaire de la région. Les deux cartes établies à la suite de l’expédition du commandant Colomb dont nous avons pu disposer représentent clairement six accès à la ville d’Adrar.

Figure 4. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1964].

Figure 4. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1964].

Source : Carte dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, dessinée par A. Moreau, lieutenant d’État-Major, 1/1 600 000e, circa 1860.

  • 44 Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les (...)
  • 45 Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les (...)

40Celle sans référence autre qu’au Cdt L. de Colomb44 et celle signée par A. Moreau45 (toutes deux approximativement à l’échelle 1/1 600 000e) nous restituent à peu de choses près une même configuration. Les pistes menant à Tinitan, à l’est, et celle de Merragien (Merragguen chez Moreau), au nord, sont en cul-de-sac de part et d’autre de la route de Sbâ, qui constitue la véritable entrée Nord de la ville. La piste menant à Ouled Hassein Timlika et Tamentit est celle qui prolonge cette dernière au sud et dessert le chapelet des ksour et oasis jusqu’à Reggane. Celle, plein Sud, menant à Beni Tahier (Beni Tamer chez Moreau) descend vers la sebkha en passant par la palmeraie. C’est manifestement la piste la plus rurale ou la plus piétonnière — pourrait-on dire — dans la mesure où, traversant la palmeraie, elle descend en serpentant et ne donnera jamais lieu à une rectification quelconque, et restera une piste. La dernière enfin, passant par Ouadan et El-Mansour, mène à l’ensemble oasien du Bouda, le plus occidental du Touat, mais s’évapore vers le Maroc.

Figure 5. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte des oasis de Timmi, du Touat et du Tidikelt [Vincennes : T.20.6.B.152 (2)].

Figure 5. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte des oasis de Timmi, du Touat et du Tidikelt [Vincennes : T.20.6.B.152 (2)].

Source : Carte dressée pour S.E. le Maréchal Randon par le Lt-Col. de Colomb, 1859-1860, 1/400 000e.

  • 46 Carte des oasis de Timmi, du Touat, du Tidikelt, dressée par le lieutenant-colonel de Colomb, 1859- (...)

41La carte au 1/400 000e établie par le lieutenant-colonel de Colomb46 (et nous ferons l’hypothèse, en vertu du grade, qu’elle est légèrement plus récente que celle au 1/1 600 000e), est précieuse aussi bien pour la liste qu’elle donne des localités et casbahs desservies par les principales pistes représentées que pour l’organisation d’Adrar comme principale agglomération du Timmi. Son auteur a du reste plus le souci d’énumérer les localités qui s’égrènent sur chaque grande piste que de donner de ces pistes un tracé précis, et c’est bien naturel puisqu’il n’y a pas de tracé proprement dit.

  • 47 Carte des oasis sahariennes, dressée et dessinée par le lieutenant Niéger des Tirailleurs sahariens (...)
  • 48 Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuilles N.G.-30-XXIV (1928-1929) e (...)
  • 49 C. Sabatier, Touat, Gourara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire, 1891 (...)

42Il faudra attendre les cartes établies à la suite de la mission Niéger par la Société de Géographie de Paris47 en 1904, puis celle du Service géographique de l’armée48 à la fin des années 1920, pour qu’une morphologie — au demeurant très embryonnaire — de la ville prenne corps. En fait, les cartes de cette région sont rares et la plupart des documents ne rentrent guère dans le détail de l’organisation urbaine qui nous intéresse. Vers la fin du XIXe siècle, si l’on en croit Camille Sabatier49, « nous avons donc, de la région comprise entre le Sud algérien et le Tanezrouft, quatre cartes qui sont, par ordre chronologique, celle de M. de Colomb, celle de Petermann, celle de Pouyanne, celle de Deporter » et aucun ordre urbain nouveau n’a encore été instauré par les militaires français.

Figure 6. Carte des oasis sahariennes, publiée sous les auspices de la Société de Géographie de Paris [Vincennes : T.20.6.B.249].

Figure 6. Carte des oasis sahariennes, publiée sous les auspices de la Société de Géographie de Paris [Vincennes : T.20.6.B.249].

Feuille n° 4 : Adrar, Tamentit ; Feuille n° 7 : Reggane ; Feuille n° 2 : Timimoun.

Source : Carte dressée par et dessinée par le Lieutenant Niéger des Tirailleurs sahariens, 1904, 1/250 000e.

43On peut retenir de cette lecture de l’espace oasien par les explorateurs du XIXe siècle qu’ils identifient sans trop de difficultés les sept pistes convergeant effectivement vers le ksar d’Adrar. Ce seront en fait les pistes menant à Tamentit, par Beni Tamer à l’ouest en longeant directement la palmeraie ou bien par Oulad Hassein, qui la surplombe un peu plus à l’est, qui seront progressivement effacées de la cartographie de la région par le tracé de la nouvelle route menant à Reggane à partir de la colonisation du site. Sur les cartes établies à partir de 1904, et en particulier dans celle établie par le Service géographique de l’armée en 1928-1929, la sortie vers l’est de ce qui devient une ville en formation fait apparaître un poste militaire (la casbah Jacques) et une route contournant les ksour par l’est pour mener directement à Reggane. Cette véritable voie de contournement est la seule à figurer sur la carte n° 2 chez Devors et supplantera les autres pistes allant vers le Sud dans pratiquement toutes les cartes établies depuis.

Figure 7. Carte n° 2, P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale ».

Figure 7. Carte n° 2, P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale ».

Source : Annales de l’Institut Pasteur d’Alger, tome XXV, n° 3-4, septembre-décembre 1947, pp. 223-275.

« Il n’y a pas de route carrossable au Touat. La piste qui relie Colomb-Bechar à Gao traverse bien le pays d’une extrémité à l’autre, mais elle évite la plupart des centres habités ; les plus proches en sont éloignés de 15 ou 20 km. Seuls Sba, Adrar et Reggane sont traversés par cette voie. Entre Adrar et Reggane, trois bretelles s’en détachent : l’une rejoint Zaouiet Kounta, la suivante Inzegmir, la troisième Sali. Mais ce ne sont que des frayées sablonneuses et ravinées, sur lesquelles la circulation des véhicules de fort tonnage est aléatoire. »
P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale », 1947, p. 230.

Figure 8. Palmeraies et pistes autour d’Adrar.

Figure 8. Palmeraies et pistes autour d’Adrar.

Source : Guide touristique Shell, 1938, p. 37.

44Les guides touristiques, s’ils restent succincts sur la morphologie urbaine, ont l’avantage d’indiquer les points de repère les plus utiles pour les automobilistes (aéroports, mosquées, ksour et casbahs) permettant de voir se dessiner une place centrale bordée des édifices les plus marquants de la cité et cette route devenant une véritable transsaharienne contournant les agglomérations existantes au sud d’Adrar. Mais, nous sommes alors dans les années 1930 et, pour avoir une image plus précise de ce que la conquête française va engager comme urbanisation, il faut quitter les cartes de géographie au profit de l’iconographie (plans, photographies ou dessins) qui agrémente certains ouvrages, ou nous en remettre à nouveau aux descriptions littéraires.

Figure 9. Tamentit. L’environnement régional.

Figure 9. Tamentit. L’environnement régional.

Source : Vallet, 1973 : « Tamentit », pp. 63-110, in Oasis du Sahara algérien.

Colonisation manu militari et structure urbaine

  • 50 A.-G.-P. Martin, À la frontière du Maroc, les oasis sahariennes (Gourara, Touat, Tidikelt), 1908, p (...)
  • 51 L. Lehuraux, « La réorganisation des territoires du sud de l’Algérie », Encyclopédie mensuelle d’Ou (...)
  • 52 A. Bernard et N. Lacroix, La pénétration saharienne, 1830-1906, 1906, pp. 156-157.
  • 53 Archives de Vincennes, Fiche de renseignement sur la Compagnie saharienne du Touat.
  • 54 Ministère de la Guerre, État-Major de l’Armée, 1er Bureau, Correspondance de l’EMA avec les membres (...)
  • 55 Archives de Vincennes, Fiche de renseignement sur la Compagnie saharienne du Touat.

45C’est au tout début de l’année 1900 (le 12 février, dit A.-G.-P. Martin50) qu’une colonne de l’armée française partie de Timimoun le 30 janvier rejoignit une autre colonne, venue celle-là du Tidikelt par Titaf, aux alentours d’El Mansour dans l’oasis du Bouda. Dès janvier 1901, le général Servières, de retour au Touat, choisit d’installer à Adrar une petite garnison destinée à contrôler la région et, non sans difficultés et quelque hésitation, limite la présence de troupes régulières au strict minimum. Un décret du 1er avril 1902 crée les Compagnies des oasis sahariennes destinées à remplacer les troupes régulières par des unités plus restreintes, plus mobiles, mieux adaptées au climat et moins onéreuses à entretenir51. Les fantassins, cavaliers et méharistes sont des indigènes recrutés localement ; les officiers (tous d’origine française) appartiennent aux services des affaires indigènes et sont à la fois chargés du commandement de ces troupes et de l’administration des Territoires du Sud52. Par décret du 1er août 1905, les Compagnies des Oasis sahariennes deviennent les Compagnies sahariennes ; celle du Touat devenant la Compagnie du Touat-Gourara. Le décret du 14 janvier 1908 place les Compagnies du Touat-Gourara, de la Saoura et de Colomb-Béchar sous les ordres du commandant supérieur du cercle de Colomb-Béchar et, le 25 novembre 1927, la Compagnie du Touat-Gourara devient la Compagnie du Touat. Adrar, qui accueille ce qu’on appelle sa portion centrale53, va réunir le gros des troupes autour du commandant de la Compagnie. Devors mentionne que c’est en 1929 que la Compagnie est transférée de Timimoun à Adrar et on peut imaginer que les effectifs en poste augmentent en conséquence. Une lettre rédigée le 26 mars 1927 par le maréchal Franchet d’Espèrey au ministre de la Guerre54 mentionne qu’il « a été possible à la Compagnie du Touat-Gourara de remplir jusqu’ici sa mission, avec les 133 méharistes qu’elle possède et 60 goumiers qu’elle a provisoirement autorisé à recruter ». Les documents officiels sont rares et les Archives collectives de la Compagnie saharienne du Touat ne se composent que d’un Registre d’ordres (année 1937-1938) et de contrôles nominatifs couvrant la période entre le 1er janvier 1937 et le 31 mars 1943. La liste nominative figurant dans les documents mentionnés indiquent que 15 officiers sont en poste en 1937 (dont, par exemple, le capitaine Maurice de Menthon commandant la Compagnie), 16 en 1940 et 6 en 194355. Le chef de poste a habituellement le grade de capitaine et change apparemment tous les deux ans.

