Navigation – Plan du site
Histoires, mémoires et société

La narration de l’histoire en situation de crise. Revendications et contradictions dans la construction mémorielle sahraouie

Francesco Correale
Cet article est une traduction de :
La narración de la historia en situación de crisis. Reivindicaciones y contradicciones en la construcción memorial saharaui

Résumé

Ce texte propose une réflexion critique sur les origines du discours nationaliste sahraoui et sur la narration de l’histoire présentée par le Front Polisario. Cette narration met en exergue le rôle de catalyseur joué par le Front dans le processus de construction de la nation sahraouie en excluant du récit mémoriel tous les éléments susceptibles d’insinuer un doute sur le projet nationaliste tel qu’il a été structuré à partir de la lutte anticoloniale. Mais, tout en affirmant sa dimension anti-espagnole – et seulement dans un deuxième temps sa fonction antimarocaine et antimauritanienne –, la narration proposée tend à assumer et à intégrer le fait colonial comme élément essentiel de distinction entre les populations du Sahara occidental et celles habitant les régions environnantes. Cela comporte, comme il est facile de l’imaginer, un certain nombre de contradictions que cet article essaye d’éclaircir.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte a été présenté sous la forme d’une communication en italien au Xe Convegno della Società per gli Studi sul Medio Oriente (SeSaMO) : Memorie con-divise. Popoli, stati e nazioni nel Mediterraneo e in Medio Oriente, dans le cadre du panel « Memoria e identità : il passato coloniale come eredità (controversa?) nel Sahara e nel Mediterraneo occidentale / Mémoire et identité : le passé colonial comme héritage (disputé ?) au Sahara et dans la Méditerranée occidentale », coordonné par l’auteur, Milan, université Bicocca, 9-11 juin 2011. Le titre de cette communication était : « I Sahrawi dei campi profughi di Tindouf e la narrazione coloniale: dalla resistenza alla sindrome di Stoccolma? » Depuis lors, le contenu a été légèrement modifié, ainsi que le titre, pour être soumis à publication. La participation à la conférence ainsi que la publication de l’article ont été possibles grâce au projet I+D+i (Investigación + desarrollo + innovación, Recherche + développement + innovation) financé par le ministère de l’Éducation et de la Science espagnol pour les années 2008-2011 (réf. : CSO2012-35314) : Sahara Occidental (1884-1976): Memorias coloniales, miradas postcoloniales (Sahara occidental (1884-1976) : Mémoires coloniales, regards postcoloniaux), sous la direction de Juan Carlos Gimeno Martín (UAM, Madrid).

Introduction

  • 1 Bidān, blanc, terme employé pour qualifier les populations arabes et berbères des régions nord-afri (...)

1Le 27 février 2011, la République arabe démocratique sahraouie (RASD) a célébré un peu en sourdine ses 35 premières années d’existence. Proclamée en 1976 à Bir Lahlou, au moment du départ des derniers soldats espagnols du Sahara, sa création avait deux objectifs principaux : remplir le vide juridique laissé par le retrait de l’administration espagnole de manière à délégitimer les occupations marocaine et mauritanienne du territoire ; accomplir la révolution commencée par les jeunes combattants du Frente Popular por la Liberación de la Saguiat al-Hamra y Río de Oro (Front Polisario). Cette révolution allait bouleverser les références politiques et institutionnelles de populations essentiellement nomades, organisées selon une hiérarchie commune à celle de l’ensemble des populations qualifiées de bidān1, sujettes, pour leur survie, aux politiques d’assistance économique lancées par le gouvernement métropolitain après 1958, au moment de la transformation en province du territoire saharien jadis colonie espagnole.

  • 2 Les camps de Tindouf jouissent du principe d’extraterritorialité par rapport à l’État algérien, qui (...)

2La guerre contre la Mauritanie jusqu’en 1978 et contre le Maroc jusqu’en 1991, et le blocage des négociations pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination ont provoqué, au fil des ans, une situation de dépendance permanente de la population réfugiée dans les camps aux environs de Tindouf2, en Algérie, envers les aides extérieures. Par ailleurs, la nécessité de structurer la « nation » sahraouie et la construction d’une mémoire partagée ont caractérisé la tentative d’instiller, au sein de la population, un sentiment identitaire faisant abstraction de la société tribale et fixant son origine dans la résistance sahraouie incarnée par le Front Polisario.

3Les témoignages recueillis dans les camps de réfugiés entre 2007 et 2008 dévoilent la continuité d’une condition culturellement subalterne des Sahraouis vis-à-vis de leur ancienne métropole. En effet, l’héritage de la présence coloniale espagnole dans le territoire, notamment en terme de langue, est revendiqué par les Sahraouis comme marque d’identité vis-à-vis de l’héritage linguistiquement et culturellement francophone des pays voisins, qui ont été des colonies ou protectorats français. Dans le même ordre d’idées, la mémoire historique de la « nation sahraouie » apparaît plus comme une addition d’amnésies – synthétisées par la rhétorique nationaliste au sujet de la persistance d’une entité sahraouie qui traverserait l’histoire millénaire du territoire – que comme le récit, même lacunaire, d’une histoire commune, faite de moments fédératifs (l’empire almoravide ou la domination coloniale elle-même) et de conjonctures conflictuelles (telles les longues guerres intertribales ayant eu lieu entre les xviie et xixe siècles).

4Quels sont donc les enjeux de cette élaboration historique et mémorielle ? Quels sont les éléments qui constituent son fondement ?

La construction de l’histoire et de l’identité sahraouie

  • 3 Bleuchot et Flory (dir.), 1976, p. 986 et pp. 985-994.
  • 4 Pour une documentation détaillée sur l’avis de la Cour internationale de justice de La Haye, rendu (...)

