Navigation – Plan du site
Maillage, connexion et diversité des lieux du commerce transnational du local au global

Pratiques transnationales dans un comptoir de « la Route de la soie » : Algériens et Égyptiens à Yiwu (Chine)

Transnational practices in a trading post of the “Silk Road”: Algerians and Egyptians in Yiwu (China)
Saïd Belguidoum et Olivier Pliez

Résumés

Yiwu (Chine) est connu comme l’un des plus importants marchés de gros du monde. À la fois district industriel et place urbaine cosmopolite, cette ville de la province du Zhejiang, à trois heures de train au sud de Shanghai, s’est affirmée depuis le début des années 2000 comme l’une des principales places d’où partent les « nouvelles routes de la soie » fournissant en small commodities une grande part du marché mondial. Cet article a pour objectif de mieux comprendre comment, à partir de ces routes, se forme un comptoir transnational où la présence d’entrepreneurs, restaurateurs, traducteurs, acheteurs ou migrants arabes se pérennise. C’est une mondialisation discrète mais puissante qui se dessine ainsi et qui ancre l’Afrique du nord dans des réseaux globaux de l’échange transnational.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme est assez vague pour regrouper les bijoux, les articles de décoration, les biens d’équipem (...)

1Des dizaines de milliers de commerçants du monde entier viennent s’approvisionner à Yiwu (Chine), où se situe le plus important marché de gros de Chine et dans le domaine des menus articles, le plus important du monde. Très éloigné du modèle de la ville globale, le rayonnement de Yiwu n’en est pas moins mondial. À la fois district industriel et place urbaine cosmopolite, son étude est un point de départ afin de repérer et de suivre routes et ancrages urbains discrets des réseaux arabes de la mondialisation par le bas. Yiwu, ville de la province du Zhejiang située à 280 km au sud-est de Shanghai, s’est affirmé depuis le début des années 2000 comme l’une des principales places d’où partent les « nouvelles routes de la soie » (Simpfendorfer, 2009) fournissant en menus articles (small commodities)1 et vêtements bon marché une grande part du marché mondial.

  • 2 Ce terrain effectué en binôme du 11 au 18 juillet 2012 à Yiwu (Chine) s’inscrit dans le cadre d’une (...)

2La « Route de la soie » est une métaphore que nous utilisons pour mettre en relief cette forme de mondialisation discrète qui articule par des connections en réseau différentes places marchandes à travers le monde. En ce qui concerne notre objet d’étude, il s’agit des comptoirs d’Asie orientale où s’approvisionnent des importateurs du monde entier, et de leurs relais au Moyen-Orient, notamment Dubaï, lieux de stockage et de réexportation, et en Afrique du nord, à proximité des marchés de consommation. Les enquêtes que nous menons en Algérie et en Égypte depuis plus de trois ans2 ont déjà montré que le rôle et le poids de Yiwu s’amplifiaient au point que la ville est devenue la principale destination des entrepreneurs marchands arabes. Yiwu a ainsi progressivement supplanté d’autres places telles que Marseille dont le rôle, majeur jusque dans les années 1980 pour les populations maghrébines (Tarrius, 1995), est devenu marginal au fil des années 1990 (Peraldi, 2001), et surtout celles du Golfe arabo-persique qui étaient incontournables dans les années 2000 à l’échelle de toute la région (Marchal, 2001). Acteurs essentiels de ce nouveau dynamisme commercial urbain, les entrepreneurs transnationaux ont remonté la route des produits et mis en place d’efficaces et discrets réseaux d’approvisionnement en s’appuyant sur les avantages de chacune des places fréquentées.

3Remonter à notre tour ces « nouvelles routes de la soie » devait permettre de mieux comprendre comment, à partir de ces routes, ont pu se constituer en Algérie des places marchandes au rayonnement national et aux connections internationales. El Eulma et Aïn Fakroun, deux localités de l’Est algérien, illustrent la montée en puissance de ce nouveau type de ville. Vu d’Égypte, il s’agissait de comprendre comment les entrepreneurs transnationaux composent entre différentes filières d’approvisionnement qui, depuis la Chine et via le Golfe ou la Libye, irriguent le plus vaste marché de consommation de la région (près de 85 millions d’habitants).

4Ce terrain visait deux grands objectifs. D’une part, il s’agissait d’étudier les évolutions de Yiwu et notamment de son quartier « exotique », lieu de polarité pour le commerce avec les pays arabes et/ou musulmans et observatoire privilégié de la formation locale d’une place marchande transnationale. D’autre part, à partir d’enquêtes menées auprès des commerçants algériens et égyptiens, il nous fallait mieux saisir les trajectoires, les profils et les formes de structuration des échanges à longue distance. Ainsi, au-delà de la seule observation in situ, ce séjour a débouché sur de nouvelles interrogations concernant ces entrepreneurs, restaurateurs, traducteurs, acheteurs ou migrants, ainsi que sur leur adaptation à la société chinoise et la pérennisation de leur présence.

