Navigation – Plan du site
Économie et processus coloniaux dans la région ouest-saharienne

Ressources naturelles et seconde occupation coloniale du Sahara espagnol, 1959-1975

Alicia Campos Serrano et Violeta Trasosmontes
Cet article est une traduction de :
Recursos naturales y segunda ocupación colonial del Sáhara español. 1959-1975

Résumé

L’intérêt de l’Espagne, en tant que métropole, pour sa colonie du Sahara espagnol s’est renforcé à la fin des années 1960 quand de riches gisements de phosphate y ont été découverts. Cela a coïncidé avec les pressions exercées par les Nations unies pour accélérer le processus de décolonisation en Afrique, ce qui a obligé le gouvernement espagnol à mettre en place une politique de « provincialisation ». Malgré l’argument selon lequel l’incorporation de cette province au territoire national faisait disparaître le caractère colonial de la domination espagnole sur le Sahara, la relation coloniale a non seulement perduré, mais elle s’est renforcée. En effet, la provincialisation a favorisé une plus grande pénétration de l’influence de l’administration coloniale dans les structures politiques et sociales locales, ce qui, en fait, correspond à une « deuxième occupation » du territoire. D’importants investissements ont alors été réalisés et ont contribué tant à la sédentarisation de la population (nomade) autochtone qu’à l’arrivée de populations en provenance de la péninsule ibérique, deux mouvements qui se sont effectués en renforçant les inégalités et la fragmentation sociale. Ces transformations ont progressivement donné naissance à des mouvements sociaux et politiques qui ont fini par revendiquer l’indépendance. En réponse, l’État espagnol a procédé à différents « essais » politiques et législatifs. Cependant, les tensions dans le territoire, la fin du régime franquiste, les revendications marocaines et les pressions internationales ont précipité un conflit qui, presque 40 ans plus tard, n’est pas encore résolu.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été écrit dans le cadre d’un projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

Introduction

1La colonie du Sahara espagnol trouve son origine dans l’intérêt accordé à certaines de ses ressources naturelles, particulièrement celui que les pêcheurs canariens portaient aux bancs de pêche canario-sahariens, au moment historique où les grandes puissances européennes se disputaient pour s’assurer le contrôle exclusif de territoires coloniaux. Quand se dessine le grand partage de l’Afrique, le gouvernement espagnol réclame, en 1884, une partie du territoire du Sahara occidental en prenant argument de l’existence d’activités économiques menées par ses nationaux dans les environs de Dakhla. Quelques années plus tard, au traité de Paris (1900), l’Espagne négocie avec la France le partage de ce territoire et commence à l’occuper à un rythme très lent.

2L’occupation de la totalité du territoire à partir des enclaves côtières ne sera pas achevée avant les années 1930, ce qui est la conséquence des conceptions « européennes » de l’époque en matière de contrôle territorial dans les colonies, qui obligeaient à contrôler l’arrière-pays pour pouvoir revendiquer la souveraineté sur l’ensemble du territoire visé. Cela incita le gouvernement espagnol à manifester son intérêt pour cet ensemble, alors que, jusque-là, sa présence se concentrait exclusivement sur la côte. Son contrôle, exercé sur une population peu nombreuse, était superficiel en raison du caractère nomade de la plupart des Sahraouis qui se consacraient aux activités pastorales, quand bien même ceux-ci avaient des contacts réguliers avec les villes pour des raisons commerciales. Pour sa part, la peu nombreuse population européenne établie sur place était constituée majoritairement de militaires et de fonctionnaires de l’administration publique.

3Le relatif désintérêt manifesté par l’Espagne envers sa colonie a commencé à changer après la guerre qui s’est déroulée à propos d’Ifni en 1958-1959 et avec la découverte, peu de temps après, de gisements de phosphates (Bou Crâa) dans la région située non loin d’El Ayoun. Le territoire du Sahara espagnol pouvait désormais être considéré comme faisant partie de l’Afrique dite « utile », pour reprendre une expression forgée par les Français pour qualifier les régions de leurs colonies les plus rentables, en les opposant ainsi à celles dont on ne pouvait « extraire » rien d’autre que de la main-d’œuvre. À partir de cette découverte, les responsables politiques espagnols ont manifesté un intérêt accru pour l’exploitation et la « mise en valeur » des ressources minérales existant dans le sous-sol de leur colonie, ce qui aura des répercussions tant sur les dynamiques démographiques que sur les formes de gouvernement.

4À la fin des années 1950, l’administration de la colonie subit une profonde réforme que l’on connaît sous le nom de « provincialisation » et qui, sans faire disparaître le caractère colonial du gouvernement sur le Sahara, vise une plus grande efficacité du contrôle gouvernemental sur les structures politiques et sociales locales. Cette réforme inaugure une véritable « seconde occupation coloniale », selon les termes employés par Anthony Law et John Lonsdale (1976, p. 13). Analysant l’intensification de l’action gouvernementale dans l’ensemble de l’Afrique britannique depuis la fin des années 1940, ces auteurs ont établi un constat semblable à celui qui prévaudra plus tard dans le Sahara occidental, en ce qu’il se caractérise par une augmentation de l’investissement public au travers de programmes de « développement économique » et par des réformes de l’administration destinées à pénétrer plus en profondeur dans la gestion locale des affaires africaines. Ceci a provoqué à la fois des changements sociaux et la reconfiguration des stratégies et revendications politiques des Africains face aux gouvernements coloniaux. Au Sahara sous domination espagnole, nous pouvons identifier des processus comparables, mais, à la différence de l’Afrique coloniale britannique, ces processus interviennent en un temps où les empires coloniaux européens étaient déjà en grande partie disparus d’Afrique et où surgissaient d’intenses conflits armés avec ceux qui refusaient de mettre un terme à ces empires, comme en Afrique australe.

5Notre article porte sur les deux dernières décennies du gouvernement colonial espagnol au Sahara, et sur les importants changements économiques, politiques et sociaux qui s’y sont produits pendant cette période. La première partie se centre sur les prospections minières qui ont été menées de long en large sur toute l’étendue du territoire sahraoui, et qui ont donné lieu à la découverte, puis à l’exploitation de phosphates – une première en ce pays ! Dans la deuxième partie, nous reviendrons sur le processus de « provincialisation » du territoire : c’est un élément constitutif de ce que nous appelons la « seconde occupation coloniale » et, quasiment deux décennies plus tard, il sera reproduit par d’autres puissances coloniales en Afrique. Dans une troisième partie, nous aborderons les transformations économiques et sociales qui découlent de cette intensification du processus de colonisation, beaucoup d’entre elles étant la conséquence de l’exploitation du gisement de Bou Crâa, qu’il s’agisse du renforcement de l’administration coloniale ou de l’accélération du mouvement de sédentarisation de la population. Enfin, nous analyserons les tentatives, aux plans politique et législatif, qui, au début des années 1970, ont cherché à donner au gouvernement colonial une plus grande représentativité, par exemple en envisageant un statut d’autonomie pour le Sahara. Cependant, les changements survenus durant la seconde occupation, ajoutés aux pressions internationales, ont eu pour conséquence le fait que la conjonction des forces nationalistes d’origines diverses – notamment sahraouies, marocaines et mauritaniennes – a fait de ces dernières les protagonistes d’un conflit qui a mis fin au projet colonial espagnol en rendant caduques ses dernières réformes.

Premières prospections minières : à la recherche du Sahara « utile »

  • 1 À la fin des années 1940, d’importants investissements avaient été réalisés : leur montant atteigna (...)
  • 2 Les principales sociétés sont : CAMPSA, Phillis Oil Co, CEPSA, Calex-TEXACO, Atlantic Exploration C (...)

6Les prospections engagées pour rechercher des minerais rentables au Sahara ont commencé dans les années 1940 ; les premières découvertes de phosphate furent le fait de Manuel Alia Medina et de Francisco Hernandez Pacheco1. Parallèlement, d’autres ressources naturelles étaient recherchées, avec un intérêt particulier pour le pétrole (Rodríguez Esteban, Martínez Milán, 2011). Les premiers indices de l’existence d’or noir datent de 1940, mis en évidence par les sociétés américaine Kerr McGee et française Total-Fina. Néanmoins, la situation économique et politique qui prévalait en Espagne après la guerre civile et le début de la Seconde Guerre mondiale a empêché que la recherche de pétrole devienne une priorité tant pour le gouvernement espagnol que pour les entreprises impliquées, si bien qu’aucune suite ne fut donnée à ces projets. Il fallut attendre près de 20 ans pour que, suite au vote en 1958 de la Loi sur la recherche d’hydrocarbures [Ley de Investigación de Hidrocarburos], des licences d’exploration soient attribuées à diverses entreprises, nationales et étrangères – ces dernières étant majoritaires –, qui dès lors investirent à hauteur de 3 000 millions de pesetas (de l’époque)2.

  • 3 Selon la CNUCED, le prix du pétrole se situait aux alentours de 2 à 3 $ le baril dans les années 19 (...)

7Entre 1960 et 1963, plusieurs concessions d’exploration furent attribuées, mais les forages n’obtinrent que des résultats mitigés. La campagne de recherche de pétrole au Sahara s’est déroulée de manière très rapide et s’est conclue par la découverte d’un gisement dont 27 puits étaient en mesure de produire du brut. Cependant, cette découverte a coïncidé avec celles réalisées en mer du Nord et en Libye, qui se sont avérées beaucoup plus rentables économiquement puisque les opérations d’extraction étaient plus faciles et donc moins onéreuses, et que leur brut était en outre d’excellente qualité. Ceci, ajouté aux bas prix du pétrole3, fit que les compagnies pétrolières se sont désintéressées des projets au Sahara. De plus, dans le même temps, les Nations unies se prononçaient déjà en faveur de la décolonisation du Sahara, ce qui obligeait les entreprises désireuses d’investir à prendre le risque d’insécurité juridique que suppose toute activité sur un territoire en passe de décolonisation. De ce fait, le retrait des entreprises pétrolières s’est produit autant pour des raisons économiques que pour des motifs d’incertitude et d’insécurité juridiques.

  • 4 L’INI a pris d’autres initiatives pour stimuler l’activité économique dans le Sahara. C’est cet Ins (...)

8Toutefois, durant les années 1950 et, plus encore, pendant la décennie 1960, de nouvelles prospections eurent lieu à la recherche d’autres ressources minières, particulièrement du phosphate, prospections qui bénéficièrent des résultats obtenus lors d’expéditions réalisées dans les années 1940. La première découverte a eu lieu dans une zone nommée « Izic », au sud d’El Ayoun. L’Institut national de l’industrie (INI) y a alors engagé une campagne d’exploration pour le compte de la société Empresa Nacional ADARO de Investigaciones Mineras SA, dans le cadre d’un permis qui couvrait le plateau d’Izic et les zones de l’Ouad Laabadillaet et de la Saguiat al-Hamra4.

  • 5 Cette politique d’autarcie est prise par le gouvernement espagnol pendant les années de grand isole (...)
  • 6 Voir Morillas, 1990, p. 211.
  • 7 Juan Antonio Suanzes, ministre de l’Industrie de 1945 à 1951, a été le fondateur, puis le premier p (...)
  • 8 Jusqu’en 1957, les ressources financières de l’INI provenaient directement et principalement du bud (...)
  • 9 En février 1957, un nouveau gouvernement est désigné par le dictateur. Il est dirigé par l’amiral C (...)