46L’installation dans les oasis fut largement inspirée des traditions et de l’état d’esprit hérité de l’expérience des Bureaux arabes créés par Bugeaud en 1844. Adrar devient ainsi essentiellement une cité administrative et militaire, dont l’unité territoriale créée par la loi du 24 décembre 1902 est basée sur les principes suivants :

  • 56 Cap. Lehuraux, « Le statut territorial des Territoires du Sud de l’Algérie », Revue africaine, 1937 (...)

Institution d’un budget autonome et spécial supposant que les ressources locales subviennent aux dépenses civiles et que seuls les frais d’occupation militaire restent à la charge de la métropole (cf. décret du 30 décembre 1903 sur l’organisation financière des Territoires du Sud).
Attribution au gouverneur général des pouvoirs plus étendus et de la responsabilité la plus entière touchant la défense et l’administration de ces Territoires (cf. décret du 4 août 1905 plaçant ces Territoires sous l’autorité des Bureaux arabes).56

47Bref, le pouvoir revient aux militaires, Adrar est une commune indigène dont le maire est le commandant du Territoire et l’espace des itinéraires des cheminements des nomades va résolument céder le pas à une sédentarisation forcée par les exigences du contrôle des populations et de la police de leurs activités économiques, commerciales et juridiques. Il s’agit donc tout de même au début du XXe siècle de ce qu’on appelle vulgairement un véritable trou aux installations sommaires mais néanmoins conçues de façon délicate.

« J’ai parcouru ce matin toute la ville d’Adrar : le fort est entouré de fossés, les jardins à l’ombre des dattiers, le village commerçant aux rues droites et rectangulaires. Dans la “casbah”, les officiers ont chacun de grandes cases isolées, encloses de vastes vérandahs où des jours entre les briques laissent largement circuler l’air ; des cours intérieures, parcs pour les mehara, y sont adjacentes. L’ameublement y est confortable, presque élégant : dans un cadre semblable, il semble qu’on ait eu plaisir à travailler et réconfort durant les longs exils loin de France. »
Lt M. Cortier, D’une rive à l’autre du Sahara, Mission Arnaud-Cortier, 15 fév.-24 juin 1907, 1908, p. 44.

48La question qui se pose à nous est de savoir comment la morphologie de la ville coloniale de garnison fut conçue au départ par les militaires devenus de fait les planificateurs des principaux éléments de la forme urbaine originale de l’espace urbain actuel. Nous partirons de l’idée que le plan a été établi à la conjonction de la lecture des éléments existants les plus importants avec lesquels on a estimé devoir composer, et de l’application de quelques règles simples d’ordonnancement des éléments nouveaux directement liés à l’installation du pouvoir civil et des forces militaires confondues dans le contrôle et l’administration de la région. Pour ce qui concerne le programme des installations militaires, on peut a priori énumérer un fort servant simultanément de cercle des officiers et d’hôtel de ville, une place d’arme, des résidences pour les officiers, d’éventuels postes de contrôle et d’observation sur les routes — coïncidant avec des barrières d’octroi ou de prélèvements fiscaux —, une infirmerie, un lieu de culte et un éventuel carré de sépultures. Le reste sera en quelque sorte fourni par les équipements proprement indigènes revisités et contrôlés avec les alibis de l’hygiène et de la sécurité. Une ségrégation proprement urbaine par le biais d’un zonage est sans doute impensable vu l’échelle de l’agglomération nouvelle.

« Au moment de l’occupation du Touat par nos troupes (juillet 1900-février 1901) le site d’Adrar ne comprenait que la casbah du Caïd (qui devait par la suite prendre le nom du Capitaine Jacques et qui se trouve actuellement à l’intérieur du Bordj) et le marabout Sidi Abdelkader Djillali situé à 300 mètres au nord de celui-ci. […] La création d’un village neuf fut ainsi décidée et les premiers îlots de constructions furent édifiés de 1901 à 1925. La place est de forme sensiblement trapézoïdale et d’une superficie d’environ dix hectares. […] Adrar représente à notre avis ce que les Français ont fait de mieux en matière d’urbanisme saharien. »
Cdt J. Godard, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, 1954, pp. 145-146.

Figure 10. Centre d’Adrar, place Laperrine, 1900-1953.

Figure 10. Centre d’Adrar, place Laperrine, 1900-1953.

Source : Godard J. (Cdt), 1954, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, p. 145.

49Le plan figurant p. 145 de l’ouvrage du commandant Godard est une reconstitution chronologique du centre d’Adrar de 1900 à 1953, sans doute de sa main. Celui que nous avons retrouvé aux archives d’Outre-Mer à Aix n’est pas daté, mais est antérieur à cette date dans la mesure où il figure dans un dossier dont les pièces ont été réunies en 1947. Relevé ou tracé, c’est le seul plan un peu ancien que nous avons pu trouver. Ni la wilaya, ni l’APC (Assemblée populaire communale), ni la DUCH (Direction de l’Urbanisme, de la Construction et de l’Habitat) d’Adrar n’ont pu nous fournir de plan de la ville antérieur à l’Indépendance (faute d’en avoir, apparemment, à leur disposition) et les conservateurs des archives de l’armée à Vincennes nous ont assuré que les documents en provenance des Territoires du Sud sont tombés à l’eau lors de leur embarquement à Oran, en 1962 sans doute. Bref, les sources manquent, mais urbanisme il y a bien dans ce cas de figure particulier, et tous les commentateurs un tant soi peu avertis ne manqueront pas de mentionner ce fait. Dans les pièces figurant dans le dossier du Plan d’action communal daté de 1947, le colonel Quénard, commandant militaire du Territoire d’Aïn-Sefra, réagissant à une note signée du chef d’annexe d’Adrar, prenait soin de préciser : 

« Le centre d’Adrar a bénéficié dès sa création d’un plan d’urbanisme bien conçu et original (plan du capitaine Rongieras). Plus récemment, le capitaine d’Exea a prévu l’extension du plan primitif et procédé à de nouvelles constructions. Le programme de travaux d’édilité que présente cet officier est à retenir en entier. En première urgence, il convient de dégager la “K[a]sba Servières” et d’installer à l’extérieur les services civils, tels que Postes et télégraphes et Recettes des contributions. Signé : Quénard, Colomb-Béchar, le 20 novembre 1946. »
Archives d’Outre-Mer, Série Y, Plan d’action communal.

  • 57 Archives d’Outre-Mer, Série Y, Plan d’action communal.

50Le Plan de départ dû à Rongieras fut établi en 1929, et il fut le seul à avoir été élaboré sur l’ensemble du Touat avant la Seconde Guerre mondiale. Ce qui veut dire que les premières installations françaises de 1900 à 1928 se sont limitées au strict minimum, sans plan prospectif d’ensemble. Les quelque 131 ksour répertoriés en 1947 représentaient une population de 40 632 indigènes et 70 Européens sur un territoire de 210 km de long sur 10 à 15 km de large. Les oasis du Timmi comptaient 6 779 habitants et Adrar environ 3 000. Zaouiet Reggane en avait 4 017 et Zaouiet Kounta 5 629. Adrar, qui réunissait la presque totalité des Européens, était déjà la ville principale57. Les autorités actuelles comptabilisent 340 000 habitants habitant à 70 % dans 294 ksour, Adrar ayant plus de 50 000 habitants en l’an 2000.

Figure 11. Plan du centre d’Adrar au 1/4 000e (1929).

Figure 11. Plan du centre d’Adrar au 1/4 000e (1929).

Source : Archives d’Outre-Mer, Série Y, Plan d’action communal.

  • 58 Idem.

51La suggestion du colonel Quénard de faire sortir la Poste et le bureau des contributions de la casbah Servières indique clairement que les services dits « civils » — c’est-à-dire l’administration —, sont encore, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, directement dépendants de leur gestion par les militaires, y compris du point de vue des locaux. La Rubrique II : Urbanisme et travaux d’utilité du Plan d’action communal d’Adrar comporte un document qui énumère comme suit quatre grands groupes de constructions58 :

« A. La casbah Servières (Bureau de l’annexe, Compagnie saharienne, recette, PTT, poste de radio, logements et popote des militaires, magasins de la coopérative du henné et de la SIP) ;
B. Place (300 x 250 m), à l’ouest : écoles, logement de l’instituteur et tombeau d’un marabout ;
C. À l’est et du nord au sud : souk, fontaine en face, abattoir, fondouk et hôtel de la Compagnie générale transsaharienne ;
D. Au nord de la place : village indigène proprement dit avec bâtiments habités par des européens : centre de la CGTS (bureaux, ateliers, magasins) ; comptoirs et logements de commerçants. »

  • 59 Henri de Kérillis, De l’Algérie au Dahomey en automobile, voyage effectué par la seconde mission Gr (...)
  • 60 Lt M. Cortier, D’une rive à l’autre du Sahara, Mission Arnaud-Cortier, 15 fév.-24 juin 1907, 1908, (...)

52On aura compris que la plupart des bâtiments qui permettent de façonner l’espace urbain colonial récent de la ville ont été produits conformément au plan établi par le Capitaine Rongieras et que, confirmant la datation établie par le Commandant Godard, le programme des opérations consistait à aménager (mieux vaudrait dire délimiter) la place avec les écoles, le marché, l’hôtel, l’enceinte du bordj et des portes monumentales, et en continuant à construire le village indigène moderne sur la trame géométrique de départ. Les photographies prises lors de la Seconde mission Gradis, du 15 novembre au 11 décembre 1924, et qui figurent dans l’ouvrage d’Henri de Kérillis (pp. 48-49) montrent qu’il n’y avait pratiquement rien59. Les seules constructions existantes sur le site de l’actuel centre-ville étaient donc la casbah du Caïd, rebaptisée Jacques et utilisée comme fort militaire (si l’on en croit Godard), le marabout Sidi Abdelkader Djillali et les premières maisons à arcades du nouveau village indigènes amorçant l’angle nord-ouest de la future place. Les deux grandes lignes des foggaras qui passent de part et d’autre de la casbah étaient évidemment déjà là, mais leurs regards (Jaba el hassi) ne dépassaient guère un mètre. Les bornes peintes en blanc de part et d’autre de la piste de Béchar près du marabout atteignaient apparemment deux mètres, manifestement dans le simple but de se démarquer des puits tout en marquant l’entrée de la ville. Les cases servant de résidence aux officiers du poste — et dont une belle image nous est donnée à l’occasion de la mission Cortier du 15 février au 24 juin 190760 — laissent à penser que la partie résidentielle du côté de la palmeraie a eu la priorité et toujours plus d’importance dans la vie quotidienne que l’espace des barouds, des parades et des défilés militaires. Ce bordj a été détruit au lendemain de l’Indépendance pour céder la place à des édifices publics — en particulier l’APC —, qui modifient sensiblement la configuration d’ensemble de l’esplanade, notamment en la réduisant, au sud, de plus d’un quart de sa surface.

Figure 12. Adrar, place Laperrine.

Figure 12. Adrar, place Laperrine.

Source : Carte postale, série « Scènes et types », éditions Jomone, Alger.