5Le 2 mai 1975, le Comité provisoire pour la recherche historique du Front Polisario envoyait aux Nations unies un mémorandum dans lequel étaient indiqués certains des principes destinés à caractériser l’affirmation de l’identité politique et nationale sahraouie. L’objectif du mémorandum, assurait le Front Polisario, était de « démontrer […] l’existence d’[une] histoire indépendante de [celle de] l’Espagne avant son occupation [du Sahara], [et avant l’invasion] du Maroc et de la Mauritanie3 ». Sa rédaction était en soi un acte revendicatif, autonome par rapport aux textes que, dans la même période, les Espagnols (à l’aide et avec la complicité de beaucoup de notables sahraouis), les Marocains et la Mauritanie étaient en train de préparer pour illustrer les positions qu’ils devaient défendre devant la Cour internationale de justice de La Haye. Celle-ci avait été interpellée par l’assemblée générale de l’ONU en décembre 1974, sur demande du royaume du Maroc et de la République islamique de Mauritanie, pour déterminer le statut du territoire saharien avant la colonisation et fixer les liens que les populations qui l’habitaient avaient ou non avec les deux pays4. Ce mémorandum est une vraie plate-forme politique qui n’épargne pas de dures critiques à l’Espagne colonisatrice. Par exemple, dans les premières lignes, on soutient que le Sahara occidental est occupé par « le colonialisme fasciste espagnol depuis 1884 », en attribuant la connotation de « fasciste » au royaume d’Espagne qui, en 1884, avait pourtant un régime plutôt « libéral ». Puis, dans le paragraphe des revendications, le Comité provisoire écrit :

  • 5 Bleuchot, Flory, 1976, p. 994.

« [L’action de] notre F. Polisario qui mène une lutte en vue de la libération nationale […], devant cette situation dramatique et inhumaine, s’est orientée particulièrement vers une lutte armée populaire dans notre pays, malgré le black-out de l’information du côté de l’Espagne ainsi que des pays limitrophes. […] Les massacres barbares auxquels s’est livrée l’armée espagnole contre nos vaillants nationalistes le 17 juin 1970 ont coûté la mort à une quarantaine de personnes et l’emprisonnement de milliers de militants dont le frère Mohammad Bachi qui devait par la suite succomber à la torture inhumaine de la Légion espagnole. Cela, contrairement à ce qu’escomptaient les forces fascistes et leurs complices, les chefs féodaux, a créé une conscience nationale et une détermination indéfectible parmi les militants de notre Front Populaire. […] Il est légitime de penser que les Espagnols vont faire en Afrique du Nord ce que leurs cousins Européens et Américains ont fait en Afrique du Sud et en Palestine. D’ailleurs, nous attirons l’attention de la communauté internationale sur ces tentatives, qui sont le fait aussi bien [de ceux qui se trouvent] du côté espagnol que de ceux qui revendiquent illégitimement l’usurpation du Sahara occidental. Le même phénomène qui s’est produit en Palestine peut se produire chez nous, car une telle usurpation constitue pour nous un suicide que l’ONU doit éviter […]5. »

  • 6 Barbulo, 2002, p. 123.

6L’acrimonie vis-à-vis de l’Espagne, dont la gestion du territoire saharien est comparée à celle, anglaise, de la Palestine, s’explique aisément eu égard à la lutte armée contre les autorités coloniales. Du 20 mai 1973, date de la première opération contre l’administration espagnole, à la fin octobre 1975, peu avant les accords de Madrid, les actions militaires sont assez nombreuses. Quelques-unes culminent en véritables batailles contre la Légion ; d’autres se limitent au sabotage des activités économiques (par exemple, attaque des installations qui assurent le transport des phosphates extraits des mines de Bou Crâa jusqu’à El Ayoun dans la nuit du 19 novembre 1974) ; d’autres actions encore prennent la forme de la séquestration de citoyens espagnols, comme le commerçant canarien Antonio Martín, pris en otage en mars 1975 et détenu pendant 7 mois. Finalement, le bilan des victimes de 2 ans de guérilla s’élève à une dizaine de soldats espagnols, quelques dizaines de militaires sahraouis en service dans les troupes coloniales et des centaines de guérilleros morts au combat ou capturés, torturés et tués6.

7Facilement compréhensible est également le réquisitoire contre les « têtes féodales », à savoir les notables sahraouis qui ont collaboré avec le gouvernement espagnol et ont été récompensés par des prébendes et des postes de prestige dans l’administration.

Fig. 1. Représentants sahraouis aux Cortès en visite au « Valle de los Caídos », 1963.

Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.

Fig. 2. Notables sahraouis et membres du gouvernement général du Sahara, El Ayoun, années 1960.

Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.

8En effet, la ligne politique est claire dès la fondation du Front le 10 mai 1973, comme on peut le comprendre à la lecture des phrases contenues dans le manifeste politique qui en sanctionne la naissance :

  • 7 Bleuchot, Flory, 1976, p. 985.

« Le Front Polisario est né comme expression unique de masse, optant pour la violence révolutionnaire et la lutte armée comme moyen pour que le peuple arabe sahraoui, africain, puisse recouvrer sa liberté totale, et déjouer les manœuvres du colonialisme espagnol7. »

  • 8 Caratini, 2002, p. 124-136 et 2003, p. 65-75. Encore aujourd’hui, le 12 octobre est célébré comme l (...)

9Ainsi quand, le 12 octobre 1975, les porte-parole de différentes tribus se réunissent en plein désert pour proclamer l’unité nationale, ils annoncent aussi la fin du système tribal et la naissance du « Peuple8 ». La construction sociale sur laquelle se fonde l’essence du pouvoir du Front Polisario – c’est-à-dire la reconnaissance du Front lui-même comme représentant unique du nouveau « peuple sahraoui » – comporte le dépassement des droits de chaque tribu sur ses pâturages. La « Nation sahraouie » accepte ainsi les principes juridiques régissant les états modernes qui gèrent les ressources du territoire non plus dans l’intérêt d’un individu ou d’une tribu mais de la « communauté nationale ». Pour cette raison, il a fallu surmonter beaucoup de résistances pour que la première constitution adoptée par la RASD à la fin d’août 1976 ne comporte plus de traces des appartenances tribales et de la traditionnelle organisation lignagère de la société. Dans le nouvel État, les disputes tribales sont désormais bannies (en principe) et aucun rôle n’est reconnu aux chioukh qui, dans de nombreux cas, avaient agi comme intermédiaires du pouvoir colonial.

10Sur le plan de la construction identitaire et mémorielle sahraouie, cette cassure sociale est lourde de conséquences. Si, dans le contexte tribal, l’individu se reconnaissait dans un lignage déterminé, et si les différents membres d’un même lignage s’identifiaient à leur tour dans un géniteur commun, les fondateurs du Front Polisario sont obligés d’entrer dans le schéma nationaliste pour obtenir la reconnaissance extérieure. L’accès à la citoyenneté au centre du projet de révolution sociale de la nouvelle Nation – et du nouvel État – implique le dépassement du tribalisme. Cela comporte, à son tour, un vrai choc anthropologique et culturel : l’abandon des aïeux éponymes de chaque tribu en tant que référents de l’identité par rapport aux voisins. Le dénominateur identitaire n’est plus le lien de sang, mais le territoire ; ce n’est plus la terre, le pâturage réparti ou défendu, mais l’appartenance à la « Nation sahraouie », une nation qui considère le tribalisme comme un crime et la transmission des traditions particularistes comme un attentat au « peuple ».

