Navigation – Plan du site
Partie 1

De la guerre d’Algérie au Mythe national

Suzanne Citron
p. 57-60

Note de l’auteur

Née en 1922 dans une famille bourgeoise « israélite », laïque, patriote, père ancien combattant de la Grande guerre, grands-pères « juifs d’État » selon la formule de Pierre Birnbaum, Suzanne Citron a terminé la guerre à Drancy. Elle n’a saisi les réalités de la colonisation, dont la situation en Algérie, qu’aux lendemains de la Libération par un cheminement personnel. Cela l’a conduit à une réflexion critique sur l’historiographie scolaire, étayée par la pensée d’Henri-Irénée Marrou, son professeur à Lyon entre 1942 et 1944.
À partir des années 1960, comme professeur de lycée puis enseignante à Villetaneuse-Paris-XIII, elle a milité pour une réforme de l’École et pour une autre Histoire de France. Elle a, dans les années 1980-2000 participé à un grand nombre de rencontres, colloques, échanges dans une France alors en recherche et en questionnements optimistes.

Principales publications

L’École bloquée, Paris, Bordas, 1971.
Enseigner l’histoire aujourd’hui, la mémoire perdue et retrouvée, Paris, Éditions ouvrières, 1984.
Le Mythe national : l’histoire de France en question, 1987 ; dernière édition actualisée : L’Atelier, 2008.
Mes lignes de démarcation. Croyances, utopies, engagements, Paris, Syllepse, 2003.
Aux origines de la Société des professeurs d’histoire : la réforme de 1902 et le développement du corporatisme dans l’enseignement secondaire, Thèse de 3e cycle, Université de Nanterre, 1974.

Texte intégral

1À la Toussaint 1954, j’avais 32 ans. Ma mémoire de l’Occupation, de la Gestapo et des crimes nazis était une mémoire vive. De parents français « israélites » détachés de toute tradition juive, mon enfance et mon adolescence avaient été modelées par une culture familiale patriotique et dreyfusarde, nuancée d’une fierté reconnaissante envers la France, premier pays à avoir totalement émancipé les juifs. Une France dont Pétain et Vichy – démasqués dès juillet 1940 – avaient été le déni, mais que la France libre de Londres et la Résistance avaient sauvegardée. Cette culture était dépourvue de distanciation critique du fait colonial. Et ce dernier restait magnifié comme « œuvre maîtresse » de la IIIe République dans le Malet-Isaac de 1953, que j’utilisais dans mon enseignement en Terminale. Mon parcours universitaire d’agrégée ne m’avait apporté aucune distanciation.

2Bien que alertée précocément, par des lectures et par mon insertion dans un milieu d’étudiants protestants, sur la répression coloniale en Indochine et sur les tueries de Madagascar, je n’ai vraiment pris la mesure des réalités algériennes qu’au cours des années 1955-1956. Il est vrai qu’entre-temps je mettais au monde un deuxième, puis un troisième enfant ! Et la signification des massacres de Sétif du 8 mai 1945 m’avait totalement échappé. Quant aux premières réactions gouvernementales aux attentats du 1er novembre 1954, je ne puis démêler aujourd’hui sentiments d’alors et réactions ultérieures ; j’admirais Mendès, mais non Mitterrand. Je rappelle pour mémoire leurs premières paroles devant la Chambre des députés.

Mendès-France, président du Conseil : « Les départements d’Algérie font partie de la République. Ils sont français depuis longtemps ».

Mitterrand, ministre de l’Intérieur : « L’Algérie c’est la France. Et qui d’entre vous, mesdames et messieurs, hésiterait à employer tous les moyens pour préserver la France ».

3Il est certain que, dans l’instant, je ne décryptais pas la portée idéologique de ces affirmations de l’Algérie française.

41956, que je qualifie d’« année terrible » dans mon livre Mes Lignes de démarcation, est vraiment l’année charnière où malgré les interdits et les non dits, je découvre la torture, sa généralisation et m’indigne des pouvoirs spéciaux octroyés en mars à l’armée par la gauche, parti communiste compris. Le tout est précédé de la terrible déception d’un gouvernement Guy Mollet alors que l’on attendait Mendès-France. Puis c’est la stupéfaction face à la lamentable équipée des tomates d’Alger et le mépris après la volte face sur la nomination du général Catroux. Un Guy Mollet minable et détesté auquel succèderont bien d’autres figures d’hommes politiques de gauche comme de droite embourbés dans leurs mensonges et leurs lâchetés. Ceci pour évoquer la tonalité détestable de l’ambiance politique de ces années.

