Navigation – Plan du site
Partie 2

Des géographes français pendant la guerre d’Algérie. Engagement contre le colonialisme et renouvellement de la géographie1

Nora Semmoud

Note de l’auteur

Professeure de géographie et d’aménagement à l’université François-Rabelais de Tours, Nora Semmoud est directrice adjointe de l’UMR 7324 CITERES (CNRS & Université de Tours), responsable de l’équipe EMAM (Monde arabe et Méditerranée).
La réception sociale de l’urbanisme, au cœur de ses travaux, renvoie à l’analyse de l’entre-deux, entre l’action publique urbaine et les pratiques de ses destinataires, au sein de contextes variés (Monde arabe dont Algérie, France et Pologne).

Principales publications

“A New Examination of Urban Intervention: Social Acceptance of Urban Development”, in G. Erdi-Lelandais (ed.), Understanding the city. Henri Lefevbre and urban studies, Cambridge Scholars Publishing, 2014
« La ville rend libre. L’urbanité au féminin dans le Maghreb », Égypte/Monde arabe, n° 9 : « Gouvernance locale dans le monde arabe et en Méditerranée : quels rôles pour les femmes ? » sous la dir. de S. Denèfle et S. Monqid, Le Caire, CEDEJ, 2011
Avec B. Florin : « Mobilités résidentielles et territorialisations dans les villes du Maghreb : entre exclusion et intégration », Espace, Populations, Sociétés, n° 2-3 : « Nouvelles mobilités dans les Suds », sous la dir. de J. Lombard et O. Ninot, 2010
La réception sociale de l’urbanisme, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 2007

Texte intégral

  • 1 Le texte, s’appuyant essentiellement sur les travaux de Claude Bataillon, a été relu par ses soins. (...)
  • 2 Parmi eux, je citerai Maurice Audin, mathématicien assassiné, Henri Alleg, journaliste, Germaine Ti (...)

1Les mouvements sociaux européens depuis 2010 et les soulèvements populaires dans les pays arabes interpellent les intellectuels et les renvoient à leur rôle dans des moments historiques cruciaux, comme celui de la lutte contre le colonialisme dans les années 1950 et 1960. L’intellectuel est ici envisagé en tant que « vecteur d’idées et de mythes en même temps que critique de l’ordre social » (Labica et Bensussan, 2001, p. 602). Les intellectuels français qui ont pris une part active dans la lutte anticoloniale sont nombreux2, mais mon propos concernera les géographes français qui se sont engagés contre la colonisation de l’Algérie. L’objectif de ce texte est de mettre en évidence à la fois leur rôle de militants et d’intellectuels actifs en prise avec les réalités sociétales de leur temps et la façon dont ils ont renouvelé la géographie en la dépoussiérant, en la plaçant au cœur des débats sociétaux et en lui octroyant une efficacité pratique, tant dans la compréhension des phénomènes, que dans sa dimension opérationnelle et applicable, même si sa conception peut s’avérer contestable.

2Le cinquantième anniversaire de l’indépendance algérienne a été l’occasion de nombreuses rencontres et publications qui, ayant participé à redécouvrir pour les uns et à connaître pour les autres l’action des intellectuels français pour l’Algérie, encouragent finalement à poursuivre ces initiatives et ses réflexions.

3Le texte est structuré en deux parties, la première explicite les itinéraires d’une communauté de géographes, en montrant ce qui avait fondé leur engagement et ses formes d’expression, pour ensuite, mettre en évidence, dans la deuxième partie, leurs apports dans les avancées disciplinaires. Cette première partie s’appuie copieusement sur les travaux de Claude Bataillon qui a analysé avec minutie cette génération de géographes et son rôle dans l’évolution de la géographie et dans la société.

« L’ADN » des six3 géographes engagés, selon Claude Bataillon

  • 3 En réalité, ils sont sept avec Claude Bataillon.

4Dans un contexte où la pensée dominante envisage la guerre d’Algérie, si ce n’est comme une légitimation du colonialisme, au moins comme une fatalité, les trajectoires des six géographes communistes analysées par Claude Bataillon (2006), à savoir Raymond Guglielmo, Bernard Kayser, Yves Lacoste, André Prenant, Michel Rochefort et Raymond Dugrand, illustrent parfaitement l’engagement actif d’une minorité, au péril de sa vie, contre la colonisation pendant la guerre d’Algérie. Sachant, par ailleurs, que c’était une génération de réservistes militaires qui était, de fait, confrontée à un douloureux dilemme.

