Navigation – Plan du site
Culture et politique

La poésie sahraouie dans la naissance de la conscience nationale

Juan Ignacio Robles Picón, Juan Carlos Gimeno Martìn, Bahía Mahmud Awah et Mohammed Ali Laman
Cet article est une traduction de :
La poesia saharaui en el nacimiento de la conciencia nacional

Résumé

Cet article propose un échantillon de la poésie écrite durant les décennies 1950, 1960 et 1970 par les poètes et poétesses sahraouis. Ces extraits sont tirés d’œuvres qui non seulement possèdent une extraordinaire valeur littéraire parce qu’elles participent du patrimoine immatériel sahraoui, mais qui de plus traduisent, transmettent et légitiment les profonds changements de l’univers de signification d’un peuple sahraoui en train de naître, et qui émerge à cette période-là en tant que sujet politique. Cet article est le résultat d’un travail en co-élaboration entre des chercheurs sahraouis (résidant dans les camps de réfugiés et en Espagne) et des chercheurs espagnols. Il se voudrait un moyen de restauration du patrimoine culturel que constitue la poésie sahraouie composée en hassaniya, en vue de sa sauvegarde et de sa transmission.

Haut de page

Texte intégral

Cet article est le résultat de deux projets de recherche. Le premier, intitulé « Recuperación de la memoria del pueblo saharaui » (« Récupération de la mémoire du peuple sahraoui »), du ministère sahraoui de la Culture, avec la collaboration du département d’anthropologie sociale et pensée philosophique espagnole de l’Université autonome de Madrid et de l’association Antropología en Acción. Le deuxième est un projet I+D+i (nº CS02012-35314) intitulé Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux). D’autres résultats issus du même projet et en rapport avec cet article peuvent être consultés dans Gimeno, Robles, 2011 ; Gimeno, Robles, 2012 ; Gimeno, Martín Pozuelo, 2010 ; Mahmud Awah, 2012 ; Rodríguez, 2012.

Introduction : la poésie sahraouie dans le cadre des luttes anticolonialistes et pour la libération nationale

  • 1 Le « bled al bidan » signifie le pays des Blancs (les Maures) par opposition au « bled es soudan », (...)
  • 2 La poésie en hassaniya est historiquement très diversifiée, en ce qu’elle s’inspire d’un vaste éven (...)
  • 3 Quelques extraits de « joutes poétiques » ont été réunies dans l’ouvrage de S. Caratini (1989) : Le (...)

1Élaborée par des poètes qui vivent et qui vécurent dans l’espace bidan1, qui est ici un espace aux frontières floues, compris entre le Sahara occidental, le Nord et l’Ouest de la Mauritanie, le Sud-Ouest de l’Algérie et le Sud du Maroc (Caro Baroja, 2008), la poésie sahraouie est ouverte à de nombreux sujets2 et prend souvent la forme d’une récitation des moments épiques relatant l’affrontement entre tribus à l’occasion de leurs disputes séculaires pour le contrôle de pâturages très précisément situés, pour l’appropriation de bétail, pour la résolution de conflits fondés sur l’hégémonie entre différentes fractions tribales, etc. (López Bargados, 2003 ; Caratini, 19893). Caro Baroja signale qu’à l’époque qui a précédé ce que l’on a appelé la période de « pacification coloniale » – c’est-à-dire avant 1934 –, lorsque les tribus guerroyaient entre elles, chaque chef guerrier ou chaque groupe d’hommes armés se faisait accompagner d’un barde ou d’un poète, qui contribuait à exalter les hommes au moment de la bataille en récitant des poèmes où leurs exploits étaient rappelés, comme l’étaient les faiblesses de leurs adversaires (Caro Baroja, 2008, p. 412). La poésie épique occupait alors la place d’honneur dans les récitals poétiques et l’auditoire qui les écoutait accompagnait la déclamation des vers avec des expressions passionnées et des mouvements des mains et de la tête qui pouvaient être soit approbateurs, soit réprobateurs. Ces vers étaient à l’origine transmis oralement. Ce n’est que beaucoup plus tard, au cours des années 1960, qu’une partie de ces poèmes sera enregistrée par écrit, dans le cadre de programmes radio et de la presse locale.

  • 4 Cette affirmation peut évidemment être considérée comme étonnante, venant de la part d’un poète qui (...)

2Tout au long du xxe siècle, lorsque les puissances européennes étendirent leur contrôle territorial et politique sur le territoire bidan et sa population, les conflits tribaux se rajoutèrent et s’entremêlèrent aux conflits provoqués par les armées coloniales qui cherchaient à instaurer une politique de domination, laquelle consistait à récompenser les Maures des tribus amies et à pénaliser ceux qui étaient considérés comme les ennemis (López Bargados, 2003). La poésie hassaniya trouva alors des stimulations nouvelles, bien qu’elle dût se développer d’une manière particulière, différente de celle qui était connue jusqu’alors. La condition nécessaire à la poésie épique était l’existence d’un contexte de compétition, sur le champ de bataille, entre poètes qui captivaient ceux qui les écoutaient en récitant la chronique des prouesses de leur peuple. Or, pendant les trente années de la guerre contre les Français, achevée en 1934, les poètes bédouins n’avaient pas d’homologues du côté ennemi, puisqu’il n’y avait pas de poètes dans les régiments des armées coloniales, et donc personne qui soit en situation de leur répondre (García, 2002, p. 71). C’est la raison pour laquelle un poète sahraoui put soutenir à Alejandro García que « les Français ne savaient pas ce qu’était la poésie4 ».

  • 5 Charles de Foucauld, né à Strasbourg en 1858 et mort assassiné à Béni-Abbès (Sahara algérien) en 19 (...)

3Cependant, les Français, ou du moins certains Français, étaient intéressés à recueillir les poèmes des populations et sociétés placées sous le joug colonial. C’est ainsi que le vicomte Charles de Foucauld est l’auteur d’un travail extraordinaire qui nous étonne par son ampleur. De son vivant, de Foucauld fut considéré comme un homme hors du commun. Il a travaillé à son projet de recueil systématique de la mémoire orale des Touareg (Foucauld, 1925) jusqu’à sa mort en 19165. Parmi les poèmes recueillis en 1907, à une date où les Touaregs étaient sous domination française depuis déjà cinq ans, nous pouvons citer les vers recueillis de la bouche d’Elu Ag Bujeida, un jeune homme de la tribu Tetok, qui, à cette date, n’avait pas encore combattu les Français, mais qui n’avait aucun doute sur le parti que Dieu prendrait si la guerre éclatait (Sarrionandia, 2012, p. 200) :

«¡Oh, tú, en nombre de Alá y la fidelidad de los santos,

me da igual quien seas,

ve tú también a luchar contra ellos!

Pase lo que pase,

ellos no van a tener el apoyo de Dios,

todos se irán al infierno

por no obedecer al Profeta.

Únete a nosotros, porque es mejor llegar al cielo

mediante la guerra santa

que vivir sometido a esos hombres con bigote de perro

que no se cubren la cabeza.»

« Oh, toi, au nom d’Allah

et de la fidélité à tous les saints,

ça m’est égal qui tu peux bien être,

va toi aussi lutter contre eux !

Quoi qu’il arrive,

ils n’auront pas le soutien de Dieu,

ils finiront tous en enfer

pour ne pas avoir obéi au Prophète.

Rejoins-nous, car il vaut mieux arriver au ciel

grâce à la guerre sainte

que vivre soumis à ces hommes

aux moustaches de chien

et qui ne se couvrent pas la tête. »

4La « pacification » coloniale établie, les confrontations poétiques entres les poètes sahraouis ont trouvé d’autres cadres, moins épiques, où se produire. L’imposition des structures du pouvoir colonial européen avait en effet disloqué le système segmentaire qui caractérisait la société bidan, bien qu’ait été maintenue la différenciation entre tribus en application d’une conception sociologique propre aux puissances impériales, en ce qu’elle est inspirée du principe Divide et impera (« Diviser pour régner »). Pendant ce temps-là, la vie continuait à se dérouler dans le désert, car les villes ne se développèrent pas vraiment avant les années 1950.

5À partir de cette décennie-là et au fur et à mesure que le Sahara occidental s’urbanisait, la poésie fut le mode d’expression où s’exposa le mieux la concurrence entre la ville et la campagne, entre deux manières d’être au monde, deux façons de boire le thé, etc. Mohammed Ali Laman et Juan Carlos Gimeno (2007, p. 309-310) ont ainsi pu analyser quelques joutes poétiques à propos des transformations qui touchaient le rituel pour le service du thé.

6Ces confrontations (poétiques), comme celles qui les ont précédées, furent aussi l’objet de critiques émanant de poètes nés sur le territoire – tel Edjil Uld Sidi Baba –, qui choisirent d’inclure dans leurs poèmes une dimension religieuse, en évoquant par exemple la lutte des moudjahidine (combattants de la foi) contre ces infidèles chrétiens représentés par les colonisateurs tant français qu’espagnols. Cette dimension du djihad, qui s’inscrit ainsi dans une partie de la poésie sahraouie, s’est combinée petit à petit aux empreintes laissées par les idéologies véhiculées dans les luttes de résistance anticoloniale menées au cours des années 1960. Tandis que la population autochtone assimilait et assumait les idéologies de libération nationale qui étaient devenues hégémoniques au cours des années 1950 en Afrique et en Asie, la poésie sahraouie prit conscience du rôle fondamental qu’elle pouvait jouer dans le combat contre le colonialisme, en tant qu’instrument de lutte et de préservation de l’identité collective. C’était en tout cas le point de vue que soutenaient les militants des mouvements de libération nationale partout dans le monde. Et Amílcar Cabral fut probablement l’un des poètes qui exprima le mieux le rôle de la culture dans les luttes pour l’indépendance :

« Telle une fleur dans une plante, c’est dans la culture que réside la capacité (ou la responsabilité) de l’élaboration et de la fécondation du germe qui assure la continuité de l’histoire en garantissant en même temps la perspective de l’évolution et le progrès de la société en question. »

Cabral, 1973, p. 316-358.

7Dans cette phrase, Cabral fait référence à la culture comme fondement de l’existence d’un peuple, en tant qu’elle est la source où il acquiert sa dignité. C’est ce que l’anthropologue mexicain Bonfil Batalla (1982), à l’occasion de l’élaboration de ses réflexions sur la culture en tant que contrôle culturel, appelait « culture autonome ». Mais, dans le contexte sahraoui, cette culture autonome était menacée par le colonialisme, qui cherchait à imposer la sienne avec son calendrier propre. Bonfil appelait « culture aliénée » le résultat d’une politique de domination qui recherche la complicité des chefs tribaux (chioukh), et l’obtient en cooptant les plus accommodants de ces chefs (les « bons Maures »), ce qui lui permet de justifier ainsi ses actions punitives à l’encontre des dissidents. C’est contre cette « culture aliénée » que les révolutionnaires africains dirigeront leur combat. Le colonialisme, avec sa violence, avait provoqué le désordre, mais avait établi, dans le même temps, un nouvel ordre qui partageait en deux les solidarités sociales précédentes. « Le monde colonial est un monde coupé en deux », pouvait écrire F. Fanon en 1961 dans Les Damnés de la terre, entendant par là que l’action coloniale interrompt brutalement l’historicité de la culture indigène, en générant une double aliénation culturelle : celle des populations appauvries dans leur être même par les répercussions culturelles du colonialisme, et celle causée dans certaines catégories de la population qui restent liées à la métropole, mais maintenues dans des positions toujours subalternes.

