Navigation – Plan du site
Partie 1

Une expérience dans la guerre d’Algérie

Pierre Merlin
p. 61-65

Note de l’auteur

Ingénieur géographe et docteur ès lettres, Pierre Merlin a été directeur scientifique de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région parisienne, professeur aux universités de Paris 8-Vincennes, puis de Paris-I. Il a été président (1976-1980) de l’université de Vincennes. Fondateur, directeur, puis président de l’Institut français d’urbanisme, puis de l’Institut d’urbanisme et d’aménagement de la Sorbonne. Il a présidé le Groupe interministériel sur l’aménagement touristique. Il a présidé l’Association des Instituts d’urbanisme (français et francophones) et l’Association pour la qualité de la science française et enfin Île-de-France Environnement.
Alpiniste et spécialiste de ski-alpinisme, il a été secrétaire général du Club alpin français.
 Il a publié une soixantaine de livres sur l’urbanisme, l’aménagement du territoire, le tourisme, l’environnement, la planification des transports, la démographie… et un guide de ski-alpinisme.

Principales publications

Dictionnaire de l’Urbanisme et de l’Aménagement [dir. de l’ouvrage], Paris, PUF, 1988 ; 6e éd. : 2010.
Géographie Humaine, Paris, PUF, 1997 ; 2e éd. : 2000.
Transports et urbanisme en Île-de-France, Paris, La Documentation française, 2012.
L’urbanisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1991 ; 10e éd. : 2013.

Texte intégral

1Ma petite expérience sur la guerre d’Algérie n’a, me semble-t-il, que peu de rapport avec le fait que j’ai été géographe, et en fait surtout urbaniste. Certes passionné de géographie (et d’histoire), je n’étais encore qu’en dernière année de licence lors de mon service militaire.

  • 1 Élèves préparant le concours de l’École militaire interarmes à Saint-Cyr Coëtquidan.

2Je me suis cependant senti impliqué dans la guerre d’Algérie dès ses débuts. Fils et petit-fils d’officiers tués à la guerre, en 1914 et 1940, j’ai en effet effectué toutes mes études secondaires et mes classes préparatoires entre 1947 et 1957 comme pupille de la Nation au Prytanée militaire de La Flèche dont sont issus notamment le général Massu, mais également le général Pâris de Bollardière, puni de soixante jours d’arrêt de forteresse pour avoir protesté publiquement contre la pratique de la torture. Les guerres coloniales étaient notre quotidien. Chaque dimanche, l’aumônier faisait l’éloge funèbre du dernier jeune officier tué en Indochine, puis en Algérie. Nous l’avions souvent côtoyé quand il était élève. Nous étions encadrés par des officiers et au contact quotidien de sous-officiers dont j’ai écrit quelque part qu’ils avaient été affectés dans cette école parce qu’ils étaient trop imbibés d’alcool pour qu’on pût les envoyer à nouveau sur les théâtres d’opération. Ils nous racontaient parfois leurs « exploits » en Indochine. Ceux-ci passaient souvent par des récits de tortures infligées aux « Viets ». Je me souviens d’un instructeur de parachutisme. Nous passions le diplôme prémilitaire de parachutisme dès 16 ou 17 ans, nous racontant comment il avait attaché un indigène à un arbre au pied duquel il y avait une fourmilière jusqu’à ce que la victime soit consommée par les fourmis. Ce fut l’origine de mon – modeste – engagement pour la paix en Indochine, à la fin de l’année 1953, puis contre la guerre d’Algérie. Avec quelques camarades, nous exprimions ces positions totalement à contre-courant des positions dominantes, pour ne pas dire exclusives, au Prytanée. L’ambiance y était très « Massu » et pas du tout « Pâris de Bollardière ». Si je n’avais pas été un des plus anciens parmi les élèves, et surtout le recordman de punitions, je crois que les « cyrards »1 m’auraient lynché. Je réussis par surprise à faire abonner le foyer des élèves à L’Express, qui soutenait Pierre Mendès-France et était très opposé à la guerre d’Algérie. J’étais à titre personnel abonné à Esprit et aux Temps modernes. Bien que ces revues me parvinssent sous pli fermé, l’administration militaire en était parfaitement informée.

3Entré à Polytechnique en 1957, je préparais parallèlement, sans pouvoir assister à aucun cours, propédeutique lettres (classiques), puis une licence libre d’histoire et de géographie. Mon militantisme se limita alors à donner des cours d’alphabétisation à des immigrés maghrébins. Dans ce cadre, je fis connaissance avec les professeurs André Mandouze et Louis Massignon, deux des grandes figures des intellectuels catholiques opposés à la guerre d’Algérie. Je lus La question et L’affaire Audin. Je poursuivis auprès de mes camarades de promotion ma modeste activité de prosélytisme contre la guerre d’Algérie et contre la torture.

