Navigation – Plan du site
Interactions, concurrences et conflits d'usage dans les espaces publics commerçants

Le commerce transnational « informel », vecteur d’une nouvelle hiérarchie de lieux. L’exemple de la périphérie urbaine de Salé (Maroc)

How informal transnational trade creates a new hierarchy of places. The case-study of the urban periphery of Salé (Morocco)
Karine Bennafla

Résumés

Cet article examine les implications spatiales du commerce transnational dans les pays intermédiaires tel le Maroc. Si l’accentuation des réformes néo-libérales entraîne l’ouverture de grandes surfaces, de magasins franchisés ou de malls, elle ne signe pas la fin du commerce « informel », tout aussi globalisé. La nouvelle hiérarchisation de lieux sous l’effet du commerce transnational est peu abordée dans la littérature sur le commerce informel marocain. L’exemple d’une centralité marchande informelle dans un quartier périphérique de Salé est illustratif des reconfigurations urbaines impulsées par le commerce. La clientèle du marché aux tissus (Souq Toub) conduit à récuser l’idée de marché aux pauvres et pointe l’influence d’une politique publique (création d’une zone industrielle) sur l’essor d’un marché informel. Logé dans une zone périurbaine devenue stratégique avec la réalisation du projet Bou Regreg, le marché bidonvillois Souq Salihine est visé par une stratégie de reconquête foncière : son existence semble menacée par la politique de promotion d’une ville globale à l’image attractive. Deux processus producteurs de centralité urbaine s’affrontent, l’un officiel et planifié, l’autre issu d’initiatives marchandes privées.

Haut de page

Texte intégral

1Que la circulation marchande et les marchés « informels » tiennent une place de premier plan dans l’économie mondiale, en particulier dans le bassin méditerranéen, est une chose largement évoquée (Peraldi, 2001 ; Cesari, 2002 ; Tarrius, 2002 ; Mermier, Peraldi, 2010). Les tragiques événements tunisiens en 2010-2011 (immolation de petits vendeurs de rue abusivement taxés ou interdits d’exercer) rappellent le rôle socio-économique clé du commerce informel comme source d’emplois et de (sur)vie quotidienne pour nombre d’individus. Pour les milieux populaires et les classes moyennes, les circuits informels globalisés sont un mode essentiel d’accès à la consommation de biens courants et standardisés, surtout, mais pas exclusivement, dans les pays à niveau de développement pauvre ou moyen.

2L’informalité est ici entendue comme un jeu transgressif avec les règles, choisi ou contraint selon les cas. Nous ne ferons pas le procès de ce concept-valise discutable. Rappelons que le chevauchement, l’imbrication, voire l’interdépendance entre les deux pans économiques (formel/informel) ont été soulignés en termes de pratiques, d’acteurs et de circuits et que l’idée d’un continuum entre formalité et informalité s’impose désormais. Dans le cas du commerce, la distinction entre circulations formelle et informelle est délicate, voire impossible : le mode de cheminement des biens est souvent hybride et composite, les routes suivies sont souvent les mêmes.

  • 1 Produits de contrefaçon électronique chinoise.

3Les places marchandes informelles sont un élément central et incontournable des paysages urbains nord-africains. Depuis la fin des années 1980, le commerce informel a acquis une visibilité accrue dans les villes d’Afrique du Nord sous l’effet conjugué de la crise économique, de la hausse du chômage, des mesures économiques libérales ou de l’embargo (Libye). De Casablanca à Alexandrie en passant par Nador, Alger ou Tripoli, le trabendo ou le bizness fleurissent, pratiqués par un large éventail de catégories sociales. Les marchandises sont exposées dans les boutiques des souqs, des joutiya ou des kissariya [galerie marchande], voire à même le sol, au milieu des rues, sur les trottoirs, dans les cages d’escaliers ou accrochés aux grillages. Grandes ou moyennes, la plupart des villes abritent des centralités marchandes informelles notoires, fiefs du piratage et de la contrefaçon, où l’on peut acquérir à prix imbattable vêtements, produits multimédia, meubles, bijoux, produits shanzaï1, voire des DVD de films non encore distribués : au Maroc, le Derb Ghallef à Casablanca, le Souq Casabarata à Tanger ou le Souq el Kelb à Salé en sont des exemples.

4Le Maroc est le siège de transformations commerciales intenses depuis 2000 (Harroud, 2013), conséquences d’une politique d’ouverture économique élargie et d’un appel massif aux Investissements directs étrangers (IDE) depuis l’intronisation en 1999 de Mohamed VI (Catusse, 2008) : on note ainsi l’ouverture de supermarchés (Marjane, Acima, groupe hard-discount turc BIM en 2009…) ou de franchises commerciales (Carrefour-Label’vie) et la construction de malls ostentatoires inspirés des shopping centers du Golfe (Troin, 2010), tels le Mega Mall de Rabat (2005) ou le Moroccan Mall de Casablanca (2011). Ces grandes surfaces et ces centres commerciaux récents, symboles officiels de « modernité » consumériste et de globalisation ne signifient ni la fin du commerce informel ni la disparition des souqs et des centralités marchandes « informelles ». Ces dernières, branchées sur des réseaux globalisés, sont rarement prises en considération par les pouvoirs publics comme des pôles qui structurent le territoire ; elles sont en général regardées péjorativement comme des lieux de désordre, de trafics et d’illégalité, voire des espaces dangereux (pour la circulation, l’hygiène, la sécurité) destinés à être soit éradiqués, soit mis aux normes, en tous cas contenus.

  • 2 Ce travail en cours repose sur des observations de terrain (dès 2008) et des entretiens (décembre 2 (...)

5Mon hypothèse est que la circulation transnationale de biens de consommation courantes contribue à une restructuration interne des territoires et ce, à diverses échelles. Je reviendrai d’abord sur les implications spatiales des circulations marchandes transnationales au Maroc, implications partiellement laissées au second plan par des études du commerce informel à dominante sociologique ou anthropologique. Puis, pour illustrer l’idée d’une nouvelle hiérarchisation de lieux par le commerce transnational, je m’appuierai2 sur l’exemple d’un pôle commercial situé dans un quartier périphérique d’habitat populaire à Salé : le marché Souq el Kelb (ou Souq Salihine) auquel est accolé un marché au tissu (Souq Toub) renommé à l’échelle nationale. L’affirmation de cette polarité marchande soulève plusieurs questions : comment cette centralité commerciale s’est-elle esquissée ? Quel est son effet sur les quartiers environnants ? Comment, dans un contexte de métropolisation, ces dynamiques économiques privées s’articulent-elles avec les politiques d’aménagement urbain, en particulier avec le projet royal d’aménagement de la vallée du Bou Regreg, un chantier-phare lancé en 2006 qui bouleverse complètement l’agglomération Rabat-Salé (Mouloudi, 2013) et attise les enjeux de reconquête foncière ?

Les circulations marchandes transnationales : un prisme pour saisir les dynamiques de globalisation et ses effets territoriaux

  • 3 Produits de consommation banals et quotidiens, distincts des trafics illicites surmédiatisés.
  • 4 Voir Lesourd, 2010 ; Manry, 2007, 219-267.

