Navigation – Plan du site

Made in China. Commerce transnational et espaces urbains autour de la Méditerranée

Made in China. Transnational trade and urban spaces around the Mediterranean basin
Saïd Belguidoum et Olivier Pliez

Texte intégral

1La Méditerranée est un espace-clé afin d’observer les réseaux qui se tissent depuis la Chine jusque dans des marchés qui trament l’ensemble des territoires nationaux. La constitution de « marchés des pauvres » est une question globale encore peu abordée dans ses dimensions locales. Ces marchés sont pourtant en forte mutation depuis la montée en puissance des places marchandes chinoises comme sources d’approvisionnement à des prix imbattables, phénomène amplement médiatisé depuis l’adhésion de la République populaire de Chine à l’OMC en 2001. Cette entrée permet de saisir les nouvelles centralités urbaines commerciales reconfigurées par l’arrivée des produits made in China qu’entraîne le redéploiement des réseaux marchands maghrébins d’approvisionnement. L’Algérie, exemplaire de ces mutations, est au cœur de ce Cahier. Pour autant, le processus est de plus vaste ampleur et il nous a paru nécessaire de ne pas nous en tenir à un seul exemple ; c’est pourquoi ce numéro propose aussi plusieurs monographies relatives au Maroc, à l’Irak, la Tunisie et la Chine.

2Les travaux d’Alain Tarrius (1995, 2002) ou de Michel Peraldi (2001) ont bien montré, à partir de leurs analyses du comptoir marseillais, comment s’est construite la figure de l’entrepreneur migrant dans le contexte post-fordiste lié à la crise industrielle, à la montée du chômage et au contrôle de l’immigration. Durant les années 1980, dans un contexte de pénurie et de contrôle des importations en Algérie, les premiers porteurs de cabas se sont lancés dans des navettes entre le port français et les villes du Maghreb où ils revendaient les marchandises acquises. Ces formes entrepreneuriales diffèrent de celles que l’on associe au commerce dit ethnique, c’est-à-dire le commerce des biens communautaires (épicerie, services) à destination des communautés immigrées.

3Durant les années 1990 et 2000, ces activités de négoce et de colportage à rayon international se sont massifiées en termes de volumes de marchandises importées – le passage au conteneur –, mais aussi diversifiées en termes de places marchandes d’approvisionnement avec la montée en puissance d’Istanbul (Pérouse, 2007), du Golfe arabo-persique, notamment Dubaï (Battegay, 2005), puis de la Chine (Belguidoum, Pliez, 2012). Des réseaux d’entreprises et d’acteurs se développent aujourd’hui, désormais capables d’organiser des « filières » marchandes transnationales. En se globalisant, celles-ci se sont en partie émancipées de leur creuset initial, celui des échanges organisés au sein des communautés immigrées, émoussant le cadre géographique et communautaire post-colonial du commerce au cabas.

4La plupart des textes qui sont présentés dans ce Cahier s’intéressent aux marchés fréquentés par les citadins et explorent ainsi le niveau le plus banal, celui situé tout au bout de la chaîne commerciale d’écoulement des produits importés. Une telle approche, dans notre esprit, permet d’éclairer les mutations urbaines induites par la massification des flux transnationaux. On repère en effet une pluralité d’espaces urbains situés le long de chaînes commerciales très étendues, même les plus banals d’entre eux, qu’il s’agisse des places marchandes fréquentées par les chalands (souks ruraux très anciens autant que des malls [Mermier, Peraldi, 2010]), de celles où les détaillants viennent s’approvisionner auprès des négociants en gros, ou encore de celles où se rencontrent les entrepreneurs transnationaux. Repérer ces diverses places marchandes conduit aussi à chercher à reconstituer les liens que de multiples acteurs tissent en effectuant des navettes vers les places régionales, nationales ou les comptoirs transnationaux d’approvisionnement. Ils relient les villes aux campagnes, les petites villes et les métropoles, des lieux situés de part et d’autre d’une frontière ou sur différents continents… Une cartographie peut ainsi être établie qui déroge aux hiérarchies urbaines conventionnelles et redessine les centralités au sein des espaces nationaux ou transfrontaliers. Ces centralités se sont construites selon des logiques qui ne sont pas toujours immédiatement visibles ; elles doivent autant à des accumulations de capital, marchand ou non-marchand (remises de l’émigration, change de devises…), qu’à l’histoire de réseaux oubliés, ceux des marchés au bétail, des souks Libya ou Dubaï…, ou bien encore au rythme des mutations des routes d’approvisionnement soumises aux aléas de la géopolitique aussi bien qu’à l’efficacité des opérateurs qui animent ces routes. En somme, ces ancrages urbains sont à la fois la résultante de flux transnationaux de produits et de personnes mais aussi des espaces locaux historicisés et saisis dans des enjeux économiques, politiques et sociaux relevant de différentes échelles, du local au global. Ils ne sont évidemment pas exclusivement rattachés à des filières chinoises. Et, de ce point de vue, les navettes entre l’Algérie et ses communautés transnationales, notamment sises en France (Toulouse, Marseille, etc.), renouvellent sans cesse flux et pratiques du commerce au cabas, déclinées au masculin et au féminin.

