Navigation – Plan du site
Maillage, connexion et diversité des lieux du commerce transnational du local au global

Des souks ruraux aux entrepôts de Casablanca.
La mondialisation jusqu’au cœur du Moyen Atlas

From rural souks to warehouses of Casablanca.
Globalization at the heart of the Middle Atlas mountains
Fatima Qacha

Résumés

Cette contribution est le fruit d’une enquête exploratoire menée en 2011 au Maroc, dans les souks ruraux du Moyen Atlas et dans la ville de Casablanca. Les étals des souks ruraux présentent des articles provenant de différents endroits du monde qui côtoient les produits nationaux et locaux. Les connexions inter-régionales, tout comme les déplacements réguliers des commerçants, ont favorisé le renforcement de l’urbanité des campagnes en mettant à la disposition de leurs habitants des produits urbains de plus en plus diversifiés et accessibles. Le souk conserve son architecture ancienne, mais la nature même de ses échanges marque son paysage. Depuis quelques décennies déjà, le souk se présente comme une des interfaces de la mondialisation. À partir des mobilités des « fourmis commerçantes », nous avons appréhendé le souk à travers ses connexions. Les principales sources d’approvisionnement se trouvent dans la partie nord du pays, dont la ville de Casablanca, laquelle compte désormais avec la présence de commerçants chinois. Les circuits de l’approvisionnement laissent apparaître, à travers le rôle essentiel que jouent les enclaves espagnoles, une hiérarchie de lieux connectés, articulés les uns aux autres, et aux fonctions distinctes. Ces places marchandes ne représentent que l’échelle régionale d’un commerce transnational d’ampleur mondiale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ainsi se désignent les berbérophones.

1Dans les montagnes berbères, le souk est un élément central autour duquel se polarise la vie des Imazighen1 et ce, jusqu’à aujourd’hui. D’abord interface tribale favorisant une diversité d’échanges, le souk se présente aussi, depuis quelques décennies déjà, comme une interface de la mondialisation. C’est un terrain d’observation privilégié : il traduit les transformations sociales des campagnes qui concernent l’ensemble du Maroc, mais aussi les pays voisins ; il témoigne également de la tendance et de l’intensité des échanges commerciaux.

2Aujourd’hui, les étals des souks ruraux présentent des articles « mondialisés » que l’on retrouve dans d’autres marchés du monde. Il s’agit de produits non alimentaires, principalement le textile (vêtements) et les menus articles généralement désignés sous le terme de « chinoiseries » (accessoires de beauté, articles de décoration, biens d’équipement domestique, petit matériel électronique, jouets, etc.). La captation de nouveaux produits s’accompagne de formes nouvelles d’exposition des marchandises qui empruntent aux modèles urbains des « boutiques en ville » et marquent le paysage éphémère du souk. Autour des souks, et parfois au niveau de leurs anciens emplacements, on voit apparaître des bazars présentant quasi exclusivement des articles importés, en grande partie made in China, et aux tarifs (fixes) relativement accessibles. Élément d’urbanisation, le souk est un vecteur de la mondialisation et des modèles culturels qui y sont attachés.

3La présence de produits mondialisés dans les souks, accessibles aux populations locales, si elle est devenue remarquable, n’est pas nouvelle. À l’initiative d’entrepreneurs-migrants dans les années 1980, les circuits de distribution de marchandises s’orientent vers l’Afrique du Nord (Tarrius, 1995). Ces réseaux d’économie souterraine, dont les places marchandes se localisent dans les villes situées au nord de la Méditerranée, permettaient déjà l’introduction de marchandises nouvelles. Ce commerce transnational autour de la Méditerranée va s’étendre dans la décennie suivante : les places marchandes se multiplient et les réseaux marchands s’étirent progressivement vers l’Asie, jusqu’en Chine (Belguidoum, Pliez, 2012). Si l’on connaît aujourd’hui les modalités de cette rapide globalisation, on en connaît moins les déclinaisons locales.

  • 2 Enquête qualitative par observation directe et participante.
  • 3 Recherche menée dans le cadre du programme PE/PS EDMON 2010-11 « En route vers de nouveaux espaces (...)

4Cette contribution se base sur une enquête exploratoire2 de terrain, menée en 2011, dans le Maroc central, puis à Casablanca3 (cf. Fig. 1). Le premier terrain d’observation concerne les souks des deux provinces limitrophes de Khenifra et Beni Mellal, dans la région du Moyen Atlas. Le milieu est rural et les activités qui s’y déploient sont agricoles, pastorales et forestières. Ces souks se trouvent généralement en bordure de montagne dans des petits et moyens centres urbains, sauf celui de la ville d’El Kbab, perchée dans la montagne et dominant la vallée de Srou. Autrefois lieu de contact privilégié entre les tribus environnantes, un seul souk hebdomadaire s’y tenait autour duquel s’est progressivement constitué ce centre urbain. Le souk des années 1970 n’est déjà plus un pôle isolé dans les campagnes, il se trouve, au contraire, connecté aux villes proches et lointaines, maillon d’une longue chaîne commerciale (Troin, 1975). Les souks font partie du maillage de ces connexions caractérisées par la circulation des marchandises. Le repérage des produits mondialisés qui côtoient les produits locaux et nationaux sur les étals des souks ruraux manifeste ces connexions.

Fig. 1. Les deux terrains d’étude et quelques villes-repères marocaines.

Fig. 1. Les deux terrains d’étude et quelques villes-repères marocaines.

Cartographie : F. Troin • CITERES 2015.

5Régulièrement des fourmis (Tarrius, 1992) font la navette et empruntent, au moins pour partie, les routes « nationales » de l’approvisionnement en produits mondialisés. Parmi elles, les femmes commerçantes, de plus en plus nombreuses, ont retenu notre attention. Autrefois reléguées aux marges du marché, elles se trouvent aujourd’hui dans les allées centrales du souk. Le changement de localisation dans le territoire du souk semble aller de pair avec la captation de nouveaux produits. Les circuits d’approvisionnement de l’ensemble des commerçants rencontrés font apparaître, au niveau national, des lieux de réapprovisionnement aux statuts divers.

6Le souk, alimenté par des circuits mondialisés des marchandises, ne peut être appréhendé autrement que par ses connexions. Les navettes indiquent dans un premier temps des mobilités régulières vers les quartiers de Derb Omar et de Derb Sultan dans la ville de Casablanca, terrains où nous avons poursuivi les investigations. Ce secteur concentre les activités des grossistes et constitue un nœud manifeste dans la redistribution des marchandises au Maroc. Derrière le foisonnement du commerce au détail alimenté par les souks urbains, des pans entiers des quartiers de Derb Omar et de Derb Sultan concentrent parallèlement des entrepôts ainsi que les activités des grossistes et semi-grossistes. La marchandise transite par ces nœuds urbains, dans ces quartiers commençants, avant d’être redistribuée.

