Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

La fabrique des espaces publics. Conceptions, formes et usages des places d’Oran (Algérie)

Fadila Kettaf

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie et Aménagement de l’espace sous la direction de Raffaele Cattedra, soutenue le 9 décembre 2013 à l’Université Montpellier 3-Paul-Valéry et au laboratoire GRED (UM3 & IRD).

1Cette thèse a pour objet l’étude de la fabrique des places publiques d’Oran, abordée sous le double aspect de leur conception et de leurs usages. Cette recherche voudrait contribuer à une réflexion plus large sur la fabrique des espaces publics urbains et s’inscrire dans l’actualité de la recherche urbaine sur le monde arabe et méditerranéen. Dans cette perspective se posent trois questions fondamentales : en premier lieu, celle des héritages d’un urbanisme issu de la culture européenne et « exporté » vers la rive sud de la Méditerranée, un urbanisme qui prend aussi appui sur des spécificités locales et qui connaît des « retours » en métropole ; en second lieu, celle du traitement des espaces publics dans le contexte de la planification urbanistique algérienne actuelle ; et, enfin, celle des usages contemporains de ces espaces par les usagers-habitants. L’objectif étant alors de saisir les interactions entre formes d’aménagement, usages urbains et jeux d’acteurs.

2Les places d’Oran sont principalement issues de l’urbanisme colonial. La prise en compte de la période coloniale – ou, mieux encore, des périodes « coloniales » – est essentielle pour comprendre le processus de formation des places publiques. Pour ce faire, il nous est apparu intéressant de remonter aussi loin que possible dans le temps et d’examiner l’environnement géographique, politique, économico-démographique ainsi que l’application des modèles urbains et/ou des outils d’urbanisme inhérents aux trois temps historiques majeurs de la « fabrication » d’Oran : les temps des occupations espagnole et turque, le temps fort de la colonisation française, et la période qui suit l’Indépendance.

3Les places publiques connaissent jusqu’aux années 1940 un développement substantiel à travers une longue histoire urbaine rythmée par les différents pouvoirs qui ont gouverné le pays et qui ont procédé, pratiquement à chaque événement politique, changement de régime ou chute du pouvoir en place, à la modification de leur dénomination. Depuis leur création, les différents noms qui leur ont été attribués illustrent ainsi l’importance de ces places en tant qu’éléments symboliques d’appropriation territoriale. Les 85 places et squares que compte la ville coloniale d’Oran à la veille de l’indépendance jouent un rôle de premier plan dans l’agencement de la structure urbaine et constituent les supports préalables à l’édification de quartiers entiers. À Oran, le modèle urbanistique colonial s’appuie à la fois sur la ville régulière, ordonnancée et aérée, et sur un urbanisme de lotissements qui fait que chacun d’eux est doté d’une ou de plusieurs places. Dans cet ordre urbain, chacune des places assume un ou plusieurs rôles dans l’espace urbain et se donne à voir par ses formes urbanistiques et architecturales propres, mais également par sa participation à la vie urbaine. Les places sont des espaces d’embellissement, d’articulation ou de desserrement urbain, mais aussi des espaces où s’exprime, dans un contexte colonial, la sociabilité européenne.

4Transformées en espaces verts après l’Indépendance, les places dont Oran hérite sont regardées par les aménageurs (décideurs et professionnels) presque exclusivement sous l’angle de la fonctionnalité. L’examen du traitement des espaces publics dans le cadre de la planification urbaine à l’œuvre depuis l’Indépendance a, en effet, mis en évidence ce que nous avons qualifié de « déshérence des espaces publics dans la pratique urbanistique contemporaine ». Une déshérence qui a, toutefois, commencé dès la fin de période française, c’est-à-dire dans les années 1950, dans un contexte imprégné par les principes de l’Urbanisme Moderne qui prône la ville fonctionnelle et rejette l’ordre urbain ancien. Ainsi, le couple rue-place est-il appelé à disparaître, en tant qu’il répond aux canons classiques, au profit de grands espaces ouverts qui ne participent plus dès lors à la structuration de la ville contemporaine. Cet urbanisme dit des grands ensembles s’impose aujourd’hui encore comme le modèle principal de la production urbaine algérienne.

5L’espace public constitue de ce fait, dans le contexte oranais, le « maillon faible » de tout le dispositif d’aménagement urbain. Son absence comme outil essentiel de la fabrique urbaine dans les instruments d’urbanisme en vigueur et la négligence dont il est l’objet tant au cours du processus de production que lorsqu’il s’agit de gérer et d’entretenir les espaces urbains, sont manifestes. Ce peu d’intérêt exprime, sans nul doute, l’incompréhension des décideurs et des concepteurs quant à l’importance des espaces publics dans la ville. En outre, « l’empilement » des acteurs urbains, la pesanteur bureaucratique et le faible niveau des compétences professionnelles et techniques des personnels en charge de la gestion de la cité freinent considérablement les actions urbaines qui ne sont, en effet, ni judicieusement pensées, ni socialement partagées, ni techniquement bien coordonnées.