5Sans négliger les mutations d’ensemble, nous avons privilégié une échelle fine d’analyse afin de montrer la diversité des questions que permet de poser une entrée sur l’urbain par ces espaces. On peut observer les formes et les pratiques urbaines qui font marché, les stratégies publiques et privées, licites et illicites, collectives ou individuelles qui se nouent autour de ces marchés, mais aussi être attentif aux conditions d’hospitalité des commerçants, à l’image des marchés construite par les édiles locaux, leur accessibilité, leurs fonctions commerciales et/ou résidentielles, leur taille et leur extension spatiale, leurs rythmes, leur aire de chalandise, leur genèse, leurs tensions quotidiennes autour de la moralisation des marchés, de la captation de la manne, de l’investissement de l’espace public par les colporteurs… On peut s’en tenir aux lieux de vente des produits au détail, ceux qui sont les plus fréquentés et qui redessinent les paysages des centres autant que des périphéries urbaines. Pour autant, il nous importait dans le même temps de rappeler que chacun de ces marchés est un jalon, et parfois un nœud à la convergence de routes commerciales globales. La montée en puissance des places marchandes chinoises nous permet d’en identifier l’un des points de départ ; le plus récent, le plus prépondérant aussi, mais jamais le seul. Ces routes globales connectent de multiples places, des plus banales aux plus clinquantes – on pense à Dubaï ou à Yiwu – et nous rappellent le renouvellement constant de la dimension relationnelle de la production urbaine.

  • 1 Grâce au soutien de l’INSHS (programme SOCMED et MONDIS-MED), de l’AIRD (programme ECOMIG piloté pa (...)

6Le cœur de ce dossier, aujourd’hui publié sous la forme d’un numéro thématique des Cahiers d’EMAM, est le résultat d’un travail collectif mené par des chercheurs de Toulouse, d’Aix-en-Provence et d’Algérie grâce à un soutien de la MSH de Toulouse. Il a été enrichi par les échanges permis lors d’une rencontre ouverte à d’autres collègues organisée à Toulouse en avril 2011 et par les résultats tirés de nouvelles enquêtes qui ont été menées depuis lors1. Les contributions rassemblées portent principalement sur l’Algérie, mais elles traitent aussi du Maghreb dans son ensemble, tandis que quelques autres portent, au-delà de cet ensemble régional, sur le Kurdistan et la Chine. Cette ouverture était pour nous l’occasion d’insister sur la portée générale du processus étudié, celui de la transnationalisation des places marchandes qui est celle de la provenance des marchandises mais parfois aussi des côtoiements (Africains sub-sahariens et Chinois au Maghreb, Arabes en Chine, Turcs au Kurdistan). Elles sont regroupées selon trois grands thèmes : l’émergence et le fonctionnement des places marchandes ; les interactions, concurrences et conflits d’usage dans les espaces publics commerçants ; les maillages, connexions et diversités des lieux du commerce transnational du local au global.

Émergence, fonctionnement des places marchandes et transformations des tissus urbains

7Les trois premiers articles ont comme objet principal l’émergence de places marchandes et leur impact sur la reconfiguration des paysages urbains. Ce phénomène qui touche aujourd’hui toutes les grandes villes algériennes est analysé dans ses manifestations concrètes à Oran et à Constantine.

8Anne Bouhali nous fait ainsi découvrir Médina J’dida à Oran, un quartier-marché d’ancienne tradition profondément reconfiguré par son intégration dans les pratiques de la « mondialisation par le bas ». Son article nous précise le rôle que le quartier joue dans la hiérarchie des places marchandes nationales et locales, sa connexion avec les circuits du commerce transnational, la vitalité et les contrastes des formes et des acteurs du commerce urbain. Son organisation interne est décrite avec finesse. Dans les interstices du marché on découvre aussi la présence de migrants africains subsahariens dont certains s’adonnent à un petit commerce d’articles religieux. Ce quartier entièrement dédié au commerce est aussi en plein renouvellement urbain, montrant la vitalité de ce commerce et de cette place au rayonnement régional.