9Au début, les découvertes ne furent pas toutes aussi positives qu’espéré. Les investissements nécessaires à l’exploitation du minerai étaient tels, compte tenu de la qualité du phosphate d’un côté, et des prix de vente à ce moment-là de l’autre, qu’ils rendaient le projet non viable économiquement, malgré le fait que les ingénieurs d’ADARO aient signalé l’opportunité politique que représentait la découverte et recommandé son exploitation. On peut lire, dans un document établi pour la société elle-même, qu’à cause de « la mauvaise qualité des phosphates et de leur situation géographique, il n’est pas possible d’atteindre une exploitation bénéficiaire compte tenu des prix actuels, mais que, du fait des problèmes liés à la politique d’autarcie5, il serait peut-être utile, tout de même, de poursuivre le projet au risque d’enregistrer des pertes » (ADARO, 1955)6. Cette recommandation se situait dans le droit fil de la logique de l’INI sous l’« ère Suanzes7 », qui faisait que les considérations techniques primaient sur les aspects économiques et que l’objectif premier était de maximiser la production, indépendamment de son coût. Cependant, malgré les rapports des experts, le projet a été gelé en 1956. La cause en fut probablement les pressions politiques exercées pour obliger l’INI à rationaliser ses dépenses, comme le montre le changement opéré en 1957 dans le mécanisme de financement de la société industrielle8, un changement qui figurait dans le projet économique de la nouvelle équipe arrivée au pouvoir – et qui était également inscrit dans le Plan de stabilisation9.

  • 10 Un signe de l’importance politique que représentait ce projet d’exploitation des phosphates peut êt (...)

10Il faudra attendre 1960 pour que le gouvernement ordonne de reprendre les prospections minières. Parce que la conjoncture économique était plus favorable et que des progrès sensibles avaient eu lieu au plan technique, il fut possible de lancer un projet pilote dans la zone d’Izic pour en extraire le phosphate et en traiter 360 tonnes par jour. L’exploitation a cependant dû faire face à de nombreux problèmes techniques, malgré le recours à la technologie fournie par des entreprises étrangères, principalement allemandes et françaises. Les faiblesses du projet étaient très grandes et les avancées furent donc plutôt lentes, mais le gouvernement s’est appuyé sur des études réalisées par différentes compagnies pétrolières pour se procurer les informations concernant la géologie du sous-sol, ce qui lui a permis d’étendre la zone de prospection des minerais – des phosphates, pour être plus précis. D’un autre côté, l’échec des prospections pétrolières a fait que le gouvernement espagnol, malgré les problèmes techniques et économiques qu’il rencontrait, a décidé de renforcer son effort – s’apparentant à un pari – sur les phosphates10. C’est pourquoi il entreprit la création, en 1962, de l’Entreprise nationale des mines du Sahara (ENMINSA), en lui attribuant pour objectif de redéfinir les compétences qui étaient celles exercées jusqu’alors par ADARO, et qui allait fonctionner comme chef de projet.

11Dès le début de son activité, l’ENMINSA a disposé de beaucoup plus de moyens économiques, techniques et en personnels qualifiés qu’ADARO. Ses investissements sont passés de 4 à 863 millions de pesetas entre 1964 et 1968 (tableau 1), et ce malgré un ralentissement des activités d’exploration qui ont presque été entièrement paralysées en 1965 et 1966, période pendant laquelle se sont déroulées des négociations avec l’International Minerals and Chemicals Corporation, une firme américaine avec laquelle était envisagée une sorte d’alliance. Finalement, l’accord ne s’est pas concrétisé parce que la direction de l’entreprise américaine a considéré que les résultats des prospections étaient insuffisants. L’État espagnol s’est donc ainsi trouvé obligé de poursuivre l’exploitation seul, bien que les investissements nécessaires pour les seuls phosphates soient supérieurs à l’ensemble du budget consacré au Sahara. La détermination des responsables jointe à leur capacité d’influence politique ont permis que se déploient parallèlement, et dans le même temps, deux projets d’exploration, l’un dans la zone de l’Izic (appelé plan A) et l’autre destiné à étendre la zone d’exploration (plan B). Pour ce dernier, les responsables ont sollicité la collaboration de l’Institut français du pétrole qui possédait une abondante documentation sur la géologie de la région et une grande expérience du travail de prospection dans les zones désertiques.

Tableau 1. Activités d’exploration et montant des investissements d’ENMINSA

   

1949

1962

1963

1964

1965

1966

1967

1968

Nombre de sondages réalisés

4

220

289

552

Investissements, en millions de pesetas de 1964

4,3

35,9

75,4

105,0

231,5

425,5

649,1

863,4

Source : ADARO et ENMINSA, chiffres cités dans Morillas, 1990.

12Le pari engagé pour étendre la zone d’exploration a été déterminant pour l’évolution économique future du Sahara, mais aussi pour son évolution politique, puisqu’il a permis la découverte en 1963 du gisement de Bou Crâa. Parallèlement, d’autres minerais ont été découverts – potasse et cuivre – mais en gisements modestes, sans oublier l’existence d’uranium, de fer et d’eau.

13Le phosphate trouvé à Bou Crâa possédait d’excellentes caractéristiques, tant en ce qui concerne les quantités exploitables que la facilité d’extraction. La couche de phosphate, d’une épaisseur de 5,60 m, se trouvait à une profondeur de 3,70 m, ce qui facilitait considérablement son extraction puisqu’après enlèvement des terres superficielles il était possible de l’exploiter à ciel ouvert. De plus, le minerai possédait une teneur largement supérieure à celle des gisements trouvés antérieurement (la teneur en oxyde de phosphore P2O5 est de l’ordre de 28 %, et celle en carbonate de phosphore de 61,4 % ; Rios Garcia, 1974). Les réserves totales sont estimées à 1 700 millions de tonnes ; le gisement s’étend sur 49 km de long pour 6 km de large, ce qui en fait la plus grande mine de phosphate au monde exploitée à ciel ouvert. De plus, le coût d’exploration était relativement bas, autour de 0,7 peseta par tonne de minerai. Après une telle découverte, il a été mis un terme aux projets dans la zone d’Izic, même si quelques prospections y ont encore été menées entre 1963 et 1965 dans l’espoir de découvrir un gisement plus proche de la côte. Le plus sérieux problème auquel l’exploitation du gisement de Bou Crâa fut confrontée résidait justement dans son éloignement du port d’El Ayoun, ce qui a obligé la société minière à construire une bande transporteuse longue de plus de 100 km utilisant une technologie allemande. L’investissement nécessaire s’est élevé à 72 millions de dollars (San Martin, 2012, p. 52).

14Le gisement de Bou Crâa est devenu pour l’Espagne sa principale source d’approvisionnement à partir de l’Afrique utile, particulièrement après 1968, date de l’indépendance de la Guinée équatoriale. Pendant qu’on investissait dans l’exploration et qu’on démarrait l’extraction des phosphates, la colonie du Sahara allait connaître des transformations politiques résultant tant du développement de nouveaux intérêts économiques que des processus à l’œuvre aux échelles régionale et internationale, ainsi que des dynamiques sociales internes.

La seconde occupation coloniale du Sahara

15Au cours de la décennie 1950, pendant que les autorités coloniales lançaient à travers tout le Sahara espagnol des prospections à la recherche de minerais commercialisables, les mouvements de contestation sociale prenaient de plus en plus d’ampleur en Afrique au sein des empires coloniaux. Dans les colonies françaises de la région (Afrique de l’Ouest), le Rassemblement démocratique africain rassemblait beaucoup de partis qui réclamaient plus de droits politiques et sociaux pour les Africains et la disparition de l’ordre colonial. À partir de 1954, le Front de libération nationale était l’acteur principal, en Algérie, d’une guerre sanglante menée contre la métropole française. En 1956, le Maroc a obtenu son indépendance de la France et de l’Espagne, après une lutte au cours de laquelle se sont conjugués les efforts du mouvement national incarné par le parti de l’Istiqlal et ceux du sultan Mohamed Ben Youssef, futur roi Mohamed V.

  • 11 Les kabilas, autrement appelées tribus, font référence à des unités politiques fondées sur les lien (...)
  • 12 Sur la rétrocession au Maroc d’Ifni et de Tarfaya, voir Montoro, 1991 ; Canales, Rey, 2010.

16Cependant, malgré l’accession du Maroc à l’indépendance, l’Espagne a eu l’ambition de maintenir son protectorat sur la zone Sud en même temps qu’elle poursuivait sa présence dans les territoires sahariens, sur ce qui s’appelait alors l’Afrique occidentale espagnole. Cette situation a engendré en 1957 une rébellion armée portée par l’Armée de libération marocaine, à laquelle se sont joints de nombreux jeunes provenant des kabilas sahraouies11. C’est pour mater cette rébellion qu’a été décidée l’intervention conjointe des armées française et espagnole (opération Teide-Écouvillon) : le gouvernement de Paris craignait en effet les répercussions que l’indépendance des territoires sous tutelle espagnole pourrait avoir sur sa colonie de Mauritanie et sur l’Algérie. La guerre dite d’Ifni eut pour résultat l’intégration de la zone Sud du protectorat espagnol au Maroc indépendant12 et l’écrasement de la rébellion armée au Sahara et dans l’enclave d’Ifni. La réduction du conflit combinée à l’intérêt croissant que le territoire du Sahara représentait après les découvertes minières ont favorisé la mise en route d’une véritable seconde occupation coloniale du Sahara occidental.

  • 13 La présence militaire espagnole répondait principalement, jusqu’alors, aux intérêts de la pêche, au (...)
  • 14 Cette estimation a été effectuée par les auteurs à partir des informations disponibles dans l’ouvra (...)

17Le premier signe en a été un accroissement de la présence militaire espagnole au Sahara, laquelle, jusque-là, était demeurée concentrée sur les zones côtières à cause, entre autres, des établissements pénitentiaires (prisons et bagne) espagnols concentrés dans ces zones13. À partir de 1957, plusieurs unités militaires, telles que la Légion ou le bataillon du fort de Cabrerizas Altas, dans le Rif, y seront transférées depuis la zone Nord du protectorat marocain, désormais intégrée au royaume du Maroc indépendant. On estime que si, en 1925, il n’y avait que 739 soldats espagnols au Sahara (423 à Cap-Juby, 195 à La Guerra et 121 à Villa Cisneros), on en comptait 3 823 en 197414. Augmentera aussi le nombre de Sahraouis dans les corps en charge de la sécurité, en même temps que ceux-ci seront réorganisés : à la fin des années 1950, les composantes des anciennes Mías Nómadas (Compagnies méharistes), créées 30 années plus tôt, furent intégrées, soit au sein du Groupement des troupes nomades de l’armée, soit au sein de la police territoriale du Sahara – équivalent de la Guardia Civil en métropole (San Martin, 2010).

  • 15 Communiqué du 10 novembre 1958, ONUA/C.4/385.

