Navigation – Plan du site
Histoires, mémoires et société

Mémoires d’une résistance, l’autre histoire du Sahara occidental

Claudia Barona Castañeda
Cet article est une traduction de :
Memorias de una resistencia. La otra historia del Sahara Occidental

Résumé

Cet article présente les premiers résultats d’un travail en cours dont la finalité est de développer une analyse de l’histoire du Sahara occidental renouvelée par le recueil d’un corpus de données orales effectué au cours d’enquêtes menées en milieu sahraoui. Par « milieu sahraoui » nous entendons d’une part des personnes demeurant dans les territoires dits « occupés » et, d’autre part, celles qui vivent depuis 1975 dans les campements de réfugiés installés sur le territoire algérien, à Tindouf, ou à l’étranger en situation d’exil. Il s’agit donc de présenter, d’analyser et de confronter les témoignages de Sahraouis qui subissent au quotidien l’occupation marocaine, telle qu’elle se déroule depuis près de 40 ans, avec ceux qui ont construit la révolution en exil, et les générations actuelles qui sont de part et d’autre les héritières de cette situation de division. La question des divergences internes au peuple sahraoui, des modalités diverses de sa résistance au cours du temps et dans les différents lieux entre lesquels il est partagé (territoires occupés, territoires libérés, camps de réfugiés), ainsi que la question de la recherche permanente de voies plurielles et de nouvelles stratégies devant conduire à l’exercice du droit à l’autodétermination, seront donc au cœur de nos investigations.

Haut de page

Texte intégral

L’intifada comme modèle de résistance

« Gdeim Izik et l’intifada de 2005 ne furent pas les seules. Il y avait déjà eu beaucoup de luttes mais personne ne s’en rendait compte, à cause du blocage militaire et médiatique qu’il y a eu durant ces années-là. »

Interview du militant des droits de l’homme Brahim Noumria, El Ayoun, 12 octobre 2011.

1Brahim Noumria ouvre son récit de l’histoire de la résistance sahraouie des territoires occupés par ces mots. Pour lui, le conflit du Sahara occidental, depuis le début de l’invasion marocaine, s’est déroulée sur deux fronts parallèles : le premier, qu’il nomme « front de bataille », est organisé par les combattants sahraouis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) créée en exil, à Tindouf, en 1976 ; le second, qu’il nomme « intifada » – « soulèvement » en arabe –, résulte des diverses actions de résistance contre l’occupant menées à l’intérieur des territoires occupés et dans ses villes principales (El Ayoun, Smara et Dakhla). Brahim Noumria insiste sur l’importance, pour les Sahraouis « de l’intérieur », de revendiquer le concept d’intifada qui, seul, d’après lui, donne aux actions entreprises un sens et une dimension que ne sauraient restituer les termes de « mobilisation » ou de « protestation ». Il insiste également sur la complémentarité des luttes et sur leur caractère indissociable pour justifier l’utilisation de ce concept d’intifada, en ce que celui-ci connote très exactement à la fois le type d’action – la rébellion – et son but – l’autodétermination du peuple sahraoui. L’examen des débats, nombreux, organisés par les élites marocaines autour de ce concept montre parallèlement à quel point le terme « gêne », comme le montrent toutes les tentatives menées pour le dénaturer ou l’évacuer. Régulièrement, la presse marocaine réaffirme en effet que le terme d’intifada doit être exclusivement réservé à la lutte du peuple palestinien et qu’il ne saurait être appliqué aux « mouvements séparatistes » du Sahara occidental, auxquels elle dénie ainsi toute légitimité. Les représentants d’organisations marocaines très marginales s’accordent en revanche sur le fait que les actions menées par les Sahraouis au Maroc pourraient bien avoir un caractère d’intifada. Jusqu’à ce jour, le débat reste donc ouvert, au niveau sahraoui comme au niveau marocain, l’histoire de cette « intifada » restant très largement à faire.

2C’est dans le contexte de ce débat que nous présenterons ici quelques étapes de la lutte sahraouie, telles qu’elles nous ont été rapportées par les intéressés, laissant ouverte, à ce stade de nos travaux, l’épineuse question à la fois symbolique et politique de la terminologie.

L’intifada de Zemla, le 17 juin 1970, contre le pouvoir espagnol

3La lutte des populations sahraouies contre la colonisation espagnole se développe au lendemain des indépendances des anciennes colonies françaises en Afrique. La chronique retient comme premier moment la date des événements du mois de juin 1970 organisés par l’Organisation avancée pour la libération du Sahara, ou OALS, fondée par Mohamed Basiri en 1967. Il s’agit d’un mouvement indépendantiste et pacifiste, dont l’objectif est de développer des négociations avec le gouvernement espagnol en vue d’accélérer le processus de décolonisation du territoire, qui, dans le contexte international, paraît inéluctable. Inéluctable mais difficile, et les dirigeants de l’OALS, en premier lieu Basiri, sont parfaitement au fait des contradictions internes et externes qui menacent l’aboutissement de ce processus. À l’intérieur, la majeure partie de la population est considérablement appauvrie par les terribles années de sècheresse qui sévissent dans l’ensemble des territoires sahélo-sahariens depuis quelques années. Constituée en majorité par des éleveurs nomades, dont une petite partie est sédentarisée dans les villes créées par l’Espagne, cette population est en outre largement analphabète, ce qui ne l’empêche pas de critiquer sévèrement la frange de notables qui bénéficient outrageusement de privilèges accordés par l’État colonial aux élites locales dans le but de se les allier. À l’extérieur, le pouvoir marocain revendique avec force le territoire du Sahara occidental – et ses riches mines de phosphate –, comme partie intégrante du royaume chérifien, dans un contexte de rivalité algéro-marocaine. Ce double état de fait oblige donc les membres de l’OALS à collaborer avec l’Espagne pour tenter de mettre en place au plus vite et dans les meilleures conditions possibles la décolonisation de la « province saharienne de l’Espagne », et l’avènement d’une nouvelle nation indépendante, conformément aux résolutions de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) sur l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation au moment de sa création en 1963.