Morphologie urbaine et monumentalité

53La mémoire des lieux s’est un peu évaporée, et il n’est pas aisé de savoir à quoi ressemblait exactement le ksar d’Adrar lors de l’arrivée des troupes et des premiers aménagements planifiés de la conquête coloniale. Les descriptions antérieures attestent l’existence de quelques monuments dont certains subsistent et d’autres ont disparu. La seule assurance que nous pouvons avoir concerne le cimetière, la casbah, la ligne des foggaras et les chemins menant aux ksour avoisinants. Le trident, formé par les voies qui longent le cimetière (indigène) à l’est, la grande mosquée et l’ancien ksar à l’ouest et la bissectrice longeant la petite mosquée et formant l’alignement ouest de la place Laperrine, nous semblent constituer les éléments essentiels de la composition d’ensemble du plan. Le point de convergence de ces voies correspond à l’implantation de la résidence du chef d’annexe du côté de la palmeraie. La partie nord engage l’urbanisation vers sa partie la plus officielle et monumentale. Elle sera aussi celle des extensions planifiées initiales les plus importantes de la ville coloniale. La partie est correspond à la principale voie de communication avec Tamentit et les ksour du sud jusqu’à Reggane. Elle accueillera un fortin, l’hôpital, le monument aux morts et le cimetière. La partie sud sera plutôt résidentielle avec l’agrément de la proximité de la palmeraie et des jardins. À l’ouest enfin s’opérera le frottement avec le pouvoir indigène et la population locale. C’est de ce côté que prendront place les écoles faisant le pendant à la zaouïa. Les échanges avec les oasis du Bouda (route de Hassi Bou Bernous) semblent avoir fortement participé de l’approvisionnement de la ville en denrées alimentaires.

Figure 13. Adrar, place Laperrine.

Figure 13. Adrar, place Laperrine.

Dessin de Jean-Pierre Frey, 2006.

54La place Laperrine, qui va devenir le champ de manœuvre et le centre de la ville naissante, permettra d’offrir un dégagement frontal aux façades monumentales des institutions les plus marquantes du pouvoir colonial : la casbah Servières (du nom du général qui prit la ville) sera dotée en 1928 d’une entrée monumentale avec un pont-levis donnant sur la place, les écoles y auront leurs entrées, les alignements commerciaux sous les arcades comme amorce du nouveau tissu urbain régulier en seront comme leur prolongement naturel par leur homogénéité architecturale. Dans le même esprit, le marché couvert, le fondouk, l’hôtel, comme du reste, mais un peu en retrait, les casernes, amorceront ce qui correspond, à l’heure actuelle, à une zone d’équipement le long des routes toujours aussi strictement contrôlées menant au Gourara et, plus au sud, vers Aoulef et In-Salah ou Reggane. L’hôtel Djémila a été détruit et remplacé par l’hôtel Touat réalisé par Fernand Pouillon après l’Indépendance.

Figure 14. Porte de la casbah Servières (Adrar).

Figure 14. Porte de la casbah Servières (Adrar).

Dessin de Jean-Pierre Frey, 2006.

55Les portes décrites par les explorateurs du XIXe siècle ainsi que les principaux édifices ou lieux publics sont actuellement difficiles à identifier sur le terrain. Gageons que les portes dont il est question sont celles du ksar ou de l’agglomération des quartiers dans une enceinte générale telle qu’on peut encore en avoir une idée précise à Tamentit. L’existence de cette enceinte est attestée par Deporter.

« “Adrar a deux mosquées : la grande est de peu d’apparence, lourde et massive. Des deux kasbas qui sont situées à l’extrémité orientale de la localité, l’une est habitée exclusivement par le cheikh” [G. Rohlfs, Reise, p. 141]. […] Cette ville comporterait 16 quartiers [et] possèderait trois portes : Bab Dahraoui, la porte des caravanes, c’est la plus fréquentée ; Bab R’arbi, qui donne accès dans les jardins ; Bab Chergui, qui donne accès dans les autres ksour du district. Un mur d’enceinte, flanquée de tours aux angles, entourerait Adr’ar [Cdt V.-B. Deporter, À propos du transsaharien, extrême sud de l’Algérie, le Gourara, le Touat, In-Salah, le Tidikelt, le pays des Touareg Ahaggar, l’Adrar, Tombouctou, Agadès, Alger, Fontana/Paris, Challamel, 1891].
H.-M.-P. de la Martinière et N. Lacroix, Documents pour servir l’étude du Nord-ouest africain, 1897, pp. 435-438.

  • 61 J.-P. Frey, « Henri Prost (1874-1959), parcours d’un urbaniste discret (Rabat, Paris, Istanbul) », (...)

56Compte tenu de l’emplacement du vieux ksar et de la grande mosquée, du cimetière aussi, les maisons s’étendaient vraisemblablement au sud-ouest du bordj militaire de la place Laperrine plutôt que sur le même emplacement. Le principe cher à Lyautey de protection du tissu ancien des médinas par un développement séparé de la ville moderne a ainsi été, ne serait-ce que partiellement, respecté61. La ville indigène s’étendait donc le long de la piste de Bou Bernous menant au Bouda, partie encore la plus populaire et commerçante de l’agglomération au début du XXIe siècle.

« Timmi est le carrefour du Touat ; c’est là que se réunissent toutes les routes du nord, de l’est et de l’ouest qui vont au Touat et à Tidikelt et de là dans le Soudan vers Tembektou ou vers Haoussa. […] Adgrar est la capitale du district et la résidence de son chef actuel, El-Hadj-Mohammed-Ould-El-Hadj-El-Hassein ; cette ville est divisée en dix-sept quartiers. [suit la liste des quartiers] El-Djemâa est la grande place autour de laquelle sont les boutiques des détaillants ; c’est là qu’ont lieu les grandes réunions et que les coupables condamnés par le Kadhi ou par le chef de Timmi reçoivent la bastonnade, ou sont attachés pendant un temps plus ou moins long à un poteau dressé au milieu de la place. Rahba-El-Kasba est la place où vont stationner les chameaux qui entrent dans la ville ; trois grandes maisons communes y sont ouvertes aux étrangers qui y trouvent une grande cour intérieure pour attacher leurs montures, et pour eux un abri et une nourriture abondante, fournie pendant trois jours seulement par la Djemâa de la ville. […] Les maisons des hôtes de Rabah-El-Kasba ne sont pas les seules que possède la Djemâa d’Adgrar ; elle en a trois autres dans le quartier de El-Hofran. Kasba-El-Hadj-El-Hassein est la demeure du chef de Timmi et de ses nombreux serviteurs ; elle est entourée de murailles élevées et crénelée, et d’un fossé plein d’eau ; il est habité par El-Hadj Mohammed et sa famille ; les nègres, les serviteurs sont dans la première enceinte. Il y a une mosquée publique à Adgrar, c’est Djema-El-Kebir ; les kasba de El-Hadj-El-Hassein et de El-Hadj-Mohammed en ont chacune une dans leur enceinte ; mais ce sont des mosquées particulières semblables aux chapelles de nos anciens châteaux féodaux. Bab-Massini est la seule grande porte de la ville ; elle est à l’ouest et s’ouvre sur une immense place appelée Harrach, qui est le marché extérieur où les caravanes stationnent et font leurs transactions ; une autre petite porte, appelée Bab-Sid-El-Hadj-Mohammed, donne issue au nord-est sur les jardins et sur les autres ksour de Timmi.
Lt-col. de Colomb, « Notice sur les oasis du Sahara et les routes qui y conduisent », Revue algérienne et coloniale, 1860, pp. 45-46.

57Peut-on partir de l’idée que ce sera désormais l’organisation proprement urbaine de la ville d’Adrar qui dictera son ordre au territoire des oasis du Touat ? La marginalisation de Tamentit et de Zaouiet Kounta corrélativement à la montée en puissance d’Adrar va clairement dans ce sens. La volonté de signifier que l’on pénètre dans un territoire de type nouveau en arrivant au siège du pouvoir colonial et que, en entrant dans la ville, on accède moins à un ksar qu’à une ville moderne, vont amener les planificateurs à opter pour une solution originale et, sinon contraire, du moins différente de ce qui se fait habituellement en matière d’urbanisme. Alors que l’ordre urbanistique imposé aux villes existantes (et prises militairement) consiste à détruire les enceintes en y faisant une brèche et à supprimer les portes des villes anciennes pour procéder à des extensions nouvelles sur des terrains — du reste injustement — considérés comme vierges, l’urbanistique oasienne consiste au contraire à re-délimiter un territoire en construisant de nouvelles portes. On ne refait des enceintes qu’à l’échelle des bâtiments que nous dirons stratégiques, comme ce fut le cas pour le bordj. Pour le reste, c’est l’interruption en général brutale du bâti qui marque les limites de la cité. Bref, un des éléments essentiels de ce type de composition urbaine est constitué de portes monumentales (que nous pourrions dire d’esprit baroque en pensant à l’urbanistique des Jésuites en Amérique latine) destinées à affirmer un nouveau mode d’implantation des équipements et de sédentarisation des activités et des populations. Cette démarche n’est pas sans rappeler l’amorce de la ville nouvelle de Ouargla sous les auspices éclairés du colonel Carbillet de 1927 à 1940. On voyait d’autant plus grand que, du côté du désert où les extensions nouvelles prenaient place, aucune limite ne restreignait les implantations de bâtiments. Il fallait au contraire marquer le territoire à peu de frais et de façon clairement visible. De là, l’apparition d’une monumentalité spécifique à l’urbanisation des oasis, comme ce fut le cas à Ouargla.

« […] quand elle fut bâtie, la fameuse colonnade était fort ridicule et ressemblait de loin à huit bougies cannelées plantées au milieu du bled. Les railleries n’épargnèrent pas l’homme qui prétendait bâtir une bourgade du désert sur un plan de grande ville. Il [Carbillet] ne fit que rire à son tour, en baissant un peu sa grosse tête comme un taureau qui va foncer : “On a déjà dit ça de Lyautey”, grommela-t-il. “C’est bon signe”. Et pour accuser le coup et montrer qu’il ne renonçait pas, il fit ériger, cinq cents mètres plus loin, une espèce de mur baroque, hérissé de pointes, surmonté du signe de Tanit et percé de cinq portes qui ne menaient nulle part : “C’est la limite de la ville civile”, annonça-t-il. »
J.-C. Humbert, L’œuvre du colonel Carbillet au Sahara, 1827-1940, 1997, p. 48.

58Fini l’espace incertain des itinéraires ne laissant que des traces furtives qui s’effacent au gré du vent et que les pas des nomades reconstituent innocemment. Place au décorum des défilés et des alignements. Les ruelles labyrinthiques — et confinant au couloir — des ksour vont devoir céder le pas à des façades prolongées d’arcades servant longitudinalement de déambulatoire et affichant frontalement sur un espace public naissant l’image des nouvelles raisons socialement imposées d’un fonctionnement institutionnel martial. Enceintes, murailles et portes changent alors radicalement de forme et de sens. C’est ce que devait finement noter Fanny Colonna à propos de Timimoun.