Yiwu, le comptoir mondial des « small commodities »

5Yiwu est aujourd’hui une ville multi-millionnaire qui accueille au moins 1,5 million de migrants de toutes les régions de Chine (Guiheux, 2013). Elle est surtout perçue (et pensée) comme un show-room (litt. : salle d’exposition) d’échelle globale, spécialisée dans la vente en gros de « menus articles », à savoir les appareils ménagers, la papeterie, les jouets, les vêtements et les objets religieux… La meilleure façon de décrire cette ville est, en effet, d’énumérer ses superlatifs : la superficie des marchés dépasse 4 300 000 km2, 62 000 cabines présentent 400 000 types de produits proposés par 100 000 fournisseurs et 35 salons ont lieu chaque année.

6Yiwu est probablement unique, tant par son ampleur que par la diversité de ses produits. Une multitude d’acheteurs transnationaux viennent ici, souvent avec peu d’argent, car ils peuvent trouver davantage de marchandises que n’importe où ailleurs et ils peuvent remplir un container avec différents types de produits au lieu d’un seul, comme c’est souvent le cas dans d’autres marchés asiatiques. Yiwu est également bien connu dans les années 1990 comme l’un des centres majeurs de la contrefaçon en Chine, avec environ 80-90 % (Chow, 2003) de tous les biens proposés à la vente en contrefaçon ou de marchandises portant atteinte à des droits d’auteur ; de plus la ville a d’excellentes connexions avec les marchés similaires au Paraguay, au Mexique ou en Thaïlande. Comme ses prix sont parmi les plus compétitifs, on y vient du monde entier autant lorsque l’on dispose d’une position assise dans le commerce transnational que pour tenter d’y faire fortune dans les multiples activités qui en découle.

7L’exposition de produits est une industrie qui a prospéré ici comme dans d’autres parties de la Chine (Mu Guo, 2010). L’International Trade City (ITC), appelée Futian Market (Fig. 1 et 2), avec un total d’environ 50 000 échoppes d’usine, souvent inférieures à 10 m², a fourni une vitrine permettant d’accéder aux produits fabriqués dans les districts industriels de la région du Zhejiang, où se situe Yiwu, un an après que la Chine soit entrée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Au moins les trois quarts des transactions commerciales effectuées dans la ville y sont concentrés ainsi que dans quelques autres lieux de Yiwu. En 2011, les six plus importants marchés de Yiwu (Tab. 1) constituent l’une des plus importantes sources de marchandises alimentant les réseaux commerciaux de la mondialisation économique par le bas, auquel il faut ajouter des dizaines de rues spécialisées sur un créneau particulier de produit (170 000 échoppes).

Tab. 1. Les principaux marchés de Yiwu en 2014.

Superficie (m2)

Nb. d’échoppes

Année d’ouverture

Marché Huangyuan

420 000

5 000

2011

ITC District I

340 000

10 000

2002

ITC District II

600 000

8 000

2004

ITC District III

460 000

6 600

2005

ITC District IV

1 080 000

17 000

2008

ITC District V

640 000

7 400

2011

TOTAL Districts I à V

= International Trade City (ITC)

3 120 000

49 000

Source : http://en.yiwufair.com/​wizard/​market/​t22885.html [consulté le 11/06/2015].

Fig. 1. Un acheteur et sa guide-traductrice chinoise dans les halls de Futian.

Fig. 1. Un acheteur et sa guide-traductrice chinoise dans les halls de Futian.

La plupart des acheteurs étrangers sont ainsi guidés dans les dédales de l’International Trade City par une traductrice qui travaille pour une société de trading implantée à Yiwu.

Cliché : O. Pliez, 2009.

Fig. 2. Sur le parvis de Futian Market (ITC).

Fig. 2. Sur le parvis de Futian Market (ITC).

Cliché : S. Belguidoum, 2012.

8Dans les années 1970, Yiwu est l’une des nombreuses petites villes industrielles en Chine, spécialisée dans la production de menus articles en conformité avec la doctrine économique de cette époque : « Un village, un produit ». Mais la libéralisation économique, menée par Deng Xiaoping après 1979, fit naître une concurrence entre ces localités mono-spécialisées pour attirer les clients chinois dans un marché concurrentiel de production. Dans ce contexte, stimulé au niveau local par les opérateurs commerciaux et les pouvoirs publics, Yiwu est devenu en 1982 un marché de gros qui a, peu à peu, attiré des mono-industries dispersées dans les campagnes du Zhejiang. Une nouvelle étape est franchie dans les années 1990, lorsque les opérateurs qui effectuaient la navette entre les marchés de Yiwu et l’ensemble de la Chine ont noué des partenariats avec des opérateurs commerciaux privés situés dans d’autres provinces chinoises. Au milieu des années 2000, ces derniers ont créé un réseau de près de cinquante marchés reliés à Yiwu en République populaire de Chine (RPC). Au début des années 2000, sous la conjonction de l’entrée de la RPC dans l’Organisation mondiale du commerce et de la crise financière de 1997 qui frappe le Sud-Est asiatique, les opérateurs commerciaux transnationaux se rendent en nombre croissant en Chine. Yiwu accroît rapidement son rayonnement puisque, aujourd’hui, les deux tiers des ventes qui y sont opérées sont à destination d’un marché devenu mondial (Pliez, 2010).

