Navigation – Plan du site
Économie et processus coloniaux dans la région ouest-saharienne

Le processus d’urbanisation dans le Sahara espagnol (1884-1975). Une composante essentielle du projet colonial

José A. Rodríguez Esteban et Diego A. Barrado Timón
Cet article est une traduction de :
Los procesos de urbanización en el Sahara español (1884-1975): un componente esencial del proyecto colonial

Résumé

La présence de l’Espagne au Sahara occidental peut être analysée au travers des différentes actions et interventions qu’elle a envisagées et/ou réalisées sur ce territoire. L’établissement d’un réseau de postes militaires, la construction d’infrastructures de communication, l’exploitation des ressources minières, la planification urbaine et le développement des villes ont laissé une empreinte plus ou moins durable qui, replacée dans un temps long, permet d’identifier les étapes par lesquelles est passée l’entreprise de colonisation. Trois étapes sont identifiées, définies en fonction du développement territorial en général, et urbain en particulier, qui correspondent aux périodes 1884-1940, 1940-1964 et 1964-1975. On précisera ensuite les conditions qui rendent compte des caractéristiques principales de chacune de ces étapes, en même temps que l’on s’efforcera d’en montrer la transcription matérielle sur le territoire du Sahara occidental. Enfin, l’on insistera sur la manière dont les processus étudiés ont favorisé l’acculturation des populations sahraouies.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été écrit dans le cadre d’un projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

Introduction

1Bien que la bibliographie sur le Sahara occidental soit abondante, comme le montrent les 17 172 entrées du répertoire bibliographique de Gil Grimau (2011), c’est probablement depuis que l’Espagne a quitté le territoire, en 1976, que les publications scientifiques concernant le conflit saharien et ses conséquences pour le peuple sahraoui sont devenues particulièrement abondantes. Comme le montre Francesco Correale, « la littérature existante se renferme en général dans le militantisme – indépendance vs marocanité du territoire – sans approfondir les dynamiques de l’histoire coloniale, en empêchant d’évaluer de façon critique le “fait colonial” au Sahara » (Correale, 2011). Dans ce contexte, il n’existe guère de publications, à l’exception du travail de Meana (2006) sur les origines d’El Ayoun (El Aaiún, ou encore Laâyoune), qui soient consacrées aux politiques d’aménagement et de valorisation du territoire par l’Espagne, quand bien même on peut toujours trouver des informations indirectes dans les mémoires des techniciens et militaires qui ont participé à ces actions, dont certaines n’ont cependant connu qu’une réussite mitigée (Bens, 1947 ; Ríos, 1989 et Fernández-Aceytuno, 2001).

2La plupart des données existantes se trouvent à l’Archivo general de la administración (Archives générales de l’administration) d’Alcalá de Henares (Madrid, Espagne), ainsi que dans différents dépôts dépendant des autorités militaires, au ministère des Affaires étrangères et dans quelques établissements publics héritiers de ceux qui existaient à l’époque (Institut géographique national, IGN ;, Institut géologique et des mines d’Espagne, IGME). Leur accès n’est pas libre car une partie des documents qu’ils renferment est encore soumise à la loi sur les secrets d’État, et d’autres ne peuvent pas être consultés parce qu’ils concernent des personnes encore vivantes. Beaucoup de pièces sont parfois sous scellés, voire non cataloguées, en tout cas inaccessibles. C’est la raison qui explique le médiocre état actuel des connaissances sur le sujet et les contraintes sur la façon d’aborder ces questions. À cela il faudrait ajouter le long conflit armé qui a fait suite au départ de l’Espagne, un processus de paix qui n’avance pas, ainsi que la volonté explicite du Maroc d’effacer toute empreinte de la présence espagnole (que ce soit l’espagnol en tant que langue seconde parlée par les Sahraouis, ou les vestiges matériels, tel le fort de Dakhla qui a été démoli). Tous ces éléments permettent donc de mieux comprendre les difficultés que l’on rencontre au moment d’entreprendre n’importe quelle approche documentée du processus de colonisation de l’ancien Sahara espagnol.

  • 1 La recherche de minerais par l’Espagne fut précédée de rapports élaborés par les services secrets s (...)

3À notre avis, toute étude un tant soit peu fine de la bibliographie et des sources de documentation disponibles sur les processus territoriaux montrerait que les actions entreprises dans le cadre de la colonisation espagnole sur le territoire du Sahara occidental sont davantage la conséquence de l’influence directe exercée par les autres puissances, et particulièrement la France, sur l’Espagne à travers leurs visées sur ce territoire, plutôt que de causes internes. Ce sera là notre hypothèse de départ. En effet, la « course aux colonies », qui traduit l’importance que la concurrence entre les puissances impérialistes a eue sur le développement colonial – en intensifiant sans doute les effets les plus négatifs de cette colonisation –, devient, dans le cas de l’Espagne, le moteur principal des actions sur le territoire sahraoui, qu’il s’agisse du début de l’occupation du littoral, qui visait à protéger le banc de pêche utilisé par les Canariens – outre le fait qu’elle servait aussi à protéger les îles Canaries elles-mêmes – ou du déploiement des postes frontaliers vers l’arrière-pays, ou encore de l’occupation de nouvelles enclaves comme Sidi Ifni. Cette concurrence extérieure explique même le calendrier et les rythmes auxquels furent entreprises les recherches de ressources naturelles, tant l’Espagne se moula en cela sur ce que la France faisait dans les territoires frontaliers qui dépendaient d’elle1.

Le processus de construction géographique de la colonie du Sahara occidental

4La dispersion et la difficulté d’accès aux sources dont nous avons précédemment fait mention, jointes à la rareté d’études disponibles qui traiteraient des questions susmentionnées, nous ont conduit à tenter une première périodisation afin d’expliquer les processus d’occupation du Sahara occidental par la puissance coloniale espagnole et d’identifier les différentes modalités qu’ils ont revêtus. Ce cadre historique devrait nous permettre d’intégrer, à l’avenir, les données provenant de la déclassification continue des documents archivés, et d’enrichir en conséquence, voire de modifier, le schéma interprétatif que nous présentons ici.

5L’Espagne a commencé par occuper un site sur la côte en 1884, qui a été dénommé Villa Cisneros (l’actuelle Dakhla), à la suite de quoi elle a proclamé son protectorat sur 500 km de côtes faisant face aux îles Canaries. Elle avait le projet d’étendre cette présence initiale vers l’arrière-pays, en direction de Tombouctou, mais elle en a été empêchée par les ambitions qu’a eues la France de relier ses possessions au Sénégal et en Algérie.

6Les tentatives ultérieures d’étendre la présence espagnole au-delà de ce premier établissement côtier de Villa Cisneros remontent au premier tiers du xxe siècle. L’Espagne a alors trouvé de l’aide de la part de la France, laquelle avait intérêt à éviter que les groupes qui harcelaient ses troupes se réfugient dans le territoire assigné à l’Espagne, qui demeurait encore mal contrôlé à l’époque. Après la Seconde Guerre mondiale, les relations entre les deux puissances coloniales étant redevenues tendues, l’Espagne est conduite à chercher à nouveau à renforcer sa présence dans l’arrière-pays.

7Enfin, l’existence, puis l’exploitation, de plusieurs gisements miniers provoqueront le développement d’agglomérations et le besoin de coordonner les politiques coloniales des deux pays, ce qui se manifestera à travers de nouvelles actions territoriales, cette fois-ci dans les villes dans la mesure où celles-ci sont les lieux privilégiés par les politiques de sédentarisation, dans les territoires sous domination française aussi bien qu’espagnole.

  • 2 Les premières incursions européennes le long du littoral atlantique du Sahara occidental remonterai (...)

8Ainsi, les actions menées par l’Espagne au Sahara après l’instauration du protectorat sur la côte africaine entre le cap Boujdour (Cabo Bojador) et le cap Blanc (Cabo Blanco) à la fin de l’année 1884 s’expliquent par un ensemble de facteurs aussi bien politiques que militaires, voire économiques, qui s’avérèrent plus ou moins contraignants à telle ou telle période. Les principaux de ces facteurs sont les suivants : la défense des îles Canaries et la protection des zones de pêche fréquentées par leurs habitants le long du littoral saharien ; le souci d’éviter l’installation d’autres puissances étrangères ; les relations de concurrence et d’affrontement avec la France, mais aussi de collaboration forcément nécessaire ; les possibilités d’exploitation des ressources naturelles ; et enfin, à une période plus tardive, les manifestations en faveur de l’indépendance qui se sont exprimées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ces territoires sahariens occupés par l’Espagne2.

