Navigation – Plan du site
Histoires, mémoires et société

Le Sahara face à son miroir : poétiques du « point mort »

Alberto López Bargados
Cet article est une traduction de :
El Sáhara ante su espejo: poéticas del punto muerto

Résumé

La question de la souveraineté du Sahara occidental est dans une impasse politique, avec les deux parties principales bloquées, chacune de son côté, sur des positions qui paraissent inamovibles, dans un contexte international qui, de facto, semble considérer comme acceptable le statu quo imposé par l’occupation marocaine de 1975-1976 et sanctionné par l’armistice de 1991. Cette situation de paralysie politique a entraîné un véritable blocage dans la représentation que la société espagnole se fait du conflit et de ses victimes, à savoir la population sahraouie reléguée dans les camps de réfugiés de Tindouf. Obsédée par la reproduction de la tragédie subie par l’exil sahraoui et les violations du droit international, la représentation du peuple sahraoui en exil qui prédomine en Espagne se focalise sur ces lieux communs, dans une continuité surprenante avec la représentation coloniale. Par ailleurs, elle s’est révélée un instrument inefficace pour imaginer des alternatives censées bousculer non seulement le statu quo, mais aussi le rôle que la société espagnole elle-même a joué pour enfermer le problème dans cette impasse.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été écrit dans le cadre d’un projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

1Quand on essaie d’identifier l’impasse dans laquelle se trouve le Sahara occidental, on se heurte toujours, au début, au conflit politique qui affecte, et dont souffre, l’ancienne colonie espagnole. Au-delà du fait, irréfutable, que l’invasion marocaine et l’exode d’une partie de la population locale ont mis les différents acteurs dans une position qui n’a presque pas évolué depuis près de 40 ans, et qui les laisse en quelque sorte comme des pions sur un échiquier, je m’intéresserai ici à l’influence que cette impasse politique, à l’issue de plus en plus incertaine, exerce sur les publications scientifiques espagnoles. Ainsi, cet article part de l’idée que la représentation du Sahara dans l’imaginaire postcolonial est en partie liée à la période coloniale. Si cette situation est due pour une bonne part à l’absence de modifications vraiment observables du contexte géostratégique, elle ne peut être totalement imputée au blocage systématique des solutions politiques et diplomatiques à ce conflit.

2La paralysie de ce dernier a en effet gagné les différents niveaux de la production littéraire, ce qui est parfaitement logique, notamment dans le domaine des sciences sociales. Il est évident que, durant toutes ces années, les chercheurs ont été particulièrement touchés par ce phénomène : soit ils n’ont pu se rendre sur le terrain, soit ils y ont renoncé d’eux-mêmes, changeant leur objet d’étude ou l’orientation de leurs recherches afin de mener à bien leurs projets respectifs. La plus grande partie du territoire de l’ex-colonie constitue la « zone occupée » par le gouvernement marocain depuis 1975-1976, et elle a été de ce fait interdite d’accès, pendant très longtemps, aux scientifiques espagnols. La situation au sein des camps de réfugiés de Tindouf a été sensiblement différente. Sous le sceau de la coopération et de la solidarité avec le peuple sahraoui en exil, des milliers d’Espagnols ont eu l’opportunité, pendant plusieurs décennies, de séjourner de manière sporadique dans cette région du Sud-Ouest algérien, tissant des liens solides avec ses habitants et parvenant à une connaissance plus ou moins complète de la vie des camps. Il est clair que, d’un côté comme de l’autre, l’agenda a été marqué par les priorités politiques et militaires. Celles-ci ont entraîné un certain contrôle de l’ensemble des discours produits dans la zone d’influence marocaine et, à une bien moindre échelle, de ceux de la zone sahraouie. Bien que les restrictions semblent avoir quelque peu faibli au cours des dernières années – soit à cause d’une volonté de normaliser la situation, soit pour des raisons « publicitaires », soit pour les deux à la fois –, les seuls écrits concernant le Sahara à avoir véritablement proliféré depuis 1976 en Espagne ont été ceux qui étaient clairement partisans et favorables dans leur majorité aux positions de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et du Front Polisario. Il s’agit là, je pense, de la première et de la plus évidente caractéristique de la production scientifique espagnole concernant le Sahara : son côté irrémédiablement partisan.

3Certains auteurs, recherchant l’effet contraire, s’obstinent à inverser ou tout du moins, à moduler le flux naturel d’une littérature engagée en faveur de la cause sahraouie. Vaines tentatives. Devant la polarisation du conflit et le rôle joué par les gouvernements espagnols successifs, la littérature n’a pas réussi à s’abstraire du statu quo territorial et de ses différents acteurs. Elle a donc pris parti de manière explicite ou implicite. Dans un tel contexte, les appels à l’objectivité et à la neutralité scientifiques sont soit un stratagème destiné à légitimer un point de vue partisan, soit le résultat de conditions de recherches spécifiques qui ne peuvent être ignorées comme si elles étaient contingentes, et comme si la recherche – aussi bien dans la définition de son objet que dans son application – était indépendante de ces mêmes conditions.

4La question de la neutralité scientifique, dans un contexte aussi politisé que celui du Sahara, me paraît importante. En effet, au cours des dernières décennies, plusieurs chercheurs ont souscrit à cet argument afin de se démarquer du bruit parfois assourdissant des logiques partisanes. Nombre d’entre eux sont convaincus que la science sociale doit être capable d’isoler le champ d’analyse de son contexte. Peut-être parce qu’elle offre un refuge moral à ses défenseurs qui les dispense de réfléchir sur les conditions mêmes de leurs recherches, ou de celles de leurs prédécesseurs. Nous comprenons tous le rôle joué par les structures impérialistes dans le financement des expéditions géographiques. De telles expéditions permettaient par exemple de dresser une carte des tribus qui pouvait servir à la conclusion de nouvelles alliances ou au renforcement de telle ou telle activité économique des populations autochtones. Nous acceptons l’importance de ces sphères d’influence dans la mesure où elles ne nous semblent pas menacer le travail de recherche, et que nous les considérons comme des contingences qui stimulent ou freinent l’activité scientifique sans toutefois mettre en péril ses méthodes et ses orientations, sauf si telle est la volonté du chercheur. Par contre, nous sommes moins enclins à reconnaître que le système colonial n’a pas seulement imposé ses intérêts particuliers aux champs de l’activité scientifique, mais que son ombre recouvre aussi les fondements épistémologiques mêmes de celle-ci.