  • 1 Il s’agit en fait d’une contre-manifestation pour répondre au gouverneur de la province qui avait c (...)
  • 2 Sur ce point, aucun accord n’existe.

4Pour rendre publiques ses revendications et permettre à l’occupant espagnol de juger de sa détermination, l’OALS convie pour la première fois le peuple sahraoui à manifester sur la place de Zemla, à El Ayoun, le 17 juin 19701. La réponse du gouvernement espagnol est inattendue : les manifestants sont brutalement réprimés par les forces de l’ordre : 11 personnes sont tuées2, 100 autres sont emprisonnées, et Mohamed Basiri, arrêté, disparaît définitivement. De cet excès de violence résulte un éloignement de la population sahraouie vis-à-vis de l’occupant espagnol ainsi qu’une exacerbation du sentiment nationaliste. De cette impossibilité du dialogue entre les Sahraouis et les Espagnols naît finalement, en 1973, un mouvement indépendantiste qui préconise la lutte armée : le Front populaire pour la libération de la Saguiat al Hamra et le Río de Oro, plus connu sous l’appellation « Front Polisario ».

5Au même moment, c’est-à-dire entre 1970, date de la mise en œuvre de la mobilisation du peuple sahraoui par Mohamed Basiri, et la création du Front Polisario en 1973, un processus de résistance parallèle – pour ne pas dire concurrent – est organisé cette fois par la gauche marocaine dans le royaume voisin et contre le pouvoir chérifien, le parti de l’Istiqlal, ou parti de l’Indépendance, qui, depuis sa création en 1934, utilise aussi le terme d’intifada pour qualifier ses diverses actions :

« En 1965, dans la ville de Casablanca, eut lieu la première intifada au Maroc, dirigée par les militants marocains de gauche. Tous étaient contre le régime alaouite au Maroc. Pour eux, la remise du pouvoir au roi du Maroc par les Français n’était autre qu’un acte de colonialisme économique, qui a forcé les Marocains à vivre une période de souffrance causée par ces mêmes Marocains ex-fonctionnaires de l’époque du colonialisme français. Selon eux, celui qui doit choisir la forme de gouverner est le peuple, ce qui fait que l’un des objectifs de la lutte de ces militants est de faire tomber la monarchie et déclarer la république au Maroc. »

Brahim Noumria, El Ayoun, 12 octobre 2011.

6Il faut garder en mémoire, en effet, l’importance de l’impact des événements qui ont lieu dans les pays frontaliers du Sahara occidental sur la conception et l’organisation de la résistance des Sahraouis. Certaines convergences d’intérêt continuent de faire s’interroger l’historien : pourquoi n’y a-t-il pas eu et n’y a-t-il toujours pas de collaboration entre les organisations sahraouies et marocaines ? La question hante encore certains esprits, comme le montrent ces propos de Noumria :

  • 3 Pratique très commune dans les prisons sahraouies et chez quelques militants des droits de l’homme. (...)

« […] Quand quelqu’un évoque le sujet de la lutte du peuple sahraoui, il ne doit pas oublier l’influence que peut avoir cette lutte sur les événements qui se déroulent dans les pays frontaliers. Comme le peuple marocain, le peuple sahraoui a été l’un des plus actifs de tout le monde arabe depuis les années 1960 dans sa lutte contre le régime. […] Et que, grâce à cela, il a développé une expérience et mis au point des méthodes de combat civique, ce qui le distingue du reste des peuples arabes. En plus des grèves de la faim3 qu’ont appris à pratiquer les militants sahraouis, ils ont pratiqué largement des actions qui ressortissent de l’intifada. »

Brahim Noumria, El Ayoun, novembre 2011.

  • 4 Ma’ al Aynayn Ahmad, Rabat, 21 janvier 2011.

7En réalité, l’influence réciproque sur le plan des méthodes de lutte entre l’opposition marocaine et les Sahraouis n’a jamais cessé, elle est patente dès les premières années de l’apparition du Front Polisario. À ce propos, il faut souligner les relations personnelles nouées entre les militants sahraouis et marocains à la fin des années 1960, et qui concernent en particulier les dirigeants de l’intifada de Zemla de juin 1970 et ceux qui ont créé le mouvement de lutte armée en mai 1973. En l’occurrence, ces relations étaient issues de rencontres personnelles anciennes, puisque la famille du fondateur du Front Polisario, El Ouali ould Moustafa Sayed, s’était établie à la fin des années 1950 à Tarfaya, devenue en 1958 une ville marocaine. Ils avaient donc étudié au Maroc, avec tout un groupe de jeunes Sahraouis originaires comme eux du Nord du territoire4. C’est donc, à l’origine, à partir du Maroc qu’ils avaient initié le mouvement de résistance.