9Selon l’importance respective que chacun de ces facteurs a revêtue à telle ou telle période de l’histoire de la présence espagnole, il est possible de distinguer, en fonction des types d’actions menées sur le territoire, trois grandes périodes : 1884-1940, 1940-1964 et 1964-1975. Nous analyserons pour chacune d’elles les modalités et les finalités des actions conduites par les autorités espagnoles en matière d’équipement et d’organisation du territoire, aussi bien en ce qui concerne, par exemple, les travaux portuaires que l’établissement des villes.

Tableau 1. Périodisation de l’occupation espagnole du Sahara occidental.

Première phase de l’occupation (1884-1940)

Fondation de Villa Cisneros (Dakhla).

Aménagement de ports, de terrains d’atterrissage et de hangars sur la côte.

Constitution d’un réseau de postes de contrôle militaire.

Deuxième phase de l’occupation (1940-1964)

1940-1955 : études scientifiques du territoire.

1950, 1953 et 1960 : projets d’aménagement urbain de Villa Cisneros (Dakhla) et El Ayoun (Laâyoune).

1960 : à l’initiative du colonel Villiers, mise en place d’une politique de sédentarisation des Rgaybāt.

Début des prospections pétrolières.

Création de l’Institut national du logement.

Troisième phase de l’occupation (1964-1975)

Mise en exploitation des gisements de phosphates (Bu Crâa), facteur d’une transformation plus radicale du territoire et de mutations plus profondes de la société du Sahara occidental.

  • 3 Nous entendons par « processus d’urbanisation » (ou par « urbaniser ») tout ce qui aboutit à rendre (...)

10L’importance que nous attachons au processus d’urbanisation, lequel passe ici par la création volontariste de villes à l’initiative de la puissance coloniale3, s’explique par le fait que celle-ci ne conçoit le contrôle, l’organisation et l’exploitation de son territoire qu’en exerçant son pouvoir à partir des villes. Dans une région peuplée et parcourue exclusivement par des groupes nomades, elle met en œuvre avec tous les moyens dont elle dispose – bien que presque toujours très modestes – une logique de sédentarisation qui va générer des rapports complexes entre colonisateurs et autochtones. En effet, au bout d’un certain temps, ces derniers vont « se laisser » sédentariser et ce qui apparaît alors aux autorités coloniales comme un « progrès » est ressenti par les nomades comme un processus imposé qui crée, en outre, des formes graves d’acculturation.

1884-1940 : une première phase d’occupation caractérisée par un contrôle territorial très superficiel et la création tardive des premiers embryons urbains

  • 4 Les activités commerciales de l’Écossais Donald Mackenzie ont été le déclencheur de l’expédition du (...)
  • 5 La plus proche des îles Canaries se trouve à une distance d’à peine une centaine de kilomètres du l (...)
  • 6 Mā’ al ‘Aynayn est un shaykh saharien qui vécut de 1830 (environ) à 1910, date à laquelle il mourut (...)
  • 7 Un ribat est une petite forteresse généralement édifiée pour protéger les frontières de l’Islam. Ce (...)

11La défense des îles Canaries face aux menaces françaises et surtout anglaises4, la protection des activités que les pêcheurs espagnols de ces îles effectuaient sur le grand banc de pêche qui s’étend entre elles et la côte africaine5 ont amené l’Espagne à coloniser un territoire parcouru par des nomades, ce qui explique qu’il fut pendant longtemps totalement dépourvu de noyaux permanents de population, à l’exception de Smara, jusque-là un simple point d’eau et carrefour caravanier où Ma’ al ‘Aynayn6 fit construire, en 1898, un ribat7 d’où il lança un appel à la guerre sainte contre les colonisateurs (Français et Espagnols). Le caractère exceptionnel, d’un point de vue historique, de l’occupation d’un territoire désertique dépourvu d’oasis explique pourquoi, pendant plus de 50 ans, c’est-à-dire pendant plus de la moitié de la période qu’a duré son occupation, l’Espagne s’est bornée à établir et à entretenir des postes militaires et de modestes installations de pêche, notamment dans la péninsule du Río de Oro.

  • 8 L’expédition du militaire Cervera, du géologue Quiroga et de l’interprète arabe Rizzo fut envoyée e (...)
  • 9 À la fin de la guerre hispano-américaine, le traité de Paris (1898) impose à l’Espagne de céder aux (...)

12En 1900, la France met fin à la prétention de l’Espagne d’étendre la frontière jusqu’à Tichitt – un projet que montre la carte de Francisco Coello de 1886 (fig. 1) – après les accords signés avec les tribus de l’Adrar Tmar lors de l’expédition de Cervera-Quiroga-Rizzo8. La conséquence principale de cette nouvelle situation géopolitique fut que les Espagnols n’eurent plus la possibilité d’obtenir du sel d’Idjil et qu’ils n’eurent plus accès non plus aux pistes caravanières qui conduisaient jusqu’aux oasis de l’Adrar, voire jusqu’à Tombouctou. Dans cet espace saharien, l’Espagne, par ailleurs très affaiblie par la perte en 1898 de ses colonies historiques9, n’a plus désormais comme possibilité que de limiter son contrôle territorial et sa protection à la zone littorale faisant face aux îles Canaries.

Fig. 1. Les territoires espagnols dans l’Afrique du Nord-Ouest, selon une carte de Francisco Coello de 1886

Fig. 1. Les territoires espagnols dans l’Afrique du Nord-Ouest, selon une carte de Francisco Coello de 1886

Cette carte montre les limites des territoires revendiqués par les sociétés de géographie espagnoles à la suite des accords signés par les tribus de l’Adrar à l’occasion de l’expédition de Cervera, Quiroga et Rizzo (Coello, 1886).

13La mainmise et le contrôle de l’Espagne sur cette portion du territoire saharien n’en entraînent pas moins des conséquences imprévues pour la France, car l’encadrement territorial mis en place, y compris militaire, est si superficiel que cette région devient rapidement un refuge pour les tribus nomades entrées en résistance et engagées dans des combats contre la colonisation française. De ce fait, ce sont les pressions exercées par la France sur l’Espagne qui vont, dans un premier temps, obliger celle-ci à effectuer un certain nombre d’investissements dans ce territoire. Il s’agit, en premier lieu, de la construction dans les années 1920 de pistes d’atterrissage et de hangars pour protéger les avions (en particulier des tempêtes de sable), ces aménagements étant indispensables pour offrir des escales aux avions assurant les liaisons postales entre la France et le Sénégal.

14Les risques encourus par les équipages – et ceux qui pouvaient aussi peser sur les appareils et les matériels – dont les avions avaient été contraints de se poser d’urgence, pour une raison ou pour une autre, dans le désert, ont en effet incité les autorités espagnoles à créer une série d’escales aménagées protégées par des postes militaires. L’une des principales le fut à El Ayoun (El Aaiún), où elle pouvait servir de relais sur la ligne qui desservait Villa Cisneros (Dakhla). Là, une nappe phréatique abondante donne naissance à des sources de bon débit – sources qui valent à la ville son nom – qui ont permis la création d’un établissement humain permanent : la ville de El Ayoun sera effectivement fondée en ce lieu en 1938 (Meana, 2006).

  • 10 Après la Première Guerre mondiale, le Sahara acquit de l’importance comme base d’appui aux communic (...)

15Ultérieurement, après l’instauration du protectorat (espagnol) sur la partie méridionale du Maroc, un aérodrome sera également aménagé au cap Juby10 en 1916 (fig. 2), puis un autre à Ifni, mais seulement, pour ce dernier, en 1934, c’est-à-dire une fois que l’Espagne sera enfin parvenue à assurer son autorité sur cette enclave.

