Navigation – Plan du site

La population rurale et le Baath sous le régime autoritaire de Hafez et Bachar al-Assad en Syrie. Clientélisation et marginalisation

Zakaria Taha
p. 117-127

Résumés

Les campagnes syriennes constituaient dans les années 1960 et 1970 la base arrière du soutien du régime baathiste syrien. Son programme économique socialisant coïncidait avec les préoccupations de la paysannerie pauvre longtemps exploitée par les grands propriétaires terriens, très majoritairement citadins absentéistes. Si le régime des Assad au pouvoir depuis 1970 a continué (et continue encore) à accorder de l’intérêt au secteur agricole étant donné son poids dans l’économie nationale, la population rurale, quant à elle, est de plus en plus touchée par la pauvreté et le chômage. La libéralisation de l’économie et l’abandon progressif du système de subventions qui lui bénéficiait, puis le passage à « l’économie sociale de marché » à partir de 2006, ont accru les disparités sociales entre villes et campagnes. En considérant la démarche de pérennisation au pouvoir opérée par le régime autoritaire de Hafez et Bachar al-Assad, cet article essaie de mettre l’accent sur la marginalisation des campagnes et du monde rural.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le rapport de la Banque mondiale de 1953 montre que la grande propriété (plus de 1000 ha) constitue (...)
  • 2 Jusqu’au début des années 1960, « 70 % des familles vivant de l’agriculture devaient se partager à (...)
  • 3 Le Baath est officiellement fondé le 7 avril 1947 en présence d’une centaine de participants venus (...)
  • 4 Sāmī al-Ğundī, l’un des premiers leaders du Baath syrien, note que « le Baath s’est développé dès l (...)
  • 5 Les membres du Commandement régional du Baath étaient, entre 1966 et 1970, majoritairement originai (...)
  • 6 Pour plus de détails, voir M. Ababsa, 2006, pp. 211-230.
  • 7 En 1970, le taux de chômage des ruraux est de 4,7 % contre 6,2 % pour les citadins, la moyenne nati (...)
  • 8 Bien que le pourcentage de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté (correspondant à 2 US-$ (...)
  • 9 Au dernier recensement général de la population syrienne de 2004, la population du mohafazat de Der (...)
  • 10 C’est le cas, par exemple, de Farouk al-Char’, chef de la diplomatie syrienne sous Hafez al-Assad e (...)
  • 11 Bureau central des statistiques, 2010, cité dans Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de (...)

1Dans les années 1960, le Baath accorde une importance particulière au secteur agricole. Parti dominant du gouvernement syrien, il fait en sorte que l’État lui consacre la moitié de ses investissements, alors que cette activité économique était négligée par la plupart des pays arabes dont l’immense majorité de la population était pourtant rurale (Tabutin et Schoumaker, 2005, p. 678). La campagne syrienne, jusqu’à la fin des années 1950, fortement marquée par le modèle de la grande propriété terrienne1 et dominée économiquement et politiquement par l’aristocratie citadine2, trouve ainsi dans le programme économique et social du Baath3 l’opportunité de sortir de cette situation inégalitaire. Les couches sociales défavorisées et la paysannerie pauvre lui fournissent alors une bonne partie de ses partisans4 et élites civiles et militaires5, renforçant ainsi son assise sociale auprès de la population rurale. Si le régime du Baath sous les Assad continue à accorder de l’importance au secteur agricole (multiplication des coopératives agricoles, création de fermes modèles d’État dans les années 19706, construction du barrage al-Tabaqa sur l’Euphrate en 1973, augmentation de la surface des terres irriguées, création de la Banque de l’Agriculture, subventions de projets de développement agricole, etc.), la population rurale, quant à elle, est de plus en plus touchée par le chômage7 et la pauvreté8. Est particulièrement significatif à cet égard le fait que le mouvement de contestation du régime baathiste ait débuté, en mars 2011, à Deraa9, une ville agricole à 100 km au sud de Damas qui a pourtant fortement profité des réformes agraires des années 1960 et dont est issu un nombre non négligeable de dignitaires du régime, de cadres du parti Baath et des services de Sécurité10. Après près d’un demi-siècle de règne en Syrie, dont 42 ans sous le régime des Assad, le Baath peut-il être encore considéré comme exprimant les aspirations des ruraux qui constituent aujourd’hui 46,5 % de la population totale (20 367 000 habitants) en 201011 ? Le monde rural serait-il demeuré la base arrière du soutien au régime du Baath syrien ?

2Cet article se propose de mettre l’accent sur la question de l’évolution du rapport du Baath avec le monde rural, à travers l’analyse de la politique agricole conduite à partir des années 1970 dans un pays où les campagnes ont longtemps été dominées par les villes, ne serait-ce que parce qu’une part importante des terres appartenait à des citadins et que les commerçants urbains monopolisaient les échanges avec le monde rural. Cette analyse ne saurait être menée sans prendre en considération d’une part la question de la légitimité du régime des Assad et, d’autre part, l’objectif de sa pérennisation au pouvoir.

Le monde rural, du socialisme au clientélisme

  • 12 Le VIe Congrès national du Baath s’est tenu à Damas du 5 au 23 octobre 1963. Ses résolutions, réuni (...)
  • 13 Cette transformation passe par « le transfert à la propriété populaire des secteurs importants de l (...)
  • 14 Ibid., p. 76.
  • 15 À l’époque de la RAU, c’est-à-dire de l’union avec l’Égypte, la loi n° 161 de 1958 fixait les limit (...)