Tab. 2. Les principaux pays d’importations de produits de Yiwu (2002-2011).

Rang

2002

2006

2009

2011

1

EAU*

États-Unis

États-Unis

Union européenne

2

Russie

EAU

EAU

ASEAN**

3

EU

Russie

Allemagne

Iran

4

Corée du Sud

Ukraine

Espagne

Inde

5

Ukraine

Corée du Sud

Russie

Égypte

6

Japon

Allemagne

Royaume-Uni

EAU

7

Arabie Saoudite

Espagne

Italie

Arabie Saoudite

8

Royaume-Uni

Brésil

Brésil

9

Panama

Iran

Irak

10

Brésil

Inde

Algérie

*EAU : Émirats arabes unis . ** ASEAN : Association des Nations d’Asie du Sud-Est.

Sources : Yiwu Customs. En ligne : http://en.onccc.com (2002) ; http://old.echinacities.com (2006) ; http://www.yiwumarketguide.com/​ (2009) ; http://www.yiwu-sourcing-agent.com (2011).

9Durant les années 2000, les exportations de la RPC vers le Monde arabe ont considérablement augmenté avec l’accroissement de la demande de biens de consommation provoquée par l’explosion des prix du pétrole (Tab. 2). De plus, dans un contexte post 11-Septembre marqué par la suspicion des pays du Nord, les intérêts réciproques de la Chine et du Monde arabe à commercer ont favorisé l’établissement de liens directs. En 2005, le volume commercial sino-arabe était de 51,2 milliards de $-US, près de dix fois supérieur à celui de 1995 ; il a grimpé à 133 milliards de $-US en 2008 (Donghong, 2011). C’est dans ce contexte qu’un débouché majeur pour les exportations de Yiwu s’est ouvert en direction du vaste marché de consommation du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, à la recherche de produits peu coûteux. Deux des États de la région, les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite, font figure de partenaires pionniers, puisqu’ils font partie des dix premiers pays importateurs de Yiwu dès 2002. Ils sont six aujourd’hui avec l’Iran, l’Égypte, l’Irak et l’Algérie. Ce qui conduit à penser que, désormais, le rôle des plateformes d’échange telles que Dubaï ou Jeddah s’atténue progressivement au profit de relations directes entre sources d’approvisionnement et destinations de consommation.

10Dans les premiers temps de l’essor de ces relations, Dubaï joua le rôle de principale interface entre le Monde arabe et la Chine. Toutefois, au cours des années 2000, de nombreux acheteurs sont venus seuls ou en petits collectifs directement à Yiwu, afin d’y trouver les prix les plus bas et d’abaisser le coût des services proposés par les intermédiaires situés à Dubaï. La plupart des commerçants arabes relatent des trajectoires similaires, qui les ont amenés à ajouter la Chine à leurs destinations pendant les années 2000. Les commerçants transnationaux maghrébins, par exemple, fréquentaient Marseille et d’autres grands ports du sud de l’Europe dans les années 1980, puis la Turquie, les Émirats Arabes Unis et l’Asie du Sud jusqu’à la fin des années 1990. Sans cesser de s’approvisionner dans certaines de ces places, ils sont entrés en Chine par étapes, après un premier voyage à Hong Kong pour acheter des produits chinois, avant d’aller ensuite directement dans la partie continentale du pays à Guangzhou, puis à Yiwu (Belguidoum, Pliez, 2012).

Immersion dans Yiwu et son « quartier musulman »

  • 3 Selon le Département du commerce extérieur et de la coopération économique de la municipalité de Yi (...)
  • 4 « 200,000 Arab shoppers visit Yiwu every year. City’s market a magnet for buyers looking for bargai (...)

11Il est difficile de dire avec précision combien d’Arabes vivent ou passent à Yiwu. Mais l’intensité des liens commerciaux entre Yiwu et les pays arabes a abouti au fait que 70 % des 11 000 résidents étrangers à Yiwu en 2010 seraient Arabes3 et que 200 000 acheteurs arabes visitent la ville chaque année4.

  • 5 Fermé pour rénovation en 2012.

12Au niveau urbain, cette dynamique marchande donne lieu à des spécialisations spatiales que les autorités de la ville essaient d’organiser. Ainsi, à la fin des années 1990, un petit quartier, situé dans Binwang, près du premier centre d’exposition5 se spécialise dans le commerce spécifique avec le Monde arabe et musulman, notamment les articles religieux et textiles. C’est aussi en bordure de ce quartier que les autorités ont installé le bureau de l’immigration (Fig. 3).

Fig. 3. Poste de police de Binwang.