Fig. 2. Plan du village de Cap-Juby

Fig. 2. Plan du village de Cap-Juby

On voit clairement sur le plan la structure de ce type d’établissement à une date non précisée, mais antérieure au plein contrôle par l’Espagne du territoire du Sahara occidental. Cet établissement est constitué de zones militaires et d’une petite agglomération européenne. On distingue également le vaste terrain d’atterrissage pour les avions assurant les liaisons postales et un espace vide, destiné à l’installation temporaire des jaimas (grandes tentes du désert) des nomades.

Source : Archivo General de la Administración.

16En 1939, la guerre civile espagnole porte au pouvoir le général Franco et donne, par conséquent, beaucoup de moyens militaires, politiques et financiers à toute la classe des militaires de haut rang qui y ont participé, qui l’ont accompagné ou l’ont soutenu dans son entreprise félonne. La dictature franquiste crée ainsi une situation foncièrement nouvelle dont les effets vont se manifester dans de multiples domaines, y compris sur les territoires sahariens. Ici, en effet, elle fournit désormais aux autorités la possibilité de mobiliser tout l’appareil d’État et de disposer de moyens supplémentaires pour entreprendre une colonisation plus enracinée et plus efficace ; il ne s’agit donc plus, pour ces autorités, de se contenter d’une défense passive des territoires concernés. Par ailleurs, dès lors qu’elle eut envisagé la possibilité de participer à la Seconde Guerre mondiale aux côtés de l’Allemagne nazie, l’Espagne se prit à penser (la France étant défaite et l’armistice de Rethondes signé le 22 juin 1940) qu’elle pourrait administrer à la place de la France les territoires français d’Afrique occidentale. Et bien que ce double objectif n’ait jamais connu la moindre matérialisation, sa simple formulation n’en a pas moins contribué à ce que, in fine, l’importance stratégique des territoires sahariens soit revalorisée et qu’elle ne se limite plus à une simple ligne de défense des îles Canaries.

Fig. 3. Villa Cisneros d’après une photographie aérienne (photo tournée de 30°), sans date, mais correspondant à la première phase de l’occupation et aux débuts de l’aviation militaire

Fig. 3. Villa Cisneros d’après une photographie aérienne (photo tournée de 30°), sans date, mais correspondant à la première phase de l’occupation et aux débuts de l’aviation militaire

Dans la partie inférieure de la photographie, on peut voir le premier port ouvert sur la baie de Río de Oro. Au nord, on notera le fort (à plan carré) et les installations de l’aérodrome primitif. Les jaimas (tentes du désert) de la population autochtone apparaissent en haut à gauche.

Source : Centre cartographique et photographique, ministère (espagnol) de la Défense.

1940-1964 : une deuxième phase d’occupation caractérisée par l’exploration scientifique du territoire, les projets d’aménagement urbain et les politiques de sédentarisation

17Le nouveau contexte géopolitique est à l’origine de la création d’un réseau de postes de contrôle militaire du territoire qui inaugure en quelque sorte la deuxième phase de l’occupation. Celle-ci se poursuit avec l’étude scientifique du territoire qui s’opère selon le plan élaboré par le géologue Eduardo Hernández-Pacheco en 1941. Les études réalisées révèlent l’existence de diverses ressources exploitables, en particulier de puissants gisements de phosphates découverts par Alía Medina. En 1947, l’entreprise publique Adaro engage les premiers investissements en vue de leur éventuelle exploitation. Les attentes qui découlent de ces projets font peu à peu sentir le besoin de planifier de façon plus rigoureuse l’occupation et la mise en valeur du territoire, avec, en priorité, l’établissement d’une cartographie systématique. Ce programme culmine avec la première carte établie à partir de relevés de terrain effectifs et proposant une transcription de la toponymie hassanya en espagnol ; il est achevé, après un travail acharné, en 1949 (Rodríguez Esteban, 2011a).

  • 11 AGA, 1950. Le document comporte 4 plans différents et est daté de 1950. Archivo General de la Admin (...)
  • 12 Proyecto de urbanización de Villa Cisneros [Projet d’aménagement urbain de Villa Cisneros], Preside (...)

18Parallèlement, des études ont été engagées pour l’établissement de plans d’aménagement urbain. Le premier disponible est celui d’El Ayoun ; il est daté de 195011, ce qui laisse à penser qu’il aurait commencé à être étudié à partir de la fin des années 1940. Quant à Villa Cisneros (Dakhla), qui fut le premier établissement espagnol au Sahara occidental (fig. 3), elle ne compte que 125 constructions au début des années 1950, mais elle n’en bénéficie pas moins, elle aussi, d’un projet d’urbanisation qui est présenté en 195312.

  • 13 La première loi espagnole relative à l’utilisation des sols en milieu urbain ne date que de 1956.

19Malgré le caractère sommaire de ces documents, il convient de les situer dans le contexte général de l’Espagne et de ses pratiques urbanistiques de l’époque. Dans les années 1940, en effet, l’urbanisme n’est pas institutionnalisé dans ce pays ni du point de vue administratif ni du point de vue juridique13. Dans ce contexte, hormis quelques-unes des principales villes du pays (Madrid, Bilbao, Valence), on ne compte que de rares chefs-lieux de province à avoir fait l’objet de documents de planification urbaine. Par contre, un assez grand nombre de villes africaines en ont bénéficié, dont Ceuta, Melilla, Tetuán (Tétouan), Larache ou Alcazarquivir (Ksar El Kébir ou El Ksar) (Terán, 1982). Enfin, pendant l’époque autarcique (entre la fin de la guerre civile et le début des années 1960), il faut rappeler l’importance des opérations architecturales et urbaines liées à la reconstruction du pays et de ses villes après les destructions provoquées par la guerre civile : restauration matérielle, bien sûr, mais aussi restauration symbolique « qui cherche à retrouver [leur] essence traditionnelle » (Terán, 1982).

  • 14 Ce monument religieux est une basilique construite en hommage aux « héros et martyrs de la Croisade (...)

20Or, El Ayoun est un cas particulier pour deux raisons principales. D’abord parce que – abstraction faite de Ceuta et Melilla – toutes les autres villes africaines qui font l’objet d’une planification dans les années 1940 ont beaucoup plus d’importance que ce tout petit village qui comptait à peine, à l’époque, une centaine de résidents européens, dont la tradition urbaine était bien courte et le poids démographique bien léger. Ensuite parce que, au plan symbolique, il s’est finalement trouvé que la plupart de ses bâtiments officiels et monuments (églises) ont été l’œuvre d’architectes très engagés dans le régime franquiste, tel Diego Méndez connu pour ses travaux de restauration du patrimoine national et, plus encore, pour sa contribution à la réalisation du gigantesque mausolée du Valle de los Caídos14, érigé au nord-ouest de Madrid dans la Sierra de Guadarrama, au cours des années 1950-1960, sur les ordres du dictateur lui-même.

21On peut ainsi vérifier que, très peu de temps après la fin de la guerre civile, le régime franquiste matérialise rapidement sur le territoire du Río de Oro – entre autres – le nouveau rôle qu’il veut attribuer à ses colonies, en tant qu’elles sont un élément essentiel de sa politique d’affirmation nationale. L’agrandissement d’El Ayoun et l’érection sur son périmètre de bâtiments ambitionnant la fonction de monuments visent certes à lui permettre de remplir dans de bonnes conditions le rôle administratif que l’Espagne lui a attribué, mais ils visent surtout à lui conférer une valeur symbolique qui est jugée indispensable pour assurer le rayonnement de ce qui deviendra en 1958 le chef-lieu d’une nouvelle province espagnole – ce qui sera le cas lorsque le Sahara occidental sera érigé en province en 1958, dans le but de dissimuler vis-à-vis des Nations unies son caractère colonial au moment où ont lieu les premières indépendances africaines. De fait, c’est bien après la fin de la guerre civile que les investissements dans les projets de développement et les constructions augmentent notablement au Sahara, principalement à El Ayoun et secondairement à Villa Cisneros. Certains de ces projets ont une finalité très matérielle et très précise (réservoirs d’eau, entrepôts, aménagements portuaires), mais la plupart revêtent surtout un caractère symbolique et, bien sûr, politique, militaire et culturel (bâtiments pour les délégués du gouvernement, bâtiments officiels, églises, etc.).

