Navigation – Plan du site
Émergence et fonctionnement des places marchandes

De la villa-immeuble au bazar. Sidi Mabrouk (Constantine), l’émergence d’un quartier commercial

From the Villa-Building to the Bazar. Sidi Mabrouk (Constantine), the emergence of a trade quarter
Nadia Kerdoud

Résumés

Cet article analyse le processus de transformation d’un quartier résidentiel pavillonnaire, Sidi Mabrouk, en une nouvelle polarité commerciale de la ville de Constantine spécialisée dans l’écoulement des produits issus du commerce transnational. À la fin des années 1990, cet ancien faubourg pavillonnaire de l’époque coloniale commence sa mutation avec l’apparition des immeubles familiaux dont les rez-de-chaussée sont transformés en locaux commerciaux. En l’espace d’une décennie, la logique commerciale supplante la dimension résidentielle du quartier. L’article montre les différentes étapes de cette mutation, le passage de la villa à l’immeuble familial et au local commercial, l’apparition des premiers magasins d’un nouveau genre (appelés « bazars » à Constantine) et son effet diffuseur sur l’ensemble du quartier. Des figures d’entrepreneurs marchands, notamment les pionniers de cette transformation, sont présentées et éclairent sur leurs stratégies d’implantation. Enfin, l’article s’intéresse aux nouvelles ambiances urbaines et aux pratiques consuméristes que cette nouvelle polarité commerciale introduit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En Algérie, le lotissement désigne la division de terrains à bâtir constitués en réserves communale (...)

1En Algérie, la libéralisation du marché foncier à partir de 1990, le recul de l’État-Providence dans la production du logement et ses encouragements à la construction individuelle, ont concouru à la multiplication des opérations de lotissement1. L’impulsion donnée « par le haut » permet l’édification « par le bas » d’une maison spécifique qui est transformée en fonction des projets de l’acquéreur. À l’échelle de la parcelle privée, les propriétaires réalisent des immeubles allant du R+2 au R+4. Les étages sont organisés en appartements séparés, adaptés à la généralisation, dans la société algérienne, de la famille nucléaire aux dépens de la famille élargie ; quant aux rez-de-chaussée, ils servent à l’installation de commerces. L’immeuble familial qui en résulte, identifié couramment par la mixité logement/commerce, est communément appelé villa-immeuble par les habitants et les médias. Ces extensions verticales contribuent à l’importante densification des lotissements algériens, tout en exprimant avec force les changements fonctionnels des espaces urbains. Elles ne concernent pas seulement les lotissements communaux nouvellement créés, mais gagnent les espaces hérités de la période coloniale, y compris les anciens noyaux villageois et les quartiers résidentiels de l’époque.

  • 2 Ce que nous appelons « bazar » – ce vocable étant utilisé par les commerçants et les usagers à Cons (...)

2Cette nouvelle forme architecturale est une réponse aux mutations commerciales rendues possibles par l’ouverture économique des années 1990. À l’échelle de certains lotissements, de nouvelles polarités commerciales émergent, tandis que d’anciennes centralités se renouvellent. Connectées à l’économie mondiale, elles proposent de nouvelles offres, suscitent de nouvelles pratiques de consommation et s’appuient sur des structures commerciales inédites. Si les Dubaï, espaces commerçants spécialisés dans l’équipement de la maison qui émergent autour des grandes villes (Alger et Constantine) représentent leur forme la plus spectaculaire, les « bazars »2, immeubles de plusieurs niveaux abritant des boutiques, s’imposent à toutes les échelles urbaines. Ils ont la particularité de proposer un commerce spécifique : les articles à la personne, les vêtements pour enfants et/ou adultes, les produits cosmétiques, la parfumerie, les bijoux, les tenues traditionnelles, etc.

3Les recherches à partir desquelles nous avons élaboré cet article portent sur l’émergence de nouvelles centralités commerciales périphériques et la reconversion d’anciennes centralités dans et autour de villes algériennes. Centralité nouvelle et centralité renouvelée tendent à remettre en cause les centralités des médinas et des noyaux coloniaux. Sidi Mabrouk est une illustration de ces nouvelles formes commerciales ; c’est un cas novateur à Constantine mais tout à fait représentatif d’une centralité secondaire, ancien faubourg transformé tant dans ses formes architecturales que dans ses activités.

  • 3 Nous nous appuyons sur les entretiens réalisés en 2010 avec les commerçants et les clients dans le (...)

4En prenant l’exemple de Sidi Mabrouk, un quartier pavillonnaire situé à l’est de la ville, ancien faubourg de la période coloniale qui a, dès le milieu des années 1980, assuré le rôle de centre secondaire, nous analyserons dans un premier temps le renouvellement des centralités en relation avec cette forme commerciale que sont les bazars. D’où provient cette forme de commerce et qui en sont les concepteurs-constructeurs ? Pourquoi ont-ils choisi de s’installer à Sidi Mabrouk ? Et pourquoi les bazars y sont-ils plus importants qu’ailleurs ? Nous évaluerons ensuite l’effet de ces nouvelles structures commerciales sur les pratiques des consommateurs. Comment Sidi Mabrouk est-il perçu par les Constantinois ? Quel type de public attire-t-il ?3

La villa-immeuble, appropriée pour l’installation du commerce transnational

5Longtemps bloquée en raison du gel des transactions foncières, la relance d’un programme de lotissements en Algérie se produit vers le milieu des années 1980. Encadrés par les instruments d’urbanisme et d’aménagement (PDAU et POS), les lotissements deviennent ainsi un outil d’urbanisation : les PDAU planifient leur nombre et leur localisation, les POS réglementent leur production à l’échelle de la parcelle.

  • 4 À partir de 1990, l’Algérie sombre dans une guerre civile larvée. Dans le contexte d’insécurité de (...)

6La construction de la maison individuelle échappe pourtant le plus souvent aux prescriptions du cahier des charges, qu’il s’agisse d’une maison basse avec jardin ou d’une maison s’élevant sur plusieurs niveaux. Les propriétaires ne construisent pas suivant les plans qu’ils ont déposés à la municipalité et qui ont été agréés par le Service d’urbanisme au moment de la délivrance du permis de construire. La maison individuelle majestueuse, de quatre niveaux et plus, désignée comme villa-immeuble, connaît son essor à la fin des années 1980, c’est-à-dire à une époque où l’État « laisse faire »4 et où la société, ignorant délibérément la réglementation urbaine, fabrique son propre espace (Belguidoum, Millet, 1987 ; Semmoud, 2003). Pour décrier la frénésie des locaux à usage commercial qui remplacent les garages installés aux rez-de-chaussée, l’opinion publique parle, de façon péjorative, de garagie. Quant aux médias, ils ne tardent pas à qualifier la villa-immeuble de béton-villa pour dénoncer l’utilisation excessive de béton pour surélever la construction initiale.