4J’avais effectué, à l’automne 1958, comme tous mes camarades de promotion, un stage de quelques semaines en Algérie dans une unité combattante dans l’Ouarsenis. J’avoue n’avoir pas fait preuve d’une curiosité excessive vis-à-vis des prisonniers algériens dont on m’avait indiqué dans quel bâtiment, dont l’accès nous était interdit, ils étaient incarcérés. Peut-être parce qu’on se méfiait de moi, on n’évoqua jamais devant moi des actes de torture. Certains de mes camarades, en revanche, en furent témoins dans d’autres unités.

5Mon service militaire, proprement dit, eut lieu en 1959-1960. Notre engagement de trois ans à l’entrée de Polytechnique le limitait à un an. Je l’effectuai dans des conditions privilégiées. Sous-lieutenant à ma sortie de Polytechnique, je passai six mois à l’École d’application de l’artillerie avant d’être affecté en Algérie pour les six autres mois. J’eus alors la surprise d’apprendre que mon choix de l’Institut géographique national (IGN) à la sortie de Polytechnique entraînait mon affectation d’office à la Batterie géographique de l’armée, implantée à Oran, ville particulièrement calme. Je n’appréciai que modérément cette position de « planqué ». Quelles que fussent mes opinions sur cette guerre, je sentais que le fait de n’avoir pas été dans une unité combattante limiterait ma légitimité à en parler. Je demandai donc à l’état-major une autre affectation. On me fit comprendre que la brièveté de mon service restant à courir ne faisait pas de moi un cas intéressant. Mais, comme j’insistais, on me proposa un poste d’officier de renseignement dans un régiment de parachutistes en Kabylie. Je me suis par la suite demandé si cette proposition n’était pas fictive, destinée à me décourager. Toujours est-il que je n’avais pas besoin qu’on me fît un dessin pour comprendre ce que serait mon rôle. On me le précisa d’ailleurs à l’état-major à mots à peine couverts. Je refusai cette affectation et on ne m’en proposa pas d’autre.

6Le hasard voulut que, démobilisé fin septembre 1960, je rentrai par avion à Marseille et de là en train à Paris. Je retrouvai dans celui-ci un de mes bons amis. Il avait été avec moi au Prytanée et à Polytechnique. Nous échangeâmes nos expériences. Je lui racontais cette affectation manquée. Il me répondit :

« Ce poste que tu as refusé, c’est moi qui l’ai occupé. Ce ne fut pas avec plaisir. Mais ne crois-tu pas qu’entre moi qui ai pratiqué la torture et toi qui savais qu’elle était pratiquée, mais ne voulais pas te salir les mains, nous sommes aussi impliqués l’un que l’autre ? ».

7Pouvais-je lui donner tort ? Nous restâmes amis et je le choisis un an plus tard comme parrain de ma seconde fille.

8Parallèlement à ma formation comme ingénieur-géographe (1960-1962), je présentai en Sorbonne un DES (la maîtrise actuelle) en géographie et un autre en histoire, puis une thèse de troisième cycle en géographie de la population. Après Laurent Schwartz, professeur à Polytechnique, qui fut un temps évincé en raison de ses positions contre la torture en Algérie, je fis ainsi la connaissance de Jean Dresch, directeur de mon mémoire en géographie, et d’Henri-Irénée Marrou, directeur de mon mémoire annexe d’histoire, c’est-à-dire respectivement le président et les deux vice-présidents du Comité Maurice Audin. Je fus également en contact étroit avec Charles-André Julien, directeur de mon mémoire principal de DES (Diplôme d’études supérieures) d’histoire – sur Les réactions de l’opinion, en France et en Algérie, aux premières réformes en Algérie en 1919 – et avec Pierre George, qui dirigea ma thèse de troisième cycle. Paradoxalement, malgré ces relations privilégiées, je ne fus pas, pendant ces deux années, un militant très actif. J’étais, il est vrai, accaparé par ma vie familiale. Marié en 1959, mes deux premières filles naquirent en 1960 et 1961 et le modeste traitement d’ingénieur-élève ne me dégageait pas des soucis quotidiens.

9Cette publication a pour objet de présenter « le témoignage d’un géographe plongé dans les évènements d’Algérie et d’expliquer comment il a réagi en géographe, ou non, face à ces situations exceptionnelles, comme la torture, etc. » […], de faire « percevoir enfin quelle a pu être la part de la guerre dans sa trajectoire ultérieure de géographe, dans l’élaboration et la conception de son métier de géographe comme dans ses engagements dans les décennies suivantes ».