Fig. 3. Poste de police de Binwang.

Au cœur du quartier de Binwang, un nouveau commissariat de police
affiche clairement sa fonction de bureau destiné aux étrangers.

Cliché : O. Pliez, 2009.

13Si ce quartier a différents noms, San mao chu (district économique n° 3) en est la désignation administrative. Les Chinois l’appellent plus souvent Alabo fan dian (« restaurant arabe » en chinois) ou, tout comme les Arabes, Al Maedah (la « table » en arabe) en référence au premier restaurant égyptien construit dans le quartier. La municipalité de Yiwu a récemment rebaptisé le quartier Exotic Street (Fig. 4) afin de mettre en scène l’aspect cosmopolite d’un espace orienté vers les loisirs et la vie nocturne, tant pour les commerçants de passage que pour les résidents chinois ou étrangers de Yiwu, gommant au passage toute marque identitaire trop forte accolée au lieu.

Fig. 4. L’entrée du quartier d’Exotic Street.

Fig. 4. L’entrée du quartier d’Exotic Street.

Ce panneau, placé à l’entrée du quartier de Binwang (san mao chu),
marque la volonté assumée de la municipalité de Yiwu de donner une image cosmopolite de la ville.

Cliché : O. Pliez, 2009.

14Le quartier d’Exotic Street (Fig. 5) est constitué de plusieurs îlots traversés par cinq rues parallèles bordées de boutiques aux enseignes écrites en chinois, en arabe et en anglais. Une place carrefour, avec ses restaurants et hôtels ouïghours, arabes ou turcs, en constitue le centre de gravité. Les îlots sont reliés entre eux par des rues et ruelles qui, en se croisant, forment des placettes. Boutiques de vêtements, de tissus, d’articles religieux (une rue entière est dédiée à ce commerce), bureaux de transitaires, hôtels, restaurants et salons de coiffure se succèdent. Ces commerces sont tenus par des commerçants chinois, égyptiens, turcs, syriens et libanais.

Fig. 5. Exotic Street, plan d’ensemble.

Fig. 5. Exotic Street, plan d’ensemble.

Cartographie : O. Pliez & F. Troin • CITERES 2015.

  • 6 Musulmans chinois de l’ethnie dominante, les Han.

15L’ambiance urbaine est particulière : enseignes en arabe et en chinois, restaurants hallal, public important et cosmopolite au sein duquel on reconnaît, par les tenues vestimentaires et les langues parlées, des Ouïghours, des Huis6, des Pakistanais, des Arabes, des Turcs et des Africains. On fume le narguilé et on boit le thé ou le café aux terrasses des restaurants et des marchands de brochettes ; vendeurs à la sauvette et changeurs de monnaie occupent les trottoirs. Les différents accents arabes s’entendent et se mélangent.

16Algériens, Égyptiens, Irakiens, Syriens, Libanais, Yéménites…, les principales nationalités fréquentant Yiwu ont leurs hôtels-restaurants, servant de lieu de contact pour les nombreux commerçants de passage (Fig. 6). C’est dans ces restaurants – mais aussi dans les salons de coiffure ou chez les barbiers (on en dénombre une quinzaine dans le quartier) – que les commerçants ou les résidents se donnent rendez-vous, traitent des affaires ou, tout simplement, échangent des nouvelles. Les gérants des boutiques sont étrangers ou chinois, mais le personnel est essentiellement chinois, ouïghour ou hui musulman (Allès, 2011). Tous sont musulmans et l’arabe est leur lingua franca (Fig. 7). C’est surtout en fin de journée, lorsque l’ITC ferme ses portes et quand s’installe le marché de nuit, que le quartier s’anime et que les restaurants et leurs terrasses se remplissent, souvent jusque très tard dans la nuit, décalage horaire aidant. La déambulation dans les halls d’exposition des produits laisse alors place à la négociation autour d’une table ou à un moment de sociabilité entre des négociants venant du monde entier et leurs intermédiaires basés à Yiwu.

Fig. 6. Une placette d’Exotic Street.

Fig. 6. Une placette d’Exotic Street.

Sur cette placette voisinent plusieurs commerces qui renvoient à plusieurs fonctions. En face, à gauche, le café syrien Simbad. En face, à droite, vente d’articles destinés aux Musulmans.

Cliché : S. Belguidoum, 2012.

Fig. 7. L’intérieur d’une boutique d’articles musulmans.

Fig. 7. L’intérieur d’une boutique d’articles musulmans.

Dans les ruelles d’Exotic Street, des dizaines de boutiques vendent des articles religieux (vêtements, chapelets, nourriture hallal déshydratée…) à destination exclusive d’une clientèle d’acheteurs musulmans.

Cliché : O. Pliez, 2012.

17Le quartier est un condensé de l’activité de Yiwu, un microcosme où se croisent les commerçants de passage et les nouveaux migrants, mais c’est bien dans toute la ville qu’on les retrouve. Ainsi, entre Exotic Street et Futian Market, tout le long des deux kilomètres de l’avenue comme à l’intérieur des espaces qu’elle traverse, des boutiques et des bureaux de trading aux enseignes en arabe marquent cette présence.