18D’autres processus, à l’œuvre en des lieux très éloignés du Sahara occidental, exerceront également une influence sur les changements qui vont affecter le gouvernement colonial. Après l’entrée de l’Espagne aux Nations unies, le gouvernement de Madrid a reçu une lettre du Secrétaire général de l’organisation internationale, en date de février 1956, lui demandant si son gouvernement « exerçait une responsabilité dans l’administration » d’un quelconque territoire non-autonome. La réponse a nécessité près de trois ans de réflexion, et son argumentation a pratiquement repris celle qu’avait élaborée le Portugal après que ce pays eut été lui-même interrogé sur la même question : l’Espagne niait posséder des colonies, arguant que ses territoires d’Afrique avaient le statut de provinces espagnoles et que, à ce titre, ils faisaient partie intégrante du territoire national15. Pour rendre plus crédible cette affirmation, le gouvernement espagnol fit voter, le 30 juillet 1959, la Loi sur l’organisation et le régime juridique des provinces africaines, applicable au Sahara et à la Guinée espagnole. Cette loi évoluera par la suite en établissant des normes et règles juridiques spécifiques pour chacun de ces territoires.

  • 16 Concernant la promulgation de cette loi spécifique à la province du Sahara occidental, il importe d (...)

19La « provincialisation » voulait faire croire à la fin du régime colonial sous prétexte que les anciens ressortissants des colonies étaient désormais intégrés à la nation espagnole. Cependant, la nouvelle loi maintient le caractère spécial du gouvernement sur le Sahara, car, malgré l’extension du périmètre d’action de quelques institutions métropolitaines aux territoires des ex-colonies, il n’a jamais été question de mettre sur un pied d’égalité juridique ces territoires avec les provinces de la péninsule. La justification même de la loi du 19 avril 1961 sur « l’organisation et le régime juridique de la province du Sahara » – loi qui adapte donc la loi générale du 30 juillet 1959 au Sahara occidental – insistait sur les spécificités de ce territoire, comme le caractère nomade de sa population, sa religion, le climat, la pauvreté des sols, toutes caractéristiques qui légitimaient l’établissement d’une administration « qui se doit d’avoir pour objectif principal une singularité de traitement des problèmes spécifiques que la Province peut rencontrer16 ».

20Loin de disparaître, le système colonial s’est au contraire renforcé à la suite de la « provincialisation » en étendant le contrôle de ses institutions sur l’ensemble du territoire, donnant ainsi naissance à une seconde occupation qui s’amorce 20 ans après que des processus semblables se sont produits dans d’autres endroits d’Afrique. Si les relations entre gouvernement espagnol et autorités locales avaient pu établir comme une constante l’acceptation de la présence du premier sur le territoire, c’est surtout à partir de ce moment-là que les cheikhs des kabilas locales ont été intégrés dans l’administration coloniale, et que leur rôle d’intermédiaires entre le gouvernement espagnol et la population du Sahara, qui était réglementé à présent avec davantage de précision, a contribué à donner l’impression qu’un véritable gouvernement indirect était mis en place. Ceci a pris forme en même temps que s’opérait la délimitation, en termes d’appartenance pour les populations et de contours pour les territoires, de chacune des kabilas. Une telle opération a mobilisé toutes les connaissances dont disposaient les administrateurs coloniaux sur la société bidan (Caro Baroja, 1955 ; Rodríguez Esteban, 2011).

  • 17 En Guinée équatoriale, il existait un groupe d’« indigènes » jouant un rôle notable dans l’économie (...)

21Au même moment, en contradiction avec la soi-disant intégration de la population colonisée à la nation, les habitants du territoire étaient enregistrés soit comme « nationaux » soit comme « natifs », en fonction de critères plus explicites que tous ceux qui avaient pu être utilisés jusqu’alors. Selon Mamdani (1996), le marqueur qui caractérise le colonialisme du xxe siècle est précisément la distinction entre citoyens et ressortissants, bien que, dans le cas de l’Espagne, l’absence de droits politiques sur le territoire de la métropole elle-même – qui subit la dictature franquiste – rende cette distinction moins liée au fait de jouir de sa citoyenneté qu’aux formes différenciées d’administration et d’accès aux ressources. D’autre part, au Sahara, il n’existera pas de statuts « intermédiaires » – comme celui par exemple des « émancipés » en Guinée équatoriale17 –, tout comme il n’existera pratiquement pas de possibilité de se déplacer d’un point du territoire à un autre. La raison se trouve dans le rôle central que jouaient les cheikhs en tant que principaux intermédiaires entre l’administration coloniale et les populations, un rôle tel que leur intérêt était de maintenir le cadre des institutions et le nombre des habitants, maintien qui conditionnait le renforcement de leur rôle d’autorité administrative et juridique.

22La distinction opérée parmi les habitants du Sahara entre deux catégories, les « Espagnols » (ou nationaux) et les « natifs », fait sentir ses effets dans le fonctionnement de nombreux domaines sociaux, depuis l’organisation de l’espace jusqu’au droit. L’espace se fragmente politiquement du fait de la distinction opérée entre municipalités (avec les mairies d’El Ayoun et de Villa Cisneros) et petits groupements urbains de simple importance locale (La Guerra et Smara) d’une part, et groupes nomades d’autre part. Les premiers formaient des territoires qui pouvaient être comparés à ceux de la métropole (exception faite de La Guerra, du fait de son caractère presque exclusivement militaire), alors que les zones nomades, où vivait la très grande majorité de la population, étaient administrées par les cheikhs, dans le cadre de cette forme de gouvernement indirect dont nous avons déjà signalé la mise en place.

  • 18 Les décisions en matière civile de ce tribunal étaient connues en deuxième instance par le tribunal (...)
  • 19 Il existait un conseiller officiel espagnol en matière de droit islamique qui participait en person (...)

23D’un autre côté, le système judiciaire établissait une véritable juridiction spéciale pour la population locale (Barona, 2004). Le décret du 21 novembre 1963 prétendait faire cadrer l’organisation judiciaire mise en place au Sahara dans le cadre de la provincialisation avec celle appliquée dans le reste de l’Espagne, mais son existence même prouve bien le traitement différencié des populations selon leurs origines que cette partie du territoire continuait à mettre en œuvre. Ainsi, tout conflit impliquant un Espagnol, de quelque nature qu’il fut, relevait des juges de paix, des tribunaux d’instance et, à l’échelon supérieur, du tribunal territorial d’El Ayoun18, tandis qu’un « natif » était soumis, lui, au tribunal coranique (appelé orf), qui jugeait selon le droit musulman, ou au tribunal coutumier qui le faisait selon la coutume. Ces dernières juridictions étaient malgré tout régies par des ordonnances coloniales qui datent du 16 décembre 1955 et du 21 mars 1956, et non par des normes locales. L’ensemble de ce système renforçait le pouvoir et privilégiait les éléments les plus conservateurs de la société, ainsi que la gérontocratie dans les kabilas. Dans le même temps, il s’établissait une subordination d’une catégorie de tribunaux à l’autre, ainsi qu’une suspicion de probable « inhumanité » de la justice dans ses formes locales traditionnelles19.

  • 20 L’article 25.2 du décret portant organisation de la justice précise : « Toutefois, lorsqu’il s’agit (...)
  • 21 Le gouverneur général du Sahara était placé sous l’autorité du capitaine général des Canaries pour (...)

24Cependant, le décret no 3160 de 1963 a réduit la distance séparant les deux systèmes juridiques, en donnant la possibilité à la juridiction espagnole de prendre connaissance des affaires concernant les « natifs », pourvu qu’il y ait, toujours, « acceptation expresse des parties ». Ce texte établissait la compétence du tribunal territorial en matière criminelle quelle que soit la catégorie à laquelle appartiennent les accusés, sauf si le juge se dessaisissait de l’affaire au profit des tribunaux coraniques ou coutumiers « quand, bien sûr, il n’y avait pas de partie lésée ou plaignante […] et que les faits ne menaçaient pas l’ordre ou la sécurité publique ». Pour sa part, la juridiction du travail, organisée autour d’une magistrature particulière sise à El Ayoun, était commune à tous les justiciables, bien qu’elle appliquât « la législation en matière de droit du travail spécifique à la province du Sahara » (article 25). L’ensemble du système judiciaire était soumis au régime de l’exception militaire qui prévalait au Sahara, lequel permettait au gouverneur général de suspendre les lois en vigueur20. Ce gouverneur général, qui est un militaire, est précisément celui qui incarne le mieux la continuité avec la situation antérieure ; il est très éloigné de la figure des gouverneurs civils qui gouvernent dans les autres provinces – celles de la Péninsule –, car il cumule pouvoirs civil et militaire21. Comme cela a été dit plus haut, le renforcement de la présence militaire et policière dans le territoire du Sahara est un élément central de cette période.

25Outre la création du poste de gouverneur général, la provincialisation a introduit un Conseil provincial, dénommé Cabildo en espagnol, qui joue un rôle occupé, dans les autres provinces, par les députations provinciales (décret 3249/62), lesquelles étaient surtout un instrument de contrôle politique et social supplémentaire institué par le régime franquiste. Le Cabildo du Sahara fut institué pour favoriser l’intégration des intermédiaires locaux au gouvernement colonial, grâce au fait qu’il est constitué de représentants tant des municipalités et petites villes que des fractions nomades, et qu’il comporte également des délégués des corporations – très majoritairement composées d’Espagnols – de commerçants, d’industriels, de professionnels de la culture ou d’autres activités. Le président du Cabildo du Sahara était nommé par la présidence du gouvernement (espagnol) sur proposition du gouverneur général. Durant toute la durée d’existence du Cabildo, deux shayk, Jatri Ould Said (de 1963 à 1965) et Seila Ould Abeida (de 1965 à 1976), ont exercé ces fonctions.

  • 22 À partir du mois de juillet 1951 jusqu’au mois de juillet 1967, Carrero Blanco a rang de ministre ( (...)

26Ces réformes administratives ont été accompagnées d’investissements dans le domaine social, rendus possibles par l’inclusion de la province du Sahara dans les « plans de développement économique et social » engagés par l’État espagnol dans les années 1960. Il convient de noter à ce propos que, contrairement à ce qui a pu se passer dans d’autres empires coloniaux européens d’Afrique, la colonie du Sahara ne s’est jamais autofinancée et qu’elle a toujours dépendu, au moins pour partie, des subventions accordées sur le budget de l’État. Cela n’a pas empêché que, durant toutes ces années, les sommes consacrées au territoire aient enregistré une croissance exponentielle (Barona, 2004 ; Garcia, 2002 ; Hodges, 1983), du même ordre que celle que l’on a pu enregistrer en de nombreuses parties de l’Afrique après la Seconde Guerre mondiale, au commencement de l’« ère du développement », quand les puissances européennes ont créé des fonds de financement pour les infrastructures et les services sociaux de leurs empires (Cooper, 2006). Suite à la visite en 1962 du ministre de la Présidence, Carrero Blanco22, un « Plan de travaux publics et du logement » a été adopté, avant que, en 1968, le deuxième « plan de développement économique et social » concerne le Sahara, comme le premier plan concernait la Guinée quelques années auparavant. En plus de la construction de nombreux édifices publics dans les principales villes, des puits ont été creusés pour accéder à l’eau potable, des routes ont été tracées, toute la zone côtière a été équipée pour l’éclairage, deux phares ont été construits et les ports de Villa Cisneros et d’El Ayoun ont été modernisés et rendus opérationnels (Barona, 2004, p. 21).

