Navigation – Plan du site
Économie et processus coloniaux dans la région ouest-saharienne

Le rôle des pêcheurs industriels canariens dans la création et la mise en place à Nouadhibou de la société Industrias Mauritanas de Pesca SA, 1960-1970

Jesús M. Martínez Milán

Résumé

L’indépendance de la République islamique de Mauritanie s’est accompagnée, entre autres, d’un changement dans la législation de ce pays en matière de pêche. Face aux incertitudes de la période post-indépendance, le lobby canarien de la pêche, regroupé autour du Consortium des industries de la pêche canarienne africaine (COIPESCA), a décidé de faire un pas en avant et d’investir dans l’industrie de transformation du poisson à Nouadhibou. Ce travail analyse l’origine de cet investissement, sa prise en charge postérieure par l’État espagnol et l’évolution de la construction d’un complexe industriel dont le but est plus politique qu’économique.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été écrit dans le cadre d’un projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

Introduction

1L’indépendance de la République islamique de Mauritanie (RIM), en 1960, entraîna l’adoption d’un nouveau cadre juridique qui régulait l’exploitation du banc de pêche mauritanien par les flottes étrangères. La flotte canarienne fut bien évidemment concernée par cette législation. Elle comprenait aussi bien les navires du port de la Luz de Las Palmas que ceux d’Arrecife, à Lanzarote, dont les pêcheurs avaient découvert une zone riche en maigres au début des années 1950, devenue aujourd’hui le parc national du Banc-d’Arguin.

  • 1 Le COIPESCA fut créé par décret du ministère de l’Industrie et du Commerce le 16 février 1951. Ce d (...)

2Ces nouvelles circonstances modifiaient le régime de pêche imposé par la France le long de la côte mauritanienne. C’est dans ce cadre que la direction du groupe Consorcio de Industrias Pesqueras Canario-Africanas (COIPESCA ; Consortium des industries de pêche canariennes africaines1), qui réunissait une série d’entreprises spécialisées dans la transformation du poisson à Arrecife et à Las Palmas, décida d’entreprendre la construction d’un complexe industriel à Nouadhibou, répondant ainsi aux vœux des autorités locales.

3L’origine de ce complexe, les intérêts ayant prévalu à sa conception et les difficultés qui ont jalonné sa réalisation jusqu’à sa mise en marche au milieu des années 1970 constituent le sujet du présent article.

La longue marche : la création et la mise en marche controversées de la société IMAPEC, 1961-1970

4Le 6 novembre 1961, la direction du COIPESCA envoyait une lettre à la présidence du gouvernement espagnol, dirigé par Luís Carrero Blanco, pour l’avertir des intentions de son homologue mauritanien en matière de pêche. Celui-ci désirait profiter des richesses de son pays en installant des usines de transformation à Nouadhibou. Pour ce faire, le gouvernement mauritanien, présidé par Moktar Ould Daddah, recherchait des financements étrangers. Il souhaitait cependant donner la priorité aux pêcheurs canariens, en reprenant à son compte, aux meilleures conditions possibles, les articles de la convention franco-espagnole de 1900 qui avaient trait à la pêche. En échange, il exigeait la construction et l’installation sur le territoire de la RIM d’unités frigorifiques et d’usines de farine de poisson. Il voulait également qu’une partie de la flotte insulaire vende ses prises aux usines installées sur le sol mauritanien. Ce rapport terminait en disant très clairement qu’il serait insensé de laisser à d’autres puissances le soin de construire des usines dans l’ex-Port-Étienne, « car, dans ce cas, les Canariens risqueraient de voir disparaître une des sources traditionnelles, la plus riche et la plus sûre, de leurs matières premières halieutiques, dont au moins 50 % se trouvent dans les eaux territoriales mauritaniennes » (Martínez Milán, 2010).

  • 2 Archives du ministère des Affaires Étrangères (ci-dessous AMAE), legajo R-12011, exp. 4, despacho s (...)

5Deux ans plus tard (6 février 1963), une délégation d’armateurs et d’industriels canariens se rendait à Nouadhibou afin d’y rencontrer les responsables mauritaniens et leurs conseillers français. Au cours de cet entretien, les représentants canariens ne cessèrent de défendre leurs intérêts dans les eaux mauritaniennes. Ils souhaitaient non seulement continuer de pêcher le maigre à la senne coulissante, mais également pratiquer la pêche au chalut dans la zone comprise entre trois et six milles de la côte, et enfin utiliser la moitié de la capacité des futures installations frigorifiques prévues dans le programme de développement économique de la Mauritanie pour y congeler leur poisson. En échange, ils étaient disposés à ce que certains de leurs vieux navires battent pavillon mauritanien, et garantissaient un minimum de 5 000 à 6 000 tonnes de poisson pour l’approvisionnement de l’industrie mauritanienne de poisson salé. Ils promettaient également la construction de deux usines, l’une destinée aux conserves et l’autre à la production de farine de poisson2.

  • 3 AMAE, despacho no 186. El presidente del Sindicato Provincial de la Pesca (José Miranda Junco) al p (...)