3Lors de son VIe Congrès national12, en 1963, le Baath préconisait la « transformation socialiste de la société »13 comme seul moyen « d’arracher le paysan à son isolement et de faire progresser le niveau social des campagnes jusqu’à le rendre égal à celui des villes »14. La montée de l’aile gauche du Baath et son arrivée au pouvoir à la suite du coup d’État du 23 février 1966 fomenté par Ṣalāḥ Ğadīd, qui se revendiquait ouvertement comme socialiste, se sont accompagnées d’une politique de réforme agraire (limitation de la propriété privée, nationalisations, redistributions des terres, réformes de la législation agricole, amélioration des conditions de travail des métayers, salaire minimum, limitation de la journée de travail à neuf heures, obligation d’indemnisation des travailleurs licenciés)15. Ces mesures, entreprises notamment entre 1966 et 1970, réussirent à transformer radicalement les rapports de production agricole de nature féodale qui prévalaient dans les campagnes syriennes.

  • 16 Ba‘d al-muntalakāt al-nazarīya [Quelques fondements théoriques], 1963, p. 77.
  • 17 Pour plus de détails sur les coopératives agricoles, voir A.-M. Bianquis, 1979, pp. 289-303.
  • 18 Dans son rapport sur la perception de la corruption en 2011, Transparency International classe la S (...)
  • 19 Les terres des fermes d’État ont été distribuées à leurs anciens propriétaires et aux ouvriers agri (...)

4Si l’aile gauche du Baath vise à travers les réformes agraires à empêcher l’émergence d’« une nouvelle couche de la petite bourgeoisie dans la campagne, susceptible de se transformer en force conservatrice en politique »16, le régime de Hafez al-Assad instaure, par le biais des syndicats et des associations paysannes, une nouvelle classe paysanne subordonnée au régime. Dès 1974, le pouvoir ordonne la fusion des associations syndicales paysannes à caractère politique et des coopératives agricoles17 à caractère économique pour former l’Union nationale des paysans (Métral [F.], 1980, p. 303). Alors que le nombre des associations paysannes en 1969 s’élevait à 1500 avec 80 000 adhérents, ce nombre d’adhérents atteint les 213 000 en 1972, soit 40 % de la population active rurale (ibid., p. 302). En 1998, il existe 5 223 associations paysannes avec 842 824 membres (Rama, 2000, p. 19) ; elles sont 5 670 avec 1 037 483 adhérents en 2010 (Bureau central des statistiques, 2010). Certes, les coopératives agricoles facilitent l’élaboration des plans de production et permettent aux paysans adhérents d’obtenir des subventions pour l’achat de moyens de production (engrais, semences insecticides) et d’accéder aux prêts octroyés par la Banque de l’Agriculture), mais elles ne contribuent pas pour autant à l’amélioration des conditions matérielles et sociales des paysans (Seurat, 1979, pp. 257-270). Les coopératives constituent surtout un moyen d’ascension sociale pour certains cadres. Elles favorisent l’émergence d’une clientèle fidèle du pouvoir, clientèle composée généralement des dirigeants de ces coopératives, des responsables des Unions des paysans dans les mohafazats ainsi que des présidents des Chambres d’agriculture, toutes notabilités qui jouent le rôle d’intermédiaires entre le ministère de l’Agriculture et les agriculteurs. Par la corruption18 et le favoritisme, les liens clientélistes sont mobilisés à plein pour l’attribution des aides et des subventions. Les paysans de la région côtière, principalement ceux des mohafazats de Tartous et de Lattaquié, majoritairement alaouites, ont ainsi bénéficié en 1994 de « 40,4 % des prêts à moyen terme distribués dans toute la Syrie et de 51,1 % des prêts à long terme » (Balanche, 2006, p. 162). Il arrive que ces prêts soient partagés entre les membres et les dirigeants de l’Union nationale des paysans et les présidents des coopératives (ibid., p. 68). Lors du démantèlement des fermes d’État créées dans la Jazîra (décision du Baath n° 83 2000 et décret n° 4 du 18/01/2005 qui abroge les décrets relatifs aux fermes d’État)19, les proches du régime obtinrent ainsi des terres grâce à de faux contrats de travail, dont l’obtention fut facilitée par la corruption (Ababsa, 2007, p. 740), ce qui provoqua les protestations et la contestation des ouvriers agricoles qui travaillaient ces terres.

  • 20 Cette close est reprise à l’article 60 de la dernière Constitution, adoptée en février 2012.

5Dans l’objectif de renforcer sa légitimité, Hafez al-Assad a souhaité que les paysans aient une représentation politique propre au plan national. C’est pourquoi la Constitution syrienne de 1973 oblige, dans son article 53, à ce que la moitié des sièges du Parlement soient réservés aux ouvriers et aux paysans20. Si cette mesure peut s’interpréter comme une volonté de faire participer les ruraux à la prise de décisions politiques, elle s’inscrit en fait dans une démarche de cooptation. Les parlementaires qui représentent les campagnes en sont certes issus, mais les conditions de leur élection et de leur réélection, qui ne sont assurées que s’ils sont retenus pour figurer sur les listes du parti Baath, en font une clientèle politiquement loyale au régime, une nouvelle classe bourgeoise rurale liée aux intérêts de celui-ci.