Portraits et trajectoires d’entrepreneurs migrants algériens et égyptiens

18La découverte de Yiwu par les commerçants algériens se fait à la fin des années 1990. Des figures pionnières, originaires d’El Eulma, près de Sétif, y ouvrent leur bureau de trading. Le travail de trading consiste à accompagner le commerçant auprès des fournisseurs, servir de traducteur, participer aux négociations, s’occuper des documents douaniers, vérifier la conformité de la marchandise et la mise en conteneur, organiser le transport maritime et servir de garant auprès des fournisseurs pour les délais de paiement. À l’instar des Égyptiens, Syriens, Libanais et Turcs, nationalités les plus nombreuses, un restaurant est ouvert par un transitaire originaire d’El Eulma. D’abord appelé El Andaloucia puis, après un changement de propriétaire, Tassili, et enfin El Bahdja, il joua un grand rôle dans la prise en charge des commerçants de passage. Fermé en 2011 à cause d’une opération de rénovation urbaine dans cette partie du quartier, le seul restaurant géré par un Algérien n’a pas rouvert depuis lors. Mais les lieux de rencontre des Algériens se sont rapidement formés à proximité : un snack (Fig. 8) et deux hôtels chinois en face d’Exotic Street.

Fig. 8. DM Coffee, lieu de rencontre des Algériens en 2012.

Fig. 8. DM Coffee, lieu de rencontre des Algériens en 2012.

Cliché : S. Belguidoum, 2012.

  • 7 Source : Douanes algériennes.
  • 8 On nous a avancé avec certitude le nombre de 500.

19Les commerçants de passage sont très nombreux, ce qui n’est pas pour surprendre puisque 34 000 commerçants importateurs sont enregistrés en Algérie et 80 % des importations des produits de consommation non alimentaire proviennent de Chine7. Leur présence est continue toute l’année, même si c’est au moment des grandes foires que l’affluence bat son plein. La durée de leur séjour est variable mais excède rarement dix jours : le temps de prospecter, de passer commande et parfois de vérifier le chargement. Le recours aux transitaires, appelés traders, leur permet de réaliser rapidement leurs transactions commerciales. Les commerçants qui viennent pour la première fois ont forcément une adresse, un contact. Pris en charge dès leur arrivée, ils finalisent leurs commandes rapidement. Les traders algériens, dont il est difficile d’évaluer le nombre précis, sont de plus en plus nombreux à s’installer. À la suite des pionniers, d’autres Eulmis, mais aussi des jeunes venus d’autres localités de l’Est (Sétif, Bordj Bou Arredj, Constantine) ou de Kabylie et d’Alger, les imitent. Ils seraient quelques centaines8. Après les Égyptiens, les Syriens, les Libanais et les Turcs, les Algériens formeraient ainsi la communauté la plus importante.

  • 9 À partir des nombreux échanges que nous avons eus, sous forme d’entretiens libres et d’entretiens s (...)

20Une première typologie peut être esquissée9. Deux types d’acteurs constituent cette communauté permanente : les gros traders et une myriade de nouveaux installés, prêts à tenter leur chance. Une vingtaine de « gros bureaux », les pionniers venus au début des années 2000, ont pignon sur rue. Ils traitent les grandes affaires d’exportation vers l’Algérie et sont en relation avec une importante clientèle. Ils font travailler une main-d’œuvre locale mais aussi des jeunes (parents ou amis) venus d’Algérie. Depuis deux ou trois ans se développe une nouvelle génération de petits traders qui, tout en entrant en concurrence avec les gros bureaux, profite de l’importance des flux commerciaux avec l’Algérie pour tenter de se faire sa place. Venus directement d’Algérie, fils ou frères de commerçants importateurs, ayant « appris le métier » avec un parent déjà installé à Guangzhou ou Kuala Lumpur en Malaisie, leur installation se réalise dans le cadre d’une stratégie permettant à l’entreprise familiale d’avoir un point d’appui permanent en Chine. En attendant d’avoir un carnet de clients réguliers, ils opèrent sans déclaration, s’associant à des transitaires chinois ou travaillant avec les gros traders algériens. Des dizaines de traders non déclarés travaillent ainsi à leur compte. Cette présence permanente de traders, nombreux et disponibles, facilite les déplacements des commerçants et garantit une livraison plus rapide des commandes qui peuvent aussi être passées par téléphone. La fonction de trader inclut également celle de facilitateur financier.

21Premier groupe par la taille, bien que l’on ne puisse en estimer le nombre, les Égyptiens sont pionniers à Yiwu et l’Égypte est la première destination des produits importés de Yiwu vers un pays arabe en 2011. On peut identifier au sein de leur groupe les mêmes profils que dans la communauté algérienne. Plus nombreux, ils ont aussi des trajectoires multiples.