6Les armateurs canariens craignaient que le gouvernement mauritanien n’empêche leur flotte de pêcher. Cela explique les pressions qu’ils exerçaient sur le gouvernement espagnol, par le biais du Syndicat national de la pêche, afin que ces négociations aboutissent à la signature d’un traité de pêche entre les deux pays3.

7Au début du mois de juin 1963, le directeur et le secrétaire de COIPESCA (Gil Suárez et Alejo Valenciano) retournèrent en Mauritanie afin d’y préparer les conditions nécessaires à la présentation d’un projet industriel à Nouadhibou. Pour ce faire, ils se rendirent à Nouakchott, accompagnés du consul espagnol de l’ex-Port-Étienne, Miguel Sedano, pour y rencontrer le ministre du Commerce et le directeur général au Plan, auxquels ils firent part du « désir de COIPESCA de se mettre au travail, afin de présenter, le 15 juillet au plus tard, un projet d’établissements commerciaux et industriels à Port-Étienne, pour un montant total d’environ 1 000 millions de francs CFA ».

8Le projet prévoyait la création d’un site consacré à la conservation du poisson, d’une capacité de 3 000 tonnes de conserves par an, d’une deuxième usine produisant 6 000 tonnes annuelles de poisson séché et salé, et, enfin, d’un complexe spécialisé dans la farine de poisson pouvant traiter jusqu’à 100 tonnes de poisson frais par jour.

  • 4 AMAE, legajo R-12011, exp. 4, despacho sin no. El Canciller-Encargado, Miguel A. Sedano, a embajado (...)
  • 5 Archives de la Société espagnole de participations industrielles (ci-dessous ASEPI. Ces archives co (...)
  • 6 AMAE, legajo R-12010, exp. 10, despacho sin no. El cónsul de España en Port-Etienne al embajador es (...)
  • 7 Ibidem, p. 5-6.

9Le consul et les autorités mauritaniennes étaient convaincus que COIPESCA allait investir ses propres fonds en Mauritanie. Cependant, les armateurs et industriels canariens qui faisaient partie du consortium souhaitaient que le gouvernement espagnol leur octroie les crédits nécessaires à la construction et à la mise en marche du complexe industriel4. Ils exigeaient des conditions que certains hauts fonctionnaires de l’administration espagnole jugèrent inacceptables, à l’instar de Cubillo, le directeur général de la Pêche. Les armateurs et industriels canariens voulaient apporter uniquement 10 % du capital, charge à l’État de financer les 90 % restants, avec un taux d’intérêt fixe de 4 % par an, 20 ans d’amortissement, et en utilisant les installations comme garantie5. Par ailleurs, ils prétendaient ajouter une clause qui les exonérait de toute obligation, au cas où la Mauritanie serait victime de changements politiques6 pendant la durée du remboursement. Sedano était en outre conscient que les navires que les Canariens voulaient faire naviguer sous pavillon mauritanien étaient de vieux bateaux en bois dont les machines obsolètes provenaient de leurs usines situées aux îles Canaries. Il était cependant convaincu que l’intérêt politique du complexe industriel l’emportait sur les raisons d’ordre économique7.

  • 8 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 2. Presidencia de Gobierno a Presidencia del INI, Ma (...)
  • 9 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 9. José Sirvent, Presidente del INI, a Excmo. Sr. Pr (...)

10Vu les conditions extraordinaires exigées par le consortium, la commission déléguée aux affaires économiques du gouvernement espagnol décida, le 29 novembre 1963, que l’État procèderait lui-même à la construction du complexe et en serait ensuite le propriétaire. Cela devait se faire par le biais d’une société appartenant à l’Institut national de l’industrie (INI), « afin de le louer à COIPESCA, aux conditions fixées par le gouvernement et acceptées par COIPESCA8 ». Le budget initial s’élevait à 132 millions de pesetas. Au cours de leurs entretiens, qui se déroulèrent du mois de décembre 1963 au mois de février 1964, les représentants canariens obtinrent du gouvernement espagnol tout ce qu’on leur avait précédemment refusé. L’accord concernant le loyer que COIPESCA devrait payer à l’INI une fois les travaux civils et industriels terminés contenait un certain nombre de dispositions, dont un intérêt fixe de 4 % par an pour les investissements à réaliser (l’INI se procurait lui-même les sommes nécessaires au financement de cet investissement, à un taux de 6 % par an, taux usuel à l’époque pour des emprunts publics destinés à des investissements à effectuer sur le territoire national), une somme annuelle équivalente à 2 % de la valeur des bâtiments et des infrastructures, et une autre de 7 % concernant les machines et les installations. Il fallait également ajouter l’exploitation du complexe et de la flotte de pêche battant pavillon mauritanien, qui devait se faire soit directement soit par le biais d’entreprises filiales, des pertes éventuelles desquelles COIPESCA ne voulait pas être responsable ; l’achat par le gouvernement espagnol du terrain sur lequel le complexe devait être construit ; et enfin les frais d’assurance des installations ainsi que l’entretien de ces dernières9.

  • 10 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 12. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, M (...)