8Faire face à cette double aliénation produite par l’imposition violente, du fait des puissances coloniales, d’une temporalité nouvelle (l’inscription des colonisés dans le temps du progrès apporté par les métropoles coloniales) signifie vouloir réunir à nouveau ces deux segments de la société en détruisant, par la contre-violence révolutionnaire, la temporalité coloniale et en générant ainsi un temps nouveau, un temps « national ». C’est là que la culture (une nouvelle culture) apparaît liée aux processus de libération nationale, car, comme l’a écrit Cabral :

« La culture s’avère le fondement du mouvement de libération, car seules les sociétés ou les groupes humains qui préservent leur culture peuvent se mobiliser, s’organiser et lutter contre la domination étrangère. »

Cabral A., cité par De Andrade, 1981, p. 154.

  • 6 À la suite des séjours qu’il avait effectués au Sahara, Caro Baroja se montrait surpris par la conc (...)

9La poésie sahraouie, en tant qu’expression culturelle, s’est ainsi trouvée placée au milieu de ces dynamiques générées par la pénétration progressive sur le territoire du Sahara occidental de ce qui allait devenir, pour les Sahraouis, la « Métropole », à savoir l’Espagne. Elle a alors vécu un jeu paradoxal de continuités et de discontinuités. D’une part, elle s’est développée comme un moyen de préservation identitaire, en tant que fait culturel dont la signification s’enracinait dans la vie bédouine, nomade, des générations précédentes ; une culture assumée par chaque génération et transmise oralement aux suivantes6. Et, alors que le contexte changeait, la poésie continuait à reproduire ses thèmes classiques qui incluaient, par exemple, des épisodes épiques en rapport avec la défense et la récupération de territoires, dont pourtant la localisation géographique tendait – déjà à l’époque – à être un souvenir plutôt qu’un vécu, exaltant les traditions d’un nomadisme bédouin compris comme racine identitaire fondamentale de la société. D’autre part, la poésie a évolué pour devenir un « facteur de culture » – pour reproduire une expression de F. Fanon qui distingue « fait culturel » et « facteur de culture » (cf. infra) –, c’est-à-dire qu’elle produit à ce titre, et qu’elle légitime de nouvelles formes culturelles qui se constituent en rapport avec la critique de la domination coloniale et avec la lutte pour la libération de la Nation. Une Nation conçue comme un espace en soi inscrit sur la carte des frontières coloniales, sur la base d’un principe d’organisation sociale et politique attachée à la construction d’une temporalité nouvelle, exigée pour la création d’un État moderne et centralisé. Ce processus fut celui communément adopté par tous les mouvements africains en lutte pour la libération de leur pays. Citons encore, à ce propos, Amilcar Cabral :

« La lutte de libération est avant tout un acte de culture. La lutte de libération n’est pas qu’un fait culturel : elle est un facteur de culture, en ce sens qu’elle crée un homme nouveau, une culture nouvelle qui recherche l’unité face aux divisions féodales ou tribales en quête de bien-être et de progrès social. »

Cabral A., 1973, p. 320.

  • 7 Propos recueillis le 22 novembre 2011 dans le campement de Smara.
  • 8 Cette dénomination est officielle. Elle est attribuée par le ministère de la Culture de la RASD sou (...)

10Si l’on paraphrasait la poétesse sahraouie Ljadra Mabruk, autrement connue comme la « poétesse du fusil » ou « la poétesse de la révolution », qui nous a si aimablement reçu à Smara, on pourrait dire avec elle : « La révolution nous a tous rendus poètes7. » Et il est bien vrai que les poètes allaient devenir à cette époque des figures emblématiques d’une poésie désormais nationale et nationaliste, ce qui leur permit d’être élevés au rang de poètes nationaux8.

11Voilà, du moins en partie, quel est le contexte propre et quelles sont les conditions particulières dans lesquelles s’est situé et se situe le processus de transformation historique de la société sahraouie. La culture en général et la poésie en particulier furent l’un des facteurs de cette transformation, conformément d’ailleurs à ce que Cabral avait remarqué en soulignant que les processus de libération nationale sont précédés et accompagnés d’une effervescence de l’expression culturelle dans le moment même où la société est engagée dans une tentative pour affirmer son identité propre. C’est en rapport à cela qu’il pouvait écrire, comme le rappelle l’une des citations précédentes, que la libération [nationale] est toujours et aussi un acte de culture, comme le colonialisme est toujours aussi un acte d’oppression culturelle. Selon lui, un peuple colonisé ne sera (culturellement) libre que lorsque, sans complexe et sans sous-estimer l’importance des apports de la culture émanant de la puissance colonisatrice et, éventuellement, ceux d’autres cultures, il (ce peuple) « revient sur les anciens chemins tracés par sa propre culture, laquelle est alimentée par la réalité vive de son environnement, et qu’il refuse tant les influences nuisibles que toutes les formes de soumission à une culture étrangère ». (Cabral, 1973.)

  • 9 Badi, né en 1936, est l’un des poètes nationaux du peuple sahraoui. Il peut être considéré comme le (...)

12Pour poursuivre en nous replaçant du côté sahraoui, nous reproduirons ci-dessous des vers extraits d’un poème de Mohamed Mohamed Salem « Badi »9 qui, selon nous, expriment à merveille la nécessité de considérer le passé, les origines, pour se diriger vers le futur. Il écrit :

«La existencia del pueblo se advierte

por las marcas y sus rasgos de identidad

que lo distinguen de los demás,

y por ellas lo conocerás.

Y si se aparta de sus huellas

su rastro será difícil de encontrar.»

« On se rend compte de l’existence d’un peuple

dans les marques et les traits d’identité

qui le distinguent des autres,

et grâce auxquels on le reconnaitra.

S’il s’éloigne de son chemin,

sa trace sera difficile à retrouver. »

13Pour clore cette brève introduction, nous estimons qu’il convient de signaler deux facteurs dont l’anthropologie n’a pas toujours tenu compte en tant que prémisses nécessaires de ses analyses : d’une part les processus historiques diachroniques mettant en relief les situations de subordination et de violence inhérentes aux processus de conquête puis de domination coloniale, et d’autre part l’importance qu’il y a à considérer les sujets colonisés comme des sujets historiques avec une pensée et un raisonnement particuliers que nous cherchons à mettre en évidence, ne serait-ce que brièvement, dans la suite de cet article en nous inspirant de ce qu’écrit à ce sujet S. Devalle :

« L’assimilation et l’acculturation avaient pour but, en dernière instance, de neutraliser autant la résistance actuelle qu’une éventuelle résistance à la domination de la part des cultures indigènes. La négation culturelle, la répression, l’immobilisme ou la déformation accompagnèrent et renforcèrent la domination matérielle. L’histoire et la culture des colonisés ont été généralement déniées ou dépréciées ; des sociétés entières ont été considérées comme n’ayant pas d’histoire ou ne possédant aucun dynamisme historique. La tâche consistant à remplir ce supposé vide fut ainsi dévolue, justifiée et cristallisée, à (et par) la mission civilisatrice de l’Occident. »

Devalle, 2002, p. 241-242.

Fig. 1. Le poète Ahmed Mahmud Uld Omar, 2012.

Photo de Víctor del Moral.

La poésie sahraouie dans le contexte des premières luttes anticoloniales

  • 10 Il convient d’entendre par là des sujets non spécifiquement poétiques ou culturels [NDLR].

14Au Sahara occidental, et particulièrement dans cette zone, apparurent de grands poètes produisant une littérature qui puisait son inspiration dans l’évocation de la terre natale, de la lutte anticoloniale et dans la poésie lyrique en général. On pourrait en nommer certains, tel Edjil Uld Sidi Baba, qui est l’un des plus grands poètes pour exprimer la ferveur et la bravoure et qui fut aussi l’un des premiers, parmi ces grands poètes, à avoir appelé les Sahraouis à l’union, devenant ainsi un de leurs porte-parole pour des sujets s’inscrivant dans un cadre plus général10, comme celui de la lutte contre les colonialistes français :

«Hazme trasladar a los destacados nobles

  • 11 Référence est faite ici à certains émirs de territoires mauritaniens, comme par exemple Sidi Omar U (...)

a los desprestigiados árabes reunidos11

las malas noticias que llegan de la religión deshonrada.

Quien toma ese camino hierra el camino

ahora y en el futuro.»

« [Ô, mon Dieu !], laisse-moi faire porter à ces nobles illustres,

à ces Arabes rassemblés, mais désormais sans prestige,

[la responsabilité] des mauvaises nouvelles qui annoncent que notre religion a été déshonorée.

Qui prend ce mauvais chemin se trompe de chemin

maintenant et à l’avenir. »

  • 12 Poète, écrivain, chercheur et activiste culturel sahraoui, né en 1960 à Tiris. Il a fait des études (...)
  • 13 On se reportera à ce sujet à l’article de Bahia Mahmud Awah dans ce même numéro : « Générations de (...)
  • 14 Voir à ce sujet la contribution de Juan Carlos Gimeno Martin et Juan Ignacio Robles Picón dans ce m (...)
  • 15 Poème recueilli auprès de son auteur à l’occasion d’un entretien qui eut lieu dans l’un des camps d (...)

15Pour sa part, Bahia Mahmud Awah12, écrivain et chercheur sahraoui, signale que le cheikh Mā’ al-‘Aynayn peut être tenu comme le principal précurseur de ce qui fut appelé le « deuxième âge d’or de la littérature saharienne13 » : « Véritable savant, il le représente à lui tout seul, lui dont les œuvres furent brûlées en 1913 dans sa bibliothèque de Smara par les forces françaises du colonel Mouret lesquelles, après la prise de Smara, la détruisirent entièrement en l’incendiant. » De fait, pendant trente ans, des guérilléros sahraouis appartenant à des tribus résolues attaquèrent les troupes coloniales françaises dans la badia (le désert), avant de se retirer à l’arrière pour se mettre à l’abri14. Au sujet de cette volonté de lutte, le poète Ahmed Mahmoud a écrit les vers suivants15 :

«Vuestra muerte,

como es de costumbre

es ineludible.

Compatriotas,

es preferible el martirio

que la muerte en vano.»

« Votre mort,

comme il est normal,

est inévitable.