22Avec au moins sept restaurants dans le quartier d’Exotic Street, les Égyptiens ont ouvert un secteur d’activité florissant comme en atteste la présence du restaurant Al Maedah, premier du genre. Les restaurants égyptiens attirent non seulement les nationaux de passage à Yiwu, mais aussi de nombreux autres ressortissants de pays arabes qui ne peuvent pas s’appuyer sur la présence d’un restaurant tenu par un « national », comme pour les Algériens. Souvent, leurs gérants sont des pionniers du commerce transnational qui ont eu une première expérience migratoire dans un pays du Golfe arabo-persique. Ils y ont alors noué des contacts qui les ont conduit à venir en nombre croissant en Chine et notamment à Yiwu au début des années 2000. Pour autant, si, jusqu’à la moitié des années 2000, les premiers restaurateurs exerçaient auparavant cette profession ailleurs, la plupart d’entre eux ont approché Yiwu en se livrant à des activités d’importation. Confrontés à la difficulté de trouver leur place dans ce créneau très concurrentiel, beaucoup disent qu’il leur est vite apparu plus pertinent – et plus rémunérateur – d’ouvrir un restaurant en s’associant avec un Chinois servant de prête-nom, moyennant le paiement d’un loyer.

23Yiwu s’internationalise au fil des années 2000 et les restaurants arabes se multiplient, offrant ainsi une niche d’emploi convenablement rémunérée tout en évitant à ceux qui y travaillent d’effectuer les multiples allers-retours imposés par la fonction d’importateur. C’est au prix d’une grande labilité des lieux et des carrières car les gérants restent en place pendant trois à quatre ans, puis passent la main à un membre de leur famille ou revendent l’enseigne. Parfois le restaurant ferme puis rouvre et monte alors souvent en gamme. La main-d’œuvre des restaurants est chinoise mais aussi familiale : en effet, des membres, plus jeunes, de la famille du restaurateur ont alors eu leur première expérience migratoire en quittant Le Caire ou le delta du Nil et se sont rendus directement sur place pour travailler au restaurant. Dans un premier temps, cette expérience se voulait provisoire et ceux qui s’y sont essayés, avec un visa de visite, se rendaient tous les trois mois à Hong Kong afin de le renouveler. Mais la fréquentation croissante de Yiwu incite certains à ouvrir leur propre restaurant ou une cafétéria grâce à des emprunts et à l’expérience de leur patron. Plusieurs d’entre deux ont ainsi ouvert depuis 2005, même s’ils ferment parfois tout aussi vite.

24Depuis le milieu des années 2000, la fréquentation de Yiwu ne fait que croître et, avec elle, ceux qui s’essaient au commerce transnational. Les premiers Égyptiens à s’y rendre ont découvert Yiwu selon des canaux variés. Beaucoup sont d’anciens émigrés du Golfe qui ont réussi leur conversion à l’entreprenariat transnational. Certains se fournissaient auparavant auprès d’entreprises européennes qui ont délocalisé une partie de leur activité en Chine et ont délaissé certains secteurs, préférant profiter de la diversité des produits fabriqués par les PMI locales. Ne voulant pas perdre pour autant leurs acheteurs, ils les ont alors invités en Chine afin d’y visiter les nouvelles usines délocalisées, leur faisant par la même occasion découvrir l’intérêt de Yiwu pour l’achat d’autres produits relevant de leur secteur d’activité. D’autres ont directement été démarchés en Égypte par des intermédiaires chinois ou la Chambre de commerce chinoise en Égypte car ils occupaient déjà une position centrale au sein du champ des importateurs en Égypte. Le groupe le plus récent et le plus important en taille – celui qui assure à Yiwu sa forte fréquentation – est constitué d’un ensemble beaucoup plus hétéroclite d’individus ou de petits groupes qui s’essaient à « l’aventure de l’importation » en tentant une première affaire, à l’aide de fonds collectés dans un cadre familial ou celui d’un groupe issu d’un même village.

25Ainsi, là où, comme les restaurateurs pionniers, les premiers importateurs se sont rendus à Yiwu après une expérience préalable « à l’international », les jeunes générations s’inscrivent dans le mouvement plus large d’une démocratisation de la fonction d’importateur. Ils perdent ainsi parfois leur mise de fond dans des achats hasardeux mais au grand bénéfice des pionniers du mouvement dont quelques-uns se sont reconvertis dans le service aux importateurs. Plusieurs générations d’importateurs et de traders transnationaux se côtoient donc à Yiwu : le groupe homogène des premières années de la destination chinoise se stratifie progressivement en plusieurs groupes qui tirent partie ou bénéficient de la présence des autres.

26Yiwu, vers l’installation durable d’un comptoir global ?