7La villa-immeuble se transforme, au milieu des années 1990, en immeuble commercial. Ses constructeurs lui attribuent diverses dénominations : centre commercial ou bazar lorsqu’il occupe une simple parcelle (villa) ; et Dubaï, lorsque les centres commerciaux et les échoppes attenantes installées aux rez-de-chaussée des immeubles familiaux (proposant les produits pour l’équipement de la maison provenant du commerce transnational) sont plus nombreuses et contribuent à la formation de véritables places marchandes ; la plus célèbre en Algérie est celle d’El-Eulma, localité située à 120 km à l’ouest de Constantine.

  • 5 Dans la réalité, la distinction entre l’un est l’autre n’est pas aussi nette, des glissements peuve (...)

8En l’absence de tout texte réglementaire relatif à l’urbanisme commercial qui serait susceptible non pas tant d’encadrer que de simplement « accompagner » la création de ces centres commerciaux dans les agglomérations urbaines et leurs périphéries – à Constantine comme ailleurs en Algérie – ce développement commercial résulte d’une production immobilière « par le bas ». Les propriétaires des maisons individuelles situées dans d’anciens quartiers pavillonnaires et les acquéreurs de parcelles dans le cadre des lotissements communaux ou par le biais des lotisseurs illégaux, parfois eux-mêmes commerçants, installent leur(s) commerce(s), en transformant d’abord la maison individuelle en immeuble familial, puis détournent l’immeuble familial de sa fonction résidentielle pour en faire un centre commercial : rideaux, meubles, objets de décoration sont exposés dans l’ensemble de la construction (du rez-de-chaussée aux niveaux supérieurs). D’autres louent, dans ce qui est appelé « bazar », des boutiques qui proposent vêtements, cosmétiques, bijoux, etc.5 Cette stratégie de conversion des lotissements est l’œuvre des différents agents sociaux (Belguidoum, Millet, 1987), notamment des commerçants importateurs. Les raisons de sa réussite sont que la pénurie et le monopole de l’État sur les importations – les deux étant intimement liés –, de l’Indépendance jusqu’au milieu des années 1980, ne permettaient pas de répondre aux besoins de plus en plus forts des populations, tant ceux des couches moyennes en pleine ascension que ceux des milieux populaires (Belguidoum, 2012).

9Quartier résidentiel jusqu’au début des années 1980, Sidi Mabrouk s’imposait déjà comme un quartier réputé dans le commerce des articles à la personne d’origine européenne. Il se transforme et s’affirme progressivement comme un quartier commerçant et sa spécialisation se renforce à la suite de l’essor du commerce transnational. Le commerce de gros et de demi-gros qui s’y développe à partir du milieu des années 1990 s’est d’abord caractérisé par la diversité de ses formes et des produits échangés. Mais, depuis 2003, l’émergence de nouvelles structures commerciales, bazars ou centres commerciaux, en a changé le visage et a fait de ce quartier paisible un lieu très dynamique. Les nombreux moyens de transport qui relient Sidi Mabrouk au reste de la ville et plus largement à son environnement régional – présence d’un terminus des transports en commun et d’une station de taxis urbains –, favorisent la fréquentation de ce nouvel espace commercial de la ville.

Les mutations morphologiques et commerciales de Sidi Mabrouk

Sidi Mabrouk : à l’origine, un quartier résidentiel

10Construit en 1931 sur un plan en échiquier, à l’initiative de l’élu municipal Henry Lellouche, Sidi Mabrouk a été aménagé comme un quartier « égalitaire » : les pavillons recouverts de toitures à tuiles rouges sont tous identiques. Le réseau de voirie structurant le quartier forme des îlots réguliers qui se composent pour la plupart de deux parcelles mitoyennes (6 à 9 pavillons par rangée). Du côté des rues, des jardinets bordent la façade principale des pavillons ; à l’arrière, de grands jardins se faisant face séparent les maisons de part et d’autre. L’ensemble constituait un alignement par rue de parcelles ayant chacune plus de 400 m2 de superficie.

  • 6 Sidi Mabrouk « supérieur » et Sidi Mabrouk « inférieur », à l’opposé, présentent une même unité mor (...)

11Jusqu’à la fin des années 1980, la faible densité du quartier – maisons à un seul étage – et le fort pourcentage d’espaces non construits – jardins de 264 m2 – reflétaient le caractère résidentiel de ce lotissement réputé pour être l’un des quartiers « chics » de la ville. En 2008, Sidi Mabrouk « supérieur »6 regroupait 2 818 constructions individuelles et comptait 11 172 habitants.

Du marché Remache et du « commerce au cabas » (1986)…

  • 7 Les trabendistes, mot dérivé de trabendo, désignent les jeunes des années 1980 qui parcourent d’abo (...)
  • 8 Le mémoire de M.S. Larouk, réalisé en 2002, fait état d’une augmentation substantielle du nombre de (...)

12Sidi Mabrouk s’affirme comme espace commercial avec la création du marché couvert Remache. Programmé en 1974 dans le cadre du PUD (Plan d’urbanisme directeur) et construit en 1986, ce marché couvert a permis de fixer sur place les marchands ambulants de fruits et légumes. Ce petit marché est très vite devenu un espace reconnu de la ville, non pas tant pour la vente des fruits et légumes que pour celle des produits de luxe proposés dans leurs échoppes par les trabendistes7 : durant les années 1980, ces commerçants-navetteurs effectuaient des allers-retours réguliers entre l’Algérie et l’Europe et alimentaient leurs boutiques par ce « commerce du cabas » (Peraldi, 2001). Se mêlant aux établissements de fruits et légumes, leurs boutiques, encore peu importantes8 en 1980, attirèrent très vite une clientèle fortement intéressée par les produits étrangers, spécialement celle constituée des jeunes provenant des familles aisées de Constantine. Durant cette période, le commerce transnational se faisait encore essentiellement à partir de Marseille, principal comptoir qui alimentait le marché algérien, notamment depuis le quartier Belsunce (Peraldi, Tarrius, 1995 ; Tarrius, 2000).