6Au Maghreb, les échanges informels ne sont pas pris en compte dans les statistiques officielles, défiant toute velléité de mesure comptable. En comparaison de l’attention portée aux mouvements de personnes, les circulations de marchandises ordinaires3 sont moins étudiées dans le bassin méditerranéen en dépit de leur ampleur, de leur visibilité et de la mixité du transport (personnes-marchandises). Une somme de travaux empiriques, académique ou journalistique, fournit des informations précieuses sur le commerce, ses modes opératoires, ses acteurs et ses routes (Boubakri 2001). Les anthropologues ont mis en exergue les ressorts d’une « économie de bazar » ou les pratiques de marchandage caractéristiques des souqs (Kapchan, 1996) depuis la magistrale étude de C. Geertz (1979) consacrée au souq de Sefrou. D’autres recherches ont décrit les pratiques transnationales de trabendo – qui dépasse le simple commerce à la valise – ou le buziness local, y compris celui des femmes4, qui signalent une « mondialisation par le bas » (Tarrius, 2002) ou une « mondialisation discrète » (Belguidoum, Pliez, 2012). Étudiant les milieux d’affaires à Tanger et au Maghreb, M. Peraldi (2007) évoque la résurgence d’un « capitalisme des parias » et parle de nouveaux entrepreneurs du capitalisme marchand.

  • 5 La montagne du Rif est une région berbérophone dont l’histoire est scandée par des soulèvements et (...)

7La région septentrionale du Maroc, marquée par sa proximité avec l’Europe, le voisinage algérien et les ports francs espagnols de Ceuta et Melilla, constitue un espace transfrontalier propice à de multiples trafics (Driessen, 1992), surtout depuis la fermeture de la frontière terrestre algérienne en 1994. N. Moussawi (2009) a décrit les flux transfrontaliers entre Oujda et Maghnia, un commerce dominé, entre autres, par le carburant, les médicaments, l’électroménager et le bétail. Dans son étude sur Nador, D. Mac Murray revient sur la variété des types de trafics (haschich inclus) et sur les différents profils d’acteurs (big boys, everydaysmugglers, weekend smugglers) : pour lui, le jeu théâtral entre trafiquants et représentants de l’autorité lors du passage de la frontière renverrait, non pas à une forme de résistance, mais à une légitimation de l’autorité de l’État, de son monopole de la violence et de son apparat. Pour T. Lethtinen (2008), c’est le processus de marginalisation socio-économique et politique de la périphérie septentrionale marocaine (à la trajectoire rebelle5) qui a contribué à l’essor des trafics transnationaux et à l’esquisse d’une « micro-région ». De leur côté, les géographes ont livré des études monographiques sur des oasis ou des villes telles Oujda (Suzanne, 2007) ou Nador (Berriane, Hopfinger, 1999), sans compter le travail de référence de J.-F. Troin sur les souks du Maroc (1975).

  • 6 Voir Bensaâd, 2003, 7-28 ; Pliez, 2003 ; Scheele, 2012.

8Un bilan des travaux sur le commerce informel au Maghreb, et le Maroc en particulier, laisse apparaître une focalisation sur les acteurs et une multiplication des actions de recherche d’essence monographique. Si elles ne sont pas oubliées, les implications spatiales de la circulation marchande transnationale semblent moins regardées. L’espace saharien a nourri depuis vingt ans des travaux pointant l’essor de villes grâce à une fonction de carrefour ou de transit au sein d’une économie circulatoire transnationale6. Retraçant la route transnationale suivie par un jean entre la Chine et l’Égypte via la Libye, O. Pliez (2007) met en avant la formation d’un espace discontinu, « espace-ressource » ponctué de lieux-comptoirs ou relais à l’instar de Yiwu, Tripoli ou Salloum qui constituent autant « d’aspérités spatiales ». Au Maroc, M. Tamim (2011) a relevé la connexion entre Casablanca et Guanghzou établi par un importateur de chaussures originaire de la vallée de l’Ouneine (Haut-Atlas) et, en Algérie, Z. Boumaza (2005) ou S. Spiga (2002) ont montré la restructuration des villes sous l’effet du trabendo.

9Comme l’attestent ces travaux, les transformations spatiales induites par la globalisation ne sauraient se réduire aux phénomènes de littoralisation et de métropolisation, avec l’affirmation de « villes globales » (Sassen, 2000) et de places marchandes au rôle de plaques tournantes régionales, telles Dubaï ou Istanbul. À une échelle plus fine, on observe l’esquisse d’une nouvelle hiérarchie de lieux, promus grâce au commerce transnational et à une projection de frontière, y compris dans des zones marginales ou périphériques de la mondialisation. Ainsi, dans sa régionalisation du Maroc, fonction du degré d’ouverture au monde extérieur, J.-F. Troin (2011) souligne le rôle des activités informelles, voire clandestines pour certaines régions (Tadla, Rif oriental, zones frontalières de Ceuta, Melilla et Oujda). À diverses échelles spatiales et en tous points des territoires, des lieux frontière s’affirment grâce aux échanges transnationaux. Ces lieux du « glocal » (Swyngedouw, 2004) peuvent être des villes-entrepôts ou des villes bancaires, des marchés ou des quartiers urbains, des localités frontalières animées d’une économie de contrebande mais aussi des lieux plus diffus, d’envergure moindre. De fait, bourgs et petites villes ne sont pas à l’écart de ces dynamiques, comme le rappellent Guelmim, une place bancaire du Sud marocain, ou les « marchés italiens » (mais aussi chinois) qui essaiment dans les bourgs du Moyen Atlas où les marchandises made in Italy sont vendus sur le toit des voitures, dans les coffres, une pratique mettant à profit l’installation de migrants marocains en Italie. Fondés sur l’extraversion, tous ces espaces marchands ou bancaires sont les lieux frontière d’une mondialisation discrète : tous prospèrent en tirant parti de différentiels frontaliers et de la capture de flux transnationaux ; tous constituent des lieux où fructifient des interactions local/global.

10Quels sont les processus qui permettent l’essor de lieux parfois marginaux en places marchandes centrales inscrites dans une globalisation des échanges ? Méthodologiquement, trois principales entrées sont envisageables pour une géographie des circulations transnationales de marchandises : la première consiste à étudier les lieux marchands, souqs et places d’échanges connus et réputés aux niveaux national et régional ; la seconde préconise le suivi d’une filière de produit pour reconnecter les places commerciales entre elles ; une autre perspective examine les routes marchandes, notamment la (ré)activation de routes vers la Chine (Belguidoum, Pliez, 2012) ou vers l’Afrique noire dans le sillage de l’évolution des flux migratoires.

11Dans cet article, j’ai opté pour la première entrée en présentant une centralité marchande située à Salé. Au cours du XXe siècle, cette ville quasi millionnaire, jumelle de Rabat, a enregistré une hausse vigoureuse de sa population avec une extension de l’habitat non réglementaire et précaire. Le thème de l’urbanisation informelle a focalisé l’attention des chercheurs et des aménageurs, surtout sous l’angle de l’habitat et des stratégies résidentielles, reléguant à l’arrière-plan les fonctions et les stratégies économiques. L’étude empirique des marchés Souq el Kelb et Souq Toub, implantés dans un quartier d’habitat populaire, invite à se pencher sur les interactions entre le commerce et le processus d’urbanisation formelle/informelle. De surcroît, à l’heure des projets de rénovation urbaine initiés par Mohamed VI (Barthel, Mouloudi, 2009), cet exemple laisse entrevoir des formes de concurrence entre deux processus d’urbanisation producteurs de centralité, l’un officiel et planifié, l’autre issu de dynamiques marchandes informelles.

