Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Écrire à Alexandrie (1879-1940). Capital social, appartenances, mémoire

Elena Chiti

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Histoire sous la direction de Ghislaine Alleaume et d’Emanuela Trevisan (co-directrice), soutenue le 9 décembre 2013 à l’Université d’Aix Marseille et à l’IREMAM (UMR 7310), en co-direction avec l’Université Ca’ Foscari de Venise (Italie).

1Cette thèse est une étude d’histoire culturelle sur la construction des appartenances. Le cadre spatio-temporel de départ est la ville d’Alexandrie entre la fin du XIXe siècle et le premier tiers du XXe. Son statut compliqué d’interface entre plusieurs horizons politico-culturels (ottoman, arabe, colonial) en fait un terrain privilégié pour analyser les notions d’étranger, égyptien, ottoman, local, national, cosmopolite comme des catégories mouvantes, façonnées par les acteurs.

  • 1 L’absence du grec est due à une limite des compétences linguistiques de l’auteure de cette thèse.

2Dans la volonté de faire de l’imaginaire un objet d’histoire, ces catégories sont appréhendées à travers les textes littéraires (en arabe, français, italien, anglais1) produits par les acteurs de la vie culturelle alexandrine de l’époque. Le parti-pris de traiter la littérature comme une source historique à part entière est à l’origine du choix de construire le corpus sans tenir compte de jugements de valeur artistique, qu’ils viennent du goût personnel de la chercheure ou d’un processus de canonisation littéraire achevé.

3Les sources littéraires sont complétées par des sources non-littéraires (dédicaces, nécrologies, archives d’associations, recueils biographiques), également multilingues, susceptibles de nous éclairer sur les trajectoires des acteurs, sur les lieux où ils se rencontraient, sur les critères à l’origine de la construction des réputations artistiques. L’étude des sociabilités qui se nouent (ou pas) dans les milieux littéraires alexandrins permet de lier les parcours individuels à une dimension collective, sociétale.

  • 2 Notamment Freitag U., Furhmann M., Lafi N. et Riedler F. (dir.), The City in the Ottoman Empire (20 (...)
  • 3 Dans le cadre du programme EUME (http://www.eume-berlin.de).
  • 4 Lafi N., « Microcosmes urbains et pluralité linguistique » (2009).

4Dans un cadre aussi vaste qui touche aux empires – l’empire ottoman finissant comme les empires coloniaux en plein essor, à une époque où le national n’est qu’une référence qui commence à se structurer – la ville semble une échelle d’analyse particulièrement significative. Certes, il ne s’agit pas de la réifier selon un découpage géographico-administratif donné, ni de tomber dans une vision culturaliste essentialisant les langues et/ou les communautés comme des sous-espaces figés de celle-ci. Au contraire, dans la lignée des travaux2 sur l’histoire des municipalités méditerranéennes produits au ZMO de Berlin3, la ville est appréhendée « comme scène malléable et en constante redéfinition d’une interaction dans laquelle la langue et tous les autres attributs de l’identité se composent dans d’infinies formules dont la complexité fait la nature de l’urbanité »4.

5Dans cette perspective, en abordant les termes « cosmopolite » et « cosmopolitisme » non plus comme des pleins mais comme des vides, à remplir à la lumière des usages qu’en font les acteurs, cette étude esquisse une évolution sémantico-culturelle de la notion en langues européennes, dans des milieux et à des époques spécifiques. Ensuite, en allant au-delà de cette clôture terminologique, on reconstruit une histoire des perceptions de la multi-appartenance et de la mixité qui dépasse les cloisonnements linguistiques, pour se pencher également sur les sources en arabe.

6De cette analyse émerge que les cosmopolitismes sont multiples à Alexandrie : ils varient selon les milieux, tout en évoluant au fil du temps. Figée sur la base d’une relecture du Quatuor de Lawrence Durrell, Alexandrie est devenue l’image par excellence du cosmopolitisme, vu à son tour comme un synonyme de tolérance et ouverture vers l’Autre. Cette étude montre que cette image positive de cosmopolitisme a été élaborée entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe dans des milieux culturels alexandrins, d’expression francophone, proches de la Municipalité. Mais elle montre aussi que ce n’est que l’une des visions du cosmopolitisme liées à Alexandrie.

7Sur le plan diachronique, les sources littéraires en français, italien et anglais révèlent un glissement, au cours des années 1920 et 1930, vers des visions nettement moins lumineuses, où la multi-appartenance et la mixité sont considérées comme des vecteurs de confusion morale, à conjurer et à condamner. L’hypothèse formulée au cours du dépouillement des sources en langues européennes liait à la Grande Guerre, et au successif effondrement des empires, cette condamnation morale des multi-appartenances, filles d’un horizon supra-national désormais déclinant.