13Le succès de Remache, marché de vêtements à la mode, encourage l’installation de nombreuses boutiques d’habillement et de chaussures provenant de France et d’Italie ; elles occupent les locaux aménagés aux rez-de-chaussée des pavillons du voisinage. Le quartier accentue ainsi son image « chic », due non seulement à ses maisons individuelles habitées par des personnes aisées, mais aussi et surtout à ses magasins réputés pour la vente de produits d’origine étrangère. L’attrait exercé par le quartier conduit certains propriétaires-habitants à se lancer dans la restauration – pizzerias, salons de thé, crèmeries –, un créneau dans lequel ils investissent en soignant la qualité des aménagements intérieurs : mobilier moderne, lumière tamisée, musique d’ambiance ; ils en font ainsi des espaces de consommation et de loisirs qui attirent notamment les jeunes couples à la recherche d’intimité. À la fin des années 1980, Sidi Mabrouk est déjà, pour les Constantinois, un quartier connu pour ses pizzerias-salons de thé, ses restaurants et, surtout, pour ses boutiques de vêtements féminins.

… au commerce de containers et à la multiplication des bazars (1994-2010)

14À partir de 1994 de nouveaux commerces liés à l’importation se développent. Les boutiques proposent une palette de plus en plus diversifiée de produits (matériel médical, articles de sport, articles pour enfants, produits cosmétiques, alimentation générale, électroménager). L’élargissement de la gamme commerciale du quartier provoque des transformations et pousse à la verticalisation des constructions ou à leur extension horizontale en empiétant sur les garages et les jardins. Cet essor du commerce à Sidi Mabrouk ne se limite pas à l’installation de boutiques aux spécialisations diverses au rez-de-chaussée des constructions ; de nouveaux immeubles commerciaux, spécialisés dans l’article à la personne, apparaissent.

  • 9 À l’exception des boutiques situées au rez-de-chaussée, celles du premier étage et le restaurant du (...)

15En 2002, B. (58 ans), bijoutier résidant à Sidi Mabrouk, démolit le pavillon colonial qu’il a acheté en 1990 ; il le remplace par un édifice comportant un rez-de-chaussée et trois étages. L’immeuble est compartimenté en boutiques cédées à la location. Cinq boutiques se partagent le rez-de-chaussée : un magasin d’optique, Le Mondo et Le Black and Wight, soit deux échoppes spécialisées dans le commerce d’articles masculins de marques européennes, le premier dans la chaussure, le second dans les vêtements, une boutique de caftans marocains, et une dernière spécialisée dans la lingerie et le mobilier. En reproduisant la disposition du rez-de-chaussée, le premier étage regroupe deux boutiques de chaussures et de vêtements pour hommes, une parfumerie et une boutique spécialisée dans les tenues saoudiennes pour femmes. Un restaurant occupe la totalité du deuxième étage, alors que le troisième est réservé à l’habitation9.

De nouveaux investisseurs à Sidi Mabrouk : les Fakrounis...

  • 10 Aїn Fakroun est une localité située dans la wilaya d’Oum-El-Bouaghi, à 50 km au sud-ouest de Consta (...)

16Le remplacement à Sidi Mabrouk des pavillons coloniaux par des immeubles commerciaux a été initié par le bijoutier B., puis poursuivi, à partir de 2003, par des commerçants-importateurs originaires d’Aїn Fakroun10 qui choisiront d’investir dans ce quartier très branché et de ce fait propice à l’ouverture de commerces spécialisés dans les vêtements d’importation. La parcelle à usage d’habitation laisse la possibilité, après la destruction de la maison, d’être utilisée à des fins spéculatives, en étant valorisée sous la forme d’un immeuble à usage commercial : bazar et/ou centre commercial.

17Dans la ville algérienne dans laquelle la production spatiale est souvent le résultat de rapports de force entre les pouvoirs publics et les acteurs privés (Belguidoum, Mouaziz, 2010), les entrepreneurs marchands, bien que bénéficiant de permis de construire pour des immeubles résidentiels, bâtissent en réalité des immeubles commerciaux, en faisant fi des caractéristiques que le permis de construire accordé a fixées (coefficient d’occupation du sol, hauteur maximale, etc.).

  • 11 El Baraka est une banque islamique koweïtienne qui a ouvert des agences dans nombre de villes algér (...)

18Le premier bazar édifié à Sidi Mabrouk par un Fakrouni rend bien compte de la façon dont le pavillon colonial a été reconverti. L’organisation actuelle de l’édifice, comparée avec celle proposée lors de la demande du permis de construire déposée en 2003, montre comment se sont opérées les transformations et s’est effectué le détournement de la réglementation urbaine. Dans le dossier du permis de construire, le propriétaire proposait la construction d’un logement composé d’un hall, d’une chambre, d’un séjour, d’une cuisine, d’une salle de bain, d’un WC et d’un garage. Dans les faits, la totalité de l’immeuble prévu est consacrée aux commerces. Le rez-de-chaussée est aménagé en boutiques donnant sur la rue ; neuf magasins y sont installés aujourd’hui (Fig. 1). Un commerçant tient à lui seul tout le premier étage et propose des articles pour enfants. Le restaurant Le Pacha occupe le deuxième étage et le logement du propriétaire couronne l’édifice commercial. Ce bazar n’est pas le premier projet de cet importateur fakrouni : déjà, en 2000, il avait acheté une villa coloniale, qu’il avait fait démolir afin de construire un immeuble destiné à accueillir commerces ou services ; il l’a finalement louée à la banque El Baraka11.

Fig. 1. Rue Louab Mohamed Salah, le premier bazar construit par un Fakrouni.

Fig. 1. Rue Louab Mohamed Salah, le premier bazar construit par un Fakrouni.

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

… et l’essor de nouvelles structures commerciales : les bazars

19Le succès du bazar réalisé par le premier fakrouni incite d’autres membres de sa famille dont KD, âgé de 33 ans seulement et séduit par la réussite de son oncle, à développer ce type de structure commerciale. En 2004, KD réalise un projet identique, à la différence près que son aménagement intérieur valorise mieux l’investissement (en proposant des produits de meilleure qualité et une mise en vente de l’offre à l’occidentale). Le premier immeuble commercial qu’il ouvre porte le nom de Zara, en référence aux magasins de l’enseigne espagnole dont il reproduit l’ambiance et le style, mais il est plus connu à Constantine sous le nom de Bazar Zara, du moins jusqu’en 2008, date à laquelle il devient Rouji Mode (Fig. 2 et 3). Il comporte des boutiques en rez-de-chaussée et un étage entier proposant des articles pour enfants. Cette offre commerciale vise les catégories les plus exigeantes de la clientèle constantinoise. Le recours aux produits importés résulte de la faiblesse de la production textile locale, et de sa piètre qualité lorsqu’elle existe (Pliez, 2007), qui ne peut donc en aucune mesure satisfaire les attentes des couches moyennes et aisées ; il s’agit aussi, pour l’investisseur, de profiter de la réputation de Sidi Mabrouk comme quartier commerçant plutôt chic et spécialisé dans le vêtement européen, tout en contribuant à la renforcer.