27Ce nouveau système était conçu avec le double objectif de convaincre la communauté internationale des Nations unies de la légitimité de la présence espagnole sur le territoire de ses colonies, et, en même temps, d’incorporer de manière plus profonde le Sahara à l’Espagne, dès lors que, à la suite de la découverte des gisements de phosphate, il commençait à faire partie de l’« Afrique utile ». Mais cela n’a pas impliqué, comme on l’a déjà vu, que la province saharienne puisse être comparée aux autres provinces (ce qui, de toute façon, n’aurait pas entraîné des droits civils plus étendus, puisqu’ils étaient inexistants dans l’État franquiste), mais seulement la régulation de sa différence et du caractère colonial qui en résultait. À vrai dire, il ne s’agissait pas tant du respect de ces différences que d’assurer leur articulation dans un sens de hiérarchie et d’exclusion (Barona, 2004, p. 23).

  • 23 Le « Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaratio (...)

28L’argument de la provincialisation n’a pas du tout convaincu le groupe afro-asiatique des Nations unies dont l’assemblée générale venait de voter, le 14 décembre 1960, la résolution 1514 (XV) qui se prononçait en faveur de l’« octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux ». La délégation espagnole elle-même avait accepté en 1960 la demande instante qui avait été adressée à l’Espagne de transmettre toutes les informations utiles sur la situation en Guinée (équatoriale), à Ifni et dans le Sahara, soit les trois territoires sous tutelle espagnole classés par les Nations unies comme « territoires non autonomes ». En ayant accepté de répondre à cette injonction, les diplomates espagnols accrédités auprès des Nations unies avaient donné l’impression de reconnaître tacitement le caractère colonial du territoire du Sahara occidental, et ce malgré les instructions contraires de Madrid. Ceci laissait supposer l’ouverture d’un long conflit entre le ministère de la Présidence (du gouvernement), duquel relevait le gouvernement des colonies, et le ministère des Affaires étrangères qui, souvent entraîné par sa propre délégation à New York, affichait une position plus favorable à la décolonisation (Campos, 2002). À partir de cette date-là, la question des colonies espagnoles sera traitée par le Comité des 24 de l’Organisation internationale, au sein duquel étaient votées des résolutions annuelles enjoignant l’Espagne de décoloniser immédiatement les différents territoires qu’elle occupait23.

29L’arrivée de la question du Sahara aux Nations unies a en outre mis en évidence la complexité supplémentaire que soulevaient les demandes des gouvernements postcoloniaux du Maroc et de la Mauritanie, qui revendiquaient l’un et l’autre la zone sous contrôle espagnol comme partie intégrante de leurs territoires nationaux respectifs (Hodges, 1983). À l’automne 1967, le gouvernement espagnol a favorisé la venue de quelques notables sahraouis devant le Comité des 24, notables qui avalisèrent l’interprétation relative à la mission civilisatrice conduite par l’Espagne au Sahara, à l’encontre même de la stratégie que souhaitait mettre en œuvre la délégation diplomatique espagnole à l’ONU. Cet appui des notables n’a pas empêché que, année après année, l’assemblée générale de l’ONU ne réitère les recommandations qu’elle avait formulées dans sa résolution 2229-XXI de 1966 consacrée spécifiquement au Sahara espagnol (mais aussi à Ifni), selon laquelle elle demandait instamment à « la puissance administrant (le territoire) » de préparer un référendum qui permettrait « à la population autochtone du territoire d’exercer sans obstacle son droit à l’autodétermination ». De plus, il a été décidé que serait organisée une mission des Nations unies qui se rendrait dans la colonie pour apporter son assistance à la préparation dudit référendum. La consultation de la population était considérée par les Nations unies comme un procédé « extra-ordinaire » pour permettre aux habitants du territoire considéré d’exercer leur droit à l’autodétermination ; son recours s’explique par les réclamations déposées par les États voisins qui, selon la même résolution, devaient être consultés tout au long du processus de décolonisation.

30Mais alors que la Guinée équatoriale a obtenu son indépendance en 1968 et qu’Ifni a été réintégré au Maroc un an plus tard, c’est la présidence du gouvernement espagnol qui a continué à dicter la politique au Sahara jusqu’à la fin du régime franquiste. La lutte entre les gouvernements marocain et mauritanien pour le territoire, qui donnait lieu à un drame récurrent aux Nations unies, la dérive politique vers un régime autoritaire en Guinée équatoriale après son accès à l’indépendance, la révocation du ministre des Affaires étrangères Castiella et par conséquent la fin de sa politique de décolonisation, les difficultés rencontrées pour faire apparaître des mouvements politiques après la répression de 1958, la découverte du gisement de phosphates de Bou Crâa, à quoi il convient d’ajouter l’attachement personnel du dictateur Francisco Franco au Sahara, sont autant de facteurs qui expliquent l’obstination manifestée par le régime pour maintenir sa présence sur « son » territoire.

  • 24 Les textes officiels stipulaient que les fonctions de la Djemaa consistaient à « examiner et à émet (...)

31Aux pressions internationales croissantes, il a été répondu par la création de la Djemaa, ou Assemblée générale du Sahara, en mai 1967, qui avait pour but de montrer l’amélioration de la représentativité des institutions coloniales (Hodges, 1983). La Djemaa était composée de 6 représentants du Cabildo et des municipalités, de 16 membres représentants des corporations, organisations professionnelles typiques du régime franquiste, et de 80 cheikhs, dont 40 désormais élus par les chefs de famille de chacune des tribus ou fractions de tribus, et 40 autres élus dans le cadre d’un suffrage électoral restreint n’accordant, au sein de chaque sous-fraction, le droit de vote qu’aux hommes âgés d’au moins 21 ans. En 1967 se déroulèrent les premières élections sur le territoire : il y eut au total 9 056 électeurs, hommes âgés de 21 ans et plus, qui ont voté pour élire la moitié de la Djemaa, ainsi que pour élire les députés à la Chambre familiale des Cortès franquistes (qui s’ajoutaient aux représentants des municipalités et du Cabildo). De toutes les manières, dans le régime dictatorial espagnol, il aurait été très difficile qu’une assemblée dispose de plus de pouvoirs que ceux ici octroyés, et qu’elle ait un rôle autre que purement consultatif24, d’autant que son institutionnalisation n’avait d’autre but que d’affirmer la légitimité de l’occupation espagnole vis-à-vis de l’extérieur et des catégories les plus conservatrices de la société sahraouie.

Transformations économiques et sociales

32Pendant qu’étaient créés et que commençaient à être mis en place les nouveaux cadres administratifs, la population de la province-colonie connaissait de profonds changements économiques et sociaux, qui allaient remettre en question la légitimité et la capacité des nouvelles institutions. Ces changements se produisaient alors que le contexte dans lequel était pris le Sahara occidental était de plus en plus large, régionalement et internationalement parlant, ce qui rendait chaque jour plus indéfendable le principe du contrôle du territoire par les Espagnols. Un facteur clef des transformations économiques et sociales sera le développement des activités en vue de l’extraction des phosphates.

  • 25 En avril 1969, la présidence de l’INI est assurée par Julio Calleja y González-Camino, qui sera rem (...)

33En 1969 a été créée l’entreprise Fosfatos de Bu-Craa (Fosbucráa) qui sonne le glas de la période ENMINSA, la nouvelle société devant concentrer ses efforts sur le seul gisement de Bou Crâa. Néanmoins le chemin que devait emprunter l’entreprise peu après sa naissance était semé d’embûches. C’est pourquoi à cette époque-là l’INI avait modifié sa stratégie initiale, en réduisant fortement sa participation au capital de la société et en recherchant une solution de remplacement consistant en un appui à l’initiative privée. De plus, durant ces années-là, les ressources financières de l’INI s’étaient notablement réduites, du fait d’une importante détérioration de son patrimoine et d’une plus grande vulnérabilité politique, laquelle résultait de la perte de sa position privilégiée dans l’organigramme administratif de l’État suite au passage de l’Institut de la tutelle de la présidence du gouvernement à celle du ministère de l’Industrie25.

34Mais les difficultés ne venaient pas seulement de la politique industrielle (et minière) du gouvernement, elles étaient aussi dues à la faiblesse des coopérations internationales. La nouvelle entreprise n’a pas trouvé tout le soutien de l’étranger qu’elle espérait et, pour faire face aux investissements rendus nécessaires par la montée en puissance de l’exploitation minière, elle n’a pu compter que sur de faibles participations étrangères. Malgré cela, il faut souligner les accords signés avec la banque française Compagnie financière pour l’Outre-Mer (COFIMER) et les prêts obtenus aux États-Unis, pour un montant de 4,5 millions de dollars auprès de la Eximbank First Wisconsin National Bank pour l’achat de matériel (américain). De plus, des contrats ont été signés avec des entreprises allemandes et américaines. Les entreprises allemandes étaient essentielles pour construire et équiper les infrastructures nécessaires à l’extraction du minerai. Ainsi, c’est Krupp qui a fourni et installé le convoyeur long de plus de 100 km pour relier la mine au port situé à proximité d’El Ayoun, lequel port a été préalablement aménagé par la firme Strabch. D’autres entreprises allemandes furent chargées de construire des installations annexes à la production du phosphate, comme les installations de traitement. De plus, ces entreprises ont été récompensées par le gouvernement espagnol qui leur a attribué des licences leur permettant d’obtenir des contrats sur la Péninsule, comme ce fut par exemple le cas de Krupp qui construisit à Barcelone une usine d’engrais travaillant les phosphates importés du Sahara occidental. Des entreprises américaines, telles que Calex, Gulf, Arco, Phillips (Petroleum Company) et Union Oil, ont quant à elles obtenu des concessions pour la recherche de pétrole situées dans des zones proches des côtes, sans que l’on eut su cependant à l’avance quel était l’état de leurs réserves de brut. Tout ceci a permis dans une certaine mesure de pallier les déficiences du secteur public espagnol en matière de financement et d’accès à la technologie.

35Les investissements de l’entreprise publique espagnole (Fosbucràa) ont représenté 13 500 millions de pesetas en 6 ans, leur amortissement étant prévu en 1978. Il faudra cependant attendre 1973 pour que la mine soit à même d’avoir une production régulière. Le phosphate sahraoui était alors susceptible de concurrencer la production du Maroc, à cette époque l’un des premiers acteurs sur le marché international. La majeure partie de la production était destinée à l’Espagne métropolitaine pour une transformation sur place et un usage national. Les principaux clients étaient les producteurs d’engrais : Fosforico Español ainsi que Explosivos et Fertilizantes Iberia.