Compatriotes,

le martyre est préférable

à la mort en vain. »

  • 16 La conférence de Berlin de 1885 est connue car c’est à l’occasion de sa tenue qu’a eu lieu le « par (...)

16Ces zones à l’arrière correspondaient territorialement non seulement aux zones traditionnelles de nomadisme des tribus, à savoir la Saguiat al-Hamra et le Rio de Oro, mais aussi au territoire attribué à l’Espagne par la conférence de Berlin de 1885 et confirmé, sous réserve de modifications mineures, par les accords d’Algésiras de 190616.

  • 17 Nous avons recueilli ce poème de la bouche de son auteur, El Husein Moulud Mohamed, lors de l’entre (...)

17À partir de 1934, les combats cessèrent après que les chefs des tribus sahraouies eurent signé la paix avec les militaires espagnols et français et que, en conséquence, les guérilléros ou moudjahidine eurent mis fin aux combats : des hostilités qui, pendant trente ans, avaient miné les forces des adversaires. Ce fut le début de ce que les autorités coloniales appelèrent la période de « pacification ». Le poète El Husein Moulud Mohamed célèbre ainsi cet événement17 :

« El señor Edjil,

sabio y poeta de su tiempo en su época,

dijo un par de versos :

Una vez que uno entra en el cielo o el infierno

ya no se puede salir ».

« Monsieur Edjil,

sage et poète de son temps à cette époque-là,

récita ces deux vers :

Une fois dans le ciel ou en enfer

on ne peut plus en ressortir. »

18Ce poète, El Husein Moulud, est né en 1952, l’année que les Sahraouis appellent Am Saaba, un terme qui désigne une année favorable pour la culture, et durant laquelle les moissons furent abondantes. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il nous signale que ces deux vers revêtent une double dimension, à la fois épique et politique, bien que, en première lecture, ils renvoient plutôt au champ du religieux – le Ciel, l’Enfer. Dans ce jeu de double sens si caractéristique de la poésie et des poètes sahraouis, on ne sait pas exactement quels sont les destinataires du conseil formulé par le sage Edjil : sont-ce les colonisateurs espagnols ou français, auxquels il enverrait un avertissement sur un ton clairement menaçant ? Ou bien s’agit-il plutôt d’une adresse faite aux Sahraouis eux-mêmes pour les inciter à poursuivre la lutte anticoloniale ? Si l’on entend bien ce que déclare El Husein Moulud, les deux interprétations se complètent plutôt qu’elles ne s’excluent :

  • 18 Propos recueillis comme indiqué à la note précédente.

« […] À mon avis, ce poème a pris cette forme religieuse pour encourager les gens [les Sahraouis] à reprendre les armes et à faire en sorte qu’ils ne les déposent pas face aux avancées des Espagnols, face à l’encerclement espagnol du territoire du Sahara18. »

  • 19 Xavier Coppolani, administrateur colonial français, est considéré comme le « fondateur » du territo (...)

19Toujours est-il que ce moment marque la fin d’une période d’hostilités qui avait commencé approximativement en 1905 avec l’assassinat à Tidjikdja, dans l’émirat mauritanien du Tagant, du responsable français du territoire mauritanien, Xavier Coppolani19. Jusqu’alors, c’est-à-dire jusqu’au moment où débute la période dite de « pacification », les affrontements, légitimés du côté sahraoui par une fatwa du cheikh Mā’ al-‘Aynayn, revêtent une double signification, car ils se situent à mi-chemin entre un combat de lutte anticoloniale et des incursions du type razzia (ou gazzi), telles celles menées traditionnellement par les chefs des tribus du territoire bidan contre leurs ennemis du moment, et qui n’avaient d’autre but que le pillage.

  • 20 L’asabiya est un concept forgé par Ibn Khaldoun pour désigner la « cohésion sociale ». Il recouvre (...)

20Tout au long de cette période de luttes anticoloniales, les guérilléros sahraouis se considéraient comme des moudjahidine, c’est-à-dire comme des combattants de la foi. Le fait d’utiliser la violence contre les troupes françaises ou espagnoles était symboliquement légitimé par la religion, autrement dit par le fait que la guerre les opposait à des infidèles blancs et chrétiens (les nazaréthiens). Par conséquent, c’étaient les fatwas des chefs religieux et des shaykh des tribus dites du « Livre » – le Coran, en l’occurrence –, qui avaient appelé au djihad, à la guerre sainte. Cette légitimation de la guerre par les fatwas était conforme à la hiérarchie des groupes tribaux qui nomadisaient sur le territoire. Une hiérarchie dominée par les lignées d’origine arabe, notamment celle des Bāni Hassan, originaires du Yémen et dont les généalogies, réelles ou fictives, les faisaient remonter jusqu’à la famille du Prophète. La légitimation religieuse des luttes anticoloniales qu’assurent à cette époque les fatwas n’en cachait pas moins toute une série d’intérêts de nature strictement économique ou stratégique qui étaient propres à chacune des factions tribales ou des groupes liés par l’asabiya20, lesquels groupes constituaient les principaux protagonistes de ces confrontations à mi-chemin entre la lutte anticoloniale, la guerre sainte et la razzia.

  • 21 Nous avons recueilli ce poème de la bouche de son auteur, Sidi Brahim Salama, lors de la rencontre (...)

21Est particulièrement éclairant à ce propos le récit que nous fit le poète Sidi Brahim Salama de l’arrestation de son père, Salama Uld Eydud21, par les troupes françaises :

  • 22 « Legsab » fait référence à des canaux d’irrigation que les français avaient laissés dans le sol lo (...)

« En 1928 environ, un peu avant la mort d’Ali Uld Meyara, Salama participait à un gazzi, appelé Gazzi Legsab22, sous les ordres de Bjay Uld El Alem. Ils devaient attaquer des éléments de troupe français qui patrouillaient à la frontière [de l’actuel] Mali. Mais ils furent victimes de la soif en cours de route. Qui put se sauver, se sauva, mais d’autres moururent. Et d’autres, comme Salama, ou encore Brahim Uld Mulay Uld Hamadi, furent arrêtés par les Français. Ils passèrent quatre ans en prison à Bamako, à Nuara et à Kisdangui. Enfin, arriva la nouvelle, via les chefs des tribus sahraouies qui collaboraient avec la France, qu’ils allaient être libérés en échange de quatre chameaux pour chacun, à valoir comme amende. Leurs proches firent une collecte pour couvrir les frais. Ils achetèrent les quatre chameaux et se rendirent avec eux à Atar, d’où ils réussirent à les faire libérer en l’an 1934. En prison, Salama Uld Eydud écrivait des poèmes qu’il transmettait oralement par l’intermédiaire des visiteurs qu’il était autorisé à recevoir :

A la familia hazle llegar

mis saludos y en especial a Yedehlu,

que estoy bien…

Me dicen que pronto estaré libre.

Uno de estos días

volveré a pasearme por Atar…»

« Transmets mon affection à toute ma famille,

et en particulier à Yedhlu,

dis-lui que je vais bien…

On me dit que je serai bientôt libre.

Un de ces jours

je recommencerai à me promener dans Atar… »

22À partir de 1934, très amoindris après trente ans d’affrontements plus ou moins continus avec les troupes françaises, une partie de ces guerriers sahraouis s’enrôla dans les Mias, compagnies méharistes qui étaient un corps militaire mixte sahraoui-espagnol, commandé par des officiers espagnols et dont les éléments étaient chargés de patrouiller à travers tout le territoire du Sahara occidental. Ces Mias constituaient ainsi l’un des instruments grâce auquel le gouvernement colonial espagnol essayait d’occuper progressivement le territoire bidan qui lui avait été assigné par les accords internationaux. Comme l’explique le poète Sidi Ibrahim Salama Eydud, qui s’engagera ultérieurement dans une compagnie du Groupement des troupes nomades (Agrupación de tropas nomadas, soit ATN) – dont la création fit suite à l’organisation des Mias sahariennes –, la situation contraignait alors chaque Sahraoui à adopter une solution individuelle :

  • 23 Cette opération militaire franco-espagnole, déjà signalée, a eu lieu en février 1958. Les Français (...)

« Rien n’a changé jusqu’en 1958-59, au moment de l’opération Écouvillon ou Teide23. Les chameaux que nous possédions furent exterminés par l’aviation à Lekraib. Face à cette situation dramatique, il était évident qu’on avait bien besoin d’aide, d’autant plus qu’on subissait une rude période de sécheresse. Beaucoup de gens durent par conséquent émigrer dans les villes. Beaucoup se sont enrôlés dans l’armée, d’autres dans les entreprises de construction, comme chez Cubiertas y Tejados. Chacun s’est débrouillé. Pour ma part, je me suis engagé dans la police territoriale, à Smara, dans la troisième compagnie. »

23Pendant deux décennies, jusqu’à l’indépendance du royaume du Maroc en 1956, les tribus sahraouies s’inscrivirent dans les cadres établis par l’administration coloniale en même temps qu’elles s’engageaient dans un lent processus de sédentarisation autour des villes qui, très lentement, se développaient. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que ce processus s’est accéléré avec la découverte et la mise en exploitation des gisements miniers (phosphates) et pétroliers.

  • 24 Extraits d’un entretien réalisé avec de Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach, dans les camps de réfugié (...)

24Pendant toutes ces années, se développe une poésie d’un genre nouveau, que l’on peut qualifier d’« insinuation », dans laquelle les poètes ne cessent de mettre en évidence leur altérité face aux représentants de l’administration coloniale. Le poète sahraoui Mohamed Moulud Uld Bidi Uld El Hach « Beibuh » nous raconte à ce propos, comme nous l’exposons ci-dessous, une histoire qui a servi de prétexte à un poète, à la fois protagoniste et victime d’une humiliation publique, pour écrire quelques vers fournissant un bon exemple de ces « insinuations ». Cette manière de faire permet en effet au poète non seulement de ne pas se confronter ouvertement à l’administration coloniale, mais aussi d’interagir avec elle, lui donnant même la possibilité de prendre ses distances et du recul par rapport à elle. Voici d’abord cette histoire24 :

« Il y avait un monsieur qui s’appelait El Jalifa Uld Habat. Un jour, un militaire français, un Noir, lui a marché sur les pieds avec ses bottes, ce qui lui a fait mal. El Jalifa était un excellent poète qui jouissait d’un grand prestige. Il était assis dans un lieu où l’on récitait de la poésie. Le militaire noir s’était enrôlé très jeune dans l’armée coloniale française et il avait atteint le grade de lieutenant. Il était très arrogant et il se vantait d’être d’ascendance noble. Jamais personne n’avait osé le qualifier de « Nègre ». Mais quand les gens alentour virent qu’il avait écrasé les pieds du poète avec ses bottes, alors ils le prirent à partie en lui disant que ce qu’il venait de faire à une personne méritant autant le respect était indigne, et qu’il n’aurait pas dû agir ainsi : aussi, exigèrent-ils du lieutenant qu’il présente ses excuses au poète. Le lieutenant a commencé par nier lui avoir marché sur les pieds, puis il reconnut son erreur et essaya de lui demander pardon. Il suffisait au poète de dire au militaire français qu’il n’était qu’un esclave au service des colonisateurs, et c’était suffisant pour clore l’incident et calmer sa colère, mais comment le dire ? Alors il s’épancha en écrivant ces vers :

La pisada sobre mí de uld Embuda

a una multitud enfada,

y al notar mi enfado ignoró

en el mismo sitio la culpa,

luego regresó y me pidió escondido el perdón.