  • 21 Pour les élections législatives de 1990, sur les 250 sièges du Parlement, deux tiers sont réservés (...)

6L’élargissement du Parlement en 1990, qui autorise par ailleurs les candidats indépendants, lesquels seront souvent issus des classes bourgeoises rurales et urbaines, à se présenter aux élections législatives21, permet au régime de Hafez al-Assad de tisser des alliances avec la bourgeoisie, tant urbaine que rurale : en favorisant l’enrichissement de ses membres, il renforce leur dépendance au régime. Au bout du compte, cet élargissement favorise l’entrée de clients de type entrepreneurial dans les instances politiques au plus haut niveau, et ce dans une tentative de légitimation. La politique d’ouverture se traduit alors par une volonté d’encadrement et de mise au pas corporatiste de la société. Elle participe d’un plan d’élargissement de son assise politique afin de contrôler l’élite politique et sociale en utilisant les institutions de l’État. Initiées par le régime, ces tentatives d’ouverture favorisent la formation d’une classe bourgeoise proche du régime.

Libéralisation économique : l’agriculture n’intéresse pas les investisseurs

  • 22 Les plans (quinquennaux) de production établis en fonction des directives de l’économie nationale f (...)
  • 23 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 20 (...)
  • 24 Bureau central des statistiques, Recensement général de la population des années 1960, 1970, 1981, (...)

7Le « mouvement de rectification » conduit par Hafez al-Assad en 1970 introduit l’idée d’un « pluralisme économique » qui se traduit par une ouverture économique devant permettre au secteur privé de contribuer au développement de l’économie nationale. Accélérée par la crise économique des années 1980, cette ouverture débouche sur l’abandon, dès le VIe plan quinquennal (1986-1991), du système dirigiste en matière de politique agricole22. Si ces mesures laissent désormais une certaine liberté aux agriculteurs pour le choix des cultures et autorise le secteur privé à commercialiser certains produits agricoles, elles impliquent en contrepartie la suppression progressive, dès 1987, des subventions accordées à l’achat des moyens de production (engrais, pesticides...). Logiquement, celles-ci seront totalement supprimées en 2009, c’est-à-dire à la date où les prix seront libéralisés23. Ce nouveau contexte entraîne une augmentation des coûts de production et une baisse de la part de l’agriculture dans le PIB à partir de 1986 : celle-ci tombe ainsi de 24 % en 1970 à 16 % en 201024. Seules les cultures dites stratégiques (coton, tabac, betterave à sucre, orge, blé) restent subventionnées par l’État.

  • 25 La loi n° 10 accorde une exonération fiscale de 5 ans (prolongeable dans certains cas) qui concerne (...)
  • 26 Les amendements 7/2000 et 8/2000 de la loi 10/1991 autorisent, d’une part, l’acquisition ou la loca (...)
  • 27 1 livre syrienne (£S) = 0,0065 € en décembre 2013 et 0,013 € en 2007.
  • 28 On trouve une carte des investissements en Méditerranée dans Étude, n° 7, janvier 2010, ANIMA Inves (...)

8Avec la promulgation de la loi n° 10 en 1991 d’encouragement aux investissements25, le régime espère orienter vers le secteur productif les capitaux privés syriens, attirer vers le même secteur — mais aussi l’immobilier et le tourisme — les capitaux arabes et plus généralement étrangers dans le but de relancer la production de biens, y compris agricoles. La Syrie atteint certes son autosuffisance alimentaire en 1993, mais les projets de modernisation et d’intensification agricole restent rares et ne bénéficient que d’investissements peu importants, et ceci malgré les amendements apportés à la loi par le décret n° 7 de 2000 et le décret n° 8 de 2007 qui accordent plus d’avantages et de facilités encore aux investisseurs26. Au total, en effet, l’agriculture ne bénéficie que de 71 projets pour la période de 1991-2007, pour un montant cumulé de 11 514 millions de £S27 (voir Tab. 1) ; 98,5 % des investissements dans l’agriculture proviennent du secteur privé. En dépit du développement rapide de ce dernier (dont la part dans la production nationale passe de 52,3 % en 2000 à 60,5 % en 2007), la part de l’agriculture dans les investissements reste faible par rapport à d’autres secteurs28 (voir Tab. 2).

Tableau 1. Répartition sectorielle des investissements (cumulés entre 1991 et 2007), réalisés en Syrie dans le cadre de la loi n° 10 de 1991.

Nombre de projets

Montants des investissements en millions de £S

Nombre d’emplois créés

Industrie

1 010

816 958

69 173

Transport

1 461

52 345

43 928

Agriculture

71

11 514

3 690

Autre

14

613 983

11 697

Total

2 556

1 494 800

128 488

Source : Agence syrienne d’investissement, Rapport 2007. En ligne : http://www.syriainvestmentmap.org/​FCKBIH/​file/​reports/​SIA2007.pdf

Tableau 2. Répartition sectorielle, en % et par année, des investissements réalisés en Syrie pour la période 2000-2008.

