Navigation – Plan du site
Partie 1

Quelques souvenirs anecdotiques d’un géographe dans la guerre d’Algérie*

Jean-François Troin
p. 67-73

Note de l’auteur

Né en 1934, Jean-François Troin est agrégé de l’université en géographie (Paris, 1958), puis docteur d’État de l’université de Paris-VII (1974). Enseignant au Maroc (lycée Moulay-Youssef de Rabat, puis Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Mohamed-V de Rabat de 1958 à 1972), il est ensuite nommé professeur à l’université de Tours (1972-1996). Fondateur, puis directeur du laboratoire associé au CNRS « URBAMA » (Centre de recherches sur l’urbanisation dans le Monde arabe) à l’université de Tours de 1977 à 1989, il est aujourd’hui professeur honoraire de l’université de Tours.

Principales publications

Les Souks marocains. Marchés ruraux et organisation de l’espace dans la moitié Nord du Maroc, Aix-en-Provence, Édisud [publication de la thèse d’État soutenue en 1974 à Paris-VII], 1975.
Le Maghreb. Hommes et espaces [dir. de l’ouvrage], Armand Colin, coll. « U », Paris, 1985 ; 2e édit. : 1987 ; réimpression : 1998 ; traduit en arabe en 1997 : Dar al Gharb Al Islami, Beyrouth.
Maroc. Régions, pays, territoires [dir. de l’ouvrage], Paris, Maisonneuve-&-Larose et Casablanca, Tarik, 2002 ; publié en arabe en 2006 (Casablanca, Tarik) [Prix Grand Atlas en 2006].
Le Grand Maghreb [dir. de l’ouvrage], Paris, Armand Colin, coll. « U », 2006.

Texte intégral

  • * Le texte ci-dessous est la reprise étoffée d’une intervention orale faite au cours du débat lors de (...)

1À la fin des années 1950, je suis étudiant à l’Institut de géographie de Paris, rue Saint-Jacques, membre de l’UGFL (Union géographique de la Faculté des lettres), une « corpo », une sorte de mini syndicat assez vaguement rattaché à l’UNEF. Nous sommes un certain nombre à militer contre la guerre d’Algérie par des prises de parole en amphi, par la participation à des manifestations publiques, par des articles publiés dans notre petit journal corporatiste. Des professeurs remarquables affiliés au Parti communiste comme Jean Dresch, modèle du géographe anti-colonialiste, ou Pierre George, nous marquent et nous influencent par le contenu de leurs cours dans le Grand amphi et par leurs réflexions personnelles. La guerre d’Algérie est une toile de fond très présente, les plus âgés d’entre nous sont rattrapés par les obligations militaires et, ayant épuisé leur sursis, partent faire leur service en séjournant un an minimum en Algérie.

2En 1958, reçu à l’Agrégation de géographie, je me vois proposer par l’Inspecteur général, lors de la séance dite « Confession » qui suit les résultats du concours, une série de dix postes d’enseignants dans un lycée d’Algérie. Célibataire, je suis automatiquement désigné pour occuper l’un de ces dix postes outre Méditerranée, les autres postes localisés dans l’hexagone étant déjà pris, me dit-on. Je ne suis que 18e sur 25 reçus et je dois donc ne pas espérer la France « continentale ». On notera au passage que la République réserve à cette époque dix postes à l’Algérie, soit 40 % des affectations des nouveaux géographes agrégés. Réaction tardive au sous-encadrement ? Désir de marquer les esprits par une action politique en faveur de l’enseignement public ? Recherche d’un engagement aux côtés des militaires ? Je ne sais.