11Dans ce processus révolutionnaire s’inscrivent deux variables déterminantes : la guerre et l’exil.

  • 9 À savoir l’entrée dans le territoire saharien de l’Armée de libération marocaine (ALM) et l’opérati (...)
  • 10 Mais l’histoire documentée par les archives françaises et espagnoles de la fin du xixe et du début (...)

12La résistance contre les envahisseurs marocain et mauritanien est probablement l’élément qui favorise le plus l’unité des populations sahraouies impulsée par les nationalistes. La diversité souvent revendiquée par rapport aux voisins du Nord et du Sud, dès la période coloniale, et la rancune latente nourrie à l’égard du Maroc, surtout après les événements de 1957-19589, se transforment en haine et en hostilité après la violence exercée par l’armée marocaine dans les villes occupées et contre les familles s’échappant vers l’Algérie. Ce qu’il est important de retenir pour comprendre le processus de construction mémorielle, c’est que, dorénavant, le Maroc est éclipsé du récit sahraoui de l’histoire. Ainsi, selon la version nationaliste de l’histoire sahraouie, jamais le sultan alaouite n’a exercé d’influence sur les populations sahariennes des régions colonisées par l’Espagne, jamais le pouvoir chérifien n’est entré dans la sphère politique et religieuse des populations sahraouies, indépendantes depuis toujours10. La spécificité historique des populations sahraouies devient ainsi identité historique du peuple sahraoui.

Fig. 3. Banderole pendant le XIIe Congrès du Front Polisario. Tifariti (RASD), 2007. Sur la banderole, on peut lire : « Lutte générale pour garantir la souveraineté et l’indépendance totale. »

Cliché de l’auteur.

  • 11 Garcia, 2002, p. 164-165.

13De la même façon, l’abandon contraint du territoire pour l’exil dans les camps qui, à partir de 1975, naissent aux alentours de la ville algérienne de Tindouf, marque de manière déterminante le développement du sentiment nationaliste. La lutte pour la survie, menée par le Front Polisario et par la population qui fuit vers l’est, est d’abord la conséquence des bombardements au napalm de l’aviation marocaine (mais elle est aussi une nécessité après la féroce épidémie de rougeole qui, entre l’hiver 1975 et le printemps 1976, anéantit presque entièrement une génération d’enfants11), déplace les limites des références identitaires en les rétrécissant et en les sacralisant. Le mythe du territoire pillé et perdu devient le dénominateur commun des populations sahraouies refugiées en Algérie, ce qui permet aux nationalistes sahraouis de structurer une identité qui est assumée et transmise de génération en génération, y compris en situation d’exil.

Fig. 4. Camp d’Aouserd, 2007.

Cliché de l’auteur.

  • 12 Caratini, 2003, op. cit.

14Dans un certain sens, le mythe devient la raison même de la résistance en traversant, presque indemne, les années de l’après-guerre caractérisées par les espérances déçues – le non-déroulement du referendum d’autodétermination demandé par l’ONU depuis les années 1960 et prévu dans les clauses de l’armistice saharo-marocain de 1991 – et les incertitudes liées à la durée de l’exil. Comme l’explique bien l’anthropologue S. Caratini : « Le territoire est mythique mais il est en même temps dans l’histoire des hommes, c’est un espace à la fois hors du temps et dans le temps. Une douleur12. »

15Mais il y a encore plus. La guerre et l’exil entraînent l’un comme l’autre la destruction du vieil ordre tribal et l’imposition d’un nouveau système social dans un contexte de crise qui balaye tout éventuel balbutiement hors du débat politique. La résistance appelle à multiplier les rôles de protagonistes des acteurs sociaux, d’où découle désormais, par exemple, la place prééminente de la femme dans la gestion des camps, une femme qui est destinée à être sublimée dans la construction identitaire sahraouie dans la mesure où ses rôles marqués par la révolution sociale imposée par le Front Polisario la distingueraient des femmes appartenant aux sociétés arabo-berbéro-musulmanes des pays limitrophes. La résistance se manifeste également par le niveau de formation des deuxième et troisième générations nées dans les camps de réfugiés. C’est ainsi que des populations autrefois nomades, habituées aux écoles coraniques itinérantes, atteignent un degré d’instruction surprenant, avec des taux d’alphabétisation proches de 100 %. Ce facteur, qui enrichit ultérieurement le répertoire identitaire sahraoui, est destiné à être l’un des leitmotivs de la sauvegarde du patrimoine (immatériel) national : le remarquable niveau de scolarisation est employé comme une arme pour s’opposer au risque de « génocide » culturel provoqué par la marocanisation croissante des zones occupées et par la mort, pour cause de grand âge, des anciens dans les camps. L’école pour tous est donc l’une des conquêtes de la révolution, et elle sert à grossir le capital symbolique nationaliste qui, finalement, continue à légitimer la structure politico-sociale établie par le Front Polisario, de même que son rôle de guide du peuple sahraoui.

Fig. 5. Sortie d’école au camp-école « 27 février », 2007.

Cliché de l’auteur.

  • 13 Barona, 2004, p. 78-102.

16Ce patrimoine semble faire abstraction du passé colonial et des mécanismes d’acculturation que, dans la logique perverse et paternaliste du colonialisme, les Espagnols avaient essayé d’activer depuis les années 196013.

L’amnésie coloniale et ses contradictions

17Dans le rappel historique sur l’âge d’or de la culture sahraouie que Zahra Hasnaui, poétesse, établit en 2007, pendant les Journées des universités publiques madrilènes sur le Sahara occidental, la phase coloniale est totalement absente. Le récit s’arrête à 1910, année de la mort du cheikh Mā’ al-‘Aynayn, érudit et résistant, et reprend avec la « Renaissance » de 1975 :

  • 14 « Patrimonio cultural y creaciones artísticas e intelectuales del Sahara Occidental (2007): Zahra H (...)