8Le travail sur les sources littéraires alexandrines en arabe a confirmé cette hypothèse, tout en permettant de la nuancer. En effet, les remises en question identitaires déclenchées par la Grande Guerre sont plus compliquées qu’une simple affiliation aux nouveaux cadres nationaux, au détriment de l’horizon impérial. Tout d’abord, elles ne comportent pas une condamnation de l’entité impériale en soi. Au contraire, l’affaiblissement de l’empire ottoman semble être vécu avec angoisse, comme l’effondrement d’un monde.

  • 5 L’expression acosmie, de Hannah Arendt, est employée par l’historien Enzo Traverso pour qualifier l (...)

9De plusieurs sources se dégage comme fait marquant, déclencheur des remises en question identitaires, non pas l’entrée en guerre de la Sublime Porte en 1914, mais l’invasion italienne de la Tripolitaine en septembre 1911. Cette occupation militaire d’une province ottomane, au mépris du droit international, engendre un tollé d’indignation qui va bien au-delà d’Alexandrie. Face à la poursuite des violences et à l’inefficacité de faire appel à une solidarité intra-ottomane, dans une Égypte qui est elle aussi sous occupation étrangère, la désillusion est brutale. Ce n’est pas tant l’horizon ottoman, mais l’horizon universel qui perd tout son sens, en engendrant un cosmopolitisme par défaut, qu’on pourrait qualifier d’acosmie5 : la sensation de ne plus appartenir à rien, car l’ordre ancien est tombé ; la volonté de ne plus appartenir à rien, car l’ordre nouveau est injuste.

10À la lumière de ces remarques, cette thèse propose, pour l’Égypte, une chronologie renouvelée de la Grande Guerre plaçant son début en 1911, avec l’invasion italienne de la Tripolitaine. Cette chronologie se fonde sur la prise de conscience que l’ottomanité des territoires arabes de l’empire va au-delà du prétendu « joug ottoman » qui aurait été imposé sur eux, pendant des siècles, et qui apparaît, en grande partie, comme un cliché esquissé de façon rétrospective.

11Cette prise de conscience pourrait, d’une part, nous aider à nuancer l’historiographie égyptienne classique, marquée par une empreinte nationaliste. De l’autre, elle pourrait représenter un point de départ pour réfléchir à certaines clôtures européennes. La Grande Guerre est loin de n’avoir affecté que les pays d’Europe, leurs sociétés et leurs imaginaires. Auteurs arabophones et non-arabophones d’Alexandrie semblent tous marqués par ce conflit et en quête de repères vis-à-vis des changements qu’il produit. Le processus culturel – long, complexe et traumatique – qu’on peut schématiser comme le passage de la multi-appartenance de l’ère des empires à l’appartenance unique de l’ère des États-nations est un phénomène partagé.

12Ainsi, pour prolonger le débat dans l’actualité, cette thèse propose pour conclure une approche socio-historique de la survie ou de la disparition des réputations littéraires alexandrines au-delà du cadre spatio-temporel de départ. Réfléchir aux milieux dans lesquels une réputation d’auteur construite dans l’ère des empires survit, ou ne survit pas, au passage à l’ère des États-nations, ou à celui de la période coloniale à l’époque des décolonisations, permet d’aborder le champ de la mémoire sur des bases autres que celles de la nostalgie ou de l’idéologie.

Haut de page

Notes

1 L’absence du grec est due à une limite des compétences linguistiques de l’auteure de cette thèse.

2 Notamment Freitag U., Furhmann M., Lafi N. et Riedler F. (dir.), The City in the Ottoman Empire (2011).

3 Dans le cadre du programme EUME (http://www.eume-berlin.de).

4 Lafi N., « Microcosmes urbains et pluralité linguistique » (2009).

5 L’expression acosmie, de Hannah Arendt, est employée par l’historien Enzo Traverso pour qualifier le « cosmopolitisme » des exilés juifs allemands en période nazie. TRAVERSO E., La pensée dispersée (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Chiti, « Écrire à Alexandrie (1879-1940). Capital social, appartenances, mémoire », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/999 ; DOI : 10.4000/emam.999

Haut de page

Auteur

Elena Chiti

Historienne, Chercheuse associée LARHRA (Lyon) & IREMAM (Aix-en-Provence)

tichene@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page