Souq el Kelb et Souq Toub : l’affirmation d’un pôle marchand transnational au sein d’un quartier périphérique populaire

Contextualisation de Salé

12Installé en rive droite du Bou Regreg (Fig. 1), Salé est un ancien centre phénicien qui s’est affirmé au XIe siècle comme ville du djihad, puis de la « course » et des corsaires au XVIIe siècle (Maziane, 2007). Foyer soufi et centre intellectuel, elle fait partie des rares cités hadariya (de culture urbaine) du royaume (Naciri, 1963). Avec l’instauration du Protectorat français (1912), le destin de la ville bascule : Salé pâtit de la promotion de Rabat comme capitale politico-administrative, une mesure décidée en 1914. Dès lors, Salé devient la ville-dortoir dépendante de Rabat, laquelle concentre les emplois dans l’administration, les ministères, les ambassades, les banques et l’hôtellerie. Alors que la capitale fait l’objet de plans d’aménagement et d’urbanisme successifs (ceux de Prost puis d’Écochard), Salé n’est la cible d’aucune intervention majeure.

Fig. 1. Situation de Salé et des marchés étudiés.

Fig. 1. Situation de Salé et des marchés étudiés.

Photo satellite : Google Earth, octobre 2012.

Cartographie : K. Bennafla & F. Troin • CITERES 2015.

13En l’absence de planification urbaine jusqu’en 1971 (élaboration du SDAU de Rabat-Salé), Salé a connu une urbanisation débridée, « bourgeonnant en de multiples quartiers périphériques » (Troin, 2002, 52), avec une prédominance d’habitat non réglementaire (ou « sous-intégré » [Naciri, 1980]) et la formation de plusieurs bidonvilles (Oued ed Dahab, Ras el Maa, Sehb el Caïd à Bettana). La population de Salé décuple entre 1960 et 2004 selon le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). En 2004, la ville dépasse 750 000 résidents, soit plus que Rabat. Selon le Schéma d’orientation fonctionnelle et d’aménagement de l’aire métropolitaine centrale (SOFA, 2005), Salé franchira le cap du million d’habitants en 2015. En comparaison de Rabat, dont la population résidentielle inclut hauts fonctionnaires, diplomates et expatriés, Salé fait figure de ville populaire caractérisée par l’ampleur du chômage, un sous-équipement en infrastructures de base et en services socio-culturels (Allain El-Mansouri, 2001) et, surtout, par l’informalité. Composite et éclaté, le tissu urbain slaoui (de Salé) inclut des quartiers d’habitat pour classes moyennes et aisées. Mais la question de la définition de la centralité urbaine y demeure ouverte.

Une ville surtout abordée à l’aune des politiques de régularisation de l’habitat informel et des grands chantiers

  • 7 Voir les mémoires de fin d’études réalisés à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU (...)

14Ville puzzle ou patchwork, Salé est un véritable laboratoire pour l’analyse des politiques publiques de résorption de l’habitat insalubre et de régularisation de l’habitat non réglementaire au regard des nombreuses opérations de restructuration, relogement ou recasement qui y sont conduites depuis trois décennies7. Une abondante littérature est consacrée à l’urbanisation informelle (Abouhani, 1988) et aux projets de restructuration et d’amélioration de l’habitat qui étayent la « […] permanente oscillation marocaine entre désir de belle ville légitime et souci d’habitat social » (Navez-Bouchanine, 2012, 171). F. Navez-Bouchanine (2012) a retracé l’évolution des politiques institutionnelles urbaines de « mise aux normes », se penchant sur l’entre-deux des projets urbains (les stratégies de négociation des acteurs locaux lors de la mise en place d’une opération). L’apparition de nouveaux acteurs (associations, ONG) liée à la généralisation de « l’accompagnement social » et d’une maîtrise d’ouvrage sociale durant la décennie 2000 a été mise en exergue (Le Tellier, 2009), de même que les stratégies de résistance des habitants face à un urbanisme de projet (Mouloudi, 2009).

15La première décennie du XXIe siècle a apporté un cortège de transformations urbanistiques à Salé, lié à la posture réformatrice de Mohamed VI, soucieux d’asseoir le royaume dans une économie globalisée et d’inscrire plusieurs villes marocaines dans un réseau de métropoles arabes ou méditerranéennes qui comptent à l’échelle mondiale. À l’heure globale, la dynamique de décloisonnement et l’appel aux IDE sont en effet perçus de façon positive comme gage, voire étalon du développement pour les pays pauvres ou intermédiaires. Dépeint en « souverain bâtisseur », le roi a entrepris de grands chantiers dans les domaines social, économique et urbain : l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) – un programme de lutte contre la pauvreté (2005) –, le programme Villes sans bidonvilles (2004), le port Tanger Med, le parc d’activités off-shore CasaNearShore (2008) ou le plan touristique Azur (2011) offrent un échantillon d’un vaste programme incluant la modernisation des équipements de transport, la création de zones franches industrielles et des opérations de rénovation urbaine destinées à forger l’image de villes attractives et compétitives pour les investisseurs étrangers. Capter les capitaux étrangers, en particulier ceux du Golfe, développer le tourisme et le commerce international, encourager l’édification de complexes immobiliers de luxe et les activités off-shore, telles sont les priorités énoncées. Depuis dix ans, le royaume connaît des bouleversements rapides et visibles.

16Dans ce contexte, Salé est à la fois affectée par les programmes nationaux (Villes sans bidonvilles, INDH), un rattrapage spectaculaire en matière d’équipement commercial (la ville ne comptait aucune grande surface jusqu’en 2008)8, et par un projet d’envergure : le projet d’Aménagement des rives du Bou Regreg, d’initiative royale (Bogaert, 2012). Ce projet est, avec l’aménagement de la Corniche de Rabat (Bargach, 2011 ; Mouloudi, 2009), l’une des opérations phares de l’agglomération ; couvrant 6 000 ha, il doit transformer les berges en un espace central d’activités touristiques et commerciales joignant les deux rives et réconciliant les deux cités. Outre l’aménagement d’une marina, d’ensembles résidentiels de luxe et de cafés-restaurants, le projet Bou Regreg9 inclut la construction d’un tunnel sous les Oudayas et un tramway entre Rabat et Salé (deux lignes achevées en 2011). Cet équipement de transport emprunte le nouveau pont Hassan II et sert de support au projet d’intégration entre les deux rives.

17Dans les dernières décennies, Salé a donc été étudiée à l’aune de deux focales : les politiques de régularisation de l’habitat spontané et les chantiers de rénovation urbaine destinés à connecter l’agglomération à l’économie globale. Le rôle des fonctions et des stratégies économiques à Salé est moins abordé. Pourtant, dans d’autres villes du monde arabe, voire d’Afrique, le rôle des dynamiques commerciales « informelles » dans l’extension des périphéries urbaines a été relevé : en 1987, R. de Maximy montrait déjà que les marchés des villes d’Afrique centrale forment une « ossature » qui structure l’espace urbain et témoigne de sa croissance. Qu’on songe aussi aux travaux de R. Stadnicki sur le « phénomène de porte » à Sanaa (Stadnicki, Toubet, 2008) ou à ceux de J.-F. Troin sur la tendance polycentrique des urbanisations récentes liée à la multiplication des espaces commerciaux périphériques (2011). Selon un schéma classique, les fonctions de commerce de la médina de Salé se sont déplacées hors les murs et, lors des années 1990, deux marchés (parmi d’autres), Souq el Kelb et Souq Toub, situés dans le quartier Tabriquet, se sont affirmés comme des places d’approvisionnement à l’échelle de l’agglomération, voire du pays pour le second.

