Navigation – Plan du site
Culture et politique

Générations de littérateurs : intellectuels et politique dans le Sahara occidental, 1850-1975

Bahía Mahmud Awah
Cet article est une traduction de :
Generaciones literarias: intelectualidad y política en el Sahara Occidental, 1850-1975

Résumé

Dans cet article, nous explorons l’évolution de la littérature du Sahara occidental à partir de la succession des générations d’écrivains et de poètes dont la production permet de connaître les enjeux auxquels la société sahraouie a été confrontée au cours de son histoire. Le processus de colonisation européenne, à la fin du xixe siècle et pendant le premier tiers du xxe siècle, ainsi que la pénétration coloniale espagnole postérieure à 1958, ont modifié la production littéraire et la fonction des poètes et des intellectuels du Sahara occidental. La lutte anticoloniale d’abord, puis les débats à propos de la portée de la modernité, eurent un fort impact sur une société historiquement bédouine (libre et nomade) et furent au cœur de la production littéraire, avec la poésie comme noyau de cette production. Depuis 1970, une nouvelle génération a pris le témoin et a orienté son travail littéraire vers les fondements de la lutte pour la décolonisation et la libération nationale.

Haut de page

Note de l’auteur

La traduction des poèmes de l’arabe en espagnol a été faite par nous-même, Bahia Mahmud Awah.

Les références en ligne ont toutes été consultées le 3 mars 2013.

Texte intégral

Cet article a été écrit dans le cadre d’un projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol, pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

Les prémices : la première et la deuxième génération composant les âges d’or de la littérature en hassaniya

  • 1 Tribus arabes originaires de la péninsule arabique, en particulier du Yémen, qui se sont installées (...)

1Pour traiter de la littérature hassani et de ses périodes d’essor, il faudrait commencer par ouvrir une parenthèse pour mettre en évidence brièvement les particularités de cette littérature et de son principal moteur, la langue vernaculaire hassanya ou hassaniya [hasanía], comme on la désigne dans quelques bibliographies, qui coexiste avec la langue de la métropole espagnole. Le hassaniya est une des variantes dialectales de la langue arabe, qui diffère des autres dialectes utilisés dans les pays nord-africains et notamment au Maroc. Il est parlé dans une vaste région de l’Afrique nord-occidentale qui comprend le Sahara occidental, la Mauritanie et des zones isolées de l’ouest du Mali et du sud de l’Algérie ; il l’est également dans les provinces méridionales du Maroc (en particulier celle de Tan Tan), jadis incluses dans les limites du Sahara occidental mais rétrocédées au royaume chérifien en 1958. Le qualificatif hassaniya provient de la tribu arabe des Beni Hasan, originaire de la péninsule arabique et appartenant à la confédération des Maquil1, dont l’expansion dans le Sahara et la Mauritanie remonte aux xiiie et xive siècles. Par conséquent, nous pouvons défendre l’idée que cette littérature est autonome vis-à-vis de celle écrite en arabe classique.

2Le premier anthropologue à étudier la culture sahraouie en profondeur fut Julio Caro Baroja, dans son ouvrage Estudios saharianos, publié en 1955, après un séjour au Sahara occidental au cours des années 1950 qui lui permit de se plonger dans cette culture pour la connaître de plus près. Caro Baroja, dans l’introduction anthropologique qu’il consacre à cette société sahraouie, fait la réflexion suivante : « L’analyse de la structure sociale de n’importe quelle communauté peut être menée de points de vue très différents. » Cependant, les plus répandues, d’après Caro Baroja (1990), sont : « (a) l’analyse consistant à examiner cette structure à la lumière de nos propres concepts en la comparant avec la même structure [que celle] dans laquelle on habite ; (b) l’analyse qui la décrit comme on peut croire qu’elle est, selon les valeurs admises par les individus qui vivent en son sein. » En sachant qu’une société peut être étudiée à partir de points de vue très différents, comme le pense Caro Baroja, nous traiterons deux dimensions dans ce travail consacré à la littérature sahraouie et à ses auteurs : 1) la création bilingue en hassaniya et en espagnol, en précisant ses périodes d’essor, en vue d’identifier ses temporalités ; 2) les figures les plus remarquables de cette littérature. Mais, à titre d’introduction, nous mettrons en évidence les particularités de la langue véhiculaire (le hassaniya) qui nourrit la culture et la littérature sahraouies.

3Nous aborderons donc en premier le thème de cette autonomie linguistique, dont nous défendons l’idée. En effet, la littérature hassani du Sahara occidental, située dans le cadre de la grande famille arabe, en montre une variété particulière qui la distingue de façon évidente. On trouve les traits linguistiques de cette spécificité dans sa littérature de façon générale, que ce soit au travers de ses règles grammaticales ou de sa structure phonétique et sémantique, spécificité qui permet la création de vers relevant de tous les genres, même musicalisés pour composer les paroles d’une chanson.

Fig. 1. Tablettes en bois (louh), instruments pour l’éducation scolaire des enfants sahraouis, par le biais desquelles ils apprennent à lire les premiers versets du Coran et les poésies.

Photo de l’auteur.

4Le hassaniya est une langue profondément singulière dans son environnement géographique, du fait de sa double origine afro-arabe et berbère ancienne. En effet, par rapport aux langues parlées au nord de l’Afrique, on peut observer des différences phonétiques et lexicales remarquables avec celles-ci, du fait que le hassaniya a opéré de nombreux emprunts aux langues des cultures noires africaines ou à des langues du berbère ancien, dont la morphologie et la syntaxe ont disparu. En fait, la langue est un moyen d’interroger les réalités sociales et culturelles qui caractérisent une société déterminée. De ce fait, on peut penser qu’étant donné que, dans le territoire du Sahara occidental, l’on parle exclusivement la langue الحسني (hassaniya), et que la culture se base sur une langue propre, cela marque l’identité du territoire car cette langue et cette culture diffèrent des autres langues et cultures de la région, comme la langue et la culture marocaines dans ce cas. En revanche, elle partage la même langue, traditions et littérature avec la Mauritanie voisine. À cela, il faut ajouter le fait qu’il n’existe dans le Sahara occidental aucun noyau dialectal marocain ayant exercé une quelconque influence linguistique, tant littéraire qu’orale, sur le territoire.

5Tout au cours de son long processus d’évolution et des transformations sociales qui l’accompagnent, une culture suit un chemin qui comporte des moments brillants, où elle s’épanouit particulièrement, qui marquent la maturité historique de la société qui la produit. Ainsi, au xxe siècle, la littérature sahraouie en hassaniya a-t-elle connu un essor sans précédent, provoqué par l’apparition de nouvelles couches sociales désormais scolarisées et ouvertes plus largement à la culture, évolution regardée avec méfiance par une génération d’éminents poètes et érudits qui se positionnèrent ainsi comme les gardiens d’un acquis culturel millénaire, différent de celui des autres peuples du nord de l’Afrique ou du Monde arabe en général. D’autres facteurs politiques et sociaux sont aussi responsables de cet essor : la société du Sahara occidental fut progressivement dynamisée, durant cette période de transformations et de progrès social, par une coexistence symbiotique avec une autre langue et une autre culture, à savoir celles de la métropole. C’est avec ces dernières que la culture et la langue hassaniya ont cohabité pendant plus d’un siècle (depuis le xviiie siècle) au Sahara. Nous reviendrons ultérieurement sur cette cohabitation et sur ses conséquences.

6Les peuples créent leur propre identité à partir de leur langue et de leur littérature, comme c’est le cas lorsqu’il s’agit d’un parler et de vers écrits et structurés dans une culture propre et ancrée dans un binôme peuple-territoire. Dans ce contexte linguistique surgirent alors les grands érudits du Tiris (région du centre du Sahara occidental) qui ont acquis et élaboré une culture et une pensée extraordinaires en créant les racines de leur propre culture et de leur société pour les siècles à venir. À partir de là, au cours du xviiie siècle et au début du xixe siècle, se produisit un premier essor de la littérature saharienne qui aboutit à ce que l’on peut considérer comme étant son « premier âge d’or », et qui exprime un bouleversement culturel provoqué par le développement social et politique qu’a connu la culture hassaniya dans son aire d’extension géographique. Les questions que l’on peut alors se poser sont les suivantes : quelles sont les principales figures de cette école de pensée littéraire sahraouie et quelles furent les temporalités de ces périodes d’essor littéraire que l’on peut qualifier d’« âges d’or » ?

7Le dynamisme contemporain de la littérature hassani se produisit après une longue période d’inactivité intellectuelle qui fit suite aux deux premiers âges d’or. Cette inactivité correspond au collapsus de presque un siècle qui entraîna la disparition de beaucoup de poètes et d’hommes de lettres, d’hommes armés d’un livre et d’un fusil qui luttèrent contre la présence coloniale française dans le Sahara occidental et qui y tombèrent. Ces événements survinrent après la mort du shaykh Mā’ al-‘Aynayn en 1910 et la destruction de presque toute l’œuvre des savants et des poètes sahariens du xviiie siècle qui était conservée dans la bibliothèque de Smara, brûlée et détruite par les troupes coloniales françaises du colonel Mouret en 1913 (Flores Morales, 1954).

8Avant ce collapsus, les xviiie et xixe siècles furent une longue période pendant laquelle la littérature hassani connut un grand essor grâce à la pensée philosophique de ses érudits et à l’œuvre poétique féconde de poètes sahraouis comme M’hamed Ould Tolba, shaykh Mohammed al-Mami, shaykh Mā’ al-‘Aynayn ou Mohammed Ould Mohammed Salem. À la suite de quoi un deuxième éveil se produisit, mais ce nouvel essor s’engagea dans un contexte dont les caractéristiques socio-politiques étaient très différentes de celles qui existaient antérieurement. Cet essor est dû aux nouvelles prémices objectives et subjectives que le poète sahraoui commença à ressentir à partir d’une nouvelle configuration sociale, différentes de celle qui caractérisait la société pendant les siècles ayant précédé la domination espagnole. Jusqu’à cette période, en effet, on ne parlait que de la poésie et de l’œuvre de shaykh Mohammed al-Mami, du poète et érudit Ould Tolba et de son chant pour le Tiris, ainsi que de l’œuvre du théologien Mohammed Ould Mohammed Salem, tous les trois appartenant à la même génération. Tous ces hommes de référence des lettres sahariennes n’ont pas laissé indifférente la génération postérieure, qui subit toutefois aussi l’influence d’une autre époque et d’une dynamique sociale autre, celle qui se développera tout au long du xixe et du xxe siècles. C’est alors que, comme résultat de ce nouvel avatar social et politique, se constitua cette génération de poètes et savants qui représenteront, dans la littérature saharienne, la troisième période de splendeur ou le troisième âge d’or. Nous décrirons d’abord les deux premiers âges d’or pour situer ce long processus de transformation – auquel on se réfère en parlant de قطوب او علماء تيرس, c’est-à-dire les érudits ou savants de Tiris – et les figures littéraires qui les ont animés. Puis nous aborderons les caractéristiques de la troisième période.