7Mais l’approvisionnement fait également apparaître des liaisons directes avec les villes du Nord du pays comme Ksar El Kebir, source d’approvisionnement exclusive de femmes commerçantes, mais aussi Beni Ansar/Nador (cf. Fig. 1). C’est au nord du pays, par le biais des enclaves espagnoles, que se concentre le passage de produits, dont les filières du commerce informel, très actives (Chambre de commerce, d’industrie et de services d’Oujda, 2005-2006). Les mobilités marchandes des fourmis du Centre au Nord – et inversement – dressent une vision générale à travers une hiérarchie de lieux connectés, articulés les uns aux autres et aux fonctions distinctes.

Les campagnes connectées : le souk comme une interface de la mondialisation

Des souks ruraux mondialisés

8Le souk est un des vecteurs de communication qui connecte les campagnes à la mondialisation. La nature de ces échanges marque le paysage même du souk. S’il conserve son architecture rurale ancienne, le souk manifeste paradoxalement les transformations de nature urbaine des campagnes.

  • 4 La désignation vient du terme « souk ». C’est un nom commun qui désigne localement ceux qui se rend (...)

9Les jours de souk, l’affluence est palpable. Alors que la lumière du jour peine encore à s’installer, on entend au loin des voix, comme des murmures. D’abord lointain, le brouhaha se précise progressivement : les murmures deviennent distincts, les voix se font de plus en plus audibles, les pas se pressent, les sabots des mulets, ânes, juments retentissent parfois au contact des pierres sur les pistes, puis du bitume sur la route. Ce sont les Imsouoqen4. On entend, dès l’aube, les passages des habitants qui viennent des douars les plus éloignés ; sur la route, des groupes d’interconnaissance se forment.

10Les populations se déplacent beaucoup à pied, à dos de mulets ou d’ânes. Dans cette région montagneuse où les infrastructures font défaut, il s’agit de rejoindre la route, parfois la piste. Les moyens de transport, quant à eux, ne manquent pas. Les cars et les taxis sont nombreux à faire la navette. La concurrence s’en mêle également : des taxis informels, fourgons habituellement utilisés pour le transport du bétail, s’improvisent taxi à moindre coût. D’autres, plus nantis, ont un usage familial de leurs voitures : ils effectuent plusieurs fois la navette entre le domicile et le souk pour emmener et ramener les membres de la famille et, quelquefois, ils font profiter du voyage d’autres voisins croisés en chemin. L’effervescence s’installe sur la route, tous convergent vers la même destination : le souk. Le souk anime la vie des ruraux qui s’y rendent en grand nombre : c’est un événement hebdomadaire qui rassemble et structure l’espace-temps des campagnes.

Fig. 2. Le souk d’El Kbab.

Fig. 2. Le souk d’El Kbab.

Cliché : M. Jarry, 2012.

11Lorsque l’on déambule dans ces bleds, en bordure de montagnes ou dans la vallée d’El Kbab, le temps semble parfois s’être arrêté. Or, la réalité du souk et ses connexions nous rattrapent. Ainsi, on voit apparaître, dans le territoire du souk, des objets qui autrefois ne pénétraient pas ces espaces commerciaux.

12L’exemple le plus frappant se constitue autour de ce que l’on appelle communément les « chinoiseries » qui inondent les souks ruraux depuis quelques années, bien que les produits proviennent également d’autres parties du monde. Ils sont nombreux : tantôt étalés en vrac sur une bâche à même le sol (jouets, écharpes, foulards, sacs), tantôt organisés par type sur des étals aux tailles variables (accessoires de beauté, batteries de cuisine ou encore matières plastiques dans toutes leurs déclinaisons). Les marchandises importées offrent une grande variété dans les souks, mais aussi une certaine conformité à la consommation de masse diffusée à l’échelle mondiale. Ainsi, ces produits vus sur les étals des grands marchés hebdomadaires du Sud de la France, comme ceux du marché Cassanyes à Perpignan ou celui de Saint-Sernin dans le centre-ville toulousain, sont également proposés sur les étals des souks du Moyen Atlas.

13On trouve également des « produits urbains », de type matériel hifi (CD, DVD, baladeurs MP3, etc.), téléphones portables, chargeurs. Cela peut paraître presque étrange tant ces petits villages, longtemps oubliés du royaume chérifien, peuvent peut-être sembler, au promeneur ou au passant, hors du temps et de la « modernité ». Mais le croisement de personnes se déplaçant à dos d’âne, et conversant de façon éloquente au moyen de leurs téléphones portables, laisse penser que rien n’est moins sûr (Benchenna, 2013). Plus loin encore, des étals de maillots de football à l’effigie de grands joueurs nationaux ou internationaux… L’image préconçue du paysan ou montagnard « ringard », vivant en dehors de l’actualité, est mise à mal lorsque l’on s’aventure dans les souks. Ici, comme ailleurs, la culture de masse populaire se diffuse à travers l’interface du souk et s’incarne dans de nombreux produits. Dans les années 1990 déjà, le succès des séries sud-américaines (telenovelas) au Maroc se manifestait dans les souks à travers la vente de produits dérivés. Le succès fulgurant du premier feuilleton mexicain doublé en arabe a retenti jusque dans les campagnes. Dans les souks, le tee-shirt « Guadalupe », titre de la telenovela, mais aussi du nom de l’héroïne principale, se vendaient particulièrement bien.

14De plus, on observe des formes nouvelles d’exposition des marchandises. La présentation de certains produits, comme les vêtements, est influencée par les modèles d’exposition des collections dans les boutiques « en ville », avec une mise en évidence, bien que parfois sommaire, des articles et des présentoirs. Dans le souk d’El Kbab, ces stands côtoient les tentes des marchands d’épices, de fruits, de savons, de thé.

  • 5 Dans ces grandes tentes, on distingue aisément les commerçants et les employés.

15Sur les plus grandes tentes, un système ingénieux de ficelles donne à voir des vêtements à profusion, posés sur d’innombrables cintres, suspendus partout autour des grands stands ; au sol, des vêtements habillent des bustes de mannequins. Les plus grandes tentes sont littéralement cernées par leurs produits, à tel point que l’intérieur n’est pas ou peu visible. La mise en évidence des vêtements est parfois si poussée que le regard ne sait plus où se poser, mais quelque hésitation devant cette profusion suffit alors à se faire interpeller par un employé5 qui, tout à coup, surgit de derrière un vêtement suspendu. Les arguments sont ceux de la mode, de la qualité et de la persuasion de façon générale. Mais, surtout, on est invité à entrer sous la tente pour prendre son temps et profiter d’un panel plus large encore, car c’est à l’intérieur que se trouvent les étals. Les vêtements disposés autour des tentes créent une sorte d’enceinte de confinement qui rend plus agréable encore l’intérieur, jonché de grands tapis tressés : la lumière tamisée donne un aspect presque intimiste, la vision est coupée du reste du souk, l’agencement est tel qu’aucun produit ne peut échapper au regard. Les camions-fourgons Renault garés derrière les stands, utilisés par les commerçants pour le ravitaillement en marchandises, sont détournés, le temps du souk, de leurs fonctions principales : l’arrière des camions devient « cabine d’essayage » et des miroirs sont mis à disposition.