36Parmi les investissements les plus importants, hormis ceux consacrés à l’exploitation minière proprement dite, il faut signaler ceux qui ont été nécessaires pour construire l’usine de trituration des phosphates, l’usine de traitement des eaux et une centrale électrique, ces deux dernières unités produisant non seulement pour l’activité minière mais permettant aussi d’approvisionner El Ayoun en eau potable et en électricité. Des logements ont été construits à l’attention des travailleurs des mines de phosphate, dont le nombre est passé de 260 en 1963 à 2 700 en 1973. En 1966 ont été inaugurés les services télégraphiques et téléphoniques et, en 1967, la Caisse insulaire d’épargne de Grande Canarie a ouvert une agence à El Ayoun. La découverte des gisements de phosphate a été déterminante pour faire converger un imposant volume d’investissements émanant de l’État espagnol, mais aussi du secteur privé, sur le territoire du Sahara occidental, en même temps que s’étaient établies des relations économiques de nature capitaliste (Latutte, 1976 ; Garcia, 2010). Outre l’industrie extractive, quelques autres activités économiques ont manifesté un réel dynamisme, principalement dans le secteur des services.

37L’exploitation des phosphates devait également tenir compte du problème que posait l’état précaire des infrastructures de transport sur le territoire, un état qui était tel que son amélioration demandait de nombreux investissements supplémentaires. Si la construction de routes était nécessaire sur le tracé des chemins empruntés par la population nomade, l’urgence était de corriger les déficiences des installations portuaires d’El Ayoun, car elles ne disposaient pas de la profondeur nécessaire pour recevoir les minéraliers devant transporter les phosphates vers les unités de transformation situées à l’extérieur du territoire. Le port d’El Ayoun jouait à l’époque un rôle presque exclusivement militaire, auquel s’ajoutait, mais dans une moindre mesure, celui de port de pêche artisanale. De considérables investissements y furent affectés pour l’aménager et permettre son développement, de sorte que, à partir de 1969, il était en mesure d’accueillir des navires dont la capacité était de 10 000 tonnes de jauge brute (tjb). Un autre défi d’importance concernait la manière de transporter le phosphate depuis le gisement de Bou Crâa jusqu’au port d’El Ayoun, à plus de 100 km de distance, la solution adoptée ayant été, comme on l’a déjà signalé plus haut, la construction d’une bande convoyeuse.

  • 26 Voir supra J. A. Rodriguez Esteban et D. A. Barrado Timón, « Le processus d’urbanisation dans le Sa (...)
  • 27 En 1974, les Nations unies situaient le nombre des Sahraouis installés dans des territoires voisins (...)

38Tout cela a contribué, ainsi que le montre l’article publié dans ce même numéro des Cahiers d’EMAM par Rodríguez Esteban et Barrado Timón26, au processus de sédentarisation de la population nomade aux alentours des villes du Sahara, un processus qui avait commencé au milieu des années 1930 et s’était intensifié après la guerre de 1958-1959. La sécheresse qui a désolé la région entre 1968 et 1973 a également contribué à l’urbanisation, sans oublier le conflit qui, 10 ans auparavant, a détruit une partie du bétail, et par là-même le principal moyen de subsistance de la population ainsi que la colonne vertébrale des relations sociales dans le désert (Ferguson, 2006 ; López Bargados, 2003). Selon les données du recensement de 1974, qui ne prend en compte ni les militaires, ni les Sahraouis exilés, ni les originaires des pays voisins installés au Sahara27, la population totale ne dépassait pas à cette date les 95 000 habitants, dont 82 % vivaient dans les villes et seulement 18 % dans les zones « rurales » (tableau 2).

  • 28 Selon les recensements existants, la population européenne a à peine augmenté pendant les années 19 (...)

39À cette date-là, la population espagnole et, plus largement, celle d’origine européenne vivant au Sahara occidental a augmenté : d’abord avec l’arrivée en 1959 des colons provenant de la zone Sud de l’ancien protectorat espagnol sur le Maroc, suivie, 10 ans plus tard, de ceux originaires d’Ifni ; ensuite, comme conséquence de la découverte et de l’exploitation de Bou Crâa, qui a attiré une population venue de la Péninsule et des îles Canaries. En 1974, le territoire comptait plus de 20 000 personnes d’origine européenne28. Cette population présente au Sahara présentait une grande instabilité, un fort pourcentage séjournant par périodes brèves sur le territoire, avec de fréquents allers-retours vers la métropole : principalement des fonctionnaires civils et militaires, des personnels techniques et des travailleurs ayant des contrats à durée limitée. À l’inverse, les commerçants et les travailleurs dont les contrats étaient à durée illimitée restaient pour des périodes plus longues sur le territoire, sans pour autant lui manifester un grand attachement.

Tableau 2. Répartition par milieu (urbain, rural) de la population de la province du Sahara, 1974

   

   

Effectif

Soit en pourcentage

Selon la zone de résidence

• urbaine

77 900

82 %

El Ayoun

28 500

36,6 % (pop. urb.)

Smara

7 300

9,4 % (pop. urb.)

Villa Cisneros

5 400

7 % (pop. urb.)

• nomades/ruraux

17 100

18 %

Selon l’origine

• autochtones

74 874

78,8 %

Agriculteurs

et éleveurs

7 973

10,6 % (pop. autocht.)

Construction

5 424

7,2 % (pop. autocht.)

Militaires sans grade

1341

1,8 % (pop. autocht.)

Commerce

959

1,3 % (pop. autocht.)

Conducteurs de véhicules

705

0,9 % (pop. autocht.)

• origine européenne

20 126

21,2 %

El Ayoun

15 626

77,6 % (pop. europ.)

Smara

170

0,8 % (pop. europ.)

Villa Cisneros

3 709

18,4 % (pop. europ.)

Total

95 000

100 %

Source : Recensement du Sahara, 1974.

40L’urbanisation est la conséquence des changements affectant l’économie locale et les types d’emplois occupés par ses habitants, dont les conditions de travail étaient en partie déterminées par le fait d’être « Espagnols » ou « indigènes ». La provincialisation a en effet généré de nouveaux postes de travail au sein de l’administration de la colonie pour le personnel local, bien que la mission des Nations unies qui s’est rendue dans le territoire en 1975 ait constaté que si « les Sahraouis employés par l’administration publique étaient traités de la même manière [que les Espagnols] […] peu d’entre eux occupaient des postes d’un niveau élevé » (§ 155-167). La découverte et l’exploitation des gisements de phosphates de Bou Crâa ont non seulement attiré de nombreuses personnes venues de la péninsule ibérique, mais les possibilités pour les jeunes Sahraouis de trouver un emploi a augmenté (tableau 3), contribuant ainsi à la transformation des anciens bergers en salariés. Ainsi, en 1974, sur les 73 500 « Sahraouis autochtones », « seulement 8 000 se sont déclarés bergers ; par contre on comptait 5 000 manœuvres, 360 ouvriers qualifiés, 500 travailleurs dans les services, 1 000 commerçants, 1 340 militaires, 4 862 écoliers en primaire, 911 dans le secondaire (141 en terminale) et 38 étudiants en université » (Garcia, 2002, p. 30).

Tableau 3. Place des Sahraouis dans les activités phosphatières au Sahara

   

1962

1963

1964

1965

1966

1967

1968

1969

1970

1971

1972

1973

1974

1975

Total des emplois

120

210

259

416

513

487

460

530

661

857

1410

1908

2523

2706

Sahraouis

nd

53

59

86

120

107

nd

152

191

258

nd

600

863

954

% de Sahraouis

nd

25,2

22,8

20,7

23,4

22,0

nd

28,7

28 ,9

30,1

nd

31,4

34,2

35,3

Source : ENMINSA et Fosbucràa ; extrait de Morillas, 1990.

41Les villes sont devenues des espaces ségrégés, où les colons espagnols, issus autant de la Péninsule que des Canaries, vivaient dans les quartiers les plus anciens et construits en dur, alors que la majorité des autochtones s’entassaient dans les quartiers de la périphérie, sans équipement et sans assainissement, à l’image de celui de Casas de Piedra à El Ayoun. Parmi les colons, il existait aussi des localisations hiérarchisées au sein de l’espace urbain qui reflétaient la militarisation du territoire et traduisaient la hiérarchie propre à l’armée : alors que les hauts gradés vivaient dans des quartiers tels que Colominas à El Ayoun et accédaient à des lieux qui leur étaient réservés, à eux et à leur famille, comme le casino des officiers, les sous-officiers vivaient, tout comme les commerçants canariens, dans des zones moins bien équipées. Quant aux fonctionnaires locaux, ils vivaient dans des quartiers qui leur étaient spécifiques, tandis que, comme nous l’avons mentionné, les travailleurs des phosphates avaient leurs propres quartiers d’habitation à proximité des mines de Bou Crâa (Bárbulo, 2002).

42Même si l’État avait promu la construction d’infrastructures et de logements, une grande partie de la croissance des villes s’est effectuée sous forme de quartiers informels, faits de tentes et d’habitations en matériaux provisoires (Bárbulo, 2002 ; Garcia, 2002). La mission des Nations unies de 1975, déjà évoquée, a constaté « la croissance des campements installés autour des centres de peuplement », avant d’ajouter que « quand bien même les tentes peuvent paraître adaptées dans les conditions du désert, elles se détériorent rapidement quand elles sont installées en ville, devenant des taudis et créant des problèmes de salubrité publique » (Nations unies, 1975, § 187-188).

43La ségrégation et la discrimination au sein de ces espaces urbains exprimaient non seulement des différences sociales, mais également la classification légale établie entre les deux catégories des « Espagnols » et des « natifs », inscrite dans la législation de la province. Un rapport espagnol datant de 1974 remarque à ce propos ceci :

« Il y a une mise à l’écart presque totale des natifs, pour qui l’on n’a déjà que très peu d’estime, et il y a un véritable racisme, surtout de la part de ceux qui viennent de la péninsule ibérique [les « métropolitains »]. Les personnes originaires des Canaries sont bien mieux intégrées à la population espagnole ; les Espagnols [quant à eux] vont à leurs cercles, leurs casinos, leurs bars, tandis qu’ils maintiennent les natifs dans une situation d’exclusion. »

Rapport espagnol 1974, cité par Bárbulo (2002).

44Les salaires perçus par les travailleurs sahraouis travaillant dans les mines de phosphate étaient inférieurs à ceux des Européens. D’un autre côté, l’accès aux services publics apportait à son tour la preuve d’une inégalité entre les deux catégories de population : comme l’écrit Bárbulo (2002), on peut noter à titre d’exemple que sur 924 candidats au baccalauréat, 141 seulement étaient Sahraouis ou que 95 % des patients des médecins étaient Européens. Nonobstant ce qui ressort des citations et données présentées plus haut, la séparation entre les uns et les autres n’était pas totale, et il existait des lieux et des occasions où la rencontre entre certains individus pouvait s’effectuer de façon plus égalitaire.

45Par ailleurs, l’urbanisation, les opportunités de travail et les changements sociaux ont mis en relief de manière croissante les désaccords, voire les conflits intergénérationnels. La mission des Nations unies de 1975 « a observé une contestation considérable des jeunes envers les structures traditionnelles de la société » (Nations unies, 1975, § 123). Les villes ont, dans une certaine mesure, dissous les identités tribales, offrant de nouveaux lieux et formes de loisirs et également une nouvelle mode vestimentaire, inspirée du style européen. Ce sont les jeunes qui ont le plus souffert de la ségrégation sociale – mais qui en ont aussi le plus pris conscience –, avec la discrimination dans le secteur de l’éducation, les différences de salaires avec les Espagnols, mais aussi leur exclusion de l’ordre colonial de la province, du fait de l’impossibilité où ils se trouvaient d’accéder à des positions privilégiées car celles-ci étaient réservées aux cheikhs. Effectivement, les transformations sociales et la réactivation des différences entre « natifs » et « nationaux » ont rapidement permis que se révèlent les limites étroites des institutions mises en place par la provincialisation, qui privilégiaient les anciennes générations et les composantes les plus conservatrices de la société.