Une double polarité marchande au cœur d’un quartier d’habitat populaire

18Les marchés de Souq el Kelb (Souq Salihine) et Souq Toub [le marché aux tissus] se situent en position péricentrale puisque, avec l’extension de Salé, ces lieux initialement périphériques, en position de marges urbaines, ont vu leur situation géographique évoluer. En 2011, le tramway (Fig. 2) désenclave leur quartier, la dernière station de la ligne 1 (Hay Karima) se trouvant à quelques centaines de mètres du terrain sur lequel est installé Souq el Kelb.

Fig. 2. Le tramway à Salé, quartier Tabriquet.

Fig. 2. Le tramway à Salé, quartier Tabriquet.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

19L’image aérienne de Salé montre que Souq el Kelb occupe une sorte de vide urbain, qui tranche avec la densité d’occupation des quartiers alentour (Fig. 1). Le marché est installé sur un immense terrain vague (6 ha), sorte de réserve et d’espace disponible dans une zone sous pression démographique et foncière. Une partie de ce terrain est une zone de décharge, où s’activent des camions de la société Veolia, remplacés depuis 2012 par les véhicules de la société marocaine SOS.

Souq el Kelb : du bidonville au marché bidonvillois

  • 10 Administration des fondations pieuses, équivalent du Waqf en Orient.
  • 11 Un lot à se partager entre deux familles.
  • 12 Les marques courantes sont Docker, Yamazuki, Skygo… Leur coût (environ 16 000 DH) est un investisse (...)

20Selon l’expression de B. Allain el-Mansouri (2006), Souq el Kelb constitue un « marché bidonvillois ». Les baraques commerciales sont le reliquat toléré d’un bidonville, né dans les années 1950, qui squattait l’ensemble du terrain, propriété du ministère des Habous10. Un des employés de la commune évoque les nombreux halqa [cercles de jeux, de contes et d’animation populaire] qui occupaient jusqu’aux années 1980 la place. À partir des années 1970, le bidonville est démantelé en trois tranches au gré d’opérations successives (1975, 1980, début des années 2000). Les habitants sont relogés puis recasés à Bettana, Hay Salam, Tabriquet. Il reste un reliquat de cet habitat bidonvillois (Douar Jdid) avec quelques baraques en tôle, plantées au milieu du marché, les derniers occupants refusant, en dépit de conditions de vie difficiles, le recasement proposé par la commune11 (Fig. 3). C’est seulement à la fin des années 1990 que la voirie du quartier est aménagée : l’asphaltage des principales rues et le tracé de grandes artères facilitent la circulation de véhicules, sans mettre fin à celle des charrettes à banc [carrossa] tirées par des ânes ou des chevaux. Ce mode de transport populaire (environ 3 DH la course) côtoie les triporteurs motorisés (l’équivalent des rickshaw indiens ou tuk tuk) de fabrication chinoise12 dont le nombre a explosé à Salé au cours de la dernière décennie.

Fig. 3. Habitat bidonvillois sur le terrain de Souq el Kelb.

Fig. 3. Habitat bidonvillois sur le terrain de Souq el Kelb.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

  • 13 Voitures, pick-ups, mini-camionnettes Honda ou Suzuki, camions, bicyclettes, triporteurs, carrossas(...)

21Du bidonville de Souq el Kelb, il reste aujourd’hui un marché fixe polyvalent, à périodicité hebdomadaire : si les boutiques sont ouvertes tous les jours, dimanche est le jour de marché avec un record d’affluence, un débordement des étals sur les trottoirs et des rues bondées par des véhicules de toutes sortes13 entre lesquels se faufilent les hammâl [porteurs]. À l’image d’autres centralités informelles comme Derb Ghallef à Casablanca (Mejaati et al., 2008), l’organisation des étals à Souq el Kelb n’est pas anarchique et le marché est spatialement subdivisé en différents secteurs : alimentaire avec le marché aux légumes [Souq Khodra] ; chaussures ; fripes – secteur devenu immense depuis le transfert en 2010 de Souq lghazel [marché au fil] auparavant implanté à Yacoub el Mansour (Rabat) ; ameublement ; ferrailleurs ; produits de seconde main dit Souq Sa’a [souq à l’heure] bordant les entrepôts du tramway (Fig. 4).

Fig. 4. Souq Sa’a, le marché aux puces de Souq el Kelb.

Fig. 4. Souq Sa’a, le marché aux puces de Souq el Kelb.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

  • 14 Marjane est la première entreprise de grande distribution au Maroc, née en 1990 avec l’ouverture du (...)

22Europe, Turquie, Asie… l’origine des marchandises varie, acheminées depuis le port de Casablanca ou par l’axe Melilla-Nador. Les types d’installation commerciale sont multiples : les mieux lotis disposent d’une boutique [mahal] en dur, fermée par une porte cadenassée, quand d’autres se contentent d’un étal en bois sommairement recouvert d’un toit de plastique ou de tôle ; les plus précaires sont les vendeurs ambulants, les ferracha, installés à même le sol, avec ou sans parasol, et victimes du harcèlement des Forces auxiliaires. Les semaines précédant la fête de l’Aïd, Souq el Kelb accueille un marché de gros de moutons (Souq Haouli) : devant les camions, les vendeurs alignés tiennent en main les bêtes à proximité d’enclos et de tas de foin. De temps à autre, un manège forain occupe une partie du terrain, moyennant redevance au ministère des Habous, ce qui renforce le caractère éclectique du terre-plein, lequel juxtapose habitat bidonvillois, tas d’ordures, boutiques, points de restauration, aires de parking, petite mosquée, jardin potager… et depuis 2011, les entrepôts de la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) ainsi qu’une grande surface commerciale de la chaîne Marjane14. Une contiguïté paradoxale en termes de richesse et d’équipement qui atteste des enjeux de reconquête foncière dans une zone devenue stratégique (Fig. 5).

Fig. 5. Vue de Souq el Kelb.

Fig. 5. Vue de Souq el Kelb.

Au premier plan, les camions de ramassage d’ordures, puis les baraques commerciales. Au fond à gauche, la ligne bleue correspond au toit du bâtiment commercial Marjane.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

23Le bas prix des marchandises à Souq Salihine explique l’étendue de la fréquentation de ce marché au cachet rural. Un succès qui peut étonner au regard des installations sommaires, de son accès peu évident (jusqu’en 2011) et des mauvaises conditions sanitaires et d’équipement : l’électricité, quand elle est présente, est tirée des bâtiments voisins ; lors des pluies, le terre-plein devient une zone boueuse ; les incendies sont un fléau récurrent et la proximité d’un oued surnommé par les habitants Oued Lkhanz [litt. « l’oued qui pue »] en dit long sur l’image dégradée du quartier. Différentes rumeurs circulent qui expliquent le surnom originel de « marché aux chiens », la plus fréquente relatant l’arrestation d’un boucher du quartier qui aurait vendu de la viande canine en guise de viande hachée.