16Les habitants des montagnes et de leurs bordures accèdent à de nouvelles marchandises au cœur même des souks ruraux. Ces transformations ont été très rapides, démontrant à quel point les logiques de mondialisation reposent avant tout sur des ancrages régionaux locaux, eux-mêmes en réseau, et qui préexistent à la mondialisation. Dès lors, il est nécessaire d’appréhender ces transformations dans leur continuité historique.

Les prémices de la mondialisation : la migration internationale

  • 6 Massivement issus des zones rurales marocaines, ils migrent dans les années 1960-1970 dans le cadre (...)
  • 7 Nombreux étaient les habitants qui ne disposaient pas de l’électricité parce qu’ils vivaient hors d (...)

17Depuis quelques décennies déjà, l’émigration internationale et, surtout, les liens préservés et renforcés des migrants traditionnels6 avec leur pays d’origine, favorisent l’introduction d’objets nouveaux auprès des familles, des amis et, plus largement, des milieux d’interconnaissance de ces zones rurales et montagnardes. Si ces objets constituaient généralement des cadeaux « ramenés de France » qui contribuaient déjà à introduire des modes de consommation occidentale, certains migrants investirent ponctuellement les souks ruraux en y revendant des produits achetés en Europe. Si quelques-uns revendaient de temps en temps des voitures « dédouanées » très prisées, mais aussi du matériel agricole (pompes à eau pour l’irrigation des champs, etc.) ou encore des groupes électrogènes7, d’autres investissaient les souks pour revendre des vêtements et chaussures, essentiellement sur le mode de la friperie. Du fait des tarifs « friperie », ces marchandises étaient accessibles, mais aussi nouvelles et « modernes ». À ceci s’ajoutent les importants réinvestissements de l’argent de la migration dans les douars d’origine : aux infrastructures agricoles succède, à partir des années 1990, le développement des commerces.

  • 8 Certains commerçants disaient se déplacer chaque semaine ou tous les quinze jours.
  • 9 Dichotomie commode, mais bien entendu artificielle.

18Après la décolonisation, la migration internationale a favorisé, de façon générale, l’introduction de nouveaux modèles culturels. Les connexions inter-régionales et les déplacements réguliers des commerçants8 ont permis la mise à disposition de produits urbains de plus en plus diversifiés et accessibles. Ces changements révèlent dans le même temps des pratiques de consommation plus variées des ruraux. La dynamique des achats prend des allures de syncrétisme culturel où les pratiques de consommation s’orientent aussi bien vers des produits « traditionnels » que « modernes »9 – ceci est particulièrement visible chez les jeunes femmes dans leurs acquisitions de produits de beauté. Les achats revêtent également une valeur individuelle. La société berbère connaît, depuis plusieurs décennies, des mutations profondes et le souk constitue le miroir de ces transformations : d’une part, la connexion des souks aux circuits mondialisés favorise l’accès à une diversité de produits ; d’autre part, cette dynamique répond aussi à des transformations sociales et, donc, à une demande de ces populations.

19Les souks ruraux ne sont pas que de simples pôles de distribution des produits urbains : ils témoignent de la vitalité des activités rurales et de l’évolution économique de la région depuis plusieurs décennies (Troin, 1975). Ainsi, la force des connexions du souk, élément central dans l’urbanité des campagnes, favorise un certain équilibre entre centres urbains/souks, en zone rurale, et métropole. La circulation, caractéristique de ces échanges, nous autorise à parler de souks ruraux mondialisés.

Urbanité des souks : des circuits régionaux aux circuits mondialisés

  • 10 Tribu appartenant au bled N’siba comme les nombreux insoumis qui se sont repliés sur les montagnes (...)

20La traditionnelle opposition entre campagne et ville, rural et urbain, se confronte rapidement à ses limites dans la zone étudiée. Ainsi, pour reprendre l’expression de L. Jennan (1986, 53), « le Moyen Atlas proprement dit est une montagne sans ville », mais une montagne qui recouvre des éléments de l’urbanité et de la mondialisation dont les pôles et les vecteurs principaux se constituent autour de la migration et des souks. Dans les années 1970, J.-F. Troin (1975, 38) avançait que « le souk est une ville à la campagne et pour la campagne » et si certains souks dépérissent, témoignant dans le même temps du manque de vitalité des activités rurales, d’autres « font ville ». Ainsi, de nombreux centres urbains, de taille variable, se sont formés en des lieux de contact privilégiés où se tenaient autrefois les seuls souks hebdomadaires (Jennan, 1986). C’est le cas, entre autres, d’El Kbab situé à un peu plus de 1 500 mètres d’altitude et surplombant la vallée de Srou. Il s’agit d’un des plus vieux centres urbains de la vallée mais à l’écart des grands axes routiers. El Kbab est historiquement connu pour être un des fiefs de la tribu des Ichkirn et, aujourd’hui encore, cette population y est prépondérante. Localement, El Kbab – comme pôle central – et ses environs renvoient au territoire de la confédération des Ichkirn10. Ainsi, « monter » au souk d’El Kbab, c’est aussi « monter » chez les Ichkirn pour se rendre à leur souk hebdomadaire.

  • 11 Un souk sans collecte et écoulement des produits ruraux est un souk en déclin, uniquement dépendant (...)

21Si les structures commerciales locales de certaines zones rurales, le plus souvent berbérophones, sont particulièrement affaiblies par le monopole des grandes villes marocaines, d’autres zones, au contraire, du fait de l’ancienneté des relations campagnes-villes ont maintenu la vitalité des activités rurales11 et ont évité l’éviction, l’affaiblissement, l’élimination totale ou partielle de leurs souks au bénéfice des métropoles. J.-F. Troin (1975) observait déjà le rôle capital, très actif, de ces petites villes comme Khenifra, aujourd’hui grand centre urbain, et qui désigne également une des provinces investiguée. Ces villes affirment une réelle autonomie et leur maillage recouvre l’ancienne armature des souks dont les réseaux se recoupent (Troin, 1975). Ainsi, l’espace dont il est question ici n’est pas exclusivement polarisé autour d’une grande cité, mais se structure à partir des réseaux de souks auxquels se juxtaposent les villes, petites et moyennes. Cet espace connaît donc un certain équilibre dans son armature et ses échanges, entre la diffusion de pratiques de consommation urbaines et la vitalité de l’espace rural.