11Cependant, les deux parties ne s’entendirent pas sur un point. L’INI considérait que la propriété du complexe devait lui revenir à la fin du délai d’amortissement, alors que COIPESCA voulait disposer d’une option d’achat. Cette clause figurait telle quelle dans une décision du Conseil des ministres du 24 janvier 1964, car le gouvernement espagnol était persuadé que COIPESCA accepterait. Pensant que cela ne poserait pas de problèmes, le Conseil des ministres approuva « ces arrangements, et décida la préparation des instruments juridiques nécessaires, aussi bien entre l’INI et COIPESCA qu’entre l’État espagnol et la Mauritanie, pour que cet accord puisse être signé lors de la visite du ministre du Commerce en Mauritanie, qui aura lieu les 13 et 14 février prochains10 ».

  • 11 Le budget était le même qu’en 1963, mis à part une enveloppe supplémentaire de 68,5 millions de pes (...)

12Le 7 février de cette même année, José Sirvent Dargent (président de l’INI) remit une lettre au ministre des Affaires étrangères de la RIM. Elle contenait un budget et un rapport, par lequel il l’informait que l’Espagne avait l’intention de réaliser à Nouadhibou le projet soumis par COIPESCA (qui s’en était retiré), après la signature d’un accord de coopération entre les deux pays dans ce domaine. Les délais fixés pour la construction du complexe allaient de 18 mois pour l’usine de poisson séché et salé à 24 mois pour les fabriques de conserve et de farine de poisson. Le budget total s’élevait à 195 millions de pesetas11 et l’emplacement choisi était situé à proximité de la zone de développement du port de Nouadhibou, au nord de ce dernier. Deux jours plus tard, le 9 février, l’accord de coopération fut signé. Ce fut le point de départ d’un processus long et tortueux, qui devait aboutir à la mise en marche d’un complexe aux dimensions exceptionnelles.

  • 12 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 24. El Ministro de Asuntos Exteriores al Presidente (...)

13Les responsables du projet disposaient d’un délai supplémentaire pour les usines de conserves et de farine de poisson, afin de couvrir les démarches nécessaires à la cession du terrain par la Mauritanie et à l’installation des unités frigorifiques. Cependant, le ministère des Affaires étrangères espagnol insistait sur le respect des échéances mentionnées dans l’accord de coopération, non seulement dans l’intérêt des pêcheurs espagnols mais aussi à cause du « rôle joué par la République islamique de Mauritanie dans l’équilibre des forces sur ce continent, et parce qu’elle est limitrophe de la province espagnole du Sahara, avec laquelle elle partage une grande partie de sa frontière12 ».

14Cela démontre une fois de plus que la construction du complexe industriel était considérée comme un enjeu non seulement économique mais également politique par le ministère des Affaires étrangères et l’ensemble du gouvernement.

  • 13 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 47. El Director General de Relaciones Económicas del (...)

15Le projet de construction fut adjugé à l’entreprise de conserves et de farine de poissons Massó y Hermanos SA, d’origine galicienne, qui élabora un avant-projet afin de réduire les coûts du chantier. Elle souhaitait supprimer les bâtiments jugés inutiles et utiliser des matériaux moins onéreux que ceux prévus à l’origine, tout en cherchant à optimiser l’automatisation de la fabrique de conserves afin de minimiser les effets du manque de main-d’œuvre spécialisée et améliorer du même coup le niveau de productivité. La construction des deux autres usines, qui n’en étaient qu’au stade d’ébauche, était moins avancée. Massó estimait le budget total à 180 millions de pesetas. Parallèlement, à la mi-décembre, l’ambassadeur espagnol à Nouakchott, Antonio Cuyas, envoya une dépêche au directeur général des relations économiques. Il avait joint à cette dernière un document et un plan, qui confirmaient la cession, par le gouvernement mauritanien, d’un terrain de 100 000 m2 à Nouadhibou. Ce dernier était divisé en deux parcelles. La plus petite, d’environ 13 800 m2, « est limitée au nord par la zone des chantiers publics, au sud par les bâtiments de la SOUMAPECO, à l’est par le boulevard Maritime et à l’ouest par le boulevard Médian ». La deuxième, d’environ 86 500 m2, « se trouve dans le prolongement de la première et est limitée à l’est par le boulevard Médian, à l’ouest par la zone des bureaux et des ateliers de dragage, et au sud, par la route de Cansado ». Le prix d’achat, d’1 franc CFA, était symbolique, et la cession définitive devait être approuvée par le Conseil des ministres de la RIM13.

  • 14 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 45. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, M (...)
  • 15 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 63, annexe 2. Informe del Director del Departamento (...)

16Le 23 décembre 1964, les travaux pour la construction et la mise en marche de l’usine de poisson séché et salé n’avaient toujours pas commencé. « Vu l’urgence14 » de la situation, le Conseil des ministres, sous la pression du ministère espagnol des Affaires étrangères et sur proposition du ministre de l’Industrie, décida d’adjuger la construction de l’usine à une autre entreprise espagnole. L’INI résilia unilatéralement le contrat avec la société Massó Hermanos SA, qui fut indemnisée. D’après l’Institut, Massó Hermanos SA ne pouvait en même temps rédiger le projet et exécuter les travaux, car elle ne disposait pas, par ailleurs, de données et d’éléments suffisants, vu que ces derniers avaient été collectés et établis par les ingénieurs de l’Institut. De plus, l’INI soutenait que « les prix que [la société Massó Hermanos SA] applique dans l’avant-projet, s’agissant de prix en Mauritanie, multiplient pratiquement par deux le coût des installations, ce qui suppose une hausse de 100 % des honoraires15 ». Malgré cela, l’entreprise fut autorisée à collaborer au projet.