« Pour éviter de participer à cette guerre, très peu prendront le risque de l’insoumission, de la désertion ou du refus d’obéissance, tout cela très sévèrement puni. En outre ces formes de refus ne semblent légitimes qu’à une très petite minorité, même si parallèlement seule une minorité assez faible croit utile l’action armée que la majorité voit simplement comme inévitable. » (Bataillon, 2009, p. 57).

5Ces géographes appartiennent certes à la même génération car ils sont nés entre 1923 et 1927, mais ce sont surtout les valeurs qu’ils partagent et « un réseau de relations » qui les font apparaître comme une sorte de communauté de pensée. Ils ont, d’ailleurs, gardé entre eux des liens personnels bien que leurs parcours professionnels soient différents. Les profils ne sont pas non plus semblables, mais ils dégagent « une vision commune de la science qui serait intimement liée à un mélange d’action morale et d’action politique » (Bataillon, 2006).

6Ils ont tous été des élèves de Pierre George (1909-2006) et/ou de Jean Dresch (1905-1995), deux éminents géographes qui se sont distingués à la fois par leur militantisme et par le rôle joué dans l’évolution de la géographie et son ouverture sur le monde. Comme beaucoup d’intellectuels de sa génération, Pierre George est entré au Parti communiste en 1935 et s’en détacha en 1956, suite à l’invasion de la Hongrie par l’URSS. Il n’a pas, pour autant, rejeté les apports de la pensée marxiste à l’étude des sociétés. En plaçant la dimension sociale au cœur de ses analyses, il a joué un rôle décisif dans l’évolution de la géographie dont il a contribué à ouvrir les frontières, ainsi que le souligne Guy Di Méo dans un hommage des Annales de géographie après son décès en 2006.

« Pour lui, l’une des missions du géographe consiste bien à saisir, à décrire et à comprendre les groupements humains dans les différents milieux du globe où ils vivent, en tant que sociétés ayant chacune une organisation propre et un mode de production (terme d’origine marxiste qu’il préfère à celui, plus vidalien, de genre de vie) plus ou moins spécifique, occupant en tout cas “un rang particulier dans la hiérarchie des civilisations”. » (Di Méo, 2008, p. 5).

7De la même façon, Jean Dresch, éminent spécialiste de géographie physique, a allié son engagement militant à l’étude de sociétés lointaines. En 1941, il soutient sa thèse d’État sur l’évolution du relief dans le massif du Grand Atlas (le Haouz et le Sous) et rejoint la Résistance. Durant sa vie, il a effectué de nombreuses missions dans les pays en voie de développement, notamment en Afrique occidentale et centrale, à Madagascar, au Moyen-Orient et en Amérique latine. La filiation de ces six géographes a sans doute pesé sur leur propre parcours.

« Ils ont ouvert la géographie en France vers la société et la politique. Tous appartiennent à un milieu parisien fortement marqué par la résistance à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui pour tous a débouché sur une adhésion au Parti communiste Français, en un mouvement qui rappelle le sous-titre du journal Combat d’alors : “de la résistance à la révolution”. » (Bataillon, 2006, p. 2).

8Voici ainsi posée « l’ADN » de ces six géographes ayant joué un grand rôle dans les mutations de la géographie française issue de la Seconde Guerre mondiale qui se caractérisait par la naissance de l’aménagement du territoire, des études urbaines et de la géographie du Tiers-Monde à travers la décolonisation. Ainsi que le suggère Claude Bataillon, on peut cependant souligner la fascination chez certains pour l’aménagement du territoire de l’Union soviétique et une tendance au mimétisme pour la France et ses anciennes colonies. Nous rejoignons cet auteur sur l’analyse critique nécessaire sur le long terme de la pratique des géographes aménageurs de cette génération qui n’est pas l’objet de cet article.

9Claude Bataillon (2006) souligne qu’ils sont tous issus de familles prestigieuses et, à des degrés divers, ils ont des ascendances familiales chez les intellectuels qui se rattachent à la « gauche ». Relativement à la grande majorité des Français, leur milieu familial est mobile en France et à l’étranger, soit pour des raisons professionnelles, soit pour les vacances. Ils ont donc grandi dans des environnements familiaux auprès desquels ils ont appris l’ouverture sur le monde et l’intérêt pour la différence.