8Pour mieux comprendre cette situation, il faut rappeler que la lutte anticoloniale des Sahraouis se développe alors que le royaume alaouite vient d’annexer la région de Tarfaya que lui a cédé l’Espagne à la suite des événements de 1956 intervenus dans le contexte de l’indépendance du Maroc. À l’époque, la gauche marocaine, mobilisée autour d’Allal Al-Fassi, s’oppose fermement au roi et se retrouve en quelque sorte en situation d’alliée « naturelle » de la résistance sahraouie. Quand l’armée de Hassan II investit le Sahara occidental militairement et bloque les frontières – après une campagne de répression sans précédent dans la région de l’oued Noun et de l’oued Draa –, les populations sahraouies qui n’ont pas pu, pas voulu ou pas pensé à s’enfuir se retrouvent bloquées. La résistance contre le pouvoir du sultan se développe donc, pour des raisons différentes, d’un côté et de l’autre de la frontière marocaine. Elle est menée, au Nord, par les opposants marocains de Hassan II et, au Sud, par les Sahraouis qui sont militairement occupés et empêchés d’exercer leur droit inaliénable à l’autodétermination. On voit alors, au Maroc comme au Sahara, et malgré des objectifs différents, que l’intifada est privilégiée comme méthode d’expression des résistances, chacune étant accompagnée de la création de nouvelles organisations sociales avec ses objectifs et ses stratégies particulières.

9On note à ce propos que les Sahraouis ont toujours inclus dans leurs manifestations des signes de leur identité nomade. Le principal est la présence symbolique de la tente nomade, la khaïma. De l’intifada de Zemla jusqu’aux plus récentes, une tente est toujours dressée intentionnellement, bien visible, à proximité des manifestants dont elle souligne toujours à la fois l’altérité et l’identité, après plus de 40 ans d’un conflit qui semble ne pas pouvoir trouver d’issue.

La résistance dans les territoires occupés par le Maroc

  • 5 Interviews multiples, El Ayoun, décembre 2009.

10L’occupation militaire du territoire sahraoui crée des tensions fortes. L’impact des actions de la résistance, qu’elles soient directes ou indirectes, provoque à plusieurs reprises des changements dans la politique administrative chérifienne. Visiblement, tandis que l’armée du roi peine à maîtriser le terrain, son administration a également du mal à s’imposer. Si des affrontements réguliers ont lieu entre civils sahraouis et forces de l’ordre marocaines, ils ne sont en réalité que la face visible d’une résistance qui, aux dires des interviewés5, est une lutte « au jour le jour, depuis le moment où l’on naît ». En français, on parlerait de lutte de tous les instants.

11L’examen comparatif des techniques de protestation comme les grèves de la faim dans les prisons ou en dehors, tout comme les protestations publiques, montrent que les méthodes de lutte des Sahraouis continuent pour une grande part de s’inspirer des pratiques du parti de l’Istiqlal au Maroc. Néanmoins, elles développent rapidement un caractère propre en ce qu’elles intègrent également les stratégies de combat des guerriers nomades qui répugnent à l’affrontement direct et privilégient des stratégies fondées sur le mouvement que facilite la connaissance du désert. En matière d’intifada, c’est-à-dire de soulèvements des populations, en particulier dans les villes, on distinguera celles qui n’ont pas réussi à se maintenir plus de quelques jours, même lorsqu’elles ont reçu un écho favorable dans l’opinion publique locale, et celles qui ont pu durer plus longtemps (entre une semaine et plusieurs mois) et qui ont, au contraire, été relayées dans l’opinion publique non seulement nationale mais internationale.

12Avant de faire le compte rendu des échos des moments de résistance les plus notables recueillis dans les territoires occupés, il semble important de rapporter un témoignage sur la manière dont les Sahraouis ont tout d’abord vécu dans les premiers moments de l’occupation, alors que les populations, hébétées, soumises à une surveillance incessante et à un couvre-feu quasi permanent, n’avaient pas encore retrouvé la force ni les moyens d’organiser la résistance. L’histoire de Farachi Mohamed Salem, contée par son épouse, apporte des éléments d’information représentatifs de ce que beaucoup de leurs compatriotes nous ont dit sur la manière dont les populations sahraouies ont vécu la première année de l’occupation de leur territoire. Nous livrons ci-dessous un large extrait du récit recueilli :

« Le 18 avril 1976, il y eut un couvre-feu. Personne n’osait plus sortir de sa maison à partir de 20 h. Je suis rentrée à cette heure-là environ.

Nous avons fait du thé, comme d’habitude, puis dîné ensemble. Je ne me rappelle pas quel jour on était, mais je ne pourrai jamais oublier de quoi se composait le dîner. Du riz et du lait en boîte.

Quand tout le monde eut fini de manger, la grand-mère (Luaila) a mis les enfants au lit pendant que j’emmenai la vaisselle à la cuisine pour la laver. Farachi, mon mari, entra dans sa chambre pour dormir.

Je crois que c’est vers 23 h que le bombardement du Front Polisario sur la ville a commencé. Nous avons eu peur, Luaila et moi. La force des explosions des bombes était telle qu’on croyait toutes les deux que la maison allait s’effondrer sur nous. Mon mari s’en fichait. Il est retourné dans sa chambre parce qu’il était fatigué et qu’il voulait dormir.

Un quart d’heure plus tard, quelqu’un frappa à la porte. […] Comme l’un des enfants s’était réveillé à cause du bombardement, je l’avais dans les bras et c’est la grand-mère qui a été ouvrir la porte.

À peine la serrure ouverte, la porte fut poussée et plus d’une douzaine de personnes, soit vêtues d’uniformes, soit des paysans, avec une arme à la main, sont entrées toutes en même temps et ils ont crié à la grand-mère Luaila : « Où sont la femme et l’homme qui sont rentrés ici ? »

La grand-mère, terrorisée, leur a dit que personne n’était rentré dans la maison. Ils se sont alors directement dirigés vers les chambres et ont tout vérifié. Les enfants se sont réveillés, ils n’arrêtaient pas de pleurer.