3Toujours est-il que l’Inspecteur général me vante les charmes du lycée Bugeaud à Alger, « celui que le major de l’Agrégation se réservait les années précédentes », me dit-il sans sourciller. Il égrène alors la riche palette de son offre : Alger, Oran, Constantine, Bône (Annaba), Tlemcen, Sidi Bel Abbès, Philippeville (Skikda), Sétif et des postes « sahariens ». Je lui fais poliment remarquer que les temps ont changé, que la guerre existe et que le lycée Bugeaud n’est plus tellement un cadeau. J’ajoute qu’étant sursitaire, je vais obligatoirement aller prochainement en Algérie comme appelé du contingent et que je ne tiens pas à m’y rendre par anticipation comme fonctionnaire civil. Il se fâche, s’emporte et me dit qu’il n’a rien d’autre pour moi sauf… – il fouille dans ses fiches – le lycée Faidherbe à Dakar. Je suis preneur et me rends au ministère de la France d’Outre-Mer (appellation de l’époque) pour me présenter. Après avoir rempli un long formulaire, je dois répondre à une question subsidiaire : « Avez-vous accompli votre service militaire ? ». Non, bien sûr. « Désolé, Monsieur, les contrats sont signés pour deux ans et vous êtes en fin de sursis militaire ». Me voilà donc « à la rue » et menacé d’un poste resté vacant en Algérie, Ouargla par exemple, tous les autres ayant été attribués au cours de l’été.

4Sur les conseils d’un ami déjà en poste au Maroc, je me rends à l’ambassade du Maroc à Paris et pose ma candidature. Deux semaines plus tard, je reçois une proposition : le lycée Moulay-Youssef à Rabat, établissement franco-marocain appliquant les programmes français du secondaire et d’excellente réputation. J’y serai donc détaché.

5Ayant échappé à l’Algérie pour un an tout au plus, je me retrouve dans ce lycée marocain passionnant où, deux ans après l’Indépendance, les élèves, futures élites du Royaume, montrent une soif d’apprendre exceptionnelle. J’y suis en très bonne compagnie : plus de dix agrégés y exercent et en particulier Lucie Aubrac, héroïne de la Résistance, qui enseigne, comme moi, l’histoire-géographie et que je croise souvent dans la salle des professeurs. Un beau matin de 1959, une collègue nous propose de signer une pétition demandant que s’ouvrent des négociations pour l’Indépendance de l’Algérie. Cet « Appel pour une paix en Algérie », dit aussi « des 481 », car il recueillera 481 signatures de fonctionnaires, coopérants, ingénieurs français exerçant au Maroc, nous apparaît comme un acte naturel. Mais ce texte, comme la liste des signataires, est transmis via des collègues algériens enthousiastes à la presse marocaine. L’ensemble sera repris par El Moudjahid, l’organe clandestin du FLN créé en 1956, avant même de parvenir à son destinataire.

6La réaction de l’ambassade de France au Maroc est immédiate. Une lettre nominative nous est adressée, stigmatisant notre manquement au devoir de réserve obligatoire chez tout fonctionnaire et nous menaçant d’expulsion vers la France si nous persistons. Un fonctionnaire français, écrivain, directeur du Centre culturel français de Casablanca, Raymond Jean, sera d’ailleurs renvoyé aussitôt en France.

7En septembre 1959, l’appel sous les drapeaux me parvient et je dois quitter mon poste d’enseignant. J’ai essayé auparavant de me faire affecter dans le Sud marocain au titre d’un service civil remplaçant le service militaire. Mais nous sommes alors dans les « classes creuses » du fait de la démographie et l’armée a besoin de tous ses soldats, en premier lieu en Algérie.

8Cependant, grâce à l’appui de Michel Coquery, géographe de gauche qui a pourtant obtenu de faire son service dans les bureaux du recrutement au ministère des Armées, je suis affecté au Service géographique de l’armée comme beaucoup d’autres camarades étudiants géographes qui ont pu, par l’entremise de Michel Coquery, éviter – au moins temporairement – les djebels. Sur un service militaire de vingt-huit mois, je passerai toute la dernière année (1961) en Algérie, le reste s’étant déroulé à Joigny (Yonne) et en Allemagne.