27Dans le monde entier, le modèle Yiwu fait école. La formation de cette ville-marché, dans le contexte de la libéralisation économique chinoise, impulsée dans les années 1970, est désormais bien connue grâce à de nombreux travaux d’économistes. Son internationalisation était déjà en gestation avant même que la Chine n’adhère officiellement à l’OMC en 2001. Stigmatisés par les instances internationales (OCDE, États-Unis, UE) pour leur rôle dans la diffusion des produits contrefaits, au Nord comme au Sud, ses opérateurs sont multiples : municipalité, chambre de commerce, autorité de gestion des marchés de la ville mais aussi les milliers de négociants chinois et étrangers qui vivent dans la ville ou la fréquente. Ils contribuent à la formation d’un réseau global de places marchandes situées sur et hors du territoire chinois et fréquentées quotidiennement par des centaines de milliers de négociants et de chalands.

28Yiwu est exemplaire à plus d’un titre. Localement, des formes de gouvernance inédites de places marchandes de rayonnement mondial et des villes dont elles constituent le cœur s’y expérimentent. Dans les marchés de gros de la ville, l’intensité des transactions commerciales croît même en temps de crise. Yiwu combine aussi des conditions d’hospitalité pour des acheteurs venant de tous les horizons du monde, marquant le passage de l’entrepreneur-migrant au tourist-trader, une tolérance entre formes licites et illicites de l’échange et une articulation étroite entre développement économique et urbain local.

29Dix ans après les premières installations, on assiste donc à un processus indéniable de constitution d’un comptoir durable. C’était le cas à Belsunce, au cœur de Marseille, dès les années 1970, devenu un haut-lieu du dispositif commercial maghrébin transnational (Tarrius, 1995) ; de tels dispositifs se multiplient aujourd’hui en Asie orientale (Bertoncello et al., 2009), alimentés par une population jeune (22 à 35 ans), entreprenante et prête à se fixer comme le montrent certains signes. La disponibilité des logements et les revenus convenables garantis par le trading (2,5 % de commission pour chaque transaction) leur permettent de louer des appartements et de prendre pied dans la société chinoise. La moitié des personnes enquêtées a une présence en Chine supérieure à cinq ans et aucune d’entre elle n’a exprimé son intention de rentrer au pays. Contrairement aux pionniers qui ont appris le chinois « sur le tas », les nouveaux venus suivent dès leur arrivée des cours de chinois dans des écoles privées (Fig. 9). On compte une bonne dizaine d’établissements dans Yiwu qui proposent pour 800 € des cours intensifs de chinois (180 heures en six mois). Si l’apprentissage méthodique de la langue est un signe révélateur de cette installation, les mariages avec des ressortissantes chinoises, de plus en plus fréquents aux dires de nos interlocuteurs, semblent en être un élément encore plus tangible.

Fig. 9. École de langue à Yiwu.

Fig. 9. École de langue à Yiwu.

Cliché : S. Belguidoum, 2012.

  • 10 Des associations liées à la mosquée de la ville proposent des activités sportives. Par exemple, des (...)

30Ainsi, deux des hommes interrogés se sont mariés à des Chinoises – musulmanes tiennent-ils à nous préciser. Est-ce un signe de leur volonté d’inscrire leur installation dans la durée ? Une chose est certaine, la présence arabe, qu’elle soit algérienne ou égyptienne, a dépassé la phase de la simple prospection. Ces premiers mariages avec des Chinoises facilitent une intégration sociale et créent de nouveaux ancrages dans une société où, contrairement à la France, pays traditionnel de l’émigration algérienne, ces nouveaux migrants n’ont pas, ou peu, de référents culturels. Essentiellement liés aux affaires, les rapports à la société chinoise restent toutefois encore limités. La religion et la fréquentation des mosquées10 sont une des passerelles utilisées pour atténuer les effets d’une altérité avec une société où, paradoxalement, l’adaptation pour ces entrepreneurs migrants ne semble pas poser, du moins pour le moment, de problèmes majeurs.

Haut de page

Bibliographie

Allès É., 2011, « Choses vues à Yiwu », Outre-Terre, 2011/4, n° 30, p. 411-412.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, « Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine », Critique internationale, 3/2009, n° 44, p. 105-121.

Chow D.C.K., 2003, « Organized crime, local protectionism, and the trade in counterfeit goods in China », China Economic Review, vol. 14(4), p. 473-484.

Donghong C., 2011, Study and Revelation on China-Arab States Economic and Trade Relationship. A Discussion on China-Arab StatesEconomic and Trade Forum, English.News.CN, 09/07/2011. En ligne : http://news.xinhuanet.com/english2010/china/2011-09/07/c_131112714.htm [consulté le 04/06/2015].

Guiheux G., 2012, « Travailleurs migrants du prêt-à-porter en Chine. Flexibilités et opportunités », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 28, n° 1, p. 27-42.

Marchal R. (dir.), 2001, Dubaï, cité globale, Paris, Éd. du CNRS, 128 p.

Mu G., 2010, « The Yiwu Model of China’s Exhibition Economy », Provincial China, vol. 2-1, p. 91-115.