10En outre, ces milieux familiaux d’intellectuels sont vraisemblablement à l’origine des voies d’excellence dans lesquelles se sont engagés ces géographes : ils sont quasiment tous passés par les classes préparatoires, le diplôme d’études supérieures (l’équivalent de la maîtrise plus tard), l’agrégation et la thèse d’État. « Devenir géographe, c’était pour les uns éviter la stricte spécialisation des “sciences dures”, pour les autres quitter la rhétorique des humanités, pour se consacrer à la connaissance des sociétés et de leurs espaces. » (Bataillon, 2006).

11Dans le contexte des années 1940, où la géographie gagne en autonomie et où émergent les pratiques de terrain, l’Institut de géographie de l’Université de Paris apparaît comme un véritable creuset où s’affirment les idées de la géographie de l’époque et où l’ambiance est moins guindée qu’en Sorbonne. Ce contexte de liberté de la géographie favorise son inclinaison vers des études de terrain fines et rigoureuses dont l’objectif est de combler les méconnaissances de la société, responsables de la défaite en 1940.

« Tous ceux qui ont vécu la catastrophe de 1940 pensent que la méconnaissance, de la part des élites, de la nation profonde, rurale ou urbaine, est une des causes de la défaite. » (Cavaillon, 2013, p. 5).

12Tous passeront, d’une façon ou d’une autre, par l’Institut de géographie de l’Université de Paris. Dans le contexte d’après-guerre, les professeurs qui se succèdent sont majoritairement dans une dynamique de renouveau de la géographie, avec une volonté de mieux comprendre les sociétés et leurs espaces. Par exemple, en 1948, Pierre George « soutient une géographie humaine une mise en ordre de l’espace fondée sur une mise en ordre des sociétés. Celle-ci prend en compte les apports de l’économie, de la sociologie, de la démographie » (Bataillon, 2006). La géographie s’ouvre sur des questions jusque-là occultées, notamment la colonisation, et acquiert ainsi une dimension pluridisciplinaire, enrichissant en retour les sciences sociales de sa connaissance de la dimension spatiale des sociétés. Pierre George est rejoint par son ami contemporain Jean Dresch « qui ouvre d’emblée le dossier chaud de la colonisation dans son enseignement sur l’Afrique du Nord ».

13L’Institut de géographie est, pour ces six géographes, l’occasion d’une immersion dans une géographie en pleine ouverture, mais aussi d’une expérience syndicale dans l’UGFL (Union géographique de la Faculté des lettres de Paris). L’UGFL va inscrire les excursions comme un rituel de la géographie permettant la proximité avec le « terrain » si cher aux géographes. Ces excursions sont d’autant plus importantes qu’elles ont lieu dans un contexte où la mobilité des Français est très réduite. Ce cadre est saisi également pour lancer des initiatives qui enrichissent les méthodes de la géographie. Raymond Dugrand, « chaleureux, et organisateur entreprenant », a initié une enquête systématique sur l’habitat et les conditions de vie, menée par les étudiants de géographie dans le quartier Saint-Victor du cinquième arrondissement de Paris, « célèbre alors pour ses taudis et pour la population marginale qui peuple certains de ses bistrots » (Bataillon, 2006). L’UGFL est aussi un lieu fort de débat politique et d’apprentissage de l’action sociale et politique. Après 1945, le noyau du Parti communiste était puissant au sein de l’UGFL, mais sans esprit sectaire du côté des géographes, puisque ces derniers cohabitaient au sein du syndicat avec des étudiants catholiques de droite. Cette attitude unitaire des géographes communistes a sans doute permis d’éviter les crispations idéologiques et pesé en faveur de la circulation de leurs idées au sein de la géographie.

14Après l’agrégation – à laquelle Guglielmo, Lacoste et Prenant sont reçus premiers – cinq d’entre eux sont professeurs de lycée, en France et à Alger. André Prenant enseigne au lycée d’Alger de 1949 à 1952, suivi par Yves Lacoste de 1952 et 1955 : ils sont donc en poste dans la période difficile de la pré-guerre d’Indépendance et à ses débuts. Claude Bataillon (2006) souligne que l’Algérie est le territoire de l’Empire qui a le plus d’enseignants du secondaire ainsi que la seule université constituée hors de la « métropole ».

