Navigation – Plan du site

Transferts de modèles architecturaux au Maroc

L’exemple de Jean-François Zévaco, architecte (1916-2003)
Lucy Hofbauer
p. 71-86

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction
L’héritage des beaux-arts en question

1L’architecte Jean-François Zévaco est institutionnellement rattaché par sa formation à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (l’ENSBA), dont il suit l’enseignement de 1937 à 1945, d’abord à Paris, puis à Marseille pendant l’Occupation (cf. Hofbauer, 2006).

2Français né à Casablanca le 8 août 1916 de parents originaires d’Ajaccio, il fait partie des « futurs concepteurs du Casablanca d’après 1945 » (Cohen et Eleb, 1998, p. 244). Les figures majeures de l’architecture casablancaise que sont Marius Boyer (Photo 1) et Alexandre Courtois (Banque Nationale du Commerce, Photo 2), sont remplacées par une génération nouvelle.

Photo 1. Immeuble Les Studio à Casablanca, Marius Boyer architecte.

Photo 1. Immeuble Les Studio à Casablanca, Marius Boyer architecte.

Cliché : L. Hofbauer, 2005.

Photo 2. Banque Nationale du Commerce (1950), Alexandre Courtois architecte.

Photo 2. Banque Nationale du Commerce (1950), Alexandre Courtois architecte.

Cliché : L. Hofbauer, 2005.

3Se réclamant du Groupe des Architectes Modernes Marocains (le GAMMA), la nouvelle génération d’après-guerre dont Élie Azagury, Jean Chemineaux, Henri Tastemain ou Jean-François Zévaco sont les représentants, est reconnue internationalement sur la scène des CIAM (Cohen et Eleb, 1998, p. 307).

  • 1 Emmanuel Pontrémoli (1865-1956), Prix de Rome et premier architecte à diriger l’atelier d’architect (...)
  • 2 La villa Kérylos fut construite par Pontrémoli pour Théodore Reinach à Beaulieu-sur-Mer. C’est la r (...)

4Le contexte politique et culturel particulier de Casablanca, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale — « ville-champignon » dans laquelle Zévaco va construire ses premiers bâtiments — peut soulever la question de l’héritage de l’enseignement qu’il reçoit à l’École des Beaux-Arts : n’est-il pas en décalage avec les chantiers des colonies et les réalisations qui l’attendent au Maroc ? Étant l’un des premiers diplômés marocains de l’ENSBA, il semble difficile de mesurer ce qu’a pu apporter l’enseignement de l’École des Beaux-Arts, et tout d’abord celui de l’atelier d’Emmanuel Pontrémoli1, à l’architecture de Zévaco. Dans quelle mesure le créateur de la villa Kérylos2, dont l’enseignement classique est voué à l’Antiquité, a-t-il ainsi pu marquer l’œuvre de Zévaco ?

  • 3 Voir, pour ces dessins, la cote XX de l’inventaire du Frac Centre ; cf. Hofbauer, 2007.
  • 4 Par « architecture coloniale », nous entendons ce terme comme il est employé par Toulier dans Archi (...)
  • 5 Steve M., in Vian des Rives R. (dir.), p. 126.

5Les dessins des Beaux-Arts3 présents dans son fonds d’archives offrent des traits « classiques », relevant d’un vocabulaire antiquisant. Le projet qu’il présente pour son diplôme d’architecture est néanmoins différent : une « habitation du contrôleur civil d’un poste dans les confins sahariens marocains ». Non seulement elle n’emprunte pas le vocabulaire de l’Antiquité, mais elle ne cède pas non plus à une esthétique coloniale4 : les volumes de l’habitation sont minimalistes, sans aucun décrochement ni ornement, interprétant vraisemblablement ici l’architecture saharienne. Ainsi, Zévaco ne cède pas à la tentation du néo-mauresque et semble s’être détaché de l’enseignement de Pontrémoli qui, d’après Michel Steve5, ne tenait pas les architectes modernes en grande estime.

6En effet, Zévaco fait partie d’une nouvelle génération qui répond à de nouveaux programmes. Souvent lié à ses confrères par une formation identique et un même désir de modernité, il appartient à l’avant-garde d’une production architecturale dont les architectes Domenico Basciano, Henri Tastemain ou Élie Azagury constituent un véritable foyer d’émulation. La diversité de leur production est à rattacher au contexte marocain de l’après-guerre :

« Alors qu’en métropole, l’action de l’État se renforce avec la mise en place d’un corset réglementaire et technique extrêmement serré, le contraste est frappant avec l’autonomie laissée aux concepteurs et aux entreprises du Maroc […]. L’irruption de références californiennes, l’introduction de programmes liés aux loisirs, coïncident avec l’entrée en scène d’une nouvelle génération d’architectes » (Cohen et Eleb, 1998, p. 419).

7Casablanca, ville industrielle et bourgeoise, jouit d’un climat libéral favorable à l’architecture moderne et dont Zévaco va se saisir. Dès son retour dans la cité blanche, l’architecte se réclame du Mouvement Moderne, produisant une architecture résidentielle inspirée tout autant par Le Corbusier que par l’architecture californienne. Le scandale provoqué par la réalisation de la villa Suissa témoigne ainsi de son modernisme affiché. L’ombre de Le Corbusier — et, en particulier, celle de son vocabulaire du béton brut — plane sur ce « brutalisme » inspiré à la fois par le Japon et par l’Unité d’habitation de Marseille. Elle transparaît particulièrement sur les écoles construites par Zévaco, comme celle du Maârif à Casablanca, ou encore le centre de rééducation édifié à Tit-Mellil, mais aussi sa participation à la reconstruction d’Agadir, ville dévastée par le tremblement de terre de 1960.

8Zévaco produit alors une œuvre éclectique qui mêle des inspirations diverses. Sa connaissance de la pratique architecturale est vaste. Il est, de surcroît, abonné à de nombreuses revues. À l’École Nationale d’Architecture de Rabat ont été retrouvées dans son fonds d’archives de nombreuses revues internationales d’architecture parmi lesquelles la revue française L’Architecture d’Aujourd’hui, la revue britannique The Architectural Forum, mais aussi la revue japonaise The Japan Architecte. Dans la circulation des modèles et la logique professionnelle de Zévaco, ces revues ont un rôle primordial et montrent à quel point il était sous l’influence des grands maîtres à penser de son époque.

9Ainsi, à travers les villas casablancaises construites dans les premières années de sa carrière, nous questionnerons les idéologies, notamment l’idéal d’habitat américain et européen ainsi que les acteurs et classes sociales qui en conduisent l’application. Zévaco mène aussi une réflexion « régionaliste » dont les modèles s’appuient sur la base rhétorique d’une « nouvelle approche régionale ». Enfin, nous verrons que l’Indépendance du Maroc en 1956 ouvre une nouvelle ère pendant laquelle le travail de Zévaco sera alors orienté vers une architecture privée à laquelle les commanditaires marocains apportent de nouvelles références et de nouveaux modèles.

Les premières villas casablancaises (de l’après-guerre à l’Indépendance) : des références architecturales éclectiques

10Les premières œuvres de Zévaco témoignent de l’élan créatif d’une invention architecturale qui, dans les années 1950, est nourrie par l’irruption de nouvelles références. En examinant leur programme ou leur distribution, il s’agira d’étudier en quoi les premières villas que l’architecte construit à Casablanca sont connectées aux multiples influences de son temps et en quoi cet « éclectisme » semble être indissociable du contexte particulier de la grande ville africaine, voire de celui du Protectorat. Cette approche permettra de questionner également la notion de Post War House, telle qu’elle sera développée dans le Case Study House Program de la revue Arts and Architecture de John Etenza (Billard et Buisson, 2004, p. 24). Lisible dans l’architecture balnéaire de la reconstruction de Royan (Ragot, 2003), les villas casablancaises ne reflètent-elles pas aussi des lendemains de la Seconde Guerre mondiale qui « ne riment pas avec reconstruction et privations mais avec développement et ostentation » (Cohen et Eleb, 2003, p. 233) ?