Fig. 2. Le mont Taziualet, région de Tiris, territoires libérés du Sahara occidental.

Photo de l’auteur.

  • 2 Shaykh Mohammed al-Mami proposa, dans quelques-uns de ses textes, des formules de gouvernement pour (...)

9Le premier âge d’or (xviiie et xixe siècles) est représenté par shaykh Mohammed al-Mami (1792-1865), érudit très célèbre pour ses textes célébrant le territoire, ses chants régionaux dans lesquels il rappelait l’indépendance séculaire de son pays2. Il a exposé sa conception dans le célèbre traité sociologique intitulé Jlil ou Kitab al-Badia (Le Livre de la badia), véritable chef-d’œuvre où sont décrits le mode de vie, les mœurs et les paysages sahraouis. Dans cet ouvrage, l’érudit a proposé des formules de gouvernement pour organiser et rassembler les habitants du territoire, alors groupés en différentes tribus, en vue d’en faire un seul État. Il y établit les bases de l’adaptation de la religion au mode de vie des habitants. Cet homme de lettres remarquable est également l’auteur, entre autres, d’une vaste anthologie poétique avec des titres comme « El Delfín » (« Le dauphin »), « La Cigarra amarilla » (« La cigale jaune ») ou « La Azafranada » (« La safranée »). Shaykh Mohammed al-Mami fut un érudit éminent avec une extraordinaire capacité de développement philosophique, engageant sa réflexion sur la société hassani en général, aussi bien celle du Sahara que de la Mauritanie. Il s’agit d’un savant, partisan de l’interprétation du droit musulman, ce qui fut un enjeu très singulier et nouveau : adapter le droit régnant dans les pays islamiques aux mœurs et au mode de vie nomade des Sahraouis. Aujourd’hui, son ouvrage est une référence capitale pour le patrimoine culturel sahraoui, dont les zawiya (confréries), qui se trouvent au Sahara occidental et en Mauritanie, sont les gardiennes. On y trouve des sources bibliographiques clés sur lesquelles s’appuient certains chercheurs qui étudient la culture hassani en général.

Fig. 3. Page de l’ouvrage Kitab al-Badia, du shaykh Mohammed al-Mami.

Photo d’Antonio Pomares.

10L’une des particularités de ce grand homme de lettres sahraoui fut qu’il écrivit une poésie prédictive, dans laquelle il parlait d’événements qui se produisirent bien après. Il employait cet expédient dans sa poésie pour traduire sa philosophie de manière simple avec le langage traditionnel utilisé à son époque pour que les gens puissent comprendre son œuvre et en faire une application pratique dans leur mode de vie nomade. Nous citons ci-dessous quelques vers sur l’horreur des guerres, à titre d’exemple. Le savant y prévient ses coreligionnaires contre les guerres, car celles-ci sont, selon lui, un mal qui finit par s’abattre sur ceux qui les ont provoquées, sur lesquels retombent des conséquences dramatiques.

التقوقيت الشر لولا ماتقر يسرطها الشر

الشر ماجبر ويعكب المتقوقى التقوقى ابر

محدن لمور متقيب دربالت الخير دمى تنختر

عن ضراعت الشر لمجيبا

خالك بواه كان رد كالت الناس لمشيبا

الشر بواه كل حد ؤجات بواهة امعيطا

« Le cri de la guerre

Le premier cri de la guerre

ne trompe pas.

La guerre l’avale et la guerre

ne cicatrise pas.

Et après, l’horreur, en criaillements, s’éloigne

pendant que les faits

s’absentent.

Les habits sales de la paix sont meilleurs

  • 3 Espèce de tunique de l’homme sahraoui qui n’est portée qu’au Sahara occidental et en Mauritanie.

que la prétentieuse darraa3 de la guerre.

  • 4 Chercheur d’eau de pluie et de puits d’eau du désert, qui part à la recherche de ces lieux à dos de (...)

D’un bauah4 de pluie,

les gens aux cheveux blancs racontent

qu’il a dit :

la guerre, n’importe qui la recherche

mais ils en reviennent tous souffrants. »

11Une autre figure de ce premier âge d’or est M’hammed Ould Tolba, grammairien et poète exceptionnel, érudit qui se distingue par ses vers écrits en hassaniya avec des ressources littéraires et dans un arabe dont la phonétique est spéciale. La géographie nationale et les traditions séculaires de la vie nomade saharienne y sont célébrées. Il est pour cela devenu une référence de la poésie hassaniya, à travers laquelle il a immortalisé des lieux géographiques très significatifs de la région de Tiris, région où il repose dans la paix éternelle à proximité de Galb Eig, au sud de la région de Tiris, soit en un lieu très proche du mont où fut enseveli son coreligionnaire Shaykh Mohammed al-Mami. Ce singulier personnage est principalement connu pour ses très célèbres vers écrits en arabe classique, « Tierra de colinas » (« Terre de collines »), recueillis en 1955 par Julio Caro Baroja dans son ouvrage Estudios saharianos.

ارضىالكراكش لاغبتك ماطرُ تسقى رياضك يا ارضىالكراكش

و كان حصباءك الحمراء من ذهبِ ماهمنا فيك احداد المناقش

« Terre des collines, qu’en toi l’eau ne manque pas

qu’elle arrose tes jardins.

Oh, terre des collines,

les particules de ton sable incarnadin

ressemblent à de l’or,

tant qu’on restera sur toi, nous ne devons pas nous soucier

des pinces pour retirer les épines. »

12La grandeur des plus célèbres représentants des lettres sahraouies en hassaniya, pendant cette première période littéraire du xviiie siècle, peut être mesurée au travers de la figure de Shmeydra Ould Habiboulah, un autre érudit et poète du premier âge d’or, certes peu connu parmi les Sahariens, mais qui est devenu, à la fin de sa vie, professeur à l’université égyptienne du Caire. Les connaissances qu’il avait acquises et qui lui permirent d’occuper ce poste au Caire ont été le résultat, d’après plusieurs auteurs, de son expérience vécue dans sa patrie natale, le Tiris.

Fig. 4. Dayet Lemdeismat, les dépressions fermées où s’abreuvent les dromadaires dans la région du Tiris, territoires libérés du Sahara occidental.

Photo de l’auteur.

  • 5 Le titre fait référence aux facteurs qui empêchent de développer correctement les préceptes de la r (...)

13Une autre figure des lettres sahariennes qui ressort de cette période est Shaykh Mohammed Ould Mohammed Salem, prestigieux érudit du droit coutumier et auteur d’une œuvre monumentale en droit, un volume de 10 000 pages intitulé لوامع الضرر (Los destellos del dañoLes Éclats du dommage5), où il donnait des solutions pour résoudre des différents types de disputes sociales. Ses confrères du Sahara occidental conservent toujours vivant son héritage intellectuel et beaucoup de ses descendants vivent actuellement dans la ville de Dakhla, anciennement Villa Cisneros.

14En avançant dans ce long processus d’évolution et de transformation de la société sahraouie et de sa littérature, nous tenons à souligner que le deuxième âge d’or de la littérature saharienne se fonde essentiellement sur l’œuvre de Shaykh Mā’ al-‘Aynayn, théologien et érudit qui vécut entre 1830 et 1910, mort en exil. Chef de la résistance contre la pénétration européenne dans l’actuelle Mauritanie, il s’exila à Tiznit après la défaite qu’il subit face aux Français qui conspirèrent, pour le vaincre, avec les sultans marocains. Il fut l’auteur de plus de 300 œuvres en différents domaines et constitua une bibliothèque de plus de 5 000 volumes (Domenech Lafuente, 1954), qui contenait les manuscrits originaux d’une grande partie des érudits sahraouis qui le précédèrent. Cette bibliothèque fut saccagée et la plupart des ouvrages qu’elle renfermait brûlés à la suite de la prise, en 1913, de la casbah de Smara – la ville fondée par le shaykh Mā’ al-‘Aynayn en 1898 – par les forces coloniales françaises du colonel Mouret.

15Ces figures furent les plus saillantes concernant la pensée littéraire sahraouie de toute cette période qui a précédé la présence coloniale espagnole dans le Sahara occidental.

16Après le deuxième âge d’or, il apparaît, dans la deuxième moitié du xxe siècle, un important courant littéraire mettant en scène, dans sa poésie, divers sujets d’intérêt politique et social, comme la géographie, les acquis culturels, l’identité face au mode de vie hétérogène issu de la nouvelle cohabitation sociale qu’essaye de promouvoir la politique de la métropole espagnole. Le dynamisme des processus politiques et sociaux et l’essor de la poésie qui s’expriment au travers des œuvres de cette génération, tant dans le territoire du Sahara occidental qu’à l’extérieur, favoriseront ultérieurement la production d’une œuvre littéraire singulière qui débouchera sur un nouveau courant littéraire et constituera donc le point de départ d’une nouvelle période.

  • 6 « Wind of Change » (Le vent du changement) fut un discours historique du Premier ministre britanniq (...)
  • 7 « La Main des Quarante » est l’organisation politique et militaire qui représentait toutes les trib (...)

17Ce mouvement littéraire du xxe siècle surgit comme réponse à la longue période de stagnation qui suivit la première et la deuxième étapes d’essor de la littérature saharienne, dont les ouvrages, comme nous venons de le signaler, furent pour la plupart détruits au début des années 1910. Ce fut un fait d’importance qui servit en quelque sorte de catalyseur pour ce nouveau développement, qui, cependant, procéda fondamentalement de la nouvelle configuration sociale et du passage d’une vie nomade à une vie sédentaire. Cette sédentarisation dans des lieux qui allaient rapidement devenir des (petites) villes fut imposée par la puissance coloniale, dont la politique d’urbanisation devait constituer un instrument privilégié de contrôle de la population et de sa culture. Cela favorisa le début d’une prise de conscience de la nécessité de coexistence pacifique avec la langue et la culture que la puissance colonisatrice imposait sur le territoire, comme il arriva dans beaucoup d’autres pays d’Afrique partagés entre les principales puissances européennes. Cette idée de « coexistence pacifique » a été émise pour la première fois par le professeur Benjamin Talton, de l’université Temple de Philadelphie, dans un travail intéressant sur les enjeux de la décolonisation en Afrique où il montre comment s’établissait cette politique de cohabitation entre colonisateurs et colonisés. À ce sujet, il cite Harold Macmillan, Premier ministre de Grande-Bretagne de 1957 à 1963, qui, dans un discours connu sous le nom de « Wind of Change », déclare : « Le développement de la conscience nationale en Afrique est un fait politique et nous devons le reconnaître comme tel6. » Cette prise de conscience favorisa l’introduction de nouveaux concepts dans la manière de penser des habitants du Sahara occidental, qui commencèrent à « coexister » avec une langue nouvelle, mais aussi avec une conception de l’État totalement différente de celle qu’impliquait le cadre politico-militaire dans lequel ils se mouvaient avant la colonisation, à savoir le Conseil des tribus sahraouies (dénommé يد لربعين7). Tous ces traits ont marqué cette période, que poètes et gens de lettres sahraouis, prudents, examinaient avec du recul et une certaine expectative. Avec eux commença un « nouvel essor littéraire hassani » (نهضت ادب حسنيnahdit adab hasaniya).