2000

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Agriculture

15,7

16,4

13,0

14,6

14,1

11,2

9,3

8,2

Industrie

29,4

28,9

30,7

27,6

26,2

24,0

23,4

24,3

Transport

18,8

19,9

15,0

17,5

17,5

14,2

14,4

12,5

Habitat

11,3

7,1

10,2

12,8

15,5

19,1

21,4

23,3

Autres

24,8

27,7

31,1

27,5

26,7

31,5

31,5

31,7

Source : « Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie, 2010 », Rapport publié par le NAPC (National Agricultural Policy Center), p. 199. En ligne : http://www.napcsyr.net/​dwnld-files/​periodical_reports/​ar/​sofas_2010_ar.pdf

  • 29 S. al-Zuġbī, « Situations de la sécurité alimentaire en Syrie », Rapport n° 11, NAPC, 2006, p. 1.

9En outre, dans le secteur agricole, la plupart des investissements et des projets concernaient l’industrie agroalimentaire comme les huileries et les usines de jus de fruits. Les cultures dites stratégiques restent sous le monopole de l’État (Maletta, 2003, p. 59). Contrairement à la bourgeoisie citadine commerçante qui investit considérablement pendant les années 1950 dans l’agriculture, notamment dans la région de la Jazîra, profitant de la conjoncture internationale qui, du fait d’une très forte demande, voit monter les prix à la production des céréales et du coton — c’est l’époque du « boom du coton » au cours de laquelle l’agriculture a occupé la première place pour les exportations syriennes (Métral [J.] et Sanlaville, 1979, p. 231) —, la bourgeoisie liée au régime est demeurée réticente à investir dans des projets productifs dans l’agriculture. Largement non irriguée (70 % des terres arables sont dans ce cas29), l’agriculture syrienne reste donc excessivement dépendante de la pluviométrie et des conditions climatiques, ce qui explique les fluctuations annuelles des productions agricoles et n’encourage pas les investisseurs.

  • 30 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NA (...)
  • 31 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NA (...)

10Le passage à « l’économie sociale de marché », officialisé par le Xe Plan quinquennal 2006-2010, accélère le processus de libéralisation de l’économie en impliquant l’abandon progressif des sociétés publiques de production agricole, telles que les fermes d’État et la société de mécanisation agricole. Le décret n° 5912 de 2009 supprime les subventions pour l’achat d’engrais30 et de machines agricoles, suppression dont les effets sont aggravés par la libéralisation des prix du fioul en mars 2008 (25 £S pour un litre contre 7 auparavant). Si la Banque de l’Agriculture augmente les prêts de courte durée (sur un an), dont le nombre passe de 76 à 90 % du total entre 1990 et 2000, les prêts de longue durée (entre 5 et 10 ans), c’est-à-dire ceux qui sont nécessaires à l’achat des machines agricoles, ne sont attribués qu’exceptionnellement, obligeant en conséquence les agriculteurs à emprunter aux importateurs privés à des taux d’intérêt qui oscillent entre 20 et 30 %31.

  • 32 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NA (...)
  • 33 Jusqu’en 1995, l’agriculture constitue le principal secteur contribuant au PIB de la Syrie, avec un (...)
  • 34 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NA (...)

11La libéralisation des prix (al-Drūbī, 2000, p. 214) porte un coup dur aux travailleurs agricoles et aux paysans, entraînant la baisse du nombre des travailleurs agricoles, qui ne constituent plus que 28,7 % de la population active en 2000 et 16,7 % en 200832 (voir Tab. 3). Cette réduction provoque à son tour une diminution de la part du secteur agricole dans le PIB33, qui passe de 25 à 19 % entre 2000 et 200934.

Tableau 3. Évolution de la population travaillant dans l’agriculture, 2000-2008 (en milliers).

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Population totale

16320

16720

17130

17550

18138

18356

18941

19405

19644

dont pop. rurale

8177

8344

8531

8744

8433

8536

8808

8915

9133

dont pop. urbaine

8134

8376

8599

8806

9705

9820

10133

10490

10511

Population active

4937

5275

5459

4821

4302

4680

4860

4946

4848

dont pop. agricole active

1430

1473

1462

1462

734

940

952

947

814

soit en %

28,96

27,92

26,78

30,32

17,06

20,08

19,58

19,14

16,79

Source : NAPC (National Agricultural Policy Center), 2010.

Les ruraux, de la campagne à la périphérie des villes

12La réforme agraire lancée par les Baathistes dans les années 1960 participe d’un projet qui vise à mettre fin à la domination des villes sur les campagnes et à favoriser l’accès des populations rurales aux infrastructures et équipements urbains. La population rurale connaît dans ces années-là une forte progression, passant de « 2 880 000 à 3 563 000 personnes entre 1960 et 1970 » (Sanlaville, 1980, p. 27). Néanmoins, dès 1970, sous l’effet de l’exode rural, la population rurale est en diminution constante (voir Tab. 4).

Tableau 4. Évolution des parts respectives des populations rurales et urbaines en Syrie, 1960-2010.

Ruraux (en %)

Citadins (en %)

Population totale

1960

63,1

36,9

4 565 000

1970

57,5

43,5

6 305 000

1981

52,9

47,1

9 046 000

1994

50,9

49,1

13 782 000

2004

46,5

53,5

18 269 000

2008

47,0

53,0

19 644 000

2010

46,5

53,5

20 367 000

Source : Bureau central des statistiques, années statistiques 1960 à 2010.