Ils ont fouillé toutes les pièces et même l’enclos des chèvres.

Mon mari, Farachi, est sorti de sa chambre. Il a commencé à poser des questions à celui qui paraissait être le chef du groupe. Il a demandé ce que nous avions bien pu faire pour qu’ils entrent chez nous de cette manière. Mais le chef ne répondait pas.

Après avoir tout fouillé, ils sont sortis de la maison, mais ils sont restés à proximité, on les entendait parler. Au bout d’un moment qui n’a pas duré plus de 10 ou 15 minutes, ils sont revenus. Quelques-uns sont entrés et ils ont demandé à mon mari, Farachi, de les accompagner pour répondre à quelques questions. Ils nous ont assuré qu’il pourrait ensuite rentrer à la maison. Il a marché dans le couloir accompagné par deux hommes en uniforme et les deux autres attendant sous le porche de la porte de la maison. Ils se montraient sympathiques, comme s’il n’y avait rien de grave. Puis, juste au moment où mon mari franchissait la porte, un nombre important de militaires armés l’ont entouré et l’ont obligé à sortir rapidement dans la rue.

Ils ont fermé la porte et se sont dirigés vers une caserne toute proche puisque notre maison était située dans le quartier de l’armée. Ils l’ont emmené avec le vêtement avec lequel il dormait, un boubou usagé. Il y avait un trou dans la porte par lequel on pouvait voir la rue principale qu’ils avaient pris pour aller vers la caserne militaire. […] Il marchait entre les militaires. Le bleu de son boubou, très clair parce que le tissu était très vieux, nous a permis de le distinguer parmi les militaires jusqu’à ce qu’ils disparaissent dans l’ombre de la nuit.

Deux heures plus tard, on a entendu frapper à la porte. La pauvre grand-mère Luaila a couru pour ouvrir à son fils. Mais quand elle a ouvert la porte, elle n’a trouvé que plusieurs policiers vêtus comme des paysans, avec leurs armes dirigées sur nous deux ; ils sont entrés, ils ont tout fouillé, et nous ont demandé où était Farachi. On leur a répondu qu’ils l’avaient emmené depuis plus de deux heures. L’un deux a dit : « Il semble que ceux de la gendarmerie l’aient déjà emmené. »

Quand ils ont rejoint la porte d’entrée, l’un d’eux s’est adressé à moi. Il m’a dit que je devais me présenter au commissariat pour être interrogée…

En 1978, ils ont libéré un groupe de disparus qui étaient emprisonnés depuis 1976, mais Farachi n’était pas parmi eux. Je suis partie les interroger, mais personne ne savait rien sur lui. »

Interview de la famille Farachi, El Ayoun, le 4 mai 2012.

13Cette situation d’insécurité et d’incertitude générale n’a pas tardé à provoquer des réactions. Progressivement, les Sahraouis se sont mobilisés. Nous évoquerons ici les plus emblématiques de leurs soulèvements de 1976 à 2005.

L’intifada de 1976, à El Ayoun

14Le meilleur exemple des soulèvements de courte durée a eu lieu en 1976, à El Ayoun, au moment où, d’après les discours recueillis, le dernier soldat espagnol quittait la ville. Cette mobilisation, quasiment la première, a eu pour effet de placer la femme comme emblème de la résistance, une particularité de la culture des nomades sahariens, et en particulier des Maures. En effet, ce sont bien des femmes sahraouies qui, les premières, ont décidé d’organiser une marche de protestation pour dénoncer ce qui se passait dans la zone depuis l’invasion marocaine : disparitions, tortures, répressions et persécutions.

15Les femmes et les hommes que nous avons interrogés et qui ont participé à cette marche ont tous fait état de l’importance des rafles et des mises en détention nocturnes que cette intifada a provoquées, et qui ont concerné quasiment plus de la moitié de la population. Les anciens quartiers généraux de l’armée espagnole étaient remplis de détenus, alors qu’au même moment, la nouvelle de la possible visite d’une délégation étrangère ou de l’ONU circulait dans toute la ville.

16Face à cette nouvelle vague de répression, un groupe de plusieurs centaines de femmes organisa alors une nouvelle manifestation devant l’hôtel Parador où l’on supposait que résidait – ou que résidait déjà – cette délégation étrangère.

« […] Elles s’étaient mises d’accord pour être toutes à l’heure prévue devant l’hôtel, dans la rue qui descend du quartier de Colomninas (ou Colominas). Mais les autorités marocaines ont été prévenues la nuit précédant la manifestation. On a supposé qu’il y avait une infiltrée parmi celles qui organisaient la protestation. […] Le matin du jour prévu, les manifestants ont donc trouvé toutes les rues menant à l’hôtel tenues par les policiers du royaume. Toutes les femmes qui tentaient de passer par ces rues et, plus tard, leurs camarades, ont été arrêtées. La seule chose que l’on sache de ce groupe de détenu(e)s, c’est que la majorité d’entre eux (elles) furent par la suite remis(es) en liberté. »

Gesmoula Ebbi, Rabat, 17 janvier 2011 ; Brahim Noumria, El Ayoun, 19 janvier 2011.