11Ainsi, l’étude de la première villa que Zévaco élève avec Paul Messina pour le lotisseur Sami Suissa (Photo 3), en 1947, permet de questionner cette modernité, par ailleurs encore souvent tributaire d’un système constructif traditionnel.

Photo 3. La villa Suissa (1947).

Photo 3. La villa Suissa (1947).

Cliché : L. Hofbauer (2005).

L’œuvre et l’image de la villa Suissa : entre rêve californien et hôtel particulier parisien

  • 6 La villa a subi une intense restauration qui rend aujourd’hui difficile la lecture de son état d’or (...)

12Connue à présent sous le nom de « villa Zévaco », à cause de l’enseigne que lui a donné la chaîne de restaurant qui l’occupe aujourd’hui6, la villa Suissa est très certainement la plus connue des œuvres de l’architecte et constitue un référent patrimonial commun pour les Casablancais. En 1951, alors que le jardin est encore en friche, la photo de la villa est publiée dans L’Architecture d’Aujourd’hui (n° 35, mai 1951, p. 56) et c’est en 1992 qu’elle fera la couverture de l’ouvrage Architectures françaises outre-mer, dirigé par Maurice Culot et Jean-Marie Thiveaud. C’est pour le lotisseur Sami Suissa qu’ils conçoivent une habitation, comprenant un bureau, située sur une parcelle triangulaire à l’intersection des boulevards Franklin Roosevelt et Alexandre Premier (aujourd’hui Abdelkrim Khattabi), à l’ouest de Casablanca. La colline d’Anfa était, en effet, au moment de l’édification de la villa Suissa, située à l’écart de la ville et constituait un « quartier de plaisance » tel que les imaginait Henri Prost (Cohen et Eleb, 1998, p. 232). Le commanditaire est un homme d’affaire et lotisseur qui décide d’implanter sa maison sur un terrain en proue, au croisement d’un vaste carrefour à l’intersection du boulevard Anfa et de la promenade conduisant au bord de mer. Le caractère ostentatoire de la localisation fait de la villa un véritable signal dans le quartier, voire dans la ville.

13L’analyse de la villa Suissa montre que son programme architectural est celui d’une vaste habitation comportant des éléments du confort moderne (radiateurs, monte-plats), alors que certaines dispositions restent conventionnelles et obéissent au système constructif classique de l’hôtel particulier parisien.

Une villa moderne sur une distribution héritée de l’hôtel particulier parisien du XIXe siècle

14Le plan de la villa Suissa divise les espaces de l’habitation en trois parties distinctes et hiérarchisées : les pièces de réception, les appartements de la famille et le service domestique. Eleb et Debarre, dans leur ouvrage sur les Architectures de la vie privée (1999, p. 94), indiquent qu’au XIXe siècle l’architecte César Daly proposait pour l’hôtel particulier cette subdivision en trois sections déterminées, qu’il considérait comme « une distribution idéale ».

15La tripartition des espaces et leur division par niveaux obéissent dans la villa Suissa à ces mêmes distinctions entre la vie privée et les pièces de réception. Ce « zoning » de l’habitation est aussi repris dans L’architecture moderne en 1945 par Richard Neutra dans son projet non réalisé de la Case Study House n° 6, pour lequel il réinterprète de manière critique cette disposition en séparant les fonctions « de nuit-jour, sociale-privée » (Billard et Buisson, 2004, p. 56).

16Aussi, les termes employés dans les plans des architectes semblent être hérités du XIXe siècle ; ce qu’ils appelleront le living-room pour la villa Craig est encore nommé salon pour la villa Suissa. L’architecture privée casablancaise des années 1950, dont la maison de Jean Michelet, construite en 1949 (Cohen et Eleb, 1998, p. 390), constitue également l’exemple d’un programme architectural analogue, est décrite par Monique Eleb comme proche des pratiques distributives de l’hôtel particulier : « Les villas de luxe empruntent toujours leur programme aux hôtels particuliers ou aux grands appartements des immeubles parisiens des beaux quartiers au tournant du XXe siècle » (Cohen et Eleb, 1998).

17Cependant, la présence de nombreux points d’eau et de sanitaires dans la villa ainsi que le chauffage de l’habitation par des radiateurs semblent traduire la volonté de s’équiper du confort moderne. En effet, chaque chambre possède un cabinet de toilette et un lavabo, le « boudoir de Madame » est muni d’un bain, et la grande salle de bain du premier étage, éclairée et aérée par le toit, est également un point d’eau important. La section domestique est aussi largement équipée de douches et de cabinets de toilette. La chaufferie placée en sous-sol permet de chauffer l’habitation, dont les radiateurs sont intégrés au sol.

Une villa-signal

18Malgré une distribution intérieure moins novatrice, la plasticité de la construction et son parti architectural semblent témoigner d’une grande modernité. Appelée aussi villa « pagode », ou bien villa « papillon », elle fait scandale lors de sa construction (Cohen et Eleb, 1998, p. 395). Cependant, pensée sans doute plus comme une boîte dans laquelle s’agence un programme, la modernité de la villa Suissa est davantage une « enveloppe » qu’une réflexion novatrice sur la structure intérieure. Les murs de refends en grès sont porteurs d’un espace cloisonné (les pièces de réception mises à part). L’enveloppe moderne se traduit par l’épais balcon — qui ceinture la villa et sert d’auvent aux pièces de réception — et dont la ligne courbe et dynamique est un véritable signal ; mais également par les nombreuses ouvertures et la grandeur des baies. « Il est vrai que la légèreté et l’incisivité des brise-soleil et des balcons, dont la blancheur est rehaussée par la pierre sombre des murs, avait de quoi frapper les esprits » (ibid.).

19Autant que l’architecture, le site choisi par le commanditaire tend à l’ostentation et confère à la villa un statut d’appel dans le quartier. « Située sur un terrain axé en forme de proue, au croisement d’un vaste carrefour, à proximité de Casablanca dans un quartier résidentiel » (Hofbauer, 2007, Annexe 7), la villa Suissa entretient un rapport au site qui fait aussi intervenir les passants et les riverains.

20La villa Suissa, architecture privée qui se met en scène, attire le regard par sa théâtralité. Kidder Smith, journaliste pour la revue américaine Architectural Forum relève, non sans cynisme, dans son « Report from Morocco » qu’il s’agit d’une villa à l’esthétique douteuse et dont le but premier était très certainement l’ostentation :

« Probably even more satisfactory from the client’s aspect, but one whose esthetics are more dubious, is the house which Zévaco and Messina are now finishing for a wealthy real estate operator in Casablanca. The owner demanded a house which would be as prominent and attention-compelling as possible, and for a site got a long triangular lot where normally a monument (or filling station) would be erected » (G.E. Kidder Smith, 1950, p. 72).

L’influence outre-atlantique

21Dans les années 1950, l’architecture de Zévaco est nourrie des modèles que constituent le lyrisme brésilien et le brutalisme corbuséen qui se concentrent dans deux réalisations représentatives comme l’aérogare de Tit-Mellil (1951), et les cubes aveugles de béton brut des habitations économiques de Marrakech (1959). Son architecture privée, à travers la villa Craig ou la villa Rosilio, semble subir les mêmes influences, et peut être rapprochée en cela à l’architecture royannaise de l’après-guerre.