13Le renforcement systématique de l’appareil bureaucratique et la centralisation politique et administrative provoquent en effet l’immigration de nombreuses familles originaires des zones rurales des provinces vers les villes et, en particulier, les chefs-lieux de mohafazat et plus encore la capitale (Abboud, 2007, p. 170). Aggravé par la sécheresse, le chômage et la faible rentabilité du travail agricole, l’exode rural alerte les pouvoirs publics « à tel point qu’il fut proposé, très sérieusement, au Colloque sur l’agriculture qui a suivi le IVe Congrès de l’Union des paysans en février 1977, d’interdire tout simplement l’accès des villes aux paysans ou du moins de le soumettre à une autorisation préalable » (Seurat, 1979, p. 264).

14Les ruraux, souvent pauvres, qui intègrent les villes à la recherche de travail, s’installent dans des « quartiers informels » [al-sakan al-ʻšwāī] qui ne sont pas érigés conformément aux règlements d’urbanisme en vigueur en Syrie. Cette « ruralisation des villes », comme la nomme M. Seurat (1980, p. 114), s’intensifie à partir des années 1980, marquant de plus en plus fortement les paysages urbains et périurbains syriens. Il existe aujourd’hui en Syrie 156 quartiers informels qui regroupent près de 15 % de la population totale et 20 % de l’ensemble des constructions (al-Dāīrī, 2007, p. 4). Ces quartiers se caractérisent par leur forte densité, mais aussi par un taux de chômage très élevé de leur population, bien supérieur à celui que l’on trouve dans les quartiers réguliers. À Damas, ces quartiers sont au nombre d’une cinquantaine ; ils concentrent « environ 40 % des habitants [de la capitale], pauvres et originaires des campagnes pour la plupart » (Abboud, 2007, p. 171). Avant d’atteindre les deux grandes villes du pays, le mouvement de contestation qui affecte aujourd’hui gravement la quasi-totalité de la Syrie est né de la mobilisation des populations vivant dans les petites villes situées dans des régions économiquement négligées (Balanche, 2011, p. 442) et de celles habitant les quartiers périphériques ou informels des plus grandes villes, dont une grande partie issue de l’exode rural, comme nous avons déjà eu l’occasion de le signaler. Si la « question rurale » n’est bien évidemment pas la principale raison de la contestation, la forte mobilisation des ruraux n’en demeure pas moins une expression très significative des sérieux dysfonctionnements de la politique du Baath vis-à-vis du monde rural.

Conclusion

  • 35 Hafez al-Assad est le premier Président syrien issu de la minorité alaouite, mettant ainsi fin à la (...)

15Si le facteur idéologique, ainsi que l’origine provinciale et rurale d’une frange importante de l’élite civile et militaire du Baath pendant les années 1960, ont conduit dans un premier temps le régime à développer une rhétorique socialiste accordant aux campagnes et à la « classe » paysanne un intérêt particulier, la volonté de la famille des Assad de se maintenir au pouvoir a assez rapidement entraîné la marginalisation idéologique de ce milieu et de cette « classe ». Certes, le régime d’al-Assad est lui aussi issu du monde rural, mais l’appartenance du Président à la communauté alaouite, laquelle est considérée par les sunnites comme hérétique — du fait que sa religion dérive du chiisme —, voire non-musulmane35, l’oblige à se démarquer de la politique radicale de ses prédécesseurs vis-à-vis de la bourgeoise citadine (nationalisation, expropriation, réforme agraire).

  • 36 La plus récente Constitution syrienne, adoptée le 26 février 2012, exclut cependant tout rôle domin (...)

16L’attention portée à l’agriculture provient davantage de l’importance stratégique que représente ce secteur dans l’économie nationale que d’un quelconque intérêt à la « classe » paysanne et au monde rural en tant qu’ils seraient susceptibles d’appuyer encore aujourd’hui le pouvoir en place. De ce point de vue, la légitimité du régime et sa pérennisation ne reposent pas tant — ou ne reposent plus — sur l’existence d’une base populaire qui le soutiendrait pour des raisons idéologiques que sur des réseaux d’intérêts clientélistes et élitistes, ruraux et urbains, abstraction faite de l’appartenance communautaire. Ceci explique l’inscription d’une partie de la bourgeoise citadine, mais aussi rurale, dans ces réseaux clientélistes établis dans l’intérêt du Baath et bien évidemment contrôlés par lui et par la famille al-Assad. La référence au socialisme dans le discours officiel, qui fut un réel facteur de légitimité pendant les années 1966-1970, a progressivement disparu sous les Assad jusqu’à son effacement total au profit de discours et de pratiques vantant, à partir des années 2000, l’économie sociale de marché, et ceci malgré son maintien dans la Constitution de 1973 adoptée sous Hafez al-Assad36.

Haut de page

Bibliographie

Rapports et textes officiels

Bureau central des statistiques : années statistiques 1960, 1970, 1981, 1994, 2004, 2008, 2010.

Constitution provisoire de la Syrie de 1969.

Constitution permanente de la République arabe syrienne de 1973.

Constitution de la Syrie de 2012.