5Telle que nous la connaissons, la science (sociale) est née de la volonté de domination qui s’est emparée de l’Europe au moins depuis le xvie siècle, et qui a atteint son apogée avec l’impérialisme du xixe et du début du xxe siècles. Il s’agit en effet, comme nous le savons depuis que Saïd (2002) a identifié les logiques de l’orientalisme, d’un des principaux mécanismes de cette domination. Dans cette mesure, la colonisation devient une caractéristique structurelle du travail scientifique, aussi bien dans sa conception que dans le développement de ses problématiques. Le prétendu objectivisme dont se prévaut fréquemment la science, et la dissimulation du fait que, comme dirait Foucault (1981, p. 143-145), la recherche de la vérité est indissolublement liée à l’exercice du pouvoir qui, à chaque période historique, impose un « régime de vérité » déterminé (politique, économique et institutionnel), fait ainsi partie des logiques de domination que de nombreux chercheurs disent rejeter, mais que l’on ressent dans leurs œuvres. Absorbés par les détails qui enrichissent la compréhension de nos objets d’étude respectifs, nous oublions trop souvent à quel point la perspective qui justifie la définition même de notre objet est liée aux différents instruments d’exercice du pouvoir, et donc de quelle façon nos orientations et perspectives sont en harmonie avec des logiques de domination qui n’ont pas fondamentalement changé malgré l’abandon, par l’Espagne, de sa « responsabilité » coloniale en 1976.

6À première vue, il peut sembler contradictoire d’affirmer qu’une littérature partisane, défendant plus ou moins ouvertement la cause sahraouie, se situe dans une telle continuité par rapport au programme intellectuel de la colonie, qui considérait les populations autochtones comme les sujets d’une entreprise politique menée par et pour la métropole. Justement, ce qui m’intéresse ici, ce sont les formes discursives de cette continuité. S’il est vrai que les partis pris de la littérature actuelle penchent clairement en faveur de l’indépendance du peuple sahraoui, soutien presque inconcevable d’un point de vue purement colonial, les grands axes de représentation de cette population n’ont pas changé dans certains de leurs aspects essentiels. Ils se limitent simplement, comme nous le verrons, à de légères variations thématiques, parfois simples inflexions terminologiques qui, bien qu’elles semblent porter des sens différents, tendent à décrire un même état de fait, dans une perspective similaire.

7Il est certain que la littérature partisane, catégorie qui englobe la majeure partie de la littérature coloniale, doit parfois répondre aux critiques qui l’accusent d’être devenue un simple outil de propagande au service de l’une ou l’autre cause. Soumise aux besoins stratégiques du camp qu’elle défend, cette littérature prolifère dans la mesure où, inscrite dans le combat idéologique, elle dénonce les atrocités de l’ennemi tout en soulignant le bien-fondé de ses propres considérations. D’une manière ou d’une autre, elle suppose l’identification d’un pôle contraire, d’un rival ou antagoniste du sujet de l’histoire. Si, dans la littérature coloniale, ce rôle échoyait au sujet colonisé, dépositaire des défauts et des manques qui justifiaient l’action entreprise, cette figure a été aujourd’hui remplacée par la présence mal dissimulée d’un troisième acteur, l’État marocain, que l’on dépeint sous la forme d’un régime totalitaire. Cependant, alors que la littérature coloniale constituait en quelque sorte le prétexte direct d’une action destinée à transformer le sujet colonisé, à le discipliner afin de le rendre utile aux différents besoins impériaux, le sujet antagoniste des écrits actuels sur le Sahara – qui est, en général, le régime marocain –, n’est pas le destinataire de l’action, mais sa justification, vu que la première concerne toujours, comme jadis, les Sahraouis. Pour que cette évolution ait pu s’opérer, on a dû procéder à un changement de registre dans la représentation du Sahraoui, devenu désormais un représentant subsidiaire de la civilisation occidentale.

8En effet, il y a une contradiction à la base des ouvrages dénonçant la situation dans les camps de Tindouf, lesquels ouvrages sont pour la plupart des chroniques journalistiques, des essais politiques ou des dissertations juridiques. Ils ne traitent les Sahraouis comme des égaux, comme les fers de lance de la civilisation dans un espace dominé par la barbarie, qu’à partir du moment où, abandonnés par le gouvernement espagnol et ne faisant donc plus l’objet des ambitions impériales, ils incarnent le souvenir d’un passé dictatorial à jamais révolu grâce au mythe de la « transition démocratique espagnole ». Yitzhak Laor (2012) a démontré récemment, avec beaucoup de subtilité, comment le philosémitisme au sein des élites politiques européennes actuelles a permis d’exorciser les démons d’un passé que l’on croyait enterré par suite de l’évolution démocratique de l’Union européenne. Dans ces fantasmes que l’on projette sur l’État d’Israël et son rôle sur la scène agitée du Moyen-Orient, les Juifs apparaissent aujourd’hui comme un « Autre » proche et familier, comme « l’un des nôtres » au sein du territoire hostile de l’« Altérité » non civilisée, incarnée par le musulman. Si, pour Laor, ce philosémitisme de salon, né de la mauvaise conscience de ses auteurs, n’est que la face visible d’un iceberg dont l’envers cache la nouvelle vague d’islamophobie du continent européen, le « philosahraouisme » de la plupart des écrits concernant le Sahara est le fruit d’une logique similaire, qui fait du Sahraoui un compagnon civilisé, une communauté crypto-occidentale dans le plus exigeant des déserts, et stigmatise son contraire, le Marocain, comme un traître plein de rancœur, qui attend son heure pour revendiquer les forteresses africaines, récupérer Al-Andalous et lancer de nouvelles hordes d’immigrés afin de reconquérir, huit siècles plus tard, la péninsule ibérique.

9Comme je l’ai déjà dit, aucun texte ne peut sortir indemne du combat idéologique où s’embourbe la littérature partisane. De fait, la politisation du conflit touche également les ouvrages qui, lorsqu’ils se targuent d’une certaine indépendance d’esprit et évitent de tomber dans les pièges tendus par ce point mort où le conflit végète, finissent par être assimilés à l’un ou l’autre camp. Et comme la distance qui existe entre les intentions de l’auteur et la réception ou l’utilisation de son œuvre est parfois gigantesque, toute tentative d’instaurer une frontière diaphane entre la littérature partisane et la propagande ne peut être qu’artificielle et vouée à l’échec. Quoi qu’il en soit, et bien que de nombreux livres flirtent malgré eux avec la propagande, la production littéraire de ces dernières années est abondante, voire torrentielle. Peut-être une autre caractéristique de cette littérature dans son ensemble est-elle, paradoxalement, que son débit ne cesse d’augmenter malgré la paralysie du conflit. Bien que la situation n’ait pas vraiment changé depuis 1991, donc depuis plus de 20 ans, la majeure partie de ces écrits verse dans le pathos d’un véritable trou noir : l’injustice – multiple – commise à l’encontre des droits légitimes du peuple sahraoui, le drame quotidien des camps de réfugiés de Tindouf, et l’héroïsme d’un peuple qui essaie de survivre dans un contexte anomique jusqu’à l’extrême. Sans vouloir sous-estimer ces grands thèmes de la littérature saharienne, il se peut que la dramatisation avancée du même argument, la dose de violence et d’héroïsme qu’il comporte, aient permis tout au long de ces années, et malgré l’inertie des différents gouvernements qui se sont succédés à la tête de l’État espagnol depuis 1976, que ces écrits survivent et se fassent une place dans les vitrines des libraires. Au-delà des puissantes raisons historiques qui le justifient, et de la mauvaise conscience que provoque le dossier sahraoui dans son ancienne métropole, le succès de la cause sahraouie au sein de l’État espagnol est également le triomphe rhétorique d’un grand récit, celui du sacrifice d’un peuple et de ses espoirs sur l’autel de la Realpolitik. Une bonne histoire que l’on peut raconter encore et toujours.