22Mais l’architecture des premières villas casablancaises, comme la villa Suissa de Zévaco érigée dans une ville côtière parmi les plants d’eucalyptus et d’agaves, est aussi l’une de « ces villas que l’on pourrait croire construites en Californie ou au Brésil » (Cohen et Eleb, 1998, p. 395). L’influence de l’avant-garde américaine apparaît comme déterminante, et ce jusque dans la représentation photographique de ces maisons par Marc Lacroix, qui paraissent fortement modelées sur les clichés réalisés en Californie par Julius Shulman, et très présents dans les revues internationales comme L’Architecture d’Aujourd’hui.

La modernité des années 1950 : l’Amérique en fond d’écran

• Un langage californien

  • 7 C’est à travers la Millard House, construite en Californie en 1923, que Frank Lloyd Wright fait con (...)

23À travers le Tribunal de Mohammedia, construit en 1958, l’ascendant de Franck Lloyd Wright sur l’architecture de Zévaco est avéré par l’analyse des moellons et des blocs de béton du muret du Tribunal, rappelant les blocs textiles7 de l’architecte américain (Hofbauer, 2007, p. 67). Pour sa commande privée, l’architecture de Zévaco semble être nourrie par de nouveaux modèles véhiculés par les revues d’architecture auxquelles il est abonné et dans lesquelles il découvre les œuvres de Richard Neutra, Schindler, et les Case Study Houses. Le large porte-à-faux du balcon de la villa Suissa et ses brise-soleil saillants sont à rapprocher des œuvres de ces derniers. L’emploi du béton blanchi, dont l’éclat contraste avec la pierre locale, se retrouve dans la Maison Kaufmann à Palm Springs (1946-1947) de R. Neutra (Weston, 2002, p. 139), mais aussi dans l’infirmerie de Ben Slimane que Zévaco construit en 1954 (Hofbauer, 2006, p. 70). Les photos en contre-plongée prises par Marc Lacroix et publiées dans l’ouvrage Neues Bauen in Afrika par Udo Kultermann (1963) accentuent le débordement du toit des poutres de béton.

24Le rêve d’une architecture américaine est omniprésent à Casablanca, où « les clients désireux de se faire construire une villa cossue n’ont aucune peine à découvrir sur les écrans les modèles proposés par Hollywood » (Cohen et Eleb, 1998, p. 389). Dans une lettre du 7 juillet 1951 écrite à André Bloc, directeur de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui, Zévaco se montre très intéressé par l’achat de chaises de Charles Eames, afin de les placer dans son bureau (Hofbauer, 2007, Annexe 13). La correspondance est un témoignage intéressant sur les transferts de modèles pour lesquels, une fois encore, les revues semblent détenir un rôle primordial.

• L’influence royannaise, la parution du numéro spécial « Brésil » de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui et l’émergence de nouveaux référents culturels

25En 1946, la publication du numéro 9 « Spécial Brésil » de la revue L’Architecture d’aujourd’hui, comme elle le fit pour les architectes de la reconstruction de Royan, « agit certainement comme un détonateur ou tout au moins un révélateur » (Ragot, 2003, p. 160) dans la plasticité de l’architecture de Zévaco. Aux œuvres de Claude Ferret ou Claude Bonnefoy, les images des réalisations d’Oscar Niemeyer et de la Chapelle de Pampuhla, apportent « la touche d’exotisme et de fantaisie » (ibidem) à la nouvelle ville balnéaire française. La reconstruction de cette dernière s’inspire d’exemples brésiliens, mais également « d’Afrique de Nord » (ibid., p. 154). Certaines villas casablancaises et royannaises semblent en effet jouir de la même inventivité des années 1950 : ainsi la villa Ombre Blanche (1958-1059) construite par Claude Bonnefoy à Royan (ibid., p. 198), relève d’un parti proche des mêmes préoccupations esthétiques et fonctionnelles que la villa érigée par Zévaco en 1949 pour Craig Stanton. En affichant très haut par la blancheur et la saillie des brise-soleil l’étage de ces deux villas, le rez-de-chaussée est plongé dans une pénombre rafraîchissante grâce à la minéralité de la pierre locale et au porte-à-faux. Les brise-soleil verticaux animent ces réalisations par leur couleur, bleue pour la villa royannaise, et jaune citron pour la casablancaise.

La villa Rosilio : une « maison de verre » casablancaise

• Une interprétation moderne du claustra

26La villa Rosilio (Photo 4), par sa translucidité et l’emploi des plaques de verre, par sa façade libre et sa promenade architecturale peut être rattachée à la lignée des « maisons de verre » du Mouvement moderne, comme la maison de verre réalisée par Bruno Taut en 1914, à l’occasion de la Deutscher Werkbund de Cologne, ou la maison de verre de Pierre Chareau (1927-1931). La villa Rosilio cependant, se rapproche plus de celle qu’élève à Bruxelles en 1936 l’architecte Paul-Amaury Michel (Fontaine et Bastin, 2004). En effet, elles combinent toutes deux les surfaces de carrés de verre à des pans de murs en béton. L’escalier central qui dessert tous les étages jusqu’à la toiture est aussi lisible dans les deux projets. Le plan « en L » de la villa Rosilio intègre cependant des décrochements et une animation des façades sans doute moins lisible dans la maison bruxelloise.

27Par ailleurs, ancien élève de l’architecte Marius Boyer, il se peut que Zévaco ait été influencé par ce dernier qui, dès 1935, construit la villa Bensimhon où la présence de carreaux de verre dénote un vocabulaire moderne nouveau et intègre la question de la « promenade architecturale » : « Grand volume, surplombs, galeries sont utilisés par l’architecte pour créer une promenade architecturale intérieure mettant en jeu le corps dans l’espace » (Cohen et Eleb, 1998, p. 194).

Photo 4. La villa Rosilio (1949).

Photo 4. La villa Rosilio (1949).

Cliché : L. Hofbauer (2006).

28Si la villa Rosilio fait référence à la modernité des années 1920 et 1930, elle se manifeste sans dogmatisme. Les surfaces de béton blanc enduites et la présence des carrés de verre dialoguent avec les courbes du toit ou du living room et les saillies et décrochements qui sont plus proches de l’architecture des années 1950, alors tournée vers de nouvelles références, notamment celles qui se déploient au Brésil. L’originalité de la villa Rosilio vient aussi de l’emploi de plaques de verre intégrées à une structure en béton, et non les pavés de verre utilisés notamment par Chareau. Sans doute ce choix peut-il être interprété comme une reformulation du claustra de l’architecture arabe.

29Ainsi, dans ses premières réalisations des années 1950, Zévaco utilise pour ses villas un lexique éminemment moderne : les indications de la Charte d’Athènes se retrouvent, par exemple, illustrées dans la villa Rosilio qui organise ses espaces de réception d’une manière libre et ouverte, alors que la « charte de l’habiter », inspirée par Écochard, et les préoccupations fonctionnelles qui animent à cette époque les services de l’Urbanisme du Protectorat, s’expriment dans la villa Robic, une villa économique du quartier du CIL-Beauséjour. Les villas des années 1950, si elles renvoient aux principes du Mouvement moderne des années 1920, s’ouvrent à de nouvelles références pour lesquelles la publication du numéro « Spécial Brésil » de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui est d’une importance capitale.