Maletta H., 2003, « Private Investment in Syrian Agriculture and Agribusiness », in C. Fiorillo et J. Vercueil (ed.), Syrian Agriculture at the Crossroads, FAO Agricultural Policy and Economic Development Series, Policy Assistance Division And Agriculture and Economic Development Analysis Division Food and Agriculture Organization of the United Nations, Rome.

Rama D., 2000, Final Report on Agricultural Marketing and Processing, Project GCP/SYR/006/ITA, Assistance in Institutional Strengthening and Agricultural Policy, Food and Agriculture Organization of the United Nations, Ministry of Agriculture and Agrarian Reform, Damas.

Rapport sur le développement humain en Syrie, 2000, Programme des Nations Unies sur le développement humain, PNUD. En ligne : http://hdr.undp.org/fr/rapports/national/etatsarabes/syria/name,3272,fr.html

Rapport mondial sur le développement humain, Les défis de la sécurité humaine dans les pays arabes, 2009, PNUD et Bureau régional pour les États arabes, New York. En ligne : http://www.arab-hdr.org/publications/other/ahdr/ahdr2009f.pdf

Rapport sur la perception de la corruption en 2011, Transparency International. En ligne : http://www.transparence-france.org/e_upload/pdf/classement_ipc_2011.pdf

Résolution du VIe Congrès national du parti Baath arabe socialiste du 5 au 23 octobre 1963, 1986, Baʻḍ al-munṭalaḳāt al-naẓarīya [Quelques fondements théoriques], 8e édition, Damas, al-Qīyāda al-Qawmīyya, Dār al-Baʻṯ.

Waqi’ al-ġiḏā nwa al-zirāʻa fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 2002, Rapport publié par le NAPC (Centre national de la politique agricole), Ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire.

Waqi’ al-ġiḏā wa al-zirāʻa fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 2007, Rapport publié par le NAPC (Centre national de la politique agricole), Ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire.

Waqi’ al-ġiḏā wa al-zirāʻa fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 2010, Rapport publié par le NAPC (Centre national de la politique agricole), Ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire.

Zuġbī (al-) S., 2006, « Situations de la sécurité alimentaire en Syrie », Rapport n° 11, NAPC (Centre national de la politique agricole), rédigé dans le cadre du projet GCP/SYR/006/ITA, FAO, Ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, Damas.

Ouvrages

Ababsa M., 2006, « Contre-réforme agraire et conflits fonciers en Jazîra syrienne (2000-2005) », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, numéro spécial, n° 115-116 : « La Syrie au quotidien : cultures et pratiques du changement », Aix-en-Provence, Édisud, pp. 211-230.

Ababsa M., 2007, « Le démantèlement des fermes d’État syriennes : une contre-réforme agraire (2000-2005) », pp. 739-745, in Dupret B., Ghazzal Z., Courbage Y. et Al-Dbiyat M. (dir.), La Syrie au présent. Reflets d’une société, Arles, Sindbad/Actes Sud, coll. « La Bibliothèque arabe », 878 p.

Abboud C., 2007, « Les quartiers informels de Damas : une ceinture de misère », pp. 169-176, in Dupret B., Ghazzal Z., Courbage Y. et Al-Dbiyat M. (dir.), La Syrie au présent. Reflets d’une société, Arles, Sindbad/Actes Sud, coll. « La Bibliothèque arabe », 878 p.

Balanche F., 2006, La région alaouite et le pouvoir syrien, Paris, Karthala, 313 p.

Balanche F., 2011, « Géographie de la révolution syrienne », Outre-Terre, n° 29, pp. 437-458.

Bianquis A.-M., 1979, « Les coopératives agricoles en Syrie, l’exemple de l’oasis de Damas », Revue de Géographie de Lyon, vol. 54, n° 3, pp. 289-303.

Dāīrī (al-) A., 2007 Manaṭiq al-sakan al-ʻašwāī fī sūrīya [Les zones de l’habitat informel en Syrie], s.l., Damas.

Drūbī (al-) R., 2000, « Al-masāla al-zirāʻīya fi sūrīya 1970-1995 : waqiʻiha wa taṭawiriha » [La question agricole en Syrie 1970-1995 : situation et évolution], Revue de l’Université de Damas, Faculté d’Économie, Université de Damas, vol. 16, n° 1.

Drysdale A., 1981, « The Syrian Political Elite, 1966-1976: a Spatial and Social Analysis », Middle Eastern Studies, Taylor & Francis Ltd, vol. 17, n° 1, pp. 3-30.

Dupret B., Ghazzal Z., Courbage Y. et Al-Dbiyat M. (dir.), La Syrie au présent. Reflets d’une société, Arles, Sindbad/Actes Sud, coll. « La Bibliothèque arabe », 878 p.

Ḥamas (al-) M., 2004, Al-fikr al-’ikṭiṣādī fī al-khiṭāb al-sīyāsī al-sūrī fī al-karn al-‛ishrīn [La pensée économique dans le discours politique syrien au XXe siècle], Beyrouth, Bīsān.

Hourani A., 1993, Histoire des peuples arabes, Paris, Seuil, coll. « Points », 736 p.

Kaminsky C. et Kruk S., 1987, La Syrie : politiques et stratégies de 1966 à nos jours, Paris, PUF, 128 p.