« Restent aussi ces “sorties” si typiques, qui déboulent sans conclusion sur la hamada comme une phrase en suspens. Aujourd’hui tout de même, les stations à essence à leur manière disent les limites. Mais à l’époque des premiers urbanistes militaires, cette faute de rhétorique avait dû gêner — bien que ce soit le propre de toutes les villes du désert, et qu’on le retrouve par exemple à l’orée de Damas —, au point qu’ils aient doté le village de portes, comme celle dite du Soudan dans l’axe de laquelle, selon les connaisseurs, le soleil se lève et se couche. »
F. Colonna, Timimoun, une civilisation citadine, 1989, pp. 38-39.

59La question se pose réellement (et gagnerait à l’être en termes scientifiques) de savoir comment les règles de composition de l’espace saharien se sont diffusées et dans quelle mesure elles procèdent de quelques décisions de bon sens (d’autant qu’il s’agit de militaires peu au fait des théories urbanistiques) face aux spécificités du terrain plutôt que d’une propagation doctrinale s’enrichissant de chaque expérience nouvelle en suivant les voies des parcours institutionnels et des pérégrinations territoriales de quelques individus aventureux. C’est comme si l’espace était à proprement parler subverti, retourné, selon un principe général d’une modernité soucieuse d’hygiène et de sécurité. Les murs d’enceinte des ksour sont littéralement vidés de leur sens en devenant obsolètes, quand ils ne sont pas démolis. Les ksour eux-mêmes font figure de noyau ancien et de trace archaïque avec les extensions nouvelles qui les bordent et les débordent. Les portes marqueront ainsi moins le point de franchissement des enceintes et le passage du tissu dense des ksour ou des casbahs vers un extérieur constitué des pistes et des cheminements vers la palmeraie que l’accès au lieu central et symbolique du pouvoir colonial constitué par l’espace ouvert d’un Champ de Mars. Les nouvelles portes marquent en effet un franchissement du territoire du nouvel ordre urbain imposé de l’extérieur, sans mur d’enceinte et selon un traitement proprement urbain des grands axes de circulation, redessinés à cet effet. Ces portes seront moins d’effectifs postes de contrôle de police (ou de gendarmerie), ou bien encore des barrières d’octroi positionnées à la conjonction des nouveaux axes de circulation urbanisés de l’agglomération et de la place forte, que des sortes de poteaux indicateurs d’une urbanisation moderne. La place est un dégagement (face à la casbah Jacques construite en 1900 et à l’enceinte de la casbah Servières, qui inclura celle-ci dans un ensemble plus vaste dès 1928) vers lequel tout est censé converger. Les constructions seront implantées au-delà des deux lignes de foggaras, d’abord au nord, avec la construction d’un nouveau village (et d’un front de façades à arcades faisant le pendant du bordj militaire), puis sur les deux autres côtés avec à l’ouest les équipements scolaires, à l’est les bâtiments représentant les échanges avec l’extérieur (marché couvert, fondouk, hôtel). Reste le nombre de portes, qui sera fixé à quatre, ce qui correspond sans doute plus au carré de la place qu’aux différentes pistes convergeant vers l’ancienne Adrar. C’est ce que découvre le voyageur à partir des années 1930.

« Nos chambres sont dans un des blocs ocrés à balustrade blanche, de l’intérieur du bordj. Il est fermé le soir par un pont-levis digne du Moyen-Âge ; des Chaamba, ceinturés de cartouches, veillent. Dehors, c’est l’immense esplanade qui sépare le bordj du village et qui ne fait qu’un tout avec le reg environnant. Seules quatre portes monumentales se dressent isolées, qui s’ouvrent sur l’infini. Elles marquent, impressionnantes, à la manière d’arcs de triomphe, le point de départ des pistes vers Beni Abbès, El Goléa, Aoulef et Gao. Leurs lignes sûres, trapues, s’harmonisent avec les remparts crénelés du bordj, qui rappellent de lointains souvenirs d’architecture orientale : Suze, Persépolis […]. Je ne sais rien, à travers le Sahara, de plus grandiose et de plus significatif que ces portes d’Adrar, portes sans murailles et sans vantaux, jetant les chétifs mortels au désert comme des môles de granit de l’océan. »
M. Oulié, Bidon V, en rallye à travers le Sahara, 1931, p. 108.

60La porte dite « de la piste de Bou Bernous » au sud-ouest de la place Laperrine débouchait vraisemblablement sur la place où les caravanes stationnaient (Harrach, chez de Colomb, et où le marché se tient) et est manifestement la plus importante de la ville indigène. Qu’elle coïncide avec celle que de Colomb nomme Bab Massini ou à celle que Deporter nomme Bab Dahraoui, elle donne accès à la rue la plus commerçante et la plus centrale de l’urbanisation nouvelle. C’est l’actuelle rue Larbi Ben M’Hidi.

  • 62 « L’hôpital d’Adrar dans le Hoggar, Michel Luyckx, architecte », Architecture d’Aujourd’hui, 1945, (...)

61La porte qui fait le pendant au sud-est est celle de la piste de Reggane, qui correspond à l’actuelle rue de l’Indépendance sur laquelle donne l’entrée de l’hôpital construit par Luycks au début des années 194062. C’est, en fait, la sortie sud de la ville par la nouvelle route longeant les oasis du Touat vers Aoulef, le Tidikelt et le Tanezrouft.

62Les deux autres portes au nord se font face, comme celles du Sud, sur les mêmes petits côtés de la place. L’effet recherché pour des raisons évidentes de symétrie n’a pu être obtenu qu’à la condition de faire suivre un coude aux pistes que l’on transforme en rues. Celle de Béchar représentera désormais l’entrée principale dans la ville. Celle qui prend place entre l’hôtel et le marché sera dite « de Timinoun » dans certains documents, mais ce sera en fait vers l’aéroport et l’actuelle zone des principaux équipements administratifs qu’elle donne. Reste la porte du bordj qui constitue, notamment à cause du pont-levis, un élément architectural plus classique de composition de l’espace.

63Il faut souligner le fait que ce système inauguré vers la fin des années 1920 aura un succès mérité et donnera lieu à la réalisation de nouvelles portes chaque fois repoussées aux confins de l’urbanisation, notamment sur la route d’Adrar et à l’entrée de celle de l’aéroport, comme du reste à la sortie sud de la ville de Reggane à l’entrée du Tanezrouft. En franchissant ces portes pour entrer dans les villes, l’on est en somme fixé sur le sort réservé aux populations. Elles devront prendre une sorte de place attitrée dans un territoire balisé par une autorité extérieure. De fait, les jardins et les palmeraies perdront leur position, sinon centrale, du moins primordiale dans la structure urbaine au profit des principaux édifices publics. De la même façon que les stations-service supplanteront les puits dans la ponctuation des itinéraires, le centre urbain équipé et la diversification des quartiers selon les diverses composantes de la population marginaliseront les anciens ksour. Au risque d’être un peu schématique, nous pouvons considérer que seules les Harratîns, métayers [khammâs] ou fermiers [kharrâs] persisteront à occuper l’habitat ancien des ksour, quitte à procéder à la reconstruction sur place (notamment en doublant les murs banchés par de nouveaux murs en parpaings) ou à l’amélioration subreptice de l’espace intérieur de leur habitation. Propriétaires fonciers, commerçants et fonctionnaires occuperont presque exclusivement les nouveaux quartiers de la ville moderne. Les immigrés d’Afrique noire sub-sahélienne, en nombre grandissant et ne faisant plus que simplement transiter, mais s’installant de plus en plus massivement et durablement dans la ville, serviront de main-d’œuvre à tout faire. Après des passages plus ou moins furtifs dans la rue ou les jardins, ils s’établiront dans des quartiers d’habitat spontané et mal équipés — pour ne pas dire insalubres, comme celui de Beni Ouskout, à la marge de la ville. Dotée d’une gare routière et de quatre aires de stationnement (deux de voyageurs, une pour les taxis et une pour les marchandises), la ville d’Adrar est désormais moins un marché aux bestiaux et aux produits agricoles locaux (où se rencontraient jadis nomades et sédentaires), qu’un nœud routier desservant une population résolument fixée sur son territoire malgré une mobilité résidentielle accrue. Le territoire de ce type d’espace urbain que nous avons qualifié d’hors sol, ressemble ainsi plus à des consoles de grandes surfaces aux rayons plus remplis et plus diversifiés qu’à la fragile adaptation à la topographie et aux réseaux d’irrigation traditionnels.

64Une rocade réalisée récemment permet à la nationale 6 de contourner l’actuelle agglomération par l’est et les trois portes de Béchar, Timimoun et Reggane sur l’ancienne place Laperrine — actuellement appelée place des Martyrs — ne donnent plus que sur des sortes de bretelles d’accès au centre-ville. Un autre axe de circulation finira par s’effacer au fil des années : le chemin qui descendait au sud vers Ouled Ounguel et qui continue à se perdre dans les méandres d’une urbanisation vernaculaire grignotant inexorablement jardins et palmeraie.

Conclusion

  • 63 J. Bisson et M. Jarir, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à l (...)
  • 64 M. Naciri, « Les ksouriens sur la route, émigration et mutation spatiale de l’habitat dans l’oasis (...)