  • 4 Mouvement de résistance armée du Parti communiste français.

15Claude Bataillon remarque que ces six géographes sont issus d’un milieu parisien fortement marqué par la Résistance à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’auteur met en évidence les correspondances entre leur adhésion au Parti communiste français et leur entrée en Résistance dont il précise, pour chacun, l’itinéraire. Exceptés les plus jeunes, Yves Lacoste et Michel Rochefort, ils se sont, en effet, tous engagés. Guglielmo, entré en Résistance dès 1940, est arrêté puis relâché en 1941 ; il échappe de justesse à une seconde arrestation en 1942. Vers 1943, Dugrand s’engage dans le maquis de la Haute-Vienne jusqu’à la fin de la guerre. Prenant est arrêté pendant une semaine au printemps 1943 où il est battu et menacé. Il rejoint, de juillet à octobre, le maquis FTP (Francs-tireurs et partisans4) de Haute-Saône pour ensuite être muté à l’État-Major parisien. Après le maquis d’Achères-la-Forêt qu’il a rejoint en mai 1944, il participe à la libération de Paris, puis à la campagne d’Allemagne, incorporé dans l’armée jusqu’en juin 1945. Kayser rejoint le maquis du Lot-et-Garonne en 1944 ; incorporé ensuite dans l’armée, il fait la campagne d’Allemagne et sera démobilisé en 1945 après une grave pneumonie.

16Leur engagement dans la Résistance française les a conduits naturellement à adhérer au Parti communiste français qui, dans la France d’après-guerre, exerce un extraordinaire pouvoir d’attraction auprès de l’intelligentsia française au point que la figure de l’intellectuel communiste occupe une place centrale. Claude Bataillon (2006) rappelle, à juste titre, que dans les années 1945-1953, le PCF attire massivement les militants potentiels. La figure du « Parti des 100 000 fusillés » en 1944 n’est évidemment pas étrangère au fait que le PCF est devenu le premier parti de France par le nombre d’électeurs. Le modèle de société proposé par l’URSS, pays du progrès social grâce à la libération des forces productives que permet le progrès technique, reste une référence jusqu’en 1956. Le milieu des géographes est particulièrement sensible à ce discours.

« Du coup, la critique libérale comme la critique anarchiste contre le totalitarisme du “socialisme réel” ont en géographie moins de prise que chez les historiens, philosophes, ou sociologues » (Bataillon, 2006, p. 8).

17Cependant, autour de 1956, après les révélations de Khrouchtchev au XXe congrès du PC d’URSS sur les exactions et crimes de Staline et suite au soulèvement ouvrier polonais et à la révolution hongroise, à l’instar de beaucoup d’intellectuels, la plupart de ces géographes se dissocie du PCF. Certains y restent sur « des positions critiques qu’ils considèrent comme compatibles avec une fidélité de principe » (Bataillon, 2006). Si, autour de l’appartenance au Parti communiste, les attitudes pouvaient diverger, sur la décolonisation de l’Algérie, les positions plus claires étaient unanimes.

18Les trajectoires universitaires de ces géographes sont en effet perturbées par la guerre d’Algérie (1954-1962), en particulier pour Prenant et Lacoste qui ont choisi ce pays comme terrain de leurs recherches et où ils doivent mener des enquêtes.

« Mener des travaux de géographie impliquant des enquêtes socio-économiques en situation coloniale ne peut être qu’explosif. Un géographe travaillant dans son propre pays peut s’impliquer, avec quelques précautions, dans les tissus associatifs locaux, quitte à trouver le point de séparation, délicat, entre recherche et militantisme. Presque toujours un travail de ce type à l’étranger implique un “devoir de réserve” vis-à-vis des autorités locales, quitte à choisir à un moment le devoir de dénonciation qui vous coupera des sources d’information, ou vous liera à un des camps en présence dans une société conflictuelle. » (Bataillon, 2006).

19En situation coloniale, la distance du chercheur originaire de la puissance coloniale par rapport à son objet de travail est bien plus difficile à maintenir, celle-ci était bien sûr maximale en Algérie a fortiori après 1945. D’autant qu’André Prenant et Yves Lacoste avaient courageusement choisi leur camp et l’exprimaient clairement à travers les orientations données à leurs travaux. Certes aujourd’hui, certaines des positions d’Yves Lacoste sur l’histoire coloniale peuvent être contestées, notamment son affirmation qu’il n’y aurait jamais eu de volonté planifiée de colonisation et d’oppression (Lacoste, 2010) : une affirmation qui occulte, selon moi, la conférence de Berlin de 1884 sur le partage de l’Afrique.