18Celui-ci peut ainsi être considéré comme une « renaissance » de la littérature sahraouie, qui rendit de ce fait possible l’apparition de son troisième âge d’or. Celui-ci n’en est pas moins l’héritier direct de la riche production littéraire des deux périodes précédentes et de l’influence exercée dans la société par les pensées philosophiques et la poésie émanant des poètes et des érudits.

Le troisième âge d’or de la littérature saharienne en tant que conséquence des changements socio-culturels au Sahara occidental

  • 8 La badia, ce sont les zones de pâturages (« zones vertes ») que l’on trouve dans le désert après le (...)

19Le troisième âge d’or fut un important mouvement littéraire qui incarna un intéressant débat social au sein de la littérature. Il entraîna un exceptionnel débat de conscience entre les poètes gardiens des traditions sahraouies, pratiquant le nomadisme dans la badia8 et chantant dans leurs vers cet environnement et ce mode de vie ; et les poètes qui, à l’inverse, défendaient leur lien avec la modernité et les opportunités offertes par la métropole coloniale. Salama Ould Eydoud fut le poète qui incarna le mieux le courant littéraire traditionnaliste, tandis que Yedehlou Ould Badah Ould Esid fut le meilleur représentant du courant moderniste. D’autre part, l’apogée de la nouvelle poésie exprime le sentiment national qui anime maints poètes de l’époque, parmi lesquels on peut mentionner Salama Ould Eydoud (1902-1993), Roueyil Ould Emboirik ou Rayel Ould Emboirik, Beibouh Ould Badi Ould Elhach (1929), Louali Ould Mohammed Salem et Yedehlou Ould Badah Ould Esid (1902-1982).

Fig. 5. Érudits sahraouis débattant de littérature et de poésie à l’intérieur d’une tente.

Photo de l’auteur.

  • 9 Opération militaire franco-espagnole destinée à éliminer du Sahara espagnol l’Armée de libération d (...)

20Ils appartenaient tous à la même génération. Ce sont des figures qui suscitèrent, avec leur poésie, des controverses et un débat social sans précédent, remettant en cause la domination coloniale qui aiguisait la conscience sociale, et repoussant les agents politiques externes en brandissant comme arme l’unité du peuple. L’un des thèmes centraux des controverses poétiques résidait dans l’opposition entre la vie au désert et la vie en ville, et les effets de celle-ci sur la culture sahraouie (Gimeno et Ali, 2007 ; Gimeno, 2007). En effet, après l’opération franco-espagnole Écouvillon9, la pression de la métropole pour déplacer les populations sahariennes nomades vers les villes (Correale, 2012) fit surgir une nouvelle morphologie sociale (Moreno et al., 2012), avec la consolidation des villes, de création récente, d’El Ayoun et de Villa Cisneros (Rodríguez Esteban, Barredo, 2015) et leur établissement comme des espaces de référence. Les poètes Salama Ould Eydoud et Yedehlou Ould Esid furent deux figures remarquables des lettres sahariennes qui cherchèrent, dans leurs poésies, à penser l’avenir sans occulter le passé, un passé dans lequel se réfugiait par contre Salama, qui sentait probablement, comme on dit, que : « Le bon vieux temps était un temps meilleur. »

21Ces figures des lettres sahraouies du siècle passé ont conduit la poésie hassaniya à un nouvel âge d’or brillant et remarquable, et ils eurent le mérite de favoriser l’émergence d’une conscience nationale au sein de la population, conséquence de l’antagonisme entre les valeurs prônées par les quelques poètes qui s’étaient récemment sédentarisés dans les noyaux urbains, comme c’était le cas de Yedehlou, et celles de ceux qui cherchaient à préserver avec soin le mode de vie nomade et à jouir de la vie au désert, comme Salama Ould Eydoud, lequel défendait dans sa poésie l’appréciable beauté de la vie traditionnelle saharienne dans la badia. À l’opposé, Yedehlou Ould Esid défendait dans sa poésie son droit à mener une vie de sédentaire, qui lui ouvrait un avenir nouveau, sans pour autant oublier ni refuser le passé. Pendant cette période qui s’étend de 1936 à 1979, et dont les principaux protagonistes furent les quatre poètes susmentionnés (Yedehlou Ould Esid, Salama Ould Eydoud, Beibouh Elhach et Rayel Ould Emboirik), la littérature sahraouie en hassanya a encore connu un moment de renaissance, mais qui diffère par maints aspects de ceux que nous avons déjà pu analyser et qui se sont produits autour des deux générations précédentes, celles des xviiie et xixe siècles.

22Dans ce dernier mouvement littéraire, il n’y eut pas en effet, malgré leurs oppositions, de confrontation idéologique marquée entre ceux qui y participèrent. La raison principale en est que, tout au long de ce processus que l’on appelle en hassanya لكطاع (à savoir « poésie de la controverse », mais qu’il serait mieux de désigner sous l’expression de « débat poétique cultivé »), tous les poètes convergèrent pour exposer à leur société leur opinion conservatrice et critique vis-à-vis de la nouvelle configuration sociale qui s’était inévitablement établie au fur et à mesure de la sédentarisation (et de l’urbanisation) qui accompagnait le nouvel ordre promu par la puissance coloniale.

23Le regard critique porté par les poètes de cette génération sur les transformations en cours révélait ce que beaucoup de Sahraouis n’étaient pas capables de voir ou d’interpréter par eux-mêmes ; il pointait les nombreux domaines de l’activité humaine dans lesquels la culture de la métropole – l’Espagne – avait supplanté la culture sahraouie. Pour ce faire, les poètes se rendaient sous les tentes ou dans les maisons afin de dialoguer avec les gens, afin d’identifier les changements qui leur paraissaient inacceptables pour des porteurs de la culture orale – ce qu’étaient ces poètes. Dans leur poésie, ils mettaient en garde contre le gaspillage, lequel constituait un comportement jusqu’alors totalement étranger à la culture sahraouie, en prenant le terme dans toutes ses acceptions, politique, morale, identitaire ou culturelle. Ils dialoguèrent au travers de leurs vers, en utilisant des pseudonymes, avec les notables qui géraient localement les affaires politiques, en particulier avec les chioukh de la Djemaa (Assemblée générale), qui représentaient les habitants du Sahara occidental auprès des Cortes espagnoles.

  • 10 Informations obtenues lors d’un entretien réalisé en 2008 par l’auteur (Bahia Mahmud Awah), par ail (...)

24Outre la large diffusion, sous forme orale, de leurs vers au sein de la population, ces poètes surent également être présents dans les programmes de radio, surtout dans les émissions consacrées à la littérature et aux arts populaires, afin de faire passer au travers de leurs courts poèmes des messages visant à dévoiler au peuple des choses qu’ils estimaient essentielles à sa prise de conscience. On peut signaler à ce propos l’influence exercée par le poète visionnaire Salma Ould Brahim, plus connu sous le pseudonyme de « Belga ». Dans les années 1970, il écrivait, sous pseudonyme, pour la station émettrice d’El Ayoun des poèmes codés et pleins de sous-entendus, afin de sensibiliser les gens au mouvement de libération nationale sahraouie, le Front Polisario10, qui venait de naître.

« J’ai un coq qui cette année

couve ses œufs.

L’un de ses œufs entonne son chant.

Et je demande à ceux qui détiennent le pouvoir,

pour qui garde-t-on cet œuf ? »

25Dans les dernières années de la présence coloniale espagnole sur le territoire, Salma Ould Brahim « Belga » jouait comme d’autres poètes son rôle vis-à-vis du rassemblement de la conscience nationale autour de la révolution sahraouie (Robles et al., 2012). Le coq, d’après lui, symbolisait le pouvoir colonial et l’œuf qui chante évoquait le processus de libération sahraouie. Pour parler du résultat de cette domination, Belga disait que le coq avait couvé un œuf. Il est illogique qu’un coq couve un œuf, cependant Belga exploite cette ressource de l’imagination pour expliquer en termes simples la domination coloniale et le processus révolutionnaire qui permettrait d’en rompre les fers. Belga écrivait peut-être en s’inspirant de la doctrine poétique et philosophique de la génération précédente, en suivant par exemple le savant shaykh Mohammed al-Mami (1792-1865) lorsque celui-ci prédit trois siècles à l’avance, dans ses vers, l’apparition d’un mouvement qui favoriserait le regroupement des Sahraouis pour faire face à leur voisin du nord.

الصحرء دارت قفار ولجبه حاجبه لخظر

المغرب بنيه شار اركب عنهى واحدر

« Le Sahara mit son bonnet sur la tête

devant, il y a son front vert.

Le Maroc la vise à travers sa mire,

tire vers le haut, et tire vers le bas, mais n’y réussit pas. »

26La façon de construire ce genre de dialogue et de conduire un tel débat politique, dont la connotation est conservatrice, entre Salama Ould Eydoud et Yedehlou Ould Esid fut tellement brillante qu’aucun des deux opposants ne s’est jamais essayé à produire des satires ironiques contre son adversaire ; chacun a préféré, au contraire, se concentrer pour faire en sorte que ce débat poétique, entre hommes cultivés et ouverts, soit du meilleur niveau possible. D’autres poètes adhérèrent à ce mouvement littéraire dont les thèmes se répandirent dans la société à un niveau supérieur à celui de la période coloniale. La large diffusion de ces idées s’explique sans nul doute par le fait que, à ce moment-là, les traditions et les valeurs morales de la société sahraouie se modelaient (en se diluant progressivement) sous l’effet de leur cohabitation avec la culture espagnole ainsi que d’une sédentarisation et d’une urbanisation qui concernaient une part sans cesse croissante de la population. Tout ce processus témoigne de la forte influence exercée par la métropole sur la culture locale, ce que quelques poètes ont conçu comme un antagonisme : la vie traditionnelle à la campagne et la nouvelle vie en ville.