  • 1 L’exemple le plus représentatif de cette littérature coloniale qui thématise la découverte de la fo (...)

10Parce que cette histoire est toujours racontée ! Quelqu’un pourrait dire, raisonnablement, que la clef n’est pas ce que l’on raconte mais comment on le fait, et il aurait probablement raison. Que ce soient les femmes en exil, l’école sahraouie ou le système sanitaire, de nouveaux points de vue enrichissent constamment ce récit, presque toujours sous forme de témoignages et sur fond de dénonciation. La majorité de leurs auteurs sont soit des coopérants, soit des militants d’associations humanitaires, soit des journalistes. Leurs écrits engagés puisent au drame de l’exil et se basent sur l’expérience subjective du narrateur, avec des allusions plus ou moins riches aux épisodes historiques qui permettent de comprendre et d’évaluer la tragédie. Ce n’est pas une coïncidence si les récits de l’exil à Tindouf font souvent référence, comme ce fut le cas d’une certaine littérature coloniale d’obédience catholique, à l’introspection mystique dans les paysages désolés et à l’exhibition de l’ego du narrateur, qui se cherche parmi les tentes et les baraquements du camp1. La tragédie sahraouie devient alors un mécanisme qui favorise la prise de conscience du narrateur. Elle est le prétexte de l’évolution psychologique du protagoniste dont la consécration morale est présentée comme le paradigme de l’occidental conscientisé. Dans ces récits salvateurs d’une subjectivité sublimée par la compréhension des misères d’autrui, le recours à la fiction est constant. De nombreux ouvrages ponctuent les observations quotidiennes de la vie dans les camps d’éléments narratifs, de personnages imaginaires et de scènes inventées qui en renforcent la charge émotionnelle. Cette confusion entre la chronique et la fiction, peut-être l’une des rares alternatives rhétoriques qu’offre le thème de l’exil, semble être une autre caractéristique de cette véritable poétique du point mort : l’exaltation de l’ego de l’observateur, immergé dans un voyage intérieur qui rappelle la descente aux enfers, et dont il sort grandi.

  • 2 Parmi l’abondante bibliographie de ce genre littéraire, je suggère : Callau, 2000 ; Maixé Ceballos, (...)

11Il est vrai que le but avoué de la plupart de ces ouvrages n’est pas d’explorer la subjectivité de l’auteur. De fait, il s’agit de chroniques plus ou moins conventionnelles de l’actualité des camps. Mais la situation politique s’est tellement compliquée que la majorité de ces récits, écrits à la première personne du singulier et auréolés de cette autorité confortable que leur confère le fait d’être issus d’une enquête sur le terrain, limitent leur réflexion au domaine circonscrit par le conflit et ses principaux acteurs. Ils se livrent au jeu des partis pris et se désintéressent de toute autre circonstance pouvant apporter un nouvel éclairage. Ceci est valable pour les protagonistes de leur récit, qui sont presque toujours sahraouis, mais pour eux-mêmes également, leur présence sur le terrain, leur volonté de témoigner et de renouveler la dénonciation, et la manière dont ils fondent leur argumentation sur l’expérience du peuple sahraoui en exil2. Paradoxalement, dans ce genre littéraire plein de mauvaise conscience vis-à-vis du passé, plus l’ego de l’auteur s’expose aux tentations de la psychologie, plus il s’efface devant ses témoins et moins l’on connaît les raisons qui nous aideraient à comprendre pourquoi et comment il en est arrivé là. Soit l’ego a été expulsé du devant de la scène sur ordre de l’auteur, comme un sujet elliptique qui observe sans être lui-même un objet d’observation, soit il se livre à un travail d’introspection qui est au cœur de la narration. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de place dans ce type d’ouvrage pour une analyse sociologique de l’auteur, aussi minime soit-elle, comme si les objectifs du discours étaient suffisamment justifiés par la rage et l’impuissance que la contemplation des camps de Tindouf provoque chez la plupart de ses visiteurs.

  • 3 On peut distinguer dans cette phase initiale, qui a perduré environ jusqu’au début du xxie siècle, (...)

12Il y a quelque chose d’autre, tout du moins en apparence, dans la littérature un peu moins militante, bien que, comme nous l’avons mentionné, les frontières entre les genres soient souvent poreuses. En marge de la littérature de dénonciation, l’autre corpus dominant le champ bibliographique récent du Sahara occidental est la biographie, et notamment le sous-genre des mémoires, particulièrement abondant. Il y a quelques années, la plupart de ces ouvrages étaient écrits par des militaires, à la première personne du singulier. Il s’agit de textes empreints de nostalgie coloniale, où les auteurs s’emploient à démontrer leur empathie et leur connaissance spécifique des coutumes indigènes. Presque toujours liés à des épisodes phares de l’histoire coloniale (la guerre d’Ifni, l’opération Teide, les mois précédant l’abandon du territoire, etc.), les récits autobiographiques des militaires se font de plus en plus rares depuis la fin des années 1980 et constituent un curieux contrepoint à la littérature militante et de dénonciation, qui prédominaient déjà à l’époque parmi les ouvrages édités sur le Sahara3.

  • 4 Je pense notamment à Dalmases, 2010.