  • 5 Sur la vie d’André Prenant et sa géographie, je suggère au lecteur l’hommage post-mortem de son ami (...)

20À mon sens, le parcours d’André Prenant5 illustre à sa manière celui des géographes qui se sont mobilisés autant dans la lutte anticoloniale pour l’Algérie, à travers leur militantisme et une géographie « engagée », que dans les efforts de développement de ce pays après son indépendance. Parmi ces derniers, je citerai Marc Côte qui a enseigné vingt-huit ans à l’Université de Constantine et Jacques Fontaine, mais aussi les géographes qui ont travaillé et comparé les différents pays du Maghreb en dirigeant de nombreuses thèses de géographie de doctorants maghrébins et français, comme les auteurs de l’ouvrage Le Grand Maghreb, Jean-François Troin, Jean Bisson, Jean-Claude Brûlé, Robert Escallier et Pierre Signoles.

21Guglielmo, Kayser et Prenant passent ensuite par le CNRS entre 1956 et1962 et/ou par la fonction de maître assistant universitaire qui concerna également Lacoste et Rochefort. Les six géographes engagent ultérieurement des thèses : cinq avec Pierre George et une avec Jean Dresch (Prenant). Ils sont ensuite nommés professeurs de l’Enseignement supérieur, en France ou à l’étranger et, fidèles à l’idée d’une géographie active au service de la société, ils occupent dans le même temps différentes fonctions : administratives (Dugrand et Kayser sont directeurs d’UFR), éditoriales (Lacoste pour Hérodote), électives (Gugliemo à la CNFG, Kayser à la mairie de Cannes, Prenant à celle du Plessis-Robinson) et dans l’aménagement (Dugrand à la mairie de Montpellier, Kayser et Rochefort à la DATAR et Prenant consultant pour le recensement en Algérie).

Fig. 1 Tableau établi par Claude Bataillon (2006, p. 3).

Fig. 1 Tableau établi par Claude Bataillon (2006, p. 3).

Les promoteurs d’une géographie renouvelée

22Les trajectoires militantes et universitaires riches et denses qui ont façonné l’ouverture et la curiosité de ces six géographes, ainsi que leur positionnement dans l’institution universitaire ont vraisemblablement été à l’origine du rôle important qu’ils ont joué dans le renouvellement de la discipline. Comme leurs maîtres à penser Pierre George et Jean Dresch, ils font partie des géographes français de la période d’après guerre qui ont ouvert la discipline sur la société et la politique.

23Ils ont fait connaître, en particulier, la réalité des mutations qui affectent l’Afrique du Nord dans le contexte de la décolonisation, en mettant d’abord en évidence les différences des types de colonisation mises en place, méconnues des Français.

« Mais dans l’imaginaire français, l’Afrique du nord “française” est un bloc : seuls des spécialistes savent clairement que les statuts de l’Algérie (trois départements de l’Algérie) contrastent avec la souveraineté de la Tunisie et du Maroc, certes bridés par les traités de protectorat, mais théoriquement intactes. » (Cavaillon, 2013, p. 15).

24Les deux Algérois, Yves Lacoste et André Prenant, ainsi qu’un historien André Nouschi participent, sous l’incitation de Jean Dresch, à un livre à la fois scientifique et militant sur l’Algérie, Algérie. Passé et présent, publié en 1960 par les Éditions sociales. Le contexte de la guerre d’Algérie et la teneur critique du colonialisme algérien dans cet ouvrage seraient à l’origine des hésitations du Parti communiste à le publier et encore plus à le diffuser.

« Porter en pleine guerre des jugements sur la nature du nationalisme algérien, comme sur le bilan de la colonisation française était plus que difficile. En comparaison, écrire une critique de la colonisation sur une Tunisie ou sur un Maroc dont nul ne mettait en doute l’identité nationale était infiniment plus simple. » (Bataillon, 2006, p. 15).