L’habitat social et les premières tentatives « régionalistes »

La nouvelle approche régionale

30Le terme « régionalisme », lorsqu’il est évoqué en France dans les années 1930, réfère aux « imitations évidentes de styles locaux ou des pastiches de formes indigènes provenant des colonies » (Curtis, 2006, p. 376). Au Maroc, cela se traduit par le style néo-mauresque largement représenté à Casablanca par Adrien Laforgue (Poste centrale, 1918-1920) (Cohen et Eleb, 1998, p. 96), ou l’Hôtel de ville de Marius Boyer (1928-1936) (ibidem, p. 98), situés sur la place administrative de la ville. Ce style « régionaliste » reprend des éléments décoratifs marocains : les arcades, les zelliges ou l’emploi de tuiles vertes pour les toitures, font notamment partie de ce répertoire ornemental. Si le mot « style » est employé pour regrouper un même vocabulaire décoratif, les écrits de Sigfried Giedion condamnent ce mot lorsqu’il est utilisé pour désigner l’architecture moderne, appelée aussi « style international ». Pour l’auteur, la désignation formaliste n’est pas applicable à une architecture de la structure et des besoins universels de l’homme (Giedion, 1954, p. 132). Pour autant, le style international transcende-t-il le régionalisme ?

31Dans son article paru en 1954, intitulé The Regional Approach, S. Giedion tente de démontrer que l’architecture moderne subit le régionalisme depuis toujours. Prenant pour exemple le plan Domino de Le Corbusier, l’auteur présente l’art de la stéréotomie et de la prouesse architecturale comme une caractéristique française, dont les ascendants seraient la Tour Eiffel ou les constructeurs des cathédrales gothiques : c’est ce qu’il appelle « la caractéristique régionale française ». En peinture, les surfaces planes de Piet Mondrian constitueraient une caractéristique hollandaise (ibid., p. 136).

32Néanmoins, l’analyse approfondie des valeurs universelles et régionales que Le Corbusier expérimente avec ses projets pour l’Afrique du Nord « étaient plus l’exception que la règle » (Curtis, 2006, p. 377). Opposé au « régionalisme passif rétrograde », l’architecte déclare que sa recherche et notamment pour le projet (non réalisé) de Cherchell en Algérie (1952), « repose sur les formes les plus fondamentales de la tradition méditerranéenne » (ibidem). Selon Curtis en effet, les projets à voûtes des années 1930 de Le Corbusier exploraient un domaine intermédiaire entre les pratiques industrielles et la stylisation abstraite de sources rurales ou antiques, « telles les formes en agrégat du style vernaculaire voûté de Tunisie ou la structure répétitive des marchés romains antiques ». Le Corbusier résuma la position d’ensemble qu’il prit après la guerre en déclarant : « en bâtissant moderne, on a trouvé l’accord avec le paysage, le climat et la tradition » (ibid.).

33Fondé sur le rapport au paysage et au climat, le mot régionalisme prend alors un tout autre sens. C’est ce que Sigfried Giedion, en faisant état de l’architecture contemporaine, désigne comme la nouvelle approche régionale. The New Regional Approach est représentée pour lui au Maroc par les réalisations de l’ATBAT-Afrique menées par Candilis et Woods (immeuble Nid d’abeille, Casablanca, 1952-1955). Ainsi, en étudiant les liens que tissent ces derniers avec la jeune génération d’architectes marocains, nous nous proposons de voir en quoi cette nouvelle approche régionale a pu influencer l’architecture de Zévaco, dont les habitats sociaux sont les premières manifestations de ces préoccupations « régionales » pour son architecture domestique.

Le Groupe des Architectes Modernes Marocains

Les figures relais d’Écochard et l’ATBAT-Afrique dans la création du GAMMA

34À Casablanca, les jeunes architectes profitent d’un climat cosmopolite et travaillent aux côtés de confrères suisses, italiens, allemands et de bien d’autres origines. Dans un pays où la demande immobilière est très forte, leur intérêt se porte sur les mouvements architecturaux du monde entier (cf. Florin, supra). L’espace de dialogue pour Jean-François Zévaco, Jean Chemineau, Élie Azagury ou Gaston Jaubert est le GAMMA, le Groupe des Architectes Modernes Marocains. Leurs discussions ont lieu chez les différents architectes et ont pour objectif de faire exister une branche marocaine présente et énergique dans les CIAM dont l’activité reprend par ailleurs en 1947 (Cohen et Eleb, 1998, p. 306). En 1956, Zévaco reçoit une convocation intitulée GAMMA-CIAM-Maroc qui précise : « la prochaine réunion prévue pour le 7 mars à Rabat est reportée au mardi 13 mars à 21 heures, chez Chemineau, rue Normand à Rabat » (Hofbauer, 2007, Annexe 18).

35La liste des destinataires nous permet également de savoir qui participait à ces réunions : ainsi y figurent Aujard, Azagury, Basciano, Chemineau, Delanoé, Delaporte, Deneux, Ewerth, Forichon, Godefroy, Jaubert, Mas, Mauret, Perrotte, Riou, et les Tastemain. La présence de Forichon et de Godefroy, travaillant tous deux pour le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, nous montre que le mouvement est lié à l’équipe d’Écochard.

36Ces réunions ont généralement toutes lieu à Rabat, alors que la majeure partie des architectes vit à Casablanca. Questionné à ce sujet, l’architecte Azagury répond que dans la capitale marocaine résidait Écochard. L’action de ce dernier est en effet déterminante : à la tête du Service de l’Urbanisme, Écochard applique le discours fonctionnaliste et forme un « relais vers le sud de la diffusion de la Charte d’Athènes » (Cohen et Eleb, 1998, p. 306). Ainsi, « la formation du groupe marocain résulte des actions convergentes et successives d’Écochard et de Candilis » (ibid.).

37Toujours interrogé sur le GAMMA, Azagury énumère les noms des architectes de sa génération étant « arrivés » au Maroc ; il nomme alors Candilis, Woods ainsi que l’ATBAT-Afrique et à leur propos, il déclare : « ils ont été un peu des rassembleurs » (L. Hofbauer, 2007, Annexe 4).

38En effet, l’ingénieur Vladimir Bodiansky qui avait créé le bureau d’étude pour construire l’Unité d’habitation à Marseille et l’atelier des bâtisseurs développe la filiale nord-africaine ATBAT-Afrique à laquelle prend part Georges Candilis, puis Shadrach Woods (Cohen et Eleb, 1998, p. 325). Tout en reprenant certains principes de l’Unité d’habitation comme les balcons brise-soleil ou le toit-terrasse, l’ATBAT-Afrique veut aussi faire référence aux architectures nord-africaines comme les greniers-citadelles ou les villages fortifiés de l’Atlas afin de « réaliser un habitat collectif tenant compte du climat, de la culture, et du contexte local » (Curtis, 2006, p. 443). Les immeubles des Carrières Centrales à Casablanca (1952) (Cohen et Eleb, 1998, p. 325) témoignent des préoccupations « régionalistes » qui occupent les CIAM. Ainsi, les réalisations de en termes d’habitats sociaux sont directement nourries de ces préoccupations et de ces expériences.

Les propositions « régionalistes » des habitats sociaux de Zévaco

« Bien que les éléments architecturaux préconisés eussent une attitude foncièrement nouvelle par l’agencement, la dimension et le matériau, leur soumission à la loi solaire donnait à nos propositions une parenté indiscutable avec les architectures arabes. Il sera possible de reconstituer non pas le style arabe […] mais le confort arabe, c’est-à-dire la fraîcheur et l’abri, le soleil et la vue à volonté, et les contrastes si prodigieusement architecturaux des volumes vastes et petits » (Volait et Peycere, 2003, pp. 98-99).