5Pour mesurer la profondeur de mon bouleversement intime, il faut bien comprendre que les problèmes que je me suis alors posés ont été d’abord d’ordre éthique, parce qu’ils mettaient en jeu le sens même des investissements passionnels et passionnés de mes 18-20 ans dans le vécu des quatre années d’occupation et la détestation du nazisme et de Vichy. Que la France républicaine se comporte en Algérie comme l’occupant nazi et que, de surcroît, elle le nie et réprime les porteurs de cette Vérité, était intolérable. À la fierté succédait la honte d’être française et une immense gratitude vis-à-vis de tous ceux qui parvenaient à faire entendre les vérités occultées.

6J’évoquerai Claude Bourdet, le fondateur de France-Observateur, dont la mémoire a été scandaleusement escamotée par le Nouvel Observateur de Jean Daniel. Dès décembre 1951, il avait dénoncé une « gestapo algérienne ». Il récidiva par un article du 13 janvier 1955, Votre Gestapo d’Algérie. Ce fut le point de départ horrifié de la découverte que les supplices de la baignoire et de l’électricité, risque toujours suspendu au-dessus de la tête des résistants, se perpétuaient sous les auspices de la République. Le 5 avril 1956, Le Monde publiait en libre opinion le cri indigné de mon maître Henri-Irénée Marrou dénonçant « les laboratoires de torture et la répression collective », une honte pour le pays de la Révolution française et de l’affaire Dreyfus ».

7S’en suivirent d’interminables semaines, des mois de révélations, de censure, d’interdictions, dans le silence et les justifications hypocrites des gouvernants, des grands medias ou des journaux populaires comme L’Aurore ou Le Parisien. Pour être informé, il fallait appartenir à l’un de ces réseaux de connivence pour lesquels, comme l’a rappelé Pierre Vidal-Naquet, « la vie continuait mais la question algérienne finissait par envahir chacun de nos instants ».

8J’ai peu à peu découvert la confusion entretenue à gauche autour du mot « République ». La manifestation du 28 mai 1958 pour défendre « la République » contre la menace « fasciste », c’est à dire les imbroglios du 13 mai et le surgissement du général de Gaulle, fut pour moi le paroxysme de cette ambivalence. J’y défilais avec mon mari, comme tous nos amis, mais en me demandant quelle République je venais défendre, certainement pas celle de Guy Mollet, de la torture et des pouvoirs spéciaux.

  • 1 Tocqueville (de) A., 1985, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Folio, coll. « Folio Histoire » (...)
  • 2 Lissagaray P.-O., 2004, Histoire de la Commune de 1871, Paris, La Découverte, coll. « Poche », préf (...)

9Ce fut le point de départ d’une longue quête historiographique sur le pourquoi de cette ambiguïté, quête commencée d’abord à Londres où, de 1960 à 1962, la carrière de mon mari nous avait conduits. J’ambitionnais alors un travail qui revisiterait la notion de République de 1792 aux fondateurs de la IIIe République. Mais je dus y renoncer momentanément, tout en m’imprégnant de lectures qui m’ouvraient des horizons nouveaux comme L’Ancien Régime et la Révolution de Alexis de Tocqueville1 ou L’Histoire de la Commune de 1871 de Prosper-Olivier Lissagaray2, découvertes significatives des lacunes historiographiques de l’Université des années 1940-1950.

10Durant le lent cheminement des décennies 1960-1970, nourries d’effervescences intellectuelles et politiques multiples, j’ai continué de m’ interroger sur les travestissements du pouvoir, les logiques et les occultations du récit républicain du passé. La circulaire du 11 novembre qui, chaque année, demandait aux professeurs d’histoire d’ évoquer devant les élèves la victoire de 1918 en était un bon exemple.

  • 3 S. Citron évoque « l’année terrible » dans son livre Mes lignes de démarcation…, 2003.

11Il m’est impossible de retracer ici les jalons des découvertes historiographiques, épistémologiques et critiques qui me conduiront à mon livre de 1984, Enseigner l’histoire aujourd’hui, la mémoire perdue et retrouvée, puis à l’écriture du Mythe national paru en 19873.

12Les crimes de la guerre d’Algérie, m’ont fait comprendre que la légitimation du fait colonial dans le récit républicain était l’irrécusable indication d’une histoire de l’État-Nation construite au XIXe siècle qui ne pouvait faire sens dans la France d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Tocqueville (de) A., 1985, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Folio, coll. « Folio Histoire », édition revue et corrigée, 378 p.

2 Lissagaray P.-O., 2004, Histoire de la Commune de 1871, Paris, La Découverte, coll. « Poche », préface de J. Maitron, 526 p.

3 S. Citron évoque « l’année terrible » dans son livre Mes lignes de démarcation…, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Citron, « De la guerre d’Algérie au Mythe national », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 57-60.

Référence électronique

Suzanne Citron, « De la guerre d’Algérie au Mythe national », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/687 ; DOI : 10.4000/emam.687

Haut de page

Auteur

Suzanne Citron

Professeure émérite, Histoire, Université Paris XIII-Villetaneuse

p.s.citron@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page