Y yo siempre doy el perdón,

porque no dudo de un siervo esclavo

que tiene un paso ya predestinado.»

« Uld Embuda m’a marché sur les pieds

et la foule s’est fâchée ;

en remarquant ma colère, il a ignoré

à cet endroit même, sa faute ;

plus tard il est revenu et, en se cachant, m’a demandé pardon.

Et moi, je pardonne toujours,

car je ne doute pas d’un serviteur-esclave

dont la voie est déjà prédestinée. »

  • 25 Tout musulman se considère et se dit « âabd Allah », soit, littéralement, « esclave d’Allah », serv (...)

« Voilà », conclut Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach, « pour ce qui est de la poésie de l’insinuation. Vous avez bien entendu quand il a prononcé le mot « esclave ». Évidemment, le poète ne pouvait pas lui dire qu’il était un esclave, tant il était tout-puissant ; c’est pourquoi, il s’est servi d’un terme qu’on utilise en religion pour désigner un être humain, à savoir esclave-serviteur de Dieu25. »

  • 26 Nous avons recueilli ce récit lors de l’entrevue qu’il nous a accordée en octobre 2010 dans les cam (...)

25La poésie sahraouie abordait toutes les questions politiques qui étaient agitées à l’époque où vivaient ses auteurs, y compris celle des relations avec le royaume du Maroc. L’indépendance du Maroc fut acquise en 1956, après une longue lutte menée par les nationalistes marocains pour obtenir la fin des protectorats français et espagnol. Le nouveau pouvoir marocain indépendant s’engagea alors dans le soutien des guérilléros sahraouis des tribus Tekna, localisées au nord de la Séguia el-Hamra, dans la partie septentrionale du Sahara occidental (région de Tarfaya). Appuyés par l’Armée de libération nationale (marocaine), ces guérilléros ne cessèrent de harceler les troupes coloniales espagnoles et françaises, ce qui aboutit, en réaction, au déclenchement de l’opération Écouvillon (ou Teide pour les Espagnols). Le poète Sidi Brahim Salama26 raconte ces événements de la manière suivante :

« En 1958, l’année que nous appelons l’« année de l’attaque », tous les chameaux moururent à cause des bombes que les avions avaient lancées sur un endroit appelé le Creib Incraf, situé entre Creib Imikrag et Creib Tishilla. Aujourd’hui encore, on peut y retrouver les ossements des chameaux, probablement ceux d’une vingtaine d’animaux. L’ennemi a utilisé une technique horrible : ils faisaient un bruit atroce avant le bombardement afin que les chameaux [apeurés] se regroupent. C’est alors qu’ils jetaient les bombes. Il était clair que leur objectif était de tuer nos montures. C’étaient des avions espagnols, que nous appelions sfirat à cause de leur couleur jaune. S’ils ont bombardé à cet endroit, c’est parce qu’ils savaient que les combattants sahraouis s’y trouvaient au milieu de leurs animaux, à proximité de leurs habitations légères (friks) et à l’abri éventuel des rares arbres du désert (talhas). Ils bombardaient n’importe quel endroit susceptible de cacher des combattants. »

  • 27 Entretien avec le poète Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi, dit « Badi », à l’ (...)

26L’effet dévastateur de l’opération Teide sur la vie nomade du peuple sahraoui a souvent été oublié par les Sahraouis et occulté par les analystes espagnols, qui ont préféré avancer des versions qui en attribuent la responsabilité à la terrible sécheresse qui a sévi ces années-là. Le poète « Badi » en témoigne dans les termes suivants27 :

  • 28 Campement constitué d’un groupement, en nombre variable, de tentes [NDLR].

« À partir des années 1960, Dieu a voulu que le bétail meure et il est devenu impossible de vivre dans le désert (la badia). Les gens ont dû commencer une nouvelle vie, vie de « burtiza » (militaires des troupes nomades), vie de salariés, vie de militaires, vie d’ordonnances, vie d’agents de santé, d’ouvriers du bâtiment, vie en ville. La rupture fut grande avec le mode de vie traditionnel du Sahara. Les firgan28 ont fait place aux logements en ville. Les gens se séparèrent de leur bétail, s’ils en avaient, et ceux qui en avaient gardé quelques têtes n’en tiraient aucun profit, car, faute d’endroits où les faire pâturer, les bêtes étaient abandonnées à elles-mêmes. Le bétail des Sahraouis était constitué habituellement de chèvres et de chameaux. Le chameau servait à la constitution de dots ou à payer des indemnités au titre de la diya (ou prix du sang). »

  • 29 Pour plus de précisions sur cette question, on se reportera dans ce numéro à l’article d’Alicia Cam (...)
  • 30 Nous avons recueilli ce récit de la bouche de son auteur, El Husein Moulud Mohamed, lors de l’entre (...)

27Parallèlement, l’État espagnol pratiquait une politique de la carotte et du bâton. Ainsi accordait-il le statut de province au Sahara occidental – qui restait cependant sous sa domination –, à la suite de quoi les natifs sahraouis résidents acquéraient la citoyenneté espagnole29. En cela, l’Espagne empruntait donc un chemin diamétralement opposé à celui préconisé par les Nations unies pour parvenir à une décolonisation totale des pays d’Afrique. Mais l’interprétation espagnole selon laquelle les Sahraouis n’auraient fait que subir, passivement, les modifications institutionnelles décidées par l’administration espagnole est contestée par la voix du poète El Husein Moulud Mohamed, selon lequel ce furent les Sahraouis qui acceptèrent de s’intégrer dans la structure étatique espagnole. Pour lui, en effet : « […] Bien que l’Espagne eût proposé que le Sahara occidental soit une province espagnole, cela ne put se faire sans l’assentiment de la population sahraouie30. »

28L’octroi de la citoyenneté, qui s’est opéré en même temps que s’accélérait le processus de sédentarisation et d’urbanisation forcées, lui-même étroitement lié au développement économique rendu possible par l’exploitation croissante des ressources minières – phosphates et pétrole –, établissait la base de l’identité naissante du peuple sahraoui. La population acceptait dès lors d’être soumise à un ordre social et politique de plus en plus centralisé, qui reléguait progressivement au second plan celui découlant de la segmentation traditionnelle de la société (liens du sang, clans et tribus) et celui lié au mode traditionnel d’exercice du pouvoir dans le territoire qui s’effectuait encore par l’intermédiaire des assemblées tribales.

29Cependant, l’opération Teide a brisé la confiance de la population sahraouie envers l’administration coloniale espagnole. Bien que la cohabitation entre Sahraouis et Espagnols ait pu perdurer un certain temps parce que chaque partie y trouvait encore un certain intérêt, il ne fait aucun doute que la situation se détériorait un peu plus entre la population et le pouvoir colonial chaque fois que ce dernier voulait mettre en pratique ce qu’il considérait relever de ses prérogatives, comme par exemple la réalisation d’un recensement de la population et des biens en vue de l’introduction d’un système d’imposition sur les ressources :

  • 31 Même source qu’à la note précédente.

« Lors de cette opération de recensement de la population, un monsieur nommé Jatri, il avait sept chevaux, des pur-sang, les Espagnols les lui ont tués à coups de fusil. Alors, dans la famille, les anciens, les pères, quand ils se réunissent et qu’ils en parlent, se demandent, puisqu’aujourd’hui les Espagnols se mettent à tuer des « ânes », à qui le tour ensuite ?… Demain, ils tueront les hommes31… »

Faire advenir la révolution : Sidi Mohamed Brahim Bassiri et l’Organisation avancée pour la libération du Sahara (OALS)

30Né en 1942 à Tan Tan, Sidi Mohamed Brahim Basiri fait ses études au Maroc après l’installation de sa famille dans la région de Tarfaya à la suite de l’opération Teide (ou Écouvillon). Il les poursuit au Caire, puis à Damas, où il obtient une licence en journalisme. Une fois diplômé, il commence à penser à une action politique dont l’objectif serait de faire en sorte que le Sahara occidental parvienne graduellement à l’indépendance. Dans ce but, il fonde au Maroc, en 1966, un journal nationaliste, Al Chihab (La Torche), qui deviendra aussitôt l’organe de l’expression des Sahraouis favorables à l’idée d’avoir leur propre État, une nation à la fois dégagée du joug colonial et indépendante du Maroc. En 1967, il fut expulsé du Maroc pour avoir publié des articles défendant ses positions, lesquelles étaient inacceptables pour un Makhzen qui revendiquait déjà les territoires du Sahara occidental. Il entra alors clandestinement dans le territoire sous administration espagnole et s’installa à Smara. Dès 1968, il commença à organiser son combat indépendantiste, qui se constitua officiellement en décembre 1969 sous le nom d’Organisation avancée pour la libération du Sahara (OALS). Ce mouvement s’inspirait des idées du panarabisme, mais en même temps Basiri, influencé par les mouvements de résistance pacifique (Gandhi), rejetait les actions violentes et estimait que l’indépendance sahraouie pouvait être obtenue par voie démocratique.

  • 32 Poème de Saleh Ehnini cité par Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach « Beibuh » (propos recueillis dans (...)

31Le mouvement fit rapidement des émules, principalement parmi les Sahraouis les plus instruits et ceux ayant la conscience politique la plus affirmée, c’est-à-dire essentiellement ceux qui, d’une façon ou d’une autre, avaient travaillé dans le passé ou travaillaient encore pour l’administration espagnole ou avaient servi dans l’armée coloniale. Ce fut le début d’une époque de « loyautés ambiguës ». D’un côté, de nombreux Sahraouis jouèrent le rôle « d’informateurs » au service des Espagnols et aux dépens de l’OALS, en profitant du fait qu’ils travaillaient dans ou pour des institutions relevant de l’administration coloniale espagnole ; d’un autre côté, d’autres Sahraouis, employés eux aussi dans le même cadre institutionnel, servaient d’informateurs au mouvement nationaliste. Le poète Saleh Ehnini présente ainsi cette situation de duplicité32 :

«Si alguien encuentra a los chivatos

quemadlos en el fuego.

Esto es lo que dice la shariaa sobre ellos.

El chivato husmea dentro de las jaimas,

busca algo sobre lo que dice la gente.

Se Reconoce el falso pensamiento vendiendo a sus hermanos,

a los gobernantes, vende a sus familiares.»