22« Quand je suis allé à El Ayoun – écrit Caro Baroja en 1952 –, il n’y avait que quelques bâtiments militaires et des ruelles autour du souk, qui se composait d’une place avec de petites maisons à coupole. » (Caro Baroja, 2008.) Selon l’Anuario Estadístico de España (Annuaire statistique de l’Espagne) de 1953, El Ayoun ne comptait au début des années 1950 que 251 constructions, dont 188 étaient à usage résidentiel et 43 servaient à différentes activités économiques, le reste étant consacré à divers autres usages, notamment militaire.

Fig. 4. El Ayoun (El Aaiún) en 1960

Fig. 4. El Ayoun (El Aaiún) en 1960

Les premières constructions s’établissent à proximité de la vallée de la Seguia el-Hamra (zone sombre, du fait de l’absence d’eau, sur la photographie). La ville s’étendra ensuite, jusqu’en 1960, sur la première terrasse en bordure de l’oued, essentiellement par le biais d’établissements destinés aux militaires. À gauche de la photographie, on peut distinguer les emplacements pour l’installation temporaire des tentes de nomades. Ce sera là que, ultérieurement, seront édifiées des constructions à usage résidentiel pour les nomades en voie de sédentarisation.

Source : Extrait du vol photogrammétrique de 1960, Institut géologique et minier d’Espagne.

Fig. 5. Villa Cisneros (Dakhla) en 1960

Fig. 5. Villa Cisneros (Dakhla) en 1960

Jusqu’en 1960, le nombre des constructions est très limité. Le faible développement de la ville explique probablement le déplacement, en 1958, de la capitale à El Ayoun. Le petit carré en haut de la photo signale un périmètre agricole expérimental.

Source : Extrait du vol photogrammétrique de 1960, Institut géologique et minier d’Espagne.

1964-1975 : une troisième phase de l’occupation espagnole, caractérisée par l’exploitation des phosphates et une transformation plus radicale du territoire, aussi bien rural qu’urbain

23Ce n’est que vers le milieu des années 1960 que la colonisation espagnole prendra une nouvelle dimension, s’engageant en quelque sorte dans une troisième phase des rapports établis entre l’Espagne et son territoire du Sahara occidental. Le changement procède de la conjonction de deux faits fondamentaux : d’une part, le début des prospections pétrolières, rendues possibles par le vote, en 1958, d’une loi sur les hydrocarbures qui offre un cadre favorable à l’investissement des compagnies étrangères ; et, d’autre part, la mise en œuvre d’une politique visant à retenir sur le territoire de la province la population des Rgaybat, en leur offrant des conditions de vie susceptibles de réduire leur mobilité traditionnelle et d’éviter ainsi que, séduits par l’indépendance des pays voisins (Maroc en 1956, Mauritanie en 1960), ils ne profitent de leurs déplacements pour constituer des groupes armés susceptibles de contester militairement la domination de l’Espagne.

24En décembre 1958, la capitale est officiellement déplacée de Villa Cisneros (Dakhla) à El Ayoun, et l’Espagne promulgue un décret pour le Sahara qui réglemente la propriété du sol et du sous-sol (10 décembre 1958). Quant à la Ley nacional de investigación y explotación de yacimientos petrolíferos (Loi nationale relative à la recherche et à l’exploitation des gisements pétroliers), votée la même année, elle crée trois zones de prospection pour l’Espagne et les territoires placés sous son contrôle : le Sahara constitue la zone III, placée sous la juridiction de la Dirección general de plazas y provincias africanas (Direction générale aux places et provinces africaines) avec un bureau à El Ayoun. Cette zone fera l’objet d’un quadrillage serré et, sur les 108 carreaux ainsi délimités, 52 seront attribués à des compagnies étrangères ou associées, qui investiront de grandes sommes d’argent dans un délai très court. Ces investissements provoquent d’importants changements sur le territoire, spécialement à El Ayoun où s’accroît l’activité de construction, mais aussi ailleurs. De façon peut-être plus anecdotique, on peut rappeler que certains contemporains ont souligné que le temps consacré à la chasse par les cadres de ces compagnies, avec une utilisation systématique de véhicules à moteur et d’armes à feu modernes, a été la cause directe de l’extinction de la gazelle Mohor (Valverde, 2004).

25Pratiquement à la même période (plus exactement en 1960), se rencontrent, à Madrid, le général Diaz de Villegas, directeur général de la Dirección general de Plazas y Provincias Africanas – une administration dont on vient de signaler le rôle à propos du contrôle qu’elle exerce sur l’exploitation pétrolière –, et le colonel Villiers de l’Isle-Adam, adjoint au cabinet militaire du président de la République française ; ils se mettent d’accord pour attirer l’attention des plus hautes autorités espagnoles sur les possibles conséquences que l’indépendance de la Mauritanie pourrait avoir sur les Rgaybat, dont le nombre est alors estimé aux alentours de 30 000. Le colonel Villiers de l’Isle-Adam insiste sur la nécessité qu’il y aurait à prendre rapidement différentes mesures, parmi lesquelles la fixation de cette tribu à cheval entre le Maroc et le Sahara espagnol moyennant des avantages économiques susceptibles de permettre à ses membres de vivre sans continuer à pratiquer le nomadisme, de telle sorte que soient interrompus – ou sérieusement réduits – leurs déplacements habituels au Sud du Maroc, où le risque est grand qu’ils s’initient à des activités à caractère politique.

26Les attentes liées à l’exploitation pétrolière ont cependant vite été déçues. La prospection a rapidement été abandonnée, vu la médiocrité des indices trouvés par les forages, et le fait que, à ce moment-là, de très riches gisements ont été découverts ailleurs sur la planète (principalement au Canada), où les compagnies ont donc transféré leurs investissements. Pour autant, la main-d’œuvre qui avait été requise pendant cette période pour ces activités n’était pas retournée dans le genre de vie nomade d’où elle provenait, tandis que la politique de sédentarisation – que nous venons d’évoquer – ajoutait ses effets pour provoquer une accélération brutale de l’urbanisation. Les autorités espagnoles furent donc contraintes d’entreprendre toute une série d’opérations afin de contribuer au développement économique et à l’aménagement du territoire du Sahara occidental ; ces opérations se concentrent tout particulièrement sur El Ayoun. Rien d’étonnant donc à ce qu’un nouveau plan d’aménagement urbain soit préparé pour cette ville avec le concours de l’Instituto nacional de la vivienda (INV ; Institut national du logement) – un organisme créé en 1939, mais dont l’activité est relancée à la suite de la création, en 1957, du ministère de l’Habitat dans la foulée du lancement des premiers plans (nationaux) de développement.

  • 15 Il est le fils de Ramon Suñer, qui fut chef de la Phalange (organisation politique nationaliste et (...)

27Dans ce contexte, le gouvernement décide en 1961 d’élargir le régime des habitations à loyer modéré (HLM) aux provinces espagnoles d’Afrique. L’année suivante, le ministre des Armées et celui du Logement visitent la zone, à la suite de quoi est entreprise une étude détaillée visant à définir les besoins en logements de ces provinces. Le gouvernement sollicite aussi, sur le même sujet, les autorités locales, chargées de lui remettre un rapport. Au bout du compte, un programme de constructions de HLM est arrêté, à charge pour l’INV – qui y est autorisé par décret – de l’exécuter directement. Pour répondre aux objectifs de sédentarisation et d’urbanisation des populations locales, l’organisme en charge du programme quantifie leurs besoins en tenant compte de leur statut, de leur mode d’occupation et des moyens économiques dont elles disposent. Plus encore, il est tenu compte des recommandations des autorités locales pour « particulariser » les habitations destinées aux Sahraouis et pour éviter de les « juxtaposer » à celles réservées aux Espagnols. D’une manière générale, l’INV essaye de tenir compte des caractéristiques psychosociologiques des futurs occupants. Il s’efforce aussi d’adapter les constructions aux contraintes climatiques d’un désert côtier, telles que la condensation, l’oxydation rapide des éléments métalliques ou les rétractions du sol produites par les changements brusques de la température, afin d’atteindre une « harmonie entre l’homme, le sol, le climat et l’habitation » (ibidem). La réalisation de ce programme ambitieux est confiée à deux équipes placées l’une et l’autre sous l’autorité de Ramón Estaella (inspecteur du ministère du Logement dans les provinces sahariennes), et dont l’une sera dirigée par l’architecte José Serrano Suñer Polo15. Les travaux d’urbanisation (infrastructures) et la construction des bâtiments annexes ont été financés par l’INV sur son budget propre.