22Vecteur d’urbanité (Mermier, 2010), le souk ne constitue pas une entité commerciale isolée : il se trouve, au contraire, puissamment connecté aux villes. L’un des exemples les plus caractéristiques réside dans cette haute institution du souk qu’est le marché au bétail dans le Moyen Atlas et qui est intégré aux circuits régionaux, nationaux et transfrontaliers. Il y a, entre les villes et les campagnes, des liaisons complexes, des formes d’interdépendance liées à la redistribution des produits aussi bien ruraux qu’urbains. Et, ainsi que l’avançait déjà J.-F. Troin (1975, 123), avant la colonisation, les souks polarisaient l’espace rural environnant, ils sont aussi « un maillon d’une longue chaîne commerciale » qui s’étend, depuis les années 1970, au-delà de la fraction, du clan, de la tribu ; et cette adaptation s’observe toujours aujourd’hui. Il n’est donc guère possible d’appréhender le souk en faisant abstraction de son environnement, du plus immédiat au plus lointain, puisqu’il se trouve directement intégré dans les circuits commerciaux régionaux ou nationaux. Par ces circuits et le développement des moyens de transport, les souks ruraux se sont ainsi retrouvés connectés à la mondialisation. Faisant régulièrement la navette entre les campagnes et les grandes agglomérations, les nombreuses fourmis, acteurs des souks connectés aux circuits marchands de l’approvisionnement, ont introduit en leur cœur de nombreux produits, dont ceux en provenance de Chine. Les habitants des montagnes, des bordures et de la plaine ont, dès lors, également accès à ce marché.

Fourmis et souk : les chemins de l’approvisionnement

Des marges aux allées centrales du souk : les femmes commerçantes

23Les activités féminines marchandes sont anciennes dans le Moyen Atlas et consistent essentiellement en la revente des petits produits de la ferme (œufs, volailles, huile d’olive) permettant aux femmes de se constituer une épargne personnelle et/ou de subvenir aux besoins de leur famille. Reconnues par les hommes, ces activités se situent aux marges du souk. Les femmes sont également toujours présentes dans le domaine de la restauration associée aux « tentes à thé » (Troin, 1975).

  • 12 Ces femmes sont généralement veuves, divorcées, ou mariées, avec ou sans enfants. Il existe différe (...)
  • 13 Les résidents de Tétouan ont l’autorisation d’aller à Ceuta sur simple présentation de leur pièce d (...)
  • 14 La kissaria constitue une forme de commerce un peu particulière, ancrée dans l’histoire du Maroc. E (...)

24Hormis ces activités, on observe, dans les souks évoqués ici, des groupes de femmes12 qui vendent des produits essentiellement féminins (tissus, pyjamas, robes, foulards, accessoires traditionnels de beauté, etc.). Leur présence n’est pas nouvelle mais il est possible de noter quelques évolutions quant à l’emplacement des commerçantes dans le territoire du souk et aux marchandises vendues. Il y a plus d’une quarantaine d’années, l’emplacement de ces commerçantes pouvait varier, mais elles se trouvaient généralement dans ce que J.-F. Troin (1975) nommait « la banlieue du marché », à savoir le secteur réservé aux produits et à l’artisanat ruraux. Dans cette logique, les femmes ont progressivement diversifié les produits de beauté féminins en conservant pour certains un continuum allant du médicinal à l’esthétique : grande variété de khôls en poudre, savons noirs, ghassoul, henné, gants de toilette en crin, pierres, écorces de noyer [mswach], brosses et peignes en plastique, miroirs. Bref, là se trouvait tout l’attirail des produits de beauté des femmes de cette région. Mais si l’on trouve encore ces produits, d’autres marchandises sont apparues, particulièrement le textile : coupons de tissus, vêtements comme les pyjamas, foulards, robes traditionnelles ou plus « modernes », etc. Leurs étals sont plus grands, plus structurés et comportent de nouvelles marchandises. Surtout, les commerçantes, dont la présence est plus importante, se situent désormais dans l’allée principale du souk, au cœur même du marché. Elles se partagent entre elles les étals (et non leurs marchandises) ou les positionnent les uns près des autres ; cette organisation signale déjà la formation de groupes. Lorsque j’interroge l’une d’entre elles sur la provenance de ses marchandises, elle me répond : « Nous, on n’a pas la carte pour acheter directement dans Sebta [Ceuta]13 alors on achète à Ksar El Kebir ». En groupe, ces commerçantes prennent régulièrement la route en direction du nord-ouest du pays pour aller se fournir dans les kissariat14 de la ville de Ksar El Kebir. Elles s’approvisionnent en produits généralement étiquetés de Chine et acheminés depuis Tanger et Ceuta par des hommes et d’autres femmes, celles du Nord.

25La présence de femmes commerçantes sur les souks ruraux du Moyen Atlas ne constitue donc pas un phénomène inédit, mais le développement et la captation de nouveaux produits signalent un commerce qui a évolué et s’est adapté dans la mesure où il s’est décloisonné du « local » pour se connecter aux chemins de l’approvisionnement mondial.

Réapprovisionnement « en ville »

26Également présents dans les souks, de nombreux commerçants, berbérophones et arabophones, se rendent régulièrement et principalement à Casablanca pour s’approvisionner dans les quartiers commerciaux de Derb Omar pour les tissus, tapis, produits cosmétiques, accessoires de beauté, objets de décoration, électroménager, ustensiles de cuisine, vaisselle, matières plastiques, etc., et à Derb Sultan en particulier pour le textile, les produits de contrefaçon, le matériel hi-fi, les batteries de cuisine, la vaisselle, etc. C’est ce qu’explique un commerçant rencontré dans le souk d’un petit centre urbain situé en bordure de montagne : « Je monte régulièrement à Casa et j’achète surtout à Korea, quelques fois à Derb Sultan. Chaque secteur à Casa se spécialise dans certains produits et moi, j’achète en fonction de ces secteurs et donc de ces produits ». Mais ces logiques ne sont pas systématiques. Un commerçant, à qui je demandais où il achetait ses jeans, répond ainsi : « À Korea » (Derb Sultan) chez une personne avec laquelle il a sympathisé au cours de ses déplacements et de ses transactions commerciales, « ces personnes ont des entrepôts et vendent essentiellement en semi-gros et en gros. Ils peuvent aussi vendre quatre ou cinq jeans, mais en en augmentant le prix à l’unité ». Le commerçant du souk m’informe qu’il « monte » à Casablanca pour une journée, va voir les commerçants qu’il connaît, examine les modèles proposés, en choisit quelques-uns et décide de leur quantité. Les grossistes et semi-grossistes l’approvisionnent immédiatement. Mais, de plus en plus, il se rend à Casablanca au « Garage Hallel » (Derb Sultan), chez un autre commerçant avec qui « il a bien sympathisé ». Les commerçants font ainsi régulièrement la navette pour se rendre à Casablanca où ils s’approvisionnent directement chez des grossistes et/ou semi-grossistes. Le choix des interlocuteurs est aussi lié à la qualité des rencontres, à la sympathie, aux recommandations d’un tiers. Ces commerçants de vêtements ont généralement de grands étals, particulièrement bien aménagés et achalandés par de nombreux vêtements suspendus à des cintres ou portés par des mannequins. La présentation des marchandises se calque sur le modèle des boutiques dans lesquelles ils s’approvisionnent et derrière lesquelles on devine de vastes entrepôts. Le choix des modèles participe de la diffusion de produits urbains, de la mode – « c’est le dernier cri ! » –, qui devient un véritable argument de vente et de négociation des prix.

