Navigation – Plan du site
Compte-rendu

La Méditerranée dans la guerre, 8 novembre 1942-9 septembre 1943. L’histoire revisitée.
de Jean Bisson

Jean-François Troin
p. 127-129
Référence(s) :

2013, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoires et Perspectives Méditerranéennes », 436 pages

Texte intégral

1Ouvrage inhabituel que celui publié par Jean Bisson chez L’Harmattan, car mêlant des informations très techniques sur les différentes marines nationales engagées dans la Seconde Guerre mondiale, la relation d’épisodes historiques revisités par l’auteur qui, très informé, en critique les interprétations classiques, et enfin des souvenirs personnels, émouvants, d’un jeune garçon ayant vécu et vu depuis les hauteurs et sur le port d’Alger cette « guerre en Méditerranée ».

2Très tôt documenté dans le domaine des choses de la mer – Jean Bisson, adolescent, rêvait d’une carrière dans la marine – l’auteur connaît un par un les bateaux de guerre, analyse leurs manœuvres, commente leurs déplacements stratégiques. Des photos d’amateur prises à l’époque, des maquettes qu’il a lui-même reconstituées, des plans très précis réalisés par une cartographe minutieuse, détaillent les rades et abris, les positions des navires à quai ou ancrés dans les bassins et viennent appuyer ses démonstrations. Le tout pourrait presque être digne d’un manuel de stratégie pour officiers de marine et on reste confondu devant tant de connaissances.

3Parce qu’à l’heure où nous, écoliers ou lycéens à l’époque, faisions sur nos cahiers des batailles navales lorsqu’un cours nous lassait un peu trop, Jean Bisson, lui, les vivait dans leur réalité ces batailles depuis son Algérie natale.

4La thématique historique, « l’histoire revisitée » est tout autant bien renseignée et discutée point par point. La nuit du 7 au 8 novembre 1942, lors de laquelle le jeune Bisson assista en spectateur aux manœuvres britanniques est ainsi présentée comme étant une opération manquée, alors que l’ensemble de l’opération Torch, à laquelle elle est rattachée, fut « globalement une réussite puisqu’elle eut pour résultat de faire passer l’Algérie et le Maroc sous le contrôle des Alliés ». Or, les documents officiels passent quelque peu sous silence les vingt-quatre marins morts et la perte de deux navires britanniques lors de cette nuit d’attaque. Le « coup de main » anglais a échoué. Mais le débarquement des troupes de Sa Majesté en terre maghrébine sera, lui, réussi et il peut être considéré comme le point de départ de la libération ultérieure de la France.

5Un deuxième résultat de ces opérations est clairement analysé : le port d’Alger, intact, devient « capitale de la France en guerre », point d’appui idéal pour la Royal Navy dans sa poursuite de la guerre en Méditerranée. L’auteur décrit avec soin l’installation des Alliés qu’il observe depuis l’école du Haut-Télemly que sa mère dirigeait. Il décrit aussi les opérations de montage des matériels affectés à l’armée française par les Américains, moins présents à Alger mais fort efficaces. Il analyse l’antagonisme entre Forces françaises libres et troupes d’Afrique du Nord, il souligne le rôle du corps expéditionnaire français qui, via l’Italie et le débarquement en Provence, ira terminer la guerre sous le commandement du général De Lattre de Tassigny. Toutes ces tensions internes sont mises en valeur et pas forcément connues des lecteurs d’aujourd’hui. En particulier, il est indiqué combien ces Français d’Algérie, recrutés sur place, resteront dans les mémoires locales comme des sauveurs de la France et que ceci se retrouvera dans la position « Algérie Française » de 1954 à 1962.