Derniers essais politiques dans la colonie

46À la fin des années 1960, les nouvelles dynamiques économiques et spatiales que nous venons de décrire ont favorisé la politisation des plus jeunes, auxquels les souvenirs de la guerre et de la répression de 1958-1959 ont par ailleurs servi d’aiguillon. L’Organisation avancée pour la libération du Sahara (OALS), dirigée par Mohamed Sidi Ibrahim Basiri, a formulé ses revendications en faveur d’une indépendance négociée avec l’Espagne. À cette date-là, les propositions pour l’indépendance concernaient le territoire colonial du Sahara, et ne participaient en aucune manière d’un projet plus ample porté par le Maroc ou la Mauritanie. La doctrine impulsée par les Nations unies à propos du respect des frontières coloniales constituera en ce sens un encouragement adressé au nationalisme sahraoui face aux aspirations des pays voisins.

  • 29 Fonds de documentation sur le Sahara, dossier 55, cité dans Barona (2004).

47Le dictateur espagnol maintiendra cependant avec fermeté sa décision de faire en sorte que le statut colonial du territoire perdure, ce qui ne saurait surprendre au vu de la répression de la manifestation organisée par l’OALS le 17 juin 1970 à El Ayoun pour s’opposer à l’acte d’adhésion publique à l’Espagne que le gouverneur général du Sahara avait demandé d’exprimer à tous les habitants du territoire. Le manifeste remis à cette occasion par les organisateurs de la manifestation au gouverneur général montre bien que les revendications étaient à ce niveau clairement en faveur de l’indépendance29. Basiri fut arrêté, torturé et vraisemblablement assassiné (Garcia, 2002 ; Bárona, 2004). Les échos de la répression sont arrivés jusqu’aux Nations unies, dont l’assemblée générale, dans sa résolution 2711 (XXV) de décembre 1970, a regretté les « sanglants incidents qui se sont produits sur le territoire » et a demandé au gouvernement espagnol de prendre toutes « les mesures efficaces afin d’arriver à réduire les tensions, condition nécessaire pour permettre de mener jusqu’au bout et de manière satisfaisante le référendum défini par les résolutions explicites de l’Assemblée Générale ». Pour leur part, le Maroc et la Mauritanie n’ont pas cessé de revendiquer le territoire comme faisant partie intégrante de leurs territoires nationaux respectifs.

48Tout ceci a conduit à l’élaboration de nouvelles stratégies politiques et législatives de la part de la métropole, avec deux objectifs qui, avec le temps, se sont révélés impossibles à mettre en œuvre : un contrôle politique plus efficace sur le territoire et sa population, et une plus grande légitimité politique et sociale. Le premier objectif s’est traduit par la création, en septembre 1971, de la Direction de la politique intérieure « pour l’information et le contrôle du territoire », avec pour principales missions le contrôle des communications et autres médias (presse, radio, écoles, etc.), tous lieux où l’information était créée et à partir desquels elle était diffusée (Barona, 2004). Par ailleurs, les effectifs des forces armées stationnées dans la région ont continué à croître, ce qui a permis un renforcement de la répression politique à l’encontre des personnes suspectées d’activisme au sein du mouvement anticolonialiste.

  • 30 C’est un décret du 20 février 1969 qui a instauré la catégorie du « décret réservé » (decreto reser (...)

49Mais, en même temps, et pour répondre au deuxième objectif du gouvernement espagnol, de nouvelles dispositions furent prises pour élargir la représentativité de la Djemaa (Assemblée générale). Ainsi, le « décret réservé30 » du 4 octobre 1970 renforçait à cet effet la représentation de secteurs différents de ceux que représentaient les cheikhs. En 1971, de nouvelles élections furent organisées afin de désigner 40 représentants à l’Assemblée générale ; nombre de jeunes furent élus à cette occasion, ainsi que des « conseillers nationaux du mouvement [phalangiste] “natifs” » pour les mairies du territoire saharien et le Cabildo. Par ailleurs, le 30 avril 1973, fut adoptée une ordonnance qui réformait le rôle et les fonctions des cheikhs et des Djemaa locales dans un sens plus démocratique : dorénavant, ce serait après des élections effectives que cheikhs et membres des assemblées locales seraient désignés. Les premières de ces élections eurent effectivement lieu au mois de juin de cette année-là.

50Au cours de la même année 1973, le mouvement en faveur de l’indépendance se reconstitua autour du Front Polisario, qui exigeait la mise en place d’un État souverain – autrement dit un État distinct du Maroc et de la Mauritanie –, avec un programme d’orientation socialiste et nationaliste et qui n’était pas favorable à l’organisation du référendum proposé par les Nations unies (Hodges, 1983). Le Polisario bénéficiait particulièrement de l’appui des composantes les plus jeunes de la société ainsi que des femmes (Villar, 1982, p. 70). Parmi les stratégies adoptées dans la clandestinité, on peut faire état des actes de sabotage contre les infrastructures d’extraction des phosphates, de l’attaque de postes-frontières et de mutineries de troupes constituées de nomades à l’encontre de leurs officiers (Nations unies, 1974, § 261). Outre le Polisario, apparurent d’autres groupes politiques qui pariaient eux aussi sur l’indépendance, mais avec davantage d’appui des autorités espagnoles : depuis 1974, le Parti de l’union nationale sahraoui (PUNS) regroupait de nombreux cheikhs et était favorable au maintien de relations fortes avec l’Espagne après l’indépendance ; par ailleurs, fut créé, au sein de la communauté des Sahraouis exilés au Maroc, un Front de libération et de l’unité (FLU), qui pariait, lui, sur l’intégration du Sahara au royaume chérifien. Ce mouvement prit sa part de responsabilité dans de nombreuses attaques armées sur la frontière et dans la ville d’El Ayoun proprement dite (Nations unies, 1974, § 223).

  • 31 Échange de lettres-déclarations en 1973 entre la Djemaa générale et le chef de l’État, dans laquell (...)

51Dans ce contexte, la dernière proposition espagnole de réforme politique, qui ne parvint cependant pas à être mise en application, fut celle du projet de statut d’autonomie pour le Sahara, annoncée en juillet 1974, en même temps que la promesse (formulée quelques semaines après) d’organiser un référendum l’année suivante31. Ces nouvelles orientations ressemblaient aux tentatives de self-government mises en place dans les colonies britanniques, et s’apparentaient au régime d’autonomie que l’Espagne avait accordé à la Guinée espagnole à partir de 1964 jusqu’à son indépendance en 1968. Pour en revenir au projet de statut d’autonomie : élaboré par la présidence du gouvernement, il tenait compte des propositions et des contributions du gouverneur général avec l’objectif de le faire approuver par l’Assemblée générale (la Djemaa). Sa nouveauté résidait principalement dans l’amélioration de la représentativité et l’accroissement des compétences de ladite Assemblée, qui devait désormais jouer le rôle de législateur pour le territoire. Des représentants des districts géographiques élus au suffrage universel, et non plus par les cheikhs ou par les représentants des tribus (kabilas) ou ceux des groupements professionnels (corporations), composeraient cette nouvelle Assemblée. De plus, était mis en place un Conseil de gouvernement, un bras exécutif en quelque sorte, mais comme cet organisme demeurait aux ordres du gouverneur général, il ne pouvait rien être d’autre que la continuité de ce qui était déjà institué, et dont l’objectif principal était, finalement, de maintenir le territoire du Sahara dans son statut colonial. L’État espagnol conservait en outre la représentation internationale, la défense extérieure et la sécurité intérieure.

  • 32 Le retrait de l’Espagne du territoire du Sahara fait qu’une grande partie des investissements réali (...)

52Le statut d’autonomie envisagé devait être accompagné d’un programme de promotion du Sahara pour ainsi donner une suite aux plans de développement antérieurs ; à ce propos, il fut décidé d’investir un total de 20 023 millions de pesetas pour la période 1974-1978, avec seulement un apport de 2,3 % émanant du secteur privé32. Quant aux phosphates, le statut reconnaissait au peuple sahraoui la propriété exclusive de cette richesse minière, ainsi que celle des autres ressources naturelles, et son droit à en jouir (Nations unies, 1975, § 148). Par la suite, un autre décret sur l’exploitation des phosphates de Bou Crâa fut promulgué, qui s’inspirait de l’idée que les ressources naturelles du Sahara devaient revenir naturellement au territoire sahraoui et à ses habitants – leur être restituées, en quelque sorte.

Fig. 1a et 1b : Exploitation des phosphates de Bou Cràa, 2009.

Clichés : Violeta Trasosmontes.

  • 33 Cette initiative a été approuvée par la Djemaa générale et ratifiée par le gouverneur général le 20 (...)
  • 34 Conformément aux règles adoptées par la Djemaa, seules les personnes nées sur le territoire d’« étr (...)

53Un des aspects principaux de la dernière proposition politique et juridique conçue pour ce territoire concernait la citoyenneté de ses habitants – et ce problème était débattu depuis 1970. Le nouveau projet définissait la condition de Sahraoui, dans le but que les « natifs » du territoire puissent bénéficier des « droits inhérents à la nationalité espagnole33 ». La Djemaa elle-même, assumant par avance les nouvelles attributions que l’autonomie lui aurait offertes, approuva, parmi d’autres, une réglementation définissant la condition de « natif » sahraoui. Il convient de souligner que, loin de dépasser la division qui existait entre habitants et sujets du régime colonial dans le cadre de la provincialisation, ce nouveau statut entérinait cette distinction, en se contentant de changer les anciens « natifs » en « autochtones » du territoire ; il leur accordait néanmoins des droits politiques dans les nouvelles institutions, en en faisant ainsi de potentiels citoyens « nationaux » d’un État indépendant – à venir. Dans le même temps, les « anciens » Européens étaient exclus de ce nouveau projet et conservaient leur ancien statut, ce qui allait les conduire, de fait, à devenir à leur tour des étrangers s’ils demeuraient sur le territoire34.

54Cette tentative de démocratisation de l’ordre colonial allait à l’encontre du caractère autoritaire et centralisateur du régime franquiste, et elle arrivait aussi trop tard dans le mouvement général (à l’échelle internationale) de décolonisation pour être viable. Le contexte local, mais aussi celui de la métropole, tout comme le contexte international, poussaient dans d’autres directions. Les pressions marocaines s’ajoutaient aux revendications ouvertement indépendantistes du Polisario, si bien que toutes les deux étaient ressenties avec force jusqu’aux Nations unies et leur Comité pour la décolonisation.