17À partir de ce moment, les femmes ont commencé à jouer un rôle actif dans les mobilisations, depuis la sensibilisation des habitants des quartiers jusqu’à l’organisation de groupes de travail visant à la conservation de leur culture, renouvelant ainsi une institution d’entraide traditionnelle nommée « touiza ». Cette part prise par les femmes dans la lutte commune a encouragé les hommes à refuser la soumission :

« […] Quand nous sommes tous dispersés, qu’il nous semble être devenus des étrangers sur notre propre terre, quand notre identité nationale, nos traditions, nos conceptions du monde et nos droits individuels sont violés à chaque instant, que pouvons-nous faire pour continuer à prendre des initiatives au niveau politique, économique, social ou dans notre propre vie ? Nous avons à chaque instant la sensation douloureuse d’avoir perdu notre vie, nos familles et nos biens. Tout nous apparaît en permanence comme une menace, nous avons perdu tout sentiment de sécurité. Mais que pouvons-nous faire ? Baisser la tête ou clamer la vérité jusqu’à ce que tout le monde nous entende ? »

Brahim Dahane, Casablanca, juillet 2008.

18Bien que la violence de la répression de 1976 ait contraint les Sahraouis au repli, puis à repenser leur stratégie de résistance, les premières associations civiles sont nées là, et elles ont établi des contacts avec la RASD en exil créée dans le même temps sur le territoire algérien par le Front Polisario, à Tindouf. Elles sont ensuite restées 12 ans sous le joug de l’occupant, à l’écoute des combats menés par leurs frères et cousins de l’extérieur, mais sans pouvoir reprendre la moindre activité de résistance. La surveillance étroite des autorités marocaines, conjuguée aux politiques territoriales mises en place par l’État chérifien et, bien sûr, à la peur, sont les causes essentielles de ce calme apparent. Nous retiendrons que durant les premières années de la guerre du Sahara, les populations des territoires occupés se sont donc abstenues de participer au combat, vivant en permanence dans la crainte des avancées militaires de l’armée d’occupation.

L’intifada de 1987

19En novembre 1987, l’ONU décide officiellement d’envoyer une mission de contrôle à El Ayoun. Ce projet une fois connu, il est immédiatement perçu par les Sahraouis des territoires occupés comme l’opportunité de faire connaître au monde les injustices qu’ils subissent depuis l’invasion marocaine, d’affirmer leur désir de pouvoir jouir, comme tous les peuples des anciennes colonies, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que l’ONU leur a reconnu depuis 1966, et de demander en conséquence que soit organisé, par les instances internationales, un référendum d’autodétermination. Avec ce triple objectif, ils préparent en secret une grande manifestation. Cette fois encore, les services de renseignement marocains découvrent l’ampleur des préparatifs et en informent leur gouvernement. Le 19 novembre, plus de 400 personnes sont arrêtées, en majorité des élèves des établissements scolaires d’El Ayoun. Pour évoquer ces années sombres, nous avons choisi de présenter un extrait du récit d’une expérience vécue pendant cette période, qui dresse le tableau des événements sans négliger le contexte de la région et la politique de domination du royaume alaouite.

« Au début, ça n’a vraiment pas été une tâche facile, il y avait beaucoup de délation, la police était très présente, les espions pullulaient ; on ne pouvait pas agir librement, absolument tout était contrôlé et surveillé. Mais quelque chose a changé en 1987, quand nous avons appris qu’il allait y avoir une visite de la commission de contrôle de l’ONU. À ce moment-là, toute la population sahraouie a voulu participer aux actions puisque, avec la présence de cet organisme international, on entrevoyait des chances d’amélioration de la situation. Nous pensions que cette présence empêcherait les Marocains de poursuivre leurs représailles à notre encontre et d’enlever impunément les gens. Malheureusement, il y a eu un changement de programme. Trois ou quatre jours avant l’arrivée de la commission, des centaines de personnes ont été arrêtées. Je faisais partie de ces personnes portées disparues. Je n’ai pas pu voir l’arrivée de la commission.

J’ai disparu le 20 novembre 1987. Ils m’ont volé 3 ans et 7 mois de ma vie. Pendant tout ce temps, ils m’ont laissée les yeux bandés, j’ai été maltraitée physiquement, psychologiquement et mentalement, torturée par toutes les méthodes que l’on puisse imaginer. Après 3 mois et 27 jours de disparition, ils m’ont dit qu’ils allaient libérer notre groupe, mais ce ne fut que mensonge. Ils ont donné l’ordre aux gardiens de nous laisser nous doucher. Ils m’ont ensuite déshabillée, m’ont laissée complètement nue, toujours sans enlever le foulard qui me couvrait les yeux. Ce fut réellement très dur ; pour moi qui suis une femme sahraouie conservatrice, le fait d’être nue devant ces hommes inconnus fut quelque chose d’horrible. Durant cette séance, j’ai perdu quasiment toute ma chevelure, car ils m’ont jeté un mélange de soufre, et plein de saletés, d’eau salée et de détergent dont ils avaient imbibé un torchon qu’ils maintenaient contre mon visage pour m’asphyxier. Tout cela est resté gravé dans ma tête. »

Interview de Djimi el Ghalia, Casablanca, le 23 juin 2008.

20Une fraction importante des détenus a tout de même été libérée plus rapidement que cette femme, soit dans les mois qui ont suivi leur enlèvement. N’est resté porté disparu qu’un groupe d’une quarantaine de personnes qui ne sont sorties qu’en juin 1991 du bagne secret de Kalaat M’gouna, au Maroc. Ces femmes et hommes ont créé les premières organisations des droits de l’homme du Sahara occidental, en tant qu’ex-disparus. Au début, ils étaient actifs dans les quartiers, puis, progressivement, ils adoptèrent le cyber-espace pour faire connaître leur cause.

  • 6 La MINURSO a été créée au moment du cessez-le-feu en 1991 à la suite de l’accord intervenu entre le (...)