Fig. 2. Rouji Mode (ex-Zara), première structure commerciale créée par KD.

Fig. 2. Rouji Mode (ex-Zara), première structure commerciale créée par KD.

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

Fig. 3. Boutiques à l’intérieur du bazar Rouji Mode.

Fig. 3. Boutiques à l’intérieur du bazar Rouji Mode.

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

  • 12 Cette somme équivaut à 500 000 € au taux de change officiel et à 333 000 € au change informel (mais (...)

20Pour les Constantinois, ce type d’équipement commercial et l’offre qu’il propose sont une véritable nouveauté. Pour continuer à exploiter ce créneau, le jeune investisseur crée en 2006 un centre commercial qu’il appelle encore Zara, situé à quelques mètres à peine du bazar du même nom, semblable au modèle qu’on observe dans les magasins occidentaux (Fig. 4 et 5). Sa stratégie donnera des idées à plusieurs de ses cousins. Au bout du compte, le nombre élevé de transactions immobilières réalisées par des Fakrounis à Sidi Mabrouk encourage les propriétaires du quartier à proposer directement leurs résidences aux importateurs capables d’en payer le prix. En 2009, le prix d’une villa coloniale avoisine les 50 millions de DA12, ce qui est très élevé, d’autant que le but de la transaction est l’acquisition d’un terrain à bâtir. Toutefois, selon KD, « il n’a pas empêché cinq de mes cousins de refaire la même expérience ». En 2010, sur les seize maisons démolies, puis reconstruites en immeuble commercial, sept étaient le fait d’investisseurs originaires d’Aїn Fakroun (Kerdoud, 2010).

21Ces transformations morphologiques et fonctionnelles, réalisées en un temps relativement court, sont spectaculaires. Elles montrent la capacité des commerçants-importateurs à promouvoir de nouvelles formes commerciales et l’effet que cela produit dans la configuration urbaine. Les commerçants d’Aïn Fakroun ont été les pionniers de ce mouvement. Ils seront imités par d’autres. En 2014, le nombre des bazars s’élève à dix-neuf dont trois sont en cours de réalisation. Les plus récents sont construits par des Constantinois et deux sont le fait de commerçants originaires d’Aïn M’lila, une localité voisine spécialisée dans la pièce détachée automobile.

Fig. 4. L’intérieur du Centre Zara, la deuxième structure commerciale créée par KD : présentation « à l’occidentale » des produits proposés à la vente.

Fig. 4. L’intérieur du Centre Zara, la deuxième structure commerciale créée par KD : présentation « à l’occidentale » des produits proposés à la vente.

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

Fig. 5. Le Centre Zara : l’aménagement de cabines d’essayage, une nouveauté.

Fig. 5. Le Centre Zara : l’aménagement de cabines d’essayage, une nouveauté.

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

  • 13 Situé à la sortie est de la ville, Onama-Ghazi est un ensemble de formation récente qui a émergé de (...)

22L’investissement des Fakrounis, dont KD et sa famille ont été les précurseurs, marque aujourd’hui si profondément le quartier Sidi Mabrouk que ses habitants l’appellent ironiquement Sidi Fakroun. L’appareil commercial qui se renforce ainsi dans le quartier ne s’en accompagne pas moins d’une forte dynamique dans d’autres quartiers, puisque d’autres Fakrounis possèdent des centres commerciaux à Onama-Ghazi13, ce quartier que l’on appelle le Dubaï de Constantine.

Les origines variées des marchandises

  • 14 Sur ces huit commerces, trois vendent des vêtements pour femmes, trois des vêtements pour hommes, u (...)

23Les produits proposés à la vente dans les boutiques établies au sein des bazars proviennent en totalité de l’étranger. Pour en déterminer l’acheminement, nous avons enquêté auprès de neuf commerçants, dont huit spécialisés dans l’habillement14 et un opticien. Des entretiens qualitatifs que nous avons conduits, il ressort que quatre commerçants s’approvisionnent dans des villes comme Aїn Fakroun ou Alger ; trois importent de l’étranger ; les trois derniers utilisent les deux formules. Ces entretiens révèlent aussi que l’installation de ces commerçants relève généralement d’un choix calculé et est le résultat de stratégies élaborées pour tenir compte de la spécialisation commerciale et du standing du quartier.

24Les bazars s’inscrivent dans des circuits de commercialisation assez diversifiés ; le commerce franchisé est l’une de leurs formes, comme nous le verrons à travers l’exemple de Zara, ce bazar créé par KD. Il existe d’autres circuits pour approvisionner les commerces de revente : nous présenterons ainsi la tentative de certains jeunes sans grande expérience pour pénétrer le monde de l’import. Quand leur tentative réussit, leur activité vient se surajouter à celle des professionnels. Les circuits d’importation peuvent ainsi relever de deux types de commerçants très différents, qui s’approvisionnent auprès des mêmes sources mais alimentent la revente selon des circuits spécifiques.

La tentation de la franchise avec des enseignes européennes

25Certains commerçants, comme KD, ne se contentent pas de fournir de simples articles venant de l’étranger. Ils s’efforcent d’afficher labels et marques dans l’intention d’attirer une clientèle sélectionnée, principalement celle qui recherche la qualité. L’exemple du Centre Zara témoigne très clairement de cette volonté : il est en effet le deuxième équipement commercial à Sidi Mabrouk, après la boutique Ted Lapidus, ouverte en 1998 et spécialisée dans les vêtements pour hommes, à proposer des produits de marque. C’est ce centre commercial qui, rompant avec le modèle du bazar, a fait la célébrité de KD. Dès son ouverture en 2006, il propose des produits à la mode qui arrivent directement de la maison-mère Zara. La livraison des marchandises (vêtements et chaussures pour enfants et adultes) a lieu chaque semaine. Mais ce système ne fonctionne que pendant deux ans, car KD délaisse à ce moment-là son partenariat avec Zara pour signer des contrats avec d’autres enseignes, comme Jennifer ou Jacadi. KD et différents membres de sa famille nous précisent à ce propos :

« Notre coopération varie en fonction de nos intérêts, elle est passée de l’espagnole Zara (2004-2007), aux françaises Kiabi (2008), puis Jennifer, Jacadi, Damart, et tout récemment l’italienne Le Marin’s ».