25Il fallait leur engagement et leur courage politique pour aborder la question coloniale et en particulier en Algérie car, ainsi que le souligne Claude Bataillon, la géographie « coloniale » était bien plus difficile à construire dans ce pays que dans les protectorats voisins ou les autres pays africains. Certes, des travaux de qualité ont été menés dans ce cadre colonial en Tunisie – en particulier par Jean Despois – et au Maroc – en particulier par Jean Dresch –, mais rien de comparable n’existe pour l’Algérie avant 1914.

« Postérieurement, les travaux de Lespès sur Alger ou Oran concernent presque exclusivement le milieu français pour des villes dans lesquelles la population algérienne n’était guère visible. » (Bataillon, 2006, p. 16).

  • 6 Allusion au film de Lakhdar Hamina « Chronique des années de braise » qui est une fresque historiqu (...)
  • 7 Henri Alleg est directeur du quotidien Alger Républicain de 1951 à 1955, période pendant laquelle i (...)

26André Prenant et Yves Lacoste, en poste au lycée d’Alger, durant les « années de braise6 » expérimentent cette situation périlleuse. Prenant renoue ainsi avec un pays qui l’a passionné en 1946, mais aussi avec le combat anticolonialiste. Avec sa femme, ils s’immergent dans le milieu anticolonialiste algérien et fréquentent le Parti communiste algérien (PCA) et les journalistes de son organe de presse Alger Républicain7, mais aussi des militants du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques de Messali el Hadj) et de l’UDMA (Union démocratique pour le manifeste algérien de Ferhat Abbes).

27Leurs fréquentations et leurs travaux rendent la situation du couple périlleuse. Sachant que toute enquête est suspecte aux yeux de l’administration française, André Prenant engage en 1949, avec sa femme, un travail de terrain sur les villes de l’intérieur (Sétif, Sidi-Bel-Abbès, Tlemcen). C’est le moyen de fréquenter des milieux où se concentrent les tensions et les frustrations que connaissent les couches sociales algériennes nouvelles, en contact direct avec les populations « pied-noires » de tous niveaux sociaux. Tant à cause de son enseignement au lycée que ses de recherches, André Prenant est en situation fragile à Alger. Grâce à Dresch, il est nommé assistant à l’Institut de Paris (1952-1956), puis accueilli au CNRS (1956-1962), alors que la recherche en Algérie même lui devient impossible.

28Les travaux de ces géographes sur l’Afrique du Nord nourriront l’enseignement de la géographie en France et, en particulier, les cours d’agrégation. Milieux naturels, populations et « genres de vie », ressources des trois « pays d’Afrique du Nord » en font une entité relativement familière que tout étudiant de géographie se doit d’étudier au même titre que la France elle-même. C’est en conséquence à propos de l’Afrique du Nord que tout jeune Français intéressé par les problèmes de développement est amené à réfléchir (Bataillon, 2009, p. 56).

29Les six géographes présentés par Claude Bataillon ont également contribué grandement à la promotion d’une géographie résolument tournée vers le terrain. La discipline est passée alors d’une quasi-ignorance du terrain à l’époque moderne où dominait le géographe de cabinet compilateur de récits de voyages à un âge d’or du terrain dans la première moitié du XXe siècle. L’enseignement universitaire, notamment à l’Institut de géographie, est marqué par la pratique du terrain. Les excursions se multiplient pour des destinations de plus en plus lointaines. L’initiative revient au syndicat étudiant (Union géographique de la faculté de lettres de Paris UGFL) dans laquelle se sont impliqués à des moments différents ces six géographes.

30Comme l’indique Claude Bataillon « mais si tous [ces géographes], à titre personnel, comme citoyens, nous avons eu à affronter le problème colonial, nous avons tourné la page pour trouver notre voie dans le monde postcolonial ». Ils ont également œuvré, chacun à sa manière, pour une géographie appliquée et une géographie de l’action. Trois d’entre eux participent, sous la houlette de Pierre George, à un livre de géographie humaine, novateur à l’époque, intitulé La Géographie active. Il insiste sur le rôle de la géographie dans la connaissance des sociétés et la responsabilité des géographes dans l’éclairage des décisions publiques. Voici quelques extraits de l’avant-propos qui posent clairement les intentions de l’ouvrage :

« Chefs d’entreprise et Administrateurs cherchent les informations objectives et perspectives qui peuvent leur permettre de situer leur décision et d’en assurer l’efficacité. »

« Une légitime ambition de servir porte à devancer la remise en question... »