6La politique urbaine menée en Algérie reste largement tributaire d’une pratique axée sur une planification urbaine fonctionnaliste où ce sont le nombre de logements à construire, en particulier les logements sociaux, et leurs effets territoriaux, l’étalement urbain, qui constituent les principaux paradigmes urbains. À l’heure du « Printemps arabe » et face à la contestation exacerbée des citoyens à l’encontre des modalités d’attribution de logements, l’État centralisateur, acteur principal dans la fabrique de la ville, semble être plus préoccupé par la production en masse de logements que par la recherche de la qualité urbaine au sens d’un choix raisonné de la forme urbaine et de l’aménagement des espaces publics. Le problème de la conception de l’espace public comme espace d’urbanité et structurant l’espace de la ville reste fondamentalement posé à Oran.

7Sur le registre consacré aux usages et territorialités des espaces publics, deux types d’espaces correspondant aux deux idéals-types urbains : le centre et – dans une moindre mesure – la périphérie, sont explorés. Si, dans le centre-ville, l’urbanité s’illustre toujours avec force, en périphérie, de nouvelles centralités apparaissent, résultats d’une vertigineuse dynamique économique et sociale le plus souvent portée par les habitants. C’est pourquoi nous avons fait ici le choix d’analyser des places et des lieux bien spécifiques : ceux qui, d’une manière ou d’une autre, par leur pratique ou leur image, par la simple évocation de leur nom, ou par les conflits d’usages qu’ils focalisent, voire par les nouvelles expériences d’aménagement qu’ils connaissent, se donnent à voir et se présentent comme des situations à analyser pour comprendre les relations qu’entretiennent les usagers-habitants avec les places et lieux urbains oranais. Dans ce cadre, notre étude tente, d’une part, de voir s’il existe des sortes d’adéquation entre dispositions urbanistiques et architecturales et pratiques sociales et représentations et, d’autre part, de repérer les « compétences des citadins » qui s’expriment en ces lieux.

8L’analyse des territorialités des places, aussi bien celles de la ville héritée que celles qui se trouvent dans les quartiers qui se déploient en périphérie(s), prouve que la qualité de leur spatialité (physique et esthétique) interfère avec le sens que les habitants donnent à la ville et avec l’image qu’ils se forgent de celle-ci. Au centre-ville, à l’exception de la place d’Armes et de la promenade du Front de mer qui connaissent des pratiques sociales évidentes, en particulier au printemps et les soirs d’été, les places constituent principalement des lieux de passage. Ce sont des espaces que l’on traverse, mais où l’on ne s’arrête pas. Pourtant l’engouement observé pour quelques nouveaux espaces publics aménagés dans la périphérie de l’est de la ville illustre l’intérêt que portent les usagers aux sorties et aux activités de promenade. Cet intérêt est très visible et fait que l’usage de certains lieux est si intense qu’il peut en paraître parfois surprenant.

9Certes les usages des places et des espaces publics sont étroitement liés à leur position dans la ville, à leur configuration formelle et visuelle et à la qualité de leur aménagement. Ils sont aussi inhérents à la place qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif. Ces lieux investis se révèlent des espaces qui garantissent l’anonymat, favorisent le mouvement, tout en permettant le maintien de cette mise à distance qui est indispensable aux relations en public – du moins en Algérie. Au-delà de l’ordinaire, l’exceptionnel et l’événementiel sont autant de temporalités qui rythment les pratiques des espaces publics. Les rituels traditionnels, les manifestations culturelles ou les nuits du Ramadan accaparent ainsi des lieux urbains spécifiques et contribuent incontestablement à l’invention/reproduction de l’espace public à Oran.

10Au terme de cette étude sur la fabrique des espaces publics, des questions d’ordre plus général se sont posées à nous : Quels sont, par exemple, les outils conceptuels que l’on pourrait mobiliser pour aménager des espaces où pourraient mieux s’exprimer des formes de vie collective ? Quels en pourraient être les modèles de référence ? À vrai dire, dans le contexte algérien, nous craignons fort que tout soit à (ré)-inventer ! Une approche de la conception des espaces publics qui se voudrait correctement pensée – et qui, par ailleurs, serait largement plébiscitée par bon nombre de théoriciens de l’urbanisme, particulièrement ceux du « projet urbain », pour lesquels les espaces publics sont des éléments fédérateurs – doit s’attacher à l’histoire et à la géographie des lieux, aux aspirations des citoyens, et s’appuyer sur les disciplines de l’urbanisme et du paysage, enrichies par les autres disciplines associées à l’art urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadila Kettaf, « La fabrique des espaces publics. Conceptions, formes et usages des places d’Oran (Algérie) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://emam.revues.org/995 ; DOI : 10.4000/emam.995

Haut de page

Auteur

Fadila Kettaf

Architecte-Urbaniste, Maître de conférences au département d'Architecture, Université des Sciences et de la Technologie d'Oran Mohamed Boudiaf (USTO-MB), Algérie & Membre associé UMR GRED/IRD Montpellier

fkettaf@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page