Souq Toub, un marché spécialisé dans le tissu : une spécialité ancienne de Salé

24Face au terrain vague jouxtant la concession de l’école hôtelière, la rue Bou Craa dans le quartier Cheikh Lamfadel (Fig. 6) est le cœur d’une polarité marchande spécialisée : là, est exclusivement concentrée une centaine de boutiques de tissus comme si le principe de la corporation de métier, observable en médina, avait été reconduit extra muros (Fig. 7). Cette spécialisation renoue avec une ancienne activité slaouie, le commerce de textiles, florissant jusqu’à la pénétration des produits européens dans la deuxième moitié du XIXe siècle (Brown, 2001). Surnommé Souq Toub, le marché essaime vers les rues perpendiculaires à la rue Bou Craa qui, à leur tour, sont gagnées par des magasins de tissu et de passementerie, des merceries, de petits ateliers de couture et de réparation de machines à coudre. L’organisation spatiale de Souq Toub se déploie ainsi selon une structure en peigne. Si l’ouverture des premières boutiques remonte au milieu des années 1990, c’est au début des années 2000 que le marché aux tissus démarre, avec un essor situé entre 2002 et 2004. Les commerçants pionniers expliquent avoir quitté les sites de Tabriquet ou Souq el Kelb pour se relocaliser (de façon légale) rue Bou Craa, dont le site est jugé plus commode d’accès (la rue est bitumée, ce qui tranche avec le sol en terre de Souq Salihine) et moins risqué en cas d’intempéries.

Fig. 6. Schéma de la zone commerciale de Souq el Kelb et ses alentours.

Fig. 6. Schéma de la zone commerciale de Souq el Kelb et ses alentours.

Cartographie : K. Bennafla & F. Troin • CITERES 2015.

Fig. 7. La rue Bou Craa, cœur de Souq Toub.

Fig. 7. La rue Bou Craa, cœur de Souq Toub.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

25Destinés à l’ameublement ou à la confection, les tissus sont importés directement d’Europe (France, Espagne, Grande-Bretagne, Belgique), de Chine, de Turquie ou d’Inde avec un transit par le port de Casablanca ou la voie terrestre Melilla-Nador. Les places d’approvisionnement en Turquie et en Inde sont prisées pour les robes de mariée, les caftans et les tissus brodés, avec une stratégie de marketing commerciale qui mobilise l’imaginaire de luxe émirati, même si Dubaï n’est qu’un relais. La Chine n’est qu’un fournisseur parmi d’autres, en particulier pour les tissus d’ameublement, et ne constitue pas une source d’approvisionnement dominante.

26Doté de connexions internationales, Souq Toub draine une clientèle venue de tout le royaume (Marrakech, Laayoune…), certains acheteurs passant commande à distance aux boutiquiers et aux couturiers. À l’échelle de l’agglomération, le marché est fréquenté par la haute bourgeoisie avec des clientes venues des quartiers aisés de Rabat (Agdal, Hay Riad, Souissi), à la recherche de tissus à bon prix mais aussi des services des couturiers situés dans les ruelles proches qui refont en contrefaçon les modèles de marque qu’elles apportent. Rue Bou Craa, la clientèle est socialement très hétéroclite : femmes de diplomates, célébrités du monde sportif ou de la télévision y croisent des femmes de condition plus modeste. Réalité ou légende ? Un commerçant raconte que les passagères d’une voiture du Palais, garées dans une rue voisine, se firent apporter les rouleaux de tissu jusqu’au véhicule. La plupart des boutiquiers de la rue principale insistent sur le mélange social et les rencontres éphémères à Souq Toub, invoquant la présence des ferracha et des petits vendeurs de rue proposant figues, galettes ou pop corn. Cette ambiance de rue est décrite comme créatrice d’une atmosphère conviviale, appréciée par la clientèle, car aux antipodes de l’atmosphère froide et impersonnelle des grandes surfaces commerciales. Le brassage d’individus issus de différents milieux, perceptible à Souq Toub, tient autant à la variété des profils de commerçants que des clients. Plantée dans un quartier populaire, cette polarité marchande peut difficilement être qualifiée de « marché des pauvres » (Peraldi et al., 1995), tant elle s’apparente à un marché pour tous.

  • 15 Certains commerçants ont dégagé une marge bénéficiaire en achetant au kilo et en revendant au mètre

27Les causes de l’émergence de Souq Toub révèlent l’enchevêtrement des économies formelles/informelles et la synergie inattendue entre une action de planification publique et des stratégies économiques locales privées. L’impulsion est en effet venue de la proximité des usines de sous-traitance textile installées dans la zone industrielle de Hay Er-Rahma. Créée dans la deuxième moitié des années 1980, cette zone accueille des usines de confection aux ordres de grandes firmes internationales (surtout européennes). La vente au kilo des chutes (ou fins) de rouleaux de tissu et de passement des usines fut à l’origine d’un pôle de vente initial, formé par quelques magasins-entrepôts15 ; la revente sur le marché local des machines à coudre, régulièrement renouvelées dans les usines, permit l’installation à leur compte de couturiers/ières ; la majorité de ces artisan(e)s sont des anciens salariés des usines, licenciés ou partis volontairement. Les bas prix fonciers et immobiliers dans le quartier Cheikh Lamfadel furent judicieusement exploités par quelques individus qui acquirent à bon compte des terrains et des boutiques rue Bou Craa, pariant sur la hausse des loyers après les travaux de restructuration viaire. Certains, parmi les plus habiles, détiennent jusqu’à cinq boutiques. L’accessibilité et la sécurité des lieux ont fait le reste : au fil des ans, la rue Bou Craa a su draîner les commerçants des marchés Tabriquet et Château-d’Eau (Salé), et éclipser les marchés au tissu de Rabat (dans la médina ou à Souq Tahti), témoignant des changements incessants dans la localisation des espaces commerciaux. Venus pour les uns de Nador, pour d’autres du Tafilalt ou de Rabat, les boutiquiers de la rue présentent des origines variées mais récusent le qualificatif de barraniyine [étrangers].

28L’attractivité de Souq Toub contribue à une requalification positive du quartier, notamment en termes de réputation. La zone connaît une envolée des prix des baux commerciaux et un processus d’embellissement (Fig. 8), avec une surélévation des constructions au-dessus des boutiques et des façades repeintes. Le phénomène, visible rue Bou Craa, s’étend aux rues voisines où s’élèvent des immeubles, contribuant à la métamorphose du bâti. Dans ce quartier populaire, aux marges de la ville il y a vingt ans, les activités commerciales transnationales constituent un mode de régularisation et d’intégration urbaine contribuant à l’affirmation d’un pôle structurant. Pourtant, cette double polarité Souq el Kelb/Souq Toub n’a pas été considérée par les pouvoirs publics comme un élément capable de structurer le territoire. Largement ignorées, ces dynamiques économiques privées, trop vite taxées d’informelles ou d’anarchiques, apparaissent aujourd’hui peu compatibles avec l’image du développement urbain prôné par les autorités, voire dérangent la mise en œuvre du projet Bou Regreg.

Fig. 8. Façade d’immeuble rue Bou Craa.

Fig. 8. Façade d’immeuble rue Bou Craa.

Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.

Une centralité marchande « informelle » contrariée et menacée par un grand projet urbain ?

29À la différence de Souq Toub, Souq el Kelb est fragilisé par le fait qu’il est situé sur un terrain squatté par les commerçants et par son bâti sommaire. Relatés par les médias, les incendies répétés qui frappent ce marché (2005, 2007, 2010, 2012) questionnent sa légitimité et son devenir, rendu incertain avec le déploiement du projet Bou Regreg.