« Si quelqu’un retrouve les « cafards »

brûlez-les dans le feu

comme l’exige la charia.

Le « cafard » va flairer dans les tentes

pour savoir ce que les gens disent.

Ses sales pensées se voient à ce qu’il vendrait

ses frères au gouvernement. »

  • 33 Entretien avec Sidi Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach, dit Beibuh, camp de la région de Tindouf, nov (...)

32À partir de ce moment-là, les thèmes principaux des poésies tournèrent autour de la révolution au détriment de l’amour et des relations entre les hommes et les femmes, de tous les sujets épiques sans dimension révolutionnaire, et de la controverse. Comme le dit, dans son langage à lui, le poète Beibuh33 :

« Par rapport à tout ce qu’on dit au sujet des hommes et des femmes, avant c’était le thème exclusif de notre poésie, un thème d’actualité que toutes ces poésies dédiées à la femme et ces évocations d’hommes chevauchant un temps interminable à dos de chameau pour en retrouver une… Mais, avec la révolution, il n’y en a plus une seule [de ces poésies] qui intéresse qui que ce soit… »

  • 34 Entretien avec Sidi Brahim Salama près de la tombe du guerrier sahraoui, Wayaha, région du Tiris, t (...)

33À propos du développement de la conscience nationale chez les poètes sollicités par l’action de l’OALS, Sidi Brahim Salama, soldat dans les troupes auxiliaires nomades – ce qui ne l’empêchait pas d’être poète lui aussi –, relate comment il avait approché le mouvement de Basiri et avait adhéré à l’OALS, tout en restant un militaire en service actif34 :

« J’ai juré que je ne tromperai jamais ni la patrie ni le mouvement et ne violerai ses principes. Après le serment que j’ai prononcé sur le Coran, on m’a expliqué pourquoi ce mouvement avait été créé. On m’a dit qu’à la suite des révolutions qui avaient secoué nombre de pays voisins, grâce auxquelles ils avaient obtenu leur indépendance, nous devions nous aussi nous mobiliser afin d’obtenir notre indépendance. On allait demander l’indépendance à l’Espagne, comme nos voisins l’avaient fait pour la leur, et nous allions essayer de la négocier pas à pas. « Nous allons demander l’indépendance à l’Espagne », disaient les responsables du mouvement, « et nous verrons comment ses gouvernants réagissent ». On leur exposera notre volonté d’égalité politique entre les colons et le peuple, ainsi que l’égalité à laquelle nous aspirons au sein de notre société elle-même. L’égalité et la justice sociale entre la société civile et ceux qui relèvent de l’institution militaire. »

  • 35 Ahmed Mahmud est décédé récemment, en 2012.
  • 36 Propos recueillis auprès du poète Ahmed Mahmud dans les camps de réfugiés de la région de Tindouf, (...)

34À la même époque et dans un contexte similaire, le poète Ahmed Mahmud35, qui fut le voisin de Basiri à Smara, fait part de la simplicité du personnage et de ses capacités intellectuelles à assumer le rôle de chef charismatique de l’OALS36 :

  • 37 Ibidem.

« Sa famille a vécu à proximité de la mienne pendant de nombreuses années. Ils étaient nos voisins à Smara. J’ai connu Basiri la première fois que sa famille est venue nous rendre visite. Je me rappelle l’avoir vu monté sur un chameau. Par son apparence, il ne donnait pas l’impression de quelqu’un capable d’organiser un mouvement politique et de faire tout ce qu’il fit par la suite. C’était une personne très simple, qui se comportait avec une très grande normalité, s’habillait banalement et qui, lorsqu’il allait au marché, faisait la queue comme tout le monde. C’était une personne très distinguée, très honnête et très généreuse ; en plus, avec un niveau culturel très élevé ; il travaillait dur, comme une machine. Je l’ai côtoyé pendant plusieurs années à Smara. C’était un voisin. Nous avons partagé beaucoup de choses. Plus tard, j’ai participé avec lui à des manifestations qu’il organisait et j’ai invité ceux qui avaient été arrêtés à la suite de ces manifestations dans la maison d’Ahel Esid. J’ai invité aussi ceux qui venaient de Smara, Tifariti et Echederia. Les femmes chantèrent un poème à cette occasion37. »

  • 38 Le poème est composé de dix talas (strophes) Nous avons choisi ces talas en fonction des thèmes tra (...)

35On doit aussi au poète Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi, dit « Badi », un beau poème dans lequel il célèbre la dignité et la stature morale de Mohamed Brahim Basiri38 :

«Garante de la fe y la entereza, el líder valiente, el león,

héroe, símbolo de la solidez, polo del Magreb,

faro de los libres, elegido de la voluntad y la convicción.

Secreto de la perfecta madurez, audaz, y veloz,

líder de la fidelidad y la constancia, alma de la nación,

la generosidad, la sabiduría y la honradez, la sencillez

y el valor del pueblo, el bendito y el señor.»

« Garant de la foi et de l’intégrité, ce chef courageux, ce lion,

héros, symbole de fermeté, pôle du Maghreb,

phare des hommes libres, élu par leur volonté et leur conviction,

incarnation de la maturité parfaite, vif, audacieux,

exemple de fidélité et de persévérance, âme de la nation,

exemple de générosité, de sagesse et d’honneur,

de simplicité et de courage du peuple,

béni de Dieu, et notre maître. »

36Dans un autre poème à la gloire de Mohammed Basiri, Badi rend compte avec précision de la montée des tensions entre une population sahraouie qui revendique chaque jour avec plus de conviction son droit à l’autodétermination, et fustige sa situation de subordination et de discrimination qu’elle subit (par rapport à ceux qui travaillent pour les autorités coloniales) de la part de l’administration espagnole :

«En las ciudades y en la badia aumenta la presión,

secuestrados los pozos y las fuentes de agua

no se salvaron ni el agua ni el aguador.

A las reuniones se ha decretado la prohibición,

el carburante limitado y toque de queda al anochecer,

se prohíbe el diálogo y la palabra del alfaquí.

Ante este escenario Basiri, no tuvo dudas ni se retractó,

tejió las redes de la ruptura con la ocupación y se convirtió en

la proa de la revolución y los revolucionarios del Sáhara

ante el desafío.»

« Dans les villes et dans la badia augmente la pression des autorités espagnoles,

Les puits sont rendus inaccessibles, ainsi que les fontaines d’eau douce ;

ni l’eau, ni le puisatier n’ont pu en réchapper !

Les réunions ont été interdites,

le carburant limité, le couvre-feu chaque soir,

les discussions défendues et la parole du sage aussi.

Face à tout cela Basiri n’a pas hésité, n’a pas reculé ;

il a œuvré avec constance pour rompre avec les occupants, et devenir, face à un tel défi,

la figure de proue de la révolution et des révolutionnaires du Sahara. »

37Dans ce contexte que nous avons appelé des « loyautés ambiguës », les militaires espagnols commençaient à perdre confiance dans leurs troupes auxiliaires constituées de recrues sahraouies. Et c’est dans ce moment-là que les militants sahraouis abandonnèrent peu à peu leurs postes dans l’administration ou dans l’armée espagnole. Le poète Sidi Brahim Salama, qui s’était enrôlé auparavant dans l’armée espagnole, explique ainsi sa situation :

« Mon détachement était stationné à Hauza. J’avais été en effet transféré de Smara à Hauza, pour être affecté là. J’y ai travaillé comme traducteur et, en même temps, je servais de guide (pour les patrouilles militaires) dans cette région jusqu’à ma démission. J’ai quitté l’armée en 1970. »

  • 39 Les circonstances de cette manifestation doivent être précisées. À cette époque, l’Espagne est soum (...)
  • 40 Selon le gouvernement espagnol, il y eut deux morts et une vingtaine de blessés. Les sources offici (...)
  • 41 Les vers suivants constituent une des talas (strophes) du poème titré « Basiri » du poète Badi.

38Cependant, le mouvement dirigé par Basiri approchait de sa fin tragique. Le 17 juin 1970, une manifestation anticolonialiste eut lieu dans le quartier de Zemla, à El Ayoun39. Après des heures de négociations tendues entre les meneurs du parti et les autorités coloniales, la légion espagnole dispersa à coups de feu la manifestation ; beaucoup de Sahraouis furent emprisonnés et des dizaines d’autres abattus40. Basiri lui-même fut emprisonné, mais il ne ressortit jamais de sa prison. Ses partisans pensent qu’il fut torturé à mort, mais son cadavre n’a jamais été retrouvé. Badi écrit alors les vers suivants, dédiés à la mémoire de Basiri41 :

«No olvido a quienes estuvieron a su lado,

leones, hombres y mujeres, el día de Zemla lideraron la rebelión.

Convirtió a Zemla en emblema de la revolución loable y de buena voluntad,

su inteligencia llamó la atención y descubrió los principios

que revelaron el odio y el desprecio de la ocupación durante tantos tiempo,

herencia que dejaron los abuelos y los padres a los hijos.

Con él se levantó la jaima de la nación saharaui,

tejió los vientos y cuidó las fronteras y celoso

permanece vigilante y es la garantía de la verdad.

Acaso desde el día de Zemla, se convirtió en joven dromedario

y empezó a caminar y a avivar hasta el veinte de mayo

para ser un adulto, fuerte y robusto camello.»

« Je n’oublie pas ceux qui étaient à ses côtés,

des lions, des hommes et des femmes,

le jour de Zemla, ce sont eux qui ont mené la rébellion

et Zemla est devenu l’emblème de la révolution,

une révolution digne d’être louée, un témoignage de volonté.

Son intelligence [de Basiri] a retenu l’attention, elle lui a permis de révéler

les principes qui fondent la haine et le mépris d’une occupation qui a duré trop longtemps,

de révéler l’héritage que grands-parents et parents ont transmis à leurs enfants.

Avec lui, a été dressée la tente de la nation sahraouie,

il a maintenu le cap qu’il avait choisi, a veillé sur les frontières du pays,

plein de zèle, il demeure vigilant,

et garant de la vérité.

Depuis le jour de Zemla

il s’est peut-être transformé en jeune dromadaire,

il a commencé à marcher et à prendre de la vigueur,

  • 42 Il est fait ici référence au 20 mai 1973, date de la première action du Front Polisario contre les (...)

jusqu’au vingt mai42

pour devenir alors un chameau adulte, fort et robuste. »

  • 43 Entretien près de la tombe du guerrier sahraoui, Wayaha, dans la région de Tiris, Sahara occidental (...)

39À partir des événements de Zemla, la méfiance s’est renforcée entre l’administration coloniale espagnole et la population sahraouie. Le récit du poète et militant Sidi Brahim Salama43 met ainsi en relief les relations tendues qui se succédèrent entre militaires espagnols et miliciens sahraouis, qui avaient pourtant appartenu les uns comme les autres aux mêmes régiments. Le désaccord et la contrainte se développaient dans une ambiance ambiguë qui avait l’arrière-goût amer de l’ancienne camaraderie désormais définitivement perdue.