9J’ai de la chance. La Sécurité militaire ne semble pas avoir trouvé trace de mon engagement pour l’Indépendance algérienne. Au même moment, Gaston Beaudet, l’ami géographe qui m’avait conseillé la démarche auprès de l’ambassade du Maroc en France et qui enseignait à Rabat dans un lycée de la « Mission culturelle française », et était donc rattaché à l’Éducation nationale française, subissait en effet un sort différent. Entouré de collègues pieds-noirs du Maroc, qui supportaient mal la jeune Indépendance du pays, tout en restant en postes (rémunérateurs) dans la capitale chérifienne, il avait été signalé par eux auprès du consulat de France comme « mauvais Français », signataire de l’appel des 481, et expédié aussitôt par la Sécurité militaire à Aïn Sefra dans le Sud algérien. Bel exemple de délation et de l’activisme de ces nostalgiques du Protectorat dans un pays maintenant indépendant !

10J’avoue avoir passé tout mon temps militaire avec cette épée de Damoclès au dessus de ma tête. Quand vont-ils me découvrir et me muter dans le « bled » algérien ? Le fait d’avoir exercé dans un lycée marocain m’a, semble-t-il, protégé.

11Affecté à l’antenne géographique d’Alger, un des services de l’État-Major de l’armée française, j’y demeurerai de la fin de l’année 1960 à décembre 1961. J’y suis chargé de faire des études « surréalistes » sur le potentiel géo-économique du Centre et de l’Ouest algérien dans l’hypothèse d’une partition entre une Algérie « française » occidentale, riche, peuplée largement d’Européens et une Algérie que l’on céderait alors aux Algériens, orientale, bien plus pauvre et à dominante « indigène ». L’idée d’un réduit européen avait donc bien été envisagée par l’administration coloniale et l’État-Major, au moment où la présence française semblait de plus en plus menacée par les actions du FLN.

12En avril 1961, j’assiste, de loin, au putsch des généraux. Nous sommes consignés dans la caserne des Zouaves, à la fois notre lieu de travail et notre dortoir au dessus de la Casbah. Nous sommes encerclés par les parachutistes, car le contingent des militaires appelés n’est pas sûr, et laissés à nous-mêmes, tous nos gradés ayant disparu pendant la tempête comme par enchantement. Nous vivons dans nos chambrées cinq jours d’intenses tensions du 22 au 26 avril. La perception des événements qui se déroulent en bas dans le centre-ville ne nous parvient qu’étouffée, essentiellement par des bruits, des cris, des tintamarres, des klaxons. Mais leur importance nous est confirmée par la guerre des tracts que nous lisons avidement : tracts menaçants diligentés par l’OAS qui sont déversés partout, tracts imprimés clandestinement par les typographes « appelés » des services de l’État-Major prônant la désobéissance, tracts enfin de l’autorité militaire, une fois l’orage passé, appelant à la raison et à la discipline.

13La résistance du contingent est réelle. Des chauffeurs de voitures d’officiers refusent des déplacements, de simples soldats affectés aux transmissions diffèrent et retardent la diffusion de messages envoyés par les officiers rebelles. L’activisme des soldats du contingent se manifeste dans notre caserne-prison : ils font tourner les rotatives pour imprimer les appels à la résistance, malgré les menaces de quelques officiers soutenant la rébellion des généraux, ils impriment et affichent des portraits du général de Gaulle, ils écoutent 24 h sur 24 sur les transistors, devenus de véritables armes de guerre, les nouvelles venues de France qui contredisent les annonces des insurgés algérois qui ont pris Radio Alger. Un moment particulièrement impressionnant sera celui de l’écoute attentive et silencieuse du discours pathétique du président de Gaulle le dimanche soir, discours qui galvanisera les énergies.

14Le contingent a subitement basculé, il a acquis en quatre jours une conscience politique qui lui faisait partiellement défaut. Il a refusé sa confiance aux gradés félons, il va surtout, maintenant, crier son hostilité aux pieds-noirs qu’il était venu protéger et dont il découvre les motivations. La rupture est totale, voir les deux spécimens de tracts reproduits dans leur facture originelle.