« L’incendie s’est déclaré hier soir. Il était un peu plus de 22 h 30. Nous sommes dans le plus grand marché de Salé : Souq Salihine. Attisé par des tonnes de friperie, les flammes ont dévoré une quarantaine de baraques qui font office de locaux commerciaux, heureusement sans faire de victimes. […] Les dégâts matériels sont importants et ce n’est pas la première fois que cet espace commercial improvisé et anarchique prend feu. Une solution radicale : c’est ce que revendiquent aujourd’hui les commerçants et fripiers de la place. “Le conseil de la ville se fixe comme priorité de trouver une solution structurelle pour ce problème. Dans ce sens, vingt millions de dirhams ont été mobilisés pour construire et aménager un grand complexe commercial répondant à toutes les normes de sécurité des commerçants et des clients” déclare le président du Conseil d’arrondissement de Tabriquet […] ».

Reportage télévisé de la radio 2M, 02/09/2010, http://www.youtube.com/​watch?v=xHz_J68Qgew
[consulté le 04/06/2015]

30Ce reportage rappelle la prééminence commerciale de Souq el Kelb à Salé, non sans lui accoler quelques poncifs sur l’informalité : « improvisation » et « anarchie », deux qualificatifs qui font peu de cas de la structuration spatiale du marché et de l’organisation des commerçants, représentés par différents « amines » (chefs) choisis par secteur d’activités (légumes, épices, poterie, fripes). Ces représentants coutumiers désignés par les membres d’une corporation ont en charge de dénouer les conflits internes et sont les porte-parole des commerçants et des artisans lors de discussions avec les agents d’autorité (ministère de l’Intérieur) ou les responsables de l’arrondissement (la commune de Salé est subdivisée en cinq arrondissements depuis 2002).

31La récurrence des incendies à Souq el Kelb atteste la précarité des installations. L’origine des feux est à chaque fois indéterminée. La production de méthane par fermentation des ordures ménagères peut en être la source. Face à ce danger structurel, le ministère de l’Intérieur a mis en place une clôture métallique, une barrière de tôle destinée à contenir l’expansion du feu… et des baraques. Autre acteur présent, la municipalité intervient pour percevoir les taxes dont boutiquiers et commerçants ne sont pas exempts (taxe professionnelle, impôt général sur le revenu), y compris sur le terrain central. Depuis 2010, le service du patrimoine de la commune a initié des opérations pour recaser les marchands de rue dans des locaux (attribués par un système de loterie) proposant des loyers dont le montant est attractif.

32C’est que la réalisation des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de mise à niveau de Salé s’accommodent mal de la persistance du terrain vague et d’une centralité commerciale informelle, en dissonance avec l’idée de développement urbain voulu au sommet de l’État. Le souci officiel de lutte contre « l’habitat clandestin », les « activités économiques non règlementaires », voire les « activités criminelles » et le souci de « sécurité » masquent l’objectif de reprendre le contrôle d’une zone de squat au reflet peu flatteur et dont la situation, devenue péricentrale, a acquis une valeur stratégique. Ces dernières années, le terrain vague a été grignoté pour accueillir les entrepôts du tramway, puis le supermarché Marjane et son parking. Différentes actions ont été déployées pour déloger les habitants des baraques et inciter les boutiquiers à se réinstaller dans des boutiques en dur, situées de l’autre côté d’une voie goudronnée. Supervisée par l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg (AAVB), dont le statut dérogatoire exceptionnel16 permet une large marge de manœuvre (Bogaert, 2011), une opération a été lancée en 2005-2006 : le ministère des Habous a vendu à l’AAVB la part de terrain nécessaire à sa filiale, la Société du tramway de Rabat-Salé, pour établir un centre de gestion du tramway. L’AAVB a ainsi organisé le transfert d’une partie des boutiques le long de l’artère Torres (Fig. 2) : une opération polémique d’après des boutiquiers interviewés et les manifestations à Rabat en septembre 201217. Les 450 commerçants relogés se sont plaints de la petite taille des pièces reçues, selon eux révélatrice de corruption (le nombre de bénéficiaires aurait été gonflé pour créer plus de boutiques et en revendre une partie par des voies parallèles). Au sein des boutiquiers relogés, une association s’est constituée pour porter plainte devant le tribunal.

33Sur le terrain vague, certains commerçants ayant refusé le transfert vers les boutiques ont pu négocier un déplacement de leurs baraques sur quelques dizaines de mètres pour laisser place aux entrepôts du tramway : ils ont su obtenir du ministère des Habous la donation d’un morceau de terrain pour édifier en dur ce que la municipalité considérait comme des « boutiques provisoires ». Ces boutiques récentes ont été construites sans crédit grâce à l’aide financière de l’AAVB et leurs propriétaires ont pu les faire raccorder au réseau d’électricité.

34La résistance des commerçants et artisans de Souq el Kelb face aux velléités officielles de les déplacer tranche avec la quiétude de Souq Toub où les boutiquiers n’ont pas d’amine (le processus pour en désigner un, voulu par certains, a échoué). Cependant, ils ont formé une association légalement déclarée en 2010 pour requérir un soutien des autorités publiques et une sécurisation des environs : l’amélioration de la circulation le jour de marché, l’appui de la Chambre de commerce et d’industrie (sans antenne à Salé) pour des sessions de formation/information ou l’installation d’un poste de police (pour dissuader les voleurs) sont les principales demandes formulées. L’association des commerçants et artisans de Souq Toub tient aussi à établir une charte éthique pour fixer les règles de concurrence et garantir la qualité des marchandises vendues.

35Ces divers collectifs marchands (coutumiers ou associatifs) montrent que la question du devenir des marchés croise un autre enjeu, celui de la légitimité et du mode de représentation des commerçants. Face à eux, les acteurs institutionnels constituent un organigramme complexe, conséquence d’un pouvoir central et local fragmenté et d’une démultiplication des échelles d’intervention : arrondissement (Tabriquet), commune urbaine de Salé, préfecture de Salé, wilaya (région) de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (chacune de ces structures politico-administratives étant dotée de ses propres services techniques), agent local d’autorité (caïd), AAVB, ministère des Habous, Agence urbaine de Rabat-Salé (1998), etc. Que le terrain vague soit traversé par une frontière administrative entre arrondissements rajoute en conflits de compétences entre le conseil de la ville (qui coiffe les arrondissements) et les conseils d’arrondissements. Il ressort néanmoins un acteur dominant : l’AAVB, dont les prérogatives sont exceptionnelles.

36En février 2013, un nouvel incendie a frappé le marché du Souq Salihine, ravageant environ deux cents baraques. Incendie volontaire et tentative d’intimidation pour inciter les boutiquiers à partir, vue l’ampleur de leurs pertes financières ? Ou accident involontaire qui, mettant en lumière la précarité des baraques, pourrait déboucher sur l’édification d’une halle sécurisée ? Le déguerpissement des vendeurs de fripes et de chaussures usagées au printemps 2013 (Fig. 9) montre un durcissement de la position des représentants du ministère de l’Intérieur, augurant une nouvelle phase d’affrontements entre autorités et commerçants de Souq el Kelb. Ces derniers, initiateurs de tentes protestataires, en appellent désormais à l’arbitrage royal. Le déplacement du commerce informel vers de nouvelles niches paraît pourtant de plus en plus inéluctable.

Fig. 9. Emplacement déguerpi des vendeurs de fripes à Souq el Kelb.

Fig. 9. Emplacement déguerpi des vendeurs de fripes à Souq el Kelb.

Au sol, on aperçoit des traces de bulldozers ; des jeunes arbres ont été plantés à l’endroit des étals.

Cliché : K. Bennafla, mai 2013.