Métral F., 1980, « Le monde rural syrien à l’ère des réformes (1958-1978) », pp. 297-326, in Raymond A. (éd.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS-Éditions, 447 p.

Métral J. et Sanlaville P., 1979, « L’eau, la terre et les hommes dans les campagnes syriennes », Revue de Géographie de Lyon, vol. 54 n° 3, pp. 229-237.

Office de la Presse Arabe, 1964, Bulletin de la Presse Arabe, n° 20, Damas.

Raymond A. (éd.), 1980, La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS-Éditions, 447 p.

Sanlaville P., 1980, « La personnalité géographique de la Syrie », pp. 15-30, in Raymond A. (éd.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS-Éditions, 447 p.

Seurat M., 1979, « État et paysans en Syrie », Revue de Géographie de Lyon, vol. 54, n° 3, pp. 257-270.

Tabutin D. et Schoumaker B., 2005, « La démographie du Monde arabe et du Moyen-Orient des années 1950 aux années 2000 : synthèse des changements et bilan statistique », Population, INED, vol. 60, pp. 611-724.

Taha Z., 2012, La problématique de la laïcité à travers l’expérience du parti Baath e Syrie, Thèse de doctorat en Études politiques, sous la dir. d’O. Roy, EHESS, Paris, 333 p.

Taha Z., 2013, Syrie, Bruxelles, De Boeck, coll. « Monde arabe / Monde musulman », 128 p.

Van Dam N., 1996, The Struggle for Power in Syria. Politics and Society under Asad and the Ba’th Party, Londres, IB Tauris Publishers & Co Ltd [4e édition : 2011, 272 p.].

Webgraphie

Centre national des politiques agricoles : http://www.napcsyr.net/index_ar.htm

Ministère de l’Agriculture et des Réformes agraires http://moaar.gov.sy/main/archives/920

Haut de page

Notes

1 Le rapport de la Banque mondiale de 1953 montre que la grande propriété (plus de 1000 ha) constitue 49 % de la superficie agricole. Cf. M. al-Hamaš, 2004, p. 120.

2 Jusqu’au début des années 1960, « 70 % des familles vivant de l’agriculture devaient se partager à peine 30 % du revenu agricole » (Office de la Presse Arabe, cité dans F. Balanche, 2006, p. 65).

3 Le Baath est officiellement fondé le 7 avril 1947 en présence d’une centaine de participants venus de Palestine, du Liban, d’Irak, de Jordanie, de Tunisie et d’Algérie. Son principal théoricien est Michel Aflaq, élu lors du Congrès fondateur doyen du parti ‘amīd (titre qui sera remplacé par celui de Secrétaire général al-āmīn al-‘ām en 1954) ; il exercera cette fonction jusqu’en avril 1965.

4 Sāmī al-Ğundī, l’un des premiers leaders du Baath syrien, note que « le Baath s’est développé dès l’origine à la campagne en demeurant dans l’état de squelette dans les villes, particulièrement à Damas ». Cf. Sāmī al-Ğundī, 1969, p. 39.

5 Les membres du Commandement régional du Baath étaient, entre 1966 et 1970, majoritairement originaires des provinces : « 29,7 % venaient de Lattaquié, 20,3 % de Dar’ā et Sūwīdā et 15,6 % de Daīr al-Zūr ». Pour une analyse détaillée sur la représentation communautaire et régionale de l’élite baathiste dirigeante, cf. N. Van Dam, 1996, p. 78 et A. Drysdale, 1981, pp. 3-30.

6 Pour plus de détails, voir M. Ababsa, 2006, pp. 211-230.

7 En 1970, le taux de chômage des ruraux est de 4,7 % contre 6,2 % pour les citadins, la moyenne nationale se situant à 5,3 %. En 1998, la situation s’inverse : alors que la moyenne nationale est de 8,9 %, les citadins sont à 8,3 % et les ruraux à 9,5 %. Cf. Rapport sur le développement humain en Syrie, Nations Unies, 2000.

8 Bien que le pourcentage de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté (correspondant à 2 US-$ par jour) soit tombé de 14,3 % en 1995 à 11,4 % en 2004 (soit 2,1 millions de personnes sur une population totale de 17,7 millions), la pauvreté dans le milieu rural dépasse significativement le niveau qu’elle a atteint en milieu urbain. 61 % de ces pauvres vivent dans les zones rurales et tirent leurs revenus du travail agricole. Cf. Rapport mondial sur le développement humain, Nations Unies et Bureau régional pour les États arabes, 2009, p. 125.

9 Au dernier recensement général de la population syrienne de 2004, la population du mohafazat de Deraa était de 470 000 habitants, répartis entre 260 000 ruraux et 210 000 urbains.

10 C’est le cas, par exemple, de Farouk al-Char’, chef de la diplomatie syrienne sous Hafez al-Assad et vice-président de Bachar al-Assad depuis 2006, ou encore du général Rustum Razaleh, ancien chef du renseignement syrien au Liban entre 2002 et 2005, tous deux natifs de la province de Deraa.

11 Bureau central des statistiques, 2010, cité dans Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 2007, NAPC, p. 12.