27Dans le poème qui suit, on peut constater le zèle avec lequel Salama Ould Eydoud décrit son mode de vie et manifeste son attachement à la beauté de l’environnement géographique et au mode de vie traditionnel. Or, c’était un mode de vie que Yedehlou Ould Esid avait pour sa part quitté, sans pour autant le renier, pour vivre dans les premières agglomérations urbaines nouvellement créées et tenter d’ouvrir de nouveaux horizons dans un monde plus moderne, où un plus grand nombre d’opportunités s’offrait aux habitants.

كول الجدأهلو عن مسحوب ذ الوكر الي يشرح لكلوب

من تيشية لين المحجوب للكتم لعكيدت ديان

مسحوب امللي بشبشوب ومسحوبين اركاب ايشركان

واللي من فم الى عركوب لكلات ومكفى درمان

هذا فيه ازمان ومطروب لهنا والكمر والسيحان

وكولولو عن مزال اركوب البل في الصحراء والبيظان

وآنا عندي من وجه اراي اعليه انو يتكدم جاي

لحكتو من جميع اشياي يسدر هون افذو لوطان

« Dites à Yedehlu que cette demeure

qui nettoie l’âme n’est que de l’eau,

de Tishia à El Mahyugb,

de El Guetma au puits Deyan,

aussi de l’eau à Basabshub

et dans les monts d’Ergab Ishirgan.

Il a plu de là au versant sud de Leglat,

au nord de Derraman.

Et que sur ces lieux, leurs gens débordent de joie,

jouissant de la pleine lune et de la transhumance,

et dites-lui que dans le Sahara

il y a encore des cavaliers

et des hommes de lettres,

et je ne peux que lui conseiller,

parmi d’autres exhortations,

de venir par ici,

qu’il doit y faire une promenade

dans ces lieux de sa patrie. »

28La poésie, véhicule de la prise de conscience de ces poètes, rencontra l’intérêt de la population du Sahara occidental et raviva une conscience sociale endormie par la politique coloniale. Ce fut aussi le cas parmi les Sahraouis résidant en Mauritanie et dans la ville marocaine de Tan-Tan. Le nouveau langage et la nouvelle rhétorique, qui utilise des concepts tels que patrie, peuple, identité, et opère des emprunts linguistiques à la langue espagnole, constituent une nouveauté ; ces concepts vont constituer une thématique récurrente à l’occasion de toutes les confrontations poétiques qui se dérouleront pendant le troisième âge d’or.

29Cette génération de grands poètes favorisa sans doute la création d’une avant-garde et servit à influencer et à inspirer la génération postérieure, qui lui succéda pendant la deuxième moitié du xxe siècle. Ce groupe de poètes, qui appartient aux générations nées en 1928, 1936 et 1958, sera à l’origine de l’émergence ultérieure de figures saillantes qui impulseront un nouveau cycle d’événements sociaux et politiques affectant tout le territoire du Sahara occidental. On les retrouvera en effet tout au long du processus de décolonisation et de libération nationale. Si, dans les temps précoloniaux, la poésie subissait l’influence du genre lyrique, avec l’évocation de la terre et de la beauté de ses dunes et des femmes, maintenant, avec le nouveau scénario social et politique, le poète modifie son registre pour écrire des vers plus engagés qui tiennent compte du moment de convulsion politique de la société dans laquelle il vit et au moment où il y vit. C’est par exemple ce qu’exprime avec beaucoup d’humour le poète Beibouh :

« Auparavant, le thème d’actualité [dans la poésie] concernait ce que les femmes et les hommes disent ; ce thème était vraiment le roi, dans toute cette poésie consacrée aux femmes, ainsi qu’aux hommes qui chevauchaient au dos d’un chameau pendant très longtemps afin de voir une femme ; mais, dès la révolution, on ne pose plus jamais de question sur aucune… [rires de sa femme et des membres de l’équipe]… traduis-le cela aussi [ceci est dit en s’adressant à moi, l’auteur-intervieweur]. Nous les fuyons, car nous ne nous intéressons plus à elles… [rires à nouveau]. »

Entretien avec le poète Beibouh, 2010, camp de réfugiés sahraouis, Tindouf (Algérie).

  • 11 La « révolte de Zemla », du nom du quartier d’El Ayoun appelé aussi Casas de Piedras, est la premiè (...)

30Heureusement, cette génération vécut et accompagna de sa poésie la naissance du processus de libération sahraouie, aussi bien la révolte de Zemla11 en 1970 contre la puissance colonisatrice espagnole que la création du mouvement de libération (Front Polisario) en 1973, ou encore la proclamation de la République arabe démocratique sahraouie (RASD) en 1976. Dans ce groupe, on peut citer Beibouh Ould El Hach Ould Budi (membre de la génération précédente), Badi Ould Mohammed Salem, Ljadra mint Mabrouk, Bachir Ould Ali Abderrahaman, Sidibrahim Ould Salama Ould Eydoud, Mouloud Ould Husein, Zaim Ould Alal, Elhasin Ould Brahim, Bonana Ould Bouseif, Moustafa Ould Elbar, Alal Ould Daf et Ahmed Mahmoud Ould Omar.

31Badi Mohammed Salem, le doyen de cette génération, définit ainsi le labeur du poète : « La poésie est comme un jardin potager où l’on sème et où l’on récolte, mais avant de récolter, il faut cultiver le jardin, labourer la terre, la protéger du vent, éliminer les mauvaises herbes. » (Pomares Pascual, 2003.) Badi affirmait ainsi que, pour être poète, il faut naître et se cultiver dans l’acquis culturel de sa propre société. La relation avec la terre et l’attachement au territoire d’origine ont toujours été présents dans la poésie de ces grands auteurs classiques sahraouis.

32À titre de comparaison, nous présentons ci-dessous un extrait d’un poème de feu Mohammed Ould Mohamed Salem, poète classique sahraoui, écrit dans le courant des années 1950, lors d’un voyage qu’il entreprit dans une Mauritanie alors française. Le poète s’adresse à sa monture, à son dromadaire donc, qui avait été enfermé par les militaires français dans une cour pour avoir décoché une ruade à une autruche élevée par un haut militaire colonial français, et lui cassant une patte (Gimeno, Martín Pozuelo, 2010). Le dromadaire s’appelait Shiak (Illusion). Mohammed Ould Mohammed Salem souffrit profondément en allant voir son dromadaire, alors que celui-ci était enfermé et avait les yeux pleins de larmes. Cette vision le poussa à écrire ce poème par lequel il encourageait sa monture, dans un dialogue intime, à ne pas pleurer et lui annonçait que, bientôt, ils repartiraient vers leur patrie et reverraient beaucoup de lieux dont le dromadaire et le maître rêvaient.

« Shiak, arrête tes larmes,

débouche tes oreilles,

éteins ta tristesse et ne pleure pas. […]

Ton courage reviendra

lorsque tu verras luire au loin Lareiguib.

À Teniouleg, tu n’auras pas à demander Azaig,

car tu l’as en face de toi,

et, à Azaig, il n’y a qu’un pas jusqu’à Touizerfat. »

33Le public habituel des médinas, qu’il s’agisse de celles de Bagdad, de Damas, d’Alger, de Beyrouth ou de Sanaa et, plus encore, de celle de Rabat, ne prend curieusement aucun plaisir à cette littérature hassanya. Cependant, le charme de ses vers et gammes littéraires exalte les gens qui vivent dans les grands espaces désertiques qui s’étendent depuis la Saguiat al-Hamra jusqu’au Hawd mauritanien, à son extrémité orientale, c’est-à-dire jusqu’aux limites septentrionales historiques du Sahara occidental (jusqu’en 1958), ainsi que ceux qui, autochtones sahraouis, résident dans la ville désormais marocaine de Tan-Tan. Ainsi, constituée à partir de caractéristiques anthropo-linguistiques spécifiques, on peut dire que la littérature hassanya a créé sa propre identité qui procède de ce que ses auteurs sont immergés dans une société de culture hétérogène afro-arabo-berbère, qui assoit ses fondements dans l’héritage déjà mentionné.

34Nous avons déjà fait allusion, dans ce qui précède, à la cohabitation tout à fait particulière entre les deux langues du territoire, le hassanya et l’espagnol. Cette coexistence a débouché sur un riche métissage littéraire constitué d’emprunts lexicaux réciproques entre ces deux langues. L’échange linguistique entre les deux littératures est apparu pour la première fois dans des métaphores figurant dans des poèmes qui ont alimenté la controverse entre Salama Ould Eydoud et Yedehlou Ould Esid dans les années 1960-1970. Parmi les principaux résultats de cette cohabitation linguistique, on peut citer les premiers poèmes bilingues, des khardjas, dont les thèmes principaux sont l’amour et la séduction à l’occasion de mariages ou de fêtes populaires. Chez Salama et Yedehlou, cette influence linguistique va au-delà du cadre de la vie quotidienne et personnelle des poètes ; elle nourrit, par l’intermédiaire de la rhétorique littéraire qu’ils déploient, leurs nombreux poèmes critiquant le régime de Franco et la monarchie espagnole. Dans ces poèmes, on peut déceler l’influence linguistique entre les deux langues, quand, par exemple, les mots ou expressions empruntés à l’espagnol conservent exactement la même valeur métaphorique dans le poème en hassanya.

حسن يا اقلان البارح سحفن واكفلت ماجان من دوني لكس

وسحفيت وذ انا منسابى كباس

« Ah, Galana, hier soir, Hasana

m’a consternée,

et toi gratuitement, au nez

tu as fermé la puerta de la casa [maison],

je suis abattu avec juste raison,

  • 12 Les mots soulignés sont des mots espagnols, transcrits avec l’alphabet arabe, qui entrent dans la c (...)

je suis là et qu’est-ce qui pasa12 [se passe]. »

35Dans ce même dialogue poétique évoquant la dispute de deux amis à propos d’une jeune fille, Yedehlou, apparemment gêné à un moment donné dans la soirée par la rigidité des organisateurs qui chassaient des jeunes turbulents, s’est adressé, soucieux, aux griots, igauen, avec ces vers de protestation.

خيمت رك ؤظنتى و اطبله مسنتى و اجوق و الهل

ولي كامل جاكم مايسمع ماه ال ال ؤ ياانهول استئ اون كوس مل

« C’est la tente d’un mariage où l’on bavarde

avec joie et allégresse,

et tous ceux qui s’y rendent,

n’entendent que hala, hala ! [allez, allez !]