  • 15 Ceux rencontrés sont originaires de ces villes du Nord du Maroc.

27Mais tous les commerçants rencontrés ne se fournissent pas à Casablanca. Il y a l’approvisionnement local comme celui en provenance de l’usine de textile de Tadla dans la province de Beni Mellal et, plus loin encore, Marrakech et Fès, réputées pour la fabrication de chaussures de bonne qualité. D’autres s’approvisionnent directement à Beni Ansar, une ville portuaire du Nord-Est du Maroc, non loin de Nador et dont les marchandises transitent par l’enclave espagnole de Melilla. Ces commerçants du souk, qui « remontent » aux sources de l’approvisionnement, au niveau national, sont ceux qui revendent leurs marchandises dans les souks ruraux de différentes régions15. Ils sont davantage mobiles et intègrent un réseau soukier de plus grande amplitude.

  • 16 Elles font également office de restauration rapide les jours de souks, venant quelque peu concurren (...)

28Aux abords d’un souk, situé au cœur d’un petit centre urbain, un phénomène est tout à fait inédit : les bazars ont fait leur apparition depuis environ neuf ans. Le caractère novateur provient précisément d’un type de commerce qui se fond particulièrement bien dans l’environnement immédiat du souk. Les souks favorisent généralement, dans leur enceinte, le développement et la fixation de boutiques, administrations ou dépôts (Troin, 1975). Dans ledit village, le souk est, en partie, ceinturé par des boucheries16, des épiceries, des cafés et à ses abords immédiats, un premier bazar a été créé par un « étranger », à savoir un commerçant qui a migré de Marrakech. L’implantation nouvelle de petits bazars entraîne un certain mimétisme puisque quelques commerçants locaux se sont calqués sur ce modèle et ont, à leur tour, ouvert des bazars. Ces commerçants se fournissent à Casablanca dans le quartier de Derb Omar.

29Dès qu’il est question d’approvisionnement en marchandises urbaines, accessibles financièrement, la ville la plus désignée par les hommes commerçants est celle de Casablanca. Nous avons donc poursuivi le chemin en nous rendant dans la grande métropole marocaine dans les quartiers cités par les commerçants : Derb Omar et Derb Sultan.

La métropole casablancaise : Derb Omar et Derb Sultan

30Derb Omar et Derb Sultan sont situés au cœur de la capitale économique du pays, non loin du port. Derb Omar est un quartier commercial sis avenue de Strasbourg, actif du lundi au samedi. Il s’agit d’un espace économique incontournable. Il concentre les activités de gros, de détail et le stockage. Les marchandises débarquées par le port de Casablanca sont dirigées vers Derb Omar avant d’être redistribuées vers l’ensemble des provinces marocaines. Lorsque l’on parcourt l’avenue de Strasbourg, artère principale qui traverse Derb Omar, l’impression est celle d’une intense activité : des camions stationnés sur l’avenue, des cartons sur la route et le long des trottoirs, des employés et/ou ouvriers qui s’affairent au chargement/déchargement du matin jusqu’en fin d’après-midi ; des étals de commerces de détail sur les trottoirs, des vendeurs et une foule continue d’acheteurs. L’activité incessante des chargements/déchargements des camions concerne autant le boulevard Mohamed VI, qui relie Derb Omar à Derb Sultan, que les rues perpendiculaires à l’avenue de Strasbourg. Dans ces dernières, on devine de vastes entrepôts ; la variété des tenues vestimentaires des ouvriers qui s’y activent signale bien un approvisionnement qui concerne l’ensemble du royaume.

31Derb Omar et Derb Sultan se décomposent d’ailleurs eux-mêmes en différents secteurs (Garage Hallel, Ghallef, Korea, etc.). Derb Sultan est un quartier constitué par un ensemble de secteurs désignés tantôt comme des derbs tantôt comme des souks. C’est un quartier d’habitat populaire, mais dont le caractère commercial domine : on y trouve des zones d’entreposage, des kissariat, des souks hebdomadaires, des marchés quotidiens. Dans chaque secteur des spécialisations dominent, comme les marchandises en plastique dans toutes leurs déclinaisons, le textile ou encore les articles féminins.

Fig. 3. L’artère principale de Derb Omar.

Fig. 3. L’artère principale de Derb Omar.

Cliché : M. Jarry, 2012.

Installation des Chinois et activités : le cas de Derb Omar

  • 17 Dans les magasins tenus par des Chleuhs, les ouvriers et employés parlent également tachelhit.

32À Casablanca, les grands commerçants sont les Fassis et les Chleuhs (Agrour, 2012). Les premiers sont des privilégiés qui appartiennent aux traditionnelles familles bourgeoises de Fès, ils s’installent à Casablanca au XIXe siècle. On les appelle encore les « Fassis de Casablanca » : leurs descendants dominent le monde de l’entreprise et la technostructure étatique du pays (Adam, 1972). Ils forment un groupe dominant (Vermeren, 2001). Les seconds sont originaires de la région berbérophone de Souss, faible en ressources, ce qui les a conduit à développer une émigration commerçante vers Casablanca après l’Indépendance. Les petits épiciers soussis mènent une vie frugale, mais leur acharnement au travail favorise le développement de petites et moyennes entreprises tandis que d’autres parviennent à accéder à la qualité de grossiste ; progressivement, ils deviennent de très sérieux concurrents pour les grands marchands fassis en s’attaquant à leurs monopoles comme celui du commerce des tissus dès les années 1960 (Adam, 1972). Derb Omar est connu, depuis quelques décennies, pour être le chef-lieu des commerçants berbères (les fameux « Chleuhs de Casablanca »)17. Mais, aujourd’hui, les commerçants chinois sont également parvenus à se faire une place dans ce quartier commercial.

  • 18 Aussi bien ceux qui officient dans les souks du Moyen-Atlas que ceux, ayant un magasin en ville.

33En effet, depuis quelques années, ces derniers, suivis de leurs familles, s’installent dans ce quartier central. La présence chinoise est identifiée, à plusieurs reprises, par tous les commerçants rencontrés18 comme datant d’une dizaine d’années (tout début 2000).

  • 19 Et de Chine également. Journal Telquel (Online), China Town à Derb Omar, n° 131.