12 Le VIe Congrès national du Baath s’est tenu à Damas du 5 au 23 octobre 1963. Ses résolutions, réunies sous l’intitulé Ba‘d al-muntalakāt al-nazarīya [Quelques fondements théoriques] orientent le discours baathiste vers une rhétorique marxiste. Elles deviennent, notamment avec les néo-baathistes des années 1966-1970, l’ouvrage de référence du Baath. Voir à ce sujet Z. Taha, 2012, p. 289.

13 Cette transformation passe par « le transfert à la propriété populaire des secteurs importants de la production, des moyens de financement, des moyens de transport, des grosses fortunes foncières, du commerce extérieur, des branches importantes du commerces intérieurs ». Ba‘d al-muntalakāt al-nazarīya [Quelques fondements théoriques], 1986, p. 75.

14 Ibid., p. 76.

15 À l’époque de la RAU, c’est-à-dire de l’union avec l’Égypte, la loi n° 161 de 1958 fixait les limites de la propriété agricole à 300 ha pour les terres non irriguées et à 80 ha pour les terres irriguées. Le décret n° 88 du 23 juin 1963, pris quand le Baath est au pouvoir, abaisse les limites de la propriété à 55 ha dans les zones irriguées.

16 Ba‘d al-muntalakāt al-nazarīya [Quelques fondements théoriques], 1963, p. 77.

17 Pour plus de détails sur les coopératives agricoles, voir A.-M. Bianquis, 1979, pp. 289-303.

18 Dans son rapport sur la perception de la corruption en 2011, Transparency International classe la Syrie au 129e rang (sur 182 pays) avec un indice de 2,6.

19 Les terres des fermes d’État ont été distribuées à leurs anciens propriétaires et aux ouvriers agricoles. Pour plus de détails, voir M. Ababsa, 2006, pp. 211-230.

20 Cette close est reprise à l’article 60 de la dernière Constitution, adoptée en février 2012.

21 Pour les élections législatives de 1990, sur les 250 sièges du Parlement, deux tiers sont réservés aux candidats du Front national progressiste et le troisième tiers doit revenir à des indépendants.

22 Les plans (quinquennaux) de production établis en fonction des directives de l’économie nationale fixent le pourcentage de superficie cultivée, le volume de la production, la quantité d’engrais et la quantité de semences à utiliser, ainsi que le montant des crédits accordés aux paysans.

23 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], 2010, NAPC, p. 63.

24 Bureau central des statistiques, Recensement général de la population des années 1960, 1970, 1981, 1994.

25 La loi n° 10 accorde une exonération fiscale de 5 ans (prolongeable dans certains cas) qui concerne l’impôt sur le revenu et l’impôt immobilier. En outre, les sociétés peuvent ouvrir un compte de devises étrangères à la Banque commerciale syrienne ; cf. H. Maletta, 2003, p. 59.

26 Les amendements 7/2000 et 8/2000 de la loi 10/1991 autorisent, d’une part, l’acquisition ou la location par les investisseurs arabes et étrangers des terres et biens immobiliers nécessaires à la réalisation de leurs investissements et, d’autre part, le rapatriement à l’étranger des capitaux investis et des profits réalisés, à compter de 5 ans après la mise en exploitation effective des projets.

27 1 livre syrienne (£S) = 0,0065 € en décembre 2013 et 0,013 € en 2007.

28 On trouve une carte des investissements en Méditerranée dans Étude, n° 7, janvier 2010, ANIMA Investment Network. En ligne : http://animaweb.org/uploads/bases/document/Inv_CarteInvestMed-Final_FR_Light_13-1-2010.pdf

29 S. al-Zuġbī, « Situations de la sécurité alimentaire en Syrie », Rapport n° 11, NAPC, 2006, p. 1.

30 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NAPC, 2010, p. 75.

31 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NAPC, 2002, p. 97.

32 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NAPC, 2010, p. 182.

33 Jusqu’en 1995, l’agriculture constitue le principal secteur contribuant au PIB de la Syrie, avec un taux de 28 % en 1995 ; cf. Bureau central des statistiques, Annuaire statistique 1996, pp. 514-534 et R. al-Drūbī, 2000, p. 212.

34 Waqi’ al-ġidā wa al-zirā‘a fī surīya [Situation de l’alimentation et de l’agriculture en Syrie], NAPC, 2010, p. 192.

35 Hafez al-Assad est le premier Président syrien issu de la minorité alaouite, mettant ainsi fin à la tradition syrienne des Présidents originaires de la bourgeoisie citadine sunnite.

36 La plus récente Constitution syrienne, adoptée le 26 février 2012, exclut cependant tout rôle dominant du parti Baath, ainsi que toute référence au socialisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zakaria Taha, « La population rurale et le Baath sous le régime autoritaire de Hafez et Bachar al-Assad en Syrie. Clientélisation et marginalisation », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 117-127.

Référence électronique

Zakaria Taha, « La population rurale et le Baath sous le régime autoritaire de Hafez et Bachar al-Assad en Syrie. Clientélisation et marginalisation », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/624 ; DOI : 10.4000/emam.624

Haut de page

Auteur

Zakaria Taha

Docteur en Études politiques et chercheur associé au Groupe Sociétés, Religions, Laïcité (GSRL), Programme "Islam, Politiques et Sociétés" de l'École Pratique des Hautes Études (EPHE)

zacharia.taha@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page