17Au mois de mars 1965, lors d’une réunion de la commission hispano-mauritanienne, les représentants du gouvernement présidé par Ould Daddah exigèrent que la société responsable de la construction et de l’exploitation du complexe soit également chargée de présenter la demande préalable de cession des terrains auprès du gouvernement mauritanien. Face à cette demande, les représentants de l’INI suggérèrent à la présidence du gouvernement espagnol que la société anonyme AUXINI (entreprise appartenant au holding de l’INI) soit chargée de la construction des installations. Elle disposait par ailleurs d’une personnalité juridique lui permettant d’assumer sa représentation légale vis-à-vis des autorités mauritaniennes. Le ministère de l’Économie s’opposa à cette décision, en disant que la structure économico-financière de cette société n’était pas appropriée au rôle qu’on voulait lui faire jouer. Le ministère de l’Industrie donna cependant son accord après consultation des Mauritaniens qui, évidemment, n’y voyaient pas d’objection.

  • 16 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 77. José Sirvent a Ministro de Asuntos Económicos de (...)

18L’INI se mit au travail, par le biais d’AUXINI. Le 19 juillet, José Sirvent écrivit une lettre au ministre mauritanien des Affaires économiques afin de regrouper les terrains faisant l’objet de la cession. Les ingénieurs espagnols avaient estimé la surface nécessaire à environ 60 000 m2, dans un lieu entièrement clos et situé non loin du port de pêche. Cette demande répondait à des intérêts purement économiques, et elle dut vaincre les réticences des Mauritaniens qui voulaient soit réduire le terrain à 30 000 m2, soit proposer un autre emplacement. Elle permettait de concentrer « les services auxiliaires qui produisent la vapeur, la force et l’eau nécessaires, et d’autres encore, communs à toute l’installation, réduisant ainsi le coût de cette dernière et celui de la production pour l’exploitation commerciale16 ».

  • 17 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 95. El Director General de Relaciones Económicas del (...)

19Un mois plus tard, le gouvernement mauritanien confirmait par une note verbale la cession du terrain sollicité, qui répondait aux exigences de l’INI. Sur les 60 000 m2, 40 000 étaient destinés aux installations industrielles et le reste (20 000 m2) au séchage17 du poisson.

  • 18 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 102. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, (...)

20Enfin, le Conseil des ministres espagnol du 8 octobre autorisa l’INI à créer une entreprise mauritanienne, en accord avec la législation locale. « Le financement concédé à la société est de 230 millions de pesetas, soit environ 1 000 000 000 de F-CFA, avec un capital social de 115 millions de pesetas, les autres 115 millions devant être perçus sous forme de crédits des actionnaires. » L’INI allait non seulement devenir le principal promoteur mais également le seul actionnaire, malgré ses efforts concernant la participation aussi bien du gouvernement mauritanien que des investisseurs privés, espagnols ou étrangers18.

  • 19 AMAE, legajo R-10093, exp. 4. Estatutos de IMAPEC. Nouakchott, 04/1966, p. 1-3.
  • 20 ASEPI, IMAPEC, caja 4315, document no 17. José Sirvent al Ministro de Industria, Madrid, 10 avril 1 (...)

21Presque deux ans après la signature de l’accord, les prévisions des diplomates espagnols s’étaient avérées : le complexe industriel n’était toujours pas construit. Cependant, respectant l’agenda fixé par le gouvernement espagnol, la société Industrias Mauritanas de Pesca SA (IMAPEC) fut créée le 19 avril 1966 pour une durée de 99 ans. Son siège social fut installé à Nouadhibou. Cette nouvelle entreprise avait pour but de fabriquer du poisson séché et salé, des conserves de poisson, et de réaliser tout type d’opérations commerciales, financières, mobilières ou immobilières, y compris l’achat de bateaux de pêche. Son capital social était fixé à 500 000 000 F-CFA (115 millions de pesetas). L’INI souscrivait à la totalité des actions, même si l’actionnariat était également ouvert au gouvernement mauritanien et au secteur privé19. La totalité des actions de l’IMAPEC fut remise par l’INI à la Sociedad de inversiones mobiliarias en el exterior SA (SIMEX) lors de la constitution de cette dernière, qui eut lieu à Madrid le 5 décembre 1966. L’objet social de cette entreprise, qui faisait également partie du holding de l’INI, était de participer au capital des sociétés désignées par le gouvernement espagnol et dont le siège se trouvait à l’étranger. Outre les actions de l’IMAPEC, l’Institut remettait à cette société les actions « qu’il avait souscrites des entreprises hispano-marocaines LIMADET, TRATMAR, SINADOR et SIMAC20 ».

  • 21 ASEPI, IMAPEC, caja 4125, document no 1. Acta de la cuarta reunión del consejo de administración de (...)