34Parallèlement aux partenariats stratégiques des entreprises et aux transactions officielles qui se tissent entre la Chine et l’Afrique, les migrations chinoises se développent sur le continent. L’installation de Chinois au Maroc participe d’un mouvement migratoire plus général de commerçants (grossistes, semi-grossistes, détaillants, etc.) qui ont d’abord commencé à s’implanter en Afrique subsaharienne. Mais l’arrivée continue de commerçants chinois dans les quartiers centraux des villes africaines a exacerbé la concurrence entre eux les conduisant à revoir leurs stratégies commerciales notamment par le redéploiement de leurs activités dans l’espace comme la délocalisation de boutiques dans d’autres quartiers de la ville, du pays ou du continent (Bertoncello, Bredeloup, 2009). La migration chinoise au Maroc semble s’inscrire dans ce processus. À la recherche de nouveaux pôles d’investissement, certains commerçants chinois migrent du Sénégal19, de Dakar en particulier, ouvrant de nouvelles boutiques et échoppes à l’étranger et, notamment, à Casablanca. D’autres se sont d’abord installés quelque temps en France avant de rejoindre le continent africain, dont le Maroc, pour ceux qui ont des membres de leur famille déjà installés et détenant parfois des boutiques (Bertoncello, Bredeloup, 2009). La population chinoise croisée dans le quartier de Derb Omar est hétérogène : hommes, femmes, jeunes adultes, parfois des adolescents comme cette jeune fille parlant français, mais très peu l’arabe, qui achetait une glace dans une épicerie-snack du quartier. On retrouve cette mixité et cette variété d’âges chez les Chinois commerçant dans de nombreuses boutiques et échoppes, ce qui paraît effectivement indiquer la présence de familles.

  • 20 « Les Chinois à Casablanca : produits chinois au Maroc », SaeeeD Blog, Économie et Gestion, 17/03/2 (...)

35Les commerçants chinois développent au Maroc des stratégies similaires à celles mises en œuvre dans les autres villes d’Afrique. Ils se regroupent dans les quartiers centraux des villes ou proches du centre-ville. Si les produits chinois inondent tous les marchés de Casablanca, les commerçants, eux, se regroupent dans le quartier de Derb Omar. Des commerces chinois, de divers types, se trouvent aux environs et à l’angle de l’avenue de Strasbourg, tandis que la kissariat dite « des Chinois » se situe sur une ruelle, perpendiculaire, rue Mohammed Lekrik, au rez-de-chaussée d’un immeuble : « […] la ruelle, devenue fief des commerçants des produits chinois, s’est transformée progressivement en un centre spécialisé dans le négoce de gros, fort d’une quarantaine de grossistes, bien sûr y compris les Chinois qui prédominent même. »20

36Au moment de l’observation, la kissaria, composée de box, offrait des chaussures à la vente, mais les marchandises proposées varient. Ici, tous les commerçants, sans exception, sont chinois, hommes ou femmes, âgés de 20 à 50 ans, répartis entre un et trois par échoppe, et toujours accompagnés d’un employé marocain pour la vente. Dans cette même rue, quelques petits commerces marocains et des entrepôts signalent effectivement du commerce de gros avec une activité constante de chargement/déchargement. Les camions sont déchargés par des ouvriers qui, à l’heure du repas ou du thé, s’installent et se restaurent sur les trottoirs.

37En outre, si les boutiques laissent deviner l’entreposage à l’arrière, les grossistes chinois stockent également leurs produits en gros dans les quartiers périphériques. Par exemple, les pièces détachées de mobylettes, mini-camionnettes, ou « cyclomoteurs utilitaires », etc., sont stockées ailleurs, à moindre frais comparativement à Derb Omar, et assemblées sur place. Enfin, si les grossistes chinois s’installent de manière visible à Casablanca, ils prospectent également dans les autres régions et grandes villes du Maroc : Rabat, Marrakech, Agadir, Safi et Laâyoune (sud du Maroc).

Localisation des produits et diversité des sources d’approvisionnement

  • 21 Casablanca, Oulmès près d’Azrou et Ifrane dans le Moyen-Atlas.
  • 22 On parle indifféremment de produits chinois pour désigner des produits provenant de divers pays d’A (...)
  • 23 « Quand le nord se débrouille : contrebande et contrefaçon marocaine », par H. Raji, site BabelMed. (...)
  • 24 Certains commerçants nous confiaient que des grossistes pouvaient, par exemple, se rendre directeme (...)
  • 25 Par exemple, les grossistes peuvent vendre plus ou moins au détail.

38Les grossistes marocains se trouvent également dans le quartier de Derb Omar, mais aussi le long du boulevard Mohamed VI qui mène à Derb Sultan, autre quartier incontournable. On y trouve des entrepôts, de nombreuses kissariat de matières plastiques, de bijoux, d’articles féminins (produits cosmétiques, maroquinerie, etc.), des échoppes dont on devine qu’elles constituent l’antichambre de vastes stocks, pour le gros et le détail. Les grossistes et semi-grossistes se répartissent également dans des secteurs du quartier de Derb Sultan comme Grégoin, près de Korea, où l’on trouve aussi de nombreux entrepôts et des produits venant du Maroc21, d’Asie22 (Chine, Corée, Vietnam, Thaïlande) et de Turquie, ainsi que le montrent les indications sur les étiquettes et cartons de marchandises. Dans Grégoin se trouve Sidi Maalouf où sont stockés des cartons qui viennent de France, Turquie, Maroc, Slovaquie, Algérie (Mascara), Italie, ainsi que des productions locales provenant d’usines de Casablanca, mais aussi des ateliers de confection sur place. Les grossistes sont également présents à Chamel (Derb Sultan) où l’on trouve des produits chinois mais également de nombreux produits étiquetés en provenance d’Espagne, transitant par les enclaves espagnoles relayées par les grands marchés-relais du Nord du pays23. On peut noter à ce stade la diversité de la provenance des produits et signaler la récurrence de la désignation de la ville marocaine de Castillejos, actuelle Fnideq, comme lieu d’approvisionnement24. Derrière l’apparent désordre, des secteurs spécialisés se profilent, des activités spécifiques se concentrent dans certains lieux et l’organisation révèle aussi la grande souplesse des échanges commerciaux25.