13Il est vrai qu’au cours des dernières années, certains livres ont fait preuve d’une plus grande rigueur historique. Narrant les derniers épisodes de la colonisation espagnole, ils ont adopté le point de vue des employés civils de la colonie. Sans renoncer à la subjectivité caractéristique de ce genre littéraire et sans se démarquer de leur condition partisane, ce qui était à prévoir, leur respect de la méthodologie historiographique les ont mis dans une position ambiguë, à mi-chemin entre la chronique personnelle et l’œuvre documentaire4. Cependant, sujets aux circonstances biographiques de leurs auteurs qui, pour la plupart, ont mis fin à leur séjour saharien lors de l’abandon de 1975-1976, ces écrits éludent partiellement les « poétiques du point mort » en se réfugiant, d’une certaine manière, dans le récit minutieux des événements qui ont marqué la dernière étape de la colonisation espagnole au Sahara. On dirait que le respect méthodologique du narrateur pour la succession des faits durant la période choisie est susceptible de limiter les dégâts provoqués par la paralysie du dossier saharien.

  • 5 Parmi la multitude de sites existants, dont beaucoup sont des blogs personnels, je voudrais en dist (...)

14Cependant, durant la première décennie du xxie siècle, les autobiographies militaires ont connu un nouvel essor, certes inattendu, grâce à la généralisation d’Internet et au développement des réseaux sociaux. Avec l’apparition des mémoires virtuelles, des pages web et des blogs consacrés aux témoignages graphiques et écrits sur les expériences des soldats destinés au Sahara, on a assisté à une véritable avalanche d’autobiographies, de longueurs et qualités inégales5.

15Je crois que le succès des sites privés est dû avant tout à l’absence de toute volonté commémorative de la part des gouvernements successifs de l’État espagnol. Les initiatives individuelles se sont multipliées face à l’absence du moindre mémorial rappelant l’expérience coloniale espagnole au Sahara (et même en Afrique), et face à l’oubli décrété d’un choix politique responsable de l’impasse diplomatique actuelle qui demeure, aujourd’hui encore, tout aussi embarrassant. Le plus souvent dues à l’implication personnelle de leurs auteurs, elles tentent de pallier, par leur volontarisme, le manque d’un travail de commémoration qui incombe normalement à l’administration – tout du moins en partie. Cette responsabilité ayant été déléguée au secteur privé, la mémoire du Sahara espagnol est ainsi orientée de manière quelque peu clandestine, et classée dans des fichiers dont l’organisation et l’accès dépendent des conditions imposées par leurs administrateurs qui, même bien intentionnés, travaillent parfois en marge des critères scientifiques les plus élémentaires.

  • 6 La melefa est le vêtement traditionnel des femmes sahraouies [NDLR].

16Cela dit, si cette abondante littérature autobiographique liée aux péripéties de l’armée espagnole au Sahara apporte des données intéressantes sur la composition et les particularités des différents corps – la Légion étrangère, les sections de l’air, l’artillerie ou l’infanterie, les troupes nomades, etc. –, elle démontre également, avec une clarté surprenante, les limites auxquelles les politiques « du point mort » condamnent l’ensemble de ce travail de mémoire. Grevés par la typique rêverie coloniale, truffés d’allusion à l’Arcadie de la jeunesse perdue, ces récits sont autoréférentiels. La population indigène y est décrite de manière très succincte, comme une ombre condamnée à l’anonymat ou, dans le meilleur des cas, à la mention occasionnelle d’un surnom à moitié oublié. Dans ces témoignages d’une camaraderie militaire soumise aux règles de l’honneur, où les auteurs évoquent les combines des appelés au service militaire et émettent parfois des critiques plus ou moins solides envers le caractère pré-démocratique de l’armée africaine, le Sahara n’est qu’une simple toile de fond, un décor exotique dominé par des forces primaires (la chaleur, le vent, le sable, etc.) dont les habitants sont censés incarner la cristallisation mystérieuse. Énigmatiques, les silhouettes indigènes se détachent sur l’horizon, engoncées dans leurs inquiétants turbans et leurs exubérantes melefas6, à la fois victimes et produits d’une nature hostile qui les convertit en menace diffuse. Même les chroniques de ceux qu’on appelle les « nomades » (militaires ayant servi dans les unités des troupes nomades du Sahara), dont le contact avec la population indigène, et notamment avec les soldats, fut intense, font parfois preuve d’une ignorance totale envers les intentions et les désirs de ceux qui furent leurs anciens interlocuteurs. L’indigène, subalterne par excellence dans ces récits, apparaît comme une extension spontanée de la terre, dont la face impavide semble privée de conscience.

17Comment se peut-il que toute cette littérature, aussi bien les chroniques écrites dans l’urgence des camps que les récits nostalgiques des militaires, continue de monopoliser la production discursive espagnole en plein xxie siècle ? N’est-il donc pas possible d’échapper aux « poétiques du point mort », à cette suspension du sens critique que suppose l’épistémè coloniale ininterrompue dont ce territoire fait l’objet ? Ces deux genres dominants de la littérature hispanophone sur le Sahara ne sont finalement, pour reprendre les arguments de Guha (2002), que des illustrations de cette « prose de la contre-insurrection », des récits où la voix du subalterne est soit définitivement absente, soit convoquée afin de s’assurer que le sujet historique conçu durant la période coloniale poursuit sa marche imparable. Soit ils sont invisibles, soit ils portent des masques dont les ombres élargies dessinent les contours délimités par l’action coloniale, aussi bien sur le plan politique qu’épistémologique. En ce sens, le statu quo de l’ancienne colonie rend inutile tout effort pour décoloniser la représentation hégémonique du peuple sahraoui, qui se situe dans une continuité surprenante avec le « régime de vérité » mis en place dans la dernière phase de la colonisation espagnole. Comme une bouteille de champagne qui ne voudrait pas être débouchée et supporterait une pression de plus en plus grande, « l’attitude impériale » dont parle Maldonado-Torres (2007, p. 136) gouverne toujours les logiques d’interprétation d’une réalité imperméable à toute tentative de règlement de comptes intellectuel avec le passé. Et le résultat, comme l’a fait remarquer Juan Carlos Gimeno (2006, p. 7), est que, telle qu’elle a été énoncée au début du xxie siècle, la « question sahraouie » reste ancrée dans le passé, dans une temporalité anachronique qui nous renvoie à des problématiques que l’on croyait révolues.