22Lors de la quatrième réunion du conseil d’administration de l’IMAPEC, qui eut lieu à Madrid le 20 décembre de 1966, plusieurs questions furent soumises à l’approbation de ses membres. On parla tout d’abord des démarches concernant l’achat des machines destinées aux usines de conserves et de farine de poisson. On aborda également le problème de l’entreprise Cubiertas y Tejados SA, à laquelle AUXIMI avait confié l’exécution du chantier en février 1965. Elle avait en effet l’intention d’augmenter le prix de la main-d’œuvre et des matériaux sidéro-métallurgiques. Le conseil d’administration décida de ne pas accepter de hausse supérieure à 10 %. Par ailleurs, le président de ce conseil, Magin Vinielles Trepat, profita de l’occasion pour faire part des intentions de COIPESCA et de certains de ses membres les plus importants d’entrer dans l’actionnariat d’IMAPEC. La coopérative de Lanzarote, qui possédait une flotte de plus de 100 navires, voulait également la mettre à disposition du complexe. Cependant, le conseil se pencha sur l’un des principaux problèmes de ce projet industriel : le manque d’approvisionnement en matières premières. À ce sujet, le président transmit au conseil l’offre de Jaime Yllera, un industriel de Santander, et l’informa de la teneur des entretiens qu’il avait eus avec des sociétés japonaises. En effet, lors d’une réunion avec M. Kondo, de Nipon Suisan, ce dernier lui avait fait part de sa volonté d’arriver à un accord concernant l’approvisionnement en matières premières, « sur la base, habituelle pour les sociétés nippones, d’une action conjointe, en formant une espèce de confédération des flottes appartenant aux sociétés japonaises qui se consacrent à la pêche au thon ». Il s’agissait en résumé de créer un monopole21.

  • 22 ASEPI, IMAPEC, caja 4315, document no 17. José Sirvent a Ministro de Industria, sobre financiación (...)

23Lorsque la construction du complexe entra dans sa phase finale, les différents postes du budget initial avaient considérablement augmenté. Le conseil d’administration de la SIMEX, lors de sa réunion du 22 janvier 1968, décida donc, sur proposition de l’IMAPEC, d’accroître le « financement de la SIMEX de 333 millions de pesetas, afin que cette société puisse apporter à l’IMAPEC les fonds nécessaires, soit sous forme de capital, soit sous forme de crédits ». Il s’agissait de « continuer les travaux déjà effectués et de réaliser les travaux et installations complémentaires de l’usine de Port-Étienne ». Ces derniers n’avaient pas été prévus par l’accord hispano-mauritanien, mais ils permettaient de rationaliser l’exploitation du site, d’en améliorer l’agencement et de disposer de services additionnels. Ce qui posait problème à la SIMEX était l’absence d’un financement adéquat, qui avait déjà été demandé par José Sirvent au ministère de l’Industrie en 1967. Dans l’attente de l’autorisation du gouvernement, obligatoire en la matière – selon l’article 6 de la loi du 25 septembre 1941 qui avait donné naissance à l’INI –, les besoins financiers de cette entreprise n’avaient pas été inclus dans le programme d’action et d’investissement des sociétés de l’INI, ni dans celui de la période 1964-1967, ni dans celui de 1968-1971. En attendant, l’Institut avançait le financement nécessaire à la réalisation des travaux de l’IMAPEC, car il était impossible de paralyser les paiements ou de retarder le chantier. Cela entraînait un surcoût pour l’INI qui obtenait ses liquidités en émettant des obligations supplémentaires, dont les frais et les intérêts s’élevaient à 6,5 % par an22.

24À la fin de l’année 1968, le directeur général des relations économiques internationales du ministère des Affaires étrangères, Javier Elorza, envoya une lettre au directeur de l’INI (Julio Calleja). Il lui faisait part, une fois de plus, des inquiétudes de l’ambassadeur espagnol en Mauritanie concernant la phase d’exploitation de l’entreprise. D’après lui, l’IMAPEC ne semblait pas être prêt à fonctionner dans un avenir relativement proche.

  • 23 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. El gerente del INI a Javier Elorza, Madrid, 10 janvier 1969.

25Julio Calleja admit qu’il était confronté à un certain nombre de difficultés. Il se référait non seulement aux incertitudes relatives au financement du complexe mais également aux difficultés en tout genre que supposait l’acheminement jusqu’à Nouadhibou des matières premières, des machines et de l’équipement industriel, qui devaient être importés d’Espagne ou d’autres pays européens. Le directeur restait cependant optimiste, et il répétait que l’Institut national de l’industrie avait l’intention de terminer le complexe et de le mettre en marche. Il citait par exemple la hausse du budget des travaux, qui correspondait à une augmentation de 195 % en valeur monétaire (de 230 à 448 millions de pesetas) des coûts cumulés depuis le début du projet jusqu’en 196923.

  • 24 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. El Presidente del INI a D. Juan Iturralde y de Pedro, Madrid, 21 juil (...)