28Alors que, à Villa Cisneros – une ville où l’INV est également intervenue –, la plupart des constructions nouvelles étaient concentrées dans la zone centrale (intramuros, si l’on veut), on constate que, à El Ayoun, elles sont alignées selon une direction est-ouest. Les bâtiments et les logements participent d’un nombre réduit de types, car il est envisagé d’en préfabriquer les principaux éléments constitutifs, mais l’INV cherche aussi à combiner ces types pour éviter une trop grande monotonie du paysage architectural (fig. 6a et 6b).

29Quant aux habitations pour les originaires de la province, elles sont conçues comme des logements intermédiaires entre la tente et un logement « européen », et disposées les unes par rapport aux autres dans des blocs qui s’organisent selon un plan hexagonal. Dans chaque bloc, sont regroupées douze tentes qui s’ouvrent sur une cour centrale où les occupants peuvent rester avec leurs troupeaux (fig. 6c).

Fig. 6a. Le Barrio de la Paz (El Ayoun)

Fig. 6a. Le Barrio de la Paz (El Ayoun)

On remarque différents types de constructions (pour les militaires, pour les ouvriers, etc.). Au fond à droite de la fig. 6a, on remarquera les édifices pour les autochtones.

Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.

Fig. 6b. Maisons des « natifs »

Fig. 6b. Maisons des « natifs »

Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.

Fig. 6c. Plan d’un logement pour des « natifs »

Fig. 6c. Plan d’un logement pour des « natifs »

L’ensemble forme un polygone. Chaque « bloc » regroupe douze maisons autour d'une cour centrale pouvant accueillir du bétail.

Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971. Dessin : Fl. Troin, Citeres 2015.

  • 16 Les institutions du régime franquiste prévoyaient un chef d’État (Francisco Franco Bahamonde) et un (...)

30Les ressources phosphatières, bien qu’identifiées depuis plusieurs années, ne sont toujours pas exploitées au milieu des années 1950, suite aux rapports de l’entreprise publique Adaro qui concluent à la non-rentabilité de leur exploitation au vu des prix de l’époque, compte tenu de leur teneur trop faible en minerai, de leur situation géographique (désert, éloignement de la côte) et du coût des infrastructures qui seraient nécessaires pour surmonter les obstacles prévisibles. Quelques années plus tard à peine, cependant, la volonté du gouvernement espagnol de garder le Sahara sous son contrôle en ignorant les appels de l’ONU amènera en 1960 la présidence du gouvernement et Carrero Blanco, en tant que responsable de la politique territoriale au Sahara16, à réunir une commission pour réactiver l’exploitation des phosphates en profitant des plus récentes avancées technologiques. Il est alors décidé en 1962 de créer une nouvelle entité publique, dénommée Empresa naciónal minera del Sahara (ENMINSA), qui connaîtra un grand succès, puisqu’elle découvrira en 1964 le très vaste et riche gisement de phosphates de Bou Crâa (Ríos, 1989).

  • 17 Jusqu’en 1960, les équipements portuaires sur le littoral du Sahara occidental étaient limités à un (...)
  • 18 En 1972, les infrastructures routières du Sahara occidental étaient très limitées et médiocres. On (...)

31C’est avec l’exploitation de cette richesse minière que démarre véritablement la troisième étape du développement économique des provinces sahariennes sous occupation espagnole. Ainsi s’engagent les transformations les plus radicales, tant en milieu rural que dans les villes, qu’ait connues ce territoire, transformations qui, il convient de le noter, se produisent en même temps que l’Espagne entre dans une période de développement particulièrement rapide. L’extraction des phosphates génère en effet des investissements considérables : la construction d’une bande transporteuse d’une longueur de près de 100 km entre le gisement minier (Bou Crâa) et la zone d’embarquement d’El Ayoun ; l’aménagement d’un port accessible à des navires à fort tirant d’eau, alors que la côte est peu favorable à la réalisation d’un projet de cette envergure17 ; enfin, le développement des infrastructures de transport terrestres et aériennes, pour répondre au rapide essor des échanges que provoquent, tout particulièrement, les activités militaires18.

32Les transformations affectent le monde rural. Ainsi, les sondages réalisés lors de la recherche du pétrole ont permis de découvrir de nombreux aquifères, grâce auxquels ont pu être engagées quelques expériences agricoles, par exemple à proximité de Villa Cisneros, à Tiheghir (Tiniguir) ou encore à El Aargub (Aargub). De nombreux puits furent également creusés. En outre, grâce à l’amélioration de la formation d’un certain nombre d’agriculteurs et à l’introduction de matériel agricole moderne, de petites zones irriguées situées au nord du désert – les graras – ont pu être mises en culture (fig. 7).

Fig. 7. Introduction des premiers tracteurs dans les graras de Tarfaya

Fig. 7. Introduction des premiers tracteurs dans les graras de Tarfaya

Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.

  • 19 Un décret de 1966 crée le service public de téléphonie et de liaisons par câbles, et fixe les tarif (...)

33Mais ce sont les noyaux urbains qui ont connu sans conteste, de la fin des années 1960 jusqu’au départ de l’Espagne en 1975, l’évolution la plus spectaculaire, avec une croissance extrêmement rapide de leur population – conséquence d’une sédentarisation opérée en accéléré – et d’importantes opérations d’urbanisme et de construction de logements. Les changements qui en ont résulté pour les populations aux plans économique, social et culturel ont été d’autant plus sensibles que cette période a vu l’arrivée et la diffusion, sur le territoire de la province, de nouveaux systèmes de communication et d’information : téléphones19, radio et télévision (en 1966). Bien que, à cette époque, sévisse une censure extrêmement stricte – dans le territoire comme en Espagne, d’ailleurs –, il n’en reste pas moins que des « idées nouvelles » finirent par se diffuser au sein de la population autochtone.

34Comme on peut le constater sur le graphique ci-dessous (fig. 8), le rythme de la construction s’accélère nettement à partir de la deuxième moitié des années 1960, de sorte que les villes, El Ayoun en premier lieu, dont les bâtiments avaient surtout une valeur symbolique puisqu’ils étaient fondamentalement destinés à affirmer la présence de la métropole dans la colonie, commencèrent à acquérir une fonction économique que l’exploitation des mines de Bou Crâa a inéluctablement confortée. Pour autant, il est difficile d’étudier avec précision les relations existant entre la croissance démographique et l’activité de la construction, car les informations chiffrées fournies par les Anuarios Estadisticos de España (Annuaires statistiques de l’Espagne), lesquels reprennent celles établies par le Gobierno general del Africa Occidental (Gouvernement général de l’Afrique occidentale), sont extrêmement insuffisantes, souvent lacunaires et de qualité médiocre…

  • 20 La population de fait comprend toutes les personnes présentes dans le pays ou la zone à une date dé (...)

35Le peu de fiabilité que l’on peut accorder à ces données chiffrées provient de deux causes. En premier lieu, l’incompétence, voire la négligence des personnels en poste au Sahara occidental en matière d’établissement de statistiques. En second lieu, et c’est probablement la raison principale, la très grande difficulté que les agents chargés d’opérer les dénombrements (ou les recensements) rencontrent pour établir le nombre des « natifs » – c’est le terme employé officiellement –, du fait de leurs structures familiales, des formes d’habitat dans lesquelles ils vivent (des tentes) et de leur mobilité (nomadisme ou semi-nomadisme), tous caractères qui sont très éloignés de ceux qui, dans la métropole, permettent de classer les individus soit dans la population de fait, soit dans la population de droit20.

Fig. 8. Le rythme des constructions à El Ayoun et Villa Cisneros entre 1952 et 1972

Fig. 8. Le rythme des constructions à El Ayoun et Villa Cisneros entre 1952 et 1972

Source : Anuarios Estadísticos de España.

Quelques remarques en guise de conclusion provisoire

  • 21 Ce contrôle est d’évidence militaire, mais il est aussi la conséquence d’actions de guerre : ainsi, (...)