21Le thème des droits de l’homme devient alors un élément déterminant dans l’agenda de ces organisations. On ne peut pas avancer dans l’organisation d’un référendum si la question du respect des droits de l’homme n’est pas résolue, et si le statut de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO6) n’est pas réglé. De fait, ces questions demeurent l’étendard des Sahraouis militants dans les associations jusqu’à aujourd’hui, même si celles-ci ont pu prendre des chemins divergents.

« L’intifada des trois villes », 1992

  • 7 La confédération des tribus Tekna est établie dans l’ensemble de la zone qui borde et chevauche la (...)

22Au lendemain du cessez-le-feu intervenu le 6 septembre 1991, les résistants sahraouis de l’intérieur ont reconsidéré leurs stratégies d’action. La mobilisation s’est d’abord étendue dans la zone Sud du Maroc. L’objectif était de préparer le référendum et, donc, de sensibiliser le maximum de populations et de réactiver certaines alliances perdues. Pendant quelques années, les Sahraouis des territoires occupés ont œuvré pour consolider cette stratégie qui s’est traduite en particulier par le rétablissement des relations avec les Tekna7 et l’aplanissement des divisions du passé. Dans ce rapprochement, le Front Polisario a joué un rôle déterminant.

23Le premier soulèvement de l’après-guerre a lieu en 1992. Il est connu sous le nom « d’intifada des trois villes », du fait qu’il a éclaté pratiquement au même moment à El Ayoun, à Smara et dans la ville d’Assa (Sud du Maroc). Une mobilisation de cette ampleur nécessitait une logistique impeccable pour garantir un contact permanent entre les organisations, dans un environnement toujours très surveillé (blocage de certaines zones, communications coupées, surveillance des personnes et des routes, etc.)

24À Assa, c’était la première fois que la population sortait de chez elle pour condamner l’invasion marocaine du Sahara occidental et revendiquer le droit légitime de tous les Sahraouis – y compris de ceux qui résidaient au Maroc – à une vie digne. Le pouvoir, aussitôt, a envoyé l’armée, qui a tiré sur les manifestants et fait une vingtaine de prisonniers, essentiellement de jeunes Sahraouis qui ont été d’abord détenus dans la ville, puis transférés à Agadir pour être jugés. Tous ont été condamnés à 1 an de prison ferme.

  • 8 La ville de Smara a souffert de manière directe des premières années de guerre. Située à proximité (...)
  • 9 PC : poste de commandement ; CMI : compagnie mobile d’intervention [NDLR].
  • 10 Interview d’un ex-disparu de PC CMI qui nous a demandé de ne pas publier son nom, 2009.

25Smara8 se rebella le jour suivant. Les forces de l’ordre furent plus longues à réagir, car elles ne s’attendaient pas à ce que le mouvement atteigne cette petite ville. Pourtant, des Sahraouis de tous âges descendirent dans la rue pour dénoncer l’occupation et demander l’organisation du référendum d’autodétermination. Des centaines de personnes furent alors arrêtées, dont certaines furent emmenées jusqu’à la prison de PC CMI9, sans que les familles en soient averties. Ainsi ces personnes ont-elles « disparu » à leur tour, pendant 3 ans10.

26Dans la troisième ville, El Ayoun, l’intifada s’est développée à un rythme très soutenu. La population a manifesté dans la rue en arborant des drapeaux de la RASD. La place d’Echdeira, l’avenue de Smara et le quartier Maatala furent au centre de toutes les mobilisations. Les arrestations ne se firent pas attendre et, là aussi, plusieurs groupes de manifestants disparurent pour ne réapparaître qu’1 an plus tard.

L’intifada d’Echdeira (1999)

  • 11 La place Echdeira se trouve à proximité de l’hôtel Nagiir, au cœur de la ville haute – qui, elle-mê (...)

27L’installation d’un campement en plein centre d’El Ayoun, sur la place d’Echdeira, en septembre 1999, 2 mois après la mort du roi Hassan II et le couronnement de son fils Mohamed VI, se voulait pacifique. Elle est l’expression, pour la première fois à El Ayoun, d’une « société civile » qui réunit l’ensemble des organisations sociales constituées depuis les années 1980. Les initiateurs du rassemblement sont des étudiants de l’université11.

28Au début, les revendications n’étaient pas politiques mais sociales. Elles avaient pour thème, par exemple, des demandes pour faciliter l’accès aux universités, une protection face aux interventions agressives de la police, ou l’accès aux matières scientifiques pour les étudiants, pour n’en citer que quelques-unes. Mais 3 jours plus tard, la contestation prit de l’ampleur et changea progressivement de sens. Les étudiants de l’université furent d’abord rejoints par tous les diplômés chômeurs qui exigeaient des emplois. Puis arrivèrent les travailleurs des mines de phosphate de Bou Crâa qui dénonçaient les discriminations et la marginalisation dont ils souffraient en tant que Sahraouis. Ce furent ces travailleurs qui, les premiers, montèrent la khaïma (tente) pour marquer symboliquement la place. À partir de ce moment-là, la manifestation allait gagner le reste de la population et se transforma en soulèvement général.

29Trois semaines après le début de l’installation du camp de tentes, et sans aucune négociation préalable, les corps d’intervention rapide arrivèrent sur place et, en une matinée, abattirent les tentes et firent place nette. La population sahraouie de toute la ville descendit alors dans la rue pour exprimer son mal-être. Les affrontements avec la police furent immédiats, mais le plus préoccupant fut que les colons marocains se joignirent aux forces de l’ordre pour les aider. Jusqu’à présent, les colons et les Sahraouis avaient réussi à maintenir des relations relativement cordiales, bien que distantes. Mais à partir de ce moment-là, et plus encore lors des intifada qui suivirent, notamment en 2005 et 2010, la violence entre les deux camps ne cessa d’augmenter.