Peraldi M. (dir.), 2001, Cabas et Containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Pliez O., 2010, « Toutes les routes de la soie mènent à Yiwu (Chine). Entrepreneurs et migrants musulmans dans un comptoir économique chinois », L’Espace géographique, 2010/2, p. 132-145.

Simpfendorfer B., 2009, The New Silk Road. How a Rising Arab World is Turning Away from the West and Rediscovering China, Balsingstoke, Palgrave Macmillan, 208 p.

Tarrius A., 1995, « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1 (« Marseille et ses étrangers »), p. 21-52. doi : 10.3406/remi.1995.1442.
En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_1_1442 [consulté le 04/06/2015].

Haut de page

Notes

1 Le terme est assez vague pour regrouper les bijoux, les articles de décoration, les biens d’équipement domestique, la papeterie, le petit matériel électronique, etc. Ces objets, communément désignés sous le terme de chinoiseries en français et d’exotic knick-knack en anglais, constituent un ensemble de marchandises assez souvent similaires sur l’ensemble de la planète.

2 Ce terrain effectué en binôme du 11 au 18 juillet 2012 à Yiwu (Chine) s’inscrit dans le cadre d’une recherche en cours sur les routes, les réseaux sociaux et les places marchandes transnationales entre le Monde arabe (Algérie et Égypte) et la Chine. Il s’appuie sur deux programmes : EUTAC (Espaces urbains transnationaux de l’Algérie contemporaine) et AIRD-STDF ECOMIG (Economic Crises, Migration and Development in Egypt), coordonné par Sophie Bava, qui a financé la mission.

3 Selon le Département du commerce extérieur et de la coopération économique de la municipalité de Yiwu.

4 « 200,000 Arab shoppers visit Yiwu every year. City’s market a magnet for buyers looking for bargains », O. Crowcroft, Business News Editor, 01/06/2011, Gulf News General. En ligne : http://gulfnews.com/200-000-arab-shoppers-visit-yiwu-every-year-1.815650 [consulté le 01/07/2015].

5 Fermé pour rénovation en 2012.

6 Musulmans chinois de l’ethnie dominante, les Han.

7 Source : Douanes algériennes.

8 On nous a avancé avec certitude le nombre de 500.

9 À partir des nombreux échanges que nous avons eus, sous forme d’entretiens libres et d’entretiens semi-directifs (une dizaine ont pu être réalisés).

10 Des associations liées à la mosquée de la ville proposent des activités sportives. Par exemple, des tournois de football sont organisés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Un acheteur et sa guide-traductrice chinoise dans les halls de Futian.
Légende La plupart des acheteurs étrangers sont ainsi guidés dans les dédales de l’International Trade City par une traductrice qui travaille pour une société de trading implantée à Yiwu.
Crédits Cliché : O. Pliez, 2009.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2. Sur le parvis de Futian Market (ITC).
Crédits Cliché : S. Belguidoum, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. Poste de police de Binwang.
Légende Au cœur du quartier de Binwang, un nouveau commissariat de policeaffiche clairement sa fonction de bureau destiné aux étrangers.
Crédits Cliché : O. Pliez, 2009.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. L’entrée du quartier d’Exotic Street.
Légende Ce panneau, placé à l’entrée du quartier de Binwang (san mao chu),marque la volonté assumée de la municipalité de Yiwu de donner une image cosmopolite de la ville.
Crédits Cliché : O. Pliez, 2009.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5. Exotic Street, plan d’ensemble.
Crédits Cartographie : O. Pliez & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6. Une placette d’Exotic Street.
Légende Sur cette placette voisinent plusieurs commerces qui renvoient à plusieurs fonctions. En face, à gauche, le café syrien Simbad. En face, à droite, vente d’articles destinés aux Musulmans.
Crédits Cliché : S. Belguidoum, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 7. L’intérieur d’une boutique d’articles musulmans.
Légende Dans les ruelles d’Exotic Street, des dizaines de boutiques vendent des articles religieux (vêtements, chapelets, nourriture hallal déshydratée…) à destination exclusive d’une clientèle d’acheteurs musulmans.
Crédits Cliché : O. Pliez, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8. DM Coffee, lieu de rencontre des Algériens en 2012.
Crédits Cliché : S. Belguidoum, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9. École de langue à Yiwu.
Crédits Cliché : S. Belguidoum, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/927/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Belguidoum et Olivier Pliez, « Pratiques transnationales dans un comptoir de « la Route de la soie » : Algériens et Égyptiens à Yiwu (Chine) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://emam.revues.org/927 ; DOI : 10.4000/emam.927

Haut de page

Auteurs

Saïd Belguidoum

Sociologue, Maître de conférences, Aix-Marseille Université, CNRS IREMAM UMR 7310, 13094 Aix-en-Provence, France

said.belguidoum@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Olivier Pliez

Géographe, Directeur de recherches CNRS, LISST-CIEU UMR 5193, Université Toulouse-II Le Mirail, 31058 Toulouse, France

olivier.pliez@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page