26En juillet 1969, le président de l’INI répéta une fois de plus à Juan Iturralde (ambassadeur d’Espagne en Mauritanie) que les installations seraient prêtes à la fin de l’année, malgré les difficultés inhérentes au projet. Il affirma également qu’il ne voulait pas d’une inauguration « esthétique », où tout serait prêt mais ne pourrait fonctionner par manque de formation du personnel, sans parler du problème des matières premières24.

  • 25 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. SIMEX. Consejo de Administración. Acta de la sesión del martes 30 de (...)

27Deux mois plus tard, le 30 septembre 1969, le conseil d’administration de la SIMEX se réunissait afin d’examiner, entre autres, l’état actuel de l’IMAPEC. Les usines de séchage et de farine de poisson étaient terminées, celle de conserves devait encore recevoir quelques pièces de la société Massó Hermanos, et l’unité frigorifique, bloquée à la douane de Nouadhibou, n’avait pu être installée. Parmi toutes ces difficultés, le président du conseil, Labadie, insistait sur les problèmes de transport des matériaux via Las Palmas. Les lignes régulières des compagnies maritimes donnaient en effet la priorité au matériel militaire à destination du Sahara, et les lignes non régulières acceptaient de les transporter si elles en obtenaient des bénéfices élevés. Le conseil d’administration répétait cependant que le complexe commencerait à fonctionner entre octobre et décembre 1969. En ce qui concerne l’acheminement des matières premières, la société disposait uniquement de la flotte de la coopérative de Lanzarote, les grands navires de COIPESCA s’étant peu à peu retirés des eaux mauritaniennes. Sur ce point, elle était en pourparlers avec la flotte japonaise et avec celle de COPATUN, dont les bateaux étaient spécialisés dans la congélation du thon, ainsi qu’avec la société SA Pesquerías de Pasaje. Concernant la commercialisation, la direction de l’entreprise pensait au Congo, principal consommateur de poisson séché. Le consortium des farines du Pérou lui avait également fait une offre pour les farines de poisson, lui proposant d’acquérir la totalité de la production au prix du marché. Les conserves et les produits congelés seraient écoulés sur des marchés plus sélects et exigeants, tels que l’Allemagne, l’Italie et le Japon25.

28Juan Iturralde, fidèle à son rôle de trouble-fête, continuait, au début de l’année 1970, de dépeindre la situation avec pessimisme. D’après lui :

  • 26 L’INI essaya de créer une industrie de transformation du poisson au Sahara, entre 1945 et 1962, par (...)
  • 27 AMAE, legajo R-12011, exp. 6, despacho sin no, confidencial. Juan Iturralde a Gabriel Mañueco, dire (...)

« Tout a été de travers, et l’on essaie maintenant de sortir de ce mauvais pas en organisant une inauguration plus ou moins fictive. Il s’agit en effet d’une deuxième version de ce qui s’est passé avec l’IPASA26 à Villa Cisneros, même si cette fois-ci, il est possible que l’usine parvienne à fonctionner à la moitié de ces capacités. Par contre, si ce qui s’est passé avec IPASA a fait moins de vagues, car tout est resté entre nous, IMAPEC se trouve à l’étranger, et le retentissement de cet échec sera bien plus important et bien plus dangereux pour notre prestige27. »

  • 28 ASEPI, IMAPEC, caja 4711, document no 22. El Presidente de SIMEX (Evaristo Marco) al Director-Finan (...)

29L’usine IMAPEC fut inaugurée le 12 juin 1970 à Nouadhibou, en présence de Moktar Ould Daddah et de certains membres de son gouvernement, ainsi que des ministres de l’Industrie, du Commerce et des Affaires étrangères de l’Espagne, entre autres personnalités. Il n’y eut pas de scénario catastrophe, comme l’avait prédit l’ambassadeur espagnol à Nouakchott, mais le complexe fut inauguré avec les défauts que l’on avait déjà identifiés depuis un certain temps. Tout d’abord, la structure financière de l’entreprise était grevée, à la fin de l’année 1970, par un investissement excessif, car il fallait encore payer les traites de certains fournisseurs. Deuxièmement, et c’est ce qu’il y a de plus important, le complexe a été inauguré alors que les installations n’étaient pas encore terminées, et sans période d’essai ni d’ajustement, ce qui a entraîné un surcoût au dernier trimestre 1970 en termes de « frais d’installation ». Concernant les bâtiments complémentaires, le plus important était une usine à glace, qui devait approvisionner les chalutiers. Cependant, parmi tous ces problèmes, l’un des plus flagrants était le manque d’approvisionnement en matières premières. Aussi, les quatre usines (de poisson séché et salé, de farine et d’huile de poisson, de conserves et de produits congelés) terminèrent l’année 1970 en ayant utilisé entre 25 et 50 % de leurs capacités de production28.