65On peut voir dans cette urbanistique oasienne apparue à l’aube du XXe siècle et dans son vocabulaire architectural et monumental sahélien une sorte de rite d’initiation à la modernité qui sanctionne la mort des ksour et l’entrée dans une croissance urbaine qui s’arrache à son sol en s’émancipant de son système traditionnel d’irrigation. Paradoxalement, l’espace urbain plaqué sur le terrain va gagner en stabilité et les ancrages au sol des constructions seront d’autant plus durables qu’ils auront été conçus de façon abstraite et déterritorialisée. À Jean Bisson et Mohamed Jarir reconnaissant que « l’installation extra muros est désormais le souhait de la majorité des ksouriens, même ceux qui restent le plus attachés aux règles de la vie collective comme ceux du Tafilelt »63 semble s’opposer le point de vue de Mohamed Naciri proclamant « l’incapacité de l’urbanisme moderne à s’adapter à la spécificité de l’environnement des oasis »64. Le développement actuel de l’agglomération et les tracés récents d’une pensée urbanistique résolument technocratique — qui mériterait bien évidemment un autre exposé — n’a eu de cesse d’effacer ou d’escamoter les traces du passé pour faire advenir de quoi échapper au mode traditionnel de distribution des populations et des activités. Les réseaux de voirie ne tiennent absolument pas compte des lignes de jaba el hassi, ni dans l’alignement des rues ni dans la protection des foggaras soumises aux poussées en sous-sol des constructions et des véhicules. Les puits foncés par les particuliers et la distribution de l’eau par des canalisations à partir de châteaux d’eau non seulement supplantent le fragile réseau en peigne des séguias, mais deviennent d’une incompatibilité grandissante avec les déplacements mécaniques. La diffusion de l’automobile et des camions menace directement cette fragile mécanique des fluides. Les promoteurs et les habitants eux-mêmes renoncent à la terre battue ou banchée au profit du béton. Ce n’est ni illégitime ni impertinent pour échapper à la vulnérabilité de la terre comme matériau, mais les partis architecturaux, le manque d’ingéniosité architecturale et l’importation de normes aboutissent trop souvent, malgré quelques efforts stylistiques louables, à des constructions banales, inadaptées ou trop gourmandes en énergie et en installations techniques. Un individualisme de plus en plus marqué participe d’une désaffiliation généralisée dans laquelle les savoir-faire de l’irrigation s’évaporent et la forme urbaine se disperse au gré des occupations abusives et inconsidérées ou d’un zonage de tissus à trop faible densité. Là où d’étroits blocs resserrés seraient judicieux dans la quête de l’ombre portée, des tours et des barres exposent bêtement leurs façades percées de trop larges baies à un héliotropisme d’un hygiénisme d’un autre âge. Mais tout cela dans le fond ne fait guère que cacher superficiellement les bases réelles de ce qui menace le plus l’espace oasien. La modernité architecturale et urbanistique, qui privilégie les espaces de circulation et la déterritorialisation des activités — c’est-à-dire qui rend les implantations et les configurations matérielles du bâti et de la forme urbaine indifférentes aux caractéristiques du site et du climat — finit par offrir une sorte de plate-forme hors sol aux villes du Sahara inaugurant une sorte d’urbanistique off shore permettant de stabiliser de façon durable les infrastructures urbaines et les principaux équipements de la vie moderne. Là, se trouve sans doute la véritable et tangible sédentarisation des populations dans des oasis qui ne se déplaceront plus en laissant des traces ruiniformes abandonnées au gré du vent, mais qui seront comme des parcs de stationnement le long de routes aux tracés intangibles. L’image de la ville flottante échouée en cale sèche sur un océan de sable ou de pierres prend ici tout son sens…

Figure 15. Adrar, place Laperrine.

Figure 15. Adrar, place Laperrine.

Source : Carte postale, série « Scènes et types », éditions Jomone, Alger.

Haut de page

Bibliographie

Imprimés

Augérias M. (Cap.), 1919, Le Sahara occidental, Paris, publication de la Société de Géographie de Paris, 45 p.

Baduel P.R. (dir.), 1988, Habitat, État et société au Maghreb, Paris, CNRS, coll. « Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord », 396 p.

Bataillon C., 1963, Nomades et nomadisme au Sahara, Paris, UNESCO, coll. « Recherches sur les zones arides », XIX, 195 p.

Bernard A., 1921, Enquête sur l’habitation rurale des indigènes de l’Algérie, faite par ordre de M. le Gouverneur général, Alger, Imprimerie orientale Fontana, in-8°, 152 p.

Bernard A., 1930, L’Algérie, tome II de Hanotaux Gabriel, Martineau Alfred (dir.), Histoire des colonies françaises et de l’expansion française dans le monde, Paris, Société de l’Histoire nationale, Plon, 548 p.

Bernard A. et Lacroix N. (Cdt), 1906a, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger, Jourdan.

Bernard A. et Lacroix N. (Cdt), 1906b, La pénétration saharienne, 1830-1906, Alger, Imprimerie algérienne, 195 p.

Bernard A., 1911, Les confins algéro-marocain, Paris, Larose, 420 p.

Bisson J., 1957, Le Gourara, étude de géographie humaine, Alger, Publications de l’Institut de recherches sahariennes, Mémoire n° 3, 222 p.

Bisson J., 1963, « Nomadisation chez les Reguibat L’Gouacem », pp. 51-66, in Nomades et nomadisme au Sahara, Paris, UNESCO, 195 p.

Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 479 p.

Bisson J. et Jarir M., 1988, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », pp. 329-345, in Baduel P.R. (dir.), Habitat, État et société au Maghreb, Paris, CNRS, 1988, coll. « Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord », 396 p.

Blaudin de Thé (Cdt), 1960, Essai de bibliographie du Sahara français et des régions avoisinantes, Paris, Arts et Métiers graphiques, Klinksiek, 259 p. (édité avec le concours de l’Organisation commune des Régions sahariennes).

Bort H. (de) (Cap.), sd, Aperçu historique sur le commerce et les grands axes de circulation sahariens, Cours des Affaires sahariennes.

Bunler J., 1948, Sur les routes d’Afrique. De la Méditerranée au Tchad, Lausanne, Payot, 32 p.

Cabot Briggs L., 1958, The Living Races of the Sahara Desert, Cambridge (Massachusetts), Peabody Museum, 218 p.

Capot-Rey R., 1944, Problèmes des oasis algériennes, Alger, Publications du CNRS, 35 p.

Capot-Rey R., 1946, Géographie de la circulation sur les continents, Paris, NRF-Gallimard, coll. « Géographie humaine », n° 20, 296 p.

Capot-Rey R., 1953, L’Afrique blanche française, Tome 2 : Le Sahara français, Paris, PUF, 564 p.

Capot-Rey R., Cornet A. et Blaudin de Thé B., 1963, Glossaire des principaux termes géographiques et hydrogéologiques sahariens, Alger, Univ. d’Alger, Institut des recherches sahariennes, 82 p.

Carail J., 1964, Exemple de création urbaine au Sahara pétrolier, Hassi Messaoud 1956-1962, Paris, IUUP.

Champault F.-D., 1969, Une oasis du Sahara nord-occidental, Tabelbala, Thèse principale pour le Doctorat ès Lettres, Univ. de Paris, Éd. du CNRS, 486 p.

Chapelle J., 1958, Nomades noirs au Sahara, Paris, Plon, 450 p.

Chudeau R., 1909, Missions au Sahara, tome 2 : Sahara soudanais, Paris.

Colonna F., 1989, Timimoun, une civilisation citadine, Alger, ENAP, 123 p. (photographies d’Ali Hefied, traduction en arabe de Saïd Derradji).

Cornet P., 1957, Sahara terre de demain, Paris, Nouvelles éditions latines, 286 p. (préface d’Albert Sarrault).

Cortier M. (Lt), 1908, D’une rive à l’autre du Sahara, Mission Arnaud-Cortier, 15 février-24 juin 1907, Paris, Larose, 409 p. (1 carte hors-texte).

Cortier M. (Cap.), 1913, Mission Cortier, 1908, 1909, 1910, Paris, Larose, 68 p.

Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, 1958, Comment construire au Sahara, étude géographique…, Paris, 83 p.

D’Armagnac (Lt), 1934, Le Sahara, carrefour des races, Alger, Baconnier, 123 p. (illustrations de Y. Kleiss-Herzig).

Daumas (Lt-Col.), 1845, Le Sahara algérien, études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements français en Algérie, Paris, Langlois et Leclerc ; Fortin, Masson & Cie, 339 p.

Deporter V.-B. (Cdt), 1891, À propos du transsaharien, extrême-sud de l’Algérie, le Gourara, le Touat, In-Salah, le Tidikelt, le pays des Touareg Ahaggar, l’Adrar, Tombouctou, Agadès, Alger, Fontana/Paris, Challamel.

Échallier J.-C., 1968, Essai sur l’habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, Paris, IUUP, Th-403, 216 p.

Échallier J.-C., 1972, Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien), Paris, Arts et Métiers graphiques, 142 p.

Elm E., 1966, Évolution de l’art urbain dans le Sahara algérien, Paris, IUUP, Th-376.

Eydoux H.-P., 1938, L’Exploration du Sahara, Paris, NRF-Gallimard, 234 p.

Eydoux H.-P., 1973, L’Homme et le Sahara, Paris, Gallimard, 207 p.

Foureau F., 1903, D’Alger au Congo par le Tchad, Paris, Masson, 1210 p.

Foureau F., 1905, Documents scientifiques de la mission saharienne, mission Foureau-Lamy, Paris, Masson.

Gautier É.-F., 1903, « Le Sahara oranais », Annales de Géographie, tome XII, pp. 235-259.

Gautier É.-F., 1908, Missions au Sahara par E.-F. Gautier et R. Chudeau, tome 1 : Le Sahara algérien, Paris, A. Colin, 371 p. (96 phototypies hors-texte).

Gautier É.-F., 1923, La Conquête du Sahara, essai de psychologie politique, Paris, Armand Colin, 259 p.

Gautier É.-F., 1928, Le Sahara, Paris, Payot, 232 p.

Godard J. (Cdt), 1954, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, Alger, La Maison des livres, 225 p. (avant-propos de Tony Socard).

Gouvernement général de l’Algérie, Commissariat général du Centenaire, Les Territoires du Sud de l’Algérie, 1ère partie : ce qu’ils sont, pourquoi ils ont été créés, 364 p., 12 fig., 2e partie : L’Œuvre accomplie (1er janvier 1903-31 décembre 1929), 1929, 648 p., 3e partie : Essai de bibliographie, 1930, 384 p. (2372 références bibliographiques).

Gouvernement général de l’Algérie, Commissariat général du Centenaire, 1930, Les Territoires du Sud de l’Algérie, Annexe : cartes, Alger, P. & G. Soubiron.

Gouvernement général de l’Algérie, « Les Territoires du Sud de l’Algérie, 1930 », Programme d’action économique pour une période de dix années à partir de 1930, Alger, 379 p.

Gouvernement général de l’Algérie, Direction des Territoires du Sud, 1947, Exposé de la situation générale des Territoires du sud de l’Algérie de 1930 à 1946, Rapport d’ensemble présenté par ordre de M. Yves Chataigneau, Ambassadeur de France, Gouverneur Général de l’Algérie, Alger, Imprimerie officielle, 541 p.

Gradis G., 1924, À la recherche du Grand-Axe. Contribution aux études transsahariennes, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 99 p. (42 photographies, 5 cartes).

Grandguillaume G., 1973, « Régime économique et structure du pouvoir : le système des foggaras du Touat », Revue de l’Occident musulman et méditerranéen, n° 13-14, pp. 437-457.

Guillerme A. et Dione M., 1986, Application des technologies françaises du Génie civil à un pays en développement. Mission exploratoire : l’équipement du désert français, 1953-1957, Paris, MULT-DRI, ENTPE-Laboratoire Sciences urbaines, 64 p.

Humbert J.-C., 1997, L’œuvre du colonel Carbillet au Sahara, 1827-1940. Le saharien, l’urbaniste, le diplomate, Calvisson, Jacques Gandini, 159 p.

Imesch H. et Thomann H.U., 1990, Timimoun, habitat du Sahara, Zurich, Imesch/Thomann, 39 p.

Joret M., 1966, L’Afrique en flânant de Paris à Tamanrasset, Paris, Nouvelles éditions Debresse, 253 p.