« II est impossible aujourd’hui de faire de la bonne administration à l’échelon public ou à l’échelon privé sans une solide culture géographique ou sans le concours d’un géographe. »

31Cette communauté de scientifiques et de militants forme une élite ayant les certitudes de sa génération pour expliquer les sociétés du monde contemporain et, plus encore, pour y appliquer une volonté de praticien. Cette volonté d’agir dans la société va de soi pour ces géographes et se traduit par leur plus ou moins grande implication dans la planification, avec, comme nous l’avons dit plus haut, peu de distance critique par rapport au modèle soviétique. Outre l’activité de conseil auprès de municipalités ou d’organismes publics pour tous les autres, Kayser et Rochefort (cf. Rochefort, 2000), quant à eux, jouent un grand rôle à la DATAR. Le premier a animé dans cette structure un groupe de prospective sur l’avenir des espaces ruraux et le second a travaillé sur la mise en place des métropoles d’équilibre de 1962 à 1967 et il y revient, en 1990, pour intégrer une mission intitulée « prospective et territoires », cette fois avec une vision critique de la « géographie appliquée ». Confronté directement à la décision politique dans son exercice professionnel à la DATAR, Michel Rochefort dans une démarche réflexive, a clarifié sa position par rapport à la notion de géographie appliquée et de la question du rapport au pouvoir.

« Ce “retour” à la DATAR et ces conditions répondent un peu à la question sur la “géographie appliquée” : à mon avis il y a eu beaucoup d’erreurs ou d’infantilisme dans les grands débats des années 1960-1970 sur le clivage entre la “géographie appliquée” […] et qui était essentiellement la “géographie classique”, dans le terme que lui appliquait alors Guglielmo, et la “géographie active” qui lui était opposée comme “géographie marxiste”. La racine principale de cette opposition était le rapport au pouvoir : les “marxistes” faisaient porter l’effort sur la notion de pouvoir, il s’agissait de donner des arguments contre le “diable capitaliste”… tandis que les non-marxistes avaient une vision de géographie “appliquée”, “programmée”, sans voir que l’aménagement du territoire est fondamentalement une politique, et non quelque chose qui peut être “scientifique”, indépendant du politique. […] J’ai été nommé à la Sorbonne sur une chaire de Géographie appliquée… mais j’ai vite opté plutôt pour la notion de “géographie applicable” ! C’est-à-dire l’idée que la géographie peut apporter un éclairage sur les problèmes socio-économiques par rapport à l’espace, mais en sachant que ces éventuels arguments seront diversement appliqués selon l’idéologie du pouvoir. » (M. Rochefort, interviewé par Rivière, 2002).

32Toujours est-il que ces six géographes ont joué avec d’autres intellectuels de leur génération une fonction d’élite (enseignement, recherche, élaboration d’une conception du monde, création) et « une fonction de diffusion de masse » (Labica et Bensussan, 2001, p. 602) en assurant la liaison entre la théorie et la pratique, préconisée par le marxisme.

Conclusion

33Les itinéraires des six géographes engagés choisis par Claude Bataillon, Raymond Guglielmo, Bernard Kayser, Yves Lacoste, André Prenant, Michel Rochefort et Raymond Dugrand, représentent à mon sens une géographie militante qui rappelle, à bien des égards et toute chose égale par ailleurs, le courant actuel de la « géographie radicale » anglo-saxonne porté par William Bunge, David Harvey, Mike Davis, Edward Soja, etc., qui re-politise les transformations socio-spatiales et interroge le rapport actuel du néolibéralisme à l’urbain, en exhumant la pensée d’Henri Lefebvre et en redonna force à son célèbre « droit à la ville » (Lefebvre, 1972).

34Cette communauté de pensée et d’action forme une élite d’intellectuels qui, dans le débat d’idées, assure sa fonction spécifique de « […] production et de reproduction de sa culture, par l’enseignement, par la diffusion de son idéologie sous toutes ses formes […] ». En tant qu’intellectuels, ils « […] n’ont pas moins vocation à jouer un rôle culturel général : c’est dans la mesure où ils peuvent le jouer que leur influence dépasse la classe qui les porte pour toucher toutes les classes de la société et atteindre une dimension nationale [voire internationale] d’“utilité sociale”. » (Labica et Bensussan, 2001, pp. 602-603).