Oh, des musiciens, esto es una cosa mala ! [c’est une mauvaise chose !] »

افكك من باس العينين و فكك من باس المقواس

تعرف بين ازين امن الشين و تعرف بين الظلع و اراس

يقير انا ذلفن امكسيه اتكدم ول فيه اطراس

جاوبني بربيظو فيه ول ديك يا اداه اباس

« Que Dieu te garde du mauvais œil,

qu’il t’épargne la douleur,

tu sais distinguer le bien et le mal,

et tu sais différencier entre la tête et une côte.

Mais moi, dans ce chant, je m’abrutis,

avec en avant ou avec atrás [en arrière],

Et répondez-moi avec rápido [vite],

cher grand-père, ou diga paso [dites « je m’en fous »]. »

يا الي بيعلك مولن لغن فات اكبيل ارء ماس

خاتر لكطاع يغير انا ذلخاتر عند ماه خاس

و انت عند اطراس الي كلت و ديك و اربيظو و اطراس

مانك له تسلك لوعت افرنكو و ريو و اباس

« Toi, à qui Dieu a accordé la poésie,

tu fais davantage,

tu préfères la controverse

mais ce que tu veux de moi n’est pas nécessaire.

Et toi, en atrás [en arrière], tu as dit,

même en disant rápido et atrás,

tu ne m’échapperas pas, même

  • 13 Ce poème est la réponse au poème précédent, où le poète avait utilisé des emprunts à l’espagnol en (...)

en étant Franco, son rey [roi] et paso [je m’en fous]13. »

36Cette hybridation des langues s’est aussi produite dans le sens inverse. Julio Martín Alcántara, écrivain et militaire espagnol, imprégna sa poésie de la langue hassanya, et, au nom de l’amour qu’il portait à la terre dont elle était issue, il écrivit en 1950 les vers suivants qui, à l’évidence, témoignent de la possibilité d’une coexistence harmonieuse de la langue hassanya et de la langue de la métropole.

«[…] Tengo una barca con remos

hechos de azul y de sal

  • 14 Il fait référence à askaf, une plante de la badia, la campagne, qui est très appréciée par les drom (...)

y tengo “execaf14” y camello

por si quieres caminar.

Dime tú

lo que prefieres. Si contar

las arenas del desierto

o las espumas del mar.

Y después,

sin prisa en el caminar,

por la Hamada y Smara

Y Guelta Zemmur, a Tichlá.»

« J’ai un petit bateau à rames

fait en bleu et en sel

et j’ai execaf et un chameau

si tu veux monter.

Dis-moi, toi

que préfères-tu ? Compter

le sable du désert

ou les écumes de mer ?

Et après,

sans empressement, marcher,

dans la Hamada et Smara

et Guelta Zemmur, vers Tichlá. »

37Nous venons d’évoquer les trois périodes glorieuses que la littérature sahraouie en hassaniya a connues, sans négliger les liens très étroits que ses auteurs ont noués avec la littérature espagnole au travers de sa langue. Nous allons maintenant examiner les fondements qui sont à la base de la première génération ayant pratiqué le métissage littéraire entre les deux cultures.

La génération de l’âge d’or de la littérature du Sahara espagnol dans les années 1960 et 1970

38Le surgissement d’une élite culturelle dans le Sahara occidental se produisit au sein d’une société ayant plongé dans un processus sans frein de développement socio-politique et culturel ; d’où l’effort que fait cette élite pour justifier le terme complexe d’« intellectuel » pour être reconnue avec sa propre philosophie et la nouveauté de ses apports, indépendamment de sa position vis-à-vis du discours politique de son temps. Le niveau de formation qu’atteignit cette génération et les circonstances politiques que ses membres durent vivre furent des paramètres déterminants pour obtenir sa reconnaissance au sein de la société dont elle était issue. Dans les pays du tiers-monde, en effet, mais surtout en Afrique et en Amérique latine, les intellectuels sont d’abord une « production » du système colonial lui-même, avant que d’être issu des États ayant acquis leur indépendance, au sein desquels ils consolident leur position par rapport aux gouvernements transitoires qui se succèdent. Tout au long de cette période complexe de transformations et d’évolutions sociales, les nouveaux dirigeants développent, en quelque sorte, une pensée qui ne s’oppose pas à la philosophie selon laquelle ils exercent leur politique de domination, ce qui constitue le scénario d’apparition du nouveau penseur.

39C’est bien cela qui est arrivé au Sahara à partir des années 1960 et 1970, lorsque surgit la première génération d’intellectuels au sein de laquelle figuraient ceux qui deviendront les pionniers d’une littérature sahraouie en espagnol. C’est une situation très semblable à celle que connurent beaucoup d’intellectuels algériens du siècle passé (xxe siècle) dont la formation fut acquise dans le cadre de la colonisation française. En ce qui concerne le Sahara occidental, la puissance colonisatrice commença à orienter, dans les années 1960, sa politique éducative et culturelle en faveur de la scolarisation d’un assez grand nombre de jeunes Sahraouis, en leur offrant des bourses couvrant l’ensemble de leurs frais pour poursuivre leur scolarité dans des établissements de la péninsule ibérique ou des îles Canaries. La stratégie de la puissance coloniale consistait évidemment à les éloigner de leur terre d’origine pour éviter qu’ils ne participent au mouvement indépendantiste qui commençait à se développer à ce moment-là. Jusque-là, la colonie n’avait pas vu émerger un groupe d’intellectuels dont les idées auraient pu mettre en cause le système décadent que la puissance colonisatrice s’efforçait de pérenniser. Par contre, à la même époque, les colonies portugaises et françaises en Afrique se trouvaient quant à elles engluées dans des luttes pour l’indépendance dont les protagonistes, de jeunes meneurs, avaient été formés dans le système colonial lui-même pendant les périodes de domination coloniale. Mais, au Sahara occidental, il faudra attendre encore plusieurs années avant de constater l’éveil – de la conscience nationale – des jeunes que le système essayait d’apprivoiser avec sa politique d’insertion dans l’administration, par exemple au travers des notables sahraouis ou chioukh, désignés comme représentants des populations autochtones auprès des Cortes espagnoles.

40Ces premières générations éduquées et cultivées ne disposaient d’aucune latitude pour cohabiter sans afficher leurs revendications sur ce à quoi elles estimaient ne pas pouvoir renoncer. Les puissances coloniales n’admettent jamais que l’on désobéisse à leur politique, ce qui entraîna inéluctablement de violentes crises sociales et politiques. Elles utilisèrent et manipulèrent les appartenances tribales, par des moyens et sous des formes variées, pour établir leur influence, et elles instrumentèrent les lignages pour contrôler une population qui se caractérisait par sa segmentarité. Mais lorsque se manifestèrent des signes de changements supplémentaires, tels que l’apparition d’embryons de « bourgeoisies nationales » ou l’amorce d’une classe moyenne autochtone, les tissus sociaux commencèrent à se déliter, puis à se déstructurer. Tout conduisait alors à l’éveil d’une conscience nationale qui marqua les esprits et alimenta les actes de ces générations de jeunes Sahraouis et Africains qui étaient parvenus jusqu’au baccalauréat et l’avaient souvent obtenu.

  • 15 Dans le cas du Sahara occidental, un exemple de cette politique peut être trouvé dans l’Organisatio (...)

41Confrontées à cette situation, les puissances colonisatrices créèrent des partis fantoches ; elles utilisèrent souvent, pour ce faire, la religion ; et, dans beaucoup de pays d’Afrique noire, elles recrutèrent des jeunes pour les incorporer dans des organisations de jeunesse paramilitaires afin de les déporter hors de leurs pays, ce qui était un moyen d’éviter qu’ils jouent un rôle perturbateur à l’intérieur des territoires colonisés15.

  • 16 Sidi Brahim Basiri est le premier intellectuel sahraoui à avoir obtenu une licence en journalisme d (...)

42Au Sahara, après la rébellion de Zemla (Casas de Piedras) en 1970, et l’apparition du premier mouvement nationaliste mené par un intellectuel, Sidi Brahim Basiri16, appartenant à cette génération d’Or, l’Espagne a fait évoluer sa politique de séduction de la jeunesse étudiante. Elle prit en effet l’initiative de faire construire deux lycées dans les deux principales villes du pays : l’un à Dakhla, l’ancienne Villa Cisneros, et l’autre à El Ayoun. Ces établissements comportaient des internats pour accueillir les élèves qui finissaient leurs études secondaires dans les petites villes. Cette période, qui se voulait être celle d’une forte imprégnation doctrinale des jeunes Sahraouis, connut son apogée à la fin des années 1960 et 1970. Cependant, elle ne correspondait qu’à la partie visible de l’iceberg, tant il est vrai qu’elle n’empêcha nullement l’émergence d’une nouvelle génération étudiante prête à continuer la tâche que la répression de la manifestation de Zemla avait (provisoirement) étouffée et à lutter pour qu’un « nouveau jour » se lève. Cette relève sera le fait d’un groupe restreint de lycéens et d’étudiants, pour les premiers scolarisés au Sahara occidental, et pour les seconds engagés dans les premières années de leurs études universitaires dans des établissements d’enseignement supérieur espagnols, ou, pour quelques-uns d’entre eux, dans des pays arabes voisins, comme l’Algérie et le Maroc.

43La puissance coloniale s’efforça de déployer le plus largement possible sa politique de diffusion de la langue, qui était pour elle un instrument de contrôle des populations, en particulier en direction de segments de la population aussi importants que les militaires « natifs » et les enfants au début de leur scolarisation. Elle a de ce fait abouti à marginaliser toute une génération, composée de jeunes qui ont été éloignés de leur littérature et de leur langue, tant le hassanya que l’arabe classique, ce dernier n’ayant été introduit dans le système éducatif qu’au début des années 1970. Cela provoqua un profond enracinement de la langue castillane dans la culture et la littérature de ceux qui étaient les jeunes de l’époque, ce qui constitue le legs le plus important que la métropole a laissé après son départ. Cette langue et cette littérature sont ainsi devenues un patrimoine pour les Sahraouis.

44L’incorporation tardive de l’arabe dans le cursus d’enseignement en vigueur au Sahara occidental entraîna l’apparition d’une génération formée dans la langue de la métropole, bien cultivée et en même temps instruite en langue hassaniya et dans sa littérature, ce qui détermina, plus tard, l’apparition d’une nouvelle génération d’élites capables de s’exprimer dans les deux langues et cultures à la fois.