« Jamais, comme depuis 1975, il n’y a eu une expression spontanée de la culture dans toutes ses manifestations : musique, danse, littérature, peinture, sculpture. C’est probablement à ce moment-là que les Sahraouis eurent pour la première fois le concept de Nation14. »

  • 15 « Cultura, memoria y lengua española en el Sahara Occidental (2008): Brahim Chej [2009, Tifariti], (...)

18À partir de 1975, la révolution imprègne toute la vie des Sahraouis. Pourtant, par un acte qui peut paraître contradictoire, dès l’installation des premiers réfugiés dans les camps de Tindouf, le Front Polisario encourage la population à adopter l’espagnol comme deuxième langue. Comme l’affirme Brahim Shaikh, représentant du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement de la RASD en 2009, l’espagnol « est partie intégrante [de l’identité sahraouie] en permettant de se distinguer de l’entour géographique [du territoire saharien]15 » qui est en revanche entièrement francophone.

  • 16 Barbulo, 2002, p. 291-312.
  • 17 Secrétaire du PSOE de 1974 à 1997, président du gouvernement espagnol de 1982 à 1996.

19La période espagnole est donc « rachetée » dans la structuration de la « sahraouité » par l’assimilation de l’un des principaux héritages du colonialisme : la langue. La singularité africaine de l’idiome, de même que les frontières coloniales, servent à catalyser la diversité sahraouie tant par rapport aux pays limitrophes que vis-à-vis des interlocuteurs internationaux. Il s’agit d’une récupération facilitée, sur le plan émotionnel, par des événements tels que le spectaculaire changement d’attitude de quelques officiers de l’armée espagnole qui, pendant l’hiver 1975, cédèrent des armes aux Sahraouis et combattirent l’invasion marocaine aux côtés du Front Polisario16 ; ou comme le soutien temporaire dont ce dernier bénéficia de la part du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) entre 1976 et 1982, et qui se manifesta, par exemple, au travers des déclarations pro-indépendantistes de Felipe González au cours d’un voyage que celui-ci effectua dans les camps en 197617.

20Néanmoins, ce qui compte encore plus dans l’attitude des Sahraouis à l’égard de l’Espagne est la mobilisation en leur faveur de certains secteurs de la société civile de ce pays. Depuis la restauration du multipartisme, en effet, beaucoup d’Espagnols ont considéré le soutien à la population vivant dans les camps de réfugiés comme une sorte d’acte réparateur des accords de Madrid de 1975 qui avaient sanctionné l’abandon de la province saharienne et la partition du territoire entre le Maroc et la Mauritanie. La coopération espagnole se situe, aujourd’hui, à la deuxième place – après l’Algérie – pour le volume des aides dont bénéficient les populations réfugiées, et l’on compte pas moins de 200 associations espagnoles de solidarité qui, dans la péninsule ibérique, garantissent pendant l’été l’accueil dans des familles espagnoles de nombreux enfants sahraouis.

21Le lien de dépendance des Sahraouis envers les ONG ibériques est visible dès l’arrivée à Tindouf, où les humanitaires et les coopérants proviennent à 80 % d’Espagne et où, le 31 décembre de chaque année, les jeunes des camps de réfugiés n’hésitent pas à accompagner sur les dunes, entre Smara, El Ayoun et Aouserd, les « amis » du peuple sahraoui tout juste arrivés d’Espagne par des vols charters chargés de provisions et de cava, le champagne espagnol, pour fêter le Nouvel An (une date dépourvue de signification particulière pour des Sahraouis qui suivent en principe le calendrier musulman).

  • 18 Ahmadou Souilem a vécu dans les camps de réfugiés jusqu’en 2010, date à laquelle il a rallié les po (...)

22De fait, la plupart des Sahraouis opèrent une distinction entre, d’un côté, les gouvernements franquistes et ceux, postfranquistes, qui ne soutiennent pas la cause de l’indépendance, comme ce fut le cas de l’exécutif socialiste quand il fut dirigé, entre 2004 et 2011, par José Luís Rodríguez Zapatero ; et de l’autre, les « civils » espagnols de la province saharienne et les citoyens de l’Espagne démocratique. À ce propos, Ahmadou Souilem18, fils de celui qui fut, de 1963 à 1975, le premier maire sahraoui de Villa Cisneros, déclare :

« Les Sahraouis se méfiaient des soldats. Mais peu à peu les gens s’accoutumèrent à vivre avec les Espagnols – le peu d’entre eux, agents administratifs, qui venaient s’installer à Villa Cisneros et travaillaient dans les bureaux coloniaux. »

Interview du 5 janvier 2008, camp-école « 27 février ».

23Mohammad Wali Akeik, responsable des services de la Sûreté de la RASD en 2008, est encore plus explicite :

« Les relations avec la « société coloniale espagnole » étaient très bonnes. Il y avait des relations inimaginables entre les familles espagnoles et les familles sahraouies, entre les jeunes, entre les hommes, entre les femmes, entre les étudiants et cela […] continua même après l’invasion marocaine. Nous n’avons nourri aucune rancune vis-à-vis des civils, aucune haine lorsque la guerre de libération sahraouie commença. Jamais on n’envisagea de les attaquer ou de les menacer, ce qui aurait provoqué une rupture avec eux. »

Interview du 4 janvier 2008, camp de Smara.

Fig. 6. La « société coloniale espagnole », Sahara espagnol (El Ayoun ?), années 1960.

Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.

  • 19 Interview du 3 janvier 2008, Rabbouni.

24Plus lente et moins convaincante est, dans la narration historique sahraouie élaborée par les nationalistes, la récupération de l’histoire de la colonisation, d’autant que l’accent mis sur les responsabilités espagnoles semble en partie dépendre du rôle que les personnages interviewés ont joué ou jouent actuellement au sein du Front Polisario. Et, à ce propos, les surprises ne manquent pas ! Ainsi Mohammad Lahmin Ahmad, l’un des membres fondateurs du Front, puis Premier ministre de la RASD entre 1976 et 1982 avant de l’être à nouveau entre 1985 et 1988, affirme que l’Espagne n’était pas perçue comme un pays colonisateur par les Sahraouis parce que les Espagnols justifiaient leur présence en déclarant qu’elle avait un objectif purement commercial19. Cette opinion est partagée par Ahmhamd Ould Dalid Ould Zaiou, un guérillero nationaliste qui s’exila au Maroc après les événements de 1957-1958 et qui fut lui aussi l’un des fondateurs du Front Polisario. Il soutient que les Espagnols pénétrèrent au Sahara seulement au cours des années 1920 et qu’ils apportaient avec eux des marchandises diverses et variées qu’ils échangeaient avec du poisson à Tarfaya, à Villa Cisneros et à La Güera :

« À cette époque, l’Espagne ne colonisait pas. Elle fournissait aux Sahraouis des biens dont ils avaient besoin et qu’ils ne pouvaient pas se procurer par ailleurs. »

Interview du 31 décembre 2007, camp-école « 27 février ».