39Les petits détaillants, aux profils très variables, de Casablanca et ses alentours, s’approvisionnent à Derb Omar et Derb Sultan. Les marchandises vendues dans les souks des campagnes environnantes, ou encore dans la médina de la ville de Mohammedia, sont achetées à Derb Omar. Régulièrement des groupes d’hommes, chargés de cabas, font la navette en train ou en taxi pour revendre leurs produits dans la région. En outre, les marchés quotidiens de Derb Sultan sont investis par des commerçants qui se fournissent également à Derb Omar. Plus près encore, des marchandises (le textile en particulier) exposées au souk hebdomadaire de Korea proviennent du quartier Grégoin, qui le jouxte et dont une partie fait office d’entreposage alors que l’autre est constituée de boutiques essentiellement de confection et tissus qui affichent des enseignes de mode et divers articles sur leurs présentoirs. Ces articles peuvent aussi bien être achetés en gros qu’au détail. Sur les souks hebdomadaires, des jeunes hommes tentent occasionnellement leur chance et investissent ponctuellement ou durablement les activités de commerce. Casablanca connaît de très nombreuses perméabilités dans ces logiques d’approvisionnement et de circulation des produits. On note également une certaine souplesse et adaptation dans les échanges commerciaux du fait que les grossistes, disposant de boutiques et d’échoppes, vendent aussi bien en gros, en semi-gros qu’au détail.

40Dans les nombreuses boutiques de Chamel ou de Korea, certains commerçants, en plus de leurs sources d’approvisionnement habituelles, se fournissent également auprès de particuliers pour des produits de contrebande acheminés par des femmes depuis les enclaves espagnoles situées au nord du pays. Du côté de souk Chamel, des femmes travaillent en réseau, pour répondre à des petites commandes de commerçants spécialisés dans les articles féminins. Ces derniers passent donc commande auprès de ces femmes qui ont la responsabilité de leur fournir des produits attrayants, nouveaux, susceptibles de plaire à d’autres femmes et d’être vendus. Entre offres et demandes, l’enjeu consiste à « flairer » les tendances, à faire preuve de réactivité et d’innovation (Bergel, Kerdoud, 2010).

Conclusion : des souks ruraux liés aux grands itinéraires nationaux d’un commerce transnational

41Au terme de cette enquête exploratoire, il est possible d’avancer que la filière principale d’approvisionnement se constitue autour de la filière Nord. L’intérêt porté aux circuits d’approvisionnement des commerçants des souks du Moyen Atlas, puis de ceux de Casablanca, permet toutefois de distinguer deux chemins pour cette filière : la pointe nord-ouest dans la région de Tanger/Tétouan et, plus à l’est, la région de l’Oriental, voisine de l’Algérie.

  • 26 Là-bas arrivent des conteneurs d’Espagne, d’Europe, de Chine, de Turquie redirigés vers le port de (...)

42En ce qui concerne le premier chemin, les circuits empruntés sont Ceuta > Chamel > Casablanca. Chamel, qui signifie « le Nord », renvoie à la ville de Fnideq, près de Tétouan, et est citée de façon récurrente par les commerçants de Casablanca26 (cf. Fig. 1). Les conteneurs arrivent d’Europe et principalement d’Espagne, de Chine, de Turquie, puis sont redirigés vers le port de Casablanca, non loin de Derb Omar.

43Après l’Indépendance, la ville de Castillejos s’est transformée en centre du commerce transfrontalier. Coincée entre Ceuta et Tétouan, Castillejos est surtout considérée comme un relais du commerce de contrebande. La proximité de la frontière espagnole du fait des enclaves facilite ces transactions et on y trouve, entre autres, des marchandises d’Asie destinées à être écoulées sur le marché marocain (Gauthier, 2009).

  • 27 « Sebta plaide pour plus de touristes », par M. Mounjid, dans Le Soir Échos du 26/11/2011. En ligne (...)

44Les produits achetés à Fnideq, dernière ville marocaine avant de passer côté espagnol, proviennent de Ceuta. Entre cette dernière et Fnideq se trouvent la douane et une frontière : le Tarajal. « C’est le seul et unique poste par lequel passe le trafic transfrontalier. Les statistiques recensent environ 2 500 véhicules et entre 20 000 et 25 000 passagers transitant chaque jour par cette frontière. »27

  • 28 Les produits sont généralement étiquetés « Chine » et ont été acheminés depuis Ceuta ou Tanger.

45Dans le Moyen Atlas, nous l’avons vu, les commerçants s’approvisionnent à Casablanca après que les marchandises ont donc emprunté le circuit que nous venons de préciser. Par contre, toutes les femmes commerçantes du Moyen Atlas28 que nous avons rencontrées désignent la ville de Ksar El Kebir située au sud de Tanger. Si les marchandises empruntent le même circuit, par Ceuta mais aussi par Tanger, le lieu d’approvisionnement des femmes diffère alors même que, paradoxalement, la destination de Ksar El Kebir est plus éloignée. Leurs logiques de circulation s’apparentent à celles des hommes, porteurs de cabas, qui se ravitaillent régulièrement à Casablanca pour revendre dans la région : elles se déplacent en groupes, ne sont pas véhiculées et prennent les transports en commun. Une différence toutefois : elles parcourent des distances beaucoup plus importantes.

46En ce qui concerne le second chemin, dans la région de l’Oriental, les produits empruntent le circuit Melilla > Chamel > Casablanca. La ville frontalière de Nador est régulièrement citée par les commerçants, ainsi que Beni Ansar, l’un des principaux ports du Maroc situé près de Nador et de Melilla.

47La ville de Ksar El Kebir constitue un point de jonction dans les mobilités marchandes entre les femmes commerçantes du nord et du centre du Maroc. Les unes et les autres font partie des fourmis qui participent de la continuité des espaces du Nord au Centre dans le cadre de la circulation des produits.

48Les mobilités marchandes des « fourmis-commerçantes » du Moyen Atlas indiquent plusieurs échelles dans l’organisation des circuits commerciaux au niveau national. Les principales sources d’approvisionnement se trouvent à Casablanca et dans la partie Nord du pays. Les réseaux de l’approvisionnement laissent apparaître une structuration, voire une hiérarchisation, de l’espace à travers les rôles essentiels que jouent les villes du Nord du pays et les enclaves espagnoles.

49Ceuta et Melilla constituent des centres d’approvisionnement. À proximité, les villes frontalières de Fnideq, Beni Ansar et Nador fonctionnent comme des relais, des places marchandes et portuaires de redistribution des marchandises vers d’autres villes du Nord comme Tanger, Tétouan, Ksar El Kebir, mais aussi vers Casablanca. Les produits mondialisés exposés dans les souks ruraux du Moyen Atlas empruntent généralement ces circuits du Nord du Maroc à travers les villes identifiées et dont les places marchandes ne représentent que l’échelle régionale d’un commerce transnational d’ampleur mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Adam A., 1972, « Les Berbères à Casablanca », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 12, p. 23-44.

Agrour R., 2012, « Contribution à l’étude d’un mot voyageur : Chleuh », Cahiers d’études africaines, vol. 4, n° 208, p. 767-811.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Benchenna A., 2012, « Diffusion des TIC au Maroc : rôle ambivalent de l’économie informelle ? », p. 127-151, in Ledjou J.-M., Randrianasolo-Rakotobo H. (dir.), Des réseaux et des hommes. Les Suds à l’heure des technologies de l’information et de la communication, Paris, Karthala/GEMDEV, 432 p.