10Je risque sur ce plan d’en décevoir beaucoup. Je ne crois pas avoir réagi, à cette époque, comme géographe, mais comme n’importe quel citoyen. Il m’apparaît en revanche, avec le recul, que les guerres coloniales ont été l’élément principal qui m’a conduit à un engagement politique, d’abord sans affiliation, puis à mon adhésion au Parti socialiste unifié, enfin, depuis 1973, au Parti socialiste dont je suis toujours membre, même si je suis très souvent en désaccord avec ses positions. Mon milieu familial, mes études au Prytanée, ma situation sociale ensuite, tout semblait devoir me conduire vers des positions de droite, nationalistes et militaristes. À 13 ans, je m’étais d’ailleurs déclaré influencé par un ami du Prytanée dont le père avait été général vichyssois, partisan de Jacques Isorni. Ce dernier avait été l’avocat de Pétain et devait être élu député pétainiste aux élections législatives de 1951. Cet « engagement » fut de courte durée et, à cet âge, n’avait guère de signification, sauf qu’il traduisait ce qui aurait pu être mon penchant politique naturel. C’est incontestablement la prise de conscience, à partir de 1953, de la torture en Indochine, puis en Algérie, qui me conduisit à une attitude d’anticolonialisme, me fit soutenir Pierre Mendès-France et m’amena à militer à gauche. Cet engagement de gauche est avant tout de principe et ne m’empêche pas de faire preuve d’un esprit très nationaliste et d’avoir remisé l’antimilitarisme de mon adolescence. Je reste en particulier très attaché au Prytanée qui m’a offert d’excellentes conditions d’études et où j’ai appris ce qu’étaient une amitié profonde et une solidarité véritable.

11Quant à mon métier de géographe, en fait d’urbaniste, je ne crois pas que les événements d’Algérie aient pu l’influencer directement. Mon engagement de principe à gauche, né du rejet de la torture pendant les guerres coloniales, a en revanche, je crois, sous-tendu toutes mes prises de position sur les débats d’urbanisme, d’aménagement du territoire, d’environnement, d’aménagement touristique, etc.

  • 2 Paul Delouvrier (1914-1995), ingénieur, haut-fonctionnaire, ancien résistant, lié au christianisme (...)

12J’en citerai un seul exemple. En 1963-1964, j’ai été chargé, avec un collègue, de mener les études qui ont conduit à la réalisation du RER sous la direction de Paul Delouvrier2. Quelle époque bénie où l’on confiait une telle tâche à deux ingénieurs de 26 ans ! L’état d’esprit dominant de l’époque, porté par mes camarades ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, était que tout le monde serait bientôt motorisé, qu’il fallait « rattraper nos vingt années de retard sur les États-Unis » en construisant de vastes réseaux d’autoroutes urbaines et surtout ne pas investir dans les transports en commun promis à une déshérence progressive. Je rétorquais que, même aux États-Unis, plus de la moitié de la population était composée d’enfants, de personnes handicapées, d’épouses au foyer, tous exclus de l’usage quotidien d’une automobile. En outre, les transports en commun consommaient plusieurs fois moins d’espace par personne transportée, entraînaient environ dix fois moins de blessés et de morts, causaient au moins dix fois moins de bruit et de pollution (aujourd’hui, on ajouterait dix fois moins de gaz à effet de serre). Il fallait donc au contraire investir en priorité dans les transports en commun, plus efficaces et les seuls accessibles à tout le monde. J’ai prôné cette « priorité aux transports en commun » qui a, peu à peu, une à deux décennies plus tard, gagné les spécialistes, puis, une ou deux autres décennies à nouveau, l’opinion et les décideurs et qui est aujourd’hui intégrée dans la « pensée unique ». Dès 1970, la décision de réaliser le cœur du RER (les lignes A et B) était irrévocable, malgré le combat d’arrière-garde des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées et du groupe de pression automobile-pétrole-autoroutes. Vinrent ensuite les métros de Lyon, Marseille et Lille, puis le tramway dans les villes moyennes, etc. Tout ceci peut cependant paraître bien loin de la torture pendant la guerre d’Algérie. J’ai tenté ici de montrer ici quel était, pour moi, le lien.

Haut de page

Notes

1 Élèves préparant le concours de l’École militaire interarmes à Saint-Cyr Coëtquidan.

2 Paul Delouvrier (1914-1995), ingénieur, haut-fonctionnaire, ancien résistant, lié au christianisme social, est un des artisans de la planification menée en France après guerre. C’est lui qui à partir de 1958, est en charge du Plan de Constantine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Merlin, « Une expérience dans la guerre d’Algérie », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 61-65.

Référence électronique

Pierre Merlin, « Une expérience dans la guerre d’Algérie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/689 ; DOI : 10.4000/emam.689

Haut de page

Auteur

Pierre Merlin

Professeur émérite, Géographie, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne

merlin.pierre@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page