Conclusion

30Les entrepreneurs canariens associés au sein de COIPESCA cherchèrent le moyen de maintenir les privilèges dont ils bénéficiaient depuis des temps anciens au long de la côte mauritanienne, après que ce pays eut obtenu son indépendance. C’est en ce sens que s’inscrit le projet de construction d’un complexe industriel de transformation du poisson à Nouadhibou, financé presque entièrement par le gouvernement espagnol, et que COIPESCA aurait eu le droit d’acheter à la fin de la période d’amortissement. Devant le refus du gouvernement espagnol et compte tenu des engagements pris auprès de la République islamique de Mauritanie après la signature de l’accord de coopération halieutique en 1964, Madrid n’eut pas d’autre choix que de confier à l’Institut national de l’industrie la responsabilité d’entreprendre les démarches nécessaires à la construction et à la mise en marche du complexe, aux conditions des entrepreneurs insulaires. Cette manœuvre n’était pas uniquement motivée par des intérêts économiques. Elle répondait également à des enjeux politiques, car l’on souhaitait conserver de bonnes relations de coopération avec un pays dont la frontière septentrionale coïncidait avec une grande partie de la colonie du Sahara espagnol et qui faisait valoir ses droits sur un territoire qu’il considérait comme faisant partie de la nation mauritanienne.

31Entre la conception du projet, en 1964, et son inauguration, en 1970, six années mouvementées s’écoulèrent. Il y eut non seulement des problèmes avec l’entreprise chargée des installations civiles et industrielles mais également toute une série d’imprévus et de retards concernant l’emplacement des usines. Il fallait par ailleurs tout importer et l’on ne disposait pas de matières premières suffisantes permettant d’approvisionner les différentes unités du complexe. On créa en 1966 la société IMAPEC, dont 100 % des parts étaient détenues par l’INI ; c’est cette société qui devint la propriétaire du complexe. Ses actions furent transférées en décembre de la même année à une autre entreprise du holding, la SIMEX, que l’on avait créée afin de contrôler et de gérer toutes les sociétés dont l’INI était actionnaire et qui se trouvaient à l’étranger. Malgré les efforts déployés pour parachever le chantier et commencer l’exploitation du complexe, l’ambassade d’Espagne à Nouakchott n’arrêtait pas de mettre en cause le bien-fondé de l’intervention de l’INI, car elle estimait qu’elle porterait préjudice au prestige de l’Espagne auprès du gouvernement mauritanien. Le complexe fut finalement inauguré sans avoir pu réellement tester le fonctionnement de ses lignes de production ; cette inauguration eut lieu contre la volonté de la diplomatie espagnole et de certains cadres de l’entreprise. Le résultat final fut que, entre 1970 et 1977, la société travailla en enregistrant des pertes annuelles élevées, qui augmentèrent après 1975 quand il fallut fermer certaines unités du complexe. En décembre 1978, le nouveau gouvernement mauritanien, né du coup d’État de l’été de la même année, conclut un accord avec le royaume d’Espagne pour créer une nouvelle société appelée IMAPEC-SEM, dans laquelle la RIM devint l’actionnaire majoritaire avec 51 % du capital, tandis que le gouvernement espagnol conservait les 49 % restants. Lorsque l’Espagne se débarrassa de ses parts en 1980, les pertes cumulées pour l’État espagnol depuis le début de l’« aventure » s’élevaient à plus d’1 milliard de pesetas.

Haut de page

Bibliographie

Chauveau J.-P., 1989, « Histoire de la pêche industrielle au Sénégal et politiques d’industrialisation», Cahiers des Sciences Humaines, no 25 (1-2), p. 237-258.

Díaz de la Paz Á., 1995, « La pesca en Canarias, un sector en transformación », Papeles de Economía Española. Economía de las Comunidades Autónomas, no 15, p. 143-150.

Hernando de Larramendi M., Planet A., 2009, España y Mauritania : Sáhara, pesca, inmigración y desarrollo en el centro de la agenda bilateral, Barcelona, CIDOB.

Martínez Milán J. M., Carmona Badía X., 2011, « Los Alonso Lamberti. Una saga empresarial con origen en Baiona, raíces en Guixar y ramas en Canarias », in Carmona Badía X., Las familias de la Conserva, Pontevedra, Anfaco-Cecopesca, p. 147-160.

Martínez Milán J. M., 2010, « Los pescadores canarios en aguas saharo-mauritanas desde la ocupación del Sáhara Occidental hasta la retirada española (1885-1975) », in López Bargados A., Martínez Milán J. M., (dir.), Culturas del litoral. Dinámicas fronterizas entre Canarias y la costa sahariano-mauritana, Barcelona, Bellaterra, p. 91-120.

Mohamed Ould Mohamed S., 2010, L’Évolution de la pêche en Mauritanie depuis l’indépendance à nos jours (1960-2009), thèse de doctorat, université de La Rochelle, 594 p.

Morillas J., 1988, Sahara occidental. Desarrollo y subdesarrollo, Madrid, Prensa y Ediciones Iberoamericanas.

Schwartz P., González M. J., 1978, Una Historia del Instituto Nacional de Industria, 1941-1976, Madrid, Tecnos.

Haut de page

Notes

1 Le COIPESCA fut créé par décret du ministère de l’Industrie et du Commerce le 16 février 1951. Ce décret fixait le règlement régissant le fonctionnement du consortium.

2 Archives du ministère des Affaires Étrangères (ci-dessous AMAE), legajo R-12011, exp. 4, despacho sin no, Informe de la comisión sobre asuntos pesqueros de Mauritania. Correspondiente a las conversaciones sostenidas en Port-Etienne los días 6 y 7 de febrero de 1963 con los miembros del Gobierno de la República Islámica de Mauritania, s.l., s.d., p. 7.