25Cette « présence » coloniale de l’Espagne serait donc méritoire, pour cet interlocuteur qui formule son avis avec une certaine retenue, du moins en comparaison des propos relatifs à la politique coloniale espagnole tenus par le susnommé Ahmadou Souilem. Ce dernier, en effet, après avoir souligné que le colonialisme espagnol n’avait pas permis l’indépendance du territoire du Sahara occidental quand il en était temps – c’est-à-dire en même temps que la France concédait l’indépendance à la Mauritanie – parce qu’il était un régime « anachronique et arriéré », incapable de comprendre le « moment historique », soutient de manière un peu contradictoire le point de vue suivant :

« La grande sagesse de la politique coloniale espagnole fut qu’elle sut attirer les Sahraouis en n’établissant pas d’impôts obligatoires sur les animaux, sur la nomadisation, sur les déplacements, etc., ce que les Français faisaient de manière systématique et dure. De ce fait les Sahraouis se sentaient libres. […] L’idée que les Sahraouis avaient de la présence espagnole était qu’il s’agissait d’une association d’intérêts réciproques plutôt que d’une colonisation imposée. […] Dans ce sens, les Espagnols furent très habiles lorsqu’ils s’installèrent au Sahara […] : les Sahraouis se sentirent reconnus dans leur personnalité. […] Ils disaient que les Espagnols ne les avaient jamais réduits en esclavage, ne leur avaient jamais confisqué leurs biens, n’étaient jamais intervenus dans leur rapport à la religion ni dans la manière dont ils rendaient la justice. Et cela était très difficile à contester parce que c’était la vérité. Une réalité « en couverture » pour les Sahraouis, car la colonisation était en soi une vassalisation, mais l’individu ne sentit jamais son honneur, son amour-propre et ses biens frappés par cela. »

Interview du 5 janvier 2008, camp-école « 27 février ».

Fig. 7. Entrée du camp-école du « 27 février », 2007.

Cliché de l’auteur.

26Dans cet entretien, Ahmadou Souilem, comme bien d’autres Sahraouis, justifie la spécificité sahraouie par le fait que la colonisation espagnole aurait été « différente », par nature si l’on peut dire, de la domination exercée par la France sur les territoires limitrophes du Sahara occidental. La surprise la plus grande réside cependant dans les déclarations de Mohammad Lahmin Ahmad et d’Ahmhamd Ould Dalid Ould Zaiou, qui comptent l’un et l’autre parmi les fondateurs du Front Polisario et qui, à ce titre, peuvent difficilement ignorer le mémorandum de 1975 et ses énoncés anticolonialistes.

  • 20 Interview du 25 décembre 2007, camp de Smara.

27Toutefois, bien que n’excluant pas que la nature de la domination coloniale espagnole ait été différente de celle des « pacifications » françaises tant du Maroc que de la Mauritanie, nombre de témoins ne partagent pas l’enthousiasme des leaders nationalistes pour l’ancienne métropole, manifestant ainsi un sentiment de rancune qu’ils expriment avec colère et rudesse pour avoir été, en quelque sorte, livrés au Maroc et à la Mauritanie. C’est par exemple le cas de Brahim Ahmad Baba Moussa, un notable qui fut emprisonné par les Espagnols en 1958, envoyé aux travaux forcés pendant quelques mois avant d’être libéré après une longue hospitalisation nécessitée par une tuberculose qu’il avait contractée pendant son internement dans le camp de concentration de Fuerteventura – l’une des îles des Canaries. Son discours recèle de la violence : « [L’Espagne] n’est pas une nation digne, ce sont des bâtards ! » déclare-t-il20. Certes, la véhémence de ses propos n’est pas directement causée par le fait colonial en lui-même. Car, une fois sorti de l’hôpital en 1959, il a intégré la Policia Territorial – les forces de police agissant sur le territoire – avant d’obtenir un poste d’agent de santé salarié par le gouvernement colonial jusqu’en 1975. En 1970, il est nommé cheikh et, en 1973, il entre à l’Assemblée générale sahraouie – un organe consultatif totalement contrôlé par les Espagnols, qui en désignent les membres – comme responsable des services de Santé. Brahim Ahmad Baba Moussa incarne donc parfaitement le profil du notable « collaborationniste » tel que dénoncé par le Front Polisario. Cependant, en 1975, il assiste à l’évacuation par les Espagnols de Guelta Zemmour et au désarmement des Sahraouis qui auraient dû affronter l’armée marocaine quelques heures plus tard. C’est par rapport à ce dernier événement que la rancune de Brahim Ahmad Baba Moussa, latente depuis 1958 à la suite de la cession au Maroc de la région de Tarfaya – et non tant à cause de sa réclusion à Fuerteventura –, explose pour provoquer le jugement indigné que nous avons rapporté ci-dessus. À vrai dire, à cette raison essentielle s’en ajoute une seconde, un peu moins noble toutefois : l’Espagne aurait une dette morale et économique envers les Sahraouis, car les notables et le personnel dépendant du gouvernement de la province ne furent pas payés pour leurs derniers mois de service !

Fig. 8. Brahim Ahmad Baba Moussa, l’un des notables sahraouis interviewés en 2007.

Cliché de l’auteur.

  • 21 Selon Sida Ahmad Gardou, un ancien notable que nous avons interviewé le 1er janvier 2008 dans le ca (...)