45Pour les Sahraouis, il faut comprendre que l’espagnol joue un rôle de langue de résistance face à la domination du français dans la région, ce qui leur permet, en quelque sorte, de rendre visibles les frontières de leur territoire. Ce rôle de la langue revêt une importance particulière dès lors que le Maroc met en œuvre une stratégie, qu’il essaie d’imposer systématiquement depuis qu’il a annexé une partie du territoire sahraoui, qui consiste à effacer, pour l’opinion publique internationale, toutes les traces de la relation historique et des interrelations culturelles qu’eurent entre elles l’ancienne colonie et l’ancienne puissance colonisatrice, l’Espagne. Par conséquent, la langue castillane est un pont tendu entre les Sahraouis, les peuples d’Espagne, et, par extension, l’Amérique latine et tous les pays et peuples hispanophones.

  • 17 Poète et écrivain, membre du groupe d’écrivains sahraouis en langue castillane qui appartient à la (...)

46Par rapport à la période coloniale et aux transformations sociales à grande échelle qui aboutirent à faire émerger une nouvelle société sahraouie, le poète sahraoui Mohammed Salem Abdelfatah « Ebnu17 » explique pourquoi il n’y eut pas d’œuvres publiées par des représentants de cette génération pendant ou après ces années-là : « La plupart des œuvres littéraires de cette génération restent dans l’ombre, car il n’y eut pas de possibilités de publication à cause de la situation politique au Sahara pendant ces années-là. » Leurs créations furent néanmoins publiées dans diverses revues et différents journaux littéraires de l’époque, entre 1960 et 1975. Dans toutes ces publications, les auteurs essayaient de marier une modernité relative – relative car apprise d’une métropole (qu’ils avaient parcourue) en retard par rapport aux autres pays européens – avec la culture d’une société bédouine à laquelle ils appartenaient. Le résultat en était une littérature authentique et humaniste, soucieuse des problèmes de son environnement ; une poésie savante et riche, proposant des narrations profondes qui jaillissaient de la culture traditionnelle de ses auteurs. Ces œuvres reflétaient évidemment une génération cultivée et pionnière, constituée d’hommes qui avaient puisé aussi bien dans le legs hérité de la puissance colonisatrice que dans la culture saharienne, dans laquelle ils étaient profondément enracinés, pour prôner ce qu’ils estimaient être leur indivisible identité sahraouie.

47Si nous plongeons dans l’histoire de cette langue et de son expansion durant tout ce temps, qui a duré plus d’un siècle, de cohabitation et de domination culturelle au Sahara, on découvrira une certaine évolution de l’espagnol utilisé par les habitants de ce territoire, tel qu’il a laissé des emprunts dans la vie et la culture de cette société plus profonds qu’ailleurs en Afrique. Au Sahara, en effet, plusieurs générations pensent, écrivent et créent dans une littérature à double langue. De fait, il n’existe pas de littérature traduite de l’arabe en espagnol ; ce qui est privilégié est la création directement dans les deux langues, principalement en hassaniya et secondairement en espagnol. Ainsi la littérature écrite, qu’elle soit en espagnol ou en arabe classique, puise à la même source littéraire, à savoir la littérature orale en hassaniya.

48La génération que nous venons d’évoquer appartient à celle que l’on appelle la « génération de l’âge d’or des années 1960 et 1970 ». Elle est constituée de poètes et d’écrivains débutants, qui ne pouvaient pas se faire connaître à cause des circonstances de l’époque à laquelle ils ont commencé leur production littéraire, par suite du contrôle que la puissance coloniale exerçait à leur encontre. C’est une situation comparable à celle que connut le moraliste et essayiste français Joseph Joubert, un intellectuel qui n’a jamais pu publier de livre de son vivant. Ce ne fut que vingt ans après sa mort, en 1838, que son ami, le vicomte de Chateaubriand, publiera une première sélection de ses écrits.

  • 18 Bachir Ahmed Aomar est un intellectuel appartenant à la première génération des jeunes Sahraouis fo (...)

49Cet ostracisme a donc aussi marqué toute cette première génération d’auteurs sahraouis écrivant en espagnol. Cela s’explique d’abord par le manque de soutien de la métropole, qui n’a jamais accordé de valeur à la création littéraire sur le territoire du Sahara occidental, qu’elle se pratiquât en hassaniya ou en espagnol ; mais il résulte aussi de l’abandon rapide du territoire par l’Espagne, un retrait qui a été immédiatement suivi de l’invasion marocaine et du déclenchement de la guerre de libération contre le Maroc. Les éléments de ce contexte peuvent être tenus pour les principales causes ayant empêché ces jeunes de développer la production de leurs œuvres et de voir celles-ci publiées. Bien des années plus tard, Bachir Ahmed Aomar18, l’un de ces jeunes écrivains, décrira ainsi l’envie d’écrire qui était celle des gens de cette génération :

« Après l’enseignement primaire dans les écoles, on arrivait au lycée et on devait rivaliser avec des élèves qui étaient à des années-lumière de notre capacité. On souffrait lorsqu’on voyait comment certains élèves, qui n’étaient pas meilleurs que nous, réussissaient parce que leur père avait décidé de venir voir le professeur avec son habit de cérémonie et les étoiles d’officier très visibles. Nous, personne ne nous défendait, mais cela ne nous a pas arrêtés. Nous luttions comme des lions. Nous participions aux différents concours proposés par quelques professeurs de langue et littérature, refusant de rester à l’écart. En fait, il y avait des élèves qui faisaient preuve d’une connaissance du castillan qui surprenait la plupart des enseignants. »

In Mahmud Awah, 2012.

50La seule porte ouverte qu’ils trouvèrent alors était celle des revues et journaux édités au Sahara même, puisqu’ils n’avaient aucune chance d’être publiés en Espagne. La revue du Lycée Alonso (Revista del Instituto de Bachillerato General Alonso), éditée à El Ayoun, de même que la revue Juventud, ont ainsi nourri, à cette époque, leurs pages culturelles avec quelques écrits d’auteurs appartenant à cette première génération qui a étudié et développé sa pensée en espagnol.

  • 19 Boukhari Ahmed Barikal-la est l’un des premiers étudiants sahraouis qui, dans les dernières années (...)

51Sans le savoir, le mouvement dans lequel s’inscrivaient ces jeunes allait en faire le moteur de la métamorphose d’un corps qui produirait la conscience nationale sahraouie et tenterait de répondre aux attentes de la Nation future. Boukhari Ahmed Barikal-la19 exprimait bien cette dynamique lorsque, alors qu’il faisait en 1972 sa troisième année de droit et qu’il continuait à collaborer régulièrement à la revue du lycée où il avait fait ses études secondaires, et alors que le Polisario n’était pas encore né, il écrivait : « Il n’y a que la jeunesse qui va dans les écoles, les lycées ou les universités qui ait conscience de sa mission. Il faut une jeunesse qui ait les mains desserrées, car on ne peut pas travailler à un chef-d’œuvre avec une chemise de force. » (Mahmud Awah, Moya, 2010.) Ces réflexions permettent de voir à quel point, dans le contexte de cette époque, ces jeunes prenaient conscience de la réalité. Ils étaient capables de bien cerner leurs idées, ils étaient mûrs. En pleine phase de renforcement de la colonisation au Sahara espagnol, ils n’étaient pas isolés de la fièvre d’émancipation qui s’était emparée des pays africains et asiatiques une fois que ceux-ci eurent obtenu leur indépendance dans les années 1960 et après les révolutions qui surgirent en Amérique du Sud.

52La métropole n’avait aucunement l’intention de favoriser la naissance d’élites intellectuelles au Sahara occidental, et, en cela, l’Espagne ne se différenciait guère des autres puissances coloniales. Elle ne pouvait pas imaginer que cette première génération à avoir bénéficié de la scolarisation deviendrait, dans le futur, le moteur qui impulserait ce premier âge d’or en castillan de la littérature sahraouie. En vérité, la diffusion de l’espagnol, au-delà de son caractère imposé, est la conséquence de l’action individuelle menée auprès des élèves par les instituteurs et professeurs espagnols qui enseignaient dans les écoles du Sahara. Ce sont eux en effet qui ont créé dans les lycées des revues littéraires, comme la Revista Irifi, qui était publiée à El Ayoun, ou le Boletín de la Juventud ; et ce sont eux aussi qui ont été à l’origine de la création de concours de littérature, où participaient de jeunes talents issus autant de la communauté sahraouie que des familles espagnoles installées dans le territoire.

53On peut noter à ce propos le cas d’une jeune étudiante, Fatma mint Ahmed Ould Abdesalam, qui gagna en 1974 le Xe Concurso Nacional Literario para la Juventud (Concours national de littérature pour la jeunesse) avec ce beau poème consacré à Smara.

« Tu es le berceau heureux de mes aïeuls,

sainte parmi les saintes, Smara.

Périmée est ta gloire

mais pas, de mes rêves, éloignée.

Tes pierres, vieux signes

de splendeur d’autres temps,

sont vieilles et hautaines

et résistent aux charges du temps.

Dis-moi pourquoi, triste désert,

n’as-tu pas aidé à triompher

la gracieuse verdure de ses palmiers […] ? »

54L’envie de liberté et de changement que commençait à éprouver cette jeunesse du Sahara occidental, depuis le début de la décennie de 1970, contre la domination coloniale a généré une profonde conscience sahraouie au sein d’une génération dont les membres habitaient pourtant dans un territoire soumis à la domination coloniale et qui, en outre, connaissaient la pauvreté et la marginalisation sociale. Dans nombre de leurs écrits, les auteurs de cette génération rendent compte de qui ils étaient, de la manière dont ils survivaient dans le cadre du système colonial, de la manière dont ils étaient convaincus de la valeur de leurs idéaux progressistes. Le texte ci-dessous, de Bachir Ahmed Aomar, expose ainsi comment se voyaient les jeunes de cette génération.

« Nous appartenons à la génération de jeunes qui avaient dans leurs chambres l’affiche de Che Guevara. Celle qui se souciait des succès du peuple vietnamien, mais aussi du dernier disque des Beatles. Celle qui écoutait les Rolling Stones, Led Zeppelin et Creedence Clearwater Revival. Celle qui s’intéressait à un García Márquez et celle que l’on obligeait à étudier Don Quichotte, la poésie de Pemán et d’autres écrivains proches du régime. Celle qui, en cachette, s’intéressait à García Lorca, Miguel Hernández, en même temps qu’elle écoutait Paco Ibáñez à l’Olympia de Paris. Voilà notre génération. »

In Mahmud Awah, 2012.