Les Sahraouis et le Printemps arabe : l’intifada de Gdeim Izik en 2010

30L’évolution des techniques de communication et l’ouverture conséquente de nouveaux fronts sur la scène internationale du « web » contraint les stratégies d’action des différentes résistances sahraouies à s’orienter. À chaque appel, une réponse immédiate parvient aux résistants des territoires occupés, en provenance tout particulièrement des organisations internationales prosahraouies. Leur soutien est ainsi très clair après l’intifada de 2005 et l’arrivée sur le devant de la scène de figures comme Aminetou Haidar, Djimi el Ghalia, Hdad, Sultana Jaya ou Brahim Noumria. Apparaissent ainsi de nouveaux acteurs et figures avec lesquels le Maroc comme le Front Polisario doivent négocier et/ou faire alliance.

  • 12 Gómez Martín, 2012.

31Malgré ce phénomène, ou en relation avec lui, une nouvelle crise éclate dans le Sahara occidental et réactive les tensions entre Sahraouis et colons marocains. Elle débouche, début octobre 2010, sur l’installation d’un rassemblement de tentes à de Gdeim Izik12, à une quinzaine de kilomètres du centre d’El Ayoun. 20000 Sahraouis installent en ce lieu-dit environ 7 000 tentes (khaïmas) en signe de protestation, et campent là pendant près d’1 mois. Pacifiques, les revendications portent en premier lieu sur les conditions de travail et de vie, la corruption, les difficultés sociales et économiques, avec pour toile de fond les non-dits symboliques relatifs à la question identitaire, qu’exprime bien la forme même de la mobilisation.

32La réaction du nouveau pouvoir chérifien se produit 3 semaines plus tard, le 8 novembre 2010 : l’armée marocaine attaque violemment le campement, déclenchant dans l’ensemble du territoire sahraoui un combat sans précédent, provoquant plusieurs dizaines de blessés et de morts, tant dans les rangs sahraouis que dans les rangs marocains. Émergent alors deux problèmes à ce jour non résolus : d’un côté la communauté sahraouie se retrouve en quelque sorte à la « case départ » dans sa lutte pour l’indépendance ; d’un autre côté, le projet d’autonomie de la province saharienne promu par le gouvernement marocain, et présenté aux Nations unies comme le seul moyen de résoudre l’interminable problème du Sahara occidental, apparaît clairement comme irréalisable.

33On retiendra les analyses du Dr Bernabé López García parues à l’époque :

  • 13 López García, 2011. Original récuperé de l’auteur.

« […] Parmi les conséquences de cet événement surgit l’urgence d’instaurer un nouveau leadership au Sahara. Bien que les organisateurs de la protestation soient réprimés et emprisonnés, ils devront, avec leur relève, affronter l’État marocain pour donner une solution de fond, de pair avec le Polisario, au problème. C’est aussi l’expression de voix dissidentes de l’« unanimité nationale », comme du rapport critique de l’AMDH ou de l’attitude bien décidée de Gajmula Ebbi, une Sahraouie retournée au Maroc13. »

34Les jeunes, nés hors de la tutelle du Polisario, n’hésitent plus désormais à passer à l’acte et osent faire entendre leur voix en faveur de l’autodétermination. Ils démontrent en même temps leur capacité d’organisation, d’autogestion et de négociation en employant les outils de leur génération (Internet, réseaux sociaux) afin de faire connaître leurs objectifs et les conséquences de leurs actions. Les « voix » sahraouies qui s’expriment ainsi sur Internet, qu’elles soient issues de l’intérieur des territoires occupés, des camps de Tindouf ou d’ailleurs, sont devenues une arme au sein même du mouvement de protestation qu’elles contribuent à cimenter.

35Les particularités de cette évolution nous permettent d’affirmer que ce qui s’est passé à Gdeim Izik peut être considéré comme le prélude du Printemps arabe, bien que cet événement n’ait pas connu la même couverture médiatique et internationale que ceux qui ont éclaté peu après à Tunis ou au Caire. Depuis la fin de l’année 2010 et pendant toute l’année 2011, les régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont en effet été le théâtre d’importantes manifestations exprimant des très fortes protestations sociales et politiques. La plupart d’entre elles ont conduit à la chute d’anciens régimes, mais aussi à des guerres civiles ou encore à des interventions étrangères à caractère géopolitique, sans que celles-ci apportent de réels changements. Dans le cas du Sahara occidental, les répercussions se sont révélées minimes, en grande partie à cause de l’insuffisance de la couverture médiatique qu’a reçue l’événement, et du fait de l’absence de tout dialogue entre les différents protagonistes.

36Les protestations des peuples arabes manifestent ce mélange de lassitude et de colère des citoyens envers des régimes et gouvernements en place depuis souvent plus de 10 ans, et qui usent impunément de la répression, de la violation des droits de l’homme, de la privation des libertés, des manipulations des processus électoraux, de la corruption des élites, des crises économiques, etc. La catégorie la plus affectée est celle des jeunes, comme le signale Luis Mesa Delmonte (2011). Il s’agit d’une catégorie de la population démotivée, mais néanmoins encline à la protestation sociale, et qui apporte de nouveaux outils et stratégies dans cette résistance sociale.

37Nous pouvons conclure que, malgré la lenteur des négociations, les organisations civiles constituées au Sahara occidental ont désormais acquis un poids politique certain, et que les liens développés avec certains groupes du Sud du Maroc sont un atout notable pour quelques-unes d’entre elles. Ces relations leur permettent de s’accorder sur l’agenda de leurs revendications ainsi que sur les actions de défense des ressources naturelles exploitées par l’Europe à travers des entreprises marocaines.