18Durant la période coloniale, le silence des subalternes était quelque chose de convenu, de telle manière que les écrits rédigés au sein de l’administration espagnole – les livres et les revues publiés par l’Institut d’études africaines, la correspondance entre les détachements militaires, les rapports confidentiels, les dossiers des services de renseignement, etc. – imposaient une vision biaisée et circonscrite au « fait colonial ». Cette dernière laissait volontairement dans l’ombre les élans des colonisés, qu’elle infantilisait comme des êtres incapables d’accepter les bienfaits objectifs de l’action impériale, et dont l’attitude insurrectionnelle devait provenir, pour ces mêmes raisons, d’une espèce de tare cognitive. On pourrait longuement discuter du fait que, comme l’espérait Guha, il soit ou non possible de lire entre les lignes de cette littérature et de deviner les ellipses qui nous aideraient à comprendre le véritable programme de l’insurrection des populations sahariennes, ainsi que la nature complexe de ses multiples formes de résistance à l’action coloniale. Certains d’entre nous ont cru que cela était possible. Cependant, ce qui est plus difficile à admettre, c’est la postérité de ce silence dans un ensemble de récits qui clament leur amitié éternelle pour le peuple colonisé, devenu aujourd’hui un peuple assisté. Dans ces ouvrages, les colonisés sont assimilés à des acteurs secondaires qui, avec une passivité et une reconnaissance le plus souvent fictives, justifient l’affirmation de l’ego du conquistador, renforçant la dramatisation d’une rêverie mélancolique ou agissant comme des facteurs de mobilisation du dynamisme fébrile des anciens colonisateurs, des coopérants et des humanitaires actuels.

  • 7 Pour en savoir plus, voir López Bargados, 2003.
  • 8 Sur les clichés et les représentations associés au nomadisme, voir, entre autres, Khazanov, 1994.

19L’un des facteurs de continuité les plus décisifs entre la littérature produite avant et après l’abandon colonial réside dans ce que Guha (2002, p. 19) a appelé l’obsession « étatique ». Il est communément accepté que le paradigme de la modernité, élaboré en Europe occidentale après la paix de Westphalie (1648), a fait de l’état-nation le modèle politique le plus à même d’incarner et de gérer le principe de souveraineté. La consécration de ce modèle d’organisation politique a justifié la volonté des puissances européennes de l’exporter vers d’autres territoires tout au long du xixe siècle. Elles se sont lancées dans une course impérialiste où l’absence de structures comparables à l’état-nation parmi les peuples colonisés leur a permis de mesurer leur degré de civilisation tout en servant de prétexte à la conquête. La colonisation espagnole du Sahara, bien qu’entreprise par une puissance mineure, n’a pas ignoré ce leitmotiv de l’attitude impériale, que les différents agents coloniaux ont pu appliquer à leur relation avec la société indigène. Cette dernière, organisée sous forme de « tribus » basées sur le principe de filiation unilinéaire, selon la nomenclature de l’époque héritée du modèle évolutionniste7, fut taxée pour cette raison de société indisciplinée, incapable d’atteindre des niveaux politiques « supérieurs ». À cette condition tribale de la société saharienne s’ajoutait son caractère pastoral, considéré comme une tare supplémentaire8. Dans le langage rédempteur de l’époque impériale, le système tribal et la spécialisation pastorale de la société saharienne constituaient un alibi idéal pour imposer – avec d’énormes hésitations dans le cas espagnol – à l’intérieur des frontières de 1900 un gouvernement chargé de contrôler aussi bien les sujets que leurs propriétés.

20En ce sens, comme le fit la France dans la Mauritanie voisine, l’administration coloniale espagnole justifia sa présence dans la région comme un vecteur de changement et de progrès. Si l’on imputa tout d’abord le développement de la société indigène à l’installation des comptoirs et des centres commerciaux qui dynamisaient l’économie, une fois la guerre civile espagnole (1936-1939) terminée, et de manière explicite à partir de 1958, lorsque furent mis résolument en place les plans d’occupation de l’hinterland colonial, le processus de « civilisation » de la société saharienne fut lié à la fondation des villes (et notamment à celle d’El Ayoun, la nouvelle capitale administrative) et à la sédentarisation des populations nomades.

21La rhétorique triomphante de la dernière période coloniale puise ainsi naturellement dans le renforcement des infrastructures de communication, la construction des quartiers résidentiels ou l’amélioration des ports. En accord avec un processus historique que l’on croyait inexorable et qui, lors des décennies précédentes, avait permis la naissance de dizaines de nouveaux États sur le continent africain, héritiers des colonies et respectueux des frontières tracées par les métropoles européennes, une partie de la jeunesse sahraouie, éduquée en Espagne et au Maroc, s’apprêtait à réclamer sa part du gâteau postcolonial : un État indépendant sur le littoral atlantique du désert saharien. Le 12 octobre 1975, alors que la menace de l’invasion marocaine se faisait de plus en plus pressante, les suyuj [sing. sayj ou cheik] tribaux cédèrent leur autorité à une nouvelle formation politique et militaire, le Front Polisario, afin qu’il organise, à travers un processus révolutionnaire, les structures d’un nouvel État qui devint plus tard la République arabe sahraouie démocratique. Tout le monde connaît la suite de cette histoire, forgée dans le sang et le feu des sables de l’ancienne colonie espagnole et du Sud-Ouest algérien. Dans la hamada de Tindouf, où convergèrent les vagues de réfugiés fuyant l’occupation marocaine, fut mise en place, dans des conditions extrêmement difficiles, une organisation sociale dont l’ambition a captivé deux générations de chercheurs en sciences humaines, de coopérants, de militants associatifs et de visiteurs occasionnels.

  • 9 Dans des perspectives différentes, cela vaut la peine de consulter trois œuvres de référence sur la (...)

22L’objet de cet article n’est en aucun cas de réfléchir sur la portée et les conséquences de cette révolution9. Ce que je veux ici souligner est bien plus simple : c’est que cette obsession « étatique », encouragée par l’action coloniale et reproduite par les élites sahraouies qui pilotaient la révolution, trouve sa corrélation subtile dans la littérature postcoloniale. Au cœur de ces « poétiques du point mort », un ensemble de textes recourent à la pulsion étatique pour dénoncer son absence comme une anomalie historique que, cependant, le Front Polisario, dépositaire légitime de la volonté du peuple sahraoui, tente de pallier. Une bonne part de cette littérature devient ainsi, à quelques exceptions près, une apologie à peine voilée de la marche héroïque et inexorable du peuple sahraoui vers l’établissement d’un État en exil.

23Il est important de souligner que je ne prétends pas discuter de la légitimité de cette revendication ni ajouter une réflexion de plus sur l’association problématique, dans le contexte saharien, des notions de « peuple » et de « souveraineté », mots chargés par le poids de l’histoire et qui, comme beaucoup de belles fleurs, sont couverts d’épines. Il suffit de se pencher sur les débats générés lors du recensement espagnol de 1974, qui devait constituer la base d’un référendum sur le devenir du territoire, pour se rendre compte à quel point ce terrain est miné. Je souhaite uniquement préciser que le discours postcolonial sur le Sahara est prisonnier d’un « régime de vérité » suspendu dans le temps indéfini de ce conflit, et qu’il est par là-même incapable de s’ouvrir à des discours alternatifs, afin de reformuler des principes qui modifieraient l’équation chargée d’unir le peuple à sa souveraineté. La vie dans les camps n’est pas la seule à évoluer dans une sorte de présent séquestré par une solution toujours plus improbable (Gimeno, 2006, p. 54). Ses chroniqueurs s’accrochent également aux termes d’un débat qui, tel qu’il est énoncé, a démontré un nombre incalculable de fois qu’il n’offrait pas de solution possible.