« Lorsque je suis arrivé avec le policier, Jaime m’a dit : « Je suis vraiment désolé, mais la police te recherche. Deux de mes agents vont t’accompagner. Ils ne te traiteront pas mal, mais ne leur parle pas. Ils t’emmèneront à Smara. » Deux devant et deux derrière, ils m’ont conduit à Smara, où j’ai été incarcéré. Sidi Uld Lebsir vint avec moi. Nous avons passé une semaine en prison, à la suite de quoi est parvenue une instruction demandant que je sois transféré au poste de police d’El Ayoun. Je suis rentré dans une baraque et l’adjoint au maire est venu m’interroger. Il m’a dit qu’il avait confiance en moi et m’a demandé de lui raconter toute mon histoire, telle qu’elle avait eu lieu. Je lui ai raconté toute mon histoire, depuis mon adhésion au mouvement. Il a tout noté dans son cahier et j’ai été emmené à la prison centrale, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de « Prison noire » d’El Ayoun. Ils ne m’ont pas touché. Ils m’ont bien traité. Ils ont confronté les informations me concernant, qu’ils venaient de recueillir, avec celles qu’ils avaient déjà et ils ont trouvé qu’elles coïncidaient. Ensuite, ils ont comparé les dates et fait le constat que tout était en ordre. Ils ont apprécié ma sincérité. J’ai passé huit jours dans la Prison noire. »

Fig. 2. Le poète Sidi Brahim Salama, 2012.

Photo de Víctor del Moral.

  • 44 Tala (strophe) extraite du poème « Basiri » du poète Badi.

40Faisant suite au récit de son emprisonnement, Sidi Brahim Salama nous fait part, dans le même entretien, des dernières paroles adressées par Basiri à ses camarades, par lesquelles il les assurait qu’il « n’allait pas quitter ce monde avant que les Sahraouis n’aient obtenu leur indépendance ; il nous dit que nous devions être des hommes et qu’il fallait tenir cet objectif jusqu’à la fin. Il nous adjura de ne pas reculer, et c’est la chose fondamentale que nous avons retenue de lui. Ce fut le dernier conseil qu’il nous donna. » Ce qui, sur le même sujet, a permis à Badi d’écrire les vers suivants44 :

«Lo que dejó no lo dejó dormido,

valientes siguieron su senda de gloria

y los lazos que había atado son más fuertes que antes.

Su camino lo siguieron los que nacieron después

y ya no hablamos de aquellos que él dejó en vida.»

« Ce qu’il a laissé, il ne l’a pas laissé en sommeil,

des hommes courageux ont suivi son chemin de gloire

et les liens qu’il avait noués sont plus forts qu’auparavant.

Son chemin a été suivi par ceux qui sont nés après lui

et maintenant l’on ne parle plus de ceux qui lui ont survécu. »

  • 45 - ibidem.

41Basiri devint ainsi un martyr de la révolution sahraouie dans son combat pour l’indépendance de son peuple, qui fut chanté par les poètes nationaux sahraouis les plus emblématiques. C’est le cas du poème écrit en son hommage par le doyen de ces poètes, Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi (« Badi »), et qui se conclut par la strophe suivante, pleine d’émotion et de symbolisme politique45 :

«Mohamed, ¡Oh Dios, Clemente!

constrúyale una casa entre los elegidos,

Bassiri en las praderas del Edén,

en la vecindad de los inocentes a los que se les prometió el paraíso.

Sálvale del infierno y haz llegar sus anhelos de juventud

que ofreció en la victoria de este pueblo al escoger entre la opción

de la desaparición y la división o la integración con el colonialismo.»

« Mohamed ! Ô, Dieu clément !

construis-lui une maison parmi les élus,

pour lui, Basiri, dans les prairies de l’Éden,

dans le voisinage des innocents à qui on a promis le Paradis.

Sauve-le de l’enfer et transmets le message de ses aspirations d’homme jeune encore,

celles qu’il a offertes pour la victoire de ce peuple,

en choisissant sa disparition plutôt que la division

ou l’intégration au colonialisme. »

Fig. 3. Le poète Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi (« Badi »).

Photo de Guillermo García Claramunt.

  • 46 Guelta est une localité du Sahara occidental, située près de la frontière avec la Mauritanie ; aujo (...)
  • 47 Entretien avec Ahmed Mahmud, camps de réfugiés de Tindouf, octobre 2010.

42Entre 1970 et 1973, tandis que les militants de l’OALS accomplissaient leurs peines de prison aux îles Canaries et à Guelta46, le mouvement se réorganisa, cette fois-ci autour d’idées plus révolutionnaires portées par un groupe de jeunes qui s’étaient exilés dans le Sud du Maroc à la suite de l’opération Teide de 1958. Pétris de cette idéologie anticolonialiste qui fleurissait à l’époque dans les universités maghrébines où ils avaient étudié, ce sont eux qui fondèrent, le 10 mai 1973, le Front populaire pour la libération de la Saguiat al-Hamra et du Río de Oro (Front Polisario). Le poète Ahmed Mahmoud raconte ce moment historique47 :

« Ceux qui avaient été envoyés aux Canaries y passèrent deux ans… ; après, le feu se raviva, car le peuple était un peuple très fier qui ne pouvait pas supporter de se faire maltraiter par le colonialisme. Ce fut au moment de la libération des détenus que tous les citoyens décidèrent d’adhérer au mouvement et de travailler sous les ordres du Polisario. À ce moment-là, la société espérait que le gouvernement espagnol lui accorderait l’autonomie, comme l’avait obtenue la Mauritanie du colonisateur français. Toujours est-il que, en ce temps-là, les idées d’autodétermination et d’indépendance étaient très éloignées de leurs pensées. Leurs idées n’étaient pas claires, parce que les gens étaient dans l’incertitude quant à ce qui se passerait au cas où la violence s’accroîtrait encore dans le territoire. Ils se posaient beaucoup de questions, d’autant qu’ils ne voyaient pas par quels moyens serait assurée la sécurité de la population dans les lieux où elle devrait alors aller. Beaucoup de questions restaient donc sans réponse à ce moment-là. Plus tard, les gens réussirent à s’organiser politiquement, à construire un système politique très fort et très dur, plus dur que la pierre. »

  • 48 Ibidem.
  • 49 Ibidem.

43Ahmed Mahmud poursuit pour préciser que, « à ce moment-là, il était difficile de faire confiance aux gens et à ce qu’ils racontaient. C’était l’époque où les poètes chantaient Basiri et le martyr Hafed, qui avait été torturé jusqu’à ce que mort s’ensuive sans avoir donné la moindre information sur le Front ni sur le mouvement48 ». Et, en souvenir d’Hafed, Ahmed Mahmud déclame les vers suivants49 :

«No olvido la historia de un compatriota

caído en la víspera del sábado.

Cuando se martirizó y lo perdimos

la triste noticia de su muerte

resonó con fuerza en todo el mundo.

¡Compañeras!¡Compañeros!

Hafed es como si no hubiera muerto.

Ay, hombres y mujeres,

porque combatió y se martirizó,

Dios, guíale al buen camino hacia el paraíso.»

« Je n’oublie pas l’histoire d’un compatriote

tombé la veille d’un samedi.

Lorsqu’on l’a martyrisé et que nous l’avons perdu,

la triste nouvelle de sa mort

résonna avec force dans le monde entier.

Camarades, hommes et femmes !

Hafed, c’est comme s’il n’était pas vraiment mort.

Malheureux que nous sommes tous,

c’est parce qu’il s’est battu et qu’on l’a martyrisé,

Dieu, montre-lui le bon chemin qui mène au paradis. »

  • 50 « Tribalista » (partisan du tribalisme) est le titre d’un poème de Bachir Uld Ali Abdelrahman, né e (...)

44Surmonter les divisions tribales devint par la suite l’un des principaux objectifs constituant la colonne vertébrale du programme politique et social du Front Polisario. En conséquence de quoi, celui-ci a tout fait pour marginaliser l’assemblée (djemaa) des notables traditionnels, des cheikhs accusés de pratiquer le népotisme et d’être vassale de l’administration coloniale espagnole : ce combat devint aussi l’objectif politique majeur pour le Front et l’un des thèmes de prédilection des plus célèbres poèmes composés ces années-là50 :

«Tribalista, devuelve la mirada

por Dios cuéntame

escúchame atentamente y dime

para qué quieres el tribalismo

ninguna decisión vale sino es mediante la unión

yo no puedo hacer nada sin ti

y tu nada puedes hacer sin mí.

Y cuánto mártir se sacrificó entre joven y mayor

y cuánta pierna amputada y mano y ojo se perdieron

en una causa que no es Tribalista

y cuánta voluntad y buena intención, eh, Tribalista.

Y cuánto inválido y huérfano anhela

por Dios, por la Organización y la igualdad

una nación moderna

y no es para ti en detrimento de los demás

y no es para mí sin los demás.

Todas las mejorías que hemos tenido

no las hemos logrado

a nombre de ninguna tribu

y ese beneficio es imposible

sin dignidad y la libertad.

Deja aparte ese mal camino, no tiene nada de bueno, Tribalista.»

« Toi, partisan du tribalisme, regarde-moi

pour l’amour de Dieu, raconte-moi

écoute-moi attentivement et dis-moi

pourquoi choisis-tu le tribalisme ?

Aucune décision ne vaut si elle ne se fait dans l’unité,

je ne peux rien faire sans toi

tu ne peux rien faire sans moi.

Que de martyrs se sont sacrifiés, jeunes ou vieux,

et que de jambes amputées, de mains mutilées et d’yeux perdus

pour une cause qui n’est pas celle du tribalisme

et que de volonté et de bonnes intentions perdues aussi,

n’est-ce pas, partisan du tribalisme ?

Combien d’invalides et d’orphelins désirent ardemment,

pour leur Dieu, pour l’Organisation [OALS] et pour l’égalité entre tous,

une nation moderne !

Et ce n’est pas pour toi au détriment des autres,

et ce n’est pas pour moi sans les autres.

Tout ce que nous avons obtenu de mieux

ne l’a été

au nom d’aucune tribu

et ce bénéfice est impossible

sans dignité et sans liberté.

Abandonne ce chemin sans issue,

qui ne mène à rien de bien, toi, partisan du tribalisme. »

Conclusion

45La poésie sahraouie a joué un grand rôle, à la fois pour l’affirmation de l’identité du peuple sahraoui et pour faire évoluer cette dernière avec le temps, en particulier en surmontant les divisions d’une société tribale constituée sur une fondation segmentée. Dans une certaine mesure, poètes et poétesses ont été les porte-voix de ces transformations, évoquant sur un mode épique les batailles, exaltant les uns, discréditant les autres. D’autre part, ils n’ont pas été seulement ces porte-parole, mais aussi des guides qui montraient la voie à suivre pour le peuple sahraoui.