Bergel P., Kerdoud N., 2010, « Nouveaux lieux du commerce et transformation des pratiques de consommation dans les villes algériennes. Étude de cas à El Eulma et Onama/El-Ghazi (Constantine) », Norois, n° 216, p. 75‑89.

Bertoncello B., Bredeloup S., 2009, « Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, n° 1 (« Nouvelles migrations chinoises en Afrique et en Amérique latine), p. 45-70. En ligne : http://remi.revues.org/4881 [consulté le 04/06/2015].

Chambre de commerce, d’industrie et de services Oujda, 2005-2006, Phénomènes de la contrebande dans la région Orientale, Résultats de l’observatoire de la contrebande, 25 p.

Gauthier C., 2009, « Circulations migratoires marocaines en territoire espagnol », p. 125-136, in Cortès G., Faret L. (dir.), Les Circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires contemporaines, Paris, Armand Colin, coll. « U », 245 p.

Geertz C., 2003, Le Souk de Sefrou : sur l’économie de bazar, Saint-Denis, Bouchène, 263 p.

Jennan L., 1986, « Mutations récentes des campagnes du Moyen Atlas et de ses bordures », Méditerranée, n° 4, p. 49-62.

Mermier F., 2010, « Souk et citadinité dans le monde arabe », p. 19-42, in Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/CJB/IFPO, coll. « Hommes et Sociétés », 348 p.

Tarrius A., 1992, Les Fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 208 p.

Tarrius A., 1995, Arabes de France dans l’économie souterraine mondiale, La Tour-d’Aigues, L’Aube, coll. « Monde en cours », 220 p.

Troin J.-F., 1975, Les Souks marocains. Marchés ruraux et organisation de l’espace dans la moitié nord du Maroc, Aix-en-Provence, Édisud, 2 vol., 503 p. et un atlas.

Vermeren P., 2001, Le Maroc en transition, Paris, La Découverte, 261 p.

Haut de page

Notes

1 Ainsi se désignent les berbérophones.

2 Enquête qualitative par observation directe et participante.

3 Recherche menée dans le cadre du programme PE/PS EDMON 2010-11 « En route vers de nouveaux espaces discrets de la mondialisation », sous la responsabilité scientifique d’O. Pliez.

4 La désignation vient du terme « souk ». C’est un nom commun qui désigne localement ceux qui se rendent, sont ou rentrent du souk (le verbe existe également). Le nom commun imsouoqen recouvre différentes activités qui renvoient aux rôles et fonctions du souk : achat consistant de provisions, rencontres, échanges de nouvelles (Geertz, 2003) etc.

5 Dans ces grandes tentes, on distingue aisément les commerçants et les employés.

6 Massivement issus des zones rurales marocaines, ils migrent dans les années 1960-1970 dans le cadre de la mobilisation internationale de la force de travail.

7 Nombreux étaient les habitants qui ne disposaient pas de l’électricité parce qu’ils vivaient hors des villages.

8 Certains commerçants disaient se déplacer chaque semaine ou tous les quinze jours.

9 Dichotomie commode, mais bien entendu artificielle.

10 Tribu appartenant au bled N’siba comme les nombreux insoumis qui se sont repliés sur les montagnes du Moyen-Atlas.

11 Un souk sans collecte et écoulement des produits ruraux est un souk en déclin, uniquement dépendant de la ville.

12 Ces femmes sont généralement veuves, divorcées, ou mariées, avec ou sans enfants. Il existe différentes situations de précarité économique qui les mènent à subvenir aux besoins de leurs familles, ou parfois à compléter leurs revenus.

13 Les résidents de Tétouan ont l’autorisation d’aller à Ceuta sur simple présentation de leur pièce d’identité.

14 La kissaria constitue une forme de commerce un peu particulière, ancrée dans l’histoire du Maroc. Elle se présente comme un groupement de petites boutiques. Les kissariat sont spécialisées dans une gamme de produits comme les tissus, les bijoux, les articles féminins, la maroquinerie etc. L’originalité réside dans un mode d’approvisionnement direct avec les fabricants.

15 Ceux rencontrés sont originaires de ces villes du Nord du Maroc.

16 Elles font également office de restauration rapide les jours de souks, venant quelque peu concurrencer les soukiers qui tiennent les « tentes à thé » et proposent des grillades de kefta, poissons, etc.

17 Dans les magasins tenus par des Chleuhs, les ouvriers et employés parlent également tachelhit.

18 Aussi bien ceux qui officient dans les souks du Moyen-Atlas que ceux, ayant un magasin en ville.

19 Et de Chine également. Journal Telquel (Online), China Town à Derb Omar, n° 131.

20 « Les Chinois à Casablanca : produits chinois au Maroc », SaeeeD Blog, Économie et Gestion, 17/03/2011. En ligne : http://www.blog.saeeed.com/2011/03/les-chinois-a-casablanca-produits-chinois-au-maroc/ [consulté le 29/06/2015].

21 Casablanca, Oulmès près d’Azrou et Ifrane dans le Moyen-Atlas.

22 On parle indifféremment de produits chinois pour désigner des produits provenant de divers pays d’Asie.

23 « Quand le nord se débrouille : contrebande et contrefaçon marocaine », par H. Raji, site BabelMed. En ligne : http://www.babelmed.net/index.php?&view=article&id=1074 [consulté le 10/06/2015].

24 Certains commerçants nous confiaient que des grossistes pouvaient, par exemple, se rendre directement en Chine pour passer commande. Mais nous nous limiterons ici aux itinéraires nationaux, intérieurs.

25 Par exemple, les grossistes peuvent vendre plus ou moins au détail.

26 Là-bas arrivent des conteneurs d’Espagne, d’Europe, de Chine, de Turquie redirigés vers le port de Casablanca, non loin de Derb Omar. Pour passer des commandes de conteneurs en grande quantité, les commerçants se déplacent directement sur Fnideq.

27 « Sebta plaide pour plus de touristes », par M. Mounjid, dans Le Soir Échos du 26/11/2011. En ligne : http://www.maghress.com/fr/lesoir/35458 [consulté le 29/06/2015]

28 Les produits sont généralement étiquetés « Chine » et ont été acheminés depuis Ceuta ou Tanger.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les deux terrains d’étude et quelques villes-repères marocaines.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 2. Le souk d’El Kbab.
Crédits Cliché : M. Jarry, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3. L’artère principale de Derb Omar.
Crédits Cliché : M. Jarry, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatima Qacha, « Des souks ruraux aux entrepôts de Casablanca.
La mondialisation jusqu’au cœur du Moyen Atlas
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/948 ; DOI : 10.4000/emam.948

Haut de page

Auteur

Fatima Qacha

Sociologue, Maître de conférences, Université Toulouse 2-Jean-Jaurès & LISST-CERS (UMR 5193)

qacha@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page