24Il y a quelque temps, Hélène Claudot-Hawad (1992) parlait, dans le cas des révoltes touaregs, autre peuple transfrontalier condamné à se heurter constamment au spectre de l’obsession étatique – il suffit de penser, sans aller plus loin, à la récente auto-proclamation de l’indépendance de la région de l’Azawad –, de la nécessité de trouver des alternatives politiques qui évitent aux communautés touaregs de se perdre « sur les rivages violents des minorités sans voix » (1992, p. 149). Rien ne paraît plus censé que d’invoquer les formes d’organisation historiques des sociétés sahariennes et les modes de gestion communautaire qu’elles ont utilisés pendant des siècles sur de vastes territoires, sans les préjugés d’une analyse naïve qui défend les traditions en oubliant qu’elles sont la source de conflits et font l’objet de constants réajustements. Cependant, une fois de plus, il faut s’interroger sur la capacité des auteurs espagnols à réviser l’épistémè coloniale jusqu’à l’extrême, tel que l’exigerait le paradigme postcolonial, de critiquer non seulement la question sahraouie telle qu’elle a été abordée jusqu’à présent mais également leur propre condition. Si repenser le problème du Sahara suppose de faire la même chose avec les fondements de l’État espagnol que, comme les Sahraouis, nous avons hérité du franquisme, la tâche paraît plus incertaine que jamais, mais plus nécessaire aussi. Nous devons mettre fin à cette pratique impérialiste qui n’octroie qu’à la métropole le droit de penser ses périphéries ; et pour rompre cette logique duelle qui est l’héritière du projet colonial, un bon point de départ pourrait être que les problèmes et solutions éventuelles des périphéries nous servent à imaginer différemment l’ancienne métropole. Pour cela, non seulement les Sahraouis doivent en appeler de manière critique à leur propre histoire, mais ses chroniqueurs, confortablement installés dans le langage familier de l’« étatisme », doivent être disposés à le faire.

25Cette obsession étatique est également présente dans la manière dont la métropole interprète le phénomène de l’insurrection, et les formes explicites de résistance menées par les populations sahariennes face à l’administration coloniale. Durant la période marquée par la présence espagnole sur le territoire (1884-1976), les multiples soulèvements et dissidences qui ont jalonné cette histoire furent perçus, de manière générale, comme des manifestations spontanées de la vie nomade, comme des gestes sans autre finalité que de garantir l’accès aux pâturages ou de récolter un butin. Il est clair que la représentation des peuples nomades comme des sociétés particulièrement soumises aux impératifs écologiques et à l’expression régulière d’une violence mutuelle, favorisée par le système tribal, constituait l’origine de cette vision presque tellurique de l’insurrection, plus proche, comme le signalait justement Guha (2002, p. 45), de l’histoire naturelle que de la théorie politique.

  • 10 Paul Marty (1882-1938), militaire et administrateur colonial, fut l’auteur d’une importante product (...)

26Les relations entre les « tribus dissidentes » (Awlād Dalīm et Rgaybat notamment) et les autorités franco-espagnoles à la frontière du Sahara espagnol et de la Mauritanie illustrent parfaitement la persistance de cette logique. Les agents coloniaux espagnols et français (avec, à leur tête, l’ineffable Paul Marty10) avaient les mêmes préjugés concernant l’insurrection qui, durant des décennies, agita cette zone frontalière. Ils y voyaient la manifestation d’un conflit saisonnier lié aux pluies et à l’apparition de pâturages de part et d’autre de la ligne de démarcation. Lorsque les conditions écologiques du Sahara Espagnol favorisaient la présence de troupeaux dans cette région, les fractions des tribus organisaient des razzias destinées à harceler les autorités françaises et à capturer les bêtes des autres fractions qui transhumaient du côté français. Par contre, lorsque le manque de pluie obligeait les éleveurs à traverser la frontière coloniale vers le sud, à la recherche de pâturages, les mêmes fractions qui avaient participé aux attaques s’adressaient aux postes militaires avancés pour leur demander la cessation des hostilités [aman] qui, du point de vue colonial, étaient toujours considérées comme un phénomène conjoncturel et opportuniste.

  • 11 À ce sujet, la mention d’Hobsbawm (2001) est obligatoire. On peut également consulter Hart, 2006.

27L’objectif poursuivi par l’administration coloniale était bien d’empêcher toute interprétation politique de l’insurrection saharienne, en assignant ses causes soit à une espèce d’opportunisme écologique, soit à une liturgie du conflit liée à l’honneur chevaleresque des groupes guerriers. D’une manière ou d’une autre, les actions des nomades étaient vidées de toute conscience politique et classées dans le registre des « rebellions pré-politiques11 ». L’alternative heuristique de cette stratégie d’annulation de la conscience politique obligeait les autorités à effectuer un transfert, et à l’attribuer soit à l’attitude manipulatrice des leaders tribaux investis d’une auréole charismatique (comme par exemple, le célèbre sayj Ma’ al Aynayn et ses descendants), soit aux intrigues et à la démagogie d’une puissance étrangère souhaitant instrumentaliser la révolte (comme dans le cas du Maroc et de son influence sur l’Armée de libération). De cette manière, la politisation demeurait étrangère à la volonté des sociétés sahariennes, censées agir uniquement du fait de leur foi irrationnelle dans le charisme du mahdi ou trompées par les grotesques stratagèmes de leurs voisins du Nord. Ainsi, tout au long de leur présence coloniale, les gouvernements espagnols successifs ont toujours nié, par principe, le caractère politique des actes de résistance. Ce n’est que dans les années précédant l’abandon, lorsqu’ils constituèrent un ensemble de revendications exprimées dans le langage familier de l’état-nation (tout d’abord à travers Harakat Tahrir, fondé par Mohammed Sidi Basiri en 1969 (Bárbulo, 2002, p. 79), puis par le biais du Front Polisario), que ces actes furent pris en compte en tant qu’exigences véritablement politiques.

  • 12 Pour un résumé de ces accusations, voir Ruiz Miguel, 2010.
  • 13 Cherkaoui (2008) pourrait servir d’exemple à cet égard.