28Au-delà de la colère provoquée par l’abandon du territoire, il existe une seconde raison qui alimente l’hostilité à l’égard de l’ancienne métropole : il s’agit de la répression du mouvement nationaliste du 17 juin 1970 à El Ayoun, quand la Légion tira contre les quelques centaines de personnes qui, en réponse au soutien que les notables sahraouis venaient d’exprimer publiquement au gouverneur espagnol pour satisfaire une demande instante de l’administration coloniale21, avaient organisé une contre-manifestation. Les tirs des légionnaires provoquèrent des morts dont le nombre n’a jamais été précisé. Cet événement dramatique est mentionné par la plupart de ceux qui, parmi ceux que nous avons interviewés, l’ont personnellement vécu ou en ont reçu directement l’écho. Ils racontent les arrestations qui s’ensuivirent, tout en soulignant qu’elles furent généralement d’une durée assez brève. Pourtant, alors que, à propos de l’abandon par l’Espagne du territoire, les souvenirs de nos interlocuteurs se chargent très vite de douleur et de hargne, rien de tel ici, bien qu’il s’agisse d’un épisode-clé de l’histoire du nationalisme sahraoui. Le ton est certes vindicatif et protestataire, et le récit insiste sur le fait que ces événements contribuèrent assurément à durcir la position des nationalistes en les incitant à passer rapidement d’une revendication d’autonomie à l’exigence de l’indépendance, mais en aucun cas l’évocation des faits ne suscite de sentiment de revanche et n’ouvre sur une question concernant le déroulement des événements.

  • 22 Il s’agit du « Mohammed Bachi » dont parle le texte du mémorandum de 1975 quand il fait allusion au (...)
  • 23 T. Barbulo (2002, p. 88-89) soutient que Mohammad Basiri a été tué quelques jours après son arresta (...)

29La date de juin 1970 entre ainsi dans la mémoire collective sans que ceux qui l’enregistrent aient besoin – ou éprouvent le besoin – de « creuser » l’ensemble des questions qui se posent à propos de la fusillade de Zemla — du nom arabe du quartier d’El Ayoun où se déroulèrent les faits. Tout se passe comme si ces mémoires engrangeaient ce que les leaders de la Révolution avaient indirectement demandé aux Sahraouis de « digérer » et d’« assimiler » sans aucun regard critique vis-à-vis du récit des personnes qui vécurent les événements. Ainsi, par exemple, le sort du responsable de la première cellule nationaliste sahraouie, Mohammad Basiri22, ne suscite aucune question de fond : il est toujours officiellement considéré par les autorités de la RASD comme desaparecido (disparu) et pas comme mort, bien que 40 années se soient écoulées après les faits (de son arrestation)23. De la même manière, aucune interrogation n’est non plus formulée concernant la division présentée comme très nette entre, d’un côté, les notables appelés par l’administration coloniale à manifester leur soutien au gouverneur espagnol et, de l’autre, les participants à la contre-manifestation à caractère nationaliste qui subirent le feu de la Légion. Il paraît logique que la destinée de Basiri ne soit pas trop questionnée car il sert de mythe fondateur au nationalisme sahraoui, Basiri étant devenu lui-même l’aïeul éponyme de la Nation en supplantant pour ce titre les aïeux éponymes des tribus ; il est également flagrant que la division des Sahraouis de 1970 rappelle la division des Sahraouis d’aujourd’hui, entre ceux qui sont restés dans les territoires occupés par le Maroc et ceux qui ont réussi à fuir dans les camps de réfugiés, et que cela renvoie aussi à la partition antagoniste entre ceux qui ont soutenu et continuent à soutenir la position marocaine et les indépendantistes qui vivent depuis 1975 dans l’un des déserts les plus inhospitaliers de la planète. Encore une fois, pour douloureux que soient les souvenirs que ravivent ces événements, leur refoulement est loin d’être innocent – et loin d’être sans signification particulière !

En guise de conclusion

30Dans la préface de L’Ère des empires, 1875-1914, Éric J. Hobsbawm (2000, p. 11) affirme que, pour nous tous, existe une

« zone crépusculaire entre l’histoire et la mémoire, entre le passé comme récit général objet d’un examen relativement dépassionné et le passé comme ce que l’on se rappelle de sa propre vie et de ses origines. […] L’étendue de cette zone peut varier, de même que l’obscurité et le flou qui la caractérisent, mais un no man’s land temporel existe toujours et constitue cette tranche d’histoire de loin la plus difficile à saisir pour chacun d’entre nous, qu’il soit ou non historien. »

31En nous situant dans le droit fil de l’image proposée par Hobsbawm, on pourrait dire que le récit historique sahraoui est en pleine « zone crépusculaire » : il n’est pas assez mûr pour être structuré de façon critique, mais cela n’en a pas empêché une première élaboration utile à la cause nationaliste. Cette version côtoie souvent la mémoire, car la plupart des protagonistes des événements les plus traumatisants jouent encore aujourd’hui un rôle politique dans la société sahraouie. Pour cette raison, ce sont ces mêmes personnages qui établissent la trame d’une narration « politique » des événements qui, compte tenu des conditions imposées par la guerre et par l’exil, devient mémoire collective de tous les Sahraouis.

32Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de contradictions dans les affirmations des interviewés, mais que celles que l’on peut discerner font « partie intégrante du récit », ne constituant par contre que rarement un élément interprétatif capable de soulever des doutes sur la version de l’histoire entretenue par les dirigeants du mouvement indépendantiste. Sur un autre front, la consultation des Archives du Front Polisario et de la RASD, récemment réorganisées grâce à la coopération internationale et conservées dans le camp de Rabbouni, pourrait permettre aux réfugiés d’approfondir quelques-unes des thématiques et des épisodes les plus controversés de leur histoire. Mais la volonté effective des Sahraouis de chercher les réponses aux points obscurs de celle-ci et de faire un peu de lumière sur la « zone crépusculaire » reste à prouver. Si l’on veut toutefois essayer de comprendre cette difficulté à objectiver le passé, il convient de ne pas oublier que la condition de l’exil est avant tout une prison mentale qui, pour les Sahraouis réfugiés dans les camps depuis (pour certains d’entre eux) 1975, se matérialise dans leur tragique impuissance – conséquence d’un conflit dont la solution n’est pas perceptible à court ou à moyen terme – à rejoindre leur pays perdu.

