Navigation – Plan du site

Présentation

Revue interdisciplinaire à comité scientifique, les Cahiers d'EMAM se proposent de contribuer à la restitution des savoirs en sciences sociales sur le Monde arabe et la Méditerranée. La revue est ouverte aux analyses traitant des questions urbaines, des processus de constructions/reconfigurations territoriales dans leurs dimensions historiques, sociales, économiques et politiques ainsi que leurs interférences avec le reste du monde.

S'inscrivant dans la continuité des Cahiers d'URBAMA (parus entre 1988 et 2000 et dont la mise en ligne est prévue sur ce même site), la revue perpétue ainsi une tradition d'édition qui doit permettre l'échange et le débat scientifique entre chercheurs confirmés et doctorants, mais aussi entre le monde de la recherche et celui des professionnels, des acteurs de l'aménagement et des acteurs sociaux.

Les Cahiers d'EMAM doivent notamment stimuler la valorisation des travaux des chercheurs basés dans le Monde arabe et méditerranéen. Les approches nouvelles, les travaux en cours ainsi que les démarches comparatives sont privilégiés (se reporter à "Procédure de publication et de sélection").

Dernier numéro en ligne
27 | 2015
Politiques urbaines et inégalités en Méditerranée

Note de la rédaction

Les réflexions restituées dans ce numéro des Cahiers d’EMAM sont issues du workshop organisé à l’IRMC (Institut de recherches sur le Maghreb contemporain) de Tunis, les 28 et 29 mars 2014 par Hend Ben Othman Bacha et Olivier Legros. Intitulée « Politiques urbaines et production des inégalités socio-spatiales en Méditerranée à l’heure néolibérale : tendances de fond et évolutions en cours », cette rencontre correspondait à l’axe 1 de l’ANR Marges « Action publique et processus de marginalisation socio-spatiale ». Rappelons que l’ANR Marges (Les marges et la ville : entre exclusion et intégration), inscrite dans le programme « Métamorphose des sociétés : Inégalité/Inégalités », a démarré en 2013 et se poursuit jusqu’en 2016 (http://marges.hypotheses.org).

La question des marges urbaines ou des processus de marginalisation n’est pas nouvelle, mais elle est relancée par le contexte actuel de montée des inégalités. En particulier, la mondialisation place les villes – et leurs territoires – au cœur des compétitions économiques internationales, où elles deviennent les lieux privilégiés des nouvelles formes d’échange et d’accumulation du capital. Cette recherche comparative sur des villes méditerranéennes du Nord et du Sud interroge les effets des transformations urbaines importantes que subissent ces villes et, notamment les ségrégations complexes qui se dessinent, accentuées par les crises économiques.

Les analyses empiriques des actions publiques de mise aux normes des villes et des grands projets urbains, généralement financés par des investisseurs privés étrangers, montrent les bouleversements des règles du jeu urbain et des processus décisionnels, mais surtout les processus « d’annexion » des marges et, en déplaçant les anciens occupants vers la périphérie plus lointaine, la création de nouvelles marges. Rappelons que les marges urbaines sont envisagées ici comme une construction par les représentations et les pratiques de stigmatisation des acteurs dominants.

Outre l’analyse des processus de marginalisation socio-spatiale dans le contexte actuel de la mondialisation où la logique néolibérale tend à devenir hégémonique, l’objectif est aussi de participer aux débats internationaux qui replacent les inégalités au centre de ceux sur la pauvreté et redonnent à la question sa dimension politique. Ce qui contribue, à notre sens, à interroger les rapports entre croissance économique et répartition des ressources.

Enfin, au nom des coordinateurs de ce numéro – Hend Ben Othman Bacha et Olivier Legros – je tiens à remercier l’équipe de rédaction des Cahiers d’EMAM et en particulier Roman Stadnicki et Florence Troin, qui ont assuré la préparation à l’édition de ce numéro, cartographie comprise ; sans oublier François Fièvre qui a mis en ligne ces mêmes textes sur revues.org avant de s’atteler à la maquette papier de cet opus.

Nora Semmoud