39Dans l’œuvre de Zévaco, les habitats sociaux sont les premiers bâtiments dans lesquels cette nouvelle approche régionale est perceptible. Architecture souvent destinée à une population locale, l’architecte se rattache aux principes véhiculés par l’ATBAT et apporte des solutions qui seront couronnées du Prix Aga Khan pour l’architecture, en 1980. En effet, c’est le cas pour les villas en bande qu’il établit à Agadir en 1964, où il propose, par un jeu de patio, des habitations économiques en rez-de-chaussée éclairées de toute part. En 1959, les logements économiques qu’il construit à Marrakech intègrent aussi les notions développées par Le Corbusier dans son Voyage d’Orient, pour lesquelles la lumière et le climat semblent avoir été à l’origine de la forme et du parti architectural.

40Dans ces réalisations, comme en témoignent les volumes bas des villas en rez-de-chaussée ou encore le béton laissé brut des logements indépendants de Marrakech, c’est aussi une forte intégration au paysage qui est recherchée. Cet aspect de l’architecture de Zévaco est d’autant plus caractéristique de son œuvre qu’elle est aussi visible dans ses écoles pour la Mission française, la station thermale de Sidi Harazem, ou le centre de rééducation de Tit-Mellil, dont les photographies de Marc Lacroix renforcent encore l’esthétique.

41Par ailleurs, les réflexions menées par l’architecte pour une architecture « régionale » dans le cadre de l’habitat social des années 1950 se retrouveront dans un contexte cependant différent : celui de l’Indépendance et de la commande pour l’habitat privé.

Le Brutalisme comme image d’un Maroc moderne

42Le Brutalisme, qui devint rapidement un mouvement international comme en témoignent notamment les œuvres japonaises, doit à l’Unité d’Habitation de Le Corbusier le rapport nouveau entre le béton et une nouvelle expression poétique en architecture. Le Brutalisme devient au Maroc un langage moderne national lors de la reconstruction d’Agadir, après le séisme de 1960 (Culot et Thiveaud, 1992, p. 163), mais cette esthétique est alors aussi empruntée pour une rhétorique différente : celle de la solidité des bâtiments et de la force du programme de la reconstruction.

43À travers la Poste principale d’Agadir, véritable écrin opaque au soleil intense de la ville côtière, Zévaco crée une œuvre bâtie qui, plus qu’« adaptée » au pays, est l’image de ce pays. Tout en s’inspirant de modèles internationaux, la dialectique exprimée par l’architecture de Zévaco est celle d’une volonté d’intégration au site, celle d’un béton qui se confond avec le décor environnant, comme en témoignent les photos de Marc Lacroix lorsqu’il photographie les œuvres de Zévaco, ou celles de ses contemporains marocains comme Azagury et Ewerth pour lesquelles il adopte un point de vue rasant presque le sol. Les volumes en porte-à-faux comme les brise-soleil sont alors mis en valeur par une vue en contre-plongée. Les angles sont saillants et les volumes dynamiques ce qui accentue toute leur modernité. Les photos en noir et blanc rendent criarde la blancheur chirurgicale de l’architecture moderne et, par les contrastes mis en valeur, contribuent à accentuer leurs références aux modèles internationaux (exemple de la station service de Marrakech).

La production de villas cossues pour une élite marocaine : l’introduction de nouvelles exigences

  • 8 « While divergent movements of architectural developments were taking shape after independence in 1 (...)

44Lorsque Udo Kultermann, dans son article « Contempory Arab Architecture », traite des architectes et des architectures du Maroc, il signale que, après 1956, la forte assimilation culturelle des éléments français est encore présente, mais que, aux côtés de celle-ci « grandit la reconstruction de la tradition Arabe »8.

45L’architecture de Zévaco est alors citée comme représentative de ce changement, aux côtés de celle de Henri Tastemain, d’Éliane Castelnau ou de Jean-Paul Ichter. Le développement de cette « nouvelle » architecture au Maroc selon Kultermann, est illustrée notamment par l’hôtel Yasmina que Zévaco construit à Cabo Négro, ainsi que sa propre villa à Casablanca. À travers les multiples influences internationales évoquées plus haut et l’adoption de principes distributifs, du vocabulaire introverti de l’architecture des villas voulus par une certaine élite marocaine, va s’opérer une synthèse entre les différents modèles, se rattachant ainsi à ce que Benevolo nomme, à propos des années 1960 et 1970, « l’inévitable éclectisme ».

Les éléments d’une marocanisation de la villa

46Lorsque les réflexions sur les besoins des Marocains en matière de logement social sont menées sous le Protectorat, le membre américain de l’ATBAT-Afrique, Shadrach Woods, ici interrogé par Udo Kultermann, dessine ainsi les exigences de la maison arabe : « The European dwelling is extrovert, oriented toward the outside world, and loaded with mechanical equipment. The Muslim dwelling is introvert, inner oriented, and generally has little mechanical equipment ».

47Dans le domaine de l’habitation privée après l’Indépendance, la construction de villas pour ses commanditaires, désormais presque exclusivement Marocains, ouvre l’architecture de Zévaco à ces mêmes exigences en ce qui concerne la conception des espaces. Les inclinations des commanditaires en termes de réception à travers le salon marocain se conjuguent à des usages culturels notamment liés à la volonté de la fermeture de l’habitation sur l’extérieur.

48Ces nouveaux paramètres viennent indubitablement transformer l’architecture de Zévaco. Néanmoins, ces changements dans le parti architectural sont-ils si contraires à la pensée moderniste de l’architecte ? En outre, contrairement aux villas traditionnelles décrites ici par Woods, les villas modernes construites par Zévaco ne s’inscrivent pas dans le tissu urbain serré d’une médina, mais sont construites dans des secteurs résidentiels sur des parcelles espacées les unes des autres.

49Ainsi, à travers cette double lecture, la question de la rupture dans l’architecture de Zévaco d’une part, et l’ipséité de la commande d’autre part, nous pouvons nous pencher sur l’intégration d’une « marocanisation » de la villa, le terme étant employé ici comme il le fût pour parler de la marocanisation des institutions, de l’économie, ou des professions lors de la naissance du Maroc indépendant.

Le patio

50Une première interprétation du patio est introduite dès 1962 dans le projet de la villa Filali. Quatre corps de bâtiments encerclent une cour ouverte et paysagée, mais alors qu’elle devrait être hermétique à l’extérieur, une des ailes s’ouvre largement sur un jardin. Le patio perd le sens qu’il avait dans la villa traditionnelle tel que le définit Zerhouni :

« Le patio est une cour intérieure agrémentée de parterres de fleurs, de quelques arbres, de fontaines… c’est un espace architectural hérité de l’Andalousie que nous retrouvons à peu près intact dans son aspect aussi bien que dans sa fonction dans certaines maisons de la médina de Fès. C’est un espace strictement citadin, recherche de verdure et de fraîcheur à l’intérieur de la maison […] ; toutes les pièces s’ouvrent largement sur lui (les murs de façade étant en général aveugles au rez-de-chaussée). Il permet ainsi de préserver la maison des regards indiscrets de l’extérieur mais sert surtout comme volant thermique ou régulateur de température » (Zerhouni, 1978, p. 49).

51Pour sa propre villa en revanche, construite en 1975, l’architecte utilise le grand oculus de son salon comme un patio : pouvant s’ouvrir entièrement, il permet à la fraîcheur de glisser à l’intérieur de la maison la nuit et de l’éclairer le jour. Le salon est pensé comme une cavité avec des marches et une fontaine en son centre. Dans les villas de plan rayonnant comme, par exemple, dans le projet de la villa Dlimi de Rabat, les patios sont intégrés à chaque chambre et donnent sur l’extérieur, devenant ainsi des petits jardins privatifs.