35La jeune génération des géographes algériens et plus largement des enseignants-chercheurs en Sciences sociales gagneraient à connaître la pensée de ces intellectuels, espérant que cette modeste contribution y participe un tant soi peu.

Haut de page

Bibliographie

Bataillon C., 2006, « Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo : European Journal of Geography. En ligne : http://cybergeo.revues.org/1739 [consulté le 30/09/2014] ; DOI : 10.4000/cybergeo.1739

Bataillon C., 2009, Géographes Génération 1930. À propos de Roger Brunet, Paul Claval, Olivier Dollfus, François Durand-Dastès, Armand Frémont et Fernand Verger, Rennes, PUR, coll. « Espace et territoires » (préface de M.-C. Robic), 226 p.

Labica G. et Bensussan G. (dir.), 2001 [3e éd., 1re éd. 1982], Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1264 p.

Deprest F., 2009, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 348 p.

Di Méo G., 2008, « Pierre George, géographe des sociétés humaines », Annales de Géographie, n° 659 [Pierre George (1909-2006) : un géographe témoin de son temps], pp. 3-31. En ligne : www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-1-page-3.htm [consulté le 30/09/2014].

George P., Guglielmo R., Kayser B. et Lacoste Y., 1964, La Géographie active, Paris, PUF, 392 p.

Lacoste Y., Nouschi A. et Prenant A., 1960, L’Algérie. Passé et Présent, Paris, Éditions sociales Villeneuve-Saint-Georges, (préface de J. Dresch), 462 p.

Lacoste Y., 2010, La Question post-coloniale. Une analyse géopolitique, Paris, Fayard, coll. « Essais », 440 p.

Prenant A., 2002, « L’aggravation des contrastes sociaux à travers une extension spatiale et un “freinage” démographique différencié dans la nébuleuse urbaine d’Alger », pp. 386-403, in Actes du colloque international « Alger. Lumières sur la ville », tenu à l’EPAU, Alger, 4 au 6 mai 2002.

Rivière D., 2005, « Michel Rochefort et l’aménagement », Strates, Hors-série, 2002. En ligne : http://strates.revues.org/554 [mis en ligne le 17/05/2005 ; consulté le 30/09/2014].

Rochefort M., 2000 [1ère éd. 1995], Dynamique de l’espace français et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographies en liberté », 140 p.

Semmoud B., 2010, « André Prenant, géographe militant. Témoignage (1975-2010) », blog de Yann Kindo, dans Médiapart. En ligne : http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/251210/andre-prenant-geographe-militant-temoignage-1975-2010 [mis en ligne le 25/12/2010 ; consulté le 30/09/2014].

Troin J.-F. (dir.), 2006, Le Grand Maghreb, Paris, Armand Colin, coll. « U », 383 p.

Haut de page

Notes

1 Le texte, s’appuyant essentiellement sur les travaux de Claude Bataillon, a été relu par ses soins. Je le remercie vivement pour ses conseils, précieux et féconds.

2 Parmi eux, je citerai Maurice Audin, mathématicien assassiné, Henri Alleg, journaliste, Germaine Tillon, anthropologue, Pierre Emmanuel Vidal-Naquet, historien, Francis Jeanson, journaliste et philosophe, Jean-Paul Sartre, philosophe et écrivain et la liste est longue…

3 En réalité, ils sont sept avec Claude Bataillon.

4 Mouvement de résistance armée du Parti communiste français.

5 Sur la vie d’André Prenant et sa géographie, je suggère au lecteur l’hommage post-mortem de son ami et collègue Bouziane Semmoud (2010).

6 Allusion au film de Lakhdar Hamina « Chronique des années de braise » qui est une fresque historique de l’Algérie sous le colonialisme de 1939 à 1954. Le film a eu la Palme d’or au festival de Cannes en 1975.

7 Henri Alleg est directeur du quotidien Alger Républicain de 1951 à 1955, période pendant laquelle il rentre en clandestinité, avant d’être arrêté et torturé en 1957.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Tableau établi par Claude Bataillon (2006, p. 3).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 957k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Semmoud, « Des géographes français pendant la guerre d’Algérie. Engagement contre le colonialisme et renouvellement de la géographie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/736 ; DOI : 10.4000/emam.736

Haut de page

Auteur

Nora Semmoud

Professeur, Géographie, Université de Tours & Laboratoire CITERES|EMAM

nora.semmoud@gmail.com

noria.semmoud@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page