46Au cours de la première période de cette gestation identitaire, les Sahraouis ont pris conscience qu’ils constituaient bien un peuple au travers de leurs affrontements avec les troupes françaises et espagnoles, et ce jusqu’à la « pacification » de 1934. Dans ce temps-là, les poètes célébraient les gazzi (razzias), autrement dit les attaques qui harcelaient ces troupes coloniales qui étaient considérées comme illégitimes parce qu’elles étaient composées, en partie, d’infidèles (à la foi musulmane). Dans une position mêlant foi et lutte anticolonialiste, les poètes ont tracé les premiers sentiers conduisant à la future émancipation collective d’un peuple sahraoui qui, dans ces décennies-là, ne faisait que commencer à prendre conscience de son existence en tant qu’ensemble collectif et sujet politique dont l’unité dépasse le cadre tribal.

47Au cours des décennies suivantes, qui correspondent aux années 1950 et 1960, la poésie sahraouie refléta plutôt les contradictions que génèrent, sur la vie nomade, d’une part l’urbanisation, d’autre part le renforcement progressif de l’emprise de l’administration coloniale sur le territoire et sur les hommes. Dans les années 1960, cette poésie joue alors un rôle de vecteur pédagogique de la société, en en révélant la confusion et les contradictions, lesquelles découlaient de cet ordre nouveau qui menaçait les pratiques et valeurs culturelles bédouines. La poésie n’hésite donc pas à évoquer les actes de délation ainsi que le comportement de ceux qui trahissent leur société. Il existe donc une poésie d’avant la révolution et une autre poésie d’après cette dernière.

48Les poètes dédient leurs poèmes les plus fameux, ceux qui obtinrent le plus grand succès populaire, aux chefs politiques du mouvement qui canalisent le désir d’autodétermination, ainsi qu’aux premiers martyrs de la révolution. Par ailleurs, leurs œuvres chantent déjà de façon explicite le peuple sahraoui comme un peuple en tant que tel, comme un sujet politique ayant le droit d’utiliser et d’administrer comme il l’entend son territoire à l’intérieur de frontières délimitées. Cette poésie est donc désormais, avant tout, une poésie politique, qui a refoulé ses préoccupations lyriques et le thème de l’amour. Les références géographiques n’apparaissent dans les poèmes qu’après l’invasion marocaine du Sahara occidental, et elles sont l’occasion d’une évocation nostalgique des lieux perdus, des souvenirs, bons ou mauvais, de la vie nomade, et, par-dessus tout, de la lutte du peuple pour la récupération et la libération de ce territoire qui lui appartient légitimement. En ce sens, la poésie sahraouie de cette période-là ne fait que refléter une nouvelle situation politique et sociale, étant entendu que, dans le même temps, elle contribue par elle-même à la construction de ce nouveau cadre social, politique et culturel, en faisant émerger, parfois sans l’avoir voulu explicitement, les nouvelles icônes du peuple sahraoui naissant.

Haut de page

Bibliographie

Bárbulo T., 2002, La historia prohibida del Sáhara español, Barcelona, Destino.

Barona C., 2004, Hijos de la nube. El Sáhara Español desde 1958 hasta la debacle, Madrid, Langre.

Bonfil Batalla G., 1982, « El etnodesarrollo: sus premisas jurídicas, políticas y de organización », in Bonfil G., Ibarra M., Varese S., Verissimo D., Tumiri J. et al., América Latina : Etnodesarrollo y Etnocidio, San José (Costa Rica), Ediciones FLACSO, p. 133-145.

Cabral A., 1973, « National liberation and culture », in Africa Information Service (dir.), Return to the Source: Selected Speeches of Amilcar Cabral, New York / Londres, PAIGC / Monthly Review Press.

Cabral A., 1981 (1973), Cultura y Liberación Nacional, México, Escuela Nacional de Antropología e Historia.

Caratini S., 1989, Les Rgaybat (1610-1934). Des chameliers à la conquête d´un territoire, Paris, L’Harmattan, tome I.

Caro Baroja J., 2008 (1955), Estudios saharianos, Madrid, Calamar Edición, coll. « Sgarit, Biblioteca del Desierto ».

De Andrade M., 1981, Amilcar Cabral. Ensayos de biografía política, México D.F., Siglo XXI.

Deubel T. F., 2012, « Poetics of diaspora: Sahrawi poets and postcolonial transformations of a trans-Saharan genre in northwest Africa », The Journal of North African Studies, nº 17-2, p. 295-314.

Devalle S., 2002, « Danzas como expresión de una cultura clandestina de protesta », Estudios de Africa y Asia, nº 2, p. 241-169.

Fanon F., 1984 (1961), Los condenados de la Tierra, México D.F., Fondo de Cultura Económica.

Foucaud Ch. de, 1925, Poésies touarègues. Dialecte de l’Ahaggar, 2 volumes, Paris, Leroux.

Garcia A., 2002, Historias del Sahara. El mejor y el peor de los mundos, Madrid, Ediciones de la Catarata.

Gimeno Martín J. C., 2007, Transformaciones socioculturales de un proyecto revolucionario : la lucha del pueblo Saharaui por la liberación, Caracas, Programa Cultura, Comunicación y Transformaciones Sociales / Universidad central de Venezuela, en ligne (consulté le 14 janvier 2015). URL : http://www.globalcult.org.ve/doc/Monografias/MonografiaGimeno.pdf

Gimeno Martín J. C., Ali Laman M., 2007, « Transformaciones socioculturales en los campamentos de refugiados saharauis al sur de Argelia », in J. C. Gimeno Martín, O. Mancha, A. Toledo, Conocimiento, desarrollo y transformaciones sociales, Madrid, Sepha.

Gimeno J. C, Martín Pozuelo L., 2010, « Memorias orales en el Sáhara Occidental: la poesía en hasanía », communication au 7e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA7), Lisbonne, en ligne (consulté le 11 février 2015). URL : https://repositorio.iscte-iul.pt/bitstream/10071/2418/3/CIEA7_21_GIMENO&POZUELO_Memorias%20orales%20en%20el%20S%C3%A1hara%20Occidental.pdf.

Gimeno J. C., Robles J. I., 2011, « La transmisión oral, los hijos del verso », in Rodríguez Esteban, J.A. (éd.), España en África. La ciencia española en el Sáhara Occidental, 1884-1976, Madrid, Calamar Ediciones.

Gimeno J. C., Robles J. I., 2012, « La poesia saharaui en el nacimiento de la conciencia nacional », communication au 8e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA 8), 14-16 juin 2012 (non publiée).

López Bargados A., 2003, Arenas Coloniales. Los Awlād Dalīm ante la colonización franco-española del Sáhara, Barcelona, Bellaterra.

Mahmud Awah B., 2012, « Tercera Edad de Oro en la literatura saharaui en hasanía », communication au 8e Congreso ibérico de estudios africanos (CIEA 8), 14-16 juin 2012 (non publiée).

Mahmud Awah B., 2011, La maestra que me enseñó en una tabla de madera. Málaga, Sepha.

Robles J. I., Sáez de Buroaga A., Mahmud Awah B., Brahim A., Hasnaui Z., 2012, « Patrimonio cultural saharaui », in Martínez Lillo P., Gimeno J. C., Arias S., Tanarro C. (dir.), Memoria y tiempo presente del Sáhara Occidental. Política, cooperación y cultura, Madrid, Ediciones UAM.

Rodríguez Esteban J. A. (dir.), 2012, España en África. La ciencia española en el Sáhara Occidental, 1884-1976, Madrid, Calamar Ediciones.

Sarrionandia J., 2012, ¿Somos como moros en la niebla?, Pamplona, Pamiela.

Varela Barraza H., 1985, Cultura y resistencia cultural: una lectura política. Consejo Nacional de Fomento Educativo, México D.F., Secretaría de Educación Pública.

Haut de page

Notes

1 Le « bled al bidan » signifie le pays des Blancs (les Maures) par opposition au « bled es soudan », le pays des Noirs. En principe, ces désignations n’ont pas de signification péjorative, l’opposition étant plus économique qu’ethnique ou raciale. L’appellation « bidan » désigne plutôt l’ensemble des Mauritaniens nomades, culturellement arabisés, quelle que soit leur origine ethnique [NDLR].

2 La poésie en hassaniya est historiquement très diversifiée, en ce qu’elle s’inspire d’un vaste éventail de thèmes en rapport avec les expériences de la vie humaine : l’amour, la beauté de la terre et des femmes, la nostalgie (les récits sur l’héroïsme et la gloire du passé), la louange à Dieu, les orientations pédagogiques dérivées de la sagesse et de la morale des gens âgés, l’histoire des factions tribales, les généalogies, l’élégie, la satire, la provocation et les duels oratoires, la loyauté à la patrie et au territoire et une vaste gamme de sujets sociaux (Deubel, 2012). Les poètes se caractérisaient par leur capacité à émouvoir, à agiter les sentiments de fierté, de colère, de pitié, etc., par des images éclatantes et artistiques. Ils étaient redoutables pour leur pouvoir de parole dans une société où cette dernière occupait une place centrale.

3 Quelques extraits de « joutes poétiques » ont été réunies dans l’ouvrage de S. Caratini (1989) : Les Rgaybat (1610-1934), tome I : Des chameliers à la conquête d’un territoire, en particulier l’annexe II.

4 Cette affirmation peut évidemment être considérée comme étonnante, venant de la part d’un poète qui semble ne pas savoir – ou ne pas vouloir savoir – que Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, entre autres, vivaient et écrivaient au moment où la France était engagée dans sa conquête de l’Afrique du Nord [NDLR].

5 Charles de Foucauld, né à Strasbourg en 1858 et mort assassiné à Béni-Abbès (Sahara algérien) en 1916. Officier de l’armée française, devenu explorateur puis religieux, ermite et linguiste. Ayant démissionné de l’armée, il se fait explorateur et géographe, et entreprend, en 1883 et 1884, un grand voyage de découverte du Maroc d’où il tirera un ouvrage qui lui vaudra la médaille d’or de la Société de géographie de Paris (en 1885) : Reconnaissance au Maroc, publié en 1888 par Chalamel. Dans un second temps, une fois ordonné prêtre, il décide de s’installer dans le Sahara algérien, à Béni-Abbès, où il consacrera une longue partie de son temps et de sa vie à la culture des Touaregs, réalisant et publiant le premier dictionnaire touareg-français et collectant une série impressionnante de textes en prose et de poésies dans le dialecte de l’Ahaggar [NDLR].