26Avec les produits de marque, KD s’est lancé dans une nouvelle expérience. La concrétisation de son projet principal – le centre commercial Zara – n’a pas été facile ; selon lui, elle est le résultat d’un long parcours personnel et d’une longue expérience dans le commerce forain, durant lesquels la solidarité familiale a toujours joué un rôle déterminant, comme il nous l’explique lors d’un entretien qu’il nous a accordé en 2010 :

« Sans la contribution de ma famille (mon père, mes frères et mes oncles), le projet du centre Zara n’aurait jamais vu le jour. Entre 1990 et 2000, ma famille m’a livré la marchandise dont j’avais besoin, que je réglais une fois écoulée. Cette méthode m’a donné la possibilité de la commercialiser dans les souks. Du Khroub à Aїn Fakroun en passant par Aїn M’lila et Tadjenanet, je revendais vêtements et chaussures, remboursais le prix de la marchandise et gardais le bénéfice. Les économies faites m’ont permis d’investir ensuite dans l’achat d’une boutique d’habits dans le centre-ville, entre 2000 et 2004, en même temps que je maintenais mon activité dans les souks. Mais si le commerce des vêtements m’a ouvert la porte de l’importation à partir de 1994, c’est à la quincaillerie que ma famille et moi-même devons notre enrichissement entre 1980 et 1990. Jamais les bazars ne seraient là aujourd’hui sans la quincaillerie et l’aide de ma famille. »

27Après avoir rompu son contrat avec l’enseigne Zara, le bazar de KD prend le nom de Rougi Mode pour devenir ensuite Bazar Espreno. Mais son propriétaire-commerçant continue à y proposer des articles de même qualité qu’antérieurement, la plupart d’entre eux étant toujours importés d’Espagne. Quant au Centre Zara, le second équipement commercial de KD, il a laissé la place, fin 2012, à un restaurant dont l’aménagement et le service rappellent là aussi le style des restaurants européens.

Des importateurs débutants…

28Dans les bazars, l’importation n’est pas seulement l’affaire d’anciens commerçants, trabendistes ou autres, elle est aussi celle de jeunes hommes inexpérimentés en la matière, mais qui vont très vite acquérir, en pratiquant cette activité, les compétences indispensables. Ainsi CC et HH, deux associés. En 2009, ils louent une boutique à Rougi Mode (Zara) et la spécialisent dans la vente de chaussures et de vêtements pour hommes. CC est étudiant en architecture et habite Ziadia, un quartier périphérique situé à proximité de Sidi Mabrouk ; HH est étudiant en management et habite Djebel El-Ouahch, un autre quartier périphérique proche de Sidi Mabrouk. À 24 ans, ils se lancent dans le commerce, tout en poursuivant leurs études à l’université. Comme de nombreux jeunes Algériens, ils pensent que leur avenir passe par la réussite dans les affaires grâce au commerce. L’absence prévisible de débouchés professionnels une fois qu’ils auront obtenu leur diplôme les a incités à rechercher d’autres débouchés que ceux que leur formation peut leur offrir. « Prévoir son avenir est devenu une obligation dans un pays comme le nôtre », expliquent-ils.

29Avant d’investir à Rougi Mode, HH et CC ne se connaissaient pas. C’est un ami commun, commerçant, qui va leur permettre de se rencontrer et de s’associer. Ils pratiquent alors l’importation et choisissent d’installer leur commerce de vêtements pour hommes à Sidi Mabrouk, parce que c’est là que ce type de commerce « marche » le mieux, et s’ils retiennent une boutique à Zara plutôt qu’en centre-ville, c’est parce que le prix de la location y est moins élevé. Les deux jeunes gens gèrent la boutique en alternance.

30À l’intérieur, le local est méticuleusement organisé, au goût de CC qui mobilise à cette fin sa compétence d’architecte (Fig. 6). HH confirme : « C’est mon ami l’architecte qui s’est chargé de l’aménagement de la boutique. C’est lui-même qui a mesuré, conçu et placé les étagères et les petits étalages que vous voyez. » Mannequins, étagères en verre ou en bois et autres rangements permettent d’exposer efficacement chaussures, pull-overs, vestes et pantalons pour hommes. Les miroirs et l’éclairage intérieur, ainsi que les vitrines soigneusement décorées, rappellent les boutiques européennes.

Fig. 6. Une boutique de vêtements pour hommes ouverte par deux jeunes associés dans le bazar de Rougi Mode (ex-Zara).

Fig. 6. Une boutique de vêtements pour hommes ouverte par deux jeunes associés dans le bazar de Rougi Mode (ex-Zara).

Cliché : N. Kerdoud, 2010.

31Depuis 2009, HH et CC s’approvisionnent à Istanbul, où ils achètent vêtements et chaussures de qualité. Pendant que HH assure la garde du magasin, CC fait les déplacements vers la Turquie, au rythme de sept à huit fois par an, se comportant ainsi comme des navetteurs ou commerçants-circulants (Pérouse, 2007). Le circuit qu’il emprunte est celui couramment utilisé par les commerçants débutants. Pour se rendre à Istanbul, CC passe par Tunis où il prend l’avion : cet itinéraire sert à dissimuler le transfert illégal d’argent par les frontières tunisiennes, et garantit ainsi l’achat des routes (Peraldi, 2010) contre du bakchich payé aux douaniers.

32À Istanbul, il fait le plein de marchandises qui sont ensuite acheminées vers le port de Tunis, ville par l’aéroport duquel CC rentre également. Après une quinzaine de jours d’attente, CC se rend à Tébessa, près de la frontière tunisienne, pour récupérer sa marchandise qui a passé clandestinement la frontière tuniso-algérienne. CC et son associé, par ce détour, ne déclarent pas la marchandise et ne paient pas de taxes.

33Les commerçants algériens rencontrent beaucoup de facilités en Turquie, puisqu’ils y collaborent avec des transitaires algériens, turcs ou syriens qui y sont installés et dont certains disposent d’entrepôts dans les villes algériennes localisées à proximité de la frontière tunisienne, comme c’est le cas de Tébessa.

… et des importateurs confirmés

34Pour les commerçants locataires de boutiques à Zara, qui sont également en relations d’affaires avec la Turquie, le circuit qu’empruntent les marchandises qu’ils commandent n’est pas le même. NN, par exemple, un commerçant-importateur de vêtements féminins, reçoit sa marchandise via le port d’Alger. Ayant acquis une grande expérience pendant les vingt années durant lesquelles il a pratiqué des activités de trabendiste, il a une bonne connaissance des circuits et a noué de multiples relations en Turquie, ce qui lui permet de collaborer encore aujourd’hui avec ER, un transitaire d’origine syrienne installé à Istanbul. Grâce aux facilités accordées par ce dernier et à son entregent, la marchandise parvient directement à son commanditaire, à Sidi Mabrouk-même, comme nous le confirme NN lors d’un entretien réalisé en 2010 :