Kachkarov D.N. et Korowine E.P., 1942, La vie dans les déserts (éd. française T. Monot), Paris, Payot, 360 p.

Kérillis (de) H., 1925, De l’Algérie au Dahomey en automobile, voyage effectué par la seconde mission Gradis à travers le Sahara, le Soudan, le territoire du Niger et le Dahomey (15 novembre-11 décembre 1924), Paris, Plon, 242 p. (65 illustrations hors-texte et une carte).

Killian C. et Féher D., 1938, La vie dans les régions désertiques nord-tropicales de l’Ancien Monde, Paris, Paul Le Chevalier.

Kobori I., 1982, Case Studies of Foggara Oases in the Algerian Sahara and Syria, Tokyo, University of Tokyo, 101 p.

Larnaude M., 1930, Les territoires du Sud, Publications du Centenaire.

Leblanc E., 1942, Aperçu anthropologique et ethnographique sur les populations du Sahara occidental (Sahara français), Alger.

Lehuraux L., 1928, Sur les pistes du désert, Paris, Plon, 322 p. (30 photographies hors texte et 5 cartes).

Lehuraux L., 1934, Le Sahara, ses oasis, Alger, Baconnier, 195 p.

Lehuraux L., 1937a, Le Sahara algérien, Alger, Minerva, 63 p.

Lehuraux L., 1937b, Où va le nomadisme en Algérie, Alger, Baconnier, 184 p.

Lehuraux L., 1939, Les conquérants des oasis, colonel Théodore Pein, Paris, Plon (Préface du général Niéger).

Lelong M.-H., 1943, Le Sahara aux cent visages, Paris, Alsatia, 304 p.

Lô A. (Cap.), 1951, La Foggara, Paris, Centre historique de Hautes études administratives sur l’Afrique et l’Asie moderne, coll. « Travaux », n° 1800, 84 p.

Marouf N., 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad, 281 p.

Martin A.-G.-P., 1908, À la frontière du Maroc, les oasis sahariennes (Gourara, Touat, Tidikelt), tome 1, Alger, Imprimerie algérienne, 406 p. (2 cartes hors-texte).

Martin A.-G.-P., 1928, Le Maroc et l’Europe, Paris, Leroux, 146 p.

Martinière (de la) H.-M.-P. et Lacroix N., 1897, Documents pour servir l’étude du Nord-ouest africain, Gouvernement général de l’Algérie, Service des Affaires indigènes, 4 volumes.

Masqueray É., 1914, Souvenirs et visions d’Afrique, Alger, Typographie Adolphe Jourdan, 408 p.

Masqueray É., 1983, Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie (Kabyles du Djurjura, Chaouïa de l’Aourâs, Beni Mezâb), Aix-en-Provence, Édisud, 374 p. [1ère imp. 1886 chez Ernest Leroux à Paris].

Mercadier G., Rondreux R. et Salléras J., 1946, L’oasis rouge, impressions sahariennes, Alger, Robert et René Chaix, 191 p.

Mercier E., 1901, La question indigène en Algérie au commencement du XXe siècle, Paris, A. Challamel, 248 p.

Mercier M., 1922, La civilisation urbaine au Mzab, étude de sociologie africaine, Alger, E. Pfister, 276 p.

Mercier M., 1932, La civilisation urbaine au Mzab. Ghardaïa la mystérieuse, Alger, P. & A. Soubiron, 391 p. (33 figures ou photographies).

Ministère de la Guerre, État-Major de l’Armée, Service historique, 1930, L’Afrique française du Nord, Bibliographie militaire, Paris, Imprimerie nationale.

Montagne R., sd, Étude sociologique de la migration des travailleurs musulmans en métropole. Rapport préliminaire et Fascicules 1-8, Paris.

Montagne R., 1934, Villes et kasbas berbères de l’Atlas et des oasis, Paris.

Montagne R., 1947, La civilisation du désert, Paris, Hachette, 267 p.

Moulias D., 1927, L’organisation hydraulique des oasis sahariennes, Thèse de Doctorat en Droit n° 7, sous la dir. de J. Carbonel, Univ. d’Alger, Alger, 305 p.

Naciri M., 1988, « Les ksouriens sur la route, émigration et mutations spatiales de l’habitat dans l’oasis de Tinjdad », pp. 347-364, in Baduel P.R. (dir.), Habitat, État et société au Maghreb, Paris, CNRS-Éditions, coll. « Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord », 396 p.

Niéger (Cap.), 1924, Mission du Transafricain, rapport du…, chef de mission accompagné des rapports des autres membres de la mission, Rapport des missions organisées par la Société d’Études du chemin de fer transafricain publiés par les soins de la Société de Géographie de France, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 334 p.

OCRS, 1961, Types d’habitat traditionnel, constructions récentes, Alger.

OCRS, 1962a, Le plâtre dans la construction au Sahara, Alger.

OCRS, 1962b, Logements modernes sahariens, Alger.

Orengo R., 1951, Les foggaras, les irrigations et les divers problèmes qui s’y attachent au Sahara, Rapport au Service de la colonisation et de l’hydraulique du Gouvernement général de l’Algérie.

Oulié M., 1931, Bidon 5. En rallye à travers le Sahara, Paris, Flammarion, 281 p.

P. (Cap.), 1889, Les routes de l’Algérie au Soudan, Paris, Beaudouin.

Perrin M., 1933, Le palmier-dattier, la propriété dans les oasis, la question de l’eau, le commerce des dattes d’exportation, Paris, Courville, 107 p.

Petermann Dr A., 1865, « Gerhard Rohlfs’Tagebuch seiner Reisedurch Marroko nach Tuat, 1964 », pp. 81-90, pp. 165-187 et pp. 401-417, in Mittheilungen aus Justus Perthes’Geographischer anstalt über Wichtige neue Erforschungen auf dem Gesammtgebiete der Geographie, Gotha, Justus Perthes, tome II.

Pliez O., 2003, Villes du Sahara, urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen (préface de M. Côte), Paris, CNRS-Éditions, coll. « Espaces & milieux », 199 p.

Potier R., 1950, Le Sahara, Paris/Grenoble, Artaud, 188 p.

Rognon P., 1994, Biographie d’un désert. Le Sahara, Paris, L’Harmattan, 347 p.

Rovillois-Brigol M., 1973, « La sédentarisation autour d’Ouargla », pp. 135-141, in Oasis du Sahara algérien, Paris, IGN, Étude de photo-interprétation n° 6, 110 p.

Sabatier C., 1891, Touat, Gourara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire, Paris, Société d’éditions scientifiques, 336 p. (superbe carte en cinq couleurs).

Saffroy B., 1994, Chronique du Touat (des repères pour une histoire), Ghardaïa, Centre de documentation saharienne, 486 p.

Savornin J., 1932, Les territoires du Sud de l’Algérie, Paris, Ch. Béranger, 67 p.

Shell (Société), 1934, Guide du tourisme automobile et aérien au Sahara, saison 1934-1935, Alger, Baconnier.

Shell (Société), 1938, Guide du tourisme automobile et aérien au Sahara, Alger, Shell.

Shell (Société), 1948, Guide du tourisme automobile et aérien au Sahara, Alger, Shell.

Shell (Société), 1955, Guide du tourisme automobile et aérien au Sahara, Alger, Shell.

Tillion G., 1966, Le harem et les cousins, Paris, Seuil, 218 p.

Tillion (Cap.), 1903, La conquête des oasis sahariennes. Opérations au Tidikelt, au Gourara, au Touat, dans la Zousfana et dans la Saoura en 1900 et 1901, Paris, Henri-Charles Lavauzelle (éd. militaire), 174 p.

Vallet J., 1973, « Tamentit », pp. 63-110, in Oasis du Sahara algérien, Paris, IGN, Étude de photo-interprétation n° 6, 110 p.

Verlet B., 1958, Le Sahara, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 766.

Vioux M., 1930, Au Sahara, autour du Grand Erg, Paris, Fasquelle, 183 p.

Périodiques

L’Afrique française

Bernard A., 1922, supplément Renseignements coloniaux, p. 293 : « Les Territoires du sud ».

Larnaude M., 1926, 36e année, p. 16 : « Un programme de pistes pour automobiles dans le Sahara algérien ».

Algéria

Lehuraux L., 1942 (mai-juin), « L’oasis du Tanezrouft ».

Annales de l’Académie des sciences coloniales (Paris)

Gautier É.-F., 1929, tome IV (282 p.) : « L’aménagement du Sahara ».

Chailley J., 1929, tome IV (282 p.) : « Rapport du concours sur l’aménagement du Sahara ».

Annales de Géographie (Paris)

Gautier É.-F., 1903, tome XII, pp. 235-259 : « Le Sahara oranais ».

Schirmer H., 1892, tome I, pp. 404-412 : « Le Touat ».

Bernard A., 1910, p. 260 : « Sahara algérien et Sahara soudanais ».

Arnaud G., 1927, pp. 173-176 : « La conquête du Sahara en automobile ».

L’Anthropologie

Gautier É.-F., 1907, tome XVIII (50 p.) : « Études d’ethnographie saharienne ».

Architecture d’Aujourd’hui

1945 (septembre-octobre), n° 3 (France d’Outre-Mer), p. 38 : « L’hôpital d’Adrar dans le Hoggar, Michel Luyckx, architecte ».

Archives de l’Institut Pasteur d’Algérie

Foley H., Meslin R., 1924 (septembre), tome II, n° 3 : « Exploration scientifique du Touat-Gourara, mars-avril 1913 ».

Devors P., 1974 (septembre-décembre), tome XXV, n° 3-4, pp. 223-275 : « Le Touat, étude géographique et médicale ».

Sergent Dr Edmond, 1953 (mars), tome XXXI, n° 1, pp. 1-45 : « Le peuplement humain du Sahara ».

Reboul Dr Edmond, 1953 (juin), tome XXXI, n° 2, pp. 164-246 : « Le Gourara, étude historique, géographique et médicale ».

Association française pour l’Avancement des sciences, Congrès de Paris

Bonnet Dr, 1889-1890, p. 888 : « Les ksours du sud-ouest oranais ».

Bulletin de l’IFAN

Genevière J., 1950 (octobre), tome XII, pp. 1111-1127 : « Les Kountas et leurs activités commerciales ».

Bulletin de la Société d’archéologie d’Oran

Voinot, 1909, « … ».

Bulletin de la Société de Géographie (Paris)

Blanc E., 1890, p. 169 : « Les routes de l’Afrique septentrionale au Sahara ».

Le Chatelier, 1885, p. 590 : « Note sur les ksour du Bouda ».

Sabatier C., 1891, tome XIII, p. 99 : « Touat, Sahara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire ».

Bulletin de la Société de Géographie d’Alger ou Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord (Alger)

G.V., 1900, n° 4, pp. 260-278 : « Le Touat, le Gourara et le Tidikelt, étude géographique ».

Selka A., 1923, n° 22, p. 522 : « Notice sur le Touat ».