9C’est aussi cette dimension de la transformation du paysage urbain qui est abordée par Saïd Belguidoum et Aines Boudinar, à partir d’une comparaison entre Médina J’dida et Choupot, une autre place oranaise issue de ce phénomène commercial. Deux histoires urbaines, deux fonctions complémentaires et des publics différents aboutissent à des formes de structuration distinctes : un marché pour tous (Médina J’dida) et une rue commerciale dans un quartier pavillonnaire discret de la ville (Choupot) où s’invente un nouveau lieu du consumérisme des couches moyennes. Deux places qui se développent en prenant de court les politiques publiques urbaines et qui illustrent les processus de reconfiguration de la deuxième ville algérienne.

10Ce processus d’émergence d’une place marchande par la conquête d’un espace résidentiel pavillonnaire existant est également étudié par Nadia Kerdoud à Constantine. Sidi Mabrouk, comme Choupot à Oran, est un ancien faubourg pavillonnaire de l’époque coloniale. En l’espace d’une décennie, il est devenu la nouvelle polarité commerciale de la ville. Le processus du passage de l’immeuble familial au local commercial, son effet diffuseur sur l’ensemble du quartier est décrit avec précision. Des figures d’entrepreneurs marchands pionniers sont présentées et éclairent sur leurs stratégies dans la ville. Enfin, l’article nous fait découvrir les nouvelles ambiances urbaines et les pratiques consuméristes qui y sont associées. Choupot à Oran et Sidi Mabrouk à Constantine illustrent les formes urbaines prises par le commerce transnational destiné aux couches moyennes qui choisit délibérément des lieux à forte urbanité pour cibler les clientèles aisées.

Interactions, concurrences et conflits d’usage dans les espaces publics commerçants

11Si dans les cas précédents (Oran, Constantine), « l’urbanisme commercial de fait » s’est imposé et a pris de court les pouvoirs publics qui n’ont fait au mieux que l’accompagner, dans d’autres situations il entre en concurrence avec les projets des pouvoirs publics. Cette cohabitation entre deux visions de l’urbanisme devient alors conflictuelle et remet à l’ordre du jour le fait que ces dynamiques portent en elles des enjeux socio-économiques considérables : le contrôle de l’espace urbain, de la ville.

12Karine Bennafla montre ainsi comment des places marchandes informelles, tout en étant un élément incontournable des paysages urbains au Maghreb, entrent en dissonance avec les projets étatiques. La double polarité marchande qui s’est constituée dans un quartier d’habitat populaire à Salé (Souq el Kelb et Souq Toub) constitue le corps de l’article. L’auteure nous fait découvrir le fonctionnement des marchés, leurs publics, les modes d’organisation des commerçants et les circuits d’approvisionnement. À Salé, deux processus d’urbanisation, producteurs de centralité, l’un officiel et planifié, l’autre issu des dynamiques marchandes informelles cohabitent.

13Pourtant, la requalification positive du quartier qu’a entraîné l’activité marchande (ce qui produit une situation assez semblable à celle de Médina J’dida à Oran) n’est pas forcément prise en compte par les projets étatiques porteurs d’une autre vision de la modernité et se trouve donc contrariée par un grand projet urbain qui remet en cause cette cohabitation. Cette dynamique « informelle » met à jour de nouveaux enjeux, de telle sorte que l’on est en droit de se demander si « les centres commerciaux récents qui apparaissent au Maghreb, symbole officiel de la modernité consumériste » sont appelés à se généraliser.

14Un quartier issu de l’habitat informel dans la périphérie du Sud-Est d’Alger, Cherarba, étudié par Nora Semmoud, nous introduit dans l’enchevêtrement entre formel/informel. À travers ce quartier, dont l’auteure nous relate les vicissitudes, c’est aussi la question de l’émergence dans les périphéries urbaines d’une place marchande qui devient enjeu de contrôle. « Ce cas [nous dit l’auteure] illustre clairement les rapports des pouvoirs publics à l’urbanisation informelle, il constitue une manifestation exacerbée des enjeux de son contrôle, en particulier celui de son tissu commercial, artisanal et de services dont la maîtrise a donné lieu à des luttes violentes et meurtrières avec les islamistes radicaux ». Le devenir encore incertain de ce quartier montre comment un espace issu de l’urbanisme d’émanation populaire (informel au départ, mais l’est-il encore ?) devient un lieu propice pour que se développe le commerce de produits mondialisés.