37Dans maints pays intermédiaires, les marges urbaines des grandes et moyennes villes sont reconfigurées par des pôles commerciaux transnationaux, nés sur des initiatives privées, qui sont les produits d’une globalisation économique. À Salé, l’examen des facteurs ayant permis l’essor d’une polarité marchande « informelle » dans un quartier périphérique a révélé l’effet d’entraînement économique imprévu d’une action de politique publique urbaine (création d’une ZI) et les stratégies marchandes privées autour d’une opération de planification urbaine.

38Ce cas d’étude montre le chevauchement entre deux processus concurrentiels producteurs de centralité urbaine, que l’on peut schématiser ainsi : d’un côté, un processus dérivé de dynamiques marchandes transnationales privées qui dessine un centre ouvert, fréquenté par une clientèle socialement variée ; de l’autre, un grand projet de rénovation urbaine décidé par le Palais qui vise à créer un espace central de haut standing, offrant des services de consommation aux standards internationaux, ainsi qu’un habitat et des loisirs de luxe pour une population à hauts revenus, en bref « a space belonging to the wealthy » (Bargach, 2008). Comme J. Bargach, K. Bogaert associe le projet Bou Regreg à une « geography of uneven development » (2012, 265). Le rayonnement d’une polarité marchande « informelle » dans la zone de Tabriquet apparaît ainsi comme une gêne dans un contexte de « mise à la norme » de la ville et d’une spéculation foncière élargie aux zones péricentrales. Animée par des dynamiques de transformation rapides, la périphérie de Salé donne à voir l’articulation complexe entre politique de promotion d’une « ville globale » dont on veut renforcer l’image attractive, et politique de lutte contre la pauvreté et l’habitat non réglementaire.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani A., 1988, Le Pouvoir local et l’espace urbain au Maroc. Le cas de Tabriquet-Nord à Salé, Thèse de doctorat d’État en droit, Univ. de Rabat, 468 p.

Allain-El Mansouri B., 2001, L’Eau et la ville au Maroc : Rabat-Salé et sa périphérie, Paris, L’Harmattan, 258 p.

Allain-El Mansouri B., 2006, Profil environnemental de Salé, Rabat, UN-Habitat, ENDA-Maghreb, 88 p.

Bargach J., 2008, « Rabat: From Capital to Global Metropolis », p. 99-117, in Elsheshtawy Y., The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development, New York, Routledge.

Barthel P.-A., Mouloudi H., 2009, « Waterfronts de Casablanca et de Rabat : un urbanisme de projet », Revue Urbanisme, p. 52-56.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Bensaâd A., 2003, « Agadez, carrefour migratoire sahélo-maghrébin », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 1, p. 7-28. En ligne : http://remi.revues.org/336 [consulté le 04/06/2015].

Berriane M., Hopfinger H., 1999, Nador (Maroc). Petite ville parmi les grandes, Tours, URBAMA, coll. « Villes du Monde Arabe », n° 4, 219 p.

Bogaert K., 2012, « New State Space Formation in Morocco: The Example of the Bouregreg Valley », Urban Studies, 49 (2), p. 255-270.

Boubakri H., 2001, « Échanges transfrontaliers et commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes », Maghreb-Machrek, n° 170, p. 39-51.

Boumaza Z., 2005, « Le “trabendo” comme phénomène social et ses effets spatiaux : l’exemple de Constantine », p. 287-300, in Zeghiche A., Hérin R. (dir.), Dynamique des territoires et des sociétés, Actes du colloque d’Annaba, 22-23 avril 2002, Caen, Les Documents de la Maison de recherche en sciences humaines de Caen, 336 p.

Brown K.L., 2001, Les Gens de Salé : tradition et changement dans une ville marocaine de 1830 à 1930, Casablanca, Eddif, 332 p.

Catusse M., 2008, Le Temps des entrepreneurs : politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve & Larose, 348 p.

Cesari J., 2002, La Méditerranée des réseaux : marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Paris, Maisonneuve & Larose, 300 p.

Driessen H., 1992, On the Spanish-Moroccan frontier: a Study in Ritual, Power, and Ethnicity, New York, Berg, 238 p.

Geertz C., 2003, Le Souk de Sefrou : sur l’économie de bazar, Saint-Denis, Bouchène, 263 p.

Harroud T., 2013, Émergences de nouvelles centralités commerciales à Rabat (Maroc). Sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales, Thèse de doctorat en géographie et urbanisme, Univ. Mohamed V-Agdal de Rabat et École nationale d’Architecture.

Kapchan D.A., 1996, Gender on the Market: Moroccan Women and the Revoicing of Tradition, University of Pennsylvania Press, 356 p.

Lehtinen T., 2008, « “At the Gates of El Dorado”: Micro-dynamics in the Transnational Border Area between Northern Morocco and Europe », p. 121-135, in Söderbaum F., Taylor I. (ed.), Afro-regions: the dynamics of cross-border micro-regionalism in Africa, Uppsala, Nordiska, Afrikainstitute.

Le Tellier J., 2009, « Accompagnement social, microcrédit logement et résorption des bidonvilles au Maroc », Les Cahiers d’EMAM, n° 17, p. 55-70. En ligne : http://emam.revues.org/248 [consulté le 04/06/2015].

Lesourd C., 2010, Mille et un litres de thé : enquête auprès des businesswomen de Mauritanie, Paris, Ginkgo, 127 p.

Manry V., 2007, « Trabendo au féminin. Les femmes algériennes dans le commerce à la valise », p. 219-267, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 368 p.

Maximy (de) R., 1987, « Les marchés, facteurs et témoins de l’urbanisation », Cahiers des Sciences Humaines, n° 23, ORSTOM, p. 319-331.

Maziane L., 2007, Salé et ses corsaires, 1666-1727 : un port de course marocain au XVIIe siècle, Mont-Saint-Aignan/Caen, Publications des universités de Rouen et du Havre, Presses universitaires de Caen, 362 p.

McMurray D.A., 2001, In and Out of Morocco. Smuggling and Migration in a Frontier Boomtown, Minneapolis, University of Minnesota Press, 203 p.

Mejjati R. et alii., 2008, « Étude sur la jouteya de Derb Ghallef », Revue Economia, CESEM-HEM, n° 2, p. 65-104.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/CJB/IFPO, coll. « Hommes et Sociétés », 348 p.

Mouloudi H., 2009, « L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique », Les Cahiers d’EMAM, n° 17, p. 11-28. En ligne : http://emam.revues.org/297 [consulté le 04/06/2015].

Mouloudi H., 2013, Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat (Maroc) : système d’action et stratégies d’acteurs. Thèse de doctorat en géographie et urbanisme, Univ. Mohamed V-Agdal de Rabat et École nationale d’Architecture.

Moussawi N., 2009, « Oujda-Maghnia, au-delà des frontières politiques : la contrebande, un secteur économique transnational », Critique économique, n° 25, p. 157-165.

Naciri M., 1963, « Salé : étude de géographie urbaine », Revue de géographie du Maroc, n° 3-4, p. 39-72.

Naciri M., 1980, « Les formes d’habitat sous-intégré, essai méthodologique », Hérodote, n° 19, p. 10-70.

Navez-Bouchanine F., 2012, Effets sociaux des politiques urbaines : l’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Algérie, Maroc, Liban, Mauritanie, Paris, Karthala, 378 p.

Peraldi M. (dir.), 2001, Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Peraldi M., 2007, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile », p. 73-114, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 368 p.