6 À la suite des séjours qu’il avait effectués au Sahara, Caro Baroja se montrait surpris par la conception du temps des Sahraouis, étant donné qu’ils pouvaient désigner par leurs noms les années qui correspondaient à celles de leur existence, mais qu’ils étaient incapables de le faire pour celles qui les avaient précédées (Caro Baroja, 2008). En effet, les Sahraouis – mais pas qu’eux, bien sûr – n’avaient pas habituellement recours à un calendrier du même type que ceux qui comptent les années à partir de la naissance de Jésus-Christ ou de l’Hégire, mais ils désignaient les années par des appellations rendant généralement compte d’événements naturels : une sécheresse exceptionnelle, des inondations imprévues, une attaque de criquets, etc.

7 Propos recueillis le 22 novembre 2011 dans le campement de Smara.

8 Cette dénomination est officielle. Elle est attribuée par le ministère de la Culture de la RASD sous la forme d’un diplôme soulignant le service rendu par le poète à la révolution nationale. Sont considérés en tant que tels : Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach (Beibuh), Mohamed El Mustafa Uld Mohamed Salem Uld Abdelahi (Badi), Sid Bhahim Uld Salama Eydud, Alal Uld Daf Uld Edid, Ljadra Mint Mabruk Uld Daf, Ahmed Mahmud Uld Omar, Bachir Uld Ali Uld Abderrahaman, El Husein Uld Moulud Uld Mohamed, El Hasin Uld Brahim Uld Mohamed Lamin, Hamdi Uld Alal Uld Daf (Zaim), Bunana Uld Ahmed Uld Abdelahay Uld Buseif, Mustafa Uld El Bar Uld Abdedayem, Jadiyetu Mint Aleyat Uld Sueilem.

9 Badi, né en 1936, est l’un des poètes nationaux du peuple sahraoui. Il peut être considéré comme le doyen des poètes sahraouis. Le poème cité dans le texte a été recueilli lors d’un entretien réalisé en octobre 2010 dans sa tente, située dans le campement de réfugiés de Smara.

10 Il convient d’entendre par là des sujets non spécifiquement poétiques ou culturels [NDLR].

11 Référence est faite ici à certains émirs de territoires mauritaniens, comme par exemple Sidi Omar Uld Aida, émir du Trarza de 1928 à 1934, qui acceptèrent l’occupation coloniale française et firent allégeance à la France.

12 Poète, écrivain, chercheur et activiste culturel sahraoui, né en 1960 à Tiris. Il a fait des études de journalisme à Cuba. Il est par ailleurs membre de notre équipe (espagnole) de recherche.

13 On se reportera à ce sujet à l’article de Bahia Mahmud Awah dans ce même numéro : « Générations de littérateurs : intellectuels et politique dans le Sahara occidental, 1850-1975 ».

14 Voir à ce sujet la contribution de Juan Carlos Gimeno Martin et Juan Ignacio Robles Picón dans ce même numéro : « Vers une contre-histoire du Sahara occidental ».

15 Poème recueilli auprès de son auteur à l’occasion d’un entretien qui eut lieu dans l’un des camps de réfugiés de la région de Tindouf en octobre 2011.

16 La conférence de Berlin de 1885 est connue car c’est à l’occasion de sa tenue qu’a eu lieu le « partage de l’Afrique » entre les principaux États européens. Les accords d’Algésiras, qui concluent la conférence d’Algésiras, sont signés en 1906 et s’efforcent de régler, quant à eux, le contentieux entre la France et l’Allemagne à propos du Maroc ; quelques-unes de leurs dispositions concernent évidemment les territoires qui avaient été attribués à l’Espagne à Berlin [NDLR].

17 Nous avons recueilli ce poème de la bouche de son auteur, El Husein Moulud Mohamed, lors de l’entrevue qu’il nous a accordée en octobre 2010 dans la zone de Miyek, territoire libéré du Sahara occidental.

18 Propos recueillis comme indiqué à la note précédente.

19 Xavier Coppolani, administrateur colonial français, est considéré comme le « fondateur » du territoire de la Mauritanie. Un élément déterminant de sa doctrine consiste à favoriser un rapprochement et un dialogue de la puissance coloniale avec les chefs religieux. Il la met en œuvre pour organiser l’implantation française au Trarza (1903), puis au Brakna (1904) et au Tagant (1905). Il crée en 1904, sur instructions du président de la République Waldeck-Rousseau, un territoire qui prendra le nom de Mauritanie, dont il sera l’administrateur jusqu’à sa mort [NDLR].

20 L’asabiya est un concept forgé par Ibn Khaldoun pour désigner la « cohésion sociale ». Il recouvre ainsi différentes formes de solidarité sociale, en mettant l’accent sur l’unité, la conscience de groupe et la cohésion sociale. Autrement dit, l’asabiya n’est pas fondée nécessairement sur des liens de sang, même si, pour Ibn Khaldoun, le terme s’applique essentiellement dans un contexte tribal ou un contexte de clans. Le terme est toujours largement utilisé aujourd’hui, souvent avec un sens plus général de « solidarité » et avec une connotation plutôt négative, en ce qu’il place la loyauté au-dessus de toute autre valeur [NDLR].

21 Nous avons recueilli ce poème de la bouche de son auteur, Sidi Brahim Salama, lors de la rencontre qu’il nous a accordée en octobre 2010 dans les camps de réfugiés de Tindouf.

22 « Legsab » fait référence à des canaux d’irrigation que les français avaient laissés dans le sol lors de leur recherche d’eau. En termes de localisation, ce gazzi eut lieu près de la frontière entre la Mauritanie et le Soudan (désormais Mali), à proximité de Zouérate.

23 Cette opération militaire franco-espagnole, déjà signalée, a eu lieu en février 1958. Les Français la connaissent sous le nom d’opération Écouvillon, les Espagnols sous celui d’opération Teide [NDLR].

24 Extraits d’un entretien réalisé avec de Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach, dans les camps de réfugiés de la région de Tindouf, en octobre 2011.

25 Tout musulman se considère et se dit « âabd Allah », soit, littéralement, « esclave d’Allah », serviteur de Dieu. L’Islam en soi est une reconnaissance de l’« esclavage » de ses adeptes envers Allah. Le terme « âabd » peut donc revêtir, dans la langue arabe et pour un musulman, un double sens, celui d’une absence de liberté de la personne (l’esclave est un non-libre) et celui de la soumission à Dieu (être un homme, c’est être un esclave au service de son Dieu, Allah) [NDLR].

26 Nous avons recueilli ce récit lors de l’entrevue qu’il nous a accordée en octobre 2010 dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf.

27 Entretien avec le poète Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi, dit « Badi », à l’occasion d’une rencontre dans un camp de réfugiés près de Tindouf, en novembre 2010.

28 Campement constitué d’un groupement, en nombre variable, de tentes [NDLR].

29 Pour plus de précisions sur cette question, on se reportera dans ce numéro à l’article d’Alicia Campos Serrano et Violeta Trasosmontes : « Ressources naturelles et seconde occupation coloniale du Sahara espagnol, 1959-1975 ».

30 Nous avons recueilli ce récit de la bouche de son auteur, El Husein Moulud Mohamed, lors de l’entrevue qu’il nous a accordée en octobre 2010 dans la zone de Miyek, territoire libéré du Sahara occidental.

31 Même source qu’à la note précédente.

32 Poème de Saleh Ehnini cité par Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach « Beibuh » (propos recueillis dans un camp de réfugiés de la région de Tindouf, novembre 2010).

33 Entretien avec Sidi Mohamed Moulud Uld Budi Uld Hach, dit Beibuh, camp de la région de Tindouf, novembre 2010.

34 Entretien avec Sidi Brahim Salama près de la tombe du guerrier sahraoui, Wayaha, région du Tiris, territoires libérés du Sahara occidental, 2011.

35 Ahmed Mahmud est décédé récemment, en 2012.

36 Propos recueillis auprès du poète Ahmed Mahmud dans les camps de réfugiés de la région de Tindouf, en octobre 2010.

37 Ibidem.

38 Le poème est composé de dix talas (strophes) Nous avons choisi ces talas en fonction des thèmes traités dans notre article.

39 Les circonstances de cette manifestation doivent être précisées. À cette époque, l’Espagne est soumise à de fortes pressions des Nations unies pour qu’elle permette aux Sahraouis de décider de leur avenir. Le gouvernement espagnol, alors présidé par l’amiral Carrero Blanco, décide de faire tomber la pression en organisant, dans sa province du Sahara, une manifestation pour laquelle il mobilise ses affidés de toute la province, manifestation en sa faveur qui doit se produire devant les journalistes et les observateurs étrangers invités à cet effet. C’est en opposition à cette manifestation officielle que Basiri et les militants nationalistes organisèrent leur contre-manifestation [NDLR].

40 Selon le gouvernement espagnol, il y eut deux morts et une vingtaine de blessés. Les sources officieuses parlent d’une trentaine de morts [NDLR].

41 Les vers suivants constituent une des talas (strophes) du poème titré « Basiri » du poète Badi.

42 Il est fait ici référence au 20 mai 1973, date de la première action du Front Polisario contre les Espagnols [NDLR].

43 Entretien près de la tombe du guerrier sahraoui, Wayaha, dans la région de Tiris, Sahara occidental, octobre 2011.

44 Tala (strophe) extraite du poème « Basiri » du poète Badi.

45 - ibidem.

46 Guelta est une localité du Sahara occidental, située près de la frontière avec la Mauritanie ; aujourd’hui pratiquement située sur la ligne de fortification (le « mur ») érigée par l’armée marocaine pour protéger le territoire que le royaume a annexé des incursions des combattants du Polisario. Guelta (ou Guelta Zemmour) est aujourd’hui dans les territoires du Sahara occidental occupés par le Maroc [NDLR].

47 Entretien avec Ahmed Mahmud, camps de réfugiés de Tindouf, octobre 2010.

48 Ibidem.

49 Ibidem.

50 « Tribalista » (partisan du tribalisme) est le titre d’un poème de Bachir Uld Ali Abdelrahman, né en 1947 dans la zone de Guelta Zemmour, située dans la région d’Emheiriz. Il est l’un des poètes qualifiés de « nationaux ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le poète Ahmed Mahmud Uld Omar, 2012.
Crédits Photo de Víctor del Moral.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Le poète Sidi Brahim Salama, 2012.
Crédits Photo de Víctor del Moral.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 3. Le poète Mohamed El Mustafa Mohamed Salem Mohamed Lemin Abdelahi (« Badi »).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Ignacio Robles Picón, Juan Carlos Gimeno Martìn, Bahía Mahmud Awah et Mohammed Ali Laman, « La poésie sahraouie dans la naissance de la conscience nationale », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/781 ; DOI : 10.4000/emam.781

Haut de page

Auteurs

Juan Ignacio Robles Picón

Université autonome de Madrid

juan.robles@uam.es

Articles du même auteur

Juan Carlos Gimeno Martìn

Université autonome de Madrid

juan.gimeno@uam.es

Articles du même auteur

Bahía Mahmud Awah

Université autonome de Madrid

awahbahia5@gmail.com

Articles du même auteur

Mohammed Ali Laman

Ministère de la Culture de la République arabe sahraouie démocratique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page