Maillage, connexion et diversité des lieux du commerce transnational du local au global

15Les effets les plus visibles du commerce transnational se donnent ainsi à lire dans les tissus urbains à travers l’émergence de quartiers commerciaux et l’affirmation de nouvelles polarités urbaines. Cette circulation des marchandises renvoient aussi aux routes, aux comptoirs qui les jalonnent et aux différentes formes de mobilités des individus – hommes mais aussi femmes – qui parfois s’y installent. Ces circulations sont abordées dans un certain nombre d’articles réunis dans ce numéro thématique. Ces contributions illustrent la diversité des lieux et restituent une part de la complexité des routes qui irriguent les territoires urbains et ruraux et alimentent les marchés.

16Le premier de ces articles est une « remontée des nouvelles routes de la soie », qui a conduit les auteurs (Saïd Belguidoum et Olivier Pliez) à Yiwu en Chine, suivant en cela le cheminement des importateurs algériens et égyptiens qui de Marseille, Istanbul ou Dubaï, sont finalement allés à la source, en Chine.

17Yiwu, considéré comme le plus important marché du monde dans le domaine des menus articles est le modèle type de la ville-marché transnational (loin du modèle de la ville globale) où l’on croise une multitude d’acheteurs venant du monde entier. Des comptoirs, notamment arabes, s’y constituent et ont une visibilité urbaine à travers son « quartier musulman ». Égyptiens et Algériens y sont nombreux, correspondant d’ailleurs à l’importance des flux de marchandises qui placent les deux pays dans le groupe des dix premiers pays destinataires des marchandises. L’installation de bureaux permanents organisant directement l’expédition des marchandises est devenue la conséquence logique de la mise en place des circuits marchands transnationaux. Ainsi des comptoirs durables qui s’inscrivent dans le dispositif commercial, permettent un contrôle de la chaîne et surtout d’être à la source des produits, en court-circuitant les places intermédiaires (Dubaï) qui, jusqu’à la fin des années 1990, dominaient. Avec ce comptoir c’est aussi une forme de migration d’un nouveau genre qui se met en place. Celle de jeunes entrepreneurs transnationaux qui rompent avec les schémas classiques de l’émigration économique vers l’Europe.

18Dans l’autre sens, les commerçants chinois se déplacent aussi avec leur marchandise, s’installant le long de ces routes. Pourtant, en Algérie, cette présence n’est pas évidente à saisir. À la suite d’une immersion dans le quartier chinois de Boushaki à Alger, Jean-Pierre Taing nous apporte quelques réponses quant à la réalité de la présence chinoise en Algérie. Il déconstruit les légendes urbaines et les stéréotypes nombreux à ce sujet et signale les difficultés rencontrées pour la mise en place d’un comptoir dans un contexte de concurrence avec les réseaux d’importateurs algériens qui contrôlent l’intégralité de la chaîne. Contrairement à Casablanca, où les commerçants chinois ont réussi à se faire une place au Derb Omar (comme le montre Fatima Qacha dans l’article qu’elle a consacré au Maroc), la présence chinoise en Algérie est limitée et n’est rendue possible que par une spécialisation dans une petite gamme d’articles.

19Situation différente au Maroc, donc. Fatima Qacha y met l’accent sur le rôle du souk, interface classique du monde rural, qui se présente aussi comme une interface de la mondialisation, diffusant au plus profond des campagnes marocaines des produits que l’on retrouve dans d’autres marchés du monde. Le souk rural devient un vecteur de la mondialisation et des modèles culturels qui lui sont rattachés. À partir d’une enquête exploratoire dans le Maroc central et à Casablanca, Fatima Qacha nous montre comment les souks font partie du maillage de ces connexions transnationales. La diversité des sources d’approvisionnement et les mobilités des « fourmis commerçantes » expriment les connexions avec Casablanca, les villes du Nord et les enclaves espagnoles et laissent apparaître une structuration voire une hiérarchisation de l’espace à travers les rôles essentiels que jouent les différentes places.

20Le Kurdistan irakien fait partie de ces régions « marginalisées » par l’histoire qui, aujourd’hui, se construit une nouvelle position charnière en devenant « un espace de redéploiement des circuits commerciaux entre Turquie et Iran et le reste de l’Irak ». À travers son article, Cyril Roussel explique comment « les circulations des marchandises et des hommes, émanation des circuits commerciaux, transforment une région transfrontalière en une région centrale de transit et la reconfigurent. L’axe Est-Ouest devient principal au détriment de l’ancien axe Nord-Sud du temps de l’Irak baathiste. Sur la route du commerce transnational les commerçants kurdes jouent un rôle de passeurs entre mondes arabe, perse et turc et les réseaux qu’ils constituent fonctionnent comme “un assemblage de maillons d’une longue chaîne” ».