Peraldi M., Foughali N., Spinousa N., 1995, « Marché des pauvres, espace commercial et espace public », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1, p. 77-97.

Pliez O., 2003, Villes du Sahara. Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, Paris, Éd. du CNRS, coll. « Espaces & Milieux », 199 p.

Pliez O., 2007, « Des jeans chinois dans les rues du Caire ou les espaces discrets de la mondialisation », Mappemonde, 4-2007, n° 88. En ligne : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num16/articles/art07404.html [consulté le 04/06/2015].

Pliez O., 2009, « Salloum (Égypte), une bourgade bédouine sur les routes de la mondialisation », L’Espace géographique, vol. 38 (1), p. 31-42.

Sassen S., 2000, Cities in a World Economy, Londres, Pine Forge Press, 182 p.

Scheele J., 2012, Smugglers and Saints of the Sahara. Regional Connectivity in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 286 p.

SOFA, 2005, Schéma d’orientation fonctionnelle et d’aménagement de l’aire métropolitaine centrale Casablanca-Rabat, Rabat, Royaume du Maroc, Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, DAT, DIRASSET.

Spiga S., 2002, « Du nouveau système algérien d’importation aux nouvelles centralités commerciales dans la ville algérienne », p. 217-242, in M. Peraldi (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 495 p.

Stadnicki R., Toubet J., 2008, « Le grand Sanaa. Multipolarité et nouvelles formes d’urbanité dans la capitale du Yémen », Annales de géographie, n° 659, p. 32-53.

Suzanne G., 2007, « Oujda ou l’arrière-pays de l’économie transméditerranéenne », Espaces et sociétés, vol. 2007/1-2, n° 128-129, p. 171-184.

Swyngedouw E., 2004, « Globalisation or “Glocalisation”? Networks, Territories and Rescaling », Cambridge Review of International Affairs, n° 17 (1), p. 25-48.

Tamim M., 2011, « Un territoire connecté Ouneine-Casablanca-Shanghai », p. 295-316, in Peraldi M., Tozy M. (dir.), Casablanca. Figures et scènes métropolitaines, Paris/Rabat, Karthala/CJB/CM2S, coll. « Hommes et Sociétés », 595 p.

Tarrius A., 2002, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, Paris, Balland, 168 p.

Troin J.-F., 1975, Les Souks marocains. Marchés ruraux et organisation de l’espace dans la moitié nord du Maroc, Aix-en-Provence, Édisud, 2 vol., 503 p. et un atlas.

Troin J.-F. (dir.), 2002, Le Maroc. Pays, régions, territoires, Paris/Casablanca, Maisonneuve & Larose/Tarik Éditions.

Troin J.-F., 2010, Des souks ruraux marocains aux shopping centers du Golfe : lieux de commerce et mutations des sociétés, p. 57-78, in Mermier F., Peraldi M. (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/CJB/IFPO, coll. « Hommes et Sociétés », 348 p.

Troin J.-F., 2011, « Régionalisation et mondialisation au Maroc : interférences positives ou déséquilibres accrus ? », Méditerranée, n° 116, p. 69-76.

Haut de page

Notes

1 Produits de contrefaçon électronique chinoise.

2 Ce travail en cours repose sur des observations de terrain (dès 2008) et des entretiens (décembre 2011, octobre 2012, mai 2013) auprès des acteurs locaux (commerçants, boutiquiers, représentants coutumiers d’une corporation artisanale ou « amine », architecte responsable du réaménagement de la voierie, fonctionnaires de la commune urbaine de Salé).

3 Produits de consommation banals et quotidiens, distincts des trafics illicites surmédiatisés.

4 Voir Lesourd, 2010 ; Manry, 2007, 219-267.

5 La montagne du Rif est une région berbérophone dont l’histoire est scandée par des soulèvements et des velléités autonomistes : qu’on songe, par exemple, à la résistance des tribus contre l’invasion coloniale franco-espagnole (cf. la guerre du Rif, de 1921 à 1926) ou au mouvement contestataire de 1958, durement réprimé par le pouvoir central marocain et suivi (en rétorsion) par l’absence de toute politique de développement jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Mohamed VI (1999).

6 Voir Bensaâd, 2003, 7-28 ; Pliez, 2003 ; Scheele, 2012.

7 Voir les mémoires de fin d’études réalisés à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) de Rabat.

8 En 2008, un supermarché Carrefour s’installe à Salé, suivi en 2011 par un supermarché de la chaîne Marjane à Tabriquet (la localisation de ces deux établissements commerciaux est visible sur la Fig. 1) ; en octobre 2012, un supermarché Acima est en cours d’achèvement face à la gare de Salé. Depuis 2011, la chaîne turque BIM Stores multiplie l’implantation de supérettes à Tabriquet, Hay Rahma, Salé-Jadida, etc.

9 Site officiel : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php [consulté le 04/06/2015].

10 Administration des fondations pieuses, équivalent du Waqf en Orient.

11 Un lot à se partager entre deux familles.

12 Les marques courantes sont Docker, Yamazuki, Skygo… Leur coût (environ 16 000 DH) est un investissement familial fréquent pour fournir du travail aux jeunes hommes.

13 Voitures, pick-ups, mini-camionnettes Honda ou Suzuki, camions, bicyclettes, triporteurs, carrossas...

14 Marjane est la première entreprise de grande distribution au Maroc, née en 1990 avec l’ouverture du premier hypermarché à Rabat (Bou Regreg). Le groupe Marjane Holding (qui détient aussi l’enseigne Acima) appartient au groupe ONA (Omniun Nord Africain), un groupe privé contrôlé par la famille royale via la Société nationale d’investissement (SNI).

15 Certains commerçants ont dégagé une marge bénéficiaire en achetant au kilo et en revendant au mètre.

16 Cette agence est un établissement public doté d’une autonomie financière, placée sous tutelle du ministère de l’Intérieur. Son directeur est désigné par le Roi. Elle peut exproprier et acheter du terrain, délivrer des permis de construire, régler des contrats de vente, etc.

17 Voir http://www.youtube.com/watch?v=1cO1Lk8SRCA [consulté le 04/06/2015].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Situation de Salé et des marchés étudiés.
Légende Photo satellite : Google Earth, octobre 2012.
Crédits Cartographie : K. Bennafla & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2. Le tramway à Salé, quartier Tabriquet.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 3. Habitat bidonvillois sur le terrain de Souq el Kelb.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4. Souq Sa’a, le marché aux puces de Souq el Kelb.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5. Vue de Souq el Kelb.
Légende Au premier plan, les camions de ramassage d’ordures, puis les baraques commerciales. Au fond à gauche, la ligne bleue correspond au toit du bâtiment commercial Marjane.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 6. Schéma de la zone commerciale de Souq el Kelb et ses alentours.
Crédits Cartographie : K. Bennafla & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7. La rue Bou Craa, cœur de Souq Toub.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8. Façade d’immeuble rue Bou Craa.
Crédits Cliché : K. Bennafla, octobre 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9. Emplacement déguerpi des vendeurs de fripes à Souq el Kelb.
Légende Au sol, on aperçoit des traces de bulldozers ; des jeunes arbres ont été plantés à l’endroit des étals.
Crédits Cliché : K. Bennafla, mai 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/912/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Bennafla, « Le commerce transnational « informel », vecteur d’une nouvelle hiérarchie de lieux. L’exemple de la périphérie urbaine de Salé (Maroc) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://emam.revues.org/912 ; DOI : 10.4000/emam.912

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page