36Aux côtés du processus accéléré de sédentarisation, c’est à l’évidence l’urbanisation qui constitue le principal instrument de contrôle du territoire et d’acculturation des populations21. La société locale, constituée exclusivement de nomades jusqu’à une date récente, fait place à une population constituée de plus en plus de salariés, exploités et soumis, qui vivent dans des villes qui présentent toutes les caractéristiques de cette ségrégation ethnique et/ou culturelle si typique des villes coloniales. J. Caro Baroja (1976) déplore explicitement cette évolution dans un article qu’il intitule : « Un adiós a los nómadas saharianos » (« Un adieu aux nomades sahariens »). El Ayoun présente cependant une spécificité fondamentale en comparaison des autres villes espagnoles du Nord de l’Afrique et du Sahara en ce sens que, bâtie de toutes pièces (ex nihilo) selon un plan et avec un urbanisme récent, elle combine un zoning caractéristique de l’urbanisme rationaliste de l’époque, à savoir une zone centrale cherchant à matérialiser dans ses monuments la force et la domination exercée par la puissance colonisatrice (bâtiments de la Délégación del gobierno/Délégation du gouvernement, église), une zone industrielle, une zone dévolue aux équipements sanitaires, avec des quartiers résidentiels constitués de deux ensembles totalement séparés, l’un réservé aux populations européennes et l’autre aux populations arabes.

  • 22 Les corominas sont des blocs de logements construits par une entreprise dénommée précisément Coromi (...)

37Ce dernier quartier, à savoir celui destiné à loger les populations autochtones, était quant à lui divisé aussi en plusieurs zones, selon le degré de sédentarisation des habitants qu’elles devaient accueillir : les unes comportaient des emplacements pour des tentes (jaimas), d’autres proposaient des logements très sommaires destinés à une occupation temporaire – qui existent encore de nos jours, formant des quartiers possédant désormais une certaine valeur patrimoniale –, d’autres enfin se présentaient sous la forme de corominas22 qui, à leur tour, se distinguaient par la qualité de leur construction ou de leur aménagement selon le degré de collaboration que ceux qui y étaient logés entretenaient avec la métropole (hommes de troupe des groupes militaires nomades ; sous-officiers ; employés des mines de phosphates de Bou Crâa, etc.).

38Au terme de cette évolution, c’est-à-dire quand l’Espagne quitte en 1975 ses possessions sahariennes, leur structure économique a été profondément transformée, tout comme les formes traditionnelles d’occupation du territoire. La sédentarisation d’abord, puis la rapide urbanisation qui en a plus ou moins pris le relais ont quant à elles contribué fortement à reconfigurer la société, marginalisant certains groupes sociaux et en faisant émerger de nouveaux (les militaires, les salariés, etc.), en même temps qu’elles modifiaient très sensiblement leurs repères et leurs valeurs culturelles. Les spectaculaires transformations spatiales dont témoigne la capitale, El Ayoun, au cours du dernier demi-siècle (fig. 9) sont à l’image de la brutalité de ces mutations économiques, sociales et culturelles.

Fig. 9. Les différentes étapes de la croissance spatiale d’El Ayoun (1960-2010)

Fig. 9. Les différentes étapes de la croissance spatiale d’El Ayoun (1960-2010)

Le choix d’El Ayoun comme capitale (en remplacement de Villa Cisneros), les prospections pétrolières, puis l’exploitation des phosphates ont provoqué une croissance accélérée d’El Ayoun (El Aiún) et son étalement spatial. La ville a rapidement débordé de son site initial, sur la basse terrasse de la Seguia al-Hamra, pour s’étaler sur le plateau qui s’étend au sud de l’oued. La carte permet de vérifier par ailleurs que le développement urbain (croissance démographique et construction de nouveaux quartiers) s’est accéléré après le départ de l’Espagne (Rodríguez Esteban, 2011b).

Haut de page

Bibliographie

AA. VV., 1972, Red de pistas del Sahara, Laâyoune, Servicio de Obras Públicas del Gobierno General de Sáhara.

AGA, 1950, Planos Generales de Urbanización del Aaiún [Plans généraux d’urbanisation de Laâyoune], Dirección general de Marruecos y Colonias, Servicio de arquitectura, Archivo general de la administración.

AGA, 1948-1951, Informes sobre las actividades mineras francesas, Archivo general de la administración.

Bens Argandoña F., 1947, Mis memorias: (veintidós años en el desierto), Madrid, Ediciones del gobierno del África occidental española.

Caro Baroja J., 1976, « Un adiós a los nómadas saharianos », Revista Blanco y Negro, publié le 3 janvier 1976. Republié dans Caro Baroja, J., 2008.

Caro Baroja J., 2008 (1955), Estudios saharianos, Madrid, Editorial Calamar.

Correale F., 2011, « La “última guerra colonial” de España y la literatura militar entre memoria y conocimiento », in 7e Congresso ibérico de estudos africanos (CIEA 7): 50 anos das independências africanas: desafios para a modernidade, Lisboa, CEA, 2010, en ligne (consulté le 26 novembre 2012. URL : http://hdl.handle.net/10071/2326

Fernández-Aceytuno M., 2001, Ifni y Sáhara : una encrucijada en la historia de España, Palencia, Simanca.

Gil Grimau R., 2011 (1984), Bibliografía española sobre el norte de África, préface de Alfonso de la Serna (édition polyglotte).

Institut des études africaines, 1971, La acción de España en el Sáhara, Madrid, Instituto de Estudios Africanos (édition en espagnol et en arabe).

Meana J. M., 2006, « El Aaiún de los pioneros : un poblado de los años 40 », Biblio 3W. Revista Bibliográfica de Geografía y Ciencias Sociales, vol. XI, no 627, en ligne (consulté le 19 janvier 2015). URL : http://www.ub.es/geocrit/b3w-627.htm

Munilla Gómez E., 1974, Estudio general del Sáhara, préface de Fernando de Santiago, El Aaiún / Madrid, Instituto de estudios africanos / Consejo superior de investigaciones científicas.

Nations unies, 2006, Demographic Yearbook / Annuaire démographique, New-York, United Nations Publications.

Nations unies, 2011, Demographic Yearbook / Annuaire démographique, New-York, United Nations Publications.

Ríos J. M., 1989, ¡¡Sahara!!¡¡Sahara!! La aventura de los fosfatos, un episodio inédito. Memorias personales de un ingeniero de Minas, Madrid, Fundación Gómez Pardo.

Riesgo J. M., 1989, « Orígenes de la aviación española en el Sáhara », Militaria: revista de cultura militar, no 1, en ligne (consulté le 19 janvier 2015). URL : http://revistas.ucm.es/index.php/MILT/article/view/MILT8989110091

Rodríguez Esteban J. A., 2011a, « El Mapa del África Occidental Española de 1949 a escala 1:500 000: orgullo militar, camelladas y juegos poéticos saharauis », Cybergeo, en ligne (consulté le 19 janvier 2015). URL : http://cybergeo.revues.org/23461

Rodríguez Esteban J. A. (dir.), 2011b, España en África : la ciencia española en el Sáhara Occidental, Madrid, Calamar, en ligne (consulté le 19 janvier 2015). En ligne : http://www.uam.es/sahara-divulgacion

Terán F., 1982, Planeamiento urbano en la España contemporánea, Madrid, Alianza Universidad Textos.

Valverde Gómez, J. A., 2004, Sáhara, Guinea, Marruecos expediciones africanas, Madrid, V&V, t. IV.

Haut de page

Notes

1 La recherche de minerais par l’Espagne fut précédée de rapports élaborés par les services secrets sur les activités minières développées dans les possessions françaises. En ce sens, plusieurs rapports du secrétaire général d’Ifni (entre 1948 et 1951) traitent de l’étendue des mines de fer de la Kedia d’Idjil, de l’existence d’uranium au Maroc français et d’or à Agyuyat, ce qui a motivé le Projet de rapport technique sur les possibilités minières du territoire de Río de Oro élaboré par Juan Antonio Comba en avril 1953.