55Le gouvernement espagnol lui-même sembla accepter cette politique de retrait vers la fin de l’année 1974. En décembre, Madrid invita une mission des Nations unies, comme prévu dans toutes les résolutions sur le Sahara depuis 1966, à venir vérifier sur place quelle était la situation politique et sociale au Sahara. La résolution 3292 (XXIX) de l’assemblée générale de l’ONU, qui approuva la mise en place de cette mission, décida de la même façon de demander un avis consultatif à la Cour internationale de justice au sujet de la situation juridico-politique précoloniale du territoire, et sur l’argumentation avancée par le Maroc quant à la reconnaissance de son droit à récupérer le territoire en question. Le rapport final de la mission fit état d’un souhait largement majoritaire parmi la population en faveur de l’indépendance et du Polisario, et, dans une moindre mesure, du PUNS. Il faisait par ailleurs mention d’un rejet total de l’intégration au Maroc. Ce même rapport reconnaissait aussi que la présence des membres de la mission sur place avait servi de catalyseur à de grandes manifestations et à la contestation en général, c’est-à-dire des phénomènes d’opposition au processus envisagé par l’Espagne qui, jusqu’alors, n’avaient pas pris cette tournure d’expression majoritaire dans les rues (Nations unies, 1975).

56En mai 1975 le gouvernement espagnol, à la suite de pressions multiples exercées tant par des groupes et organisations agissant à l’intérieur du pays que par les gouvernements du Maroc et de la Mauritanie, ainsi que par les Nations unies elles-mêmes, exprimait clairement, dans une lettre du 23 mai adressée au Secrétaire général de l’ONU, sa volonté de quitter le territoire. Pendant l’agonie de Franco, ce gouvernement, en même temps qu’il négociait l’indépendance avec certains groupes du Sahara, traitait aussi directement avec le gouvernement marocain la cession du territoire. Le Maroc, par ailleurs, mit un point d’orgue à sa dure négociation avec l’Espagne en organisant, en novembre, la mobilisation de centaines de milliers de personnes dans la Marche verte, qui parvint jusqu’aux portes du Sahara pour demander sa « restitution » au Maroc. Cette forme d’action apparemment populaire que fut la Marche verte a joué un rôle particulièrement important pour accroître la légitimé d’Hassan II.

  • 35 Morillas (1990) avance des données différentes : en 1968, on aurait compté dans l’entreprise 1600 t (...)

57Après les accords tripartites de Madrid, le 14 novembre 1975, l’Espagne s’est retirée du territoire et le Maroc et la Mauritanie l’ont occupé à leur tour. Les dits accords comprenaient un pacte par lequel 65 % des gisements de phosphate étaient cédés au Maroc ; ce pacte stipulait entre autres la vente des actions de Fosbucràa par l’INI à l’Office chérifien des phosphates – à l’époque entreprise publique –, bien que l’Espagne continuât à maintenir sa représentation au conseil d’administration de la compagnie minière jusqu’en 1996. Cet accord garantissait en outre le respect des conditions de travail en vigueur au moment du transfert pour tous les employés qui voulaient continuer à travailler dans l’entreprise. Cependant, une grande partie des travailleurs sahraouis furent rétrogradés à des postes de moindre responsabilité, avec des salaires inférieurs, ou bien quittèrent l’entreprise. D’après les travaux réalisés à l’occasion d’études de terrain, 64 % des travailleurs sahraouis ne purent occuper un poste de travail adapté à leur qualification (France Libertés, AFASPA, 2003)35.

  • 36 Ce récit a cours fréquemment lorsque les Sahraouis évoquent le moment de l’invasion marocaine. Ce t (...)
  • 37 À vrai dire, on ne connaît pas avec exactitude l’ampleur de l’exode. D’autres sources parlent de 40 (...)

58En 1975, après l’invasion de leur pays par le Maroc et la Mauritanie, une bonne partie des habitants du Sahara prirent la fuite, soit par incertitude sur l’avenir, soit par crainte d’être incriminés pour une raison ou pour une autre : en effet, au Sahara occidental, les Sahraouis racontent que « les gens ont jeté leur carte d’identité (espagnole) pour partir en courant, en laissant souvent leur famille derrière eux36 ». Un grand nombre d’entre eux ont subi les bombardements aveugles de l’aviation marocaine. Une majorité rejoignit l’Algérie, qui offrit une partie de son territoire aux réfugiés, à partir duquel le Front Polisario allait organiser sa lutte armée pour l’indépendance de son territoire. On estime qu’en 1975, il y avait 9 000 réfugiés, 70 000 en juillet 1976 et plus de 100 000 à la fin de cette même année37. Quant aux Européens, plus de 20 000 d’entre eux retournèrent vivre en Espagne.

Conclusion

59Les dernières années du gouvernement espagnol au Sahara ont été conditionnées par la découverte de grands gisements de phosphate à Bou Crâa, l’accentuation des pressions internationales contre le colonialisme et des transformations sociales dues à la mise en marche de l’exploitation minière, laquelle a coïncidé avec des années de forte sécheresse. La détermination de Madrid à se maintenir dans sa dernière colonie conduisit au renforcement de l’appareil militaire et policier sur le territoire, mais aussi à la mise à l’essai de plusieurs formes d’administration, allant de celle qui, avec la provincialisation, visait à une plus grande volonté d’intégration, à celle qui s’engageait sur la voie d’une plus grande autonomie, avec le statut de 1974.

60Néanmoins, dans aucun des cas le caractère colonial du territoire n’était remis en question. À vrai dire, comme on l’a vu plus haut, c’est tout le contraire qui s’est passé, car après la guerre de 1958-1959, et plus particulièrement à partir de la découverte des richesses en phosphate, on assista à une seconde occupation coloniale du Sahara, durant laquelle son exploitation économique s’intensifia et sa population fut plus étroitement encore dépendante de l’administration. Cette soumission accrue ne se fit pas par une accélération du processus d’assimilation, comme pourrait le laisser supposer le concept de provincialisation, mais d’une manière typiquement coloniale, c’est-à-dire en renforçant le rôle des intermédiaires locaux (cheikhs), en cherchant à revivifier les traditions locales et en instaurant de façon beaucoup plus évidente qu’auparavant la différence qu’il y avait entre « nationaux » et « autochtones ».

61Les changements sociaux dus au développement croissant que cette présence [espagnole] favorisait, devaient contribuer à l’émergence de nouvelles élites politiques locales, porteuses d’un nouveau discours et, aussi, d’aspirations nouvelles. En réponse à tout cela, et en s’aidant de la répression policière, le gouvernement colonial espagnol mit en place d’ultimes réformes qui anticipaient la dissolution de l’ordre colonial à travers des institutions plus représentatives. Finalement, c’est un autre projet colonial, incarné par le nationalisme marocain, qui allait mettre un terme à la seconde occupation espagnole du Sahara.

62L’existence d’énormes réserves de phosphate, ajoutée à la facilité des conditions de leur exploitation, aident à comprendre non seulement les positions respectives des gouvernements espagnol et marocain au sujet du Sahara, mais aussi les choix et les formes politiques avancés pour l’administrer. De la même façon, ces éléments peuvent aider à comprendre la continuité de la vision colonialiste constatée sur le territoire après le retrait espagnol, quand il est passé sous la tutelle du gouvernement marocain. Mais ceci est une autre histoire !

Haut de page

Bibliographie

ADARO, 1955, « Memoria y balance del ejercicio 1995. Resumen de actividades en el Sáhara español », Anuario del INI, Madrid.

Bárbulo T., 2002, La historia prohibida del Sáhara español, Barcelona, Destino.

Barona C., 2004, Los hijos de la nube. Estructura y vicisitudes del Sáhara Español desde 1958 hasta la debacle, Madrid, Cuadernos de Langre.

Campos A., 2002, De colonia a estado: Guinea Ecuatorial 1955-1968, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales.

Canales C., Rey M. del, 2010, Breve historia de la guerra Ifni-Sáhara, Madrid, Nowtilus.

Caro Baroja J., 1955, Estudios Saharianos, Madrid, Instituto de estudios africanos.

Cooper F., 2002, Africa since 1940. The Past of the Present, Cambridge, Cambridge University Press.

Ferguson J., 2006, « Paradoxes of sovereignty and independence: “Real” and “Pseudo”-Nation-States and the Depolitization of Poverty », in Ferguson J., Global Shadows, Africa in the Neoliberal World Order, Durham / Londres, Duke University Press, p. 50-68.

France Libertés, AFASPA, 2003, Mission internationale d’enquête au Sahara occidental du 28 octobre au 5 novembre 2002. État des droits civils, politiques, socio-économiques et culturels des Sahraouis, état de l’exploitation économique de ce territoire non autonome, en ligne (consulté le 22 janvier 2015). URL : http://www.arso.org/FL101102f.pdf

García A., 2002, Historias del Sáhara: lo mejor y lo peor de los mundos, Madrid, Catarata.

Gozálves Pérez V., 1994, « Descolonización y migraciones desde el África española (1956-1975) », Investigaciones geográficas, no 12, p. 45-84

García A., 2010, Historia del Sáhara y su conflicto, Madrid, Los Libros de la Catarata.

Hodges T., 1983, Western Sahara and the Roots of a Desert War, Westport (Conn.) / London, Lawrence Hill / Croom Helm.

Lalutte P., 1976, « Sahara: notes towards an analysis », Middle East Research and Information Project, report 45, p. 7-12.

López Bargados A., 2003, Arenas coloniales Los Awlād Dalīm ante la colonización franco-española del Sáhara, Barcelone, Bellaterra.

Low D. A. et Lonsdale J., 1976, « Introduction », in Low D. A., Smith A. (dir.), History of East Africa, III, Oxford, Clarendon Press, p. 1-64.

Mamdani M., 1996, Citizens and Subjects. Contemporary Africa and the Legacy Oflate Colonialism, Princeton, Princeton University Press.

Martínez Milán J. M., 2007, « España en el Sáhara Occidental : de una colonización tardía a una descolonización inconclusa », Anales de Historia Contemporánea, vol. 23, 2007, p. 365-383.

Montoro G., 1991, « La retrocesión de Tarfaya e Ifni », Espacio, Tiempo y Forma, Historia Contemporánea, no 4, p. 181-190.

Morillas J., 1990, Sáhara Occidental : desarrollo y subdesarrollo, Madrid, Prensa y ediciones Iberoamericanas.

Nations unies, 1975, Informe sobre la Misión Visitadora de Naciones Unidas al Sahara Español.

Ríos García J. M., 1974, Discurso inaugural del año académico 1974-1975. Gestión y desarrollo de un gran proyecto minero: la explotación de los fosfatos en el Sáhara Occidental, Madrid, Real Academia de Ciencias Exactas, Físicas y Naturales, en ligne (consulté le 22 janvier 2015). URL : http://www.rac.es/ficheros/Discursos/DI_20080825_045.pdf

Rodríguez Esteban, J.A. et Martínez Milán J., 2011, « La explotación de los recursos », in Rodríguez Esteban J. A. (dir.), España en África. La ciencia española en el Sáhara Occidental, Madrid, Calamar Ediciones, p. 63-68.

San Martín P., 2010, Western Sahara: the Refugee Nation, Cardiff, University of Wales Press.

Villanova J. L., 2010, « La organización territorial del protectorado español », Revista de estudios internacionales Mediterráneos, no 9, p. 70-89

Villar F., 1982, El proceso de autodeterminación del Sáhara, Valencia, Fernando Torres.