Une habitation introvertie

52Un autre aspect important de l’habitation marocaine, que décrit Woods, est celui de la villa introvertie. Elle est en effet fermée à l’extérieur, d’une part pour des raisons de chaleur et, d’autre part, elle est fermée aux regards et aux signes ostentatoires. Dans les villas édifiées dans les années 1950, cette caractéristique peut être observée lorsqu’elle est retenue pour la protection contre la chaleur, mais non pour son aspect centripète. Les villas Craig et Suissa affichent très haut leurs brise-soleil, l’élément qui cache et qui protège l’intérieur des rayons du soleil devient lui-même ostentatoire. La villa Rosilio, malgré une façade de claustra, s’affiche et se montre comme une villa occidentale. En revanche, les projets des années 1960 et les constructions des années 1970 traduisent l’introversion de la maison musulmane jusqu’à l’exagération, comme Zévaco le met en œuvre pour sa propre villa et atelier en 1975. La villa Robic, en 1953, constitue le premier exemple de ce parti-pris, et la villa Sekkat en 1960 renforce cette idée de fermeture au monde extérieur.

53Le lien avec le « dehors » se caractérise aussi par l’entrée, le seuil de l’habitation. Les portails d’entrée des villas que Zévaco construit font systématiquement appel à une forte recherche plastique. L’habitation étant en retrait sur une parcelle ombragée et jardinée, le portail semble devenir la « façade visible » de la villa. L’architecte la signale et transmet des informations sur l’œuvre que la clôture renferme. Quant à la villa Kabbaj, elle est composée de gros blocs de pierre, utilisés à l’intérieur pour certaines façades ainsi que pour la sculpture de l’entrée. À partir de 1960, la porte d’entrée ne fait que très rarement face à la rue, préférant les entrées en chicane, comme pour la villa de Monsieur Bordes (1976) (Photo 5).

Photo 5. Villa de Monsieur Bordes (1976).

Photo 5. Villa de Monsieur Bordes (1976).

Cliché : L. Hofbauer (2006).

Un espace communautaire

  • 9 Hensen J., villa comme habitat urbain, BESM n° 122, 1973, in Changement social et aliénation en arc (...)

54Enfin, l’habitat pour l’élite marocaine moderne conçu par Zévaco, que l’on pourrait désigner par une oxymore, « la villa marocaine traditionnelle », est un espace social dans lequel s’organise une vie communautaire, tel que le décrit Hensen dans son article « villa comme habitat urbain »9. Nous pouvons observer que le programme des villas de Zévaco après 1956 contraste avec les maisons des années 1950, à l’instar de la villa Craig, conçue pour une famille nucléaire. Ainsi, en 1970, la villa Zniber de Rabat a été imaginée initialement de manière trop exiguë par Zévaco, qui a dû agrandir son projet afin de loger non seulement le couple Zniber et leurs enfants, mais aussi leurs parents et même leurs grands-parents. Pour cette période, les exigences et la richesse de ces nouveaux commanditaires conduisent ces villas à être en général de vastes habitations.

55De nombreux éléments viennent transformer et repenser la distribution des villas de l’après-Indépendance, mais celle-ci a intégré et ainsi conservé des caractéristiques de la villa « occidentale », notamment le bloc de service qui régit le travail et la circulation des domestiques et qui est conservé pour l’essentiel de ces villas. La buanderie est présente dans les grandes habitations presque systématiquement alors que cet espace n’existe pas dans la maison traditionnelle (Zerhouni, 1978, p. 49), et l’office sert toujours au service de la salle à manger, mais aussi du salon marocain. Ainsi, les nouvelles exigences de l’élite marocaine nécessitent d’intégrer le salon marocain, ce qui reconfigure la distribution de la villa et, au-delà même, l’architecture de Zévaco.

Le « salon marocain » en question

56L’introduction du salon marocain dans les villas de Zévaco mérite une analyse à plus d’un titre. Son apparition est chronologiquement liée à l’accès à l’Indépendance et à la nationalité marocaine des nouveaux commanditaires. Elle serait ainsi l’application de leurs usages de l’habiter en terme de réception et de confort. Dans les maisons paysannes, ainsi qu’elles ont été décrites par Ben El Khadir et Lahbabi dans le Nord marocain (1989, p. 95), cette pièce, « démesurément longue » et étroite autour de laquelle sont disposées des banquettes, est en effet une disposition traditionnelle ; l’architecte Azagury témoigne : « c’était à la fois des lieux de réunion, des lieux où l’on dormait [sur les banquettes], et un lieu pour manger ».

57Mais la pièce a aussi un rôle cérémonial, comme l’indique Zerhouni (1978, p. 49) : « Le salon marocain ou salon traditionnel est à l’origine et reste la pièce principale de la maison aussi bien en volume qu’en importance. Pièce d’apparat du maître de maison ; c’est là qu’il reçoit quand les gens sont en grand nombre (souvent la centaine ou plus) pendant les nombreuses fêtes religieuses et familiales (naissance, mariage…) ».

  • 10 C’est en faisant visiter sa villa construite par Zévaco à Casablanca que Madame Zniber nous a fait (...)

58Dans les villas commandées à Zévaco après l’Indépendance, son usage systématique semble répondre à une exigence en termes de tradition et de sociabilité. Ainsi, un couple représentatif de l’élite marocaine questionné sur ce point, et qui commande trois villas à Zévaco après l’Indépendance, nous répond que le salon marocain est tout à fait indispensable10.

59Pour Zévaco, l’introduction de cet espace semble être contraignant du point de vue de la distribution car la pièce fermée et étroite se retrouve isolée dans un plan libre. Surtout, elle représente la construction d’une pièce supplémentaire, car jamais dans l’architecture de Zévaco, le salon marocain ne remplace le salon : il l’accompagne. D’après Zerhouni (1978, p. 49), son utilisation n’est par ailleurs qu’occasionnelle : « par suite de l’évolution du mode de vie, les fêtes se font de plus en plus rares et ce salon ne se trouve utilisé qu’une ou deux fois par an ».

60Ainsi, d’après l’étude des plans des villas construites après 1956, nous pouvons constater que la création et l’usage du salon marocain est une demande, en termes de mode et de référent culturel, de la part des nouveaux commanditaires. Son intégration dans les villas construites par Zévaco modifiera considérablement son architecture.

L’intégration du « salon marocain » dans l’œuvre privée de Zévaco

61Dans la villa que construit Zévaco à Casablanca pour Monsieur Sebti, l’espace de réception est constitué de trois pièces : la salle à manger, le séjour, et le salon marocain. La réception comprend alors un espace que l’on peut qualifier d’occidental, c’est-à-dire le séjour et la salle à manger, et marocain par la présence du salon traditionnel. Cette disposition sacrifie-t-elle le parti moderne de l’habitation ? C’est la question que nous avons posée à l’architecte Azagury, témoin de cette époque et sans doute confronté aux mêmes dilemmes. Ce dernier, tout en clamant que le salon marocain lui posait un problème énorme, fait par ailleurs référence aux œuvres de Richard Neutra et à la disposition de ses espaces de séjour qui semblent apporter des solutions aux questions des architectes marocains : dans la maison du désert à Palm Springs, en effet, les banquettes du salon forment un « L » autour d’une table. À la différence du « U » fermé des salons traditionnels marocains, cette disposition permet l’ouverture et l’insertion de cette disposition à un plan libre. C’est d’ailleurs le parti pour lequel opte Zévaco dans la salle de séjour de la villa Sekkat et dans celle de la propriété de la princesse Lalla Aïcha en 1962.