33Quelque peu différente est la question de la récupération mémorielle de la période coloniale qui imprègne les relations avec l’ancienne métropole, mais aussi celles avec les organisations espagnoles d’aide humanitaire et de coopération, tant elle pèse lourdement sur la capacité à formaliser un récit décolonisé de l’histoire pour la période allant de 1884 à 1975. L’enjeu de cette récupération agit doublement sur la construction du récit historique. D’un côté, à l’époque précoloniale, les populations sahraouies avaient établi un modus vivendi dans lequel les relations avec les voisins du Nord et du Sud dépendaient largement des conditions dans lesquelles se développaient les activités liées au pastoralisme. Elles pouvaient être conflictuelles ou pacifiques, mais elles étaient, pour ainsi dire, « ouvertes », ce qui était en soi un élément distinctif de ces populations qui servaient de véritable pont entre la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne. D’un autre côté, la présence espagnole a érodé ce modus vivendi, rendant ces mêmes populations otages des frontières coloniales et, ensuite, d’un territoire qui correspond seulement en partie aux parcours nomades ancestraux. Mais l’identité sahraouie s’est précisément façonnée sur cette contradiction : des populations accoutumées au modus vivendi typique du nomadisme, politiquement acéphales, obligées de s’identifier à un territoire fermé, délimité par les accords entre la France et l’Espagne au début du xxe siècle, où le facteur colonial demeure primordial pour distinguer les populations sahraouies de celles des pays voisins. Or, comment intégrer, dans une narration historique cohérente avec les principes nationalistes et révolutionnaires du Front Polisario, le nomadisme, la colonisation et la lutte contre cette même colonisation, tout en assumant comme facteur identitaire la présence coloniale espagnole ? Objectivement, cela ne peut être qu’une entreprise d’envergure, longue et complexe. Il est également vrai que la guerre avec le Maroc et la Mauritanie a revêtu, au moment de l’invasion du territoire du Sahara occidental et dans la période qui l’a immédiatement suivie, une telle violence et pris des formes d’une telle brutalité que l’on pouvait douter de la capacité de survie des Sahraouis de 1975 (autour de 75 000 individus selon le dernier recensement espagnol de 1974), alors qu’elle a, par un processus historique finalement assez classique, favorisé plutôt le processus de construction de la Nation pour lequel, bien évidemment, la révolution politique et sociale prônée et incarnée par le Front Polisario a constitué un instrument indispensable. Néanmoins, eu égard au rôle que l’Espagne continue à jouer envers les populations de ce territoire, perpétuant au travers de nombre de manifestations une forme de subordination culturelle des Sahraouis (par exemple vis-à-vis des ONG ibériques), et eu égard aux coopérants espagnols qui, parfois, négligent les impératifs de l’urgence humanitaire qui devraient s’imposer à eux dans les camps en les « envahissant » comme s’il s’agissait d’une destination touristique, le problème de la sincérité de la relation (acritique) avec l’ancienne métropole est flagrant pour n’importe quel observateur extérieur. Le rapport inégal entre Sahraouis et Espagnols ne permet pas la décolonisation de l’histoire ; il ne rend pas possible aux Sahraouis la formulation d’une analyse critique de la période coloniale qui irait au-delà de sa dimension purement revendicative ; il ne les autorise pas non plus à s’interroger sur la signification de cette « affection » qu’ils portent à leur ancienne métropole, laquelle est, certes, la conséquence des liens historiquement tissés qui, tous, n’étaient pas sources de conflits ou de frustrations, mais dont on peut considérer aussi, si l’on observe les choses avec moins de sentimentalité, qu’elle répond le plus souvent à une nécessité qui deviendrait vertu pour les deux protagonistes (Sahraouis et Espagnols).

  • 24 Étant entendu que si l’on peut appliquer aujourd’hui le terme de « pouvoir » au Front Polisario, ce (...)

34Si l’histoire reste un discours, une représentation héritée ou constituée mettant ensemble une série d’événements passés, les amnésies constituent la marque d’un procès mémoriel intrinsèquement destiné à opérer une sélection d’événements. Or, dans le cas des Sahraouis, cette sélection n’en fut pas vraiment une, car le choix des événements s’est imposé de lui-même, plus parce qu’il permettait de s’appuyer sur eux – les événements sélectionnés – à des fins de survie que parce qu’il aurait été effectué par un pouvoir24 qui aurait voulu les manipuler.

  • 25 Cette expression latine signifie : « depuis longtemps », « depuis des temps immémoriaux ».

35L’émancipation des Sahraouis passe aussi par le recouvrement de leur histoire coloniale que la césure révolutionnaire a probablement aidé à celer. Il ne s’agit pas d’une opération simple ou exempte d’une certaine dose de douleur. Cette histoire est, en effet, une histoire de tribus qui se font Nation, et non pas d’une nation ab illo tempore25 constituée ; c’est aussi une histoire d’accommodations, en même temps que de résistance ; et, dans quelques cas, c’est en outre une histoire de connivence avec le régime franquiste, un régime que certains anciens, dans les camps de réfugiés, n’hésitent pas à évoquer comme une sorte d’âge d’or, car, soutiennent-ils, il était capable de maintenir à distance, éloignés, les ennemis d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Barbulo T., 2002, La historia prohibida del Sáhara Español, Barcelone, Destino SA.

Barona C., 2004, Hijos de la nube. El Sahara Español desde 1958 hasta la debacle, San Lorenzo del Escorial, Libros C. De Langre.

Bleuchot H. et Flory M. (dir.), 1976, « Manifeste politique du 10/05/1973 » et « Mémorandum adressé au comité de décolonisation de l’ONU », Annuaire de l’Afrique du Nord, vol. 14, Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes, Paris, CNRS.

Caratini S., 1989, Les Rgaybāt (1610-1934), 2 volumes, Paris, L’Harmattan.

Caratini S., 2002, « De la tribu au peuple : le rôle paradoxal de l’oubli dans les constructions identitaires sahraouies », in Lahlou M. (dir.), Histoires familiales, identité, citoyenneté, Lyon-Limonest, L’interdisciplinaire, coll. « Psychologie(s) », p. 124-136.

Caratini S., 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris, L’Harmattan.

Caro Baroja J., 1990, Estudios saharianos, Madrid, Jucar.

Correale F., 2009, « Le Sahara espagnol : histoire et mémoire du rapport colonial. Un essai d’interprétation », L’Ouest saharien no 9-1 (dir. S. Caratini : Du rapport colonial au rapport de développement. La question du pouvoir en Afrique du Nord et de l’Ouest), hors-série, p. 103-151.

Diego Aguirre J. R., 1988, Historia del Sáhara Español, la verdad de una traición, Madrid, Kayeda.

Diego Aguirre J. R., 1991, Guerra en el Sáhara, Madrid, Istmo.

Garcia A., 2002, Historias del Sahara. El mejor y el peor de los mundos, Madrid, Los Libros de la Catarata.