28Si l’on se penche quelques instants sur les conséquences de cette disqualification intellectuelle de l’insurrection dans les ouvrages parus récemment sur le Sahara, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas d’une caractéristique exclusive de la bibliographie espagnole, mais bien d’un axiome qui affecte à différents degrés la littérature inspirée par ce que Ramón Grosfoguel (2007, p. 72) a appelé « l’universalisme colonial eurocentré ». Je me réfère aux condamnations irrationnelles et systématiques des actions d’Al Qaida du Maghreb islamique (AQMI) et d’autres bandes armées de la zone saharienne. En effet, il suffit que, à n’importe quel endroit de la planète, un groupe de combattants en appelle explicitement à la religion, et notamment à l’Islam, pour que de nombreux observateurs – et avec eux les mass media – énumèrent les stéréotypes les plus éculés, qui font généralement référence au caractère médiéval de leurs arguments et à un discrédit radical d’actions (politiques) jugées dignes d’un fanatisme insensé. Bien que cet article ne soit pas le lieu le plus indiqué pour réfléchir aux types d’opposition politique et militaire formulés à partir d’un langage religieux, on peut cependant remarquer qu’indépendamment de la nature des actions engagées par AQMI et d’autres groupes similaires depuis 2007, la mention de l’Islam salafiste a agi comme un marqueur, stigmatisant aussitôt les revendications de ses acteurs et désactivant le caractère politique de ces dernières en faveur d’une lecture purement (im)morale. On poursuit le même objectif en qualifiant leurs activités de « terroristes » : il s’agit de les expulser du champ politique et de les renvoyer à un ordre « pré-civilisé » qui, irrationnel par nature, justifie la mise en place d’une batterie d’actions répressives. Et si je cite l’exemple d’AQMI, c’est justement parce qu’il y a eu plusieurs tentatives, ces dernières années, et notamment de la part du gouvernement marocain, d’attribuer au Front Polisario les actes commis par ce groupe dans la région12. On voit bien que le registre discursif des auteurs espagnols pendant la période coloniale n’est pas le seul à vouloir disqualifier l’ennemi en le renvoyant au domaine du « pré-politique », pour mieux défendre ses propres intérêts. Si la continuité est l’aspect le plus évident de la relation entre l’épistémè coloniale et postcoloniale espagnole, elle est encore plus flagrante dans le cas des ouvrages marocains sur le Sahara qui, isolés et autoréférentiels, sont dominés par l’aveuglement et la superbe propres à l’ego du conquistador13.

  • 14 Le cas le plus frappant à ce sujet est peut-être celui du militaire Ángel Domenech Lafuente, 1946 e (...)

29Telle une pièce angoissante dont le rideau ne se refermerait jamais, l’héritage colonial de l’Espagne au Sahara en est au point mort, en ce qui concerne non seulement les solutions diplomatiques mais également les discours qu’il a générés. Si, durant la période coloniale, les chroniqueurs et les observateurs dissociaient certains épisodes historiques pour dresser un portrait immuable du système social saharien, on dirait qu’aujourd’hui les événements se succèdent les uns après les autres, mais que, ne trouvant pas d’issue, ils s’entassent de manière chaotique dans la vaste extension de la hamada ou dans cette marmite brûlante que devient parfois la zone occupée. Dans la littérature coloniale par exemple, les informations portant sur le sayj Ma’ al Aynayn étaient truffées de références à des temps immémoriaux, telle l’épopée des Almoravides, comme si l’histoire se répétait sans cesse, avec les mêmes gestes, les mêmes ambitions, et les mêmes erreurs14. On aurait dit que l’évolution du temps historique était l’apanage de la métropole et que la société indigène vivait prisonnière d’un temps indéfini. Aujourd’hui, par contre, il n’est pas nécessaire de mentionner les inerties de l’histoire pour décrire cette situation en suspens dans laquelle vivent les Sahraouis de part et d’autre du mur de « contention » construit par les forces marocaines. Les événements marquants de l’histoire du peuple sahraoui s’accumulent, depuis la guerre de 1958 jusqu’à nos jours, comme des strates de plus en plus comprimées qui finissent par se confondre. Dans ce trou noir où tout se consume, le murmure qui en résulte tourne inlassablement autour du même point mort, de manière telle qu’il semble l’approfondir, si une telle chose était encore possible.

30À travers cet article, je n’ai pas voulu décrire avec frivolité les amères vicissitudes de l’exil, extérieur et intérieur. L’exode forcé des Sahraouis, loin de leurs terres, sous une terrible pression militaire, et leurs conditions d’existence dans la hamada au cours des dernières décennies, sont l’une des pires condamnations que l’on puisse imaginer. Ce que j’ai essayé de souligner, au contraire, est que l’exil atroce souffert par une partie du peuple sahraoui dans la région de Tindouf est devenu un alibi intellectuel qui nous empêche, nous les Espagnols, de percevoir jusqu’à quel point nos témoignages, nos contributions à l’histoire du peuple sahraoui, ont lieu dans des conditions d’extrême dépendance qui devraient, avant toute chose, nous obliger à les reconsidérer de manière critique et à les mettre, elles aussi, en suspens. Installée dans cette position confortable qu’offre la dénonciation de l’oppresseur, la majeure partie de la bibliographie espagnole sur le Sahara n’élude pas tant une réflexion consciente sur la responsabilité de l’action coloniale – la majeure partie de ces récits, au contraire, sont pleins d’allusions et de béquilles rhétoriques qui font référence aux maux du colonialisme, à la faiblesse de la politique africaine espagnole et à l’absurdité de l’abandon final – que la continuité qui relie le présent au passé colonial. Ancrés dans cette poétique du point mort, de nombreux témoignages contemporains se nourrissent du drame de l’exil jusqu’à oublier à quel point leur propre présence dans les camps contribuent à sa reproduction.

Haut de page

Bibliographie

Bárbulo T., 2002, La historia prohibida del Sáhara Español, Barcelona, Destino.

Belles Gasulla J., 1990, Cabo Jubi-58, Madrid, San Martín.

Callau T., 2000, El Sàhara Occidental: història i actualitat d’un poble, Barcelone, Llibres de l’Índex.

Caratini S., 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris, L’Harmattan.

Cherkhaoui M., 2008, El Sáhara: vínculos sociales y retos geoestratégicos, Oxford, Bardwell Press.

Claudot-Hawad H., 1992, « Bandits, rebelles et partisans : vision plurielle des événements touaregs, 1990-1992 », Politique Africaine, no 46, p. 143-149.

Dalmases P.-I., 2010, Huracán sobre el Sáhara, Barcelona, Base.

Domenech Lafuente A., 1946, Algo sobre Río de Oro, Madrid, Reus.

Domenech Lafuente A., 1954, Ma el Aainin, señor de Samara, Madrid, Tetuán.

