Navigation – Plan du site

29 | 2017
Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités

Sous la direction de Pierre Signoles
Couverture 29
Informations sur cette image
Crédits : J.-M. Ballout, 2009
ISBN 1969-248x
Note de la rédaction

Ce no 29 des Cahiers d’EMAM consacré aux Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités ne résulte pas d’un appel à contributions qui aurait été préalablement diffusé. Les auteurs qui y figurent ont en effet été directement contactés par le coordinateur du numéro, en ce que, à divers titres et dans une relative simultanéité temporelle, ils avaient conduit des recherches sur le sujet. Pour les uns, il s’agissait de la réalisation, à partir d’une longue pratique de terrain, d’une thèse de doctorat ; pour un autre, de la coordination d’une étude d’évaluation d’un programme national de création de villes nouvelles ; pour le dernier, enfin, d’une réflexion sur les contraintes qui pèsent sur les responsables ou gestionnaires de la création d’entités de ce type.
Les villes nouvelles explorées se situent exclusivement au Maroc et en Algérie. L’absence de la Tunisie n’est le fait d’aucun ostracisme : le pays n’a jamais initié de politique de villes nouvelles et ce n’est que depuis très peu de temps que, en ce pays, leur création est envisagée.
Qu’ils développent des études de cas ou se situent sur un plan plus large, qu’ils se fondent sur des observations et des enquêtes de terrain ou qu’ils procèdent « de l’intérieur », les travaux réunis dans ces Cahiers no 29 proposent une analyse critique des politiques nationales dans lesquelles les programmes de villes nouvelles s’inscrivent. Ils interrogent aussi sur les processus de décision et sur les modalités de mise en œuvre de ces politiques publiques.


Par ailleurs, ce numéro des Cahiers d’EMAM inaugure une nouvelle rubrique, intitulée Carnets de terrain, avec un article consacré à Damiette (Égypte). Cette rubrique voudrait permettre de diffuser (relativement) rapidement des résultats originaux de terrain, dans une forme vivante et relativement souple, sans que leurs auteurs soient obligés de se conformer à toutes les rigidités qu’impose l’écriture académique. Le Comité de rédaction de la revue espère que cette initiative connaîtra du succès et invite les auteur(e)s intéressé(e)s à lui transmettre leurs propositions.


Ce numéro n’aurait pas vu le jour sans la compréhension des auteurs, qui ont revu sans rechigner, et à maintes reprises, leurs articles pour répondre aux remarques et suggestions des évaluateurs. Le Comité de rédaction tient aussi à remercier tout particulièrement la responsable de la cartographie et, plus généralement, de l’iconographie, ainsi que de la mise en page.

Pierre Signoles