62Cependant, le salon marocain est aussi traditionnellement accompagné d’un décor composé de panneaux sculptés, de zelliges, de coussins colorés et, souvent, d’un plafond charpenté et polychrome. Comment cette esthétique peut-elle s’insérer aux villas de Zévaco ? Cette question semble avoir été problématique à tel point que, pour la villa Zniber de Rabat, le salon marocain est prévu dans un kiosque dans le jardin. La solution qu’adopte Zévaco est pour le moins radicale puisque le salon marocain est complètement rejeté de l’habitation. C’est également le cas, huit ans plus tard, pour la villa Kabbaj : pour cette villa d’acier et de verre au vocabulaire emprunté à Mies van der Rohe, une véritable « annexe de réception » est construite au fond d’un immense jardin derrière une colline artificielle. Ainsi, se donne à voir une architecture antinomique, composée de bassins décorés de zelliges colorés au centre desquels l’architecte construit un bâtiment prenant la forme d’une tente marocaine (Photo 6). À l’intérieur, une porte en bois sculptée et démesurée ouvre sur un salon marocain au décor des plus traditionnel.

Photo 6. Villa Kabbaj (1978).

Photo 6. Villa Kabbaj (1978).

Cliché : L. Hofbauer (2006).

63Ainsi, si des solutions modernes, c’est-à-dire l’insertion dans un plan libre et l’ouverture de la pièce, peuvent être adoptées dans l’architecture de Zévaco pour répondre à la demande locale, ce dernier choisira la plupart du temps de ne pas intégrer le salon marocain au plan d’ensemble et de le rejeter hors les murs de l’habitation. Cette option architecturale permet l’adoption traditionnelle de cet espace marocain dans les villas modernes de Zévaco.

Conclusion

64En resituant l’architecture de Zévaco dans le contexte casablancais de l’après-guerre, il apparaît que l’architecte est intimement lié à l’avant-garde architecturale composée de Tastemain, d’Ewerth, d’Azagury, mais aussi plus tard d’Écochard et de l’ATBAT-Afrique. Cependant, dans ses premières réalisations, les villas de Zévaco, malgré une esthétique moderne, sont tributaires d’un système constructif hérité de l’hôtel particulier parisien du XIXe siècle.

65La villa Rosilio présente le premier cas de plan libre chez l’architecte qui, par un jeu de dénivellations, créera un véritable parcours architectural. Modelée sur un parti-pris inspiré des idées du Mouvement moderne des années 1920, la villa Rosilio, par son « piano à queue » qui couvre son toit-terrasse, dialogue avec le Brésil d’Oscar Niemeyer. Mais c’est également à travers ses habitats sociaux que le détachement progressif des idées radicales du Mouvement moderne semble peu à peu se faire sentir. L’arrivée de l’ATBAT-Afrique sur le sol marocain et le rôle d’Écochard dans la création du GAMMA déclenchent plus qu’une nouvelle approche régionale, une nouvelle démarche dans l’architecture de Zévaco.

66L’approche chronologique, dont la scission est l’Indépendance du Maroc, permet de mettre en exergue les facteurs politiques et sociaux qui semblent régir aussi bien la commande publique que la commande privée de Zévaco. La clientèle de l’architecte est passée d’une population aux origines françaises, européennes ou américaines, à une clientèle locale et son architecture s’en est vue transformée. Les conceptions de la distribution, mises en relation avec les structures sociales et familiales, nous ont permis d’observer que, après 1956, l’introduction d’éléments comme le salon marocain ou le patio reflète une assimilation des pratiques locales voire, parfois, d’interprétation et de reformulation.

67Cependant, à la lecture de son œuvre architecturale, cette transformation en lien avec l’histoire du pays coïncide temporellement aussi avec, notamment, la crise des CIAM, les nouvelles approches régionales et le rejet des théories modernes. L’histoire de l’architecture de Zévaco est indissociable des idées de ses contemporains et de son appartenance à son temps.

Haut de page

Bibliographie

Ackerman J.S., 1997, La villa, de la Rome antique à Le Corbusier, Paris, Hazan, 396 p.

Ben El Khadir M. et Lahbabi A., 1989, Architectures régionales, un parcours à travers le nord marocain, Casablanca, 209 p.

Billard T. et Buisson É., 2004, Promenade contemporaine dans les Case Study Houses, Besançon, Éd. de l’Imprimeur, coll. « Tranches de Villes », 318 p.

Bruand C., Leprun S. et Volait M. (dir.), 1996, « Figures de l’orientalisme en architecture », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° spécial 73-74, Aix-en-Provence, Édisud, 320 p.

Cohen J.-L. et Eleb M., 1998, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 478 p.

Cohen J.-L. et Eleb M., 2003, Les mille et une villes de Casablanca, Courbevoie, ACR, photos de M. Lebrun, 336 p.

Culot M. et Thiveaud J.-M. (dir.), 1992, Architectures françaises d’Outre-mer, Paris, IFA, Mission des Travaux historiques de la Caisse des Dépôts et Consignations et Liège, Mardaga, coll. « Villes », 405 p.

Curtis W., 2006, L’architecture moderne depuis 1900, Paris, Phaidon, 736 p.

Eleb M. et Debarre A., 1995, L’invention de l’habitation moderne. Paris, 1880-1914, Paris, Hazan, 534 p.

Eleb M. et Debarre A., 1999, Architectures de la vie privée. XVIIe-XIXe siècles, Paris, Hazan, 300 p.

Ghirardo D., 1997, Les architectures post-modernes, Paris, Thames & Hudson, 240 p.

Fontaine J. et Bastin C., 2004, La maison de verre, Paul-Amaury Michel, Bruxelles, Archives d’Architecture Modernes (AAM), coll. « Carrés d’architecture », 64 p.

Frampton K., 1985, L’architecture moderne. Une histoire critique, Londres-Paris, Thames & Hudson, 399 p.

Giedion S., 1954, « The Regional Approach », Architectural Record, pp. 132-137.

Gonzalez Gortazar F., 1994, La arquitectura mexicana del siglo XX, Mexico (Primera edicion), 530 p.

Hofbauer L., 2006, Le modernisme syncrétique de Jean-François Zévaco (1916-2003), mémoire de Master 1, sous la dir. de J.-B. Minnaert, Univ. François-Rabelais de Tours, 110 p.

Kassou A., 2005, « Maroc. Attirail et résultats : le grand décalage », pp. 191-223, in Abry A. et Carabelli R. (dir.), Reconnaître et protéger l’architecture récente en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 336 p.

Kidder Smith G.E., 1950, « Report from Morocco », Architectural Forum, juin, pp. 64-72.

Kultermann U., 1963, Neues Bauen in Afrika, Tübingen, 180 p.

Kultermann U., 1983, « Contemporary Arab Architecture », Mimar, Architecture in development, n° 7, pp. 60-66.

Lahbabi A., 1976, « Changement social et aliénation en architecture au Maroc », Lamalif, n° 77, janvier-février.

Minnaert J.-B. (dir.), 2005, Histoire d’Architectures en Méditerranée XIXe-XXe siècles, une historiographie naissante, Paris, Éd. de la Villette, coll. « Penser l’espace », 399 p.

Midant J.-P. (dir.), 1996, Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle, Paris, Hazan et Institut Français d’Architecture, 1002 p.