2 Les premières incursions européennes le long du littoral atlantique du Sahara occidental remonteraient au périple de Hannon, au ive siècle av. J.-C. Vers la fin du xive siècle, Hollandais, Français, Anglais, mais surtout Espagnols et Portugais s’y concurrencèrent pour occuper les meilleurs sites et y installer des comptoirs ; la plupart de ces derniers n’eurent cependant qu’une durée de vie brève. L’Espagne, qui est officiellement en possession des Canaries depuis 1479, réclame au Maroc, après la guerre de 1859-1860 avec ce pays, la possession de l’une des enclaves qu’elle occupe depuis 1524, celle connue sous le nom de Santa Cruz de Mar Pequeña – qui deviendra Sidi Ifni. En 1884, l’Espagne décide de mieux protéger les intérêts de ses ressortissants canariens et installe trois comptoirs sur le littoral du Sahara occidental – Villa Cisneros (actuelle Dakhla, sur la péninsule de Río de Oro), Puerto Badía (Angra da Cintra) et Medina Gatell (Lagouira), à la suite de quoi elle établit son protectorat sur une région qu’elle dénommera plus tard Río de Oro (nom donné par les Portugais à la péninsule ; en arabe Oued ed-Dahab). Ce protectorat s’étend du cap Boujdour (cap Bojador) au cap Blanc (Lagouira). En 1886, l’Espagne organise plusieurs expéditions vers le nord, dans la Saguiat al-Hamra et en direction de Tarfaya, et vers l’Adrar, en plein désert, afin d’élargir sa zone d’influence, mais, étant donné que ces initiatives créent des tensions et des conflits avec d’autres puissances, le gouvernement espagnol évite de proclamer un nouveau protectorat sur ces zones qu’elle vient d’occuper. Les frontières entre le Río de Oro et la Mauritanie (française) sont délimitées en 1900. Quelques années plus tard, peu après l’instauration du protectorat français sur la plus grande partie du Maroc (traité de Fès, mars 1912), l’Espagne constitue également un régime de protectorat sur deux portions de ce même pays : l’une au Nord (Rif), l’autre au Sud, sur la région du cap Juby autour du comptoir de Tarfaya (dénommé Villa Bens pendant l’occupation espagnole), nom qui sera attribué ultérieurement au territoire correspondant au Sud du protectorat. Un traité franco-espagnol de 1912 confirmera ce découpage et les frontières entre ces différents territoires. En ce qui concerne l’enclave d’Ifni, sa possession a été reconnue à l’Espagne par le sultan du Maroc dès 1860, par la France et l’Angleterre en 1904 (convention secrète hispano-française signée à Paris), mais, à cette date, l’Espagne n’était toujours pas parvenue à imposer sa domination dans ce petit territoire – elle n’y réussira réellement qu’en 1934. Au plan administratif, les territoires sahariens du Río de Oro et de la Saguiat al-Hamra sont réunis, en 1946, avec celui d’Ifni, dans une entité nouvelle, qui a le statut de colonie et prend le nom d’Afrique occidentale espagnole. Sa capitale, où réside un gouverneur général, est fixée à Sidi Ifni. Cette entité demeure juridiquement distincte de la partie méridionale des territoires marocains placés sous le protectorat de l’Espagne (Cap-Juby/Tarfaya), même si leur administration relevait depuis 1947 du gouverneur général installé à Sidi Ifni. En 1958, la bande de Tarfaya est restituée au Maroc, la colonie d’Afrique occidentale espagnole est dissoute et remplacée par une entité appelée Sahara espagnol, constituée des deux territoires du Río de Oro et de la Saguiat al-Hamra, lesquels deviennent des provinces espagnoles de plein droit (elles élisent à ce titre des députés aux Cortes). La capitale du Sahara espagnol est alors fixée, en 1958, à El Ayoun. L’enclave d’Ifni sera rétrocédée au Maroc en 1969 et l’Espagne quittera le Sahara espagnol en 1975.

3 Nous entendons par « processus d’urbanisation » (ou par « urbaniser ») tout ce qui aboutit à rendre urbaines des populations, c’est-à-dire la création ex nihilo de villes ou celle d’agglomérations qui, petit à petit, deviendront des villes ; tout ce qui contribue à l’extension spatiale et à l’équipement de ces établissements humains, à leur peuplement et à l’accroissement de leur population, mais aussi tout ce qui participe aux transformations de la culture, de l’organisation sociale, des structures économiques des groupes sociaux et/ou de leurs membres qui passent du monde nomade au monde sédentaire.

4 Les activités commerciales de l’Écossais Donald Mackenzie ont été le déclencheur de l’expédition du militaire espagnol Emilio Bonelli (y Hernando), organisée en 1884 par la Société espagnole d’africanistes et de colonisation pour procéder à l’occupation de la côte entre le cap Boujdour et le cap Blanc. Mackenzie avait, quant à lui, proposé au gouvernement anglais d’ouvrir un canal pour inonder la dépression du Jeuf et fonder un établissement commercial au cap Juby (cf. Pedraz Marcos, 2000 ; Rodríguez Esteban, 2011b).

5 La plus proche des îles Canaries se trouve à une distance d’à peine une centaine de kilomètres du littoral saharien.

6 Mā’ al ‘Aynayn est un shaykh saharien qui vécut de 1830 (environ) à 1910, date à laquelle il mourut à Tiznit. Une approche intéressante de ses actions peut être effectuée au travers du travail de l’anthropologue Julio Caro Baroja, publié dans son livre Estudios saharianos (1955).

7 Un ribat est une petite forteresse généralement édifiée pour protéger les frontières de l’Islam. Ces fortins purent servir aussi de gîtes pour les voyageurs et de refuges pour les mystiques [NDLR].

8 L’expédition du militaire Cervera, du géologue Quiroga et de l’interprète arabe Rizzo fut envoyée en 1886 par la Société espagnole de géographie commerciale (également connue sous le nom de Société des africanistes et de colonisation) pour étendre l’influence de l’Espagne vers l’intérieur du désert. Elle a atteint les fameuses sebkhas où l’on exploitait le sel de roche d’Idjil, dont la valeur économique était élevée. Elle fut aussi l’occasion de signer divers accords avec les tribus de l’Adrar. Les sociétés espagnoles de géographie ont considéré que ces accords étendaient l’influence de l’Espagne vers les zones que ces tribus parcouraient habituellement, mais les accords signés avec la France en 1900 ont laissé les salines d’Idjil du côté de la zone française (cf. Rodríguez Esteban, 2008).

9 À la fin de la guerre hispano-américaine, le traité de Paris (1898) impose à l’Espagne de céder aux États-Unis Cuba, les Philippines, Porto-Rico et l’île de Guam [NDLR].

10 Après la Première Guerre mondiale, le Sahara acquit de l’importance comme base d’appui aux communications aériennes entre l’Europe et l’Amérique, pour l’Espagne, mais surtout pour la France (pour la desserte de ses colonies africaines atlantiques), ce qui contribua largement à rompre l’isolement séculaire de la région. En 1925 fut établie la première ligne aérienne avec l’Espagne (Ríos, 1898, p. 44). L’aérodrome de Cap-Juby (Tarfaya) fut l’une des plus importantes escales des lignes de l’Aéropostale, société privée de transport aérien fondée en 1927 à Toulouse par l’industriel Latécoère (A. de Saint-Exupéry y fut nommé chef d’escale en 1927). Du côté espagnol, la dictature militaire incita en 1929 au regroupement des lignes existantes, ce qui donna naissance à la Concesionaria de líneas aéreas subvencionadas (CLASSA), laquelle, au début de 1931, établit une liaison aéropostale avec les îles Canaries avec escale à Cap-Juby. Lors de la Deuxième République espagnole, CLASSA devint LAPE (Líneas aéreas postales de España) qui, en 1934, ouvrit une ligne régulière entre Séville et les Canaries avec une escale à Agadir et une autre à Cap-Juby. En 1939, IBERIA fit de même sur le même parcours avec des escales à Ifni et à Cap-Juby, à quoi elle ajouta, peu de temps après, une autre ligne reliant Las Palmas à El Ayoun. En 1959 fut créée SPANTAX, qui entreprit ses opérations en transportant des géologues et des techniciens vers les sites de prospection pétrolière du Sahara (Ríos, 1989 ; Riesgo, 1989).

11 AGA, 1950. Le document comporte 4 plans différents et est daté de 1950. Archivo General de la Administración, Alcalá de Henares.