6Prenant ensuite de l’altitude, Jean Bisson dans un Livre Second analyse le maillage des bases navales en Méditerranée : la géographie reprend ses droits. Il insiste sur la complémentarité exemplaire Gibraltar/Malte/Alexandrie, bases finement décrites. Très techniquement informé, il démontre le rôle des porte-avions « pièces maîtresses d’une flotte de combat » qui, en renforçant la résistance de Malte, permirent de neutraliser la Regia Marina. À l’arrière-plan, on découvre comment les arsenaux éloignés des États-Unis ont permis « la remise en état des grands bâtiments de la Royal Navy […] et […] à nos navires de guerre une modernisation indispensable ». Les arsenaux américains, malgré la distance, ont ainsi permis d’assurer la victoire finale.

7Réutilisant ses connaissances dans le domaine de la marine de guerre, l’auteur livre ensuite des chapitres fort originaux sur la maîtrise des Britanniques en matière d’intox (guerre des ondes, ruses sur mer, travestissements des silhouettes de navires), maîtrise qui leur permit de compenser leur infériorité en nombre de grands bâtiments de combat. La sortie de la guerre (reddition de Malte) en septembre 1943 en est directement issue.

8Enfin, passant à l’analyse des psychologies et des comportements, J. Bisson, décidément auteur polyvalent, analyse « la conscience des marins à l’épreuve ». Quelle attitude adopter dans chaque camp : « discipline ou dissidence, résignation ou résistance ? ». Pour la Marine nationale et les Forces nationales françaises libres, ce sera un choix douloureux à faire entre intégration volontaire ou résignation. Pour la Regia Marina, ce seront les conflits personnels vécus entre collaboration avec les adversaires de la veille et fidélité au Duce, réduit au rôle de potiche de la République de Salo.

9Sans oublier le tragique et lourd bilan humain qui frappa les forces italiennes : 339 navires de guerre perdus, 28 937 marins morts au combat et plus de 3 520 hommes de la marine marchande disparus sur l’axe Italie-Libye, véritable « cimetière marin ».

10L’auteur exprime lui-même dans sa conclusion générale la portée de son étude : « retracer ce que fut en Méditerranée cette période-charnière, qui s’étend de novembre 1942 à septembre 1943, afin de redonner vie à un pan de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, au besoin en la dépoussiérant, voire au passage en la démythifiant ».

11Objectif d’un bout à l’autre de sa rédaction, J. Bisson a veillé à analyser équitablement les trois grandes marines engagées en Méditerranée : Royal Navy, Marine nationale, Regia Marina. C’est là un réel apport de l’ouvrage à la différence de bon nombre d’auteurs, partiaux, chauvins, voire même orientés pour les besoins des causes nationales. Il contribue ainsi à redonner toute leur importance à ces dix mois en Méditerranée « à tort considérés comme secondaires dans la “Grande Histoire”, laquelle préfère insister, avec raison d’ailleurs, sur Stalingrad ».

12Et ces dix mois sont commentés scientifiquement peut-on dire, à partir de toutes les sources disponibles, car l’auteur a dépouillé ouvrages, revues, rapports, archives des pays belligérants et décortiqué avec minutie leurs contenus. L’importante bibliographie, les chronologies, un glossaire des termes en usage dans la marine, l’annexe photographique témoignent de l’ampleur et de la précision du travail effectué.

13Mais, ce que l’on retiendra pour finir, c’est que ces dix mois sont comme illuminés par le regard du jeune garçon qui, depuis le Haut-Télemly ou sur les quais du port d’Alger, apprenait à la fois la mer et la guerre, et qu’il nous les restitue avec une étonnante fidélité cinquante ans après.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://emam.revues.org/docannexe/image/707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Troin, « La Méditerranée dans la guerre, 8 novembre 1942-9 septembre 1943. L’histoire revisitée.
de Jean Bisson », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 127-129.

Référence électronique

Jean-François Troin, « La Méditerranée dans la guerre, 8 novembre 1942-9 septembre 1943. L’histoire revisitée.
de Jean Bisson », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://emam.revues.org/707

Haut de page

Auteur

Jean-François Troin

Professeur émérite, Géographie, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM, Monde arabe & Méditerranée

jf-troin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page