Col. Gard, 1923, n° 95, pp. 525-526 : « Le Transsaharien ».

Cap. Herbaut, 1934, tome XXXIX, n° 140, pp. 561-573 : « Les foggaras du Touat ».

Bulletin de la Société Géographique et Archéologique d’Oran

Rouire, 1891, p. 333 : « Le sud-ouest oranais et le Touat ».

Bulletin de liaison saharienne

Col. Quénard, 1950, « Recherches historiques sur le Touat-Gourara », Bulletin de liaison saharienne, n° 2.

Bulletin [du Comité de] l’Afrique française

Caix [de Saint-Aymour] (de) R., 1900, pp. 48-51 et pp. 273-278 : « Le Touat ».

Lyautey H., 1900, pp. 196-199 et 223-229 : « Du rôle colonial de l’armée [extrait de la Revue des deux mondes du 15 janvier 1900] ».

Lt Niéger, 1904, supplément Renseignements coloniaux, pp. 170-177 : « Le Touat ».

Bulletin du Centre de recherches et de documentation de l’Institut des sciences sociales d’Oran

Legras J.-M., 1974, « Compte rendu d’enquête sur le Touat ».

Bulletin de la Réunion des Études algériennes

Sartay, 1901, « Le Touat ».

Bulletin officiel du Comité oranais du Transsaharien (Oran)

Oran-Niger, 1928 (I), 1938 (XII)

Les Cahiers Charles de Foucault

Cdt Godard, 1955, vol. 39, pp. 153-164 : « Les oasis dans le Sahara de demain ».

Encyclopédie mensuelle d’Outre-Mer, Documents politiques, économiques et sociaux

Lehuraux L., 1951 (septembre), n° 1 (12 p.) : « La réorganisation des territoires du sud de l’Algérie ».

France-Outre-Mer

Calsat J.H., 1957 (juillet), n° 332, pp. 45-46 : « La vie au Sahara, cités futures et nouveaux problèmes d’habitation ».

La Géographie

Soller C., 1888 (novembre) : « Les routes des caravanes dans le Sahara occidental ».

Cap. Niéger, 1907, tome XIV, pp. 361-384 : « Du Touat à Touadeni ».

Schmitt, 1913, p. 241 : « Le Sahara occidental ».

Gradis G., 1924, XLII, pp. 312-313 : « À la recherche du Grand Axe, contribution aux études transsahariennes ».

Hespéris

Mercier M., 1928, tome VIII, pp. 413-429 : « Notes sur une architecture berbère saharienne ».

La Chapelle (de) F., 1930, tome XI, pp. 35-95 : « Esquisse d’une histoire du Sahara occidental ».

L’Illustration

1930 (24 mai), 88e année, n° 4551 (L’Algérie, 1830-1930) : « La grande route saharienne ».

Rozet G., 1930 (24 mai), 88e année, n° 4551 (L’Algérie, 1830-1930) : « Décors algériens et sahariens ».

Industries et travaux d’Outre-Mer

Lieury C., 1957 (juin), n° 43 (Sahara 57), pp. 377-385 : « L’habitation au Sahara ».

Maghreb-Machrek

Bisson J., 1983 (mars), n° 99, pp. 5-29.

Bisson J., 1983 (juin), n° 100, pp. 25-41.

Le Mercure africain

Cap. Peyronnet, 1923 (juillet-août et octobre) : « … ».

Mobacher

Sabatier C., 1874 (janvier) : « De Figuig au Touat, recherches sur la vallée de l’Oued Messaoura ».

La Nature

Forbin V., 1938 (1er avril), pp. 213-216 : « La naissance d’une nouvelle ville au Sahara ».

Revue africaine

Berque A., 1936, « L’habitation de l’indigène algérien ».

Cap. Lehuraux, 1937, tome 41, n° 373-374, pp. 169-184 : « Le statut territorial des Territoires du Sud de l’Algérie ».

Basset A., 1937, tome 41, n° 373-374, pp. 353-355 : « Les ksours berbérophones du Gourara ».

Capot-Rey R., 1940, p. 232 : « Le mouvement de la population dans les territoires du Sud ».

Marcy G., 1941, pp. 187-211 : « Les vestiges de la parenté maternelle en droit coutumier berbère et le régime des successions touarègues ».

Revue algérienne et coloniale

Lt-Col. d’infanterie Colomb (de), 1860, tome III, juillet-décembre, 970 p., pp. 29-55 ; pp. 301-349 ; pp. 495-548 : « Notice sur les oasis du Sahara et les routes qui y conduisent ».

Revue de Géographie

Un Officier des Compagnies sahariennes, 1904, avril : « Le Touat ».

Revue de Géographie alpine

Suter K., 1953, tome XLI, fasc. III, pp. 443-474 : « Études sur la population et l’habitat d’une région du Sahara algérien : le Touat ».

Revue de l’Occident musulman et méditerranéen

Grandguillaume G., 1973, n° 13-14, pp. 437-457 : « Régime économique et structure du pouvoir : le système des foggaras du Touat ».

Le Saharien (Paris)

Échallier J.-C., 1966, 2e trimestre, n° 42, pp. 33-45 et 1966, 4e trimestre, n° 44, pp. 13-25 : « Sur quelques détails d’architecture du Sahara septentrional ».

Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes

Gougenheim R., 1942-1968, Tables générales des Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, tomes I-XXVII.

Capot-Rey R., 1942, tome I, pp. 63-86 : « Le nomadisme pastoral dans le Sahara français ».

Cdt Lehuraux, 1943, , tome II, pp. 105-120 : « Les origines des oasis du Tidikelt et du bas Touat ».

Cap. Lô, 1953, tome X, pp. 139-181 et 1954, tome XI, pp. 49-77 : « Les foggaras du Tidikelt ».

Émerit M., 1954, tome XI : « Les liaisons terrestres entre le Soudan et l’Afrique du Nord au XVIIIe et au début du XIXe siècle ».

Cap. Lô,1954, tome XI, pp. 49-77 : « Les foggaras du Tidikelt ».

Capot-Rey R., 1955, tome XIII, pp. 238-241 : « L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien ».

Capot-Rey R., 1956, tome XIV, pp. 139-158 : « Greniers domestiques et greniers fortifiés au Sahara, le cas du Gourara ».

Boulaine M. et J., 1957, tome XVI, pp. 199-200 : « Sur l’aire de dispersion des foggaras ».

Brigol M., 1957, tome XVI, pp. 181-197 : « L’habitat des nomades sédentarisés à Ouargla ».

Cap. Chaintron J.-F., 1957, tome XVI, pp. 101-129 et 1958, tome XVII, pp. 127-156 : « Aoulef, problèmes économiques et sociaux d’une oasis à foggaras ».

Capot-Rey R., 1958, compte rendu de Chapelle J. (Col.), tome XVII, pp. 253-255 : « Nomades noirs au Sahara ».

Bisson J., 1960, tome XVIII, pp. 183-194 : « Évolution récente des oasis du Gourara (1952-1959) ».

Verlet B., 1960, tome XIX, pp. 195-198 : « Touggourt et Ouargla, deux fonctions urbaines ».

Cap. Rio, 1961, tome XX, pp. 135-181 : « L’artisanat à Tamentit ».

Urbanisme

Frey J.-P., 1999, n° 304, pp. 63-71 : « Généalogie du mot “urbanisme” ».

Frey J.-P., 2004, n° 336 (Utopie[s]), pp. 79-87 : « Henri Prost (1874-1959), parcours d’un urbaniste discret (Rabat, Paris, Istanbul…) ».

Cartes et plans

Carte des oasis de Timmi, du Touat, du Tidikelt, dressée pour S.E. le maréchal Randon par le lieutenant-colonel de Colomb, commandant à Laghouat, 1859-1860, 1/400 000e, 2 feuilles 50 x 70 cm [Vincennes : T.20.6.B.152 (2)].

Carte des oasis sahariennes, publiée sous les auspices de la Société de Géographie de Paris, dressée et dessinée par le lieutenant Niéger des Tirailleurs sahariens, Paris, H. Barrère, 1904, 1/250 000e, couleur, 8 feuilles 40 x 60 cm ; feuille n° 4 : Adrar, Tamentit ; n° 7 : Reggane ; n° 2 : Timimoun [Vincennes : T.20.6.B.249].

Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860 [BN.CPL : Ge.C.1955].

Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, commandant supérieur du Cercle de Géryville, dessinée par A. Moreau, lieutenant d’État-Major, 1/1 600 000e, circa 1860 [BN.CPL : Ge.C.1964].

Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860 [BN.CPL : Ge.C.1955].

Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, commandant supérieur du Cercle de Géryville, dessinée par A. Moreau, lieutenant d’État-Major, 1/1 600 000e, circa 1860 [BN.CPL : Ge.C.1964].

Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860 [BN.CPL : Ge.C.1955].

Institut géographique national, Carte du Sahara au 1/200 000e, feuille NG-31XIII, Reggane, 1965.

Service géographique de l’armée, Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuille N.G.-30-XXIV, 1928-1929.

Service géographique de l’armée, Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuille N.G.-31-XIII, Reggane, mai 1930.

Archives

Ministère de la Guerre, État-Major de l’armée, 1er Bureau (de l’organisation et de la mobilisation de l’armée), Correspondance de l’EMA avec les membres du Conseil Supérieur de la Guerre du 4 janvier au 30 décembre 1927 [Vincennes : 7.N.2300 (11)].

Ministère de la Guerre, État-Major de l’armée, Compagnies sahariennes, (5) Compagnie saharienne du Touat, (6) Compagnie saharienne de la Saoura [Vincennes : 34.N.320 (5) et (6)].

Territoire militaire d’Aïn Sefra, Notes du colonel Quénard, Adrar, Plan d’action communal, 16 août 1947 [Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence : 1y/377].

Haut de page

Notes

* Ce texte est tiré d’une communication effectuée au Colloque international organisé par l’IREMAM « La ville au Sahara et dans le désert » (Aix-en Provence, MMSH, 15-16 décembre 2005). Titre initial : L’urbanisme au Sahara ou la sédentarisation erratique : le cas d’Adrar et des oasis du Touat (Algérie).

1 O. Pliez, Villes du Sahara, urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, 2003.

2 J.-P. Frey, « Généalogie du mot “Urbanisme” », Urbanisme, n° 304, 1999, pp. 63-71.

3 L’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, mais en raison des circonstances, il ne commença à fonctionner qu’au début de l’année 1946 sous la direction de J. Alazard. Il a fourni les principaux cadres et techniciens de l’Agence du Plan créée à l’initiative de Jacques Chevalier, maire d’Alger, pour l’aider à gérer et planifier sa ville.

4 Cdt J. Godard, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, 1954.

5 R. Capot-Rey, « L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien », Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, 1955, pp. 238-241.

6 René Maunier (1887-1951) fut professeur de législation et d’économie coloniale à la Faculté de Droit de Paris à partir de 1924. Reçu premier au concours d’agrégation, il demanda à être nommé à la Faculté d’Alger où il engagea un ensemble de travaux remarquables de sociologie nord-africaine et coloniale. Il fut également professeur à l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale.