Hobsbawm E., 2000, L’Ère des empires, 1875-1914, Paris, Hachette.

Lahlou M. (dir.), 2002, Histoires familiales, identité, citoyenneté, Lyon-Limonest, L’interdisciplinaire, coll. « Psychologie(s) ».

López Bargados A., 2003, Arenas Coloniales. Los Awlād Dalīm ante la colonización franco-española del Sáhara, Barcelone, Bellaterra.

Martinez Lillo P., Arias Careaga S., Tanarro Alonso C., Weingarter J. (dir.), 2009, Universidad y Sahara Occidental. Reflexiones para la Solución de un Conflicto, Madrid, UAM, coll. « Cuadernos Solidarios ».

Martinez Milán J., 2003, España en el Sáhara Occidental y en la zona sur del Protectorado en Marruecos, 1885-1945, Madrid, Uned.

Haut de page

Notes

1 Bidān, blanc, terme employé pour qualifier les populations arabes et berbères des régions nord-africaines en opposition aux populations noires de l’Afrique subsaharienne.

2 Les camps de Tindouf jouissent du principe d’extraterritorialité par rapport à l’État algérien, qui a temporairement cédé au Front Polisario (puis à la RASD) les terres où en 2007-2008 avaient surgi quatre camps habités par des civils – El Ayoun, Smara, Aouserd et Dakhla, du nom des villes du Sahara Occidental –, chacun avec un statut de wilaya ; un camp-école dénommé « 27 février », de plus en plus habité, et de ce fait dénommé à partir de 2012 Boujdour, avec le même statut de wilaya que les camps précédemment signalés ; un camp politico-administratif portant le nom de Rabbouni, véritable centre logistique de la RASD, où se situent la présidence de la République, le siège des ministères et du gouvernement, le centre d’accueil des étrangers, une représentation diplomatique de la République algérienne, etc.

3 Bleuchot et Flory (dir.), 1976, p. 986 et pp. 985-994.

4 Pour une documentation détaillée sur l’avis de la Cour internationale de justice de La Haye, rendu le 16 octobre 1975, voir le site de la Cour (consulté le 26 mars 2013) : http://www.icj-cij.org/docket/index.php?p1=3&p2=4&k=69&case=61&code=sa&p3=0

5 Bleuchot, Flory, 1976, p. 994.

6 Barbulo, 2002, p. 123.

7 Bleuchot, Flory, 1976, p. 985.

8 Caratini, 2002, p. 124-136 et 2003, p. 65-75. Encore aujourd’hui, le 12 octobre est célébré comme la journée de l’« Unité nationale ».

9 À savoir l’entrée dans le territoire saharien de l’Armée de libération marocaine (ALM) et l’opération militaire « Écouvillon », entreprise du 10 au 24 février 1958, qui fut engagée de manière conjointe par des troupes françaises et espagnoles pour « nettoyer » le Sahara de l’ALM.

10 Mais l’histoire documentée par les archives françaises et espagnoles de la fin du xixe et du début du xxe siècle atteste d’une réalité différente.

11 Garcia, 2002, p. 164-165.

12 Caratini, 2003, op. cit.

13 Barona, 2004, p. 78-102.

14 « Patrimonio cultural y creaciones artísticas e intelectuales del Sahara Occidental (2007): Zahra Hasnaui, Poeta Sahraui », in Martinez Lillo P. et al., 2009, p. 201-203.

15 « Cultura, memoria y lengua española en el Sahara Occidental (2008): Brahim Chej [2009, Tifariti], Ministerio de Educación », in Martinez Lillo P. et al., 2009, p. 230.

16 Barbulo, 2002, p. 291-312.

17 Secrétaire du PSOE de 1974 à 1997, président du gouvernement espagnol de 1982 à 1996.

18 Ahmadou Souilem a vécu dans les camps de réfugiés jusqu’en 2010, date à laquelle il a rallié les positions promarocaines, à la suite de quoi il est devenu ambassadeur du royaume du Maroc à Madrid.

19 Interview du 3 janvier 2008, Rabbouni.

20 Interview du 25 décembre 2007, camp de Smara.

21 Selon Sida Ahmad Gardou, un ancien notable que nous avons interviewé le 1er janvier 2008 dans le camp d’Aouserd, seraient partis à cette occasion, de Villa Cisneros en direction d’El Ayoun, 143 voitures remplies de manifestants pro-espagnols, lesquels répondaient à une « convocation » du gouverneur du territoire.

22 Il s’agit du « Mohammed Bachi » dont parle le texte du mémorandum de 1975 quand il fait allusion aux événements de 1970 et à la violence de la répression espagnole.

23 T. Barbulo (2002, p. 88-89) soutient que Mohammad Basiri a été tué quelques jours après son arrestation et qu’il a été enterré sous une dune de la plage d’El Ayoun. Le gouvernement espagnol s’est toujours refusé de fournir des informations qui auraient pu éclaircir le destin du premier leader nationaliste sahraoui.

24 Étant entendu que si l’on peut appliquer aujourd’hui le terme de « pouvoir » au Front Polisario, cela serait inapproprié pour 1975.

25 Cette expression latine signifie : « depuis longtemps », « depuis des temps immémoriaux ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Représentants sahraouis aux Cortès en visite au « Valle de los Caídos », 1963.
Crédits Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Notables sahraouis et membres du gouvernement général du Sahara, El Ayoun, années 1960.
Crédits Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 3. Banderole pendant le XIIe Congrès du Front Polisario. Tifariti (RASD), 2007. Sur la banderole, on peut lire : « Lutte générale pour garantir la souveraineté et l’indépendance totale. »
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Camp d’Aouserd, 2007.
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 5. Sortie d’école au camp-école « 27 février », 2007.
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 6. La « société coloniale espagnole », Sahara espagnol (El Ayoun ?), années 1960.
Crédits Source : Archivo General del Administración, Alcalá de Henares, Africa, Fondo IV, Caja 11.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 7. Entrée du camp-école du « 27 février », 2007.
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8. Brahim Ahmad Baba Moussa, l’un des notables sahraouis interviewés en 2007.
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Correale, « La narration de l’histoire en situation de crise. Revendications et contradictions dans la construction mémorielle sahraouie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/838 ; DOI : 10.4000/emam.838

Haut de page

Auteur

Francesco Correale

UMR 7324 CITERES (CNRS, université François-Rabelais de Tours)

francesco.correale@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page