« Je ne me déplace jamais pour récupérer ma marchandise, car dès qu’elle arrive, le transitaire m’informe par téléphone, puis me la fait transporter jusqu’ici. La confiance établie, depuis quelques années déjà, entre lui et moi est si grande qu’il arrive que je ne règle les frais du transport maritime que tardivement. La confiance et la parole sont les principes essentiels à respecter dans le commerce, si l’on veut réussir. »

35Les facilités procurées par ER concernent non seulement le transport de la marchandise, mais aussi les avances d’argent. Ces prêts sont accordés à Istanbul en livres turques ; ils sont récupérés en dinars algériens dès que le commanditaire a réceptionné la marchandise. En plus des commerçants-importateurs qui sont tournés vers la Turquie et certains pays d’Europe (France, Italie ou Espagne), d’autres s’approvisionnent à Alger, comme c’est le cas de l’opticien de notre échantillon d’enquête, tandis que d’autres encore préfèrent s’adresser aux grossistes ou semi-grossistes installés dans le centre-ville de Constantine, tel l’artisan couturier qui y achète ses tissus. Quant aux importateurs-revendeurs originaires d’Aїn Fakroun, au nombre de deux dans notre échantillon, ils proposent essentiellement des vêtements pour enfants et femmes de fabrication chinoise, qu’ils se procurent dans leur localité d’origine.

36Les circuits que nous venons de décrire témoignent des compétences des commerçants à se « mouvoir » dans un espace transnational, et plus particulièrement de leurs capacités à construire des réseaux solides, bien qu’étendus, en s’appuyant sur les solidarités familiales et en mobilisant les relations d’affaires établies parfois de longue date sur quelques-unes des grandes places marchandes internationales.

Les bazars, des structures commerciales propices aux nouvelles pratiques d’achat, telles le shopping

37L’émergence des bazars a renforcé l’attractivité de Sidi Mabrouk, un quartier dont l’une des particularités est de bénéficier d’une clientèle régulière. Nos observations de terrain montrent que les clients des bazars sont de jeunes couples, mais aussi des femmes jeunes, mariées pour la plupart. Nous avons interrogé trois d’entre elles qui étaient accompagnées de leurs filles au moment de l’entretien, et deux jeunes hommes. Leurs discours confirment que les habitués de Sidi Mabrouk ont accru leur fréquentation des commerces du quartier après l’ouverture de ces bazars. Pour les dix personnes interviewées, il ressort que cette évolution résulte de la diversité et de la qualité supérieure des produits proposés et aussi le plaisir d’acheter dans un cadre attractif. Familière du quartier, HO (40 ans) connaît parfaitement les lieux, notamment le marché Remache où elle venait acheter, adolescente, des habits de marque française. Aujourd’hui, HO ne se rend plus à Sidi Mabrouk pour les mêmes raisons. Mariée et mère d’une fillette de 9 ans, elle se déplace depuis le centre-ville, où elle habite, à la recherche de vêtements d’occasion pour sa fillette ; dans ce but, elle fréquente les fripiers qui entourent le marché Remache, mais elle en profite aussi pour flâner à l’intérieur des bazars et admirer à cette occasion les tenues traditionnelles marocaines et les robes de soirée que les vitrines chics proposent. Appréciant l’ambiance de Sidi Mabrouk, HO nous explique :

« Je viens souvent ici parce que Sidi Mabrouk est le quartier où j’ai passé toute mon adolescence. Je déambule dans le marché Remache, et fais le tour des magasins. J’aime beaucoup l’ambiance du quartier, particulièrement pendant les fêtes de l’Aїd et du Mawlid ennabaoui [fête célébrant la naissance du Prophète]. Je me promène, parfois seule, parfois accompagnée de ma fille. Mais avant de rentrer, j’accomplis mon rituel, celui de prendre une bonne crème glacée ou un délicieux gâteau dans l’une des nombreuses pâtisseries du quartier. »

38Comme HO, certains clients rappellent que la renommée de Sidi Mabrouk en tant que quartier commerçant n’est pas nouvelle. En effet, les produits, principalement habits et chaussures, ramenés illégalement en Algérie par les trabendistes tout au long des années 1980, remplissaient déjà les boutiques exigües de Remache ; ce sont des produits similaires qui, aujourd’hui importés en conteneurs, alimentent les bazars de Sidi Mabrouk.

39Pour le couple FT et AS (sa femme), la variété et la qualité des produits constituent le principal attrait de Sidi Mabrouk. AS, qui est architecte, insiste sur l’esthétique des bazars, récente en Algérie et d’autant plus appréciée :

« L’architecture moderne des immeubles commerciaux, associée à des matériaux nouveaux tels que le verre et les panneaux muraux multicolores, donnent aux édifices une allure différente, marquée par la vivacité et la dynamique des façades. »

40Les ressemblances de ces nouveaux lieux du commerce avec les modèles étrangers attirent particulièrement AS :

« Ce sont les jolies vitrines, leur transparence, le style des boutiques et leur couleur qui font l’originalité et donnent une certaine modernité à l’ensemble. Ce sont aussi les noms des magasins, le feeling des commerçants, etc. Et tout ce qui concourt en fait à me rappeler les magasins de France que j’ai connus dans le temps ; Zara, par exemple, cela n’existe qu’à Sidi Mabrouk. »

41Habitant à Boumerzoug, un quartier situé au sud de la ville, AS se rend à Sidi Mabrouk accompagnée de son mari ou bien avec sa belle-sœur, qui réside au centre-ville, et les enfants de cette dernière. Elle vient à Sidi Mabrouk non seulement pour effectuer des achats, mais aussi pour « pour faire du lèche-vitrine, manger une glace, voir le monde de la mode et rencontrer une société constantinoise plus ouverte », nous déclare-t-elle.

42BA (39 ans) et son mari KA (47 ans), qui forment un autre couple, se rendent à Sidi Mabrouk pour acheter des vêtements de marque française pour leurs enfants. Mais pour BA, comme pour HO, aller à Sidi Mabrouk c’est aussi l’occasion de voir les belles robes et les caftans en provenance de Syrie, d’Arabie Saoudite ou du Maroc, de trouver des chaussures à la mode importées de France et de regarder le mobilier traditionnel. Ce couple, qui habite la ville nouvelle d’Ali Mendjeli, se déplace à Sidi Mabrouk particulièrement à l’approche des fêtes de l’Aïd, ou juste avant la rentrée scolaire au moment des soldes. La famille (le couple et les trois enfants) s’y rend également pendant l’été pour manger des pizzas, consommer des glaces et se promener.