15Libéré le 28 décembre 1961, après trois Noël passés sous les drapeaux, comme le faisaient remarquer certains de mes camarades qui attendaient comme moi depuis quinze jours, en tenue civile, qu’on veuille bien nous renvoyer vers ce qui était encore pour quelques mois « la métropole », je regagnerai Paris puis le Maroc au début de 1962. Ayant interrompu mon contrat avec l’enseignement marocain, je reprends mon poste le 8 janvier 1962 dans le même lycée. On pouvait presque croire qu’il ne s’était rien passé.

16Le contraste était pourtant saisissant entre le pays d’où je venais et celui que je retrouvais. Le Maroc, indépendant depuis maintenant près de six ans, était calme, plein d’espoirs en l’avenir. Les coopérants français y étaient toujours les bienvenus, ils exerçaient leurs fonctions en toute liberté, participant, souvent avec enthousiasme, au développement du pays. L’Algérie était encore en guerre, la population européenne voyait peu à peu se profiler son expulsion. « La valise ou le cercueil » avaient écrit sur les murs d’Alger des mains anonymes. Des combats sporadiques touchaient les villes, animés par l’OAS, bien plus que les djebels, l’insécurité urbaine était partout palpable.

17J’appréciais alors ma chance d’avoir vécu cette guerre en « planqué » dans des bureaux militaires algérois, même si les nuits de garde dans le centre-ville à la fin de 1961 n’étaient pas sans risque, comme le suggère le tract OAS reproduit. Je remerciais le ciel d’avoir échappé, officiellement pour raison de constitution physique, à l’École des officiers de Cherchell et par le même coup à la gestion d’un bataillon dans les djebels, confronté à la torture, aux corvées de bois, aux violences contre les villageois.

18À partir de 1962, je suis resté encore dix ans dans ce Maroc, voisin de l’Algérie, et pourtant si différent. J’y ai préparé ma thèse d’État sur les souks ruraux à la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat. Je suis retourné en Algérie quelques années après l’Indépendance pour y rencontrer des amis et de jeunes coopérants géographes de Constantine. Je n’ai pas reconnu Alger transformée à une allure folle par le nouveau pouvoir. Mais j’ai perçu comme une sorte de tension toujours palpable dans ses rues, comme si les lieux, maintenant entrés dans la paix, alors que, géographe débutant, je les avais découverts en plein conflit, exhalaient encore, longtemps après, une odeur tenace d’Algérie en guerre.

Document 1. Tract de la RAF (Résistance Algérie Française).

Document 1. Tract de la RAF (Résistance Algérie Française).

Collection personnelle de l’auteur.

Document 2. Tract dactylographié par un soldat du contingent.

L’OTOMATIC était une brasserie du centre d’Alger où paradaient les activistes et la jeunesse dite « dorée » de la ville.

Collection personnelle de l’auteur.

Haut de page

Notes

* Le texte ci-dessous est la reprise étoffée d’une intervention orale faite au cours du débat lors de la table ronde de Tours du 21 janvier 2013. Il ne contient donc pas de trame théorique, mais simplement une évocation de souvenirs quelque peu anecdotiques, une série de mini histoires dans l’Histoire, un matériau tout à fait brut. Bien loin de vouloir apporter une réflexion scientifique, je l’ai considéré comme un témoignage et lui ai conservé son caractère spontané.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. Tract de la RAF (Résistance Algérie Française).
Crédits Collection personnelle de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Crédits Collection personnelle de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Troin, « Quelques souvenirs anecdotiques d’un géographe dans la guerre d’Algérie », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 67-73.

Référence électronique

Jean-François Troin, « Quelques souvenirs anecdotiques d’un géographe dans la guerre d’Algérie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/692 ; DOI : 10.4000/emam.692

Haut de page

Auteur

Jean-François Troin

Professeur émérite, Géographie, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM, Monde arabe & Méditerranée

jf-troin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page