Ragon M., 1968, Esthétique de l’architecture contemporaine, Neuchatel, Éd. du Griffon, 155 p.

Ragon M. et Tastemain H., 1999, Zévaco, Paris, Éd. du Cercle d’Art, 240 p.

Ragot G. (dir.), 2003, L’invention d’une ville, Royan années 50, Paris, Monum, Éd. du Patrimoine, 308 p.

Venturi R., Brown D. et Izenour S., 1987, L’enseignement de Las Vegas, ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Mardaga, coll. « Archi Recherche », 192 p. (1re éd. 1991, en américain).

Vian des Rives R. (dir.), 2001, La villa Kérylos, Paris, Éd. de l’Amateur, 224 p.

Vermeren P., 2002, Histoire du Maroc depuis l’Indépendance, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 128 p.

Volait M. et Peycere D., 2003, « Patrimoines partagés, architectes français au sud et à l’est de la Méditerranée », Colonnes, n° 21, février, pp. 98-99.

Weston R., 2009, Maisons du XXe siècle, Paris, Hazan, coll. « Architecture et Urbanisme », 272 p. (1re éd. 2002).

Zerhouni S., 2006, « La villa Rosilio », Architecture du Maroc, n° 26, février-mars, pp. 10-14.

Zerhouni T., 1978, « Architecture et valeurs socio-culturelles », Lamalif, n° 102, décembre, p. 49.

Revues

Aujourd’hui-Art et Architecture : n° 21, avril 1959, pp. 78-79 / n° 35, février 1962, pp. 83-86 / n° 36, avril 1962.

Architecture d’Aujourd’hui : n° 35, 1951 / n° 72, 1957.

Architecture Méditerranéenne : n° 44, novembre 1994, pp. 67-73.

AM, Architecture du Maroc : n° 10, mars-avril 2003, pp. 11-14.

Chantier : n° 15, 1954.

« Contemporary Arab Architecture », Mimar, Architecture in development, n° 7, 1983, pp. 60-66.

« Maroc », Encyclopédie de l’architecture, Petites maisons, villas et bungalows, Paris, Albert Morancé, sd.

Articles

« Casablanca, le développement prodigieux d’une ville en pleine fièvre de croissance », Réalités, n° 89, juin 1953, pp. 48-55.

« Courtyard Houses Agadir », Architecture and Community, 1983.

« Maroc : Jean-François Zévaco », Archiscopie, n° 30, mars 2003, pp. 23-24.

« Report from Morocco », Kidder Smith G.E., Architectural Forum, juin 1950, p. 72.

Catalogues

« Architectures Expérimentales, 1950-2000 », Collection du Frac Centre, HYX, Sind.

Cohen J.-L. et Eleb M., Casablanca, Portrait d’une ville, Espace Électra, du 28 mai au 18 juillet 1999, Paris, 1999.

Coellier S., Olivier Seguin, Château de Tours, juin-juillet-août 1992, Tours, 1992.

Institut National du Patrimoine, Architecture coloniale et patrimoine, l’expérience française, Actes de la table-ronde organisée par l’Institut National du Patrimoine, Paris, 17-19 septembre 2003.

Sources orales

Jacqueline Alluchon, à Casablanca, novembre 2005 et décembre 2006.

Élie Azagury, à Casablanca, novembre 2006.

Monsieur Bordes, à Rabat, décembre 2005 et novembre 2006.

Patrice de Mazière, à Rabat, décembre 2006.

Ahmed Kabbaj, à Casablanca, décembre 2006.

Jacques Péré, à Tours, le 17 mai 2006.

André Privé, à Rabat, le 9 décembre 2005.

Olivier Seguin, à Cérelles, le 24 mai 2006.

Henri Tastemain, à Rabat, le 29 novembre 2005, et à Paris, le 20 mars 2006.

Charles Teboul, à Paris, mars 2006.

M. et Mme Zniber, à Casablanca, novembre 2006.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Pontrémoli (1865-1956), Prix de Rome et premier architecte à diriger l’atelier d’architecture de l’ENSBA en 1934 ; cf. Midant (dir.), 1996, p. 716.

2 La villa Kérylos fut construite par Pontrémoli pour Théodore Reinach à Beaulieu-sur-Mer. C’est la réplique, réelle ou interprétée, d’une villa de la Grèce antique ; cf. Vian des Rives (dir.), 2001.

3 Voir, pour ces dessins, la cote XX de l’inventaire du Frac Centre ; cf. Hofbauer, 2007.

4 Par « architecture coloniale », nous entendons ce terme comme il est employé par Toulier dans Architecture coloniale et patrimoine, l’expérience française, Actes de la table ronde organisée par l’Institut National du Patrimoine, Paris, 17-19 septembre 2003.

5 Steve M., in Vian des Rives R. (dir.), p. 126.

6 La villa a subi une intense restauration qui rend aujourd’hui difficile la lecture de son état d’origine. Les changements les plus marquants sont l’ajout de deux corps bas de chaque côté de la construction, ainsi que d’une pergola sur le grand balcon. La destruction est totale pour l’aménagement de l’étage, du bloc de service du rez-de-chaussée, du sous-sol, du jardin, et de la piscine ainsi que son mur de verre. Enfin, les sols et les murs de toute l’habitation ont également été modifiés. Cf. Kassou, in Abry et Carabelli (dir.), 2005, p. 213, qui explique : « la chaîne de boulangerie-pâtisserie Paul joue la carte des années 1950 en s’installant dans la villa Zévaco [villa Suissa de l’architecte Zévaco] considérablement réaménagée ».

7 C’est à travers la Millard House, construite en Californie en 1923, que Frank Lloyd Wright fait connaître sa technique dite des blocs textiles. Ces blocs de béton standardisés, constitués de la terre et des minerais du site sur lequel la maison s’étend, ont un motif standard sur leur face visible, donnant à l’ensemble du mur un aspect textile qui s’intègre à l’environnement alentour.

8 « While divergent movements of architectural developments were taking shape after independence in 1956, the strong cultural assimilation of french elements remained, but alongside was a growing reconstitution of the Arab tradition » (Kultermann, 1983, p. 62).

9 Hensen J., villa comme habitat urbain, BESM n° 122, 1973, in Changement social et aliénation en architecture au Maroc, Lahbabi Abderrafih, Lamalif n° 77, janvier-février 1976.

10 C’est en faisant visiter sa villa construite par Zévaco à Casablanca que Madame Zniber nous a fait part de cette remarque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Immeuble Les Studio à Casablanca, Marius Boyer architecte.
Crédits Cliché : L. Hofbauer, 2005.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Photo 2. Banque Nationale du Commerce (1950), Alexandre Courtois architecte.
Crédits Cliché : L. Hofbauer, 2005.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 3. La villa Suissa (1947).
Crédits Cliché : L. Hofbauer (2005).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Photo 4. La villa Rosilio (1949).
Crédits Cliché : L. Hofbauer (2006).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Photo 5. Villa de Monsieur Bordes (1976).
Crédits Cliché : L. Hofbauer (2006).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Photo 6. Villa Kabbaj (1978).
Crédits Cliché : L. Hofbauer (2006).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/77/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucy Hofbauer, « Transferts de modèles architecturaux au Maroc », Les Cahiers d’EMAM, 20 | 2010, 71-86.

Référence électronique

Lucy Hofbauer, « Transferts de modèles architecturaux au Maroc », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 20 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://emam.revues.org/77

Haut de page

Auteur

Lucy Hofbauer

Historienne de l’Architecture, Chargée des publics au Fonds Régional d’Art Contemporain, Région Centre

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page