3 AMAE, despacho no 186. El presidente del Sindicato Provincial de la Pesca (José Miranda Junco) al presidente del Sindicato Nacional de la Pesca. Las Palmas de G.C., 20 février 1963, p. 4-5.

4 AMAE, legajo R-12011, exp. 4, despacho sin no. El Canciller-Encargado, Miguel A. Sedano, a embajador de España en Nouakchott, Port-Étienne, 20 juin 1963.

5 Archives de la Société espagnole de participations industrielles (ci-dessous ASEPI. Ces archives contiennent les documents historiques de l’ex-Institut national de l’industrie), IMAPEC, caja 106, exp. 776. Reunión de la Dirección General de Pesca Marítima con representantes de COIPESCA, Madrid, 10 décembre 1963.

6 AMAE, legajo R-12010, exp. 10, despacho sin no. El cónsul de España en Port-Etienne al embajador español en Nouakchott, Madrid, 26 octobre 1963, p. 3-4.

7 Ibidem, p. 5-6.

8 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 2. Presidencia de Gobierno a Presidencia del INI, Madrid, 13 décembre 1963.

9 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 9. José Sirvent, Presidente del INI, a Excmo. Sr. Presidente del Gobierno Español, Madrid, 23 janvier 1964.

10 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 12. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, Madrid, 29 janvier 1964.

11 Le budget était le même qu’en 1963, mis à part une enveloppe supplémentaire de 68,5 millions de pesetas correspondant à la location de 28 bateaux d’un volume total de 2 739 tonneaux, plus 6 818 000 pesetas pour les imprévus, le projet et la direction des travaux. ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 14. El Presidente del INI al Excmo. Sr. Ministro de Negocios Extranjeros de la República Islámica de Mauritania, Madrid, 7 février 1964.

12 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 24. El Ministro de Asuntos Exteriores al Presidente del INI, San Sebastien, 27 juillet 1964.

13 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 47. El Director General de Relaciones Económicas del Ministerio de Asuntos Exteriores al Presidente del INI, Madrid, 17 décembre 1964.

14 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 45. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, Madrid, 13 janvier 1965.

15 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 63, annexe 2. Informe del Director del Departamento de Industrias de la Alimentación a la Presidencia del INI, Madrid, 26 janvier 1965.

16 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 77. José Sirvent a Ministro de Asuntos Económicos de la República Islámica de Mauritania, Madrid, 19 juillet 1965.

17 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 95. El Director General de Relaciones Económicas del Ministerio de Asuntos Exteriores al señor gerente del Instituto Nacional de Industria, Madrid, 26 août 1965.

18 ASEPI, IMAPEC, caja 106, exp. 776, document no 102. Presidencia del Gobierno a Presidente del INI, Madrid, 19 octobre 1965.

19 AMAE, legajo R-10093, exp. 4. Estatutos de IMAPEC. Nouakchott, 04/1966, p. 1-3.

20 ASEPI, IMAPEC, caja 4315, document no 17. José Sirvent al Ministro de Industria, Madrid, 10 avril 1968, p. 3.

21 ASEPI, IMAPEC, caja 4125, document no 1. Acta de la cuarta reunión del consejo de administración de “Industrias Mauritanas de la Pesca SA” (IMAPEC) celebrada el día 20 de diciembre de 1966, Madrid, 20 décembre 1966.

22 ASEPI, IMAPEC, caja 4315, document no 17. José Sirvent a Ministro de Industria, sobre financiación de SIMEX e IMAPEC, Madrid, 10 avril 1968, p. 9-11.

23 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. El gerente del INI a Javier Elorza, Madrid, 10 janvier 1969.

24 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. El Presidente del INI a D. Juan Iturralde y de Pedro, Madrid, 21 juillet 1969.

25 AMAE, legajo R-12011, exp. 6. SIMEX. Consejo de Administración. Acta de la sesión del martes 30 de septiembre de 1969, Madrid, 30 septembre 1969.

26 L’INI essaya de créer une industrie de transformation du poisson au Sahara, entre 1945 et 1962, par le biais de la société Industrias Pesqueras Africanas SA, dont l’échec fut retentissant sur le plan économique.

27 AMAE, legajo R-12011, exp. 6, despacho sin no, confidencial. Juan Iturralde a Gabriel Mañueco, director general de África y Próximo Oriente del MAE, Nouakchott, 29 janvier 1970.

28 ASEPI, IMAPEC, caja 4711, document no 22. El Presidente de SIMEX (Evaristo Marco) al Director-Financiero adjunto al Presidente del INI, Madrid, 11 décembre 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jesús M. Martínez Milán, « Le rôle des pêcheurs industriels canariens dans la création et la mise en place à Nouadhibou de la société Industrias Mauritanas de Pesca SA, 1960-1970 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 12 février 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://emam.revues.org/802 ; DOI : 10.4000/emam.802

Haut de page

Auteur

Jesús M. Martínez Milán

Université de Las Palmas de Gran Canarias

jesus.martinez@ulpgc.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page