43Quand nous les avons rencontrées, ZN et NZ étaient à la recherche d’habits et de chaussures, mais aussi de robes de soirée et d’accessoires divers (sacs, bijoux fantaisie et colliers). Pour les deux jeunes filles, le standing de Sidi Mabrouk constitue la principale raison d’y venir. Flâner, faire le tour des magasins qui se partagent l’espace des bazars, constitue l’un de leur passe-temps favori, d’autant que, reconnaissent-elles :

« Sous l’éclat de la lumière réfléchissante, les boutiques sont splendides. Les modes d’exposition des habits dans les vitrines et à l’intérieur invitent à la déambulation. Regarder, même si on n’achète rien, cela fait passer le temps. Cela nous change énormément des décors habituels du centre-ville. »

44OA et son mari, quant à eux, partagent totalement cet avis, car même s’ils achètent rarement, ils se déplacent pour l’animation du lieu. Pour OA plus particulièrement, venir à Sidi Mabrouk,

« c’est rencontrer d’autres personnes, d’autres visages : voir défiler les 4 x 4 des riches, les Fakrounis, des vêtements à la mode, les gens branchés sur l’étranger et, à travers eux, croire qu’on y est sans y être vraiment. Bercée par le décor des magasins et la musique, la vie est tranquille, on oublie un peu les soucis du quotidien et on se concentre sur l’ambiance du lieu et du quartier. »

45Pour de jeunes couples, tels que BB et LA (28 ans) ou SA et LE (30 ans), Sidi Mabrouk permet quelques heures d’évasion, loin des curieux. D’une manière plus générale, les jeunes hommes racontent qu’ils passent de longs moments à l’intérieur des pizzerias-salons de thé, en compagnie de leurs « copines ». Ils discutent, consomment et terminent par une déambulation à l’intérieur des bazars. L’impression de sécurité qu’ils y ressentent favorise beaucoup ce type de fréquentation, tout comme l’animation qui résulte des activités commerciales et, paradoxalement (compte tenu du nombre de clients ou de visiteurs), l’anonymat qui y règne. La proximité d’un jardin public, Beyrouth, accroît l’attractivité des espaces marchands auprès des jeunes gens, car la discrétion qu’il favorise fait que les « couples » s’y retrouvent sans trop de crainte, alors que chacun sait combien de telles rencontres sont quasiment impossibles ailleurs dans la ville.

46Les clients justifient la fréquentation de ce type d’équipement commercial essentiellement par leur grande envie d’acquérir des produits de consommation de marque ou d’origine étrangère. Quant à leur pratique du shopping, qui s’est beaucoup développée ces dernières années, elle s’explique par la particularité des bazars qui changent du décor habituel des boutiques du centre-ville, rompent avec l’exigüité de la médina et permettent de fuir l’encombrement du centre ancien. Cette pratique exprime aussi leur désir de disposer d’espaces marchands répondant aux modèles internationaux, avec les standards qui les accompagnent.

47Les commerçants confirment que les clients affluent pendant le week-end et les jours fériés ; ce sont majoritairement des femmes, qui viennent de tous les quartiers de la ville, mais aussi de Mila, Jijel et Skikda. Les publicités, diffusées sur la radio locale et au travers des journaux, payées par le propriétaire de Zara et par le gérant du Pacha Restaurant, contribuent à l’augmentation du nombre de clients et à l’élargissement de l’aire d’attraction de ce quartier de commerces et de services.

Conclusion

48Sidi Mabrouk est un quartier de Constantine dont la fonction commerciale s’est développée, dans un premier temps, grâce au trabendo (années 1980) qui y proposait surtout des articles pour la personne, comme les vêtements, les chaussures, les parfums et cosmétiques, etc. Trente ans plus tard, cette fonction s’est sensiblement renforcée, mais elle a changé de forme et de nature. Désormais, les produits vendus sont acheminés par des importateurs et ils arrivent par conteneurs. À la fin des années 1990, sous l’impulsion des importateurs fakrounis, une nouvelle polarité marchande prend forme.

49Les Fakrounis, acteurs de premier plan de ce commerce transnational et de l’importation à grande échelle de produits made in china, ont profité de la réputation du quartier pour y créer une place marchande et promouvoir de nouvelles pratiques commerciales. Les effets sur l’espace urbain sont considérables. Un quartier pavillonnaire discret et bourgeois s’est transformé en un quartier commercial d’un nouveau genre.

50Mais, au-delà, on est en droit de considérer, à la suite de S. Belguidoum et O. Pliez (2012), que ces entrepreneurs marchands ont acquis, des allers-retours effectués à l’étranger, des savoir-faire nombreux et la capacité à mettre en œuvre des stratégies commerciales adaptées à la clientèle algérienne, particulièrement celle des classes moyennes.

51Quant à l’importante fréquentation féminine que l’on observe à Sidi Mabrouk, elle prouve que les nouvelles formes commerciales qui se développent en Algérie, et dont Sidi Mabrouk n’est qu’une illustration, participent aux changements sociaux en permettant aux femmes d’exercer leur droit à pratiquer l’espace public. Ces nouvelles polarités participent à l’émergence d’une urbanité inédite dans les villes algériennes en général, à Constantine en particulier.

Haut de page

Bibliographie

Belguidoum S., 2012, « Remonter “la route de la soie” entre la Chine et l’Algérie. Notes de terrain à Yiwu », Carnets de l’IREMAM. En ligne : http://iremam.hypotheses.org/836 [consulté le 04/06/2015].

Belguidoum S., Millet D., 1987, « Détournement et retournement des modèles urbains et architecturaux à Sétif », p. 226-247, in Haumont N., Marie A. (dir.), Stratégies urbaines dans les pays en voie de développement, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et entreprises », 327 p.

Belguidoum S., Mouaziz N., 2007, « L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale », Espaces et sociétés, n° 143, p. 101-116. En ligne : http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2010-3-page-101.htm [consulté le 04/06/2015].

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Kerdoud N., 2012, Nouvelles centralités périphériques commerciales et recompositions territoriales : l’exemple de villes de l’Est algérien, Thèse de doctorat en géographie, sous la dir. de R. Hérin, Univ. de Caen, 390 p.

Larouk M.S., 2002, Impact des structures commerciales sur les mutations urbaines récentes, cas de Sidi Mabrouk, Mémoire de magister en géographie urbaine, sous la dir. de S.E. Cherrad, Univ. de Constantine, 180 p.

Peraldi M., 2001, « L’esprit de bazar. Mobilités transnationales maghrébines et sociétés métropolitaines. Les routes d’Istanbul », p. 329-361, in Peraldi M. (dir.), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Peraldi M., 2010, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile », communication au séminaire Economie migranti. Circuiti commerciali informali fra Maghreb e Europa, Turin, février 2010, 22 p. En ligne : www.purenoi.it/download/varie/Michel%20Peraldi.doc [consulté le 04/06/2015].