21Adrien Doron questionne à travers l’exemple de la région de la Jeffara et notamment de l’emblématique place marchande de Ben Gardane, à proximité de la frontière libyenne, l’articulation entre la marginalité spatiale, et la manière dont les réseaux de l’échange transnational se recomposent dans le contexte d’une transition politique mouvementée en Tunisie et dans les pays voisins depuis 2011, l’année de ce que l’on nommait alors les « Printemps arabes ». Il met ainsi en lumière des questions portant sur la labilité des réseaux, sociaux et territoriaux, les lieux qu’ils relient, les personnes qui les animent et leur résistance aux aléas économiques, politiques et sécuritaires. Ces réseaux ne peuvent pas être seulement considérés dans leur expansion mais aussi dans leur réversibilité. La fragilité des architectures transnationales n’est bien souvent qu’apparente.

Haut de page

Bibliographie

Quelques références bibliographiques en lien avec le sujet

Battegay A., 2005, « Dubaï : économie marchande et carrefour migratoire. Étude de mise en dispositif », p. 271-293, in Jaber H., Métral F., Mondes en mouvements. Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du XXIe siècle, Beyrouth/Paris, IFPO/Karthala, 408 p.

Bava S., 2009, « Itinéraires d’élites musulmanes africaines au Caire. D’Al Azhar à l’économie de bazar », Afrique contemporaine, n° 231, 2009/3, p. 187-207.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, « Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine », Critique internationale, 3/2009, n° 44, p. 105-121.

Christopherson S., Garretsen H., Martin R., 2008, « The world is not flat: putting globalization in its place », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, 2008/1, p. 343-349. doi :10.1093/cjres/rsn023.

Hugon P., Marques Pereira J., 2011, « Introduction. Économie politique tricontinentale : les nouveaux paradigmes suds-suds », Revue Tiers Monde, n° 208, 4/2011, p. 7-26.

Lombard J., Mesclier É., Velut S. (dir.), 2006, La Mondialisation côté Sud. Acteurs et territoires, Paris, IRD-Éditions, 496 p.

Marchal R., 2007, « Hôtel Bangkok-Sahara », p. 184-218, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 368 p.

Mathews G., Ribeiro G.L., Alba Vega C. (eds.), 2012, Globalization from Below: The World’s Other Economy, Londres, Routledge, 304 p.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/CJB/IFPO, coll. « Hommes et Sociétés », 348 p.

Mörtenböck P., Mooshammer H. (eds), 2015, Informal Market Worlds. Atlas. The Architecture of Economic Pressure, Rotterdam, NAI Publishers, 512 p.

Peraldi M. (dir.), 2001, Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Peraldi M., 2007, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile », p. 73-113, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 368 p.

Peralva A., Telles V. (dir.), 2015 à paraître, Illégalismes dans la mondialisation, Toulouse, PUM.

Pérouse J.-F., 2007, « Transits maghrébins à Istanbul : trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 119-120, p. 115-138.

Portes A., 1999, « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129 (« Délits d’immigration »), p. 15-25.

Ribeiro G.L., 2009, « Non-hegemonic globalizations. Alter-native transnational processes and agents », Anthropological Theory, vol. 9(3), p. 1-33.

Simpfendorfer B., 2009, The New Silk Road. How a Rising Arab World is Turning Away from the West and Rediscovering China, Balsingstoke, Palgrave Macmillan, 208 p.

Tarrius A., 1995, « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1 (« Marseille et ses étrangers »), p. 21-52. doi : 10.3406/remi.1995.1442. En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_1_1442 [consulté le 04/06/2015].

Tarrius A., 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, coll. « Voix et regards », 220 p.

Thorez J., 2008, « Bazars et routes commerciales en Asie centrale. Transformation postsoviétique et “mondialisation par le bas” », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 24, p. 167-189. En ligne : http://remi.revues.org/4844 [consulté le 05/06/2015].

Haut de page

Notes

1 Grâce au soutien de l’INSHS (programme SOCMED et MONDIS-MED), de l’AIRD (programme ECOMIG piloté par Sophie Bava) et du Labex SMS (programme MONDIS-MEDAFE) portant la référence ANR-11-LABX-0066 et du PNR 19 - Populations et sociétés (Algérie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Belguidoum et Olivier Pliez, « Made in China. Commerce transnational et espaces urbains autour de la Méditerranée », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://emam.revues.org/909 ; DOI : 10.4000/emam.909

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page