Falcó Rotger J., 2001, Sáhara, 1958, vivencias de un oficial de la Legión, Madrid, Almena.

Fernández-Aceytuno M., 1996, Siroco : recuerdos de un oficial de grupos nómadas, Palencia, Simancas.

Fernández-Aceytuno M., 2001, Ifni y Sáhara, una encrucijada en la historia de España, Palencia, Simancas.

Foucault M., 1981, Un diálogo sobre el poder y otras conversaciones, Madrid, Alianza.

García A., 2001, Historias del Sáhara, Madrid, Catarata.

Gimeno J.C., 2006, Transformaciones socioculturales de un proyecto revolucionario : la lucha del pueblo Saharaui por la liberación, Caracas, Centro de Investigaciones Postdoctorales, coll. « Monografías », 43.

Grosfoguel R., 2007, « Descolonizando los universalismos occidentales : el pluriversalismo transmoderno decolonial desde Aimé Césaire hasta los zapatistas », in Castro-Gómez S., Grosfoguel R. (dir.), El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistémica más allá del capitalismo global, Bogota, Siglo del Hombre, p. 63-77.

Guha R., 2002, Las voces de la historia y otros estudios subalternos, Barcelona, Crítica.

Hart D. M., 2006, Bandidismo en el Islam, Barcelona, Anthropos.

Hobsbawm E., 2001, Rebeldes primitivos, Barcelona, Crítica.

Khazanov A. M., 1994, Nomads and the Outside World, Madison, University of Wisconsin Press.

Laor Y., 2012, Las falacias del sionismo progresista, Barcelone, Bellaterra.

López Bargados A., 2003, Arenas coloniales. Los Awlād Dalīm ante la colonización franco-española del Sáhara, Barcelona, Bellaterra.

Maixé Ceballos J.-M., 1999, Sàhara Occidental. Aspectes i vivències, Valls, Cossetània edicions.

Maldonado-Torres N., 2007, « Sobre la colonialidad del ser: contribuciones al desarrollo de un concepto », p. 127-167, in Castro-Gómez S., Grosfoguel R. (dir.), El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistémica más allá del capitalismo global, Bogota, Siglo del Hombre.

Mariñas G., 1988, El Sáhara y la Legión, Madrid, San Martín.

Martín Rais G., 2009, Duna, Madrid, El Albor.

Moya M., 2008, Los otros príncipes, Auto-édition Bubok.

O’Callaghan I Duch E., 2005, El color de la arena, Madrid, Luís Vives.

Pérez Garmendia M., 2009, En la jaima a las seis, auto-édition.

Psichari E., 1935, El viaje del centurión, Madrid, Lecturas para Todos.

Psichari E., 1946, Voces en el desierto, Madrid, EPESA.

Reche L., 2003, Sáhara, corazón roto, Málaga, La Serranía.

Ruiz Miguel C., 2010, « Dudas y sospechas sobre Al Qaida del Magreb Islámico », Grupo de Estudios Estratégicos GEES, análisis no 8159 (6 octobre 2010), en ligne (consulté le 22 janvier 2015). URL : http://www.gees.org/files/article/05102010174427_Analisis-08159.pdf

Said E., 2002, Orientalismo, Madrid, Debate.

Salafranca Ortega J., 1996, Cartas desde la Saguia al-Hamra, Malaga, Algazara.

Sobero Y., 2010, Sáhara. Memoria y olvido, Barcelona, Ariel.

Sotillo-Trillo E., 2011, Viaje al abandono, Madrid, Aguilar.

Tortajada A., 2002, Hijas de la arena. Cartas desde los campamentos saharauis, Barcelone, DeBolsillo.

Haut de page

Notes

1 L’exemple le plus représentatif de cette littérature coloniale qui thématise la découverte de la foi par l’ego du conquistador est Ernest Psichari, 1935 et 1946.

2 Parmi l’abondante bibliographie de ce genre littéraire, je suggère : Callau, 2000 ; Maixé Ceballos, 1999 ; Martín Rais, 2009 ; Moya, 2008 ; O’Callaghan i Duch, 2005 ; Pérez Garmendia, 2009 ; Reche, 2003 ; Sobero, 2010 ; Sotillo-Trillo, 2011 ; Tortajada, 2002.

3 On peut distinguer dans cette phase initiale, qui a perduré environ jusqu’au début du xxie siècle, Belles Gasulla, 1990 ; Falcó Rotger, 2001 ; Fernández-Aceytuno, 1996 et 2001 ; Mariñas, 1988 ; Salafranca Ortega, 1996.

4 Je pense notamment à Dalmases, 2010.

5 Parmi la multitude de sites existants, dont beaucoup sont des blogs personnels, je voudrais en distinguer deux, autant à cause de leur nature collective que pour la quantité d’informations qui y sont rassemblées à ce jour : la page des vétérans des troupes nomades du Sahara (http://www.hermandadtropasnomadas.com), gérée depuis 2007 par les responsables de la revue La Jabar del Nómada, et surtout le site que coordonne Juan Piqueras depuis 2003 La Mili en el Sáhara (http://www.sahara-mili.net), un gigantesque fichier de récits et de photos qui est devenu une référence incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à la période finale de la colonisation espagnole du Sahara.

6 La melefa est le vêtement traditionnel des femmes sahraouies [NDLR].

7 Pour en savoir plus, voir López Bargados, 2003.

8 Sur les clichés et les représentations associés au nomadisme, voir, entre autres, Khazanov, 1994.

9 Dans des perspectives différentes, cela vaut la peine de consulter trois œuvres de référence sur la nature et les effets de ces changements : Caratini, 2003 ; García, 2001 et Gimeno, 2006.

10 Paul Marty (1882-1938), militaire et administrateur colonial, fut l’auteur d’une importante production littéraire et scientifique décisive pour le classement des populations de l’Afrique occidentale française. Il focalisa son attention sur les traditions islamiques sahariennes et sub-sahariennes et sur les principales différences qui existaient entre elles.

11 À ce sujet, la mention d’Hobsbawm (2001) est obligatoire. On peut également consulter Hart, 2006.

12 Pour un résumé de ces accusations, voir Ruiz Miguel, 2010.

13 Cherkaoui (2008) pourrait servir d’exemple à cet égard.

14 Le cas le plus frappant à ce sujet est peut-être celui du militaire Ángel Domenech Lafuente, 1946 et 1954.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alberto López Bargados, « Le Sahara face à son miroir : poétiques du « point mort » », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://emam.revues.org/826 ; DOI : 10.4000/emam.826

Haut de page

Auteur

Alberto López Bargados

Université de Barcelone

alopezbargados@ub.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page