38Les mobilisations intervenues après le 8 novembre 2010 ont maintenu la même dynamique au sein des territoires occupés, malgré la vigilance marocaine et de nombreuses interdictions, comme celle, symbolique, d’utiliser la khaïma. Tandis qu’à Ifni la population dénonce de manière ouverte les promesses non tenues, on a appris il y a quelques mois qu’un groupe de Sahraouis s’était aventuré en direction de la frontière algérienne avec l’intention de reproduire les formes et méthodes d’action utilisés lors des événements de Gdeim Izik et exprimer ainsi leur protestation. Toutefois il nous faut retenir que, malgré l’émergence d’une véritable société civile, les mouvements de protestation sahraouis contemporains n’ont toujours pas réussi à proposer une solution au conflit, même si ceux qui les animent sont devenus de nouveaux interlocuteurs régionaux et internationaux.

Haut de page

Bibliographie

Barona Castañeda C., 2012, « Gdeim Izik, la nueva alternativa saharaui », in Mesa Delmonte L. (dir.), El pueblo quiere que caiga el régimen. Protestas sociales y conflictos en África del norte y en Medio Oriente, CEAA, Colegio de México.

Diego Aguirre J. R., 1988, Historia del Sahara. La verdad de una traición, Madrid, Kaydeda.

Gómez Martín C., 2012 : « Sahara occidental : quel scénario après Gdeim Izik », L’Année du Maghreb, no VIII, 2012, p. 259-276.

López García B., 2011, « El Sahara occidental en el nuevo tiempo árabe », El País, 30 mai 2011.

Mesa Delmonte L., 2011, « Memorias, protestas populares en África del norte y en el Medio Oriente. Un primer balance », communication présentée au séminaire international Protestas populares en África del norte y el Medio Oriente, Colegio de México, COLMEX. 25 et 26 août 2011, inédit.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit en fait d’une contre-manifestation pour répondre au gouverneur de la province qui avait convoqué les notables de tout le territoire en vue de montrer leur adhésion à l’Espagne [NDLR].

2 Sur ce point, aucun accord n’existe.

3 Pratique très commune dans les prisons sahraouies et chez quelques militants des droits de l’homme. En général, ils n’obtiennent pas l’effet espéré sur le gouvernement marocain, mais cette pratique sensibilise l’opinion publique internationale. La grève de la faim la plus emblématique fut celle d’Aminetou Haidar en 2009 qui a réussi à mobiliser les diplomaties espagnole et marocaine.

4 Ma’ al Aynayn Ahmad, Rabat, 21 janvier 2011.

5 Interviews multiples, El Ayoun, décembre 2009.

6 La MINURSO a été créée au moment du cessez-le-feu en 1991 à la suite de l’accord intervenu entre le Maroc et le Front Polisario.

7 La confédération des tribus Tekna est établie dans l’ensemble de la zone qui borde et chevauche la frontière méridionale du Maroc. Certaines sont établies traditionnellement dans la région d’Ifni, qui faisait partie de la « province saharienne de l’Espagne » et qui a été annexée par le royaume alaouite avec l’accord des autorités espagnoles en 1969. Les populations n’ont pas eu leur mot à dire, évidemment. Beaucoup d’hommes, parmi les fractions guerrières de ces tribus, ont été enrôlés dans les forces armées royales. Depuis quelques années, on observe une prise de distance de certaines fractions commerçantes des Tekna vis-à-vis de l’administration marocaine, car le contrôle exercé par celle-ci sur leurs activités « commerciales » aurait affecté leur économie. À certains moments, on les a accusées de contrôler la contrebande et le trafic d’immigrants, accusation qui s’est estompée lorsque l’État marocain a accepté de répondre aux sollicitations du gouvernement espagnol et a mis fin aux trafics développés vers les îles Canaries. La situation économique s’est alors considérablement dégradée dans le Sud marocain, ce qui a permis à Alí Salem Tamek, Sahraoui résidant au Maroc et militant des droits de l’homme, de prendre la tête des mouvements de protestation sociale, et de faire le lien avec les mobilisations pour l’indépendance du Sahara occidental. Il prend la tête des luttes sociales organisées pour protester contre des promesses non remplies et une situation sociale précaire. À partir de là, il se rapproche des résistances de l’intérieur du Sahara et, en particulier, du groupe dirigé par Aminetou Haidar.

8 La ville de Smara a souffert de manière directe des premières années de guerre. Située à proximité du mur de défense marocain, elle a subi les conséquences des combats, d’autant que les forces marocaines ont accru leur présence dans cette zone depuis les années de guerre. Les contrôles militaires et la surveillance policière font partie de la vie quotidienne dans cette région.

9 PC : poste de commandement ; CMI : compagnie mobile d’intervention [NDLR].

10 Interview d’un ex-disparu de PC CMI qui nous a demandé de ne pas publier son nom, 2009.

11 La place Echdeira se trouve à proximité de l’hôtel Nagiir, au cœur de la ville haute – qui, elle-même, constitue le centre-ville –, au nord du quartier Zemla et au sud de celui appelé Colominas.

12 Gómez Martín, 2012.

13 López García, 2011. Original récuperé de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Barona Castañeda, « Mémoires d’une résistance, l’autre histoire du Sahara occidental », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://emam.revues.org/852 ; DOI : 10.4000/emam.852

Haut de page

Auteur

Claudia Barona Castañeda

Professeure et chercheuse au département de sciences politiques et relations internationales, Universidad de las Américas, Puebla (UDLAP)

claudia.barona1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page