12 Proyecto de urbanización de Villa Cisneros [Projet d’aménagement urbain de Villa Cisneros], Presidencia del gobierno, Dirección general de Marruecos y Colonias, Servicio de arquitectura, Archivo general de la administración, Alcalá de Henares.

13 La première loi espagnole relative à l’utilisation des sols en milieu urbain ne date que de 1956.

14 Ce monument religieux est une basilique construite en hommage aux « héros et martyrs de la Croisade », expression désignant les combattants nationalistes morts pendant la guerre civile espagnole (1936-1939) [NDLR].

15 Il est le fils de Ramon Suñer, qui fut chef de la Phalange (organisation politique nationaliste et fascisante) au début de la guerre civile, avant d’être ministre de l’Intérieur (1938-1940), puis des Affaires étrangères dans les premiers gouvernements de Franco. Le père était par ailleurs le beau-frère du Caudillo [NDLR].

16 Les institutions du régime franquiste prévoyaient un chef d’État (Francisco Franco Bahamonde) et un gouvernement avec une présidence du gouvernement qui fut également occupée jusqu’en 1973 par Franco. En juin 1973, Luís Carrero Blanco lui succéda jusqu’à son assassinat le 20 décembre de la même année. La présidence fut alors temporairement assurée par Torcuato Fernández-Miranda (jusqu’en janvier 1974), puis par Carlos Arias Navarro jusqu’en 1976, au moment du commencement de la transition vers la démocratie. À partir de 1941, Luís Carrero Blanco occupa la charge de sous-secrétaire à la présidence du gouvernement, et en tant que tel, il présidait la Direction générale des colonies qui s’occupait de l’administration civile des territoires coloniaux espagnols.

17 Jusqu’en 1960, les équipements portuaires sur le littoral du Sahara occidental étaient limités à un petit quai à La Guëra (Lagouira) et à deux jetées, de longueur réduite, à Villa Cisneros. Un phare a par ailleurs été construit en 1965 sur le cap Boujdour.

18 En 1972, les infrastructures routières du Sahara occidental étaient très limitées et médiocres. On pouvait y distinguer trois types de voies : des routes asphaltées, de 7 m de large avec les deux voies revêtues (El Ayoun-Cabeza de Playa : 24,5 km ; Villa Cisneros-El Istmo : 40 km ; Güera-Port Etienne : 2 km) ; des pistes asphaltées, dont la largeur pouvait varier entre 3,5 et 6 m (El Ayoun-Smara-Haousa-Jdiriya/Echdeiria-Messeied-Daora-Tah-Cap Boujdour-Guelta (frontière), au total 6 500 km) ; enfin, des pistes de terre reliant les postes de l’arrière-pays, dont seuls les passages les plus difficiles pouvaient être (éventuellement) revêtus. Sur toutes ces voies, cependant, sont plantés des panneaux de signalisation, des balises, des bornes ou sont installés des bidons pour servir de balises (AA.VV., 1972 ; Munilla Gómez, 1974).

19 Un décret de 1966 crée le service public de téléphonie et de liaisons par câbles, et fixe les tarifs.

20 La population de fait comprend toutes les personnes présentes dans le pays ou la zone à une date déterminée ; la population de droit ou population résidente est celle ayant son domicile habituel dans un territoire déterminé (Nations unies, 2006).

21 Ce contrôle est d’évidence militaire, mais il est aussi la conséquence d’actions de guerre : ainsi, l’opération Teide-Écouvillon qui a vu, en 1958, l’armée française intervenir aux côtés de l’armée espagnole a eu comme conséquence, entre autres, une accélération de l’abandon du genre de vie nomade par de nombreuses familles sahraouies.

22 Les corominas sont des blocs de logements construits par une entreprise dénommée précisément Corominas (voir fig. 6).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les territoires espagnols dans l’Afrique du Nord-Ouest, selon une carte de Francisco Coello de 1886
Légende Cette carte montre les limites des territoires revendiqués par les sociétés de géographie espagnoles à la suite des accords signés par les tribus de l’Adrar à l’occasion de l’expédition de Cervera, Quiroga et Rizzo (Coello, 1886).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 2. Plan du village de Cap-Juby
Légende On voit clairement sur le plan la structure de ce type d’établissement à une date non précisée, mais antérieure au plein contrôle par l’Espagne du territoire du Sahara occidental. Cet établissement est constitué de zones militaires et d’une petite agglomération européenne. On distingue également le vaste terrain d’atterrissage pour les avions assurant les liaisons postales et un espace vide, destiné à l’installation temporaire des jaimas (grandes tentes du désert) des nomades.
Crédits Source : Archivo General de la Administración.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 3. Villa Cisneros d’après une photographie aérienne (photo tournée de 30°), sans date, mais correspondant à la première phase de l’occupation et aux débuts de l’aviation militaire
Légende Dans la partie inférieure de la photographie, on peut voir le premier port ouvert sur la baie de Río de Oro. Au nord, on notera le fort (à plan carré) et les installations de l’aérodrome primitif. Les jaimas (tentes du désert) de la population autochtone apparaissent en haut à gauche.
Crédits Source : Centre cartographique et photographique, ministère (espagnol) de la Défense.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4. El Ayoun (El Aaiún) en 1960
Légende Les premières constructions s’établissent à proximité de la vallée de la Seguia el-Hamra (zone sombre, du fait de l’absence d’eau, sur la photographie). La ville s’étendra ensuite, jusqu’en 1960, sur la première terrasse en bordure de l’oued, essentiellement par le biais d’établissements destinés aux militaires. À gauche de la photographie, on peut distinguer les emplacements pour l’installation temporaire des tentes de nomades. Ce sera là que, ultérieurement, seront édifiées des constructions à usage résidentiel pour les nomades en voie de sédentarisation.
Crédits Source : Extrait du vol photogrammétrique de 1960, Institut géologique et minier d’Espagne.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 5. Villa Cisneros (Dakhla) en 1960
Légende Jusqu’en 1960, le nombre des constructions est très limité. Le faible développement de la ville explique probablement le déplacement, en 1958, de la capitale à El Ayoun. Le petit carré en haut de la photo signale un périmètre agricole expérimental.
Crédits Source : Extrait du vol photogrammétrique de 1960, Institut géologique et minier d’Espagne.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 6a. Le Barrio de la Paz (El Ayoun)
Légende On remarque différents types de constructions (pour les militaires, pour les ouvriers, etc.). Au fond à droite de la fig. 6a, on remarquera les édifices pour les autochtones.
Crédits Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 6b. Maisons des « natifs »
Crédits Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6c. Plan d’un logement pour des « natifs »
Légende L’ensemble forme un polygone. Chaque « bloc » regroupe douze maisons autour d'une cour centrale pouvant accueillir du bétail.
Crédits Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971. Dessin : Fl. Troin, Citeres 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 7. Introduction des premiers tracteurs dans les graras de Tarfaya
Crédits Source : Instituto de Estudios Africanos, 1971.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 8. Le rythme des constructions à El Ayoun et Villa Cisneros entre 1952 et 1972
Crédits Source : Anuarios Estadísticos de España.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9. Les différentes étapes de la croissance spatiale d’El Ayoun (1960-2010)
Légende Le choix d’El Ayoun comme capitale (en remplacement de Villa Cisneros), les prospections pétrolières, puis l’exploitation des phosphates ont provoqué une croissance accélérée d’El Ayoun (El Aiún) et son étalement spatial. La ville a rapidement débordé de son site initial, sur la basse terrasse de la Seguia al-Hamra, pour s’étaler sur le plateau qui s’étend au sud de l’oued. La carte permet de vérifier par ailleurs que le développement urbain (croissance démographique et construction de nouveaux quartiers) s’est accéléré après le départ de l’Espagne (Rodríguez Esteban, 2011b).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José A. Rodríguez Esteban et Diego A. Barrado Timón, « Le processus d’urbanisation dans le Sahara espagnol (1884-1975). Une composante essentielle du projet colonial », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 17 mars 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://emam.revues.org/743 ; DOI : 10.4000/emam.743

Haut de page

Auteurs

José A. Rodríguez Esteban

Département de géographie, Université autonome de Madrid

 

josea.rodriguez@uam.es

Diego A. Barrado Timón

Département de géographie, Université autonome de Madrid

diego.barrado@uam.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page