Haut de page

Notes

1 À la fin des années 1940, d’importants investissements avaient été réalisés : leur montant atteignait 523 000 pesetas en 1948, et il avait pratiquement doublé l’année suivante (Rivières García, 1974).

2 Les principales sociétés sont : CAMPSA, Phillis Oil Co, CEPSA, Calex-TEXACO, Atlantic Exploration Co., Pahoc-Pan American, Gao of Spain Inc., Sohio Iberian Oil Corp, Tidezater Oil Co., Ipesa et Union Oil Co. of California (Bárbulo, 2002, p. 42).

3 Selon la CNUCED, le prix du pétrole se situait aux alentours de 2 à 3 $ le baril dans les années 1960-1973. Il a brutalement grimpé à la suite de la première crise pétrolière pour atteindre 11 $ en 1974. Ce prix était parvenu à 35 $ en 1980.

4 L’INI a pris d’autres initiatives pour stimuler l’activité économique dans le Sahara. C’est cet Institut, par exemple, qui est à l’origine de la création, en 1947, de la société Industrias Pesqueras Africanas SA en vue de l’exploitation des bancs de pêche canario-sahariens (Morillas, 1990, et l’article de Martínez Milán dans le présent numéro).

5 Cette politique d’autarcie est prise par le gouvernement espagnol pendant les années de grand isolement international du régime, à partir de la fin de la guerre civile et jusqu’à la fin des années 1950.

6 Voir Morillas, 1990, p. 211.

7 Juan Antonio Suanzes, ministre de l’Industrie de 1945 à 1951, a été le fondateur, puis le premier président de l’INI de 1941 à 1961.

8 Jusqu’en 1957, les ressources financières de l’INI provenaient directement et principalement du budget de l’État ; après cette date, l’INI a dû commencer à chercher des fonds sur le marché des capitaux.

9 En février 1957, un nouveau gouvernement est désigné par le dictateur. Il est dirigé par l’amiral Carrero Blanco, et comporte parmi ses membres un groupe de ministres compétents en matière économique. Ce sont eux qui pousseront à l’adoption du Plan de estabilización (Plan de stabilisation) en 1959, qui signe donc l’abandon du modèle autarcique [NDLR].

10 Un signe de l’importance politique que représentait ce projet d’exploitation des phosphates peut être trouvé dans la visite officielle que Carrero Blanco, alors président du gouvernement espagnol, effectua en octobre 1962 à El Ayoun et sur le plateau d’Izic.

11 Les kabilas, autrement appelées tribus, font référence à des unités politiques fondées sur les liens de parenté ; elles sont souvent identifiées aussi aux zones parcourues par les nomades de ces tribus avec leurs troupeaux et dans lesquelles ils installent leurs campements temporaires. Cette forme d’organisation de la société sahraouie en kabilas sera reconnue par l’administration coloniale : un décret royal du 27 février 1913 stipule ainsi que le territoire doit « rester divisé comme il l’était traditionnellement en unités administratives constituées par les tribus et par les villes, chacune ayant son périmètre particulier de juridiction » (Villanova, 2010).

12 Sur la rétrocession au Maroc d’Ifni et de Tarfaya, voir Montoro, 1991 ; Canales, Rey, 2010.

13 La présence militaire espagnole répondait principalement, jusqu’alors, aux intérêts de la pêche, au tracé d’un éventuel chemin de fer transafricain et au fait que l’administration pénitentiaire possédait en quelques endroits du Sahara des établissements utilisés comme prisons ou bagnes ; tel était le cas de Villa Cisneros. La loi de défense de la République du 2 octobre 1931 autorisait en effet la déportation dans un territoire ultra-marin des personnes condamnées sous le prétexte qu’elles constituaient une menace pour la stabilité du nouveau régime – à savoir la IIe République –, instauré après le départ en exil du roi Alphonse XII qui fut la conséquence de la victoire des partis républicains aux élections législatives du 12 avril 1931 (San Martin, 2010).

14 Cette estimation a été effectuée par les auteurs à partir des informations disponibles dans l’ouvrage de San Martin (2010), qui écrit en outre que, en 1974, il y avait dans l’armée, parmi les troupes présentes sur le territoire du Sahara occidental, 1 328 Sahraouis, soit 3,5 % du total des militaires.

15 Communiqué du 10 novembre 1958, ONUA/C.4/385.

16 Concernant la promulgation de cette loi spécifique à la province du Sahara occidental, il importe de noter que, pour sa justification, elle se réfère à l’existence, dans le cadre administratif et politique espagnol – pourtant très centralisé –, d’autres institutions ou dispositifs spécifiques, tels que l’administration statutaire basque, les conseils municipaux insulaires, etc.

17 En Guinée équatoriale, il existait un groupe d’« indigènes » jouant un rôle notable dans l’économie de plantation (principalement le cacao) qui pouvait justifier, de la part de la puissance coloniale, l’identification d’une catégorie intermédiaire d’« émancipés ».

18 Les décisions en matière civile de ce tribunal étaient connues en deuxième instance par le tribunal provincial de Las Palmas (Grande Canarie), qui instruisait aussi les affaires pénales que connaissait le tribunal territorial relevant du même siège.

19 Il existait un conseiller officiel espagnol en matière de droit islamique qui participait en personne à la dernière instance des tribunaux coraniques. En outre, ses résolutions devaient « être agréées par le juge territorial, qui peut en suspendre l’exécution s’il les estime contraires à l’ordre et à la cohabitation des hommes » (D. 3160/1963).

20 L’article 25.2 du décret portant organisation de la justice précise : « Toutefois, lorsqu’il s’agit d’infractions visées aux titres VIII, IX et X du premier chapitre du susmentionné Code [de justice militaire] et que la gravité des faits appelle une prompte répression de la part du Gouverneur général, il faut considérer le territoire de la Province du Sahara comme n’étant plus soumis à l’autorité judiciaire, conformément aux dispositions du Chapitre 3, Titre 3 et Section 2, à celles du Chapitre 3 du Titre 4, ainsi qu’aux dispositions concordantes du Code de Justice militaire, ce qui rend nécessaire, dans tous les cas, de rendre compte immédiatement au Capitaine général des Canaries ».

21 Le gouverneur général du Sahara était placé sous l’autorité du capitaine général des Canaries pour les affaires politiques et sous le contrôle administratif du ministère de la Présidence (du gouvernement espagnol) pour les affaires militaires.

22 À partir du mois de juillet 1951 jusqu’au mois de juillet 1967, Carrero Blanco a rang de ministre (sans portefeuille) ; il assure sans discontinuer la fonction de secrétaire du Conseil des ministres [NDLR].

23 Le « Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux », ou Comité des 24, a été créé en 1961 par l’assemblée générale des Nations unies. Il est chargé d’étudier l’application de cette déclaration et de formuler des recommandations sur sa mise en œuvre. Il entend les représentants élus ou nommés des territoires en question, mais il peut aussi recevoir des pétitionnaires et dépêcher des missions [NDLR].

24 Les textes officiels stipulaient que les fonctions de la Djemaa consistaient à « examiner et à émettre un avis sur les questions d’intérêt général du territoire et à être informée des dispositions qui devaient régir la zone ».

25 En avril 1969, la présidence de l’INI est assurée par Julio Calleja y González-Camino, qui sera remplacé un an plus tard par Claudio Boada Villalonga, lequel restera en poste jusqu’en février 1974.

26 Voir supra J. A. Rodriguez Esteban et D. A. Barrado Timón, « Le processus d’urbanisation dans le Sahara espagnol (1884-1975) : une composante essentielle du projet colonial ».

27 En 1974, les Nations unies situaient le nombre des Sahraouis installés dans des territoires voisins du Sahara occidental dans une très large fourchette comprise entre 7 000-9 000 à 40 000-50 000 personnes (Nations Unies, 1974, § 123-124).

28 Selon les recensements existants, la population européenne a à peine augmenté pendant les années 1950, passant de 1 320 personnes en 1950 à 1 710 en 1958. Toutefois, seulement deux ans après, elle a atteint les 5 304. À partir de ce moment-là, le nombre des ressortissants européens est resté sur une trajectoire de forte croissance, passant de 9 395 personnes en 1967 à 20 126 en 1974.

29 Fonds de documentation sur le Sahara, dossier 55, cité dans Barona (2004).

30 C’est un décret du 20 février 1969 qui a instauré la catégorie du « décret réservé » (decreto reservado), qui concerne les secrets officiels. C’est le niveau de protection qui se situe juste en-dessous des secrets d’État, qui garantit la non-divulgation d’informations concernant la sécurité de l’État, la Défense nationale, la paix extérieure et l’ordre constitutionnel [NDLR].

31 Échange de lettres-déclarations en 1973 entre la Djemaa générale et le chef de l’État, dans laquelle la première sollicitait une plus grande participation politique du peuple du Sahara espagnol, et le second promettait l’autonomie.

32 Le retrait de l’Espagne du territoire du Sahara fait qu’une grande partie des investissements réalisés ne sera pas remboursé.

33 Cette initiative a été approuvée par la Djemaa générale et ratifiée par le gouverneur général le 20 novembre 1974. À cette occasion, il a été créé une sous-commission de la Djemaa, appelée « de documentation », chargée d’analyser les questions que posait, dans ce nouveau contexte réglementaire, l’établissement des documents d’identité (Barona, 2004, p. 48).

34 Conformément aux règles adoptées par la Djemaa, seules les personnes nées sur le territoire d’« étrangers » nés eux-mêmes dans le territoire pouvaient aussi aspirer à la condition de Sahraouis (Nations unies, 1975, § 160).

35 Morillas (1990) avance des données différentes : en 1968, on aurait compté dans l’entreprise 1600 travailleurs sahraouis et leur nombre serait tombé à 567 en 1976. En marge de ces désaccords sur les chiffres, une chose est certaine : la chute des effectifs de Sahraouis au tableau de la société minière a été remarquable après la prise de son contrôle par le Maroc.

36 Ce récit a cours fréquemment lorsque les Sahraouis évoquent le moment de l’invasion marocaine. Ce type de propos a été recueilli par Angeles Ramirez lors de son travail de recherche sur le terrain à El Ayoun (décembre 2006).

37 À vrai dire, on ne connaît pas avec exactitude l’ampleur de l’exode. D’autres sources parlent de 40 000 réfugiés (San Martin, 2010, p. 109).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://emam.revues.org/docannexe/image/811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 1a et 1b : Exploitation des phosphates de Bou Cràa, 2009.
Crédits Clichés : Violeta Trasosmontes.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Campos Serrano et Violeta Trasosmontes, « Ressources naturelles et seconde occupation coloniale du Sahara espagnol, 1959-1975 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 12 février 2015, consulté le 20 février 2017. URL : http://emam.revues.org/811 ; DOI : 10.4000/emam.811

Haut de page

Auteurs

Alicia Campos Serrano

Professeur au département d’anthropologie sociale et de la pensée philosophique espagnole, Université autonome de Madrid. Membre du Groupe d’études coloniales « Sahara occidental ».

alicia.campos@uam.es

Violeta Trasosmontes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page