7 M. Mercier, La civilisation urbaine au Mzab, étude de sociologie africaine, 1922 et La civilisation urbaine au Mzab, Ghardaïa la mystérieuse, 1932.

8 J.-C. Humbert, L’œuvre du colonel Carbillet au Sahara, 1827-1940 : le saharien, l’urbaniste, le diplomate, 1997.

9 N. Marouf, Lecture de l’espace oasien, 1980, p. 18.

10 É.-F. Gautier, La conquête du Sahara, essai de psychologie politique, 1923 et Le Sahara, 1928.

11 Lt-col. Daumas, Le Sahara algérien, études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements français en Algérie, 1845.

12 Lt-col. de Colomb, « Notice sur les oasis du Sahara et les routes qui y conduisent », Revue algérienne et coloniale, 1860, pp. 29-55, 301-349 et 495-548.

13 Ibidem, p. 45.

14 En vertu de la loi du 24 décembre 1902 et des décrets du 30 décembre 1903 et du 4 août 1905. Cf. capitaine Lehuraux, « Le statut territorial des Territoires du Sud de l’Algérie », Revue africaine, 1937, pp. 169-184.

15 C. Sabatier, Touat, Gourara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire, 1891.

16 H.-M.-P. de la Martinière et N. Lacroix, Documents pour servir l’étude du Nord-ouest africain, 1897, 4 volumes.

17 Ibidem, tome 3, p. 126.

18 Ibid., tome 3, p. 127.

19 Ibid., tome 3, p. 213.

20 É.-F. Gautier, « Le Sahara oranais », Annales de Géographie, 1903, pp. 250-251.

21 H. Schrimer, « Le Touat », Annales de Géographie, 1892, p. 409.

22 L’orthographe de ce mot a été très fluctuante, notamment pour le pluriel. Schirmer en 1892, reprenant des textes de Rohlfs, écrit fogaguir, Gautier en 1903 fgagira, Niéger en 1904 feggagir. Les auteurs plus récents, que nous suivrons en cela, écrivent une foggara, des foggaras.

23 Cap. Herbaut, « Les foggaras du Touat », Bulletin de la Société de Géographie, 1934, pp. 562-563.

24 G. Grandguillaume, « Régime économique et structure du pouvoir : le système des foggaras du Touat », Revue de l’Occident musulman et méditerranéen, 1973, pp. 437-457.

25 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, pp. 63-110.

26 I. Kobori, Case Studies of Foggara oases in the algerian Sahara and Syria, 1982.

27 P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale », Archives de l’Institut Pasteur d’Algérie, 1947, pp. 223-275.

28 J.-C. Échallier, Essai sur l’habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, 1968 et Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien), 1972.

29 N. Marouf, Lecture de l’espace oasien, 1980, 281 p.

30 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, pp. 63-110.

31 R. Mimouni, Le Fleuve détourné (roman), Paris, Robert Laffont, 1982, 218 p.

32 R. Capot-Rey, Géographie de la circulation sur les continents, 1946 ; P. Cornet, Sahara terre de demain, 1957 ; C. Bataillon, Nomades et nomadisme au Sahara, 1963.

33 J. Vallet, « Tamentit », Oasis du Sahara algérien, 1973, p. 68.

34 P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale », Archives de l’Institut Pasteur d’Algérie, 1947, pp. 223-275.

35 Littéralement « grande séguia », canal couvert courant à fleur de sol et franchissant les dépressions sur une digue légèrement surélevée. Elle permet de conduire l’eau du débouché de la foggara au point où l’on place le peigne répartiteur principal.

36 Peigne répartiteur d’eau situé à un élargissement de la séguia kébir et permettant de partager avec précision l’eau entre les divers propriétaires de parts d’eau.

37 Comptable. Celui qui tient le livre de compte des habba ou parts d’eau.

38 Mesureur et répartiteur d’eau à partir d’un système de mesure constitué d’une plaque de cuivre ou d’une planche percée de trous calibrés.

39 Cf. notamment la carte p. 11 ou la carte hors texte dans L. Lehuraux, Sur les pistes du désert, 1928.

40 H.-P. Eydoux, L’Exploration du Sahara, 1938, pp. 203-204.

41 G. Gradis, À la recherche du Grand-Axe, Contribution aux études transsahariennes, 1924 ; H. de Kérillis, De l’Algérie au Dahomey en automobile, voyage effectué par la seconde mission Gradis à travers le Sahara, le Soudan, le territoire du Niger et le Dahomey (15 nov.-11 déc. 1924), 1925, 242 p.

42 R. Capot-Rey, Problèmes des oasis algériennes, 1944, p. 35.

43 Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuilles N.G.-31-XIII (Reggane, mai 1930) et N.G.-30-XXIV (1928-1929).

44 Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860.

45 Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir, dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, dessinée par A. Moreau, circa 1860.

46 Carte des oasis de Timmi, du Touat, du Tidikelt, dressée par le lieutenant-colonel de Colomb, 1859-1860, 1/400 000e.

47 Carte des oasis sahariennes, dressée et dessinée par le lieutenant Niéger des Tirailleurs sahariens, 1904, 1/250 000e : feuilles n° 4 (Adrar, Tamentit), n° 7 (Reggan), n° 2 (Timimoun).

48 Carte du Sahara, Reproduction des minutes de levés au 200 000e, feuilles N.G.-30-XXIV (1928-1929) et N.G.-31-XIII (Reggane, mai 1930).

49 C. Sabatier, Touat, Gourara et Soudan, étude géographique, politique, économique et militaire, 1891, p. 6.

50 A.-G.-P. Martin, À la frontière du Maroc, les oasis sahariennes (Gourara, Touat, Tidikelt), 1908, p. 173.

51 L. Lehuraux, « La réorganisation des territoires du sud de l’Algérie », Encyclopédie mensuelle d’Outre-Mer, 1951, p. 1.

52 A. Bernard et N. Lacroix, La pénétration saharienne, 1830-1906, 1906, pp. 156-157.

53 Archives de Vincennes, Fiche de renseignement sur la Compagnie saharienne du Touat.

54 Ministère de la Guerre, État-Major de l’Armée, 1er Bureau, Correspondance de l’EMA avec les membres du Conseil supérieur de la Guerre du 4 janvier au 30 décembre 1927.

55 Archives de Vincennes, Fiche de renseignement sur la Compagnie saharienne du Touat.

56 Cap. Lehuraux, « Le statut territorial des Territoires du Sud de l’Algérie », Revue africaine, 1937, p. 171.

57 Archives d’Outre-Mer, Série Y, Plan d’action communal.

58 Idem.

59 Henri de Kérillis, De l’Algérie au Dahomey en automobile, voyage effectué par la seconde mission Gradis à travers le Sahara, le Soudan, le territoire du Niger et le Dahomey (15 nov.-11 déc. 1924), 1925.

60 Lt M. Cortier, D’une rive à l’autre du Sahara, Mission Arnaud-Cortier, 15 fév.-24 juin 1907, 1908, p. 46bis.

61 J.-P. Frey, « Henri Prost (1874-1959), parcours d’un urbaniste discret (Rabat, Paris, Istanbul) », Urbanisme, 2004, pp. 79-87.

62 « L’hôpital d’Adrar dans le Hoggar, Michel Luyckx, architecte », Architecture d’Aujourd’hui, 1945, p. 38.

63 J. Bisson et M. Jarir, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », in P.R. Baduel, 1988, p. 332.

64 M. Naciri, « Les ksouriens sur la route, émigration et mutation spatiale de l’habitat dans l’oasis de Tinjdad », in P.R. Baduel, 1988, p. 348.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Villages désertés et structures anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien).
Crédits Source : J.-C. Échallier, 1972, Carte 2.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2. Le tracé des foggaras aux alentours d’Adrar.
Crédits Source : J.-C. Échallier, 1972.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 3. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1955].
Crédits Source : Carte dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, circa 1860.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 4. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte générale du groupe des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt et des voies suivies par les caravanes pour y aboutir [BN.CPL : Ge.C.1964].
Crédits Source : Carte dressée sur renseignements par M. le Cdt L. de Colomb, dessinée par A. Moreau, lieutenant d’État-Major, 1/1 600 000e, circa 1860.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5. Décalque par Jean-Pierre Frey de la Carte des oasis de Timmi, du Touat et du Tidikelt [Vincennes : T.20.6.B.152 (2)].
Crédits Source : Carte dressée pour S.E. le Maréchal Randon par le Lt-Col. de Colomb, 1859-1860, 1/400 000e.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 6. Carte des oasis sahariennes, publiée sous les auspices de la Société de Géographie de Paris [Vincennes : T.20.6.B.249].
Légende Feuille n° 4 : Adrar, Tamentit ; Feuille n° 7 : Reggane ; Feuille n° 2 : Timimoun.
Crédits Source : Carte dressée par et dessinée par le Lieutenant Niéger des Tirailleurs sahariens, 1904, 1/250 000e.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 7. Carte n° 2, P. Devors, « Le Touat, étude géographique et médicale ».
Crédits Source : Annales de l’Institut Pasteur d’Alger, tome XXV, n° 3-4, septembre-décembre 1947, pp. 223-275.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 8. Palmeraies et pistes autour d’Adrar.
Crédits Source : Guide touristique Shell, 1938, p. 37.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 9. Tamentit. L’environnement régional.
Crédits Source : Vallet, 1973 : « Tamentit », pp. 63-110, in Oasis du Sahara algérien.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 10. Centre d’Adrar, place Laperrine, 1900-1953.
Crédits Source : Godard J. (Cdt), 1954, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, p. 145.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 11. Plan du centre d’Adrar au 1/4 000e (1929).
Crédits Source : Archives d’Outre-Mer, Série Y, Plan d’action communal.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 12. Adrar, place Laperrine.
Crédits Source : Carte postale, série « Scènes et types », éditions Jomone, Alger.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 13. Adrar, place Laperrine.
Crédits Dessin de Jean-Pierre Frey, 2006.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 14. Porte de la casbah Servières (Adrar).
Crédits Dessin de Jean-Pierre Frey, 2006.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 15. Adrar, place Laperrine.
Crédits Source : Carte postale, série « Scènes et types », éditions Jomone, Alger.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/579/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Frey, « Adrar et l’urbanisme ou la sédentarisation erratique des oasis du Touat », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 7-45.

Référence électronique

Jean-Pierre Frey, « Adrar et l’urbanisme ou la sédentarisation erratique des oasis du Touat », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/emam.579

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Frey

Architecte-Sociologue, Professeur d'Urbanisme à l'Institut d'Urbanisme de Paris, Université Paris-Est-Créteil & LAVUE, Centre de recherches dur l'Habitat | UMR 7218

jean-pierre.frey@paris-valdeseine.archi.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page