Pérouse J.-F., 2007, « Transits maghrébins à Istanbul : trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 119-120, p. 115-138.

Pliez O., 2007, « Des jeans chinois dans les rues du Caire ou les espaces discrets de la mondialisation », Mappemonde, 4-2007, n° 88, 14 p. En ligne : http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07404.html [consulté le 04/06/2015].

Semmoud N., 2003, « Les mutations de la morphologie socio-spatiale algéroise », Annales de Géographie, vol. 112, n° 633, p. 495-517.

Tarrius A., 2000, Économies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, La Tour-d’Aigues, L’Aube, 224 p.

Tarrius A., Peraldi M., 1995, « Éditorial. Marseille et ses étrangers », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1 (« Marseille et ses étrangers »), p. 5-9. En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_1_1440 [consulté le 04/06/2015].

Haut de page

Notes

1 En Algérie, le lotissement désigne la division de terrains à bâtir constitués en réserves communales en lots vendus en propriété privée à des particuliers et destinés le plus souvent à l’habitat individuel. Leur construction aboutit à la configuration de quartiers entiers de maisons individuelles.

2 Ce que nous appelons « bazar » – ce vocable étant utilisé par les commerçants et les usagers à Constantine – correspond, dans les autres villes du pays, à l’appellation « centre commercial ». En l’absence d’une planification commerciale, ces dénominations ont été données par la société (commerçants-propriétaires et usagers). En effet, il faudra attendre la promulgation du décret n° 12-111 du 6 mars 2012 pour voir apparaître les véritables prémices de l’urbanisme commercial ; supermarché, hypermarché, supérette ou centre commercial représentent la nouvelle hiérarchie des espaces commerciaux. Les définitions des trois premières formes commerciales s’alignent sur les normes internationales (françaises par exemple), alors que ce même décret désigne par centre commercial « tout ensemble immobilier abritant plusieurs commerces destinés pour l’exercice d’une gamme diversifiée d’activités commerciales et artisanales ».

3 Nous nous appuyons sur les entretiens réalisés en 2010 avec les commerçants et les clients dans le cadre de notre thèse (Kerdoud, 2012). Les récits de vie que nous ont livrés les commerçants (10) éclairent sur le renouvellement économique du quartier impulsé par de véritables entrepreneurs du commerce venus de l’extérieur du quartier et de la ville. Ces entretiens permettent de comprendre les raisons de l’installation des commerçants, de suivre leur cheminement, de connaître leurs sources d’approvisionnement. Quant aux propos recueillis auprès des clients ou chalands (10 ont été enquêtés), ils montreront comment de nouvelles pratiques de shopping ont vu le jour.

4 À partir de 1990, l’Algérie sombre dans une guerre civile larvée. Dans le contexte d’insécurité de cette période appelée la « décennie noire » – pendant laquelle la gestion de l’État est démissionnaire et l’administration absente – beaucoup de particuliers (propriétaires fonciers notamment) n’hésitent pas à morceler leur terrain et à y construire des maisons sans permis de construire, ce qui aboutit à la formation d’importants lotissements d’habitat non réglementaire.

5 Dans la réalité, la distinction entre l’un est l’autre n’est pas aussi nette, des glissements peuvent exister entre les deux structures commerciales : des centres commerciaux proposent des articles à la personne tandis que certains bazars se dénomment Centers.

6 Sidi Mabrouk « supérieur » et Sidi Mabrouk « inférieur », à l’opposé, présentent une même unité morphologique : quartiers pavillonnaires identiques réalisés à des altitudes différentes sur le plateau d’El Mansourah. Avec la cité de recasement Oued-El-Had, construite en 1958, l’ensemble constituait, durant la période coloniale, le grand Sidi Mabrouk.

7 Les trabendistes, mot dérivé de trabendo, désignent les jeunes des années 1980 qui parcourent d’abord l’Europe (France et Italie), puis le Maghreb (Maroc et Tunisie), pour acheter des articles à la personne (vêtements, chaussures, etc.).

8 Le mémoire de M.S. Larouk, réalisé en 2002, fait état d’une augmentation substantielle du nombre de commerces d’articles à la personne au marché Remache. Leur nombre passe de 49 échoppes à la fin des années 1980 à 83 en 2000.

9 À l’exception des boutiques situées au rez-de-chaussée, celles du premier étage et le restaurant du deuxième sont fermés depuis 2008 : le propriétaire, estimant qu’ils ne sont pas rentables, cesse leur location et les utilise pour le logement.

10 Aїn Fakroun est une localité située dans la wilaya d’Oum-El-Bouaghi, à 50 km au sud-ouest de Constantine. La localité s’est spécialisée dans la vente de vêtements importés de Chine.

11 El Baraka est une banque islamique koweïtienne qui a ouvert des agences dans nombre de villes algériennes. À défaut de construire leurs propres locaux, les banques privées préfèrent en effet louer des maisons de particuliers ou des villas pour y installer leurs agences.

12 Cette somme équivaut à 500 000 € au taux de change officiel et à 333 000 € au change informel (mais c’est ce dernier qui fait référence dans les transactions).

13 Situé à la sortie est de la ville, Onama-Ghazi est un ensemble de formation récente qui a émergé de façon opposée : ONAMA est un lotissement non réglementaire qui prend le nom d’une fabrique de tracteurs (Office national du matériel agricole) implantée à proximité sur des terrains privés ; Ghazi, lotissement légal, a conservé le nom du propriétaire d’origine. L’ensemble est aujourd’hui un espace marchand spécialisé dans l’équipement de la maison.

14 Sur ces huit commerces, trois vendent des vêtements pour femmes, trois des vêtements pour hommes, un des vêtements pour enfants, le dernier est un artisan couturier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Rue Louab Mohamed Salah, le premier bazar construit par un Fakrouni.
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 2. Rouji Mode (ex-Zara), première structure commerciale créée par KD.
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 3. Boutiques à l’intérieur du bazar Rouji Mode.
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 4. L’intérieur du Centre Zara, la deuxième structure commerciale créée par KD : présentation « à l’occidentale » des produits proposés à la vente.
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 5. Le Centre Zara : l’aménagement de cabines d’essayage, une nouveauté.
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6. Une boutique de vêtements pour hommes ouverte par deux jeunes associés dans le bazar de Rougi Mode (ex-Zara).
Crédits Cliché : N. Kerdoud, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/961/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Kerdoud, « De la villa-immeuble au bazar. Sidi Mabrouk (Constantine), l’émergence d’un quartier commercial », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://emam.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/emam.961

Haut de page

Auteur

Nadia Kerdoud

Docteure en géographie, Université Constantine 3 & ESO Caen (UMR 6590)

nadia.kerdoud@gmail.com


 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page