  • 20 Pluriel de deyar, chercheur de chameaux perdus dans le désert.
  • 21 Mohammed Mokhtar Boudjema est l’un des premiers jeunes Sahraouis de la génération de 1970 que la mé (...)

55En même temps, les écrits de ces jeunes étaient imbibés de vie bédouine, de société nomade, à l’image de la société sahraouie. Ils recréaient souvent les paysages de leur terre, la vie de leurs bergers et des deyarin20, en évoquant des histoires de la badia et de ceux qui la pratiquaient. Mohammed Mokhtar Boudjema21, dans « Amanecer desértico » (« Aube désertique »), fait ainsi l’éloge de la vie, au plus près de la nature, dans le désert.

« La petite revient avec le bois en frémissant de froid. La mère allume le feu et y met la théière. Tandis que l’eau réchauffe, le garçon emmène le bétail une fois dételé à la grara voisine. De retour à la tente, il commence à faire le thé. La matinée avance. Là-bas, au loin, sur un terrain plat, on aperçoit un homme à dos de chameau dont les pas le conduisent vers sa tente. Lorsqu’il descend de la bête, ils sortent tous pour l’accueillir avec des éclats de joie. C’est le père, qui s’est absenté pendant 15 jours, en allant à la recherche d’une partie du bétail qui s’était égarée. »

56Ils décrivent aussi la beauté des bédouines en composant des poèmes d’amour, comme ce sonnet de Mansour M’hammed :

« […] Et je te cherche et je te trouve.

En te prenant dans mes bras

je te trouve transformée en charme ;

je joins ta vie à moi, je sens ton baiser ;

Je te sens toute entière dans chaque partie.

C’est ta vie dans ma vie un étendard,

enfermé dans ton esprit je suis emprisonné.

Et ta vie est mon but, ce n’est que ça :

un rêve souhaité de s’occuper de toi. […] »

  • 22 Ce fut l’un des premiers étudiants sahraouis à avoir pu accéder, dans les années 1970, à une univer (...)

57Ils chantent aussi leur terre, ses beaux et incommensurables paysages, ainsi que les mystères de sa nature immense, bien que souvent peu clémente, comme dans ces vers de Deich Ould Masaoud22.

« Cet immense désert

silencieux et muet ;

ce désert à moi

chaud et froid,

de tragiques légendes,

d’horizons lointains,

de verts palmiers,

de sirocco doré,

de soleil qui nous brûle...

la nuit étoilée !

désert et mystère ! »

  • 23 Comme le précédent, il fut l’un des premiers à étudier dans une Université espagnole. Par la suite, (...)

58Beaucoup d’entre eux furent, enfants, de petits bédouins qui campèrent avec leurs familles et gardèrent les lakgu, les nouveaux nés du cheptel caprin et ovin ; et qui apprirent de leurs parents à connaître la géographie du désert afin de pouvoir y survivre. Ce délicieux texte de Shaykh Randam Nass23 décrit quelle était leur joie, spontanée, pour la vie dans le désert.

« Les chameaux sont gardés par ces petits bergers sympathiques et tranquilles. Ils doivent les surveiller soigneusement, pour éviter qu’ils ne s’égarent dans l’immensité du désert.

C’est l’heure du petit déjeuner. Ils attèlent alors leurs bêtes pour les garder à leur vue. Puis, avec trois verres de thé et un pain d’orge ou de maïs, ils se sentent heureux. Le lait épais et savoureux des chamelles participe à leur alimentation, il leur sert aussi à faire un beurre onctueux.

[…] Voilà la vie tranquille du désert. C’est la vie d’un petit berger, qui se balade en recherchant des pâturages et de l’eau avec ses chameaux, qu’il utilisera ensuite pour entreprendre de longs déplacements. »

  • 24 Budjema Messaoud Embarek appartient à la génération d’étudiants sahraouis des années 1970, qui a fa (...)

59Ils écrivirent en outre des contes à la manière de la tradition bédouine, en prenant comme source le riche patrimoine oral saharien en hassaniya. Leurs œuvres combinèrent la vie sédentaire dans les villes sahraouies naissantes et la vie traditionnelle de leurs ancêtres. Les vers bédouins ci-dessous, tirés du poème « Poema al desierto » écrit par Boudjema Messaoud Embarek24, le montrent bien.

« Poème au désert

Splendeur, immensité, dunes et sable ;

terre inhospitalière et de gens hospitaliers ;

nue et aride.

Brave et courageux est ton nomade infatigable

aux pieds nus

  • 25 Il s’agit d’un vent saharien [NDLR].

ni le puissant irifi25

ni la peur de ton immensité

ne l’arrêtent. »

60Outre la vie nomade qu’ils purent vivre et sur laquelle ils écrivirent, ces jeunes s’intéressèrent à l’époque dorée de l’histoire de leur peuple, à ses grandes gestes, à ses grands savants, à ses poètes s’exprimant en hassaniya, c’est-à-dire en quelque sorte à tout le passé d’un peuple qui commençait alors à acquérir une conscience nationale.

61Évidemment, la métropole avait peur du niveau que cette génération pouvait atteindre, ce qui peut « justifier » sa politique de restriction concernant la mise en place de filières de formations supérieures sur le territoire du Sahara occidental. L’Espagne ne créa en effet aucune université dans cette colonie et ceux qui accédaient à l’enseignement supérieur – en Espagne – ne pouvaient le faire que grâce à l’intermédiation des chioukh, qui rendaient des services au régime et représentaient le territoire auprès des Cortes espagnoles.

62L’essor de ce mouvement culturel et intellectuel n’a pas cessé après l’abandon du territoire par l’Espagne en février 1976. Après cette date, on a continué au Sahara occidental à écrire et à chanter dans les deux langues, dont la coexistence harmonieuse a donc perduré, contribuant ainsi à enrichir la culture locale. Les apports dus aux échanges entre ces langues ont été préservés malgré les circonstances, tout particulièrement en ce qui concerne les modes d’écriture et les tournures littéraires ; au total, le patrimoine des deux cultures s’est enrichi. Par ailleurs, l’imagination de l’homme cultivé sahraoui s’étendit au-delà des deux grands genres littéraires, l’épique et le lyrique, sous la forme de khardjas, qui sont des hybrides entre un espagnol soutenu et du hassanya. Cela constitue une richesse qui résulte de l’unité linguistique et culturelle, laquelle a exercé une grande influence sur les créations des poètes classiques utilisant le hassanya et ayant incorporé des termes en espagnol dans leurs œuvres.

63L’originalité de cette situation ne fut pas remarquée dans le moment présent, mais elle est restée dans la mémoire de beaucoup de poètes aujourd’hui octogénaires. Cette page de l’histoire n’a pas fait l’objet de recherches de la part des anthropologues de ce temps-là et c’est pourquoi l’histoire de cette génération de poètes est restée cachée ; cela est encore une fois dû à des circonstances exceptionnelles, liées au conflit géopolitique postérieur à 1975.

64Inéluctablement, ce groupe d’étudiants précurseurs était destiné à constituer l’embryon d’une génération – qui viendrait après lui – sachant mobiliser le legs littéraire qu’ils avaient eux-mêmes hérité des générations antérieures, et en mesure d’exprimer ses propres pensées et de développer sa créativité pour emprunter des chemins allant dans des directions qui furent interdites à beaucoup d’autres écrivains de la génération précédente. C’est ainsi que, au milieu des années 1980, un nouveau groupe de poètes et d’écrivains a commencé à poser les premières pierres de son émancipation littéraire. Une partie de cette nouvelle génération d’intellectuels ont assumé cette responsabilité culturelle en étant conscients qu’ils devaient se comporter comme de véritables représentants de la cause et de la lutte émancipatrice qui étaient celles de leur société, alors pourtant que la plupart d’entre eux étaient éloignés de leur terre natale, les uns en exil, les autres éclatés dans la diaspora. Ces intellectuels participent de ce qu’on appelle la « génération de l’amitié sahraouie », issue de l’exil qui les a frappés au début des années 1990. Elle a pris le relais du premier âge d’or. Le scénario qui a guidé le développement de ce nouveau groupe d’écrivains sahraouis est très différent de celui de ses prédécesseurs. Même s’ils écrivent alors que le processus de décolonisation n’est pas achevé, ces auteurs sahraouis travaillent dans un contexte qui a vu un État sahraoui se constituer dans l’exil ; ils peuvent ainsi disposer de leur liberté, sans subir la tutelle d’une métropole colonisatrice, pour exprimer leur capacité créatrice.

65Les va-et-vient de la vie font que le castillan est actuellement un marqueur supplémentaire de l’identité du peuple du Sahara occidental. Je voudrais conclure en évoquant la devise du 8e Congrès ibérique des études africaines (CIEA 8), lequel s’est tenu du 14 au 16 juin 2012 à l’Université autonome de Madrid : « Sous l’arbre de la Parole : résistances et transformations, entre le local et le global. » Cette devise me paraît pertinente pour rappeler que les poètes et les auteurs de toutes les générations du Sahara occidental – mentionnés dans cet article – ont suscité et ont transmis, au travers de leurs créations littéraires, l’envie d’une transformation sociale qui s’ancre dans une résistance de leur identité culturelle. Ils ont aussi diffusé à travers leurs œuvres l’idée que, sous l’ombre de l’acacia où leurs ancêtres avaient composé des vers et chanté leur environnement, un enfant joue avec sa première balançoire entre ses branches vertes et parfumées, et qu’il y apprend ses premiers contes, proverbes et adages. La tente est à la fois le lieu où les savants, les érudits, les poètes guerriers et les bergers échangent des expériences et évoquent des histoires de transhumance. Autrefois, c’est sous l’acacia que les érudits de cette culture avaient développé et accompli leurs œuvres ; cela continue aujourd’hui à se faire en ces mêmes lieux quand on parle, débat et échange des connaissances à propos des transformations qui affectent la littérature africaine.

Haut de page

Bibliographie

Caro Baroja J., 1990, Estudios saharianos, Madrid, Júcar.

Consejo superior de investigaciones científicas, 1975, El Sahara como unidad cultural autóctona, Madrid, Dirección general de promoción de Sahara e Instituto de estudios africanos.

Correale F., 2012, « Levantar los camellos para aplastar el espacio : la invención de las ayudas sociales (1959-1975) », communication présentée au 8e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA8), Madrid.

Domenech Lafuente A., 1954, Ma El Ainin, señor de Semara, Tétouan (Maroc).

Flores Morales A., 1954, El Sahara Español, Madrid, Publicaciones Españolas, coll. « Temas Españoles ».

Gimeno Martín J. C., 2007, Transformaciones socioculturales de un proyecto revolucionario : la lucha del pueblo Saharaui por la liberación, Caracas, Programa Cultura, Comunicación y Transformaciones Sociales / Universidad central de Venezuela, en ligne (consulté le 15 janvier 2015). URL : http://www.globalcult.org.ve/doc/Monografias/MonografiaGimeno.pdf

Gimeno Martín J. C., Ali Mohamed, 2007, « Transformaciones socioculturales en los campamentos de refugiados saharauis al sur de Argelia », in J. C. Gimeno Martín, O. Mancha, A. Toledo, Conocimiento, desarrollo y transformaciones sociales, Madrid, Sepha.

Gimeno J. C, Martín Pozuelo L., 2010, « Memorias orales en el Sáhara Occidental : la poesía en hasanía », communication presentée au 7e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA7), Lisbonne, en ligne (consulté le 11 février 2015). URL : https://repositorio.iscte-iul.pt/bitstream/10071/2418/3/CIEA7_21_GIMENO&POZUELO_Memorias%20orales%20en%20el%20S%C3%A1hara%20Occidental.pdf

Mahmud Awah B., 2012, El sueño de volver, Madrid, CantArabia.

Mahmud Awah B., Moya C., 2010, El porvenir del español en el Sahara Occidental, Madrid, Bubok.

Moreno E., Hassani V., Trasosmontes V., 2012, « Recursos, ciudadanía y colonialismo en el Sáhara », communication présentée au 8e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA8), Madrid.

Pomares Pascual A., 2003, Entrevista con Badi, el decano de los poetas saharauis vivos en Hassania. Ars poetica y notas de vida, Campamentos de refugiados saharauis, en ligne (consulté le 15 janvier 2015).
URL : http://hazloquedebas.blogspot.com.es/2011/06/homenaje-antonio-pomares-hasta-siempre.html

Robles J., Mahmud B., Gimeno J. C., 2012, « Hijos del verso: la poesía saharaui en el nacimiento de la conciencia nacional », communication présentée au 8e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA8), Madrid.

Rodríguez Esteban J. A., Barrado D., 2015, « Le processus d’urbanisation dans le Sahara espagnol (1884-1975) : une composante essentielle du projet colonial », Cahiers d’EMAM, no 24 (dans ce numéro).

Talton B., sans date, « The Challenge of Decolonisation in Africa », Africana Age, en ligne (consulté le 15 janvier 2015). URL : http://exhibitions.nypl.org/africanaage/essay-challenge-of-decolonization-africa.html

Haut de page

Notes

1 Tribus arabes originaires de la péninsule arabique, en particulier du Yémen, qui se sont installées dans la région du Sahara occidental et de la Mauritanie au moment de l’expansion de l’islam dans la partie nord-ouest du continent africain.

2 Shaykh Mohammed al-Mami proposa, dans quelques-uns de ses textes, des formules de gouvernement pour organiser les tribus en un seul État, comme cela est affirmé dans le document El Sahara como unidad cultural autóctona, publié sous la direction de la Dirección general de promoción de Sahara, l’Instituto de estudios africanos et le Consejo superior de investigaciones científicas en 1975.

3 Espèce de tunique de l’homme sahraoui qui n’est portée qu’au Sahara occidental et en Mauritanie.

4 Chercheur d’eau de pluie et de puits d’eau du désert, qui part à la recherche de ces lieux à dos de dromadaire.

5 Le titre fait référence aux facteurs qui empêchent de développer correctement les préceptes de la religion musulmane et de mettre en œuvre ses principes sociaux.

6 « Wind of Change » (Le vent du changement) fut un discours historique du Premier ministre britannique, Harold Macmillan, prononcé devant le parlement sud-africain, au Cap, le 3 février 1960 ; voir Talton, sans date.

7 « La Main des Quarante » est l’organisation politique et militaire qui représentait toutes les tribus du Sahara occidental avant la domination coloniale espagnole. Elle contrôlait les frontières du territoire et les gardait contre les incursions françaises de l’époque et les attaques, de type banditisme, des tribus étrangères provenant d’Afrique sub-saharienne.

8 La badia, ce sont les zones de pâturages (« zones vertes ») que l’on trouve dans le désert après les pluies – les bonnes années – et vers lesquelles convergent les nomades. Elles permettent l’augmentation des troupeaux de dromadaires et de chèvres.

9 Opération militaire franco-espagnole destinée à éliminer du Sahara espagnol l’Armée de libération du Sahara, composée de Marocains et de Sahraouis. Elle eut lieu du 10 au 24 février 1958 et fut marquée par une extrême brutalité (villages pilonnés par l’aviation, troupeaux décimés, etc.).

10 Informations obtenues lors d’un entretien réalisé en 2008 par l’auteur (Bahia Mahmud Awah), par ailleurs chercheur et écrivain, avec « Belga » dans un camp de réfugiés sahraouis à Tindouf, Algérie.

11 La « révolte de Zemla », du nom du quartier d’El Ayoun appelé aussi Casas de Piedras, est la première manifestation anticolonialiste vraiment significative qui fut organisée dans le territoire du Sahara espagnol. Elle se déroula le 17 juin 1970.

12 Les mots soulignés sont des mots espagnols, transcrits avec l’alphabet arabe, qui entrent dans la composition des khardjas rédigées en hassanya (NDT).

13 Ce poème est la réponse au poème précédent, où le poète avait utilisé des emprunts à l’espagnol en pensant que son opposant n’identifierait pas ces emprunts ; mais il s’était trompé ! Ainsi, la réponse reprend les mêmes emprunts et en ajoute d’autres encore.

14 Il fait référence à askaf, une plante de la badia, la campagne, qui est très appréciée par les dromadaires au pâturage ; elle est en même temps recherchée pour ses propriétés curatives et utilisée dans la médecine naturelle (« traditionnelle ») saharienne. Ses racines, séchées, sont en outre utilisées comme bois pour cuisiner, car leur fumée dégage une odeur agréable.

15 Dans le cas du Sahara occidental, un exemple de cette politique peut être trouvé dans l’Organisation de la jeunesse espagnole (Organización juvenil española – OJE), dont le but était de gagner à elle les jeunes Sahraouis qui suivaient des études secondaires en leur offrant des voyages gratuits, car financés par le gouvernement général du Sahara, pour qu’ils puissent passer leurs vacances dans la péninsule Ibérique ou dans les îles Canaries. Certes, cela leur permettait d’accéder à des loisirs, mais l’essentiel était bien de les disperser et de les éloigner des mouvements nationalistes, de les mettre à l’écart des dynamiques de libération nationale qui se développaient à l’époque dans le reste du continent africain. Une autre composante de cette politique fut la création d’un parti composé surtout d’hommes de paille, le Parti d’union nationale sahraouie (Partido de unión nacional sahraoui – PUNS), formation politique par l’intermédiaire de laquelle la métropole a essayé de rassembler des jeunes n’ayant pas suivi d’études ainsi que des travailleurs originaires de l’arrière-pays pour les préparer à s’engager dans l’armée coloniale. À cela, il faut ajouter l’octroi de bourses destinées à permettre à certains jeunes de poursuivre leurs études dans des établissements d’enseignement supérieur de la péninsule Ibérique ou aux îles Canaries, mais le système n’eut finalement qu’une très faible efficacité académique.

16 Sidi Brahim Basiri est le premier intellectuel sahraoui à avoir obtenu une licence en journalisme dans deux universités arabes différentes. Fondateur du premier mouvement nationaliste sahraoui, l’Organisation de l’avant-garde pour la libération du Sahara (Organisation de vanguardia para la liberación del Sahara – OVLS), il a été arrêté et il a disparu sous le régime de Franco après la révolte de Zemla.

17 Poète et écrivain, membre du groupe d’écrivains sahraouis en langue castillane qui appartient à la génération qui a étudié en espagnol dans les premiers internats d’enfants sahraouis ouverts à Mecheria (Algérie) après l’exode de 1976. Actuellement diplomate près l’ambassade de la République sahraouie à Montevideo (Uruguay).

18 Bachir Ahmed Aomar est un intellectuel appartenant à la première génération des jeunes Sahraouis formés dans les universités de la métropole dans les années 1970.

19 Boukhari Ahmed Barikal-la est l’un des premiers étudiants sahraouis qui, dans les dernières années de la présence espagnole, a suivi avec succès des études de droit. Il est devenu par la suite un meneur charismatique du mouvement de libération. Il fut ultérieurement un extraordinaire diplomate sahraoui, actuellement représentant du Front Polisario auprès des Nations-Unies.

20 Pluriel de deyar, chercheur de chameaux perdus dans le désert.

21 Mohammed Mokhtar Boudjema est l’un des premiers jeunes Sahraouis de la génération de 1970 que la métropole espagnole a formés comme infirmiers (auxiliar técnico sanitario – ATS).

22 Ce fut l’un des premiers étudiants sahraouis à avoir pu accéder, dans les années 1970, à une université de la métropole.

23 Comme le précédent, il fut l’un des premiers à étudier dans une Université espagnole. Par la suite, il fut intégré à la diplomatie sahraouie et représenta son pays auprès de plusieurs régions autonomes en Espagne, avant d’être nommé ambassadeur de la RASD au Mexique. A l’heure actuelle, il occupe la même fonction en Bulgarie.

24 Budjema Messaoud Embarek appartient à la génération d’étudiants sahraouis des années 1970, qui a fait des études de Droit ; il a occupé par la suite des fonctions diplomatiques dans la représentation sahraouie près de la Communauté autonome de Valence (Levant).

25 Il s’agit d’un vent saharien [NDLR].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Tablettes en bois (louh), instruments pour l’éducation scolaire des enfants sahraouis, par le biais desquelles ils apprennent à lire les premiers versets du Coran et les poésies.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 2. Le mont Taziualet, région de Tiris, territoires libérés du Sahara occidental.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3. Page de l’ouvrage Kitab al-Badia, du shaykh Mohammed al-Mami.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4. Dayet Lemdeismat, les dépressions fermées où s’abreuvent les dromadaires dans la région du Tiris, territoires libérés du Sahara occidental.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/761/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 5. Érudits sahraouis débattant de littérature et de poésie à l’intérieur d’une tente.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/761/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bahía Mahmud Awah, « Générations de littérateurs : intellectuels et politique dans le Sahara occidental, 1850-1975 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://emam.revues.org/761 ; DOI : 10.4000/emam.761

Haut de page

Auteur

Bahía Mahmud Awah

Professeur honoraire au département d’anthropologie sociale, faculté de philosophie et de lettres, Université autonome de Madrid. Écrivain, poète et chercheur, République arabe